Mexican GP, Verstappen accroît son avance au championnat après avoir sauté les deux Mercedes au départ pour s’imposer en patron.

Posted by

Max Verstappen (Red Bull) a remporté le Grand Prix de Mexico pour la troisième fois de sa carrière, un record, devant Lewis Hamilton (Mercedes) et Sergio Perez (Red Bull), qui est devenu le premier pilote mexicain à monter sur le podium de Formule 1 lors de sa course nationale.

Un dépassement net et propre a permis à Verstappen de doubler les deux Mercedes au premier tour. pht. Peter Fox/Getty Images

La joie de la pole position de Valtteri Bottas a été de courte durée lorsque Verstappen a contourné l’extérieur des deux Mercedes dans le premier virage du premier tour. Bottas a ensuite été accroché par le pilote McLaren Daniel Ricciardo dans le deuxième virage, laissant Verstappen devant Hamilton puis Perez, derrière la voiture de sécurité, qui a été appelée, la relance a eu lieu au cinquième tour, alors que Bottas a été relégué en queue de peloton.

Le rythme de Verstappen sur les pneus mediums – sur lesquels tout le monde sauf Yuki Tsunoda et Esteban Ocon a commencé – était supérieur à celui d’Hamilton dans le premier relais. Le Britannique perdant du temps par rapport au Néerlandais et à son coéquipier Perez, il passe aux stands pour les pneus durs au 30e tour et Verstappen suit au 34e tour, sortant deuxième pour faire de Perez le premier Mexicain à mener sa course à domicile.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P1. pht. Lars Baron/Getty Images

Perez est passé aux pneus durs au 41e tour, à neuf secondes d’Hamilton, et a commencé à réduire l’écart pour le laisser à une seconde au 60e tour sur 71. Des acclamations énormes ont éclaté lorsque les spectateurs ont vu à quel point leur héros national était proche d’Hamilton et le cas du Britannique n’a pas été aidé lorsqu’on lui a dit de lever puis d’accélérer, mais Perez n’a pas pu faire le dépassement et a fini troisième – à seulement 1’’1s d’Hamilton – malgré des pneus durs qui avaient 11 tours de moins que ceux du pilote Mercedes.

Start of Race. pht. Mark Thompson/Getty Images

Quant à Bottas, il a été arrêté au tour 66 pour des pneus tendres, s’est désolidarisé au tour 68, mais n’a pas pu ravir le meilleur tour à Verstappen. Il s’est de nouveau arrêté pour un nouveau train de pneus softs à un tour de la fin, et a arraché le meilleur tour, enfin, au leader du championnat Red Bull, avant de terminer 15e au général.

Lewis Hamilton, P2 pht. LAT Images

Pierre Gasly s’est qualifié P5 mais a terminé à une confortable quatrième place après le tête-à-queue de Bottas, tandis que Carlos Sainz a pris la sixième place derrière Charles Leclerc (P5) en course.

Sebastian Vettel a pris la septième place pour Aston Martin, devant Kimi Raikkonen d’Alfa Romeo en P8.

Sergio Perez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda, P3. pht. Clive Mason/Getty Images

Fernando Alonso a pris la neuvième place pour Alpine après être parti 12e, mais a été gêné par un arrêt au stand au 40e tour. Lando Norris est parti de la 18e place, et le pilote McLaren a atteint la 7e place au 45e tour, lorsqu’il est passé des pneus moyens aux pneus durs.

Pierre Gasly of France driving the (10) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P4. pht. Lars Baron/Getty Images

Le coéquipier de Norris, Ricciardo, n’a pu prendre que la 12e place après un contact au premier tour qui a ruiné ses espoirs de marquer des points depuis la 7e place sur la grille et a promu Leclerc, Vettel et Raikkonen d’une place chacun.

Comment cela s’est passé

L’atmosphère du Grand Prix de Mexico 2021 a atteint son paroxysme bien avant le début de la course, les tribunes étant pleines à craquer de milliers de fans prêts à voir une première ligne de Mercedes – Valtteri Bottas en pole et Lewis Hamilton en P2 – lutter contre les Red Bull de Max Verstappen et Sergio Perez derrière.

Charles Leclerc, P5. pht. Scuderia Ferrari

Cette excitation des feux s’accompagne d’un sentiment de trépidation : que se passera-t-il dans la descente du complexe de virages serrés et sinueux des virages 1 à 3 ? Après leurs tours de formation, les retardataires se sont installés sur la grille de départ – un peu trop lentement au goût des pilotes de tête – avec tout le monde en pneus mediums, à l’exception de Yuki Tsunoda et Esteban Ocon, pénalisés par leur changement de moteur, qui sont partis en pneus softs, respectivement en P17 et P19.

