13 août 2022

MotoGP : Bastianini triomphe au GP de France et pousse Bagnaia à la faute

L’Italien, qui aura poussé Francesco Bagnaia à l’erreur, empoche sa troisième victoire de l’année.

Les 110 000 spectateurs, agglutinés autour du tracé sarthois, espéraient assister au triomphe d’un Français. Malheureusement, ni Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP™), ni Johann Zarco (Pramac Racing) ne seront en mesure de se hisser sur le podium… Et pour la troisième année consécutive, la victoire revenait à une Desmosedici, en l’occurrence celle d’Enea Bastianini (Gresini Racing MotoGP).

#23, Enea Bastianini, P1. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

Une chute de Pecco Bagnaia a offert une victoire sur un plateau au pilote Gresini, Jack Miller et Aleix Espargaro étant également sur le podium au Mans.

Pour la troisième fois cette saison, Enea Bastianini a remporté une course MotoGP. La star de Gresini Racing a réalisé une performance sans faille devant plus de 110 000 spectateurs pour sortir vainqueur d’un Grand Prix de France SHARK palpitant. La « Bête » a profité d’une erreur de Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team), longtemps leader de la course, pour remporter le maximum de 25 points, tandis que Jack Miller (Ducati Lenovo Team) a fêté son deuxième podium de la saison, et Aleix Espargaro, d’Aprilia, sa troisième médaille de la catégorie reine.

#43, Jack Miller, P2. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

Les héros locaux Fabio Quartararo (Monster Energy Yamaha MotoGP) et Johann Zarco (Pramac Racing) n’ont pas pu marquer leur GP national par un podium, puisqu’ils ont dû se contenter des quatrième et cinquième place.

Le lancement de la ligne

Lorsque les lumières se sont éteintes, l’atmosphère du circuit a atteint son paroxysme alors que les pilotes se préparaient pour le départ de la 7e manche de 2022. Miller s’élance parfaitement de la ligne pour prendre le holeshot devant Bastianini, qui s’est frayé un chemin depuis la deuxième ligne. Bagnaia est troisième, les Suzuki Alex Rins et Joan Mir sont séparés par Takaaki Nakagami (LCR Honda Idemitsu) en P5. Un mauvais départ d’Espargaro l’a fait chuter à la septième place, tandis que Quartararo a également eu du mal à s’élancer, le Français ayant été avalé par plusieurs pilotes avant de remonter dans le peloton.

#41, Aleix Espargaro, ESP, Aprilia Racing, Aprilia, P3. pht. Michelin Motorsport

Après un premier tour endiablé, Marc Marquez (Repsol Honda Team) a pris l’ascendant sur Quartararo et Nakagami pour se hisser en P7, le pilote Repsol Honda côtoyant son homologue japonais. 

Au début du deuxième tour, Zarco connaît un début de GP tout aussi difficile. Le numéro 5 s’est élancé de la neuvième place après avoir été pénalisé de trois places sur la grille de départ pour une infraction à la Q2, et il était engagé dans une bataille au milieu du peloton avec Brad Binder (Red Bull KTM Factory Racing). Les deux pilotes sont entrés en contact au virage 6 et la RC16 a perdu un aileron avant en conséquence.

#20, Fabio Quartararo, FRA, Monster Energy Yamaha, Yamaha, P4. pht. Michelin Motorsport

Bagania et Rins ont tous deux pris Bastianini à revers pour l’écarter des places du podium, mais pour la GSX-RR, ses ambitions de course s’arrêtent au début du troisième tour. Dans un moment effrayant, Rins est sorti de la piste au virage 2 et a roulé à grande vitesse dans les graviers avant de revenir sur la piste au virage 4, mais malheureusement, il n’a pas pu garder sa machine droite alors qu’elle revenait sur le tarmac. Il a temporairement rejoint la piste mais a abandonné peu après.

