19 juin 2024

Max Verstappen devance Leclerc et Perez pour s’imposer dans un Grand Prix de Las Vegas riche en rebondissements

Max Verstappen s’est imposé au terme d’un Grand Prix de Las Vegas riche en rebondissements, devançant son rival chez Ferrari Charles Leclerc et son coéquipier chez Red Bull Sergio Perez jusqu’au drapeau à damier, au terme d’une course ponctuée de plusieurs incidents et périodes de voiture de sécurité.

Verstappen a pris la tête devant Leclerc au début de la course, mais a rapidement reçu une pénalité de temps de cinq secondes pour avoir forcé son rival à sortir de la piste, puis s’est fait dépasser par le poleman avant de la purger lors de la première série d’arrêts aux stands.

Leclerc a été plus longtemps en course avant de changer de pneus dans un premier relais dominé par des problèmes de grainage, avant qu’une voiture de sécurité ne permette à Verstappen et à plusieurs autres pilotes de repasser par les stands sous la prudence.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P1. pht. Zak Mauger

Lors du nouveau départ décisif, Leclerc a d’abord contrôlé les débats face à Perez, qui avait bénéficié d’un arrêt anticipé après un incident au premier tour, mais le vieillissement des pneus lui a fait subir une forte pression.

Verstappen a illuminé les feuilles de temps dans les derniers tours pour devancer à la fois son coéquipier et la Ferrari de tête pour une victoire historique dans la Ville Lumière, tandis que Perez l’avait suivi pour former un duo, avant d’être repassé par un Leclerc déterminé dans le dernier tour.

Derrière, une remarquable remontée d’Esteban Ocon lui a permis de décrocher la quatrième place pour lui et Alpine, bien qu’il ait été battu de justesse par George Russell, de Mercedes, sur la ligne d’arrivée. Cependant, Russell avait écopé d’une pénalité de cinq secondes pour un accrochage avec Verstappen qui avait entraîné la sortie de la voiture de sécurité mentionnée plus haut.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P2. pht. LAT images

La pénalité de Russell a également promu l’Aston Martin de Lance Stroll à la cinquième place, tandis que le pilote Ferrari Carlos Sainz et la Mercedes sœur de Lewis Hamilton – qui se sont accrochés au virage 1 – en ont également profité pour prendre les sixième et septième positions.

Fernando Alonso et Oscar Piastri ont complété les points dans leurs Aston Martin et McLaren respectives, l’Espagnol se remettant d’un tête-à-queue au premier tour et le rookie australien étant la seule voiture papaye à atteindre le drapeau après que son coéquipier Lando Norris ait été victime d’une lourde chute au début de la course.

Pierre Gasly a conservé les points pendant la majeure partie de la course après avoir pris le départ en quatrième position, mais la dégringolade de l’Alpine l’a amené à franchir la ligne d’arrivée en onzième position, Alex Albon subissant le même sort avec sa Williams.

#11, Sergio Perez, Red Bull, P3. pht. Jake Grant

Kevin Magnussen et Daniel Ricciardo ont fait des courses solitaires en se classant P13 et P14 pour Haas et AlphaTauri, avec les Alfa Romeo de Zhou Gaunyu et Valtteri Bottas – ce dernier s’est fait piéger au virage 1 – et le rookie de Williams Logan Sargeant parmi les derniers arrivés.

Yuki Tsunoda (AlphaTauri) et Nico Hulkenberg (Haas) ont tous deux quitté la piste dans les derniers instants de la course en raison d’apparents problèmes techniques, ce qui signifie qu’ils ont rejoint Norris sur la liste des abandons et qu’ils ont regardé l’arrivée depuis la ligne de touche.

#31, Esteban Ocon, Alpine, P4.

Après trois jours d’action spectaculaire sous les lumières de Las Vegas, la F1 se dirigera rapidement vers le circuit de Yas Marina pour le Grand Prix d’Abu Dhabi qui clôturera la saison le week-end prochain.