Carlos Sainz, Ferrari SF21, P6. pht. Mark Sutton/LAT Images

Les lumières se sont éteintes, et c’est Verstappen qui a capitalisé. Il a bravé les trois largeurs à l’entrée du virage 1 et a contourné l’extérieur de la paire Mercedes pour prendre la tête. Daniel Ricciardo (McLaren) a pris un bon départ, mais il s’est bloqué dans le premier virage et a fait sortir Bottas, le poleman, qui semblait avoir ralenti pour aider Hamilton à passer, tandis que Ocon (Alpine) a accidentellement percuté Mick Schumacher (Haas) et Tsunoda (AlphaTauri) pour mettre fin à leur course.

La voiture de sécurité est apparue, Bottas a dû rentrer aux stands pour les pneus durs et Ricciardo a dû prendre des pneus neufs et une aileron av. Dans la mêlée du premier tour, les plus grands gagnants ont été Nikita Mazepin de P15 à P11 pour Haas, George Russell de P16 à P9 pour Williams et Antonio Giovinazzi de P11 à P6 pour Alfa Romeo.

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR21, P7.

Verstappen s’est relancé au cinquième tour de la course à la sortie de la Sefety Car, devant Hamilton et Perez. Le Néerlandais menait confortablement au virage 1, tandis que Giovinazzi perdait la P6 au profit de Carlos Sainz (Ferrari) et que Fernando Alonso prenait la P11 à Mazepin. Les commissaires, pendant ce temps, ont décidé de ne pas prendre de mesures pour les incidents du premier tour.

Retour à la bataille de tête, où Hamilton perdait du rythme face à Verstappen, le Néerlandais enchaînant les tours rapides pour se constituer une avance de sept secondes au 21e tour. Red Bull implorait Perez de suivre Hamilton devant, tandis que Mercedes demandait à Hamilton de s’éloigner du Mexicain. Au 27e tour, Perez n’était plus qu’à deux secondes du champion en titre. Les Flèches noires ont répondu en faisant pitcher Hamilton au 30e tour, le Britannique émergeant en cinquième position, brièvement derrière Charles Leclerc de Ferrari qui a pitché un tour plus tard.

Verstappen a fait de même pour un arrêt parfait au 34e tour, immobilisé pendant seulement 2’’2 secondes alors qu’il émergeait devant Hamilton, mais derrière Perez – qui est devenu le premier pilote mexicain à mener lors de sa course nationale avant de s’arrêter pour cause de difficultés au 41e tour. Entre les arrêts de Verstappen et de Perez, Hamilton a réalisé une rafale de tours rapides mais, une fois que Perez s’est arrêté, le champion en titre était à neuf secondes de Verstappen et à neuf autres de Perez.

#7 RAIKKONEN Kimi (fin), Alfa Romeo Racing ORLEN C41, P8. pht. Antonin Vincent/DPPI

Perez a commencé à prendre des morceaux de l’avance de neuf secondes d’Hamilton et au 50e tour, il n’était plus qu’à six secondes de la Mercedes, et Red Bull a ajouté la cerise sur le gâteau lorsque Verstappen a pris le meilleur tour au 52e tour.

Le Mexicain a continué, mettant la foule en extase puisqu’il n’était qu’à une seconde d’Hamilton au 60e tour, le Britannique luttant pour se rapprocher de Norris sur des pneus durs en surchauffe. Verstappen avait 18 secondes d’avance sur Hamilton à ce moment-là et la seule question était de savoir si Perez pouvait dépasser la Mercedes. Mais il a beau essayer, le Mexicain n’arrivera qu’à la troisième place, à une demi-seconde du champion en titre, mais ne pourra pas aller plus loin.

Fernando Alonso, Alpine, P9.

Hamilton finira deuxième, exaspéré, et Verstappen 16’’5 secondes devant pour une troisième victoire sur ce circuit désormais favori pour le néerlandais.

Pierre Gasly a pitché un tour après Leclerc mais est ressorti devant, terminant confortablement quatrième après avoir gagné une place au général lors du tête-à-queue de Bottas.

Quant aux Ferrari, Carlos Sainz s’est peut-être qualifié sixième et son coéquipier Charles Leclerc huitième, mais l’Espagnol était derrière après le premier tour et, après le redémarrage, irrité d’être derrière son coéquipier et incapable d’attaquer Pierre Gasly d’AlphaTauri en P4. La Scuderia a refusé de les échanger à ce moment-là mais a fait rentrer Leclerc 13 tours avant son coéquipier.

Avec des pneus plus récents, l’Espagnol a commencé à gagner sur Leclerc et les deux hommes ont finalement reçu l’ordre de s’échanger les positions au 60e tour – mais ils ont dû encore s’échanger les positions à nouveau lorsqu’il est devenu clair que Gasly s’accrochait à la P4. Ce qui laisse Leclerc cinquième et Sainz sixième.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P10.

Vettel, de l’écurie Aston Martin, a gagné une position au départ grâce à l’incident du virage 1. Il est passé de la P7 au 34e tour et a terminé devant son ancien coéquipier Kimi Raikkonen, le pilote Alfa Romeo passant de la P10 à la P8 aux dépens de Ricciardo et Bottas.

