IndyCar, Palou tient tête aux poids lourds pour remporter sa première victoire à Barber

Posted by

Palou a résisté aux légendes Will Power et Scott Dixon – qui ont sept titres de série et deux victoires aux 500 miles d’Indianapolis à eux deux – pour s’imposer au Barber Motorsports Park, pour ses débuts avec le Team champion en titre Chip Ganassi Racing. Palou a tenu tête à Power avec 0,4016 seconde d’avance – la marge de victoire la plus étroite de l’histoire de cette course – pour prendre le drapeau à damier sur sa Honda SEGI.TV Chip Ganassi Racing n°10.

#10, Alex Palou, Chip Ganassi Racing

« On l’a fait ! » a déclaré Palou. « C’est incroyable. Toute l’équipe a fait un travail incroyable. Nous avions les meilleures voitures. Nous commençons fort, et nous allons continuer. »

Dixon, six fois champion en titre, a permis à Chip Ganassi Racing de prendre deux places sur le podium en terminant troisième sur sa Honda PNC Bank Grow Up Great n°9, à 2,9881 secondes de son coéquipier vainqueur.

Pato O’Ward, vainqueur du NTT P1 Award et auteur de la pole position, a terminé quatrième sur la Chevrolet Arrow McLaren SP n°5, à 3,9741 secondes de Palou. Un duel fascinant entre légendes de la série et jeunes stars s’est déroulé dans les derniers tours du circuit de 2,3 miles à 17 virages.

#12, Will Power, 2ème.

Sébastien Bourdais a complété le top 5 après être parti 16e sur la Chevrolet n°14 de ROKiT AJ Foyt Racing.

#14, Sébastien Bourdais, ROKiT AJ Foyt Racing, 5 ème.

La course, qui s’est déroulée sous un ciel ensoleillé et devant une foule de 20 000 personnes, s’est transformée en un affrontement de stratégies pendant les 70 premiers tours. Palou, Power, Dixon et Marcus Ericsson étaient parmi les leaders qui ont opté pour une stratégie à deux arrêts, tandis que O’Ward, Bourdais et Graham Rahal étaient parmi les prétendants qui ont choisi une stratégie à trois arrêts.

Start of Race

Deux arrêts se sont avérés être le ticket d’or, puisque Palou, Power et Dixon sont montés sur le podium. Mais une fois que tous les concurrents ont effectué leurs derniers arrêts, quelle que soit leur stratégie, la course est devenue une passe d’arme brillante et d’utilisation habile du Push-to-Pass, et non un jeu de calculs astucieux de la consommation de carburant sur le stand.

Race HighLights – video IndyCar YT

C’était le meilleur des deux mondes de l’INDYCAR.

Power a limé la piste avec des tours rapides d’entrée et de sortie autour de son dernier arrêt au stand dans la Chevrolet Verizon 5G n°12. Palou menait Power de 5,1284 secondes lorsque l’Espagnol a effectué son dernier arrêt au 60e tour. Power a fait son dernier arrêt au 62e tour et a réduit l’écart avec Palou à 2,3901 secondes au 68e tour,  après que Palou ait pris la tête pour de bon lorsque O’Ward a fait son dernier arrêt.

Au cours des derniers tours, Power a commencé à grignoter l’avance de Palou grâce à son rythme et à un plus grand nombre de Push-to-Pass dans sa Chevrolet Verizon 5G Team Penske n°12.

Scott Dixon, 3 ème.

L’écart s’est évaporé à 1,8038 seconde au 83e tour sur 90, Power ayant près de deux fois plus de secondes de Push-to-Pass dans sa poche que Palou. L’Espagnol a dû faire face aux turbulences de l’aileron arrière de la Chevrolet U.S. Air Force n°20 de Conor Daly, qui était juste devant lui et qui se battait pour rester dans le tour de tête.

Power est revenu à 1,1160 seconde à deux tours de l’arrivée, mais Palou a porté cette marge à 1,8311 seconde au drapeau a damier et a repoussé tout ce que Power avait dans le dernier tour pour la victoire.