CE QUI S’EST PASSÉ

Après une séance de qualification passionnante sur le tout nouveau circuit de Las Vegas Strip, l’attention s’est rapidement tournée vers le spectacle de 50 tours de samedi soir, le départ de la course et le grainage potentiel des pneus ayant été désignés par les pilotes comme deux éléments essentiels au succès sous les feux de la rampe.

Leclerc partira en pole position, Verstappen le rejoignant sur la première ligne, tandis qu’une pénalité moteur a fait reculer Sainz à la 12e place, et qu’un retrait de cinq places sur la grille pour Stroll – en raison d’une infraction au drapeau jaune lors des essais – a placé l’Aston Martin à la 19e place.

Race Start. pht. Getty images

Lorsque les couvertures de pneus ont été retirées, il a été révélé que la majorité du peloton s’élancerait sur le composé médium, tandis que Hamilton, Zhou et Piastri avaient opté pour des pneus durs et que les pilotes de la dernière ligne, Stroll et Tsunoda, s’étaient montrés agressifs sur des pneus souples.

À 22h00, heure locale, les feux se sont éteints et la course a commencé, Verstappen plongeant audacieusement à l’intérieur de Leclerc dans le virage 1 et envoyant les deux pilotes au large alors qu’il prenait la tête, qu’il a défendue dans la longue descente vers le virage 5 qui a suivi.

Derrière, Russell conserve la troisième place devant Gasly, Albon, Sargeant et Magnussen, tandis qu’Ocon et Stroll se retrouvent tous deux dans le top 10 après des premiers tours spectaculaires, mais il y a eu du drame ailleurs quand Alonso a fait un tête-à-queue tout seul et que Sainz a sous-viré dans Hamilton.

À ce moment-là, la voiture de sécurité virtuelle est sortie pour permettre de dégager les débris, après quoi Perez et Bottas – qui ont également eu un contact dans le goulot d’étranglement du virage 1 – sont rentrés aux stands pour être réparés, tout comme Alonso, qui était en train de se rétablir.

#18, Lance Stroll, Aston Martin, P5

« Nous sommes heureux que vous ayez été en tête », a été le message radio adressé au leader Verstappen pendant la neutralisation, tandis que Leclerc s’est plaint que « cela doit être traité maintenant » et que ce serait une « blague » si aucune pénalité n’était infligée au champion du monde en titre.

Au 3e tour, le VSC s’est terminé et la course a repris, mais seulement pour quelques instants, car Norris a dramatiquement perdu le contrôle de sa voiture dans le virage 11, a percuté les barrières et a presque tué son coéquipier Piastri, signalant une voiture de sécurité complète et provoquant d’autres arrêts aux stands de Stroll et de Sainz.

#55, Carlos Sainz, Ferrari, P6. pht. Ferrari

Verstappen a géré le redémarrage – et les conditions délicates et fraîches – pour conserver son avance sur Leclerc, mais les commissaires ont rapidement confirmé une pénalité de cinq secondes pour le Néerlandais pour le drame du virage 1. « Oui, c’est bien, envoyez-leur mes salutations ! » a commenté Verstappen avec ironie.

Alors que Russell et Gasly gardaient Verstappen et Leclerc dans leur ligne de mire, un écart se formait avec les voitures derrière, avec Albon et Sargeant toujours cinquième et sixième pour Williams, Ocon conservant la septième place, Piastri remontant à la huitième place après un autre départ canon et Hamilton en neuvième position après une manœuvre sur Magnussen.

Après ses impressionnantes qualifications et ses premiers tours, les pneus de Sargeant ont semblé s’effondrer et il a dégringolé de la sixième à la fin du top 10 en quelques tours, tandis que Perez était de retour dans les points et revenait dans le jeu grâce à son arrêt prématuré.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P7. pht. Mercedes

A l’avant, Verstappen a connu les mêmes difficultés liées aux pneus en émettant un message radio jurant sur l’état de ses gommes et on lui a demandé de rentrer au stand, mais pas avant que Leclerc ne reprenne la tête de la course au 16e tour, ce qui a déchaîné les tribunes pleines à craquer.