En P9, on retrouve Fernando Alonso d’Alpine, l’Espagnol ayant gagné trois positions depuis la P12 mais gêné par un arrêt au stand très lent au 40e tour. Pénalisé par une pénalité moteur, Lando Norris (McLaren) est resté sur la piste jusqu’au 45e tour et s’est arrêté en P7 pour un jeu de pneus durs, avec lequel il a pris le dernier point en P10.

Antonio Giovinazzi est parti de là où il a terminé, en P11, tandis que Ricciardo de McLaren n’a pu terminer que 12e après avoir effectué deux ravitaillements en course, le contact avec Bottas au premier tour l’ayant maintenu à cinq places de son point de départ.

Ocon a troqué ses pneus souples pour des pneus durs au 15e tour, le pilote Alpine terminant 13e devant Lance Stroll (Aston Martin) en P14. Ces deux pilotes sont partis respectivement 19e et 20e, et ont battu un Bottas en difficulté à l’arrivée.

La journée de Bottas a menacé de devenir grotesque après son tête-à-queue et son arrêt au stand au premier tour, puisqu’il est rentré aux stands trois fois de plus au Mexique. Le Finlandais a été frustré derrière Ricciardo pendant un certain nombre de tours, il est passé une deuxième fois par les stands depuis la P12 au 42e tour – pour un arrêt qui a duré plus de 11 secondes – pour sortir 15e.

À cinq tours de la fin, il a été arrêté pour un train de pneus tendres afin de ravir le meilleur tour à Verstappen. Mais il devait être arrêté à nouveau pour prendre ce point de meilleur tour, et l’a finalement fait lors du dernier tour de la course.

Russell, de l’écurie Williams, est passé de la P16 à la P9, mais il a terminé 16e  perdant des pilotes comme Alonso, Norris, Ocon et Stroll, car son rythme n’était pas à la hauteur. Son coéquipier Nicholas Latifi a terminé 17e, tandis que Nikita Mazepin a été le dernier à terminer – son coéquipier Schumacher et Tsunoda d’AlphaTauri ayant abandonné – en P18 pour Haas.

Lewis Hamilton of Mercedes, P2, Max Verstappen of Red Bull Racing, P1, Sergio Perez, Red Bull Racing, P3 celebrate on the podium. pht. Peter Fox/Getty Images

Citation clé

« C’est incroyable. Je veux dire, bien sûr, avoir Checo [Perez] comme coéquipier ici au Mexique, c’est incroyable, mais avant cela déjà, tout le temps, les fans ici, ils ont été incroyables, ils aiment la Formule 1, donc c’est vraiment agréable d’être ici.

« Le chemin est encore long [dans le championnat], mais c’est bien sûr une bonne chose, mais cela peut aussi changer très rapidement. Mais j’ai hâte d’être au Brésil. J’ai aussi de bons souvenirs là-bas »Max Verstappen, Red Bull.

Classement course ici

Les meilleurs tours ici

Les Pit-Stops ici

Championnat Pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Quelle est la suite ?

Red Bull n’est qu’à un point de Mercedes tandis que Max Verstappen a 19 points d’avance sur Lewis Hamilton dans leurs championnats respectifs, le Grand Prix du Brésil étant le prochain du 12 au 14 novembre.

PILOTE DU JOUR : Perez obtient le vote des fans avec un podium à domicile au Mexique

Ce n’était pas tout à fait une victoire à domicile de conte de fées pour Sergio Perez, mais l’homme de Red Bull s’en est approché, poussant Lewis Hamilton jusqu’au bout alors qu’il obtenait la troisième place, devenant ainsi le premier Mexicain à terminer sur le podium au Mexique. Voici comment le vote s’est déroulé…

Sergio Perez – 36,9%

Max Verstappen – 13,5%

Pierre Gasly – 7,4%

Lewis Hamilton – 6,5%

Lando Norris – 5,9%

KEY MOMENTS BY PIRELLI

Le pilote Red Bull Max Verstappen a remporté le Grand Prix du Mexique avec une stratégie à un arrêt, passant des pneus durs P Zero Yellow Medium aux P Zero White au 34e tour. C’était la stratégie la plus fréquemment utilisée dans la course de 71 tours, adoptée par la majorité du peloton (et la stratégie que Pirelli a calculée comme la plus rapide).

Lewis Hamilton a terminé deuxième pour Mercedes après s’être arrêté au 30e tour pour des pneus durs, battant Sergio Perez de Red Bull pour la deuxième place dans les phases finales – avec le Mexicain sur des pneus durs qui avaient 11 tours de moins.

Tous les pilotes ont pris le départ de la course en pneus médium, à l’exception d’Esteban Ocon d’Alpine et de Yuki Tsunoda d’AlphaTauri, qui ont débuté la course en P Zero Red tendre depuis le fond de la grille.

Daniel Ricciardo de McLaren et le poleman Valtteri Bottas (Mercedes) sont tous deux passés au pneu dur sous une voiture de sécurité au premier tour. Les deux ont fini par s’arrêter à nouveau pour les pneus médium, tandis que Bottas a fait deux arrêts supplémentaires pour les pneus tendres à la fin de la course pour signer le meilleur tour.

