29 juin 2022

Hamilton vainqueur devant Verstappen du premier GP d’Arabie saoudite controversé !

Lewis Hamilton a remporté un premier Grand Prix d’Arabie saoudite controversé depuis la pole position devant Max Verstappen et Valtteri Bottas au milieu de deux arrêts sous drapeau rouge. Ce résultat signifie que les deux protagonistes du championnat vont à la finale d’Abu Dhabi à égalité de points.

Lewis Hamilton, P1. pht. Jiri Krenek

Hamilton menait Bottas et Verstappen – qui s’est remis de son accident des qualifications – au départ, mais au 10e tour, Mick Schumacher a fait un tête-à-queue et a heurté les barrières du virage 23. La voiture de sécurité s’est rapidement transformée en drapeau rouge, donnant crucialement à Verstappen un arrêt libre dans les stands, alors que les Mercedes s’étaient arrêtées sous les drapeaux jaunes.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P2 malgré les pénalités à son encontre.  pht. Lars Baron/Getty Images

Le départ arrêté du 15e tour a vu Hamilton mener, mais Verstappen est sorti de la piste à la première chicane, coupant Hamilton, qui a chuté en P3 derrière Esteban Ocon d’Alpine (qui a également bénéficié d’un changement de pneus sous drapeau rouge et de l’avantage qui en a découlé). Cependant, il y a eu deux incidents séparés derrière, Sergio Perez a été touché par Charles Leclerc et Nikita Mazepin est entré en collision avec George Russell – donc un autre drapeau rouge a été appelé.

Esteban Ocon, Alpine A521, P4, n’a rien pu faire contre la surpuissante Mercedes de Bottas. pht. Mark Sutton / LAT Images

Une cacophonie d’appels de négociation par les stands Red Bull et Mercedes a suivi, mais le redémarrage du 17e tour a vu Ocon partir devant Hamilton puis Verstappen en P3. Lors de ce redémarrage, le Néerlandais a fait une superbe manœuvre en utilisant ses tout nouveaux composés moyens à l’intérieur de la chicane du premier virage pour prendre la tête tandis qu’Hamilton s’est retrouvé entravé par Ocon, qui comme Verstappen a manqué l’apex du virage 2, dépassant l’Alpine un tour plus tard.

Valterri Bottas, P3. pht. LAT Images

Trois périodes de voiture de sécurité virtuelle ont suivi du 28e au 36e tour, après quoi Hamilton était à portée de DRS de Verstappen. Le pilote Mercedes a tenté une manœuvre au 36e tour sur la ligne droite principale, mais le Néerlandais a freiné trop tard pour être doublé, sortant large au virage 2 et conservant la tête. Il a reçu l’ordre de rendre P1 et au 37e tour, le pilote Red Bull a ralenti, mais Hamilton a été pris au dépourvu et a accroché l’arrière de son rival, endommageant l’aileron avant droit.

Appels au contrôle de course de la FIA à Red Bull et Mercedes a fusion !

Pendant ce temps, Hamilton s’est rapproché et a cherché à dépasser la Red Bull au 42e tour, mais Verstappen l’a écarté et a continué. Cette fois, les commissaires sont intervenus et ont infligé une pénalité de cinq secondes au leader du championnat.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M, P5.

Hamilton a croisé Verstappen dans le dernier virage du 43e tour et l’a écarté au virage 27, prenant la tête et réalisant les meilleurs tours pour une marge de 10 secondes sur son rival – égalant le nombre de points du championnat.

Ocon, qui avait bénéficié d’un arrêt pendant le premier drapeau rouge, a manqué le podium pour un dixième de seconde seulement, ayant perdu P3 sur la ligne au drapeau à damier, impuissant face à la puissance de la Mercedes. Le pilote alpine est donc quatrième devant Daniel Ricciardo (McLaren), parti 11e mais qui a bénéficié d’un départ rapide et d’un arrêt au stand au drapeau rouge pour la P5.

Start of Race. pht. Sam Bloxham / LAT Images

En sixième position, Pierre Gasly, qui a perdu des places au départ mais les a regagnées lors du deuxième départ de la course pour AlphaTauri – gardant les Ferrari de Charles Leclerc et Carlos Sainz en P7 et P8 respectivement.

Antonio Giovinazzi, parti 10e, a fini en neuvième position devant Lando Norris, parti en pneus softs mais qui s’est rangé pendant le premier Safety Car pour terminer la course en pneus durs.

Pierre Gasly of France driving the (10) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P6. pht. Lars Baron/Getty Images

Abu Dhabi accueille la finale de la saison, et avec Hamilton ayant pris 26 points contre 18 pour Verstappen ici, les protagonistes du championnat sont maintenant à égalité avec 369,5 points. Mais les retombées de Jeddah pourraient bien se poursuivre toute la nuit, les commissaires devant enquêter sur la bagarre du virage 27 entre Hamilton et Verstappen après la course ???

Ce qui s’est passé

Les projecteurs étaient braqués sur Verstappen avant cette course, le leader du championnat ayant heurté le mur en qualifications pour déclencher des doutes sur l’intégrité de sa boîte de vitesses – mais il est parti de la troisième place sur la grille, comme prévu. Il y a également eu des inquiétudes au sujet de Théo Pourchaire et Enzo Fittpaldi, qui ont été admis à l’hôpital après un crash sévère lors de la course F2 de dimanche dernier, et un moment de réflexion avant le Grand Prix alors que les équipes se sont unies pour rendre hommage au cofondateur de Williams, Sir Frank Williams, décédé la semaine dernière à l’âge de 79 ans.

