Lewis Hamilton s’impose très facilement devant Max Verstappen au Quatar, Fernando Alonso de retour sur le podium

Posted by

Hamilton réduit l’écart avec Verstappen grâce à sa victoire au Qatar, tandis qu’Alonso monte sur le premier podium de son retour en F1.

Hamilton, Mercedes, P1. pht. LAT Images

Lewis Hamilton, de Mercedes, a réduit l’écart qui le sépare de Max Verstappen, son rival pour le titre, après une victoire lors du premier Grand Prix du Qatar au Circuit international de Losail. Verstappen s’est remis d’une pénalité sur la grille qui l’avait fait partir P7 pour terminer deuxième, tandis que Fernando Alonso, de l’écurie Alpine, est monté sur la dernière marche du podium.

Après un départ propre depuis la pole position, Hamilton a pu contrôler le rythme en tête du peloton avec une victoire au volant de sa monoplace qui a retrouvé toute sa supériorité comme Mercedes nous y a habitué depuis l’ère hybride, sa deuxième consécutive après le Brésil. Mais si Hamilton a été impressionnant, Verstappen l’a été tout autant, passant de la deuxième à la septième place sur la grille pour ne pas avoir respecté les doubles drapeaux jaunes agités lors des qualifications.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P2. pht. Lars Baron/Getty Images

Verstappen a cependant fait fi de cette déception en se hissant à la quatrième place au départ, avant de se hisser rapidement à la deuxième place, puis de suivre Hamilton pour limiter les dégâts sur son avance pour le titre, qui est maintenant de huit points, Verstappen ayant obtenu le point de bonus du meilleur tour.

Pendant ce temps, il y avait de la joie chez Alpine, car Alonso est retourné sur le podium pour la première fois depuis le Grand Prix de Hongrie 2014, l’Espagnol ayant exécuté une conduite agressive pour survivre à la pression en fin de course de Sergio Perez de Red Bull pour prendre la troisième place.

Fernando Alonso, Alpine, P3.

La quatrième place de Perez est une reprise décente compte tenu du fait qu’il était parti P11, alors qu’il a terminé devant l’Alpine d’Esteban Ocon, avec Lance Stroll prenant P6 pour Aston Martin.

Start of Race. Zak Mauger/LAT Images

Les deux Ferrari de Carlos Sainz et Charles Leclerc sont P7 et P8. Lando Norris a pris la P9 après un arrêt tardif du pilote McLaren, tandis que Sebastian Vettel a pris la dernière position qui rapporte des points, la P10. Pierre Gasly n’a pas réussi à faire fonctionner une stratégie à deux arrêts, passant de la P2 sur la grille à la P11, permettant à Alpine de passer devant AlphaTauri en P5 au classement.

Sergio Perrez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda,P4. pht. Lars Baron/Getty Images

Pendant ce temps, c’était une journée à oublier pour Valtteri Bottas de Mercedes, qui a subi sa propre chute sur la grille, passant de P3 à P6, avant de tomber à la 11e place au départ et de souffrir de problèmes de pneus à mi-course – comme George Russell et Nicholas Latifi de Williams – il a dû abandonner.

Donc, à deux courses de la fin, c’est Hamilton qui est à portée de main de Verstappen dans la lutte des pilotes. C’est parti pour l’Arabie Saoudite.

Esteban Ocon, Alpine, P5.

COMME CELA S’EST PASSÉ

Avant même que le tout premier Grand Prix du Qatar n’ait commencé, il y a eu un fait hors-piste lorsque Max Verstappen a été rétrogradé de P2 à P7 sur la grille, et Valtteri Bottas de P3 à P6, pour ne pas avoir respecté les drapeaux jaunes lors des qualifications – un double pour Verstappen, un simple pour Bottas.

Lorsque les cinq feux se sont éteints, Hamilton a balayé devant Pierre Gasly, promu à la première ligne par ces pénalités, permettant à la Mercedes de tenir la position en tête sans forcer.

Lance Stroll, Aston Martin AMR21, P6.

Bottas, quant à lui, a chuté comme une pierre, passant de la sixième à la onzième place (Vettel passant également de P10 à P17), tandis que Verstappen allait dans l’autre sens, profitant de Carlos Sainz et Lando Norris qui s’affrontaient dans le premier virage pour se hisser en P4, tandis que seul un coup de Fernando Alonso dans le deuxième virage a empêché Verstappen d’atteindre la P3 – Alonso dépassant ensuite Gasly pour s’emparer de la P2 dans la même manœuvre.

Hamilton s’éloigne en tête, mais si Verstappen veut garder ses chances, le Néerlandais passe rapidement Gasly et Alonso pour s’emparer de la P2 au 5e tour sur 57, avec seulement quatre secondes de retard sur son rival pour le titre, mais celui-ci gère accélérant ou ralentissant au bon grés des événements de la course tant sa Mercedes fait preuve de supériorité.

Verstappen avançait, tout comme Sergio Perez dans la Red Bull sœur, Perez passant de P11 à P6 au 9e tour. Bottas avancait moins rapidement, avec Toto Wolff à la radio le Finlandais au 8e tour pour lui donner le hurry-up – Bottas a rapidement répondu en passant Yuki Tsunoda et Lance Stroll pour se déplacer à P9 au 10e tour.