La température de la piste était de 48 degrés au début de la course : la plus élevée de tout le week-end.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

HARD C2 : clé de la course au Mexique, avec presque tous les pilotes qui ont fait le maximum pour le deuxième relais et qui ont bénéficié d’une faible usure et dégradation.

MEDIUM C3 : Ce composé a fourni une flexibilité optimale et une large fenêtre d’arrêt au stand. Lando Norris de McLaren – qui était parti du fond de la grille – a effectué le plus long relais moyen avec 45 tours, terminant 10e au drapeau.

SOFT C4 : Ocon a couru le pneu tendre avant de terminer la course sur le dur, seul pilote à utiliser cette stratégie. Bottas a également pris ce pneu avec cinq tours à faire, pour priver Verstappen du meilleur tour et établir un nouveau record du tour. Les températures chaudes de la piste d’aujourd’hui ont rendu le soft sensible à la surchauffe, ce qui signifiait qu’il n’était pas vraiment utilisé (comme prévu).

 

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE :

pht. Mark Sutton/LAT Images

 » Ce fut une course à un seul arrêt raisonnablement simple pour la majorité des concurrents, avec le moyen et le dur offrant d’excellents résultats dans ces températures de piste élevées. Le moyen a très bien résisté à de longs relais initiaux, montrant une forte combinaison de performance et de régularité , avec un peu d’aide d’une période de voiture de sécurité de quatre tours au départ. Le pneu dur a montré un bon rythme de course, avec une faible dégradation, ce qui l’a rendu essentiel pour le grand prix d’aujourd’hui dans ces conditions. En conséquence, Max Verstappen a été le premier pilote pour battre le meilleur tour en course de 2019 (la dernière fois que le Grand Prix du Mexique a été couru) avec des pneus durs usagés, sur une piste encore assez poussiéreuse . »

Pierre Gasly :

pht. Peter Fox/Getty Images

« Je suis extrêmement heureux, P4 est un très bon résultat et nous ne pouvions pas rêver meilleur week-end. Tout était sous contrôle avec Charles derrière, j’ai réussi à bien m’en sortir et à bien gérer toute la course depuis la quatrième position. Ce week-end, la voiture a vraiment été là, nous avons livré hier en Quali, puis de nouveau en course aujourd’hui et finir devant Ferrari, c’est toujours aussi bien. Nous sommes à égalité de points avec Alpine maintenant, c’est mon plan personnel de livrer la cinquième place du championnat à Franz et à toute l’équipe – un beau cadeau de Noël bien mérité – donc nous continuerons à pousser pour cela. La façon dont nous travaillons actuellement en équipe, je pense que nous pourrons trouver nos chances dans les prochaines courses.

Franz Tost Team Principal AlphaTauri :

pht. Mark Sutton, Pool/Getty Images

« Un grand bravo à Max, cette victoire signifie un grand pas vers la possibilité de remporter le championnat. C’était merveilleux de revenir ici au Mexique. Il y a tellement de fans de Formule 1 et c’est vraiment excitant de voir toutes les tribunes pleines de passionnés. Cela a été très intéressant de voir Checo, surtout dans les derniers tours, se battre tout en poursuivant Hamilton.

De notre côté, je dois dire que nous avons passé un week-end très réussi. Pierre s’est qualifié hier en cinquième position et la stratégie était claire aujourd’hui : il devait survivre dans le premier virage, garder les Ferrari derrière et ramener P5 à la maison. Grâce à la rotation de Bottas dans le premier tour, il a pu remonter à la quatrième place et il l’a défendu jusqu’au drapeau à damier. Nous savons à quel point il est difficile ici au Mexique de gérer les pneus et les freins à cette altitude, et Pierre a été incroyable pendant toute la course, se comportant de manière très professionnelle. Pierre et l’équipe ont fait un travail fantastique tout au long du week-end et la voiture a montré une très bonne performance.

Yuki a été un peu malheureux aujourd’hui. Il a dû partir de la P17 à cause du changement de Power Unit, puis dans le premier virage, Ocon l’a percuté, il n’a donc pas pu continuer la course car la voiture était trop endommagée. Il a montré un bon rythme tout au long du week-end et j’ai hâte de voir comment il se comportera pour le reste de la saison. Nous espérons que nous n’aurons plus de pénalités à prendre, ce qui signifie qu’il devrait être dans le top 10 et marquer régulièrement des points dans les courses restantes. Nous allons maintenant nous préparer pour Sao Paulo où j’espère que nous pourrons montrer une performance similaire. Nous aurons les qualifications Sprint, mais avoir une voiture rapide devrait certainement aider. »

Esteban Ocon :

« La course s’annonçait difficile en partant du fond de la grille après notre pénalité liée au moteur, donc nous pouvons être contents d’avoir gagné six positions aujourd’hui. Je suis satisfait de ma course et de la façon dont nous nous sommes battus, même en l’absence de points pour nous récompenser. Le départ était rude et nous avons eu la chance de nous en sortir sans trop de dégâts après les contacts avec deux voitures au premier virage. J’ai essayé de l’éviter, mais je ne pouvais pas faire grand-chose de plus. Après cela, nous avons eu de belles batailles pour remonter dans le peloton et c’était amusant. C’est bien pour l’équipe de voir Fernando prendre des points importants pour le championnat. Nous nous concentrons déjà sur la semaine prochaine où nous viserons tous deux les points. »

