Indy, Ericsson remporte la Wild Race 1 à Detroit, la première de sa carrière

Posted by

Dans l’une des saisons les plus imprévisibles de la NTT INDYCAR SERIES, Marcus Ericsson a remporté l’une des victoires les plus improbables de l’histoire récente dans la course 1 du Chevrolet Dual à Detroit, remportant ainsi sa première victoire en Indy.

Marcus Ericsson P1

Ericsson a tenu tête à Rinus VeeKay et Pato O’Ward dans une course de trois tours jusqu’au drapeau à damier après le deuxième drapeau rouge de l’épreuve. Ericsson était en deuxième position sur la Honda Huski Chocolate Chip Ganassi Racing n°8 lorsque les voitures sont entrées dans la voie des stands pour la période de drapeau rouge provoquée par l’accident de Romain Grosjean sur la Honda NURTEC ODT n°51 à six tours de l’arrivée.

 Rinus VeeKay P2

Ericsson a pris la tête dans la voie des stands lorsque la Chevrolet Verizon 5G du Team Penske n°12 du leader, Will Power n’a pas voulu redémarrer après la période de drapeau rouge. Ce dysfonctionnement de l’unité de contrôle électrique de Power a permis a Ericsson, pourtant parti depuis une décevante 15e position au départ, de prendre la tête, puisque les cinq derniers tours de la course ont été les seuls qu’Ericsson a menés de toute la journée.

Pato O’Ward P3

Le pilote suédois s’est détaché de la Chevrolet Sonax/Autogeek n°21 de VeeKay lors des trois derniers tours sous le feu vert de la course de 70 tours, l’emportant de 1’’7290 seconde à une vitesse moyenne de 93,509 mph (150,488 km/h). O’Ward, lauréat du NTT P1 Award, a terminé troisième sur la Chevrolet Arrow McLaren SP n°5, à 1’’9105 d’Ericsson.

 Marcus Ericsson

« Pour une fois, les choses sont tombées comme je le voulais », a déclaré Ericsson. « Je me sens vraiment bien. Pour Will, je me sens vraiment mal pour lui avec la façon dont ça s’est terminé pour lui. Il a fait un travail formidable aujourd’hui. Mais c’était mon jour aujourd’hui, et il était temps. »

Ericsson a remporté sa première victoire en carrière lors de son 37e départ en trois saisons. Son meilleur résultat précédent était une deuxième place sur ce même circuit citadin temporaire de 14 virages et de 2,35 miles en 2019.

L’ex-pilote de Formule 1, Marcus Ericsson est également devenu le septième vainqueur différent lors des sept premières courses de cette saison, un exploit réalisé pour la dernière fois en 2017 et un jalon atteint seulement lors de cinq saisons précédentes dans l’histoire centenaire de la série. Il est le quatrième vainqueur pour la première fois en 2021, rejoignant Alex Palou, O’Ward et VeeKay.

Takuma Sato P4

Takuma Sato a terminé quatrième sur la Honda Panasonic/Mi-Jack n°30, tandis que Graham Rahal, coéquipier de Rahal Letterman Lanigan Racing, a complété le top 5 sur la Honda Fifth Third Bank n°15.

Start of Race

Power et Ericsson ont été les pilotes dominants dans les derniers instants de la course. Moins d’une seconde les séparait lorsque Power a pris la tête au 54e tour, alors que les leaders Rahal et Santino Ferrucci, coéquipier de RLL, avaient effectué un arrêt au stand au 53e tour.

Graham Rahal P5

Un duel final très attendu entre Power, champion 2014 et 39 fois vainqueur de la série INDYCAR, et Ericsson a pris fin, lorsque Grosjean a heurté le mur dans le virage 9 au 64e tour. Les officiels de la série ont décidé d’arrêter la course sous drapeau rouge, toutes les voitures entrant dans les stands. Après une pause de sept minutes et 29 secondes, la course a repris – sans Power en tête du peloton.

Santino Ferrucci P6

A cause d’un problème technique, l’équipe Penske n’a pas pu démarrer la voiture. L’équipe a rapidement installé une nouvelle ECU, et c’est un Power découragé qui est retourné sur la piste et a terminé 20ème, avec trois tours de retard.

Sébastien Bourdais P11

Un groupe de pilotes s’est rangé dans les cinq premiers tours pour remplacer les pneus Firestone alternatifs « rouges » par les pneus Firestone primaires « noirs », plus résistants, en optant pour une stratégie à trois arrêts. O’Ward et VeeKay étaient parmi les pilotes qui ont choisi cette option.