Carlos Sainz, Ferrari SF21, P7. . pht. Charles Coates/LAT Images

En tête, Hamilton et Verstappen se sont rapidement installés dans leur propre course, Hamilton a pu lentement creuser l’écart avec son rival à 7s au 15e tour – avec Verstappen un autre 22s d’avance sur Alonso, avec Norris devant Perez après que Gasly se soit arrêté pour la première fois au 13e tour.

Le 17e tour a attiré l’attention de Mercedes, alors que Verstappen a fait entrer sa Red Bull RB16B pour un arrêt, en prenant des pneus durs et en conservant la position P2 alors qu’il émergeait juste devant Alonso. Hamilton a contacté Mercedes par radio pour leur dire que ses pneus étaient encore en bon état, mais ils l’ont quand même fait rentrer un tour plus tard pour couvrir Verstappen.

Charles Leclerc, P8. pht. Scuderia Ferrari

Hamilton n’était pas très content, il a dit à l’équipe qu’il était « définitivement trop tôt pour s’arrêter », mais on lui a répondu brusquement qu’avec l’avantage de vitesse dont il bénéficiait – suffisant pour qu’Hamilton ait 10s d’avance sur Verstappen quand il est sorti de son arrêt – cela valait la peine de faire comme Red Bull.

Avec la mi-course atteinte au 29e tour sur 57, l’ordre était le suivant : Hamilton, 7s devant Verstappen, avec Bottas troisième mais pas encore arrêté, devant Perez, Alonso, Gasly, Norris, Ocon, Stroll et Sainz – Perez passant devant Alonso après une bagarre titanesque au 29e tour dans la première séquence de virages.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P9. pht. Charles Coates/LAT Images

Bottas a été dramatiquement contraint à son premier arrêt au 33e tour lorsqu’il a souffer d’une crevaison, Bottas glissant dans le gravier au virage 7, avant de retourner aux stands pour les pneus durs, sortant P14 alors que Perez était promu P3 derrière Hamilton et Verstappen.

La grande question était maintenant de savoir si Hamilton ou Verstappen se sentiraient obligés de s’arrêter à nouveau à la lumière des problèmes de Bottas – Verstappen dans une position confortable en P2, 50s d’avance sur son coéquipier Perez au 40e tour.

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR21, P10.

Verstappen a répondu à la question au 41e tour en s’arrêtant pour les mediums, Hamilton répondant sans surprise un tour plus tard pour les mêmes pneus, alors que les deux hommes maintenaient le statu quo en tête.

Perez s’est également arrêté au 41e tour, émergeant P7 alors qu’Alonso était promu sur le podium. Alonso a dit à son équipe de demander à Ocon, cinquième, de « se défendre comme un lion » (une référence aux commentaires d’Ocon sur la défense d’Alonso qui a permis sa victoire en Hongrie) pour garder Perez derrière.

Ocon a écouté, lui aussi, mais malgré une bagarre énergique au 47e tour, Perez est passé devant le pilote alpin et s’est hissé en P5 – bien que le Mexicain ait remis en question la décision de Red Bull de sacrifier sa position en piste en le doublant.

Les problèmes de pneus de Bottas ont été apparemment reflétés par les pilotes Williams de George Russell et Nicholas Latifi aux tours 50 et 52, les deux pilotes souffrant de problèmes de pneus avant gauche – Bottas a été retiré de la course au tour 50, mettant fin à une soirée misérable sous les projecteurs pour le Finlandais.

Latifi a abandonné au 55e tour, avec une voiture de sécurité virtuelle appelée, Verstappen en profitant pour plonger dans les stands pour les softs. Red Bull espérait peut-être que cette manœuvre ferait peur à Mercedes, mais la chance n’était pas au rendez-vous, car Hamilton a franchi la ligne d’arrivée pour s’assurer une victoire consécutive après Interlagos. Il a été, tout simplement, intouchable toute la soirée, la Mercedes est redevenue une machine dominatrice, au classement général Norris (9e et tous les autres sont relégués à un tour (sic) et de Perrez 4e à Leclerc (8e) ils sont a plus d’une minute et 25 s soit presque un tour, on se croirait revenu en 2020 ! Certains accusent Mercedes que la monoplace d’Hamilton a un aileron trop flexible qui n’était pas sur celle de Bottas, Red Bull a dit qu’il faut mettre fin à cette situation sinon pour les autres courses ils ont aussi un aileron flexible, si Hamilton le conserve, ils vont aussi le monter, ambiance !

L’arrêt de Verstappen lui a au moins permis de chausser des pneus tendres, ce qui lui a valu le point de bonus du meilleur tour en plus de ses 18 points pour la deuxième place, son avance passant de 14 à 8 points sur Hamilton, à deux courses de la fin.