Mais il ne pouvait y avoir de plus grand hommage à Sir Frank qu’un Grand Prix de Formule 1 à grande vitesse et sans retenue. L’Arabie Saoudite, cependant, a offert plus qu’un dimanche mouvementé.

Tir groupé des Ferrari, Charles Leclerc (P7), Carlos Sainz (P8). pht. Sam Bloxham / LAT Images

Les premiers s’alignent ainsi : Hamilton menait son coéquipier Bottas sur la première ligne tandis que Verstappen partageait la deuxième ligne avec Charles Leclerc de Ferrari. Son coéquipier chez Red Bull, Sergio Perez, menait Pierre Gasly d’AlphaTauri sur la troisième ligne. Les mediums étaient le composé de choix et le seul départ en pneus tendres était celui de Lando Norris (McLaren) en P7 ; Daniel Ricciardo (McLaren), Carlos Sainz (Ferrari) et Sebastian Vettel (Aston Martin) en pneus durs.

Après une fanfare colorée, c’est l’heure de l’événement principal.

#99, GIOVINAZZI Antonio (ita), Alfa Romeo Racing ORLEN C41, P9. pht. Florent Gooden / DPPI

Et Hamilton a bénéficié d’un départ rapide, son coéquipier bloquant Verstappen, qui a failli être récupéré par Perez derrière – le Mexicain verrouillant pour éviter le contact. Leclerc s’est maintenu en P4 tandis que Gasly a perdu deux places en P8 avec des freins en surchauffe, promouvant Norris d’une place et Esteban Ocon de deux, respectivement en P6 et P7.

Les médiums d’Hamilton avaient cinq tours de plus que ceux de Verstappen, donc le travail de Bottas était de garder Verstappen à distance et le Finlandais a rapidement déclaré : « Je pourrais faire avec un peu plus d’écart devant » alors qu’il commençait à ressentir les effets du sillage turbulent d’Hamilton. Mais le peloton ne tarde pas à se regrouper lorsque Mick Schumacher part en tête-à-queue et s’écrase au virage 23 au 10e tour, déclenchant une voiture de sécurité.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P10.

Le leader de l’écurie est passé aux stands pour les pneus durs, tout comme son coéquipier Bottas et le pilote Red Bull Perez, pour les pneus moyens, tandis que Verstappen est resté sur la piste pour garder sa position. Le Néerlandais était furieux, car pendant l’avertissement, Bottas a semblé ralentir considérablement devant lui pour assurer un sublime arrêt au stand à double pile pour les Flèches d’argent devenues noires. Mais la balle est rapidement tombée dans le camp de Verstappen, la course ayant été signalée par un drapeau rouge au 13e tour pour des réparations de barrières – donnant à Verstappen un changement de pneus gratuit dans les stands.

Après l’arrêt de 18 minutes, Verstappen allait donc mener un redémarrage décisif pour le titre aux côtés d’Hamilton en P2, Bottas en troisième et Ocon en quatrième – ayant changé de pneus pendant le drapeau rouge avec Ricciardo en P5.

Au 15e tour sur 50, les lumières s’éteignent à nouveau.

Hamilton a pris le meilleur sur Verstappen, écartant son rival. Le Néerlandais est revenu sur la piste et a coupé le virage 2 pour prendre la tête – faisant un léger contact avec la Mercedes – avec le Britannique tombant à la troisième place derrière Ocon. Pendant ce temps, Bottas a bloqué et a chuté à la cinquième place derrière Ricciardo.

Le chaos règne derrière : Perez se fait serrer et toucher par Leclerc, tandis que Mazepin percute un Russell au ralenti, mettant fin aux courses de la Williams et de la Haas. Quant à Perez, il a fait signe aux maréchaux pour tenter de repartir mais ces efforts se sont avérés vains. Il est sorti au 15e tour, tout comme les drapeaux rouges une fois de plus.

Pendant que les spectateurs reprennent leur souffle, les équipes tentent de négocier leur place sur la grille dans les stands. Le directeur de course, Michael Masi, est intervenu dans les stands de Red Bull et a dit : « Je vais vous donner l’opportunité de prendre le départ de la course depuis la deuxième position de la grille ».

Ils ont rétorqué : « Nous allons accepter la P2 sur la base qu’Ocon est en pole. »

La F1 serrait-elle devenue un marché de marchand de tapis ?

La FIA a ordonné à Verstappen de laisser passer Hamilton, celui-ci n’a pas compris le ralentissement de la Red Bull et l’accrochage a eu lieu. pht. Lars Baron/Getty Images

Le mur des stands de Mercedes a en revanche fait pression sur Masi pour qu’il place Ocon en pole, Hamilton en deuxième et Verstappen en troisième pour le redémarrage.

L’ordre serait en effet Ocon en première position, Hamilton en deuxième et Verstappen en troisième – sur de toutes nouvelles gommes medium – pour un départ arrêté au 17e tour.

Ocon a pris la tête de la course, mais Hamilton a tenté de prendre l’avantage, les deux hommes se sont touchés tandis que Verstappen a effectué une superbe manœuvre à l’intérieur du virage 1. Ocon a coupé la sortie du virage 2 mais a immédiatement cédé à Verstappen qui était maintenant en tête. Au 18ème tour, Hamilton passe l’Alpine en P2 et revient en tête.