Fernando Alonso :

« Je suis content de notre course bien exécutée. Finir neuvième avec des points après notre samedi difficile est un bon résultat. Je n’étais pas fier de moi hier, mais je le suis aujourd’hui. Le départ était assez chaotique et j’ai dû esquiver quelques voitures dans les premiers virages. C’est passé de justesse, mais nous avons réussi à éviter des dégâts avant de gagner quelques positions après la voiture de sécurité. C’est bien de voir que notre monoplace peut se battre pour les points de manière régulière, même en partant plus loin sur la grille. Nous avons cédé un peu de terrain face à Alpha Tauri dans la bataille pour la cinquième place, mais j’espère que mes points acquis aujourd’hui aideront l’équipe en fin de saison. »

Laurent Rossi, CEO d’Alpine :

« Être de retour dans les points aujourd’hui après nos qualifications difficiles d’hier démontre la combativité de cette équipe. Il était important de revenir dans le top dix après la frustration d’Austin. Ce n’était pas une course facile, loin de là, avec Fernando s’élançant au cœur du peloton et Esteban en fond de grille après sa pénalité moteur. Fernando a joué un peu de malchance au départ en devant éviter Bottas, mais il a ensuite réalisé une course propre et sérieuse pour s’ouvrir la porte des points. Esteban a aussi connu un départ compliqué en étant pris en sandwich entre deux monoplaces au premier virage. Comme Fernando, il a affiché un bon rythme et a puisé dans ses ressources pour finir treizième. Bien sûr, marquer deux points avec une seule voiture n’est pas notre objectif, mais il s’agit d’un résultat dont nous pouvons nous satisfaire après les qualifications d’hier. Cela nous donne également une motivation supplémentaire en vue du week-end prochain au Brésil, où nous retrouverons des conditions plus conventionnelles. Nous sommes désormais à égalité dans notre bataille avec Alpha Tauri pour la cinquième place, donc nous devons poursuivre notre travail acharné et rester totalement engagés pour conserver l’ascendant. »

MAX VERSTAPPEN :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« C’était une journée incroyable pour l’équipe et aussi pour les fans, avoir Checo sur le podium ici au Mexique lors de son Grand Prix à domicile était génial, donc ça n’aurait pas pu être mieux. Je savais que le départ était très important aujourd’hui, nous étions trois larges à un moment donné et j’étais sur la ligne de course la plus idéale pour pouvoir freiner plus tard et prendre la tête. Après cela, je pouvais faire mon propre truc, le rythme était très bon aujourd’hui, donc je pouvais continuer à construire et à créer un écart, les arrêts aux stands se sont déroulés sans heurts et la voiture a été bonne tout au long de la course, ce qui était crucial aujourd’hui. Checo, au cours des dernières courses, a vraiment compris, il a été là-haut et il a vraiment fait pression sur Lewis aujourd’hui vers la fin. Je ne pense toujours pas à ce trophée, nous allons réessayer au Brésil et continuer à pousser.

SERGIO PEREZ :

pht. Clive Mason/Getty Images

« C’est un excellent résultat pour mon pays, je voulais vraiment plus mais malheureusement nous n’avons pas obtenu cela. C’était tellement compliqué dans le premier virage, donc pour éviter les incidents, il y avait un problème critique et ensuite je voulais la deuxième place, mais nous n’avons pas eu l’occasion car c’est tellement difficile de doubler ici. J’étais très proche d’avoir Lewis, mais les Mercedes sont si rapides en ligne droite que je n’ai pas eu l’occasion d’y aller, mais j’ai fait de mon mieux. Je pouvais sentir l’énergie des fans quand je traversais le secteur du stade et je pensais au nombre de personnes qui étaient là pour moi, je pouvais en fait entendre la foule quand je conduisais à travers Foro Sol. Je voulais plus mais je suis juste très heureux d’être sur le podium de mon pays d’origine, les Mexicains étaient tellement heureux aujourd’hui. Nous sommes tellement compétitifs en tant que pilotes que lorsque nous terminons troisièmes, nous ne sommes pas contents mais aujourd’hui je devais en profiter, tous ceux qui étaient là depuis le départ avec moi étaient là à la fin de la course et ça a été un moment incroyable pour moi. Je pense qu’aujourd’hui, nous étions l’équipe la plus rapide, mais cela va changer pour le reste de la saison, nous devons donc rester concentrés et continuer à pousser.