Une autre bataille roue contre roue a vu Hamilton et Piastri entrer en contact, donnant à la Mercedes une crevaison et laissant la McLaren revenir aux stands en faisant des étincelles – un incident que les commissaires ont examiné mais qui n’a pas nécessité d’action supplémentaire.

À l’approche du 20e tour, Leclerc, qui ne s’est pas encore arrêté, devance Perez de quelque 14 secondes, tandis qu’Ocon termine son premier relais en troisième position devant Stroll, Sainz, Alonso, Zhou (un autre qui n’est pas encore passé par les stands), Russell, Verstappen (qui a purgé sa pénalité) et Gasly.

#63, George Russell, Mercedes, P8. pht. Mercedes

Quelques tours plus tard, Leclerc passe enfin aux stands pour un nouveau train de pneus, suivant la tendance du passage des mediums aux hards, et le Monégasque ressort en troisième position derrière Perez et Stroll, qui continuent de gagner des places sur leurs stratégies alternées.

Pendant ce temps, une lutte passionnante se développe entre Sainz, Russell et Verstappen pour les quatrième, cinquième et sixième places. Au 24e tour, la Mercedes et la Red Bull ont dépassé la Ferrari dans la longue ligne droite du Strip, puis se sont lancées dans une bataille personnelle.

Il n’a pas fallu longtemps à Verstappen pour tenter un mouvement sur Russell, mais il n’y avait pas assez d’espace pour les deux à l’apex du virage 14 et ils sont entrés en contact, jetant des débris sur toute la piste. « Mon pote, il vient de tourner sur moi ! » Verstappen a contacté son équipe par radio, et les commissaires ont ensuite infligé une pénalité de cinq secondes à Russell.

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P9

Ces débris ont déclenché une autre voiture de sécurité et ont été le moment idéal pour que Perez et Stroll fassent des arrêts aux stands bon marché, tandis que Verstappen, Russell, Sainz, Alonso, Zhou, Magnussen, Hulkenberg et Hamilton ont également profité de l’occasion pour chausser des pneus neufs sous le drapeau jaune.

Alors que le peloton suit Bernd Maylander, Leclerc reste en P1 devant Perez, Gasly et Piastri, Verstappen est cinquième après un deuxième arrêt qui n’inclut pas de changement d’aileron avant, suivi par Ocon, Stroll, Albon, Russell et Sainz dans les dernières positions qui rapportent des points.

Les images ont ensuite montré Leclerc en train d’allumer les roues arrière en essayant de faire chauffer ses pneus derrière la voiture de sécurité. « Ah, j’ai failli perdre le fil ! Les pneus sont froids », a-t-il commenté à la radio, ajoutant un juron pour faire bonne mesure.

Alors que Leclerc conservait son avantage sur Perez au restart, Piastri a pris l’avantage sur Gasly pour la P3 en s’élançant dans le virage 5, tandis que Verstappen conservait sa cinquième place et évitait une nouvelle pénalité pour un dégagement dangereux qui l’a vu rouler côte à côte avec Stroll dans les stands.

#81, Oscar Piastri, McLaren, P10. pht. Jake Grant

Perez a rapidement commencé à mettre la pression sur Leclerc et, lors du 32e des 50 tours prévus, a dûment pris l’avantage dans le virage 14, avec l’autre Red Bull également en mouvement alors que Verstappen a trouvé un moyen de dépasser Gasly et Piastri dans une succession rapide.

Derrière, une bagarre monumentale entre les pilotes alpins a vu Ocon et Gasly échanger leurs places à plusieurs reprises, l’équipe leur demandant de conserver leur position pour éviter tout drame, tandis qu’Albon, Stroll, Russell et Sainz restaient dans le top 10 final.