Si Verstappen se sentait un peu blasé, Alonso ressentait une joie pure, car il a profité du VSC pour se maintenir en P3. « Finalement, nous l’avons eu », a déclaré Alonso après la course. « Je suis tellement heureux pour l’équipe. » Perez a pris la P4 et aura probablement des questions sur le mouvement à deux arrêts de Red Bull pour lui, tandis qu’Ocon a pris la cinquième place, pour permettre à Alpine de prendre une avance décisive de 25 points sur AlphaTauri dans leur lutte pour la cinquième place des constructeurs.

Un podium qui fait du bien pour Fernando Alonso.

Une performance furtive de Stroll a été suffisante pour donner au pilote Aston Martin la P6, devant la paire Ferrari de Sainz et Leclerc, Norris terminant P9 – McLaren ayant soupçonné une crevaison à quelques tours de la fin et arrêtant le Britannique, alors que Vettel se remettait de son mauvais départ pour prendre le dernier point.

Après être parti en deuxième position, Gasly a terminé à la P11, après avoir opté pour un double arrêt, devant Daniel Ricciardo – une troisième course sans points d’affilée pour l’Australien – tandis que Yuki Tsunoda a pris la 13e place. Kimi Raikkonen était P14 pour Alfa Romeo, après une belle bataille avec Latifi, et son coéquipier Antonio Giovinazzi P15, devant Mick Schumacher, Russell et Nikita Mazepin.

Max Verstappen, Red Bull Racing, 2nd position, the Mercedes trophy delegate, Lewis Hamilton, Mercedes, 1st position, and Fernando Alonso, Alpine F1, 3rd position, on the podium. pht. Zak Mauger/LAT Images

Donc, encore un nouveau rebondissement dans cette fascinante lutte pour le titre. Hamilton est-il maintenant dans le siège du conducteur pour le titre ? Ou Verstappen peut-il se battre en Arabie Saoudite et à Abu Dhabi ? Ça va être fascinant de le découvrir.

Classement GP du Quatar ici

Les meilleurs tours ici

Les pit-Stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat Constructeurs ici

La citation clé

« Nous avions besoin de ces points aujourd’hui. Je suis impatient de regarder le replay de la course pour savoir ce qui s’est passé derrière moi. Je suis vraiment reconnaissant pour ces points, ça a été une année d’enfer. Deux victoires consécutives ici, je me sens bien, je me sens en forme, plus en forme que je ne l’ai jamais été. Apportez les deux prochaines ! » Lewis Hamilton, Mercedes

La suite

D’un nouveau Grand Prix au Moyen-Orient à un autre, nous nous dirigeons vers Jeddah, et le Grand Prix inaugural d’Arabie Saoudite du 3 au 5 décembre. Le tout nouveau circuit de la Corniche de Jeddah promet d’être le circuit de rue le plus rapide de la F1, et avec une autre course de nuit, l’atmosphère sera électrique.

Communiqué la F1

Le pilote du jour, le retour d’Alonso sur le podium obtient le vote des fans au Qatar

Avec Fernando Alonso en troisième position sur la grille, nous nous attendions à un feu d’artifice de la part de l’Espagnol au démarrage si rapide, et nous l’avons eu – il a gardé son Alpine devant tout le monde, sauf les deux protagonistes du titre, et a géré ses pneus de manière superbe pour obtenir son premier podium en F1 depuis 2014. Il n’est pas étonnant qu’il ait obtenu vote des fans, voici comment il s’est réparti….

Fernando Alonso – 28,6

Sergio Perez – 16,6

Lewis Hamilton – 13,7

Max Verstappen – 13,5

Lando Norris – 5,6

Les moments clés par Pirelli

Le pilote Mercedes Lewis Hamilton a remporté le premier Grand Prix du Qatar depuis la pole position, avec deux relais sur le pneu P Zero Yellow C2 moyen et un relais sur le P Zero White dur C1. Il a commencé sur le moyen avant de passer au dur puis de terminer la course à nouveau sur le moyen : prédit à l’avance comme la stratégie la plus rapide.

Il a terminé devant Max Verstappen de Red Bull, qui suivait une stratégie similaire avant de faire un troisième arrêt pour les pneus P Zero Red soft C3 sous une voiture de sécurité virtuelle pour réclamer un point supplémentaire pour le meilleur tour dans le tout dernier tour.

Les deux pilotes ont terminé avec plus de 30 secondes d’avance sur Fernando Alonso d’Alpine, qui a commencé sur le soft depuis la troisième place sur la grille puis a terminé sur le dur pour compléter le podium avec un seul arrêt. En conséquence, les trois premiers pilotes sur le podium ont adopté trois stratégies différentes.

Il y avait un mélange de pilotes commençant par les pneus tendres et moyens, avec un mélange de un, deux et trois bouchons également. La course a commencé par des températures ambiantes d’environ 27 degrés centigrades et des températures de piste d’environ 30 degrés, les conditions étant restées assez stables pendant toute la course.

Quatre pilotes (Valtteri Bottas, George Russell, Lando Norris et Nicholas Latifi) ont subi des crevaisons sur leurs pneus avant gauche, qui pourraient être le résultat d’une usure très élevée combinée à des impacts à grande vitesse contre des bordures très agressives à Losail.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

HARD C1 : Ce composé a été utilisé par tous les pilotes à l’exception de sept pour le deuxième relais de la course. Il a fonctionné comme prévu, avec une faible dégradation, également pour ceux qui utilisent une stratégie à guichet unique.