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Aujourd’hui, c’était une grosse course et une grosse victoire d’équipe. C’était une performance sans faille de toute l’équipe, des pilotes aux arrêts aux stands en passant par la stratégie et la fiabilité, c’était une très bonne performance d’équipe. Max a encore été phénoménal aujourd’hui, il a trouvé de l’espace au premier virage, et je dois dire que Bottas a été très juste et lui a laissé suffisamment d’espace, et Max en a profité au maximum et a pu contrôler la course. C’est la première fois que Honda a un pilote qui remporte neuf courses en un an, car Max était à égalité avec Senna sur huit, c’est donc une grande réussite pour lui et Honda. Quel week-end ce fut pour Checo, le premier Mexicain à mener le Grand Prix à domicile et premier à terminer sur le podium, son troisième en autant de courses, est vraiment spécial. Il a retrouvé sa confiance dans la voiture et ses performances sont de plus en plus fortes, c’est exactement ce que nous espérions de lui. La prochaine étape est le Brésil où c’est une course de sprint et nous n’avons toujours pas encore gagné de week-end de course de sprint. Nous avons vu à quel point Mercedes était compétitive ce week-end, en particulier en qualifications, nous ne prenons donc rien pour acquis. Il reste encore 107 points disponibles, c’est un long chemin à parcourir et il reste encore beaucoup de courses. »

Lewis Hamilton :

pht. LAT Images

Tout d’abord, félicitations à Max. Cette voiture était plus rapide que nous ce week-end et nous ne pouvions vraiment rien y faire. J’ai absolument tout donné et évidemment une belle bagarre avec Sergio à la fin, mais je suis reconnaissant d’avoir encore au moins pu décrocher une deuxième place. C’était assez facile de tenir le coup – j’ai été dans cette situation plusieurs fois auparavant – mais cela montre à quel point leur voiture était rapide quand Sergio était si proche derrière moi et capable de suivre de près. Il a fait un excellent travail! Malgré tout, j’ai vraiment apprécié la course et j’en ai tiré tout ce que nous pouvions aujourd’hui. Maintenant, nous devons baisser la tête et continuer à travailler dur pour préparer les prochaines courses, elles viendront rapidement vers nous au cours des deux prochains week-ends.

Toto Wolff, Team Principal Mercedes :

 

Tout d’abord, il faut féliciter Red Bull car leur rythme était à un autre niveau. Je ne pense pas que nous aurions pu gagner la course même si nous étions restés devant dans le premier virage car ils auraient pu nous pincer autour des arrêts aux stands. A la fin, je pense que pour le championnat de Lewis, c’était la limitation des dégâts et il a fait une course brillante avec l’équipement qu’on lui a donné. Du côté des constructeurs, la sortie de Valtteri au virage 1 était juste très douloureuse. Au départ, nous avions deux voitures devant, mais cela semblait s’ouvrir à Max pour contourner l’extérieur – puis le tête-à-queue de Valtteri nous a coûté les points que nous aurions pu obtenir pour une troisième ou une quatrième place. En ce qui concerne le Brésil, cela a aussi traditionnellement été une piste Red Bull – mais nous allons nous relever et tout donner pour nous battre, puis nous en avons trois autres à parcourir après cela.

Andrew Shovline :

pht. Jiri Krenek

Une journée difficile; La plupart de ce qui s’est mal passé s’est produit dans les vingt premières secondes, mais finalement nous n’avions pas le rythme et avec une seule voiture en tête de la course, la deuxième place était la meilleure que Lewis aurait pu atteindre. La phase de lancement des départs était bonne, sans doute celle de Lewis était trop bonne car cela signifiait qu’il ne pouvait pas remorquer Valtteri. Malheureusement, Max a pu profiter de cet avantage et a ensuite trouvé son chemin sur la ligne de course dans le virage 1 pour prendre la tête. Valtteri s’est ensuite retourné lorsque Ricciardo l’a enfermé et l’a frappé, ce qui l’a essentiellement mis hors de cause. L’histoire de la course de Lewis était assez simple ; nous avons dû réagir tôt dès le premier arrêt pour nous protéger contre un dégagement de Sergio, ce qui signifiait que nous avions un long relais jusqu’à l’arrivée, mais Lewis a très bien réussi à s’assurer la deuxième place. Nous avons encore quatre courses aujourd’hui,

Charles Leclerc #16 :

pht. Scuderia Ferrari

« Les cinquième et sixième places remportées ce week-end sont un bon résultat puisque la course s’est déroulée un peu différemment de ce à quoi nous nous attendions.

Ma première partie de course, en pneus Medium, était solide car mon rythme était très compétitif. Nous nous sommes arrêtés relativement tôt pour monter le Hard et essayer de mettre la pression sur Gasly devant nous. Carlos, de son côté, a mis longtemps à essayer d’avoir des pneus plus frais et ainsi pouvoir l’attaquer dans la course finale. Nous avons échangé nos positions mais malheureusement aucun de nous n’a réussi à le prendre. Son rythme aujourd’hui était vraiment incroyable.