Hamilton était à moins d’une seconde de son rival du championnat au 22e tour et un tour plus tard, il avait le DRS. Une voiture de sécurité virtuelle a été appelée au 24e tour lorsque Yuki Tsunoda – qui était P9 au deuxième départ – a touché Sebastian Vettel et a perdu son aileron avant au virage 1, le pilote AlphaTauri a pris une pénalité de cinq secondes pour ses problèmes. Peu de temps après, Kimi Raikkonen a essayé de dépasser Vettel mais l’a percuté, laissant la piste couverte de fibres de carbone – avec un autre VSC au 30e tour en conséquence.

Cette période de VSC, pendant laquelle les pneus medium de Verstappen ont bénéficié d’une pause bienvenue, a duré jusqu’au 33e tour, après quoi la Red Bull a de nouveau pris la tête. Mais Hamilton s’est rapidement retrouvé à portée de DRS. Et puis au 36e tour, un autre VSC a été appelé pour récupérer un autre morceau de la voiture de Vettel. Ce fut bref, et la reprise a suivi quelques secondes plus tard avec Hamilton à seulement sept dixièmes du leader.

Le Britannique a tenté une manœuvre sur le Néerlandais avec le DRS dans la ligne droite principale au 37e tour et avait le nez en avant, mais Verstappen a freiné tard et a empêché son rival de mener. La Red Bull est sortie de la piste et a conservé la tête mais a rapidement reçu l’ordre de la rendre. Il a donc ralenti sur la partie arrière du circuit – pour qu’Hamilton soit pris au dépourvu et écrase l’arrière de sa voiture, subissant également des dommages à l’aileron avant. Les écouteurs du directeur d’équipe Toto Wolff ont subi le poids de sa colère ; le tableau de contrôle de la course s’est allumé une fois de plus.

Au 42e tour, Hamilton se rapproche à nouveau et, à nouveau, semble avoir le meilleur de Verstappen au virage 1. Mais le pilote Red Bull lui a laissé peu d’espace, Hamilton sortant de la piste au virage 2, et Verstappen a continué en tête. Mais cette fois, les commissaires sont intervenus et ont infligé une pénalité de cinq secondes au leader du championnat. Deux tours plus tard, Hamilton a tenté un autre dépassement dans le dernier virage – mais cette fois, il a écarté Verstappen et a pris la tête, au volant de sa surpuissante Mercedes.

Hamilton a allumé les secteurs violets pour le tour le plus rapide et a finalement gagné par 11’’8 secondes pour égaliser le classement du championnat, son rival terminant deuxième dans peut-être la bataille la plus intense de la saison.

Bottas a terminé troisième après avoir dépassé Ricciardo au virage 1 pour P4 au 40e tour, puis Ocon pour P3 dans le dernier tour sur la ligne. Ocon a donc manqué la dernière place sur le podium pour seulement 0’’102s.

En cinquième position, on retrouve Daniel Ricciardo, qui a profité de l’arrêt de la voiture (tout comme Ocon) lors du premier arrêt sous drapeau rouge. Le pilote McLaren a également réalisé un excellent départ, gagnant deux places depuis la P11 et dépassant Pierre Gasly, qui a terminé sixième après avoir perdu des places en début de course avant de les regagner au premier départ.

Charles Leclerc est parti de la quatrième place mais a pris la septième place – après un contact avec Perez à la première reprise – après s’être battu avec son coéquipier chez Ferrari, Carlos Sainz, pendant une grande partie de la course, allant même jusqu’à faire roue contre roue avec l’Espagnol au 23e tour.

Antonio Giovinazzi a gagné une place, passant de P10 à P9, tandis que Norris, qui a chuté à la 14e place au premier redémarrage après être passé des pneus tendres aux pneus durs, a pris le dernier point.

Aucune Aston Martin n’a émergé de la Q1 samedi et aucune n’a quitté l’Arabie Saoudite avec des points. Vettel a abandonné au 44e tour après avoir subi des dommages suite à un contact avec Tsunoda et à un autre accrochage avec Raikkonen, tandis que Lance Stroll est entré en contact avec Russell tôt dans la course et a dû se contenter de la 11e place devant Nicholas Latifi de Williams, en P12.

Le premier départ a bien réussi à Ocon, Alpine.

Fernando Alonso a bien évité les murs lorsqu’il a fait un tête-à-queue au 26e tour, mais il a chuté en P15, gagnant des places lorsque Tsunoda a été pénalisé de cinq secondes pour avoir heurté Vettel et que Raikkonen a été relégué à l’arrière après un contact avec le quadruple champion qui se battait pour la P12 au 28e tour.

Cinq pilotes – Vettel, Perez, Mazepin, Russell et Schumacher – ont abandonné le Grand Prix d’Arabie Saoudite.

Classement GP ici

Les meilleurs tours ici

Les Pit Stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Citation clé :

« Je veux dire, je ne sais pas. J’ai essayé d’être le plus raisonnable et le plus dur possible sur le terrain, mais aussi le plus raisonnable et avec toute mon expérience de la course au fil des ans, en gardant la voiture sur la piste et en restant propre », a déclaré le vainqueur de la course Lewis Hamilton.

« C’était difficile. Mais nous avons persévéré en tant qu’équipe, nous avons eu toutes sortes de choses jetées sur nous, en particulier dans la deuxième moitié de la saison, donc je suis vraiment fier de tout le monde et aussi je suis vraiment reconnaissant pour le public que nous avons eu ce week-end, c’était agréable d’être ici. »

Quelle est la suite ?

