WRC, Monza, le grand huit pout Sébastien Ogier et Julien Ingrassia

Posted by

Sébastien Ogier et Julien Ingrassia ont remporté dimanche leur huitième titre de Champion du Monde FIA des Rallyes en neuf saisons.

Sebastien Ogier (FRA) Julien Ingrassia (FRA) of Toyota Gazoo Racing celebrate on the podium after winning the World Rally Championship Italy in Monza. pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier et Julien Ingrassia ont conclu leur carrière ensemble sur une belle note en remportant le FORUM8 ACI Rally Monza au terme d’un duel palpitant les opposant à leur équipier Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC).

L’épreuve était rythmée par six changements de leader en trois jours de confrontation dans les contreforts des Alpes italiennes et sur l’emblématique temple de la vitesse qu’est le circuit de Monza.

Sébastien Ogier, P1.

L’issue de cette bataille pour le titre était décidée après le tête-à-queue d’Elfyn Evans dans l’avant-dernière spéciale. Sébastien Ogier en profitait pour sceller sa victoire avec 7 »3 d’avance avant de prendre un peu de recul en ne disputant qu’un programme partiel l’an prochain. De son côté, Julien Ingrassia disputait son dernier rallye.

« Je me sens juste un peu vide comme c’était une saison épuisante », confiait Sébastien Ogier, dont la victoire marquait le 200e succès d’un pilote français en mondial. Nous avons tout donné. J’ai vraiment besoin d’aller voir chaque membre de l’équipe pour les remercier chaleureusement. Nous ne sommes rien sans eux. Ils sont aussi champions du monde aujourd’hui. Nous sommes champions chez les constructeurs, les pilotes et les copilotes. »

« Sébastien Ogier s’est fait une belle frayeur dimanche matin »

Sébastien Ogier avait toutefois survécu à une dernière frayeur dimanche matin en touchant un bloc de béton à Monza. L’impact avait pris un morceau de son pneu avant droit, mais la gomme proposée par Pirelli résistait bien en restant gonflée malgré le choc.

Au classement général final, Sébastien Ogier compte vingt-trois points d’avance sur Elfyn Evans. Leur doublé assurait ainsi un grand chelem pour Toyota, qui remportait le titre chez les constructeurs pour la première fois depuis 2018 après une saison où les Yaris ont remporté neuf des douze manches au calendrier.

Elfyn EVANS (GBR) Scott MARTIN (GBR) of team TOYOTA GAZOO RACING WRT, P2. pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Dani Sordo (Hyundai i20 WRC) complétait le podium, 14 »0 derrière Elfyn Evans. L’Espagnol avait pris l’avantage sur son équipier Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) samedi après-midi après une touchette pour le Belge, finalement 10 »7 plus loin à l’arrivée.

« Sébastien Ogier et Julien Ingrassia célèbrent leur titre avant de tirer leur révérence »

Oliver Solberg (Hyundai i20 WRC) signait le meilleur résultat de sa carrière en terminant cinquième malgré deux calages dans la dernière spéciale. Son équipier Teemu Suninen (Hyundai i20 WRC) le suivait après avoir pris la sixième place à Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC), qui cassait sa suspension avant gauche en touchant le rail dans l’avant-dernière spéciale.

Dani SORDO (ESP) of team HYUNDAI SHELL MOBIS WORLD RALLY TEAM, P3. pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le Japonais préservait toutefois sa septième position devant Gus Greensmith (M-Sport Ford Fiesta WRC), également parti à la faute dans le même test. Deux minutes plus loin, on retrouvait Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC). Vainqueur de deux rallyes cette saison, le Finlandais misait sur la prudence tout au long du week-end pour assurer des points à Toyota en cas de défaillance du côté de Sébastien Ogier ou d’Elfyn Evans.

Thierry NEUVILLE (BEL) Martijn WYDAEGHE (BEL) of team HYUNDAI SHELL MOBIS WORLD RALLY TEAM, P4.  pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

 

 

 

 

Sébastien Ogier (Pilote voiture 1) :

pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

« C’est tellement difficile de décrire ce genre d’émotions. D’une manière ou d’une autre, vous vous sentez vide parce que cela a été une saison tellement épuisante comme toujours, où vous devez tant y mettre pour gagner le championnat. Mais nous le faisons pour des moments comme celui-ci. Un grand merci à tous les membres de l’équipe : sans eux nous ne sommes rien et aujourd’hui nous sommes tous champions du monde, alors célébrons cela. C’est assez remarquable ce que Toyota a accompli, et l’équipe le mérite parce qu’elle y a mis beaucoup d’efforts. L’émotion est encore plus forte sachant que c’est la fin de mon parcours avec Julien. Nous n’aurions jamais pu rêver d’une meilleure façon d’y mettre un terme. Nous savions que nous avions encore beaucoup à faire ce week-end et que ce n’était pas encore fini. Nous n’avions pas à battre Elfyn, mais nous ne pouvions pas nous permettre de nous détendre puis de perdre des positions, et gagner à la fin est tout simplement parfait.

WRC2 – Huttunen s’impose d’entrée avec M-Sport Ford

Le Finlandais Jari Huttunen s’est offert une superbe victoire en WRC2 dès son premier rallye avec l’équipe britannique M-Sport Ford au FORUM8 ACI Rally Monza.

