13 août 2022

Max Verstappen remporte le GP de France devant les Mercedes, Leclerc abandonne

Max Verstappen a remporté le Grand Prix de France 2022 pour Red Bull après que Charles Leclerc (Ferrari) ait chuté au 18e tour – s’en sortant indemne – tandis que le duo Mercedes de Lewis Hamilton et George Russell complétait le podium au Paul Ricard.

#1, Max Verstappen, P1. pht. Pirelli

Les températures élevées de la piste signifiaient que la gestion des pneus était essentielle au Castellet, et après que Verstappen se soit arrêté au 17e tour, c’était à Leclerc de répondre. Un coup cruel de survirage au virage 11 a sonné la fin de sa course – et a déclenché un cri de frustration – avant de faire sortir la voiture de sécurité. Verstappen est resté à l’extérieur et a hérité de la tête, Hamilton et Sergio Perez (Red Bull) se sont lancés à la poursuite de la voiture de tête pour le redémarrage. Une fois de plus Leclerc a vécu une course difficile qui semblait lui tendre les bras. A-t-il été trahi par sa Ferrari comme il semblait le dire à la radio avec encore un problème d’accélérateur ? Nous ne le saurons jamais, car une fois rentré au paddock, le monégasque a pris l’entière responsabilité de l’accident, comme le disait Jacques Villeneuve sur la chaine Canal+, « les pilotes disent ce qu’on leur dit de dire »…

#44, Lewis Hamilton, P2. pht. Mercedes

Le leader du championnat Verstappen menait confortablement lorsque la course a repris au 22e tour, ouvrant un écart de quatre secondes sur Hamilton au 30e tour sur 53 et s’imposant finalement avec une marge de plus de 10 secondes. Perez a perdu P3 au profit d’Hamilton au début de la course et n’a pas pu suivre son rythme.

Il semblait pourtant favori pour finir troisième mais après une voiture de sécurité virtuelle tardive – déclenchée par l’arrêt en piste de Zhou Guanyu dans l’Alfa Romeo – il a perdu la dernière place sur le podium au profit de Mercedes juste au moment où la voiture de sécurité virtuelle a pris fin au 50e tour. Perez et Russell étaient déjà entrés en contact au virage 8 – aucune pénalité n’a été appliquée – dans une lutte acharnée pour le podium, qui s’est terminée par un écart de seulement 0’’8s entre les deux pilotes au moment du drapeau.

Le pilote du jour Carlos Sainz est parti 19e avec des pénalités moteur, mais avec sa Ferrari en pneus durs, il est entré dans le top 10 au 14e tour. Il est passé aux stands pour les mediums pendant la voiture de sécurité, mais une sortie non sécurisée lui a valu une pénalité pour arrêt et un nouveau passage aux stands pour les mediums au 43e tour. Il a dépassé les Alpines et les McLarens pour finir cinquième.

Race Start. pht. Red Bull

Fernando Alonso, de l’écurie Alpine, a dépassé Lando Norris en début de course et est resté en sixième position, devant les deux McLaren pendant une grande partie de la course, les retardant pour que son coéquipier Esteban Ocon prenne la septième place à Daniel Ricciardo après le départ de la voiture de sécurité. McLaren a commencé l’après-midi à égalité de points avec Alpine mais, avec Norris qui a terminé septième et Ricciardo neuvième, Alpine prend la tête du classement avant la Hongrie.

 

#63, George Russell, P3. pht. Pirelli

Lance Stroll complète le top 10 après avoir remporté une bataille en début de course – et une bagarre dans le dernier tour qui menaçait de dégénérer – contre Sebastian Vettel, son coéquipier chez Aston Martin (11e), pour le dernier point.

Pierre Gasly est passé des pneus durs aux mediums lors du redémarrage de la voiture de sécurité et a terminé 12e , devant Alex Albon – le pilote Williams s’est finalement incliné devant l’AlphaTauri.

#11, Sergio Perrez, P4. pht. Pirelli

Valtteri Bottas de l’Alfa Romeo a terminé 14e avec une stratégie de pneus durs-moyens, tandis que la Haas de Mick Schumacher a été le dernier des arrivants en P15, l’Allemand ayant été victime d’un tête-à-queue lors d’un incident avec Zhou avant la mi-course.

Yuki Tsunoda a fait un tête-à-queue en début de course après avoir été touché par Ocon d’Alpine, le pilote AlphaTauri devenant le premier à abandonner la course au 17e tour.

Kevin Magnussen est passé de la 20e à la 14e place après le départ de la voiture de sécurité, mais un contact avec Nicholas Latifi de Williams a obligé le Danois à rentrer aux stands et à abandonner avant le 40e tour, Latifi lui emboîtant le pas quelques tours plus tard.

#55, Carlos Sainz, P5. pht. Scuderia Ferrari

Zhou a subi son cinquième abandon de la saison, en se garant juste en dehors de la piste pour déclencher un VSC en fin de course.

Ce qui s’est passé

Le Monégasque s’élancera de la pole position – un bon coup de pouce de son coéquipier Carlos Sainz, pénalisé sur la grille de départ, l’ayant aidé samedi – devant le leader du championnat Max Verstappen et Sergio Perez dans la Red Bull, Lewis Hamilton débutant son 300e Grand Prix en P4. Aucun d’entre eux n’aurait négligé le fait que les trois dernières courses de F1 ici avaient été remportées depuis la pole position.

#14, Fernando Alonso, P6. pht. Pirelli

Les températures augmentant, la gestion des pneus sera essentielle, d’autant plus que le point de sortie de la voie des stands a été allongé d’environ 90 mètres et que la limite de vitesse a été abaissée à 60 km/h. Seuls Valtteri Bottas, Pierre Gasly et Sainz ont choisi de partir en pneus durs, les autres ayant opté pour des mediums en attendant l’extinction des feux.

Alors que les embrayages étaient maintenus et relâchés, c’est Leclerc qui a gardé la tête, Verstappen faisant face à la menace d’un Hamilton rapide qui a sauté en troisième position aux dépens de Perez et a brièvement envisagé une bataille roue contre roue avec le Néerlandais à l’entrée de la chicane d’ouverture. Fernando Alonso a également connu un départ canon, passant de P7 à P5, pour laisser le pilote Mercedes Russell et les deux McLaren dans son sillage.