« J’ai fait une petite erreur dans le virage 9, mais avec la quantité de Push-to-Pass qu’il me restait, ça aurait pu être assez bon », a déclaré Power. « Nous avons dû économiser du carburant, mais j’en avais assez pour utiliser le Push-to-Pass dans les deux derniers tours.

« J’ai été stupéfait de voir à quel point Alex était rapide dans ce premier relais. Je n’avais absolument rien laché. Il s’est détaché, alors j’ai pensé qu’il devait faire une course à trois arrêts. J’ai fait le meilleur temps possible. »

Palou : « C’était l’un de ces jours où tout s’est bien passé. Nous avions la bonne stratégie en carburant, une bonne gestion des pneus et un bon rythme. »

Le rythme rapide de Palou après son départ en troisième position l’a aidé à construire une avance de 6,6 secondes peu avant son premier arrêt aux stands au 31e tour et un écart de 8,4 secondes au 49e tour. Sa vitesse moyenne était de 110,025 mph dans une course rapide qui a comporté 10 changements de tête et seulement deux périodes d’avertissement pour huit tours.

#5, O’Ward au pied du podium

L’un de ces avertissements est survenu lors du premier tour.

Le chaos s’est installé lorsque Josef Newgarden, double champion de la série et triple vainqueur du Barber, a glissé à la sortie du virage 5 au volant de la Chevrolet Hitachi Team Penske n°2, a touché la terre juste à l’extérieur de la surface de course et est parti en tête-à-queue. Il a entrainé les coéquipiers d’Andretti Autosport Colton Herta et Ryan Hunter-Reay, Felix Rosenqvist d’Arrow McLaren SP et Max Chilton de Carlin dans la mêlée.

Excellent début de Romain Grosjean

Tous les pilotes impliqués dans l’incident sont indemnes, mais Newgarden et Hunter-Reay sont éliminés.

« J’ai perdu le contrôle en arrivant sur la colline », a déclaré Newgarden. « Je pensais que j’avais la voiture et j’ai touché l’herbe, et je pense qu’une fois que j’ai touché l’herbe, ça m’a fait basculer sur le côté. Je me sens vraiment mal pour tous ceux qui ont été impliqués dans cette histoire. Évidemment, mon désordre a créé un plus grand désordre. »

Alex Palou

Le deuxième avertissement est survenu au 10e tour lorsque Jimmie Johnson, sept fois champion des NASCAR Cup Series, a fait un tête-à-queue avec la Honda n° 48 de Carvana Chip Ganassi Racing. Johnson s’est repris et a terminé 19e pour ses débuts très attendus en NTT INDYCAR SERIES.

Le rookie Romain Grosjean

Le rookie Romain Grosjean a terminé 10e sur la Honda Nurtec ODT n°51, tandis que le rookie Scott McLaughlin a terminé 14e sur la Chevrolet PPG Team Penske n°3.

Classement du GP ici

Le prochain événement est le Firestone Grand Prix of St. Petersburg, dimanche 25 avril. La première séance d’essais commence à 16 h 15 (ET) le vendredi 23 avril.

English Information

IPalou Holds Off Heavyweights, To Take First Career Win in Barber Thriller

Palou held off legends Will Power and Scott Dixon – who have seven series titles and two Indianapolis 500 victories between them – to win Sunday afternoon at Barber Motorsports Park in his debut with reigning series champion Chip Ganassi Racing. Palou held off a charging Power by 0.4016 of a second – the closest margin of victory in the history of this race – to take the checkered flag in his No. 10 SEGI.TV Chip Ganassi Racing Honda.

“We did it!” Palou said. “It’s amazing. All of the team did an amazing job. We had the best cars. We’re starting strong, and we’ll keep it strong.”

Six-time and reigning series champion Dixon helped Chip Ganassi Racing take two of the three podium positions by finishing third in his No. 9 PNC Bank Grow Up Great Honda, 2.9881 seconds behind his winning teammate.

NTT P1 Award winner and pole sitter Pato O’Ward finished fourth in the No. 5 Arrow McLaren SP Chevrolet, 3.9741 seconds behind Palou as a fascinating duel between series legends and young stars unfolded over the closing laps on the 17-turn, 2.3-mile circuit.