Jari HUTTUNEN (FIN) Mikko LUKKA (FIN) of team HYUNDAI MOTORSPORT N, P1. pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Jari Huttunen avait commencé prudemment le rallye prudemment pour prendre le temps de se familiariser avec la M-Sport Ford Fiesta Rally2. Deuxième à l’issue de la première étape, le Finlandais héritait des commandes samedi matin lorsque Marco Bulacia (Škoda Fabia Rally2) partait à la faute.

Fort d’une avance s’élevant à 1’01 »6 avant la dernière journée, Jari Huttunen résistait au retour de son plus proche poursuivant Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia Rally2), ralenti par un changement de roue vendredi. Le Norvégien regagnait du temps dans les trois dernières spéciales sur le circuit de Monza, mais le leader adaptait son rythme en conséquence pour sceller sa victoire avec 47 »0 d’avance.

Ce résultat marquait également la première victoire de la saison pour l’équipe M-Sport Ford.

« La performance de Nikolay Gryazin a permis à Movisport de remporter le titre chez les équipes »

« C’est un sentiment incroyable », confiait Jari Huttunen. « Bien sûr, les temps n’étaient pas au niveau que nous voulions, donc nous avons encore beaucoup de travail à faire. Je ne sais pas ce que je ferai l’an prochain, mais j’espère que je piloterai quelque chose. »

Brazzoli Enrico (ITA) Fenoli Manuel (ITA). pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Enrico Brazzoli (Škoda Fabia Rally2) complétait le podium. Si l’Italien âgé de cinquante-six ans terminait à 13’13 »8 d’Andreas Mikkelsen, sa troisième place jouait un rôle déterminant dans la conquête du titre par équipes en WRC2 de la structure Movisport. Marco Bulacia était quatrième et dernier classé après être reparti dimanche.

 
« Andreas Mikkelsen a conclu sa campagne victorieuse avec une deuxième place » pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Nikolay Gryazin (Skoda Fabia Rally2) se montrait le plus rapide de la catégorie tout en étant inéligible aux points chez les pilotes. Le Russe en inscrivait toutefois pour Movisport, qui s’emparait finalement du titre pour onze points face à Toksport WRT.

Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5) était également inéligible aux points, au contraire de son copilote James Morgan. L’Estonien signait des temps respectables qui lui auraient permis de se classer quatrième.

 

 

 

Yohan Rossel souffle le titre en WRC3

Le Français Yohan Rossel a remporté le titre en WRC3 au prix d’une attaque monumentale dans la dernière spéciale du FORUM8 ACI Rally Monza.

Rossel Yohan (FRA). pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) avait pris le départ de la finale à égalité de points avec Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2) et ne comptait que 2 »7 d’avance sur son rival après la première étape disputée vendredi.

S’il concédait la tête de la catégorie à Andrea Crugnola (Hyundai i20 N Rally2) samedi matin, le Français restait focalisé sur le duel pour le titre en prenant l’avantage dans les spéciales tracées dans les Alpes italiennes. Kajetan Kajetanwicz profitait toutefois d’un mauvais choix de pneus de son adversaire samedi soir pour reprendre du terrain et revenir à 2 »6 à l’entame de l’ultime étape du calendrier.

Kajetan Kajetanowicz frappait le premier en réduisant presque de moitié son déficit dans la première spéciale du dimanche avant de prendre l’avantage en s’offrant le scratch dans le test suivant.

Yohan Rossel devait alors puiser dans ses ressources en faisant fi de tout calcul dans la spéciale finale. Le Français se montrait 4 »7 plus rapide que Kajetan Kajetanowicz dans Serraglio, un effort lui permettant de reprendre l’ascendant pour 3 »1.

Si Andrea Crugnola s’imposait dans la catégorie pour quatre secondes d’avance sur Yohan Rossel, la deuxième place de ce dernier et sa victoire dans la Wolf Power Stage lui permettaient de sceller le titre pour trois points face à son rival polonais.

« Ce n’était pas facile », confiait Yohan Rossel, très ému. « J’ai eu quelques problèmes techniques ce matin, donc c’est tout simplement incroyable. Je n’ai pas les mots. Je veux juste remercier toute mon équipe et mes partenaires. Nous avons poussé très fort tout le week-end et c’est un sentiment formidable. »

« Kajetan Kajetanowicz a vu le titre lui échapper dans les derniers kilomètres »

 

« C’était une bataille acharnée tout au long du week-end », ajoutait Andrea Crugnola. « Nous avons eu quelques soucis samedi, mais j’ai beaucoup attaqué. Nous connaissions un peu les spéciales et je suis heureux pour l’équipe et Hyundai comme il s’agit de leur première victoire avec la nouvelle voiture. »

Gregoire Munster (Hyundai i20 N Rally2) terminait quatrième à 1’24 »4 du podium, suivi par Damian De Tomasso (Škoda Fabia Rally2) à 39 »9. Pénalité d’une minute pour un départ tardif vendredi, Chris Ingram (Škoda Fabia Rally2) signait plusieurs tops trois pour finir sixième, mais le Britannique était recevait six nouvelles minutes de sanction après une audition auprès des commissaires pour avoir utilisé trente-trois pneus au lieu des trente autorisés. Il chutait ainsi au huitième rang, derrière Josh McErlean (Hyundai i20 N Rally2) et Alessandro Perico (Škoda Fabia Rally2).

Stefano Albertini (Hyundai i20 N Rally2) avait affiché un rythme impressionnant vendredi avant de partir à la faute le lendemain dans San Fermo. Le Britannique Frank Bird (Ford Fiesta Rally2) était également contraint à l’abandon pour ses débuts en mondial après un problème mécanique dans l’ES13.

Communiqué WRC