Nous sommes prêts pour une finale historique de la saison 2021 sur un circuit Yas Marina relooké, avec Max Verstappen à égalité avec Lewis Hamilton avec 369,5 points. Restez à l’écoute de F1.com pour suivre tous les préparatifs – et les retombées du Grand Prix d’Arabie saoudite – à l’approche de la fin de cette incroyable campagne.

Communiqué la F1

PILOTE DU JOUR : La course de Verstappen à Jeddah reçoit le vote des fans.

Deux redémarrages, une voiture de sécurité, de nombreuses voitures de sécurité virtuelles, une pénalité de cinq secondes et un contact avec son rival au championnat : le Grand Prix d’Arabie saoudite de Max Verstappen n’était pas un événement. Après tout cela, l’homme de Red Bull est rentré à la maison en deuxième position, mais a remporté le vote – voici comment cela s’est passé…

Max Verstappen – 26.7%

Lewis Hamilton – 24,6

Esteban Ocon – 12,9

Daniel Ricciardo – 6,6

Kimi Raikkonen – 4,1 %.

Moments clés vu par Pirelli

Le pilote Mercedes Lewis Hamilton a remporté une course mouvementée caractérisée par deux drapeaux rouges, ainsi que de longues périodes de voiture de sécurité et de voiture de sécurité virtuelle qui ont interrompu l’action et perturbé la stratégie. Hamilton est passé des pneus médiums aux pneus durs (au tour 10) avant la première période de drapeau rouge, puis les a maintenus jusqu’à la fin.

Son rival pour le titre Max Verstappen, qui a terminé deuxième pour Red Bull, est passé des pneus durs qu’il avait sélectionnés lors du premier arrêt aux médiums au cours de la deuxième période de drapeau rouge, faisant un changement de plus que Hamilton.

La course a reçu un drapeau rouge pour la première fois après que le Haas de Mick Schumacher a heurté le mur. Les équipes étaient autorisées à changer les pneus ainsi qu’à effectuer d’autres travaux d’entretien. Après un deuxième drapeau rouge, Hamilton a redémarré sur le dur, avec Verstappen capable d’utiliser la vitesse supplémentaire du milieu pour le dépasser hors de la grille.

Hormis Hamilton, neuf autres pilotes n’ont utilisé que deux trains de pneus. Sept pilotes ont utilisé trois trains de pneus et deux pilotes ont utilisé quatre trains.

Les conditions météorologiques sont restées cohérentes avec le reste du week-end et tout au long du grand prix : la course de près de deux heures et demie a commencé par 29 degrés d’ambiance et 31 degrés de température de piste.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

HARD C2 : C’était la clé de la course, montrant de très faibles niveaux de dégradation et permettant une performance constante sur un long relais final après la deuxième période de drapeau rouge. Hamilton a réalisé le tour le plus rapide de la course sur ce composé lors de son avant-dernier tour.

MEDIUM C3 : Le pneu de départ le plus populaire sur la grille (d’origine), avec tous les pilotes sauf quatre qui l’ont choisi pour commencer la course – dont neuf dans le top 10. Cela a également bien résisté au défi, mais a nécessité plus de gestion vers la fin du relais par rapport au dur en raison d’une dégradation plus élevée.

SOFT C4 : Lando Norris de McLaren était le seul pilote à prendre le départ de la course de 50 tours sur la gomme tendre, ce qui nécessitait plus de gestion et n’était donc pas adapté aux longs relais. Fernando Alonso d’Alpine a couru le soft pour un dernier relais de cinq tours.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE :

« Nous avons assisté à une course pleine d’action qui a été remplie de drames, d’incidents et de voitures de sécurité. Dans ces circonstances, la stratégie devient une question de réagir le plus rapidement possible à des événements qui changent rapidement et de prendre les bonnes décisions sous pression, en tenant également compte de l’attribution individuelle disponible. Avec une situation aussi imprévisible, il y avait un certain nombre d’inconnues, et la piste était également extrêmement sale avec beaucoup de débris de tous les incidents. Au final, nous avons assisté à un duel spectaculaire sans aucune restriction entre les deux championnats protagonistes, sur des pneus différents. Le pneu dur a été l’une des clés de la victoire en course grâce à son faible niveau de dégradation et ses performances constantes jusqu’à la toute fin. Maintenant, nous attendons avec impatience une finale de championnat passionnante lors de la dernière course pour notre 13 pouces pneus à Abu Dhabi ».

MAX VERSTAPPEN :

pht. Glenn Dunbar / LAT Images

« Il y avait vraiment beaucoup d’action aujourd’hui, beaucoup de choses se sont passées. On m’a dit de rendre la position, alors j’ai quitté la ligne de course et j’ai ralenti, Lewis est juste resté derrière moi, je ne comprends pas pourquoi il n’a pas passé. Je ne suis pas d’accord avec la pénalité de cinq secondes, mais c’est comme ça et nous allons passer à autre chose. Nous n’avions pas un rythme parfait en course aujourd’hui, c’est donc quelque chose sur lequel travailler en vue d’Abu Dhabi. Nous sommes à égalité de points maintenant avant la course finale, ce sera une fin de saison excitante. »

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Il y avait évidemment énormément de dégâts et de débris à gérer pour le contrôle de course à cause de tous les incidents, donc c’était une course frustrante à cet égard et nous avons probablement eu de la chance de repartir deuxième, surtout compte tenu du nombre de dégâts que nous avons subis. dû à l’arrière de notre voiture. Je ne sais pas ce que Lewis faisait parce que Max essayait de céder la place conformément aux instructions du contrôle de course, il a levé et vous pouvez l’entendre, il était clair que nous essayions de céder la place et nous en avons informé le contrôle de course . Je ne sais pas si Lewis ne voulait pas passer avant la zone du DRS, mais c’était très étrange de le voir rouler droit dans le dos de Max. Nous avons écopé d’une pénalité de cinq secondes, je pensais que c’était dur, ils sont tous les deux passés à côté et ont couru. Max s’est battu comme un gladiateur ce week-end et a tout donné. C’était frustrant de perdre des points au championnat des constructeurs avec Checo éliminé au redémarrage, nous avons donc maintenant une chance. Nous avons une semaine pour nous regrouper et maintenant ça se passe sur le fil à Abu Dhabi. C’est un combat direct comme il l’a été pendant toute l’année. Pour les fans, c’est fantastique, cela maintient le rêve du championnat en vie et nous avons une chance et il est temps de la saisir.