MEDIUM C2 : Quatre des 10 premiers sur la grille ont pris le départ sur ce composé : dont Hamilton et Verstappen. Cela leur a permis d’exécuter la meilleure stratégie, tandis que ceux qui ne s’étaient arrêtés qu’une seule fois étaient obligés de faire des relais plus longs que prévu.

SOFT C3 : Comme prévu, il présentait un niveau élevé de dégradation et d’usure dans les conditions exigeantes de Losail. Cependant, il a été choisi par la moitié des pilotes en dehors du top 10 sur la grille (avec libre choix des pneus) pour commencer la course, dans le but de prendre l’avantage dans la première partie du grand prix. Les pilotes d’Alpine en particulier (qui ont tous deux terminé dans les cinq premiers) ont effectué de longs relais d’ouverture sur ce composé et l’ont bien géré.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE PIRELLI

« Le Losail étant une piste nouvelle et relativement inconnue, avec des virages à haute énergie, les équipes se sont lancées dans la course sans toutes les informations qu’elles souhaiteraient idéalement, avec une seule séance d’essais représentative. Cependant, il est devenu clair pendant la course qu’une seule -le bouchon était très marginal en terme d’usure des pneumatiques, nécessitant un haut degré de gestion.Certains pilotes ont rencontré des problèmes de pneumatiques vers l’arrivée : cela était probablement dû à une combinaison d’une usure très importante du fait de longs relais, et d’impacts à grande vitesse contre des bordures agressives, mais nous découvrirons évidemment précisément ce qui s’est passé avec une analyse complète en laboratoire à la base de Milan.En revanche, Hamilton et Verstappen ont pu pousser à la limite avec la stratégie qu’ils avaient choisie, terminant plus de une demi-minute d’avance sur Alonso, troisième,qui a fait un travail unique pour lui. »

Ils ont dit :

Carlos Sainz # 55 :

pht. Scuderia Ferrari

La nôtre n’était certainement pas une course particulièrement excitante aujourd’hui, car nous devions gérer les pneus la plupart du temps. Cependant, je pense que nous avons fait du bon travail en réussissant à mener à bien une stratégie à guichet unique dont nous doutions avant le départ.

Comme je le craignais, le départ en pneus Medium a été difficile car j’ai eu du mal à me battre avec les voitures autour de moi. Depuis le départ, je me suis concentré sur l’allongement de mon premier relais au maximum, puis à m’occuper des Hards dans les premiers tours du second. Quand ils m’ont dit que nous étions calmes et que nous pouvions pousser jusqu’à la fin de la course, j’ai enfin pu m’amuser. J’ai rejoint Ocon et Stroll mais je me suis retrouvé dans un petit train où tout le monde avait des DRS et je n’ai pas pu tenter de doubler.

Dans l’ensemble, c’était un triplé positif, dans lequel j’étais toujours à l’aise avec la voiture et rapide à chaque séance. Nous avons également augmenté notre avance sur McLaren et nous devons nous en réjouir.

Avant d’aborder les deux dernières courses de la saison, nous avons besoin d’un peu de repos, notamment pour les mécaniciens et les gars en piste. Merci pour le bon travail les gars! Enfin, je tiens à féliciter Fernando pour la magnifique course d’aujourd’hui. Le voir sur le podium était fantastique.

Charles Leclerc #16 :

pht. Scuderia Ferrari

En tant qu’équipe, je dirais que le week-end s’est terminé sur un résultat positif. Quant à moi, je suis heureux d’avoir trouvé mon rythme après des qualifications frustrantes, je tiens donc à remercier nos mécaniciens pour l’incroyable travail qu’ils ont fait pour remplacer le châssis de ma voiture. Dès les premiers tours de course, les sensations dans la voiture étaient bien meilleures et j’ai senti que je pouvais recommencer à pousser.

En termes de résultat absolu, une huitième place n’est clairement pas particulièrement excitante, mais si l’on considère que je suis parti en retrait et que je regarde mon rythme, surtout dans le deuxième relais, je sens que je peux dire que j’ai réussi une bonne remontée.

Il ne reste plus que deux courses à la fin de la saison et nous allons tout faire pour porter cette tendance positive en fin de championnat.

Mattia Binotto Chef d’équipe

pht.Scuderia Ferrari

Un résultat qui doit être jugé du point de vue du championnat et, par conséquent, doit être considéré comme un pas de plus vers la réalisation des objectifs que nous nous sommes fixés lors de cette finale de la saison.

Nous savions que sur cette piste nous pouvions avoir des difficultés avec l’usure des pneus – comme nous l’avions été au Paul Ricard par exemple – et nous avons donc demandé aux pilotes de toujours être très prudents au volant, sans prendre de risque et en essayant de miser sur un arrêt unique. stratégie. C’était un choix conservateur mais, à la lumière de ce qui s’est passé dans la finale, cela a payé.