Simon Pagenaud P12

L’autre groupe de pilotes a choisi de démarrer et de rester sur les pneus rouges Firestone aussi longtemps que possible avant de passer à leurs pneus primaires. Ericsson, Power et Sato étaient parmi les pilotes qui ont choisi cette option.

Puis il y a eu Scott Dixon et James Hinchcliffe, six fois champions en titre. Ils étaient parmi les quatre des 25 pilotes qui ont choisi de prendre le départ en pneus primaires, et ils sont restés en piste aussi longtemps que possible pour étirer le carburant et l’usure des pneus dans une course à deux arrêts.

Mais cette stratégie, ainsi que celle des pilotes qui sont passés aux stands plus tôt pour faire de cette course une course à trois arrêts, s’est retrouvée inefficace lorsque Felix Rosenqvist a tapé dans le virage 6 au 25e tour. L’accélérateur de la Chevrolet Arrow McLaren SP n°7 de Rosenqvist a semblé rester ouvert, et il est entré en contact avec la barrière de pneus et la barrière de béton.

Rosenqvist a été sorti de la voiture par l’équipe de sécurité AMR INDYCAR, et il a été transporté au centre de soins pour une évaluation préliminaire, puis à un hôpital local pour une évaluation plus détaillée, selon le directeur médical INDYCAR, le Dr Geoffrey Billows. Rosenqvist était conscient, alerte et parlait, a déclaré Billows.

L’impact violent a forcé l’arrêt de la course avec un drapeau rouge pendant que Rosenqvist était retiré de sa voiture et que la barrière en béton et le mur de pneus étaient reconstruits.

La course a repris après un retard d’une heure et 18 minutes sous drapeau rouge. Dixon et Hinchcliffe ont dû faire leurs premiers arrêts aux stands pour le carburant immédiatement, et de nombreux pilotes qui se sont arrêtés tôt pour passer aux pneus primaires ont également plongé dans les stands sous le drapeau jaune pour le carburant et les pneus.

Romain Grosjean a heurté le mur au 64è tour.

Ce remaniement a placé Power, Ericsson et Sato dans le trio de tête lors du redémarrage au 30e tour après le drapeau rouge. VeeKay dépasse rapidement Sato pour la troisième place et rejoint Power et Ericsson dans une joute à trois pour la tête au 36e tour.1

Marcus Ericsson

La journée a été difficile pour les deux premiers pilotes du classement avant la course, Palou et Dixon, coéquipiers de Chip Ganassi Racing. Palou a terminé 15e après être parti en dernière position dans le peloton de 25 voitures sur la Honda The American Legion n°10, tandis que Dixon a terminé huitième sur la Honda PNC Bank Grow Up Great n°9.

Detroit HighLights Race 1

Classement de la Wild Race 1 ici

Palou comptait 36 points d’avance sur Dixon au départ de cette épreuve, mais cette avance n’est plus que de 15 points sur O’Ward, qui a dépassé Dixon pour prendre la deuxième place. Palou a 263 points, O’Ward 248 et Dixon 237. VeeKay est quatrième avec 231.

Communiqué NTT Indy Car Series

Pht. NTT Indy Car Series

English Information

Ericsson Earns First Career Victory in Wild Race 1 of Chevrolet Dual in Detroit

In one of the most unpredictable NTT INDYCAR SERIES seasons ever, Marcus Ericsson pulled off one of the more improbable victories in recent memory in Race 1 of the Chevrolet Dual at Detroit to earn his first career series victory.

Ericsson held off Rinus VeeKay and Pato O’Ward in a three-lap dash to the checkered flag after the second red flag of the event. Ericsson was in second place in the No. 8 Huski Chocolate Chip Ganassi Racing Honda when cars entered pit road for the red-flag period caused when Romain Grosjean crashed in the No. 51 NURTEC ODT Honda with six laps to go.

But Ericsson took the lead on pit lane when the No. 12 Verizon 5G Team Penske Chevrolet of leader Will Power would not restart after the red flag period on a humid, sunny day with an air temperature of 80 degrees. That apparent electrical control unit malfunction completed Ericsson’s charge from a disappointing 15th starting position, as the last five laps of the race – including two under caution – were the only circuits Ericsson led all day.

Swedish driver Ericsson pulled away from VeeKay’s No. 21 Sonax/Autogeek Chevrolet over the closing three laps under green of the 70-lap race, winning by 1.7290 seconds at an average speed of 93.509 mph. NTT P1 Award winner O’Ward was third in the No. 5 Arrow McLaren SP Chevrolet, 1.9105 seconds behind Ericsson.