De retour à ma course, j’ai beaucoup lutté avec les pneus durs dans mon deuxième relais mais dans l’ensemble je pense que la journée a été positive et que nous avons pu offrir un bon exemple d’esprit d’équipe. »

Mattia Binotto, Team Principal Ferrari :

pht. Scuderia Ferrari

« Un résultat utile pour continuer à poursuivre l’objectif de cette finale de saison, à savoir la troisième place au championnat des constructeurs. Ces dix-huit points sont le résultat du bon travail de toute l’équipe – des pilotes aux techniciens, de la piste au garage distant – dans la préparation et la gestion de ce week-end.

J’ai particulièrement aimé l’esprit de collaboration entre Charles et Carlos et le travail au stand, avec deux changements de pneus rapides et précis, malgré la pression que l’équipe avait forcément.

Avec ce résultat nous revenons en troisième position avec un avantage qui commence à être intéressant mais qui ne garantit évidemment rien. Nous devrons essayer de consolider cette position lors des quatre dernières courses et continuer sur le chemin de la croissance qui représente le chiffre le plus significatif de notre saison. »

English Information

Verstappen extends championship lead after jumping both Mercedes at the start to win in Mexico

Red Bull’s Max Verstappen cruised to a record third career Mexico City Grand Prix victory ahead of Mercedes’ Lewis Hamilton and Red Bull team mate Sergio Perez – who became the first Mexican driver to take a Formula 1 podium at their home race.

The joy of Valtteri Bottas’s shock pole position was short-lived as Verstappen swept around the outside of the two Mercedes into the first corner on the opening lap. Bottas was then tipped into a spin by McLaren’s Daniel Ricciardo into Turn 2 to leave Verstappen leading Hamilton then Perez behind the Safety Car, which was called back for a Lap 5 race restart, as Bottas dropped to the back of the field.

Verstappen’s pace on the medium tyres – on which everyone bar Yuki Tsunoda and Esteban Ocon started – was superior to Hamilton’s in the opening stint. With the Briton losing time to the Dutchman and his team mate Perez, he pitted for hards on Lap 30 and Verstappen followed on Lap 34, emerging second to make Perez the first Mexican to lead his home race.

Perez would come in for new hard compounds on Lap 41, nine seconds behind Hamilton, and began to take chunks out of that gap to leave it at just one second on Lap 60 of 71. Huge cheers erupted when the crowds saw how close their home hero was to Hamilton and the Briton’s case wasn’t helped when he was told to lift and coast, but Perez couldn’t make the pass and ended up third – just 1.1s behind Hamilton – despite having hard tyres that were 11 laps newer than the Mercedes driver’s.

As for Bottas, he was stopped on Lap 66 for soft tyres, unlapped himself on Lap 68, but could not take fastest lap away from Verstappen. He pitted again for another new set of softs with a lap remaining, and snatched away the fastest lap from the Red Bull championship leader, before finishing 15th overall.

Pierre Gasly qualified P5 but finished a comfortable fourth after Bottas’s spin, while Carlos Sainz took sixth behind Charles Leclerc (P5) in the race, the Spaniard losing out to his Ferrari team mate at the start.

Sebastian Vettel took seventh for Aston Martin, ahead of Alfa Romeo’s Kimi Raikkonen in P8.

Fernando Alonso took ninth for Alpine having started 12th, but was hampered by a slow Lap 40 pit stop. That left Lando Norris 10th from 18th, the McLaren driver having made it to P7 by Lap 45, when he pitted from mediums to hards.

Norris’s team mate Ricciardo, however, could only take 12th after Lap 1 contact ruined his hopes of scoring points from P7 on the grid and promoted Leclerc, Vettel and Raikkonen a place apiece.

As it happened

The atmosphere ahead of the 2021 Mexico City Grand Prix reached fever pitch well before the race had started, the grandstands packed to the rafters with thousands of fans ready to watch a front-row of Mercedes – Valtteri Bottas on pole and Lewis Hamilton on P2 – fending off the Red Bulls of Max Verstappen and Sergio Perez behind.

With that excitement came a feeling of trepidation: what would happen on the run down to the tight and winding Turns 1-3 complex of corners? The backmarkers trickled onto the grid after their formation laps – a bit too slowly for the frontrunners’ likings – with everyone on mediums bar the engine penalty-hit pair of Yuki Tsunoda and Esteban Ocon who started on softs from P17 and P19, respectively.

The lights went out, and it was Verstappen who capitalised. He braved it three-wide going into Turn 1 and made it around the outside of the Mercedes pair to take the lead. McLaren’s Daniel Ricciardo enjoyed a solid start but locked up into the first corner, tagging and spinning out polesitter Bottas – who seemed to have slowed to help Hamilton past – while Alpine’s Ocon accidentally collected both Haas’s Mick Schumacher and AlphaTauri’s Tsunoda to end their races.

The Safety Car duly appeared, causing Bottas to pit for hards and Ricciardo to take new tyres plus a McLaren wing. In the opening lap melee, the biggest gainers were Nikita Mazepin from P15 to P11 for Haas, George Russell from P16 to P9 for Williams and Antonio Giovinazzi from P11 to P6 for Alfa Romeo.