Magnussen a fait le plus de progrès au départ, passant de la 20e à la 13e place, tandis que ses rivaux ont évité une collision entre Ocon d’Alpine et Yuki Tsunoda d’AlphaTauri – qui a fait un tête-à-queue – deux de front dans le virage 9. Ocon recevra bientôt une pénalité de cinq secondes pour cet incident.

Verstappen était juste derrière Leclerc jusqu’au cinquième tour, le pilote Red Bull profitant du DRS pour rester à une demi-seconde de la Ferrari de tête. Perez suivait également Hamilton, le Mexicain cherchant à récupérer sa place sur le podium. Quant à Sainz, il n’a pas fait de progrès au premier tour, mais il s’est rapidement débarrassé des Alfa Romeo, de Gasly et de Mick Schumacher, pour atteindre la P14 au cinquième tour.

#4, Lando Norris, P7. pht. Pirelli

Le leader du championnat a tenté de prendre la tête à l’extérieur du virage 11 au sixième tour, mais il a dû reculer, décidant de s’immiscer dans les rétroviseurs de Leclerc. Ils sont restés obstinés, la Red Bull étant toujours dans les rétroviseurs de la Ferrari lorsque le téléscripteur a atteint le 10e tour. Pendant ce temps, il semble qu’Hamilton a ouvert un léger écart sur Perez et Russell a commencé à gagner sur le Mexicain – un signe encourageant pour les Flèches d’Argent…

La fenêtre des stands a été ouverte par Magnussen, qui s’est arrêté de la 12e place au 9e tour pour un autre jeu de pneus durs. Schumacher, coéquipier de Haas, et Zhou Guanyu, de l’Alfa Romeo, ont suivi un tour plus tard.

Leclerc a rapidement été informé qu’il devait opter pour le « plan B », Verstappen étant hors de portée du DRS, tandis que son coéquipier Sainz était entré dans le top 10 aux dépens de Lance Stroll au 13e tour. Verstappen a été le premier à céder, prenant l’appel des stands pour les pneus durs au 17e tour et passant de la deuxième à la sixième place, derrière Lando Norris – bien qu’il ait repris la cinquième place à la McLaren au virage 11 peu après l’arrêt. Ferrari allait-il réagir, ou opter pour une stratégie à un seul arrêt avec son leader de la course ?

#31, Esteban Ocon, P8

Ferrari n’a pas eu besoin de se préoccuper de la stratégie de Leclerc, car au 18e tour, le leader est entré dans le virage 11 et l’arrière a glissé, et le Monégasque est parti en tête-à-queue dans les barrières. Sa course est terminée. Le cri de Leclerc à la radio, qui donne la chair de poule, n’évoque que douleur et frustration.

La voiture de sécurité qui en a résulté a permis à Hamilton de s’arrêter, suivi de Russell et de Perez, les trois pilotes étant immobilisés pendant plus de trois secondes lors de leurs arrêts respectifs, alors que Verstappen héritait de la tête.

Tout le monde, sauf Zhou, a choisi de s’arrêter pendant ce signal d’avertissement, Sainz, huitième, optant pour les mediums plutôt que les durs avec Gasly, alors que les autres ont choisi les durs. Sainz recevra bientôt une pénalité de cinq secondes pour un relâchement dangereux – en plein dans la trajectoire d’Alex Albon de Williams – pendant son arrêt dans la voiture de sécurité.

#3, Daniel Ricciardo, P9

Au 22e tour, la voiture de sécurité a été retirée et Verstappen a pris la tête avec facilité, prenant seulement cinq tours pour creuser un écart de trois secondes sur Hamilton. Sainz n’a pas été découragé par sa pénalité et a arraché des places à Norris et Alonso pour prendre la cinquième place en utilisant le rythme de ces pneus mediums. Le suivant pour la seule Ferrari du peloton était Russell, qui a perdu la quatrième place au profit de Sainz au 30e tour dans la course du virage 10.

#18, Lance Strol, P10. pht. Pirelli

Sainz est en pleine confiance, son rythme est supérieur à celui des voitures de Perez et Hamilton – qui sont sortis de la piste et ont heurté les bordures de sortie du virage 2 au 32e tour – mais la question demeure : combien de temps ses pneus mediums peuvent-ils tenir ? Neuf tours plus tard, Sainz est allé de roue en roue avec Perez – criant « pas maintenant ! » à son mur de stands alors qu’ils lui demandaient de boxer au moment le plus inopportun – et a réussi à prendre la P2 à la Red Bull dans le dernier virage.

Russell s’est rapproché de la Red Bull au 42e tour et est entré en contact avec Perez dans le virage 8. Le Mexicain a conservé sa place, les protestations de Russell ont été réduites à néant par son propre mur des stands qui a clairement indiqué qu’il n’était, en fait, pas devant la Red Bull à l’entrée de la chicane. Les commissaires ayant considéré qu’il s’agissait d’un incident de course, le patron de Mercedes, Toto Wolff, lui a dit de  » garder la tête basse  » et de continuer à chasser Perez, désormais vulnérable sur ses pneus durs usés.

De P3 au 43e tour, Sainz a purgé sa pénalité de cinq secondes pour le précédent relâchement dangereux et a pris un nouveau jeu de mediums. Maintenant, il avait une autre course de récupération à faire avec les Alpines et les McLarens devant.

La course a ensuite été neutralisée alors que Zhou s’était arrêté juste à côté de la piste, ce qui a entraîné la sortie d’une voiture de sécurité virtuelle et un cinquième DNF pour le rookie. Cette VSC s’est terminée juste au moment où Verstappen a entamé le 51e tour, Russell étant toujours à la poursuite de Perez pour le podium final.

