19 mai 2024

ELMS, Cool Racing remporte sa première victoire à Barcelone

Un ciel bleu et un temps chaud ont attiré une foule nombreuse pour assister aux 4 Heures de Barcelone, une course qui a connu des rebondissements et de l’excitation dans tout le peloton, avec l’Oreca COOL Racing n°37 – Gibson qui a remporté le drapeau à damier. Il s’agit de la première victoire en LMP2 dans les ELMS pour l’équipe suisse, qui vient s’ajouter à ses victoires en LMP2 Pro/Am et LMP3.

Malthe Jakobsen a ramené la voiture à la maison avec 16 secondes d’avance sur l’Oreca Algarve Pro Racing n°25 d’Alex Lynn, le champion en titre, et Ben Hanley a poussé fort dans l’Oreca United Autosports n°22 pour s’assurer la dernière place sur le podium.

Les champions en titre LMP2 Pro/Am AF Corse ont pris un excellent départ pour défendre leur titre. Matthieu Vaxiviere a franchi la ligne d’arrivée pour terminer 6ème au classement général sur l’Oreca n°83 et 18 secondes devant la Richard Mille by TDS n°29 de Mathias Beche.

#37, COOL Racing, L. FLUXA / M. JAKOBSEN / R. MIYATA, Oreca 07 – Gibson, LMP2, P1. pht. Antoine Camblor

La victoire en LMP3 est revenue à la Ligier n°8 du Team Virage, Julien Gerbi et Gillian Henrion, champions en titre de la Michelin Le Mans Cup, et leur coéquipier portugais Bernado Pinheiro, qui ont fait des débuts parfaits en ELMS. Henrion a franchi le drapeau à damier avec 8 secondes d’avance sur le champion ELMS COOL Racing, Manuel Espirito Santo ajoutant 18 points à son unique point obtenu en qualification.

L’équipage Formula Racing composé de Johnny Laursen, Conrad Laursen et Nicklas Nielsen est entré dans l’histoire de l’ELMS en devenant la première équipe à s’imposer en LMGT3. Il s’agit également de la première victoire de l’équipe depuis le Paul Ricard en 2015, lors de la saison où elle a remporté le championnat LMGTE. La Ferrari 296 LMGT3 n°50 a franchi la ligne d’arrivée avec 12 secondes d’avance sur la Ferrari GR Racing n°86, la Lamborghini Iron Lynx n°63 étant troisième.

La Porsche 911 Iron Dames n°85 a mené la course depuis la pole position pendant les trois premières heures, Rahel Frey cédant 25 secondes d’avance à Michelle Gatting pour le dernier relais. Mais le destin a joué un tour cruel lorsque la Porsche s’est arrêtée à la sortie des stands, mettant l’équipe hors course.

Start Race. pht. ELMS

LA SAISON 2024 COMMENCE

Les 4 Heures de Barcelone ont démarré avec les 43 voitures qui se sont élancées vers le premier virage, emmenées par Filip Ugran sur la United Autosports Oreca n°22. Toutes les voitures, à l’exception d’une seule, ont franchi la première série de virages, seule la Ligier RLR MSport n°5 de James Dayson ayant été entraînée dans un tête-à-queue par une autre voiture, le Canadien se rétablissant rapidement pour reprendre la course.

#25, Algarve Pro Racing, M. KAISER / O. CALDWELL / A. LYNN, Oreca 07 – Gibson, LMP2, P2. pht. Antoine Camblor

L’Oreca COOL Racing n°37 a gagné trois places au départ, Lorenzo Fluxa se rapprochant d’Ugran pour la tête de la course. Giorgio Roda mène la classe LMP2 Pro/Am, devant John Falb sur la Nielsen Racing n°24 et François Perrodo sur la AF Corse n°83.

Julien Gerbi a devancé Miguel Cristóvão dans la Ligier COOL Racing n°17 en pole position, pour prendre la tête de la catégorie LMP3 avec le Team Virage n°8. Cristóvão a rétrogradé en troisième position après que Matthew Bell ait pris l’avantage au 5e tour sur la Ligier Eurointernational n°11.

