22 avril 2024

MotoGP, Marc Marquez signe la pole de l’exploit au Portugal

L’Espagnol décroche sa 64e pole position, suivi de près par Bagnaia et Martin.

#93, Marc Marquez, Honda, signe une incroyable pole. pht. Michelin Motorsport

Le MotoGP est de retour en force alors que la première séance de qualification de la saison 2023 voit une performance incroyable de Marc Marquez (Repsol Honda Team), qui s’élancera en pole position à la fois pour le Tissot Sprint et pour la course de dimanche sur le Grande Prémio TISSOT de Portugal. L’Espagnol a décroché sa deuxième pole position depuis 2019, établissant un nouveau record du tour de tous les temps, suivi de près par le Champion en titre Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team), Jorge Martin (Prima Pramac Racing) s’emparant de la dernière place sur la première ligne.

Marc déplace les poteaux en Q1

Les conditions étaient parfaites lorsque les pilotes ont pris la piste pour la Q1. La barre a été placée très haut dès le départ, Marc Marquez (Repsol Honda Team) s’imposant en 1’37’’675, établissant un nouveau record du tour et poussant sa Honda dans ses derniers retranchements. La tension était à son comble alors que des pilotes tels que Miguel Oliveira (CryptoDATA RNF MotoGP Team), Joan Mir (Repsol Honda Team), Alex Rins (LCR Honda CASTROL) et Alex Marquez (Gresini Racing MotoGP) se lançaient à la poursuite de l’octuple champion du monde.

Les secteurs rouges illuminaient les écrans de chronométrage, mais personne n’avait tout à fait assez dans le réservoir pour égaler le tour époustouflant réalisé par l’homme de Repsol Honda. Oliveira et Alex Marquez ont fait des efforts tardifs pour menacer le chrono de Marc, mais le temps est resté inchangé et c’est Oliveira qui a emmené son Aprilia CryptoDATA RNF jusqu’à la deuxième place de la Q2. Malgré une dernière tentative d’Alex Marquez, il a surpris Franco Morbidelli (Monster Energy Yamaha MotoGP) au mauvais endroit et au mauvais moment, et débutera son premier week-end en tant que pilote Ducati depuis la 13e place sur la grille de départ du tout premier Tissot Sprint ainsi que de la course de dimanche.

La Q1 ici

Marquez fait taire le paddock en Q2

#93, Marc Marquez poe en Q1 et Q2. pht. Michelin Motorsport

Après avoir été en tête des chronos vendredi, c’est l’Australien Jack Miller (Red Bull KTM Factory Team) qui a prouvé que son rythme n’était pas dû au hasard, en établissant la première référence et en battant une nouvelle fois le record du tour de tous les temps. Peu après, Aleix Espargaro (Aprilia Racing) commettait une erreur au virage 13. Il remontait rapidement et ramenait sa RS-GP au garage Aprilia.

#1, Francesco Bagnaia, Ducati, P2. pht. Michelin Motorsport

La première manche était terminée et Miller restait fermement en tête du classement avec les Ducati de Jorge Martin et Francesco Bagnaia qui le suivaient de près. La tension était à son comble alors que les pilotes retournaient sur le circuit, sachant qu’ils auraient besoin d’un tour incroyable pour renverser l’Australien.

#89, Jorge Martin, Ducati, P3. pht. Michelin Motorsport

Les secteurs rouges affluent une fois de plus et c’est un désastre pour l’actuel poleman qui chute au virage 3. Alors qu’il observe la course depuis le bac à gravier, le champion en titre prouve sa valeur en battant le temps de Miller de 0’’259 et en jetant le record du tour par la fenêtre une fois de plus.

#88, Miguel Oliviera, Aprilia, P4. pht. Michelin Motorsport

Martin menace le temps de l’Italien peu de temps après, mais échoue de peu derrière « Pecco » à 0’’164. Miguel Oliveira fait une tentative en fin de séance, mais cela ne suffit pas et il termine la séance en P4. Dans les derniers instants de la séance, c’est l’octuple champion du monde Marc Marquez qui a fait taire le paddock avec un incroyable chrono inattendu, arrachant la pole à Bagnaia pour 0’’064, et envoyant un message au paddock qu’il n’a pas froid aux yeux.

#43, Jack Miller, KTM, P5. pht. Michelin Motorsport

La bataille du milieu de terrain

#23, Enea Bastianini, Ducati, P6. pht. Michelin Motorsport

Avec la grille de départ décidée pour le Tissot Sprint et la course de dimanche, tout est en place pour des batailles passionnantes tout au long du peloton. Malgré sa chute lors de sa 2e manche de Q2, Jack Miller s’élancera depuis le milieu de la 2e ligne en 5e position et devra se défendre contre les attaques d’Enea Bastianini (Ducati Lenovo Team) et de Maverick Viñales (Aprilia Racing) qui s’élanceront respectivement depuis la 6e et la 7e place.

#12, Maverick Viñales, Aprilia, P7. pht. Michelin Motorsport

La Q2 ici

En ce qui concerne les français, ils n’étaient pas dans le show, malheureusement.

Le décor est planté pour une bataille épique avec trois champions du monde alignés sur la première ligne, et de nombreuses questions en suspens. Ne manquez pas l’action du Tissot Sprint à 15h00, heure locale (GMT).

Pol Espargaró à l’hôpital de Faro pour davantage d’examens

Le pilote GASGAS a connu une violente sortie de piste lors de la P2, provoquant un drapeau rouge

Ce vendredi après-midi, Pol Espargaró (GASGAS Factory Racing Tech3) a été victime d’une chute impressionnante à 15 minutes de la fin de la P2. Le drapeau rouge a immédiatement été agité et les médecins se sont précipités sur l’Espagnol pour lui porter assistance. Le pilote GASGAS a d’abord été emmené au centre médical du circuit avant d’être transporté vers l’hôpital de Faro pour passer des examens complémentaires.

En début de soirée, le médecin du MotoGP, Docteur Ángel Charte, nous informait sur l’état de santé du n°44 :

« Pol Espargaró a été victime d’une lourde chute et souffre de multiples blessures. Pour en déterminer l’ampleur, il devra subir des examens complémentaires à l’hôpital de Faro, notamment au niveau de la colonne vertébrale.

Sur les plans cervical et neurologique, tout va très bien. Il n’a pas perdu connaissance et nous n’avons pas eu à l’intuber.

Son taux d’oxygène est bon, mais il souffre d’une contusion pulmonaire assez importante dont la gravité devra être confirmée par des tomographies et des IRM à l’hôpital de Faro.

Il a subi un choc violent au niveau de la colonne vertébrale et il souffre d’une contusion pulmonaire que nous devrons surveiller de près. Je pense que ça devrait aller, mais nous devons effectuer les examens nécessaires pour déterminer l’étendue de ses blessures.

Il est conscient, alerte et réagit bien. Il est actuellement sous sédatif. Il n’a pas de mal à bouger ses pieds, ses jambes et ses bras, il n’y a donc aucune raison de craindre une lésion permanente de la colonne vertébrale. »