Verstappen led the restart away on Lap 5 of the 71-lap race ahead of Hamilton and Perez. The Dutchman led comfortably into Turn 1 while Giovinazzi lost P6 back to Ferrari’s Carlos Sainz and Fernando Alonso took P11 off Mazepin. The Stewards, meanwhile, decided not to take action over the Lap 1 incidents.

Back to the lead battle, where Hamilton was losing pace to Verstappen, the Dutchman putting fastest laps on the board to build up a seven-second lead by Lap 21. Red Bull implored Perez to keep up with Hamilton ahead; while Mercedes asked Hamilton to pull away from the Mexican. On Lap 27, Perez was just two seconds behind the defending champion. The Silver Arrows responded by pitting Hamilton on Lap 30, the Briton emerging fifth, briefly behind Ferrari’s Charles Leclerc who pitted a lap later.

Verstappen followed suit for a perfect Lap 34 stop, stationary for just 2.2 seconds as he emerged ahead of Hamilton but behind Perez – who became the first Mexican driver to lead laps at their home race before stopping for hards on Lap 41. Between Verstappen and Perez’s stops, Hamilton put in a flurry of fastest laps but, once Perez pitted, the defending champion was nine seconds behind Verstappen and another nine ahead of Perez.

Perez started to take chunks out of Hamilton’s nine-second lead and by Lap 50 he was just six seconds behind the Mercedes, and Red Bull added more icing to their cake when Verstappen took fastest lap on Lap 52.

The Mexican continued, putting the crowd well on their feet as he was just a second behind Hamilton on Lap 60, the Briton struggling to lap Norris on overheating hard tyres. Verstappen was 18 seconds ahead of Hamilton by this point and now the only question was whether Perez could pass the Mercedes. But try as he might, it would be P3 for the Mexican as he came within half a second of the defending champion but could go no further.

Hamilton would end up second, exasperated, and Verstappen 16.5 seconds ahead for a third victory at this now-favourite circuit.

Pierre Gasly pitted a lap after Leclerc but emerged ahead, comfortably finishing fourth having gained one place overall when Bottas spun.

As for the Ferraris, Carlos Sainz may have qualified sixth and his Ferrari team mate Charles Leclerc eighth but the Spaniard was behind after Lap 1 and, after the restart, irked that he was behind his team mate and unable to attack AlphaTauri’s Pierre Gasly in P4. The Scuderia declined to swap them at that point but pitted Leclerc 13 laps before his team mate.

On newer tyres, the Spaniard began to gain on Leclerc and the two were eventually instructed to swap by Lap 60 – but they were swapped back once it became clear that Gasly would hang onto P4. That left Leclerc fifth and Sainz sixth.

Aston Martin’s Vettel made up a position at the start thanks to the Turn 1 fracas, pitted from P7 on Lap 34, and finished there ahead of his former team mate Kimi Raikkonen, the Alfa Romeo driver taking P8 from P10 on the grid at the expense of Ricciardo and Bottas.

In P9 was Alpine’s Fernando Alonso, the Spaniard having gained three positions from P12 but hampered thanks to a slow Lap 40 pit stop. Hit by an engine penalty, McLaren’s Lando Norris stayed out until Lap 45 and pitted from P7 for a set of hards, with which he took the final point in P10.

Antonio Giovinazzi started where he finished, in P11, while McLaren’s Ricciardo could only finished 12th having pitted twice in the race, that Lap 1 contact with Bottas keeping him five places behind where he started.

Ocon swapped his starting softs to hard compounds on Lap 15, the Alpine driver finishing 13th ahead of Aston Martin’s Lance Stroll in P14. That pair started 19th and 20th, respectively, and beat a beleaguered Bottas by the finish.

Bottas’s day threatened to become farcical after his Lap 1 spin and pit stop, as he eventually went into the pits three more times in Mexico. The Finn was frustrated behind Ricciardo for a number of laps, pitted a second time from P12 on Lap 42 – for a stop that lasted more than 11 seconds – to emerge 15th.

With five laps remaining, he was stopped for a set of soft tyres to take the fastest lap away from Verstappen. But he needed to be stopped again to take that fastest lap point, and finally did so on the final tour of the race.

Williams’ Russell may have made it up to P9 from P16 at the start but ended up 16th, losing out to the likes of Alonso, Norris, Ocon, and Stroll as his pace couldn’t match up. Team mate Nicholas Latifi finished 17th, while Nikita Mazepin was the last finisher – team mate Schumacher and AlphaTauri’s Tsunoda having retired – in P18 for Haas.

Key quote

« It’s incredible. I mean, of course having Checo [Perez] as your team mate coming here to Mexico is amazing, but even before that already, all the time the fans here, they’ve been incredible, they love Formula 1, so it’s really nice to be here.

« It’s a long way to go [in the championship], but it’s of course looking good, but also it can turn around very quickly. But I’m looking forward to Brazil. I have also good memories there » – Max Verstappen, Red Bull.

What’s next?

Red Bull are just one point behind Mercedes while Max Verstappen is 19 points ahead of Lewis Hamilton in their respective championships, the Brazilian Grand Prix up next on November 12-14.