De retour aux avant-postes, l’histoire a connu un nouveau rebondissement lorsque Leclerc a réduit l’écart avec Perez et a renversé la situation sur son rival avec une fente dans le virage 14, la course du Mexicain prenant une autre tournure lorsque son coéquipier Verstappen s’est faufilé dans la ligne droite arrière.

Verstappen a rapidement saisi l’opportunité d’un dépassement dans le populaire virage 14 et a pris la tête à Leclerc à un peu plus de 10 tours de l’arrivée, avant que son ingénieur ne lui dise de « travailler dur » pour briser la remorque et s’éloigner de la fenêtre DRS si importante.

Piastri est resté quatrième des Alpines, qui ont été séparées par l’Aston Martin de Stroll, alors que Russell, Sainz et Alonso détenaient les derniers points après qu’Albon ait perdu une multitude de places en quelques minutes lorsque la course de Williams s’est effondrée.

Lorsque Perez a commencé à augmenter la pression sur Leclerc une fois de plus, la Ferrari a bloqué dans le virage 14 et a donné la position à son rival Red Bull, ce qui signifiait qu’un résultat de deux pour les champions du monde en titre était soudainement sur les cartes.

Cependant, alors que les derniers tours s’égrenaient, Leclerc restait à portée de DRS de Perez et menaçait de répondre, ce qu’il fit finalement dans le dernier tour avec un nouveau dépassement réussi dans la zone de freinage du virage 14.

Verstappen a franchi la ligne quelques secondes plus tard pour s’assurer de la victoire, Perez ayant poursuivi Leclerc jusqu’au bout et complété les positions sur le podium – ce qui est tout de même suffisant pour s’assurer la deuxième place au classement des pilotes.

Ocon a été devancé par Russell pour la quatrième place à l’arrivée, mais le pilote Mercedes a néanmoins rétrogradé à la huitième place – derrière Stroll, Sainz et Hamilton – après l’application de sa pénalité pour s’être accroché avec Verstappen.

Alonso a réalisé un double top 10 pour Aston Martin en neuvième position, Piastri complétant les points après son arrêt tardif pour passer des pneus durs aux pneus médiums. Il a ainsi évité à Gasly et Albon, dont le rythme s’est dégradé au fil de la soirée, d’entrer dans les points.

Magnussen et Ricciardo suivaient en P13 et P14, tandis que Zhou, Sargeant et Bottas formaient le dernier groupe d’arrivants après que Tsunoda et Hulkenberg aient abandonné leurs voitures en fin de course, rejoignant Norris, qui subit des examens médicaux de précaution.

Le GP ici

Meilleurs tours ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Citation clé :

« C’était une course difficile », a déclaré Verstappen, vainqueur de la course. « J’ai essayé d’y aller [avec Leclerc] au départ. Je pense que nous avons tous les deux freiné assez tard, puis j’ai manqué d’adhérence et nous avons fini un peu large, donc les commissaires m’ont donné une pénalité pour cela. Bien sûr, cela nous a mis un peu sur le reculoir, j’ai dû doubler plusieurs voitures, puis la voiture de sécurité est revenue. À ce moment-là, il se passait déjà beaucoup de choses dans la course.

« Une fois que nous avons eu le message jusqu’à la fin, nous avons pu rouler à fond. Vous pouviez clairement voir que le DRS était très puissant ici, donc même lorsque vous preniez la tête, si le gars derrière restait dans le DRS, il avait toujours l’opportunité de revenir sur vous. Je pense que cela a donné lieu à de belles courses ici aujourd’hui, donc c’était vraiment très amusant.

La suite :

La dernière étape du calendrier 2023 de la F1 sera Yas Marina pour le Grand Prix d’Abu Dhabi, qui se déroulera du 24 au 26 novembre.

Communiqué La F1