L’équipe a bien travaillé, dans des conditions qui n’étaient certainement pas faciles puisqu’il s’agissait de la troisième course consécutive. Les mécaniciens étaient très bons, à la fois en remplaçant le châssis de Charles dans les délais, évitant ainsi une pénalité sur la grille, et en effectuant deux bons arrêts aux stands à quelques secondes d’intervalle. Essayons maintenant de récupérer un peu d’énergie et essayons de finir la saison de la meilleure des manières.

MAX VERSTAPPEN :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Je suis bien sûr content du résultat aujourd’hui. Ce week-end a été assez difficile pour nous en tant qu’équipe et nous manquons encore de rythme, j’ai essayé tout ce que j’ai pu après la pénalité de cinq places sur la grille donc terminer deuxième et marquer le meilleur tour est vraiment bien. J’ai eu un départ excitant et je savais que les premiers tours étaient vraiment importants, j’ai fait un bon décollage et je suis revenu assez rapidement à la deuxième place, à partir de là j’ai essayé de réduire l’écart et ça a plutôt bien marché. Je me suis amusé aujourd’hui, surtout lorsque j’ai signé le meilleur tour. C’est dommage que Checo ne soit pas monté sur le podium aujourd’hui, il a marqué de bons points pour l’équipe. Je suis aussi content pour Fernando, nous savons tous à quel point il est bon, cela ne fait aucun doute. Pour l’instant, il faut rester concentré, il reste encore deux courses à disputer et beaucoup de choses peuvent arriver, tout est possible.

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Aujourd’hui était un grand jour, je pense que la récupération de Max dans le premier tour était magnifique et ses deux premiers virages étaient sensationnels. Mercedes avait une voiture plus rapide avec Lewis aujourd’hui, mais nous avons pu revenir sur eux dans les deuxième et troisième relais. Bien que nous n’ayons pas été plus rapides, notre vitesse en ligne droite était compétitive aujourd’hui et le fait que Max ait pu obtenir le tour le plus rapide avant de passer aux softs était encourageant. Checo n’a pas eu de chance de ne pas terminer sur le podium aujourd’hui, je pense que sans le VSC, il aurait eu raison avec Alonso dans ce dernier tour, mais il a eu un excellent pilotage et nous a fait gagner de précieux points d’équipe. Cela faisait longtemps que Fernando n’était pas monté sur le podium donc c’était aussi agréable de le voir là-haut. Nous n’avons plus que cinq points de retard au championnat des constructeurs et huit points d’avance au championnat des pilotes, il y a donc deux très grosses courses à venir et tout est à jouer. Nous allons travailler dur la semaine prochaine et améliorer la voiture autant que possible et voir ce que nous pouvons faire à Djeddah. Je tiens à préciser que les commissaires font un travail formidable et que notre sport ne pourrait pas fonctionner sans qu’ils donnent de leur temps, donc si une infraction a été commise, je m’excuse sans réserve, ma frustration était due à la décision qui avait été prise et non à aucune individuel. »

Pierre Gasly (AT02-05, Voiture 10) :

pht. Dan Istitene/Getty Images

« C’est une journée vraiment frustrante. Yuki et moi-même avons commencé dans le top 10, mais avons reculé massivement pendant la course. J’ai donné tout ce que j’avais à l’intérieur de la voiture aujourd’hui, mais nous étions tout simplement trop lents. Même au départ, je n’ai pas pu rester avec Alonso, alors nous avons essayé d’opter pour une stratégie agressive à deux arrêts, mais le rythme n’était tout simplement pas au rendez-vous. Cela n’a pas fonctionné aujourd’hui, ce qui est vraiment décevant. Après l’incident d’hier, nous avons changé certaines pièces de la voiture, je ne sais pas si cela aurait pu avoir un impact sur notre rythme de course aujourd’hui, mais nous devrons partir et tout revoir, car je ne peux tout simplement pas l’expliquer pour le moment. « 

Esteban Ocon :

« C’était une belle course de notre côté aujourd’hui et je suis très heureux de finir cinquième en étant parti neuvième. J’ai réussi à dépasser Carlos [Sainz] et Yuki [Tsunoda] après un bon départ. J’ai essayé de rendre la pareille à Fernando pour Budapest. J’ai demandé à l’équipe s’ils avaient besoin de moi pour défendre face à Perez. Il était en pneus neufs et ce n’était pas facile, mais j’ai fait mon maximum. Ce résultat est un peu comme une victoire pour nous. C’était un effort fantastique, le mérite en revient à chaque membre de l’écurie et ces vingt-cinq points gagnés sur Alpha Tauri nous mettent dans une très bonne position avant les deux dernières courses de l’année ! »

Fernando Alonso :

« C’était fantastique et tellement bon de retrouver le podium. Toute l’équipe le méritait et j’ai dû attendre sept ans depuis mon dernier podium. J’espère que nous n’aurons plus à attendre aussi longtemps ! Nous avons pris quelques risques avec la stratégie à un seul arrêt, mais cela a bien fonctionné. Nous avions un rythme solide et nous avions fait le nécessaire pour tenir malgré le retour de Perez. Esteban a fait de l’excellent travail pour nous aider à obtenir ce résultat et nos arrêts ont été excellents, donc bravo à toute l’écurie. J’adore cette piste et la voiture a été incroyable tout le week-end, donc j’ai déjà hâte d’y revenir. Il y avait également pas mal d’action et de dépassements, ce dont nous n’étions pas sûrs avant de venir. En fin de compte, c’est un week-end parfait, nous avons marqué beaucoup de points au Championnat Constructeurs et nous disposons désormais d’un bon avantage sur Alpha Tauri avant les deux dernières courses. »