“For once, things fell my way,” Ericsson said. “It feels really good. For Will, I feel really bad for him with the way it ended for him. He did a tremendous job today. But it was my day today, and it was about time.”

Live coverage of Race 2 of this doubleheader weekend, another 70-lap event, starts at noon (ET) Sunday on NBC and the INDYCAR Radio Network. NTT P1 Award qualifying for Race 2 is set for 9 a.m. and will be broadcast on NBCSN, Peacock and the INDYCAR Radio Network.

Ericsson’s first career win came in his 37th career start over three seasons. His previous best finish was second at this same 14-turn, 2.35-mile temporary street circuit in 2019.

Formula One veteran Ericsson also became the seventh different winner in the first seven races this season, a feat last achieved in 2017 and a milestone reached only in five prior seasons in the series’ century-long history. He is the fourth first-time career winner in 2021, joining Alex Palou, O’Ward and VeeKay.

Takuma Sato finished fourth in the No. 30 Panasonic/Mi-Jack Honda, while Rahal Letterman Lanigan Racing teammate Graham Rahal rounded out the top five in the No. 15 Fifth Third Bank Honda.

Power and Ericsson were the dominant drivers in the closing stages of the race. Less than a second separated them once Power took the top spot on Lap 54 when leaders Rahal and RLL teammate Santino Ferrucci – on a different pit stop cycle – pitted on Lap 53.

A hotly anticipated closing duel between 2014 series champion and 39-time INDYCAR SERIES race winner Power and Ericsson vanished when Grosjean hit the wall in Turn 9 on Lap 64. Series officials decided to halt the race under red-flag conditions, with all cars entering the pits. After a break of seven minutes, 29 seconds, the race resumed – without Power at the front of the field.

His ECU apparently malfunctioned, and his Team Penske crew could not start the car. The crew quickly installed a new ECU, and a dejected Power returned to the track and finished 20th, three laps down.

Before the late-race drama, the event quickly unfolded into a strategic duel with two clear paths.

One group of drivers pitted within the first five laps to shed the grippy Firestone alternate “red” tires for the increased durability of the Firestone primary “black” tires, choosing a three-stop strategy. O’Ward and VeeKay were among the drivers to choose this option.

The other group of drivers elected to start and stay on the Firestone reds for as long as possible before switching to their primary tires. Ericsson, Power and Sato were among the drivers who chose this option.

Then there was reigning and six-time series champion Scott Dixon and James Hinchcliffe. They were among just four of the 25 drivers who elected to start on primary tires, and they stayed out as long as possible to stretch fuel and tire wear into a two-stop race.

But that strategy – and those of the drivers who pitted early to make this a three-stop race — sailed into the Detroit River when Felix Rosenqvist crashed heavily in Turn 6 on Lap 25. The throttle on Rosenqvist’s No. 7 Arrow McLaren SP Chevrolet appeared to stick open, and he made heavy contact with the tire barrier and concrete barrier.

Rosenqvist’s No. 7 Arrow McLaren SP Chevrolet speared nose-first into the tire wall and concrete barrier in Turn 6, with an apparent stuck throttle. Rosenqvist was removed from the car by the AMR INDYCAR Safety Team, and he was transported to the infield care center for preliminary evaluation and then transported to a local hospital for more detailed evaluation, according to INDYCAR Medical Director Dr. Geoffrey Billows. Rosenqvist was conscious, alert and talking throughout, Billows said.

The heavy impact forced the race to be stopped with a red flag while Rosenqvist was removed from his car and the concrete barrier and tire wall were rebuilt.

Racing resumed after a red-flag delay of one hour, 18 minutes. Dixon and Hinchcliffe had to make their first pit stops for fuel immediately, and many drivers who pitted early to switch to primary tires also dove into the pits under yellow for fuel and tires.

That reshuffling placed Power, Ericsson and Sato into the top three on the restart on Lap 30 after the red flag. VeeKay quickly passed Sato for third and joined Power and Ericsson in a three-way joust for the lead by Lap 36.

It was a tough day for the top two drivers in the standings entering this race, Chip Ganassi Racing teammates Palou and Dixon. Palou finished 15th after starting last in the 25-car field in the No. 10 The American Legion Honda, while Dixon ended up eighth in the No. 9 PNC Bank Grow Up Great Honda.

Palou led Dixon by 36 points entering this event, but that lead was sliced to just 15 over O’Ward, who leaped over Dixon into second. Palou has 263 points, O’Ward 248 and Dixon 237. VeeKay is fourth with 231.