#22, United Autosports, F. UGRAN / M. SATO / B. HANLEY, Oreca 07 – Gibson, LMP2, P3. pht. Antoine Camblor

En LMGT3, Sarah Bovy a profité de sa pole au volant de la Porsche Iron Dames n°85 pour prendre la tête de la catégorie, Johnny Laursen étant deuxième.

Après le premier tête-à-queue, la journée de James Dayson ne s’est pas améliorée. Le Canadien est entré en collision avec l’Oreca n°65 du Panis Racing, plus rapide, au 9e tour, laissant sa Ligier échouée sur le trottoir et provoquant le premier Full Course Yellow de la course. Dayson n’a pas pu redémarrer sa voiture et a été contraint à l’abandon.

#83, AF Corse, F. PERRODO / M. VAXIVIERE / A. ROVERA, Oreca 07 – Gibson, LMP2 Am, P6, P1 LMP2 Am. pht. Antoine Camblor

Alors que le Full Course Yellow est retiré, les deux voitures de tête sont côte à côte dans le premier virage après que Fluxa ait pris un meilleur départ qu’Ugran. L’Oreca COOL Racing n°37 prend la tête devant l’United Autosports n°22, mais Ugran parvient à suivre le rythme du nouveau leader, mettant le pilote espagnol sous pression. Cependant, la course est neutralisée un tour plus tard lorsque la Vector Sport n°10 et l’Oreca COOL Racing n°47 entrent en collision, les deux voitures finissant dans les graviers, Ryan Cullen dans l’Oreca n°10 étant jugé responsable.

 

La première voiture de sécurité virtuelle de l’histoire de l’ELMS a été utilisée pour permettre aux deux voitures d’être récupérées. La procédure s’est transformée en Safety Car huit minutes plus tard, car la désincarcération a pris un peu plus de temps que prévu. Les voitures ont circulé pendant encore 10 minutes avant que la course ne repasse au vert.

#65, Panis Racing, M. MALDONADO / C. MILESI / A. LECLERC, Oreca 07 – Gibson, LMP2, P5. pht. Twenty-One Creation

L’Oreca AF Corse n°83 a été jugée comme ayant effectué un dépassement sous les drapeaux jaunes et a reçu un drive through en conséquence, ce qui a fait reculer Perrodo à la 4ème place de la classe.

En LMGT3, Sarah Bovy, au volant de la Porsche n°85 des Iron Dames, a pris 20 secondes d’avance sur la Lamborghini n°63 des Iron Lynx, pilotée par Hiroshi Hamaguchi, le Japonais ayant 3 secondes d’avance sur Johnny Laursen, au volant de la Ferrari n°50. Bovy s’est fait peur en dépassant la Ferrari n°57 du Kessel Racing de Takeshi Kimura lorsque la Ferrari s’est mise en travers et qu’il y a eu un contact alors que les deux voitures freinaient pour le virage 1. Il n’y a pas de dégâts et les deux voitures poursuivent leur route.

#8, Team Virage, J. GERBI / B. PINHEIRO / G. HENRION, Ligier JS P320 – Nissan, LMP3, P1. pht. Antoine Camblor

En LMP2 Pro/Am, la tête est passée à la Richard Mille by TDS Racing n°29 avec Grégoire Saucy au volant, après que l’Oreca Proton Competition n°77 ait rétrogradé en 4ème position suite à un long arrêt aux stands. Alessio Rovera, au volant de l’AF Corse n°83, rattrape son retard et passe Colin Noble (Nielsen Racing n°24) pour la deuxième place au virage 6.

#17, COOL Racing, M. CRISTÓVÃO / C. OLTRAMARE / M. ESPIRITO SANTO, Ligier JS P320 – Nissan, LMP3, P2. pht. Antoine Camblor

L’Oreca COOL Racing n°37 est désormais pilotée par Ritomo Miyata, le pilote japonais résistant aux assauts d’Olli Caldwell sur l’Algarve Pro Racing n°25 et de Marino Sato sur l’United Autosports n°22.

En LMGT3, Conrad Laursen sur la Ferrari n°50 remontait le peloton, dépassant Axcil Jefferies sur la Lamborghini Iron Lynx pour la deuxième place à l’intérieur du virage 1. Seule la Porsche Iron Dames n°85 était en tête, mais Rahel Frey était à 30 secondes sur la route et tournait plus vite que le reste du peloton LMGT3.