Sebastien Bourdais rounded out the top five after starting 16th in the No. 14 ROKiT AJ Foyt Racing Chevrolet.

The race, held under sunny skies and before a capacity-allowed crowd of 20,000, developed into a clash of strategies for the first 70 laps. Palou, Power, Dixon and Marcus Ericsson were among the leading lights who opted for a two-stop strategy, while O’Ward, Bourdais and Graham Rahal were among the contenders who chose a three-stop strategy.

Two stops became the golden ticket, as Palou, Power and Dixon ended up on the podium. But once each of the contenders had made their final stops, regardless of strategy, the race became a contest of brilliant driving and deft usage of Push-to-Pass, not a game of clever fuel mileage calculations on the pit box.

It was the best of both worlds of INDYCAR.

Power scorched the track with fast in and out laps around his last pit stop in the No. 12 Verizon 5G Chevrolet. Palou led Power by 5.1284 seconds when the Spaniard made his final stop on Lap 60. Power made his final stop on Lap 62 and had trimmed the margin to Palou to 2.3901 seconds on Lap 68, one circuit after Palou took the lead for good when O’Ward made his final stop.

Over the closing laps, Power began to nibble at Palou’s lead through pace and more available Push-to-Pass in his No. 12 Verizon 5G Team Penske Chevrolet.

The gap evaporated to 1.8038 seconds on Lap 83 of 90, with Power having nearly twice the Push-to-Pass seconds in his firesuit pocket as Palou. The Spaniard had the further complication of dealing with the turbulence from the rear wing of the No. 20 U.S. Air Force Chevrolet of Conor Daly, who was just ahead of him and racing to stay on the lead lap.

Power closed to within 1.1160 seconds with two laps to go, but Palou padded that margin to 1.8311 seconds at the white flag and staved off everything Power had over the final lap for victory.

“I made one little mistake in (Turn) 9, but with the amount of Push-to-Pass I had left, it could have been pretty good,” Power said. “We had to save some fuel, but I had enough to use Push-to-Pass the last two laps.

“It just blew my mind how fast Alex was in that first stint. I had absolutely nothing for him. He just pulled away, so I figured he was on a three-stop race. I was getting the best lap time I could for the fuel number.”

Said Palou: “It was one of those days when everything went well. We had good fuel mileage, good tire management and good pace.”

Palou’s early fast pace after starting third helped him build a lead of 6.6 seconds shortly before his first pit stop on Lap 31 and a gap of 8.4 seconds on Lap 49. His average speed was 110.025 mph in a rapid race that featured 10 lead changes and just two caution periods for eight laps.

One of those cautions occurred on the first lap.

Chaos unfolded when two-time series champion and three-time Barber winner Josef Newgarden got loose exiting Turn 5 in the No. 2 Hitachi Team Penske Chevrolet, touched the dirt just outside the racing surface and spun. He collected Andretti Autosport teammates Colton Herta and Ryan Hunter-Reay, Felix Rosenqvist of Arrow McLaren SP and Max Chilton of Carlin in the melee.

All the drivers involved in the incident were unhurt, but Newgarden and Hunter-Reay were eliminated.

“I got loose coming over the hill,” Newgarden said. “I thought I had the car and touched the grass, and I think once I touched the grass, it pitched me sideways. I feel really bad for anyone that got involved in that. Obviously, my mess created a bigger mess.”

The second caution came on Lap 10 when seven-time NASCAR Cup Series champion Jimmie Johnson spun in the No. 48 Carvana Chip Ganassi Racing Honda. Johnson recovered to finish 19th in his eagerly anticipated NTT INDYCAR SERIES debut.

Fellow rookie Romain Grosjean finished 10th in his series debut in the No. 51 Nurtec ODT Honda, while rookie Scott McLaughlin placed 14th in the No. 3 PPG Team Penske Chevrolet.

The next event is the Firestone Grand Prix of St. Petersburg on Sunday, April 25 (live coverage starts at noon ET on NBC, INDYCAR Radio Network). The first practice starts at 4:15 p.m. (ET) Friday, April 23 (live on Peacock Premium).