Esteban Ocon :

« J’ai tout donné aujourd’hui. Le compétiteur en moi est forcément déçu de manquer le podium pour si peu, mais je suis extrêmement fier de toute l’équipe. Nous avons réalisé quelque chose d’exceptionnel et cette quatrième place nous rapporte douze unités de plus au championnat. C’est tout ce qui compte. Nous avons pris les bonnes décisions en course, nous avons tout donné en piste et du point de vue de la stratégie aux bons moments et cela nous a mis dans la meilleure position possible pour inscrire de gros points. C’était aussi amusant de partir en pole position, cela ne m’était plus arrivé depuis le GP3 en 2015 ! Je savais cependant que je n’allais pas me battre avec Lewis et Max. L’opportunité était toutefois là et nous pouvons repartir la tête haute, fiers. Nous nous rendons désormais à Abu Dhabi, où nous sommes prêts à conclure la saison en beauté et à saisir la moindre occasion qui pourrait se présenter. »

Fernando Alonso :

« C’était une course folle ce soir. Je pense que notre course était terminée dès le premier drapeau rouge. Nous avions fait le choix de nous arrêter alors que nous étions très bien placés. De manière réaliste, nous aurions pu finir cinquième ou sixième si toutes les pièces du puzzle s’étaient assemblées. Hélas, ils ont interrompu la course et nous avons été très malchanceux sur ce coup. Nous manquons de réussite à chaque fois qu’un drapeau rouge ou une telle situation se présente. Je crois que c’était un peu dangereux de rouler avec tous ces débris et de ne pas voir la voiture de sécurité en piste. Il ne s’est finalement rien passé, fort heureusement. Nous avons marqué de gros points avec Esteban, mais nous devons retrouver notre rythme à Abu Dhabi pour finir la saison sur une bonne note. »

Marcin Budkowski, directeur exécutif Alpine :

« Ces bons points consolident notre cinquième place au championnat… Mais ce résultat fait mal ! Quelle course d’Esteban ! Il a exceptionnellement bien piloté et il n’a été battu que par une voiture beaucoup plus rapide à la photo-finish. Il a pris un excellent départ en gagnant deux positions au premier tour avant d’être dans le rythme jusqu’à la première interruption de course. Nous avons choisi d’arrêter Fernando pendant la neutralisation comme nous ne pensions pas que le drapeau rouge serait brandi. Cela a compromis sa course, car il n’était plus en mesure de revenir dans les points. Nous n’avions pas fait rentrer Esteban pour conserver sa bonne position sur la piste, qui est finalement devenue une pole à la deuxième relance. Il a parfaitement géré sa course et il méritait vraiment un podium aujourd’hui. Le perdre pour quelques mètres nous laisse un goût amer, d’autant plus que nous avons découvert après l’arrivée qu’il avait subi des dégâts sur son fond plat au 48e tour affectant ses temps, mais être déçu de la quatrième place montre à quel point nous avons réalisé une course solide. Après deux très belles courses pour l’équipe, nous chercherons à terminer en beauté à Abu Dhabi. »

Pierre Gasly (AT02-05, Voiture 10) :

pht. Peter Fox/Getty Images

« Je suis très content d’aujourd’hui, terminer dans le top 6 devant Ferrari, je suis vraiment content de ce résultat et nous reprenons beaucoup de points. Nous savions que ce serait difficile d’arriver sur une nouvelle piste, mais nous avons bien performé tout au long du week-end et avons eu une solide position de départ aujourd’hui. C’était une course difficile, avec beaucoup de choses qui se passait et c’était très long, ce qui signifiait qu’il fallait beaucoup de concentration. Nous savons à quel point c’est compliqué dans le premier virage ici, donc avoir trois départs était intense, mais nous avons essayé de saisir toutes les occasions possibles et au final, je pense que nous avons fait du bon travail.

Yuki Tsunoda (AT02-04, Voiture 22) :

pht. Peter Fox/Getty Images

« L’après-midi a été difficile. J’ai eu du mal en début de course, mais je pense que le redémarrage final s’est bien passé et j’ai réussi à regagner des places. Malheureusement, j’ai poussé un peu trop fort et j’ai eu la collision avec Vettel. Le rythme dans la voiture semblait assez bon à ce stade de la course, donc j’aurais dû attendre et attendre une autre occasion de doubler, c’était mon erreur et je lui ai présenté mes excuses. C’est frustrant car j’ai l’impression que des points étaient offerts aujourd’hui.