Laurent Rossi, CEO d’Alpine :

« Quel fantastique résultat d’équipe ! Tout d’abord, un immense bravo à Fernando pour son podium. C’est son premier depuis son retour dans l’écurie et je dois dire qu’il le mérite vraiment au vu de sa saison. Nous savions qu’une grande opportunité se présenterait aujourd’hui avec les pénalités touchant des voitures autour de nous sur la grille et nous mettant dans une excellente position. Dès lors, c’était à lui au volant de se placer dans le match, à l’équipe d’exécuter la bonne stratégie avec les bonnes décisions aux bons moments et à l’équipe des stands d’effectuer un arrêt parfait. Toutes les pièces du puzzle se sont assemblées et le résultat final est mérité avec notre deuxième podium de la saison. Il ne faut pas oublier la prestation tout aussi brillante d’Esteban pour terminer cinquième. Il a également réalisé un superbe départ le plaçant en excellente position pour marquer des points. Il a tiré profit de la stratégie à deux arrêts d’autres concurrents, mais il a conservé son sang-froid malgré le retour tardif de certains pour prendre dix points extrêmement précieux. Avec les points inscrits aujourd’hui, nous portons notre avance sur Alpha Tauri pour la cinquième place à vingt-cinq points à deux manches du dénouement. Même s’il s’agit d’un bel avantage, nous n’allons pas nous reposer sur nos lauriers. Nous avons encore deux épreuves à disputer et, comme nous l’avons vu, tout peut arriver en Formule 1. Nous chercherons à nous appuyer sur notre régularité affichée cette saison – avec des points sur dix-huit des vingt courses — pour sceller notre cinquième position d’ici la fin de l’année. »

Lewis Hamilton :

pht. Steve Etherington

Cela a été une sacrée année, donc être à ce stade de la saison et avoir des victoires consécutives est un sentiment formidable. C’était une course assez simple pour moi, un peu solitaire mais bien sûr, nous avions besoin de ces points, donc un travail vraiment solide de la part de l’équipe. Un grand merci à tout le monde au bord de la piste et de retour dans les usines pour tout leur travail acharné. Je suis vraiment reconnaissant pour ces points et c’est incroyable d’avoir pu réduire autant l’écart au cours des deux dernières semaines. Nous avons encore du pain sur la planche, mais nous aimons une bataille si serrée et le défi qu’elle apporte. C’était vraiment dommage pour Valtteri aujourd’hui, qui devait abandonner, mais le rythme était bon ce week-end et cela nous place en bonne position pour les deux prochaines courses. Nous apporterons notre triple a-game pour ceux-là.

Toto Wolff :

pht. Sebastian Kawka

C’était une victoire imposante pour Lewis. Il contrôlait le rythme de l’avant et faisait tout ce qu’il fallait, complètement dans la zone. Le lion s’est réveillé à Interlagos et nous l’avons vu aujourd’hui au Qatar ! Pour Valtteri, ce fut une journée difficile, la crevaison est sortie de nulle part, sans aucune indication, et malheureusement, il a été le premier à crever. Mais alors que nous sortons du résultat de la course avec des émotions mitigées, le rythme de la voiture ce week-end a été encourageant pour les deux dernières courses. Nous savons qu’il y a encore de nombreux défis à venir, mais nous apprécions la course, quand elle est si difficile, c’est exactement pourquoi nous pratiquons ce sport. C’est l’attaque maximale pour les deux derniers tours, nous avons quelques points à rattraper, c’est donc ce que nous visons et nous en profitons à chaque instant.