#50, Formula Racing, J. LAURSEN / C. LAURSEN / N. NIELSEN, Ferrari 296 LMGT3, LMGT3, P1. pht. Antoine Camblor

Miyata perd la tête lorsque Caldwell place l’Oreca Algarve Pro Racing n°25 à l’intérieur de la COOL Racing n°37 au T3. Cependant, lors de l’arrêt suivant, les voitures changent à nouveau de place, Malthe Jakobsen devançant Alex Lynn.

#86, GR Racing, M. WAINWRIGHT / R. PERA / D. RIGON, Ferrari 296 LMGT3, LMGT3, P2. pht. Antoine Camblor

Les ravitaillements suivants voient le changement de tête en LMP2 Pro/Am avec Matthieu Vaxiviere qui place l’AF Corse n°83 devant la Richard Mille by TDS n°29 pilotée par Mathias Beche.

Une nouvelle période jaune est déclarée à un peu plus d’une heure de l’arrivée lorsque l’Oreca n°19 du Team Virage de Nelson Piquet Jr est accrochée par l’Oreca n°3 de DKR Engineering de Laurents Hörr, la voiture du Brésilien finissant dans les graviers. La récupération ne prend que deux minutes et la course reprend.

Rahel Frey rentre au stand pour céder la Porsche Iron Dames n°85 à Michelle Gatting. Cette dernière sort de la voie des stands, mais la voiture s’immobilise sur la route de sortie des stands. La Danoise s’arrête sur l’herbe et tente de redémarrer la voiture, mais sa course est terminée. Un autre FCY est déclaré pour récupérer la Porsche et la ramener aux stands.

A 30 minutes de la fin de la course, un autre FCY a dû être utilisé pour sortir la Ligier Ultimate n°35 des graviers.

#63, Iron Lynx, H. HAMAGUCHI / A. JEFFERIES / A. CALDARELLI, Lamborghini Huracan LMGT3 Evo2, LMGT3, P3.pht. Antoine Camblor

Au nouveau départ, la COOL Racing n°37 possède 10 secondes d’avance sur l’Algarve Pro Racing n°25. Ben Hanley sur la United Autosports n°22 est troisième et se rapproche rapidement d’Alex Lynn. Dans les autres catégories, Vaxiviere avait 19 secondes d’avance sur Beche en LMP2 Pro/Am, Gillian Henrion avait 21 secondes d’avance sur Manuel Espirito Santo (COOL Racing n°17) pour la tête des LMP3 et Nicklas Nielsen (Formula Racing n°50) avait 17 secondes d’avance sur Davide Rigon dans la Ferrari GR Racing n°86.

Cependant, le suspens se poursuit lorsqu’une pièce de l’arrière de la Ligier WTM by Rinaldi Racing n°12 est laissée au milieu de la piste à T10. Oscar Tunjo a dû rentrer au stand pour réparer la voiture après qu’une dernière période FCY ait été déclarée pour récupérer les débris sur le circuit.

La course reprend pour les 10 dernières minutes avec Ben Hanley qui se rapproche d’Alex Lynn pour lui disputer la deuxième place. Cependant, Lynn s’accroche pour franchir la ligne d’arrivée avec 0,7 seconde d’avance sur Hanley et 16,1 secondes sur Malthe Jakobsen.

Matthieu Vaxiviere et Mathias Beche ont terminé à 18 secondes d’écart, et l’Oreca n°24 du Nielsen Racing d’Albert Costa a complété le podium LMP2 Pro/Am.

Gillian Henrion a remporté la victoire en LMP3 avec plus de 50 secondes d’avance sur Manuel Espirito Santo, l’Eurointernational n°11 d’Adam Ali montant sur la troisième marche du podium de la catégorie.

Nicklas Nielsen a remporté la première victoire de Formula Racing depuis 9 ans, le Danois terminant avec 22 secondes d’avance sur Davide Rigon dans la Ferrari GR Racing n°86, Andrea Caldarelli dans la Lamborghini Iron Lynx complétant le trio de tête.

pht. ELMS

Les classements ici

La deuxième manche de l’European Le Mans Series 2024, les 4 Heures du Castellet, se déroulera le dimanche 5 mai sur le circuit Paul Ricard, dans le sud de la France.

Communiqué ELMS