Lewis Hamilton :

pht. Charles Coates / LAT Images

J’ai couru pendant longtemps mais c’était incroyablement difficile – j’ai essayé d’être aussi raisonnable et aussi dur que possible, mais aussi raisonnable avec toute mon expérience de course au fil des ans, juste en gardant la voiture sur la bonne voie et en restant propre . C’était difficile mais nous avons persévéré en équipe. Nous avons eu toutes sortes de choses contre nous dans la seconde moitié de cette saison, donc je suis vraiment fier de tout le monde. Je suis vraiment reconnaissant pour la foule que nous avons eue ce week-end – c’est agréable d’être ici.

Nous avons fait un travail incroyable avec ce que nous avons ce week-end, Valtteri a fait un excellent travail aujourd’hui pour obtenir de gros points pour l’équipe – c’est pour tous les gars et les filles de retour à l’usine. Ce fut un événement incroyable ! Je me suis senti le bienvenu ici, les gens ont été adorables et la piste est phénoménale à conduire, très difficile physiquement et mentalement, mais vous ne voudriez pas qu’il en soit autrement. Alors, au suivant !

Toto Wolff, Mercedes :

pht. Sebastian Kawka

Gagner la course aujourd’hui, d’une manière si dramatique, je pense que Lewis l’a mérité. Nous aurions pu sortir plusieurs fois avec un aileron avant cassé – c’était une course spectaculaire, sinon forcément bonne. Nous avons évidemment eu de la frustration au début avec le drapeau rouge mais aujourd’hui était une course difficile à gérer pour la direction de course – quand appelle-t-on une voiture de sécurité virtuelle, quand est-ce qu’une voiture de sécurité est-elle appelée, quand est-ce qu’un drapeau rouge est-il appelé ? C’est tellement difficile, et je réserverai mon jugement jusqu’à ce que je regarde la course de retour demain.

Nos deux chauffeurs ont gardé la tête froide et ont continué à pousser et à pousser. Lewis a conduit si intelligemment et avec patience. Valtteri a fait un grand retour et décrocher la P3 lors de sa 100e course pour Mercedes est tout simplement génial, une grosse récolte de points pour l’équipe. A la fin tout se joue sur le fil, c’est comme ça que le sport doit être et on adore ça !

Charles Leclerc #16 :

pht. Scuderia Ferrari

« Nous sommes satisfaits de la récupération que nous avons fait ce week-end après la chute de vendredi, et c’est dommage que nous n’ayons terminé qu’à la septième place car nous avions le potentiel pour faire mieux. La première partie de course était très bonne et notre rythme était incisif.

Lorsque la direction de course a envoyé la voiture de sécurité sur la piste quelques tours après le départ, j’ai pensé que nous avions de la chance et que nous gagnerions à nous arrêter à ce moment-là. Mais trois tours plus tard, le drapeau rouge est sorti et cela nous a coûté trois places.

J’ai évité de prendre trop de risques au redémarrage mais ensuite il y a eu le contact avec Checo qui nous a fait perdre encore du terrain. Ce qui a compromis ma course, c’est surtout l’aplatissement que j’ai causé sur les pneus à ce moment-là, pour lequel j’ai beaucoup galéré pour les faire fonctionner correctement au prochain redémarrage, dans lequel j’avais plus d’un bloc. Le rythme est revenu bon vers la fin de la course mais aujourd’hui était un de ces jours où les choses n’allaient pas dans le bon sens et nous ne pouvions donc pas décrocher un meilleur résultat. »

Carlos Sainz # 55 :

pht. Scuderia Ferrari

« C’était une course amusante et je ne peux pas être trop déçu d’être revenu de la quinzième à la huitième place. Mon départ était bon et j’ai pu passer immédiatement à l’attaque en récupérant quelques positions en m’appuyant sur un pneu Hard très performant. Malheureusement, la Safety Car puis le drapeau rouge sont arrivés trop tôt pour mes besoins. À ce moment-là, je n’avais pas d’autre choix que de monter les médiums même si je savais que je devais les faire durer 36 tours.

J’avais un bon rythme au début du deuxième relais, et je suis monté à la septième place pour récupérer Gasly, mais vers la fin de la course mes pneus étaient complètement épuisés et dans les derniers tours je n’ai rien pu faire pour défendre ma position. Charles qui avait des pneus durs.

C’est dommage pour les qualifications d’hier car je suis convaincu que j’aurais pu finir plus haut au classement, mais je suis content d’avoir à nouveau pris des points à domicile. Maintenant, nous nous concentrons sur Abu Dhabi où nous voulons terminer la saison avec une meilleure finition ».

Mattia Binotto, chef d’équipe Ferrari :

pht. Scuderia Ferrari

« Aujourd’hui, nous avions le potentiel de récolter plus de points que nous n’en avons réellement marqués. Les nombreux épisodes qui ont caractérisé ce Grand Prix n’ont pas joué en notre faveur mais le niveau de performance de l’équipe et de la voiture reste record.

Nous allons maintenant à Abu Dhabi avec une bonne avance sur McLaren dans la lutte pour la troisième place du championnat des constructeurs tandis que Charles a pris la cinquième place du championnat des pilotes. Il faut rester concentré et préparer au mieux le dernier effort avant de mettre enfin un point sur cette saison et de ne penser qu’à 2022 ″.

 

English Information

Hamilton beats Verstappen in controversy-filled first ever Saudi Arabian Grand Prix as title rivals draw equal on points

Lewis Hamilton won a controversial debut Saudi Arabian Grand Prix from pole position ahead of Max Verstappen and Valtteri Bottas amid two red-flag stoppages. The result means the two championship protagonists go to the Abu Dhabi finale level on points.