Andrew Shovline

pht. Jiri Krenek

Un sac mélangé aujourd’hui. D’un côté, Lewis a montré ce que lui et la voiture peuvent faire un samedi et un dimanche, sa marge en qualifications était vraiment impressionnante et même en course, il n’avait qu’à faire ce qui était nécessaire pour maintenir l’écart. Valtteri, en revanche, a eu une journée difficile; nous pensions qu’il serait P5 au départ ce qui signifiait du bon côté mais alors que nous partions pour aller à la grille, un deuxième document est sorti qui nous a mis un peu plus en retrait du côté sale. Cela ne l’a pas aidé à sortir de la ligne, mais un mauvais virage 1 et 2 l’a laissé tomber plus loin et à la fin du premier tour, il était en P11. À partir de là, il a effectué une très forte remontée et revenait dans une position où un podium semblait probable. Nous avons ensuite eu la crevaison, qui s’est produite sans avertissement et au pire endroit de la piste, juste dans le dernier virage, il a donc dû faire tout le tour sur trois roues. Nous n’avons pas pu progresser une fois de retour en piste car la voiture avait été très endommagée, nous avons donc finalement décidé d’abandonner. Nous abordons les deux dernières manches avec une petite marge chez les Constructeurs et un petit déficit chez les Pilotes. Ça va être serré, mais nous avons une voiture capable de faire le travail et cela nous encourage beaucoup. Nous devrons probablement gagner les deux courses, mais nous avons de bonnes raisons de penser que notre solide forme à partir d’ici peut se poursuivre dans les deux prochaines. C’est une grosse poussée vers l’arrivée à partir d’ici, mais nous sommes impatients de nous battre et avons hâte de nous remettre sur la bonne voie en Arabie saoudite. Nous abordons les deux dernières manches avec une petite marge chez les Constructeurs et un petit déficit chez les Pilotes. Ça va être serré, mais nous avons une voiture capable de faire le travail et cela nous encourage beaucoup. Nous devrons probablement gagner les deux courses, mais nous avons de bonnes raisons de penser que notre solide forme à partir d’ici peut se poursuivre dans les deux prochaines. C’est une grosse poussée vers l’arrivée à partir d’ici, mais nous sommes impatients de nous battre et avons hâte de nous remettre sur la bonne voie en Arabie saoudite. Nous abordons les deux dernières manches avec une petite marge chez les Constructeurs et un petit déficit chez les Pilotes. Ça va être serré, mais nous avons une voiture capable de faire le travail et cela nous encourage beaucoup. Nous devrons probablement gagner les deux courses, mais nous avons de bonnes raisons de penser que notre solide forme à partir d’ici peut se poursuivre dans les deux prochaines. C’est une grosse poussée vers l’arrivée à partir d’ici, mais nous sommes impatients de nous battre et avons hâte de nous remettre sur la bonne voie en Arabie saoudite.

English Information

Lewis Hamilton wins easily over Max Verstappen in Qatar, Fernando Alonso back on the podium

Mercedes’ Lewis Hamilton has closed the gap to title rival Max Verstappen following a dominant victory in the inaugural Qatar Grand Prix at the Losail International Circuit, with Verstappen recovering from a grid drop that saw him start P7 to finish second, as Alpine’s Fernando Alonso took the final podium position.

After a clinical start from pole position, Hamilton was able to control the pace at the front of the field with in indomitable lights-to-flag win, his second in a row after Brazil. But while Hamilton was impressive, so too was Verstappen, who was dropped from P2 to seventh on the grid for failing to respect double waved yellow flags in qualifying.

Verstappen shrugged off the disappointment, though, jumping to P4 at the start before quickly making his way up to second, before following Hamilton home to limit the damage to his title lead, which now stands at eight points as Verstappen claimed the fastest lap bonus point.

Meanwhile, there was joy down at Alpine as Alonso returned to the podium for the first time since the 2014 Hungarian Grand Prix, the Spaniard having executed an aggressive drive to survive late-race pressure from Red Bull’s Sergio Perez to take third.

Perez’s fourth place was a decent recovery considering he’d started P11, while he finished ahead of the Alpine of Esteban Ocon, with Lance Stroll taking P6 for Aston Martin.

The Ferrari pair of Carlos Sainz and Charles Leclerc were P7 and P8. Lando Norris took P9 after a late stop for the McLaren driver, as Sebastian Vettel took the final points-paying position for P10 – with Pierre Gasly failing to make a two-stop strategy work, dropping from P2 on the grid to P11, allowing Alpine to move clear of AlphaTauri in P5 in the standings.

Meanwhile, it was a day to forget for Mercedes’ Valtteri Bottas, who took his own grid drop, dropping from P3 to P6, before falling to 11th at the start and then suffering mid-race tyre issues – as did Williams’ George Russell and Nicholas Latifi – before Mercedes retired him.

So, with just two races to go now, it’s Hamilton within touching distance of Verstappen in the drivers’ fight. Roll on Saudi Arabia.

AS IT HAPPENED

Even before the first ever Qatar Grand Prix had got under way, there was drama off-track as Max Verstappen was dropped from P2 to P7 on the grid, and Valtteri Bottas from P3 to P6, for a failure to respect yellow flags in qualifying – a double for Verstappen, a single for Bottas.

As the five lights went out, Hamilton swept in front of Pierre Gasly, promoted to his first front row start by those penalties, allowing the Mercedes to hold position at the front.

Bottas, meanwhile, dropped like a stone, sinking from sixth to 11th (Vettel also dropping from P10 to P17) as Verstappen went the other way, benefitting from Carlos Sainz and Lando Norris scrapping into Turn 1 to surge to P4, while it was only a chop from Fernando Alonso into Turn 2 that stopped Verstappen going to P3 – Alonso then passing Gasly to claim P2 in the same manoeuvre.

Hamilton was moving clear at the front – but crucially for Verstappen if he was to keep his race hopes alive, the Dutchman was quickly through on Gasly and Alonso to hold P2 by Lap 5 of 57, with only his title rival around four seconds up the road from him.