#5, Johann Zarco, p5. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

Une confrontation avec la Desmosedici

En conséquence, c’est un Ducati un-deux-trois avec les pilotes d’usine construisant un écart en tête. Une erreur de Miller en tête a permis à son coéquipier Bagnaia de passer au 4ème tour, et la course a commencé à se stabiliser alors que les pilotes trouvaient leur rythme. Juste à côté des places du podium, Mir mène Espargaro, Quartararo et Marquez.

#93, Marc Marquez , P6. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

Plus loin derrière, le rookie Tech3 Rémy Gardner a chuté et trois tours plus tard, il a été rejoint par son coéquipier Raul Fernandez, ce qui a rendu la journée difficile pour l’équipe d’Hervé Poncharal.

La conservation des pneus de Bastinaini est réputée dans le paddock, et à l’approche de la mi-course, la question était de savoir quand et non pas si, il allait dépasser Miller, qui utilisait une combinaison tendre-tendre. Finalement, c’est arrivé au 12e tour, le pilote Gresini passant devant l’Australien au Garage Vert.

#30, Takaaki Nakagami, P7. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

Peu de temps après, il y a eu du changement juste derrière eux, Mir a heurté le sol et a chuté dans les graviers au virage 14, permettant à Espargaro et Quartararo de gagner une position chacun. Cependant, le pilote Aprilia avait encore du travail à faire car il était toujours à 1’’1s de Miller en troisième position. Jorge Martin (Pramac Racing) a également été déçu, puisqu’il a enregistré son quatrième abandon de l’année après une chute dans le virage 9.

#33, Brad Binder, P8. pht. Gold & Goose / Red Bull Content Pool

La GP21 contre la GP22

Après un certain nombre de tours, la lutte pour la victoire s’est animée lorsque Bastianini a commencé à s’attaquer à l’arrière de Bagnaia en tête. La pression a commencé au 17e tour et s’est poursuivie pendant cinq autres tours avant que la « Bête » ne fasse sa première action à la chicane Dunlop. Les deux se sont battus roue contre roue jusqu’au virage 6, avec une réponse de classe de Bagnaia. Mais la lutte n’était pas terminée, Bastianini a forcé son homologue Ducati à commettre une erreur au Garage Vert, Pecco a fait une sortie large et est tombé en P2. Cette erreur a laissé une seconde d’écart entre eux et dans un effort pour ramener le pilote satellite, Bagnaia a poussé trop fort dans le dernier virage et a glissé dans le gravier et hors de la course.

A partir de là, Bastianini n’a eu qu’à rester stable pour remporter sa troisième victoire de l’année, tandis que Miller était confortable en deuxième position. L’attention s’est portée sur les autres places du podium, avec les fans locaux qui attendaient le champion du monde Quartararo dans les derniers tours, mais il n’a jamais pu s’approcher suffisamment d’Espargaro, qui a réalisé une belle performance pour prendre la troisième place.

Le reste du top 10

La cinquième place est occupée par Zarco, qui a fait preuve d’un excellent rythme tout au long de la course, et l’on peut dire que le Cannois n’est pas au bout de ses peines. Marquez complète le top 6 tandis que Nakagami peut se réjouir d’une nouvelle septième place. Malgré l’absence d’un aileron dès le début de la course, Binder s’est classé P8, tandis que son coéquipier d’usine Miguel Oliveira (Red Bull KTM Factory Racing) a enregistré un DNF.

Luca Marini (Mooney VR46 Racing Team) et Maverick Viñales ont tous deux terminé dans le top 10.

Course ici

#43, Jack Miller, AUS, P2 / #23, Enea Bastianini, ITA, P1 / #41, Aleix Espargaro, ESP, P3. pht. Michelin Motorsport

Les meilleurs tours ici

Vitesses de pointe ici

Championnat ici

C’était certainement une course dont on se souviendra au Mans, le GP de France ayant été à la hauteur de l’événement devant une foule euphorique. Le prochain rendez-vous du MotoGP est le Grand Prix d’Italie au Mugello, où nous sommes sûrs de voir encore plus de rebondissements dans ce fascinant championnat du monde.

Communiqué MotoGP

Crédits photos – Red Bull, Michelin Motorsport

 

Haut du site