Hamilton led Bottas and Verstappen – who shrugged off his qualifying crash – at the start but on Lap 10, Mick Schumacher spun and hit the Turn 23 barriers. The Safety Car soon turned into a red flag, crucially giving Verstappen a free stop in the pits, while the Mercedes had stopped under yellows.

The Lap 15 standing start saw Hamilton lead, but Verstappen went wide and off-track at the first chicane, cutting back across Hamilton, who dropped to P3 behind Alpine’s Esteban Ocon (who also enjoyed a red flag tyre change and the subsequent advantage). However, there were two separate incidents behind in which Sergio Perez was collected by Charles Leclerc and Nikita Mazepin collided with George Russell – so another red flag was called.

A cacophony of bargaining calls by the Red Bull and Mercedes pitwalls followed but the Lap 17 restart would see Ocon start ahead of Hamilton then Verstappen in P3. In that restart, the Dutchman made a terrific move using his brand-new medium compounds down the inside of the opening chicane for the lead while Hamilton found himself impeded by Ocon, who like Verstappen missed the Turn 2 apex, passing the Alpine a lap later.

Three Virtual Safety Car periods followed from Lap 28 to Lap 36 after which Hamilton was in DRS range of Verstappen. The Mercedes driver attempted a move on Lap 36 on the main straight but the Dutchman braked too late for comfort, running wide at Turn 2 and retaining the lead. He was instructed to give P1 back and on Lap 37 the Red Bull driver slowed – only for Hamilton to get caught off guard and clip the rear of his rival, taking front-right wing damage.

Cue more calls to race control from Red Bull and Mercedes. Meanwhile Hamilton closed in and looked to get past the Red Bull on Lap 42 but Verstappen pushed him wide and continued on. This time, the stewards stepped in and put a five-second time penalty on the championship leader.

Hamilton came across Verstappen at the final corner on Lap 43 and pushed him wide at Turn 27, taking the lead and putting in fastest laps to boot for an eventual winning margin of 10s over his rival – equalling the championship points tally.

Ocon, who had benefitted from a stop during the first red flag, missed out on a podium by just a tenth of a second having lost P3 right on the line at the chequered flag. That put the Alpine driver fourth ahead of Daniel Ricciardo of McLaren, who started 11th but enjoyed a rapid start and a red-flag pit stop for P5.

In sixth was Pierre Gasly, who lost places at the start but made them back in the second race restart for AlphaTauri – keeping the Ferraris of Charles Leclerc and Carlos Sainz in P7 and P8 respectively.

Antonio Giovinazzi started 10th but ended up ninth ahead of Lando Norris, who started on softs but pitted during the first Safety Car to end the race on hard tyres.

Abu Dhabi hosts the season finale, and with Hamilton having taken 26 points to Verstappen’s 18 here, the championship protagonists are now equal on 369.5 points. But the fallout from Jeddah may well continue through the night, with the stewards set to investigate Hamilton and Verstappen’s Turn 27 tussle after the race.

As it happened

The spotlight was centred on Verstappen before this race, the championship leader having hit the wall in qualifying to trigger doubts over the integrity of his gearbox – but he started from third on the grid, as was the plan. There was also concern over Theo Pourchaire and Enzo Fittpaldi, who were admitted to hospital after a heavy crash in the preceding F2 Feature Race on Sunday, and a moment of reflection before the Grand Prix as teams united to pay their respects to Williams co-founder Sir Frank Williams, who last week died at the age of 79.

But there could be no greater tribute to Sir Frank than a high-speed, no-holds-barred, Formula 1 Grand Prix. Saudi Arabia, however, provided more than a Sunday’s worth of high drama.

The front would line up so: Hamilton leading team mate Bottas away on the front row while Verstappen shared row two with Ferrari’s Charles Leclerc – his Red Bull team mate Sergio Perez leading AlphaTauri’s Pierre Gasly off the third row. Mediums were the compound of choice and the only soft-tyred starter was McLaren’s Lando Norris from P7; McLaren team mate Daniel Ricciardo, Ferrari’s Carlos Sainz and Aston Martin’s Sebastian Vettel on hards.

After much colourful fanfare, it was time for the main event.

And Hamilton enjoyed a rapid start, his team mate blocking Verstappen, who was nearly collected by Perez behind – the Mexican locking up to avoid contact. Leclerc held station in P4 while Gasly fell two places to P8 with overheating brakes, promoting Norris one place and Esteban Ocon two, to P6 and P7 respectively.

Hamilton’s mediums were five laps older than Verstappen’s, so Bottas’s job was to keep Verstappen at bay and the Finn soon said: “I could do with a bit more gap in front” as he began to feel the effects of Hamilton’s turbulent wake. But the field would soon bunch together when Mick Schumacher spun and crashed at Turn 23 on Lap 10, triggering a Safety Car.

The leader pitted for hards along with team mate Bottas and Red Bull’s Perez – for mediums – while Verstappen stayed out for track position. The Dutchman was left furious, however, as during the caution Bottas appeared to slow considerably in front of him to ensure a sublime double-stacked pit stop for the Silver Arrows. But the ball soon fell into Verstappen’s court, the race red-flagged on Lap 13 for barrier repairs – giving Verstappen a free tyre change in the pits.

After the 18-minute stoppage, Verstappen would therefore lead a title-defining standing restart alongside Hamilton in P2, Bottas in third and Ocon fourth – having swapped tyres during the red flag along with Ricciardo in P5.

On Lap 15 of 50, the lights once again went out.

Hamilton got the best of Verstappen, squeezing his rival wide. The Dutchman ran back onto the track and cut back across Turn 2 into the lead – making slight contact with the Mercedes – with the Briton dropping to third behind Ocon. Meanwhile, Bottas locked up and dropped to fifth behind Ricciardo.

