AER, l’étape 10 écourtée

Posted by

Ce vendredi 17 janvier, la 10ème étape de l’AFRICA ECO RACE entre Tidjikja et Idini, longue de 499 km, s’annonçait comme le juge de paix de cette 12ème édition, tant sur deux que sur quatre roues. Hélas, la direction de l’épreuve a été contrainte de neutraliser le secteur sélectif à partir du ravitaillement moto situé au kilomètres 249.

En effet, trois motards accidentés sur la première partie du parcours mobilisaient deux des trois hélicoptères de l’organisation. Il était donc impossible d’assurer une sécurité optimale sur les 500 km du parcours et une telle décision s’imposait. Les participants ont rejoint l’arrivée installée à une vingtaine de kilomètres du bivouac en liaison par la piste, relativement roulante et facile sur les 250 derniers kilomètres.

Giovanni GRITTI

Les jours se suivent et se ressemblent pour la colonie de motards italiens présente sur l’AFRICA ECO RACE® puisqu’aujourd’hui, la victoire de spéciale revient à nouveau à l’un d’entre eux. Il s’agit de Giovanni GRITTI sur HONDA qui s’impose pour 00:01:51 devant la KTM du Norvégien Pal Anders ULLEVALSETER, et 00:03:55 devant la YAMAHA de son compatriote Alessandro BOTTURI.

Pal Anders ULLEVALSETER

L’Italien Paolo LUCCI sur HUSQVARNA et le Polonais Jacek CZACHOR sur KTM complètent le top 5 du jour. En plus de 450, l’Italien Gabriele MINELLI termine 1er en signant le 13ème temps alors que dans la catégorie MOTUL XTREME RIDER, Amaury BARATIN réalise une très belle performance en s’offrant le 10ème du jour. Le Français en profite pour prendre la tête du général des Malles Motos, catégorie réservée aux pilotes sans assistance.

Paolo LUCCI

Au général provisoire, à la veille de l’ultime spéciale qui scellera le classement de cette 12ème édition de l’AFRICA ECO RACE®, Alessandro BOTTURI est toujours leader du classement moto avec 00:02:04 d’avance sur Pal Anders ULLEVALSETER. Le premier affirme que c’est une avance plutôt faible et le second assure que cela va être compliqué de revenir sur les 187 km chronométrés. Qui a tort, qui a raison ? Verdict demain en fin de matinée.

Alessandro BOTTURI

Contrairement à la moto, sur quatre roues, les 249 km du secteur chronométré ont permis à certains de faire la différence.

Yves et Jean FROMONT

En auto, sur cette partie de spéciale plutôt technique, Yves et Jean FROMONT ont fait parlé la poudre sur le Buggy MERCEDES en s’octroyant le scratch. Les Français devancent leurs co-équipiers du Team MMO Patrick et Lucas MARTIN, 5ème de la spéciale. Au volant de leur Buggy Tarek MERCEDES, le père et le fils ont roulé sans prendre de risque. La 3ème auto obtient le 8ème temps du jour. Il s’agit du BOWLER d’Alain COQUELLE et Grégory LECOMTE qui entre dans le top 10 pour la première fois. Derrière les Français, le FORD Raptor des Russes Alexey TITOV et Dmitry PAVLOV s’offre la 10ème place du classement de cette 10ème étape et la 1ère de la catégorie T2 où ils sont toujours en tête.

Du côté de la catégorie SSV XTREME RACE, de la 2ème à la 4ème place, on retrouve les trois CAN AM de Patrice ETIENNE et Jean-Pierre SAINT MARTIN à 00:09:38, Benoit FRETIN et Cédric DUPLÉ À 00:13:11 et Loïc FREBOURG et Franck BOULAY à 00:16:42. Malheureusement pour lui, le Belge Geoffroy NOEL DE BURLIN qui se battait pour le podium dans cette catégorie est parti en tonneau avec son POLARIS au kilomètre 20. Il est indemne et pourra peut-être voir le Lac Rose s’il réussit à réparer, mais le pilote paraplégique va perdre de nombreuses places au classement.

Patrice ETIENNE et Jean-Pierre SAINT MARTIN

En camion, une fois encore le SCANIA de Karoly FAZEKAS, Albert HORN et Peter CSAKANY s’est octroyé la 1ère place en obtenant le 6ème temps de la spéciale. Décidément très en forme sur cette deuxième semaine, les Hongrois ont devancé d’une dizaine de minutes le TATRA du Tchèque Tomas TOMECEK et le MAN des Belges Noël ESSERS, Marc LAUWERS et Tijs VRANKEN.

Miklos KOVACS, Laszlo ACS et Peter CZEGLEDI

Quant à Miklos KOVACS, Laszlo ACS et Peter CZEGLEDI, les leaders de la catégorie des mastodontes du désert, leur SCANIA a connu un petit souci qui ne leur permet que d’obtenir le 12ème temps à 01:04:25 du vainqueur. Il s’agit du premier faux pas des Hongrois qui n’ont pas grand-chose à craindre au niveau du classement camion mais qui pointent désormais à un peu plus d’une heure de MARTIN pour la victoire au général.

Etape 10

Les classements ici

Version française

English version

ILS ONT DIT

Alessandro BOTTURI – YAMAHA N°101 – TEAM BOTTURI

J’ai 2 minutes d’avance sur Pal Anders ULLEVALSETER. Ce n’est vraiment pas facile car cette année Pal est très, très fort. Moi je cherche toujours à pousser au maximum. Celui qui part derrière l’autre arrive toujours à reprendre 2 minutes à celui qui est devant car la navigation est difficile. Celui qui est en tête a du mal à ouvrir la piste. Demain, c’est le dernier jour. J’aurai l’avantage de partir derrière mais rien n’est joué. Giovanni GRITTI partira 1er. Lui, c’est vraiment un bon gars. L’autre jour, il s’