Verstappen was moving forward, and so was Sergio Perez in the sister Red Bull, Perez climbing from his P11 to P6 by Lap 9. Bottas was moving less quickly, with Toto Wolff moved to radio the Finn on Lap 8 to give him the hurry-up – Bottas quickly responding by passing Yuki Tsunoda and Lance Stroll to move to P9 by Lap 10.

Out in front, Hamilton and Verstappen quickly settled into a race of their own, Hamilton able to slowly open the gap to his rival to 7s by Lap 15 – with Verstappen a further 22s clear of Alonso, with Norris ahead of Perez after Gasly pitted for a first time on Lap 13.

Lap 17 caught Mercedes’ eye, as Verstappen brought his Red Bull RB16B in for a stop, taking on hards and holding onto P2 as he emerged just in front on Alonso. Hamilton radioed to Mercedes to tell them his tyres were still okay, but they brought him in a lap later anyway to cover off Verstappen.

Hamilton wasn’t best pleased, telling the team it was “definitely way too early to stop” but was brusquely told that with the pace advantage he was enjoying – sufficient for Hamilton to be 10s clear of Verstappen when he emerged from his stop – it had been worth mirroring Red Bull.

With the halfway point reached by Lap 29 of 57, the order was: Hamilton, 7s up from Verstappen, with Bottas third but yet to stop, ahead of Perez, Alonso, Gasly, Norris, Ocon, Stroll and Sainz – Perez getting past Alonso after a titanic scrap on Lap 29 through the first sequence of corners.

Bottas was dramatically forced into his first stop on Lap 33 when he appeared to suffer a puncture, Bottas sliding into the gravel at Turn 7, before recovering to the pits for hards, emerging P14 as Perez was promoted into P3 behind Hamilton and Verstappen.

The big question now was whether Hamilton or Verstappen would feel compelled to stop again in light of Bottas’ issues – Verstappen in a comfortable position in P2, 50s ahead of third-placed team mate Perez by Lap 40.

Verstappen answered the question on Lap 41 when he stopped for mediums, Hamilton unsurprisingly responding a lap later for the same tyres, as the pair of them maintained status quo at the front.

Perez stopped on Lap 41 too, emerging P7 as Alonso was promoted into the podium positions – with Alonso telling his team to ask fifth-placed Ocon to “defend like a lion” (a reference to Ocon’s comments about Alonso’s defence that enabled his Hungary win) to keep Perez behind.

Ocon listened, too, but despite some energetic sparring on Lap 47, Perez was through on the Alpine driver and up to P5 – although the Mexican questioned Red Bull’s decision to sacrifice track position by two-stopping him.

Bottas’ tyre issues were seemingly mirrored by the Williams drivers of George Russell and Nicholas Latifi on Laps 50 and 52, with both drivers suffering left-front tyre problems – while Bottas was retired from the race on Lap 50, bringing to an end a miserable evening under the floodlights for the Finn.

Latifi retired on Lap 55, with a Virtual Safety Car called out, Verstappen taking the opportunity to dive into the pits for softs. Perhaps Red Bull were hoping the move would spook Mercedes – but there was no such luck, as Hamilton duly swept across the line to secure back-to-back wins after Interlagos. He had been, quite simply, untouchable all evening.

Verstappen’s stop at least allowed him to put on soft tyres, Verstappen claiming the fastest lap bonus point along with his 18 points for P2, his lead reduced from 14 points to eight points over Hamilton, with two races to go.

If Verstappen felt a little jaded, Alonso felt pure joy, as he benefitted from the VSC to hold onto P3. “Finally we got it,” said Alonso after the race. “I’m so happy for the team.” Perez took P4 and will likely have some questions over Red Bull’s two-stop move for him, while Ocon took fifth, to move Alpine a decisive 25 points clear of AlphaTauri in their fight for fifth in the constructors’.

A stealthy performance from Stroll was enough to give the Aston Martin driver P6, ahead of the Ferrari pair of Sainz and Leclerc, with Norris ending up P9 – McLaren having suspected a puncture a few laps from the end and stopping the Briton, as Vettel recovered from his poor start to claim the final point.

After starting second, Gasly finished a galling P11, having opted for a two-stop, ahead of Daniel Ricciardo – a third point-less race in a row for the Australian – as Yuki Tsunoda took 13th. Kimi Raikkonen was P14 for Alfa Romeo, having enjoyed a beautiful battle with Latifi, with his team mate Antonio Giovinazzi P15, ahead of Mick Schumacher, Russell and Nikita Mazepin.

So, yet another twist in this fascinating title fight. Is Hamilton now in the driving seat for title number eight? Or can Verstappen fight back in Saudi Arabia and Abu Dhabi? It’s going to be fascinating to find out.

The key quote

“We needed those points today. I can’t wait to watch the race replay to find out what happened behind me. I’m really grateful for these points, it’s been a hell of a year. Back to back wins here, feel good, I feel fit, fitter than I’ve ever felt. Bring on the next two!” – Lewis Hamilton, Mercedes

What’s next

From one new Grand Prix in the Middle East to another now, as we head to Jeddah, and the inaugural Saudi Arabian Grand Prix on December 3-5. The all-new Jeddah Corniche Circuit promises to be the fastest street circuit in F1, while with another night race in store, the atmosphere will be electric.