Chaos reigned behind: Perez was squeezed then tagged by Leclerc, while Mazepin hit a slow-going Russell, ending the races of both the Williams and the Haas. As for Perez, he waved away the marshals in an attempt to get going but those efforts proved arbitrary. He was out on Lap 15, as were the red flags once again.

While the spectators caught their breath, the teams attempted to bargain their way up the grid in the pits. Race Director Michael Masi chimed into the Red Bull pitwall, and said: “I’m going to give you the opportunity to start the race from grid position two”.

They retorted: “We will accept P2 on the basis that Ocon is on pole.”

Mercedes’ pit wall on the other hand lobbied Masi to put Ocon on pole, Hamilton second and Verstappen third for the restart.

The order would indeed be Ocon in first, Hamilton second and Verstappen third – on brand-new medium compounds – for a standing start on Lap 17.

Ocon led away but Hamilton attempted to edge in front, the two making contact while Verstappen sliced down the inside of Turn 1 with a terrific move. Ocon cut across the Turn 2 run-off but instantly yielded to Verstappen who was now in the lead. On Lap 18, Hamilton swept by the Alpine for P2 and was now back on the charge.

Hamilton was within a second of his championship rival by Lap 22 and one lap later he would have DRS. A Virtual Safety Car was soon called on Lap 24 as Yuki Tsunoda – up to P9 in the second restart – tagged and spun Sebastian Vettel and lost his front wing at Turn 1, the AlphaTauri driver taking a five-second penalty for his troubles. Soon after, Kimi Raikkonen tried to pass Vettel but made contact with him, leaving the track showered in carbon fibre – with another VSC coming out on Lap 30 as a result.

That VSC period, during which Verstappen’s medium tyres enjoyed a welcome break, lasted until Lap 33, after which the Red Bull once again led away. But soon Hamilton was within DRS range. And then on Lap 36 another VSC was called to retrieve another piece of Vettel’s car. That was brief, and resumption followed seconds after with Hamilton just seven-tenths off the leader.

The Briton attempted a move on the Dutchman with DRS down the main straight on Lap 37 and had his nose ahead, but Verstappen braked late and prevented his rival from leading. The Red Bull ran off track and retained the lead but was soon instructed to give it back. So he slowed on the back part of the circuit – only for Hamilton to get caught off guard and clip the rear of his car, taking wing damage too. Team Principal Toto Wolff’s headphones took the brunt of his anger; Race Control’s switchboard lit up once again.

On Lap 42 Hamilton closed in once again and, again, seemed to have the best of Verstappen at Turn 1. But the Red Bull driver afforded him little space, Hamilton going off track at Turn 2, and Verstappen continued in the lead. However, this time, the stewards stepped in and gave the championship leader a five-second time penalty. Two laps later, Hamilton attempted another pass at the final corner – but this time shoved Verstappen wide and took the lead.

Hamilton lit the sectors purple for fastest lap and eventually won by 11.8 seconds to level the championship standings, his rival finishing runner-up in perhaps the most intense battle of the season.

Bottas finished third having passed Ricciardo at Turn 1 for P4 on Lap 40, then Ocon for P3 on the final lap at the line. Ocon therefore missed out on the final podium place by just 0.102s.

In fifth was Daniel Ricciardo, who benefitted from pitting (along with Ocon) during the first red-flag stoppage. The McLaren driver also enjoyed a terrific start, making up two places from P11 and blasting past Pierre Gasly, who finished sixth having lost places early on before making them back up on the first race restart.

Charles Leclerc started fourth but took seventh – after contact with Perez on the first restart – having duelled with Ferrari team mate Carlos Sainz for much of the race, even going wheel-to-wheel with the Spaniard on Lap 23.

Antonio Giovinazzi made up one place from P10 to P9 while Norris, who dropped to 14th at the first restart having pitted early from soft to hard tyres, took the final point.

Neither Aston Martin emerged from Q1 on Saturday and neither left Saudi Arabia with points, as Vettel retired on Lap 44 having taken damage from earlier contact with Tsunoda and a further run-in with Raikkonen, while Lance Stroll made contact with Russell early in the race and had to settle for 11th ahead of Williams’ Nicholas Latifi, in P12.

Fernando Alonso did well to avoid the walls as he spun on Lap 26, but dropped to P15, picking up positions as Tsunoda was penalised five-seconds for hitting Vettel and Raikkonen was relegated to the back having made contact with the four-time champion battling for P12 on Lap 28.

Five drivers – Vettel, Perez, Mazepin, Russell and Schumacher – retired from the Saudi Arabian Grand Prix.

Key quote

« I mean, I don’t know. I’ve been racing a long time but that was definitely, that was incredibly tough, and I tried to be as sensible and as tough as I could be out there, but also sensible and with all my race experience over the years, just keeping the car on track and staying clean, » said race winner Lewis Hamilton.

« It was difficult. But we persevered as a team, we’ve had all sorts of things thrown at us particularly in the second half of the season, so I’m just really proud of everyone and also I’m really grateful for the crowd we’ve had this weekend; it’s been nice to be here. »

What’s next ?

We’re set for a historic 2021 season finale at a new look Yas Marina Circuit with Max Verstappen equal with Lewis Hamilton on 369.5 points. Stay tuned to F1.com to catch all of the build-up – and Saudi Arabian Grand Prix fallout – as we approach the end of this incredible campaign.

 

Haut du site