Le mouvement suivant de Russell n’était rien de moins que rusé, car il a dépassé Perez presque instantanément à la sortie du dernier virage et est resté en tête. Perez a tenté de riposter, notant que Russell repoussait les limites de la piste à de nombreuses reprises, et a failli reprendre la P3 à la Mercedes. Au final, il a terminé à seulement 0’’815s de Russell.

Verstappen, quant à lui, a mené confortablement jusqu’à la fin de la course avec une marge finale de 10’’587s sur son dauphin Hamilton. Le Néerlandais possède désormais 63 points d’avance sur son coéquipier Perez au classement des pilotes. Avec un double podium, Mercedes n’est plus qu’à 44 points de Ferrari au classement des constructeurs.

Sainz a facilement pris des places aux Alpines et aux McLarens pour terminer cinquième, sauver quelques points pour Ferrari et remporter les honneurs du pilote du jour.

Alonso a sauté en P5 pour Alpine au départ mais a perdu une place au profit de son compatriote Sainz à la fin, le double champion terminant confortablement devant la McLaren de Norris en P7. Alpine et McLaren étaient à égalité de points avant le Grand Prix de France, mais l’équipe locale a pris de l’avance dans la bataille pour la P4 du classement.

Esteban Ocon, huitième, s’est débarrassé de sa pénalité et a dépassé Daniel Ricciardo pour la P8 au 7e tour, plaçant la McLaren de Lando Norris dans sa ligne de mire. Le Français a toutefois perdu du temps lors du redémarrage de la voiture de sécurité et s’est retrouvé derrière les voitures orange au 22e tour. Le pilote local a ensuite repassé Ricciardo au 36e tour, laissant l’Australien neuvième.

Chez Aston Martin, Stroll a gagné une place sur Vettel au départ et l’a tenu en respect dans une bataille roue contre roue au premier tour, qui a refait surface dans le tout dernier tour de la course, les deux voitures se battant pour le dernier point dans une escarmouche qui a été remportée par le Canadien. La situation a failli tourner au vinaigre, les deux voitures ayant failli entrer en contact.

Le pilote local Pierre Gasly a perdu du temps lorsqu’il a fait un excès de vitesse dans le virage 8 au 28e tour en poursuivant Alex Albon, et a dû prendre la route de secours, passant ainsi du 12e au 15e rang. Mais, après avoir effectué une course avec un seul arrêt, le pilote AlphaTauri est revenu à la 12e place alors qu’Albon a également commis une erreur en fin de course pour terminer 13e chez Williams.

Le départ difficile de Valtteri Bottas n’a pas porté ses fruits puisqu’il a changé de pneus durs pendant la période de la voiture de sécurité, puis de pneus moyens 18 tours plus tard, pour terminer 14e pour Alfa Romeo. Mick Schumacher, quinzième chez Haas, a été victime d’un tête-à-queue de Zhou dans le virage 11 au 22e tour, peu après le passage du Safety Car. Après avoir été pénalisé pour cet accrochage, Zhou s’est finalement arrêté au 50e tour avec une panne mécanique et a été classé 16e.

Nicholas Latifi, de l’écurie Williams, a tenté une manœuvre sur Kevin Magnussen, de l’écurie Haas, au 38e tour, mais le Danois n’ayant plus de place, les deux hommes sont entrés en contact. Magnussen s’est retiré dans les stands, suivi de Latifi peu après, les commissaires considérant l’accrochage comme un incident de course.

Tsunoda a été le premier pilote à quitter la course en raison de sa collision précoce, ce qui signifie qu’aucune des AlphaTauri n’a marqué de points avec leurs voitures mises à jour en France.

Alors que Mercedes a remporté son premier double podium de la saison, Verstappen s’est étchappé du championnat au Paul Ricard – mais les gros titres se concentreront sur Leclerc et Ferrari qui ont vacillé en France.

Course ici

Meilleurs tours ici

Les Pit-Stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Citation clé :

pht. Red Bull

« Je veux dire que je pense que nous avions un très bon rythme dès le départ », a déclaré Verstappen, vainqueur de la course. « Je mettais la pression sur Charles mais en suivant ici avec cette chaleur, les pneus surchauffent, je ne pouvais jamais vraiment aller pour un mouvement, seulement une fois dans le virage 11.

 » Mais nous avons juste essayé de rester calmes, de rester proches. Bien sûr, nous avons pitché un peu tôt et à partir de là, vous ne savez jamais comment la course va se dérouler. Mais la voiture était rapide aujourd’hui, et bien sûr malchanceux pour Charles – j’espère qu’il va bien.

« A partir de là, j’ai juste fait ma course, j’ai pris soin des pneus, et à cause de la voie des stands qui était si longue, vous ne pouviez pas faire un autre arrêt, donc vous deviez rester dehors, mais les pneus s’usaient beaucoup. Il s’agissait de prendre soin des pneus jusqu’à la fin. »

Quelle est la prochaine étape ?

Le Grand Prix de Hongrie 2022 se déroulera le week-end prochain, du 29 au 31 juillet, pour clore ce programme double – avec Leclerc fixant un déficit de 63 points à Verstappen et Ferrari cherchant à réduire l’avance de 82 points de Red Bull.

Déclarations des Teams et pilotes :

Pirelli

L’HISTOIRE DES PNEUS DE COURSE

Max Verstappen, de Red Bull, a remporté sa septième victoire de l’année après avoir effectué un seul arrêt au stand au Grand Prix de France. Il est passé du pneu moyen P Zero Yellow au pneu dur P Zero White au 16e tour, quelques tours avant qu’une voiture de sécurité ne sorte lorsque Charles Leclerc de Ferrari est sorti.

La voiture de sécurité a fortement influencé la stratégie, la majorité des pilotes en profitant pour faire un arrêt aux stands. La plupart du temps, il s’agissait de pneus moyens ou durs, puisque seuls trois pilotes ont pris le départ avec le pneu dur.

L’un d’entre eux était le pilote Ferrari Carlos Sainz, qui est remonté à la cinquième place du classement général après une pénalité sur la grille. Il a chaussé le medium sous la voiture de sécurité, puis le medium à nouveau à 11 tours de la fin : il est l’un des trois pilotes à s’être arrêté deux fois dans la course.

Les conditions étaient extrêmement chaudes, avec une température de piste de 57 degrés centigrades juste après le départ du Grand Prix.

COMMENT LES COMPOSÉS ONT FAIT LA DIFFÉRENCE

 

HARD C2 : Le composé clé de cette course, qui offrait à la fois durabilité et performance. Verstappen a effectué le plus long relais sur ce composé, soit 36 tours. Il ne faut pas oublier qu’aucune des équipes n’a effectué de longs relais sur ce composé les jours précédents.

MEDIUM C3 : Le choix le plus populaire pour commencer la course, qui a montré moins de dégradation que prévu et un très bon équilibre dans ces conditions exigeantes : en particulier dans les mains de Sainz, qui a fait un relais intermédiaire de 24 tours qui l’a mis dans la course au podium depuis l’arrière. Sainz a également réalisé le meilleur tour sur cette gomme.

SOFT C4 : A débuté les qualifications mais n’a pas été utilisé en course, car la dégradation élevée le rendait incompatible avec une stratégie à un seul arrêt.

« L’adhérence et la performance ont fait qu’un seul arrêt a été nécessaire.

« Dans ces conditions très chaudes qui ont culminé à 57 degrés de température de piste, nous pensions que deux arrêts aux stands pourraient être privilégiés. Mais finalement, conformément à nos prévisions initiales, un seul arrêt a été nécessaire – le plus rapide sur le papier – grâce à la capacité des gommes dures et moyennes à gérer ces conditions exigeantes. Il y a eu un haut degré de dégradation, en accord avec ce que nous attendons de ces températures, et quelques cloques : mais rien qui ne compromette la performance et l’intégrité des pneus ici, lors d’une autre course excitante et imprévisible. »

Red Bull

Max Verstappen, #1, P1 :

« Nous avions un très bon rythme dès le départ, bien qu’en suivant ici, les pneus ont beaucoup surchauffé et je n’ai pas vraiment pu tenter une manœuvre, mais je suis resté calme et je suis resté proche. C’était vraiment malheureux pour Charles et je suis heureux qu’il aille bien, ça aurait pu être une course vraiment amusante parce que les deux voitures étaient si rapides ! À partir de là, je me suis concentré sur ma propre course et j’ai pris soin des pneus. La voie des stands est si longue ici que cela nous a empêché de faire un autre arrêt aux stands. Aujourd’hui était un grand jour mais il y a beaucoup d’autres courses devant nous et je vise toujours le plus de points possibles, la lutte est loin d’être terminée. »

Sergio Perrez, #11, P4 :

« C’était difficile aujourd’hui, je n’étais pas dans le rythme et je n’ai malheureusement pas été en mesure d’obtenir le podium que nous voulions. J’ai eu du mal avec la gestion des pneus et c’était difficile d’être au top. J’ai eu une bataille serrée avec George, mais c’était une bonne bataille. J’aurais aimé que nous puissions faire un doublé, mais Mercedes était très forte et il était difficile de les dépasser. Il y a quelques éléments à analyser et j’espère retrouver mon rythme et revenir plus fort pour la Hongrie. »

Christian Horner :

« La principale chose aujourd’hui est que Charles était ok, c’était une course de crack entre Max et lui dans ce premier relais. Nous avons appuyé sur le bouton tôt et sommes allés à l’undercut, Max avait effectivement pris la position de piste, donc c’est dommage que nous n’ayons pas pu voir comment ça s’est passé, ça aurait été une belle bataille. Au final, c’est une victoire directe pour Max et une très bonne journée pour marquer des points. C’est frustrant de ne pas avoir Checo sur le podium aussi, c’était juste un mauvais timing pour la voiture de sécurité virtuelle pour lui, il y avait une erreur de logiciel et ils ont été retenus plus longtemps qu’ils auraient dû l’être. Nous devons continuer à pousser cette saison et chercher à tirer le meilleur de chaque once de performance, il y a beaucoup de facteurs en jeu mais aujourd’hui était un grand jour pour nous. »

Mercedes

Conclusion dramatique du Grand Prix de France, avec Lewis et George marquant le premier double podium de l’équipe de Formule 1 Mercedes-AMG PETRONAS cette saison.

  • Un départ solide pour Lewis l’a vu gagner une position dans le premier tour, terminant la course en P2 après un accident pour LEC au 18e tour et Lewis a réussi à défendre la P2 pour son 300e Grand Prix.
  • George a terminé en P3, après un dépassement tardif suite au VSC de Sergio Perez dans les derniers tours.
  • Avec des températures de piste de 56 degrés, les plus chaudes du week-end, l’équipe a décidé d’une stratégie à un seul arrêt, les pilotes gérant bien les pneus dans la chaleur.
  • C’est le premier double podium de l’équipe depuis le Grand Prix d’Arabie Saoudite de 2021.

Lewis Hamilton, #44, P2 :

Quel excellent résultat, considérant que nous avons été si loin tout le week-end et que j’ai manqué la FP1. Je ne m’attendais pas à me battre pour la deuxième place ou un podium, donc c’est un résultat merveilleux pour nous. Notre équipe a été incroyable en matière de fiabilité et cela montre qu’avec de l’engagement et de la concentration, nous pouvons lentement remonter la pente. Nous n’avons pas encore le même rythme que les deux équipes de tête, mais aujourd’hui, nous avons été en mesure de tenir l’une d’entre elles à distance, c’est donc un excellent résultat pour nous, tout le monde a travaillé très dur. Félicitations aux équipes de retour des usines et à l’équipe ici. Sans eux, cela n’aurait pas été possible et je suis fier d’eux. Et George a fait un travail incroyable aujourd’hui, aussi.

George Russell, #63, P3 :

C’était une course longue et difficile. Notre rythme était fort, mais nous avons vraiment eu du mal avec l’échauffement des pneus au redémarrage et Checo était fort aujourd’hui. J’étais heureux de voir le drapeau à damier et de rentrer P3. Nous faisons beaucoup de progrès et nous devons vraiment améliorer nos performances en qualifications car nous manquons de régularité. Nous savons qu’en tant qu’équipe nous avons du mal avec le réchauffement des pneus et au redémarrage j’ai eu le même problème. Notre rythme de course aujourd’hui était raisonnable et nous nous rapprochons de la tête. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour améliorer les performances de la voiture et nous pensons être sur la bonne voie, donc nous sommes excités par ce que les prochaines courses peuvent nous apporter. Nous faisons des progrès et il y a encore plus à venir, merci à tout le monde dans les usines de Brackley et Brixworth pour leur travail acharné et leur dévouement.

Toto Wolff :

Dans l’ensemble, les pilotes ont fait un très bon travail et l’effort de l’équipe a été formidable aujourd’hui. Nous tirons actuellement le maximum de ce qui est possible le jour de la course. George a été intelligent et rapide, tandis que Lewis s’est battu comme un lion. Lewis est absolument sur lui et continue de pousser l’équipe. Il garde son état d’esprit positif, même dans les jours sombres comme hier et il ne cesse de pousser. Mais nous devons rester humbles, parce que notre voiture n’est tout simplement pas assez bonne pour se battre avec les équipes de tête. Il nous manque six à sept dixièmes par rapport aux leaders. En qualifications, nous avons du mal à amener les pneus dans la fenêtre optimale et nous ne parvenons pas à tirer le maximum du premier tour lancé. Et puis en course, nous perdons trois secondes en début de course, mais une fois que nous nous stabilisons, nous ne sommes en fait pas si mauvais. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, mais je crois que nous avons les meilleures personnes pour le faire. Dans l’ensemble, aujourd’hui a été un grand effort d’équipe sur la piste et aux usines, et nous allons dans la bonne direction.

Andrew Shovlin :

C’était notre meilleure course de l’année et c’était vraiment agréable de voir les deux pilotes courir en tête. Nous savons que nous avons une longue route devant nous, mais comparé à ce que nous étions il y a quelques mois à Monaco et Bakou, c’est vraiment satisfaisant de voir l’équipe et les pilotes s’amuser à nouveau. Le week-end n’a pas été facile, nos positions de qualification n’étaient pas loin de nos attentes, mais les écarts avec Charles et Max nous ont ouvert les yeux. Nous espérions que la voiture serait gentille avec les pneus aujourd’hui, les conditions étaient très difficiles compte tenu du circuit et de la température, mais la dégradation était bonne et même si nous manquons un peu de rythme, nous avons au moins semblé un peu plus forts vers la fin des relais. Nous n’avons que quelques jours pour essayer de nous regrouper et nous préparer pour Budapest. Le travail acharné nous a permis d’atteindre un niveau où nous pouvons nous battre pour une place sur le podium, mais nous voulons nous battre pour la première marche. Il nous reste une course avant la pause estivale, alors nous allons tout faire pour essayer de terminer la première moitié de la saison sur une bonne note.

pht. Mercedes

Ferrari

Le Grand Prix de France a été à double tranchant pour la Scuderia Ferrari, qui a d’une part réussi une belle remontée de Carlos Sainz – qui est passé de la 19e à la 5e place – mais qui a d’autre part dû faire face à l’abandon de Charles Leclerc, qui est sorti de la piste au virage 11 au 18e tour alors qu’il était en tête et qu’il réunissait les conditions pour sa quatrième victoire de la saison.

La course. Charles avait réussi à conserver la tête au départ et, comme en Autriche il y a une semaine, profitait de la meilleure gestion des pneus de sa F1-75 pour prendre l’avantage sur Max Verstappen. Carlos, quant à lui, a été patient dans les premiers temps, travaillant à mettre ses pneus Hard à température avant de commencer sa remontée. L’Espagnol s’est rapidement installé dans le top 10 et lorsque Charles a dû abandonner au 18ème tour – déclenchant une voiture de sécurité – il est passé aux stands pour passer aux pneus moyens. Malheureusement, à ce moment-là, un relâchement dangereux lui a coûté une pénalité de cinq secondes. Avec des pneus frais, Carlos a montré un excellent rythme dès le départ et s’est hissé à la troisième place, réalisant deux dépassements mémorables – à Signes et au dernier virage – sur George Russell et Sergio Perez avant de devoir s’arrêter à nouveau pour un nouveau jeu de pneus Medium, purgeant ainsi la pénalité. De retour en piste, Sainz s’est hissé à la cinquième place, arrachant également le point du meilleur tour à Max Verstappen. Les fans lui ont également décerné le titre de « conducteur du jour ».

Hongrie avant la pause. L’équipe rentre à Maranello avec un goût amer dans la bouche, mais en sachant qu’elle dispose d’un package compétitif pour aller chercher la satisfaction en Hongrie dès dimanche prochain, avant de prendre quelques semaines de repos pour la pause estivale.

Carlos Sainz #55, P5 :

C’était une course difficile même si c’était amusant de remonter dans le peloton avec beaucoup de dépassements. Remonter en pneus durs était un défi, mais lorsque j’ai monté des pneus moyens, mon rythme s’est beaucoup amélioré et j’ai pu gagner plus de positions. J’ai tout donné aujourd’hui et, même si nous n’avons pas été très chanceux avec l’arrêt au stand et la pénalité qui a suivi, nous avons réussi à être devant. C’est dommage pour Charles car il faisait une belle course.

Comme toujours, nous allons analyser toutes les données au cours des prochains jours pour voir où nous pouvons nous améliorer afin de ramener un bon résultat à la maison avant la pause estivale.

Charles Leclerc #16, abandon :

Je suis très déçu. Ce n’est certainement pas le résultat que je voulais, car j’avais le rythme pour gagner aujourd’hui. J’ai fait une erreur et j’en ai payé le prix jusqu’à la fin.

À la maison, je vais recharger mes batteries avant la prochaine course en Hongrie, où je serai à nouveau prêt à donner le meilleur de moi-même.

Mattia Binotto Team Principal & Managing Director :

Bien que le résultat soit loin de ce que nous souhaitions, nous tirons quelques points positifs de cette course, à commencer par la compétitivité de la F1-75, même sur un circuit difficile comme le Paul Ricard. Il ne sert à rien de discuter de l’erreur d’un champion comme Charles : cela peut arriver et on passe immédiatement à autre chose.

Carlos a été l’auteur d’un excellent week-end dès les qualifications, où il s’est mis à la disposition de l’équipe. Dans la course, il a été patient au départ et a ensuite rattrapé son retard tour après tour avec de magnifiques dépassements. Maintenant, nous regardons vers la Hongrie où nous voulons nous battre pour la victoire à nouveau.

pht. Scuderia Ferrari

Alpine

BWT Alpine F1 Team s’est hissé à la quatrième place du Championnat des Constructeurs après avoir remporté deux points lors de sa course à domicile – le Grand Prix de France – au Circuit Paul Ricard, avec Fernando Alonso, superbement sixième, et Esteban Ocon, huitième.

Les quatre points d’Esteban constituent son premier score en Formule 1 lors de sa course à domicile à la troisième tentative, passant de la dixième à la huitième place au drapeau à damier. Fernando a connu un bon dimanche – son septième pointage consécutif – avec son dépassement sur Lando Norris de McLaren au premier tour qui s’est avéré décisif pour décrocher la sixième place à la fin. Aujourd’hui, l’Espagnol a établi le record de Formule 1 du plus grand nombre de tours effectués en carrière en Grand Prix, soit 18 672 tours.

Esteban a reçu une pénalité de cinq secondes après un accrochage avec Yuki Tsunoda au premier tour, mais, après avoir purgé cette pénalité lors de son unique arrêt au stand, le Français a fait preuve de patience pour combler le déficit et s’assurer de rentrer à la maison avec des points grâce à un deuxième dépassement bien conçu à l’extérieur du virage 10 sur Daniel Ricciardo de McLaren.

Les deux pilotes sont partis de la septième et de la dixième place sur la grille de départ, Fernando étant sixième et Esteban huitième. Une voiture de sécurité au 18e tour après l’accident de Charles Leclerc a permis à la plupart des pilotes de passer aux stands. Fernando est passé en premier pour les pneus durs et Esteban a suivi peu après – en prenant sa pénalité pendant le pit-stop – pour sortir derrière Ricciardo qu’il avait dépassé au septième tour avec un mouvement dans la chicane du virage 8.

A partir de là, Fernando a pris la sixième place au drapeau à damier, tenant Norris à distance, tandis qu’Esteban a dû faire preuve de patience, puis d’efficacité, pour arracher la huitième place à Ricciardo à sept tours de la fin grâce à une manœuvre précise à l’extérieur du virage 10.

L’équipe compte 93 points au Championnat des Constructeurs avant le Grand Prix de Hongrie, dernière course avant la fermeture estivale.

Esteban Ocon, #31, P8 :

« L’objectif aujourd’hui était de marquer des points avec les deux voitures, et c’est ce que nous avons fait ! Je suis content de ma course aujourd’hui et c’était génial de conduire devant les fans locaux qui ont été incroyables tout le week-end, alors merci à eux pour tout leur soutien. C’était une course difficile dans la chaleur, et j’ai apprécié la course sur la piste avec quelques batailles serrées. Nous sommes maintenant quatrièmes au Championnat des Constructeurs, donc nous partons d’ici avec un sentiment très positif et nous sommes motivés pour conserver cette position. J’espère que nous courrons en France l’année prochaine car il n’y a rien de tel qu’un Grand Prix à domicile. Merci à tous les fans et allez les Alpes ! »

Fernando Alonso, #14, P6 :

« Je suis satisfait de notre course aujourd’hui. C’était bien exécuté de notre côté et nous avons bien géré le rythme et les pneus. Nous avons dû travailler sur beaucoup de choses en termes d’équilibre de la voiture ce week-end, mais nous avons fini juste derrière les cinq premières positions, donc une course très solide au final et plus de points au tableau pour nous. J’ai pris un bon départ en remontant jusqu’à la cinquième place, mais nous avons ensuite chuté à la sixième place et nous avons peut-être repris notre position normale dans la course. Cela montre que lorsque nous avons un week-end propre comme celui-ci, nous pouvons terminer dans les six premières positions. J’espère que nous pourrons maintenir ce niveau de régularité pendant la seconde moitié de la saison et continuer sur notre lancée. »

Laurent Rossi, PDG d’Alpine :

« Nous sommes très heureux de réaliser un bon score avec nos deux voitures lors de notre course à domicile et nous sommes maintenant devant à la quatrième place du Championnat des Constructeurs et, je dois dire, c’est mérité. C’était génial de courir sur le Circuit Paul Ricard aujourd’hui devant des fans locaux si passionnés, alors merci à eux pour leur fantastique soutien tout le week-end. Sur la piste, nous savions que nous avions une grande chance de faire un bon score avec nos deux voitures aujourd’hui. Nous avions besoin d’un bon départ, que nous avons obtenu, et de courses bien exécutées par l’équipe et les pilotes. Fernando a fait un excellent travail pour dépasser Lando [Norris] au départ et à partir de là, il a géré sa course avec brio pour marquer huit points en sixième position. Esteban a également pris un bon départ mais a été pénalisé pour son accrochage avec Yuki [Tsunoda] au premier tour. Il a dû garder la tête baissée pour récupérer l’avantage acquis, et sa patience et son esprit de décision ont été essentiels pour dépasser la deuxième McLaren de Daniel [Ricciardo] pour la huitième place. Maintenant, notre objectif est clair. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour rester à la quatrième place du championnat des constructeurs. Ce ne sera pas facile, mais nous devons maintenir notre flux d’améliorations et réaliser de bons week-ends de course – comme nous l’avons fait à domicile en France ce week-end – pour le reste de la saison. »

Aston Martin

Lance Stroll, #18, P10 :

« Nous avons eu un excellent premier tour aujourd’hui qui nous a mis en place pour avoir une grande course. J’ai failli avoir [Esteban] Ocon dans le virage neuf, mais c’était important d’avoir un si bon départ. Je sentais que j’avais de l’élan dans les derniers instants pour peut-être rattraper [Daniel] Ricciardo. Nous poursuivons notre tendance à être plus compétitifs le dimanche, donc aujourd’hui est une bonne plateforme à l’approche de la pause estivale. J’ai eu un accrochage à la sortie du dernier tour parce que je luttais avec mes pneus à la toute fin. C’était une bonne bagarre avec Sebastian, mais le plus important était de ramener un point pour l’équipe aujourd’hui. »

Sebastian Vettel, #5, P11 :

« Mon après-midi a été frustrant. J’ai été coincé dans le trafic pendant toute la course – mais vous vous attendez à ça quand vous partez en milieu de peloton. Et, avec la stratégie, je ne pense pas qu’il y avait vraiment beaucoup plus que l’équipe aurait pu faire là-bas. Il est clair que nous avons besoin de plus d’adhérence. En course, les choses n’étaient pas trop mauvaises – les voitures devant nous ne disparaissaient pas – et nous comprenons aussi un peu mieux la voiture après ce week-end. J’ai eu l’occasion de dépasser Lance dans le dernier tour ; j’étais un peu plus rapide mais nous ne nous battons pas pour un point – c’est le même résultat net pour l’équipe. Cela ne fait pas de différence. »

Mike Krack – Directeur de l’équipe

« Lance a pris un excellent départ depuis sa place P15 sur la grille pour se hisser à la 11e place dès le début, juste derrière Sebastian, 10e. Lance a ensuite dépassé Sebastian plus tard dans le même tour, et ils sont restés en étroite compagnie plus ou moins pendant le reste de la course. Nous avons décidé d’une stratégie à un seul arrêt pour les deux pilotes, mais nous ne voulions pas risquer d’empiler les arrêts de pneus de nos pilotes pendant la période de la voiture de sécurité déclenchée par l’accident de [Charles] Leclerc, car la voie des stands était extrêmement encombrée à ce moment-là et nous aurions dû retenir Sebastian trop longtemps. Malgré la dégradation du pneu arrière dans le dernier tiers de la course, Lance a bien fait de se maintenir à la 10e place et de marquer ainsi un point durement gagné, avec Sebastian juste derrière lui. Un double point à l’arrivée aurait été formidable, mais cela n’a pas été le cas. Malgré cela, notre rythme de course était décent et notre fiabilité était bonne, et c’est une base solide pour aller au Hungaroring – un circuit qui, selon nous, convient mieux à notre voiture que le Paul Ricard. Enfin, au nom de toute l’équipe, je tiens à exprimer notre profonde sympathie à la famille et aux amis de Jake Pedley, 18 ans, l’un de nos apprentis, qui a tragiquement perdu la vie dans un accident de la route mardi. »

Alfa Romeo

Alfa Romeo F1 Team ORLEN a quitté le Circuit Paul Ricard les mains vides après un dimanche difficile au cours duquel Valtteri Bottas a terminé 14ème et la course de Zhou Guanyu a été interrompue par un problème technique. L’équipe aura pour objectif de rebondir immédiatement lors du Grand Prix de Hongrie la semaine prochaine, la dernière course avant la pause estivale.

Frédéric Vasseur, Team Principal :

« Nous étions confiants, avant la course, que nous pourrions convertir quelques positions décentes sur la grille en points, mais malheureusement ce ne fut pas le cas cet après-midi. Valtteri a eu du mal à quitter la ligne et a dû prendre des mesures d’évitement car il y avait quelques embrouilles devant lui. Nous nous sommes retrouvés avec deux voitures en queue de peloton à la fin du premier tour et il a toujours été difficile de revenir dans le top 10 à partir de là. Nous avions un bon rythme – Zhou l’a montré en courant dans l’air pur après son arrêt – mais ce n’était pas suffisant pour rattraper le terrain aujourd’hui. Au final, nous avons ramené une voiture en dehors des points et nous avons dû abandonner l’autre en raison d’un problème d’unité de puissance : ce n’est certainement pas le résultat que nous espérions, mais au moins nous aurons l’occasion de rebondir immédiatement en Hongrie. Nous allons analyser la journée d’aujourd’hui et comprendre ce qui s’est passé, surtout parce que nous nous attendons à ce que les conditions météorologiques soient similaires le week-end prochain. »

Valtteri Bottas, #77, P14 :

« C’était une course vraiment longue et j’ai eu l’impression de suer beaucoup pour ne rien montrer ! Bien sûr, on peut apprendre quelque chose de chaque course, donc c’est ce que nous devons retenir de ce week-end. Nous avons perdu beaucoup de places au départ et cela nous a rendu la tâche très difficile : notre rythme de course n’était pas aussi bon que prévu, même si la voiture s’est beaucoup améliorée en pneus mediums. Espérons que certaines mises à jour que nous aurons à Budapest nous aideront, nous savons que l’équipe travaille vraiment dur sur ce sujet. Pour rester dans la lutte avec les voitures qui nous précèdent au championnat des constructeurs, nous devons trouver des performances supplémentaires, mais je suis sûr que nous pouvons le faire en équipe. »

Zhou Guanyu, #24, abandon :

« À environ 10-15 tours de la fin, j’ai souffert d’un problème d’unité de puissance ; j’ai essayé de faire quelques changements, mais cela a finalement mis fin à ma course. C’était un problème technique, et nous allons l’étudier avant Budapest pour éviter que cela ne se reproduise. En dehors de cela, la course n’a jamais été à notre avantage, nous avons lutté tout au long de la course. En ce qui concerne le contact avec Mick, je défendais mon intérieur dans le virage 11, il essayait d’aller à l’extérieur, mais il est arrivé à un point où le virage est devenu trop petit pour moi. Je pense qu’il est difficile de juger pour nous deux, car cela a en quelque sorte compromis ma course. Malheureusement, cela arrive en course, nous devons juste aller de l’avant. Ce n’était certainement pas un jour à retenir pour nous, mais avoir une autre course consécutive signifie un tout nouveau week-end d’opportunités pour être à nouveau compétitif et nous remettre à notre place. »

pht. Alfa Romeo

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Les conditions chaudes ont rendu la course difficile, tous les pilotes devant gérer les voitures et les pneus tout au long de la course. La voiture de sécurité a été chronométrée de manière tentante, mais a rendu le dernier relais long et délicat avec les pneus Prime. Nos voitures étaient trop proches l’une de l’autre pour pouvoir s’arrêter toutes les deux dans le même tour et Nicky a donc fait un tour supplémentaire, ce qui signifie qu’il n’a pas pu profiter pleinement de l’avantage de s’arrêter derrière la voiture de sécurité.

Les deux pilotes ont bien géré la course mais malheureusement Nicky a dû abandonner suite à une crevaison et à des dégâts importants sur la voiture. Alex a pu se battre jusqu’au bout mais il a dû gérer son carburant et ses pneus contre des voitures plus rapides et n’a pas pu se battre pour les points.

C’était bien d’avoir beaucoup de tours de course supplémentaires avec le nouveau package et toutes les données et les commentaires recueillis nous aideront pour les courses restantes.

Alex Albon, #23, P13 :

C’était délicat aujourd’hui mais plus agréable. Nous étions en lice pendant la majeure partie de la course et nous nous rapprochions des points – nous étions un peu en dessous du rythme et nous utilisions beaucoup de pneus pour essayer de rester proches, mais ça nous a échappé vers la fin. Nous allons étudier les données et nous espérons pouvoir nous améliorer d’une semaine à l’autre, car nous étions assez rapides en qualifications. Nous allons les étudier et voir ce que nous pouvons faire de mieux pour la Hongrie.

Nicholas Latifi, #6, abandon :

Il y a beaucoup de choses positives à retenir d’aujourd’hui. Le rythme était compétitif, surtout dans l’air sale, et j’ai affronté des voitures contre lesquelles je n’avais pas couru de toute l’année, donc c’est bien. Je ne pense pas être responsable de l’incident avec Kevin, c’était plutôt un incident de course. L’incident est dommage car nous avions un bon rythme et nous étions hors position face à des voitures que nous dépassions largement. Être plus haut dans les qualifications aurait fait la différence, mais c’est bien de reprendre la course. J’ai confiance en ce rythme et je pense que la saison est de nouveau sur les rails et que nous pouvons prendre un bon départ maintenant.

AlphaTauri

Pierre Gasly, #10, P12 :

 » Nous avons essayé de nous battre pour revenir dans les points et ce que nous avons réussi est P12, ce qui n’est clairement pas la performance que nous aurions souhaitée. Les fans et les spectateurs en ont fait un week-end spécial pour me donner un grand sourire, mais je suis extrêmement déçu de la performance que nous avons montrée. Si je savais quel était le problème, nous aurions pu le changer, mais il y avait juste beaucoup de glissement et un manque d’adhérence, surtout dans les virages à grande vitesse. J’ai essayé tout ce que je pouvais dans la voiture pour pousser, en changeant les lignes, mais il n’y avait rien qui cliquait. Évidemment, je ne veux pas tirer de conclusions hâtives, mais sur la base du rythme que nous avions aujourd’hui, nous devons revoir pour comprendre pourquoi le vendredi allait si bien et à partir de là, c’était une lutte. Nous avons terminé à seulement 3 secondes de la P10, donc nous ne sommes pas à des kilomètres, mais il n’y a pas de points pour la P11 ou la P12. Il est maintenant important d’essayer de comprendre ce nouveau package. Cela prendra du temps, mais c’est assez serré au milieu du peloton, donc nous devons trouver des solutions. Il reste quelques jours avant Budapest, donc nous, en tant qu’équipe, devons rester forts ensemble pour trouver les solutions et faire un grand pas en avant. »

Yuki Tsunoda, #22, abandon :

« J’ai eu pas mal de dégâts dès le début et ça n’a fait qu’empirer à chaque tour. J’ai regardé le tableau de bord et j’ai certainement laissé assez d’espace, mais il a perdu le contrôle. Cela a ruiné toute notre course et 5 secondes ne sont pas suffisantes à la fin, alors qu’il a continué sans dommage et a même gagné quelques points. Je sais que ces choses-là arrivent en course, mais c’est vraiment dommage, surtout après une si bonne qualification, et je me sens mal pour l’équipe, et aussi pour tout le monde à l’usine, de voir que ça se termine comme ça après tout le travail qu’ils ont fait. Nous n’avons pas marqué de points après une si grosse mise à niveau, mais en même temps je pense que j’ai fait du mieux que je pouvais cette semaine. Même si les qualifications étaient bonnes, c’est en course que les points sont marqués à la fin, donc c’est malheureux. Un top 8 aurait été possible, mais c’est comme ça, et nous reviendrons certainement plus forts et meilleurs en Hongrie. Nous avons une bonne voiture, donc nous restons positifs. »

Guillaume Dezoteux (Responsable de la performance des véhicules) :

« Malheureusement, nous quittons le Paul-Ricard sans aucun point. La course de Yuki a été compromise immédiatement après avoir été percuté par Ocon et il a terminé dernier. Il a essayé de continuer, mais les dégâts sur la voiture étaient importants et Yuki n’a pas pu maintenir le rythme et rattraper le peloton de tête. Il n’y avait pas d’autre choix que de l’abandonner. En ce qui concerne la course de Pierre, nous savions qu’il serait difficile de partir de l’arrière, donc nous avons décidé de le mettre sur une stratégie différente avec le Hard. La première moitié de la course se présentait bien, mais au 28ème tour, Pierre a fait une erreur en essayant de dépasser Albon et a perdu plusieurs places. A partir de là, il a poussé fort et il avait un bon rythme pour regagner le terrain perdu, mais ce n’était pas suffisant pour prendre les Aston Martin. Après un vendredi prometteur, nous n’avons pas réussi à convertir les améliorations de la voiture en points, ce qui est frustrant, mais nous avons vu des signes positifs pour les courses à venir. Nous allons analyser toutes les données avant la Hongrie pour améliorer encore les réglages autour du nouveau paquet aéro. Nous allons nous battre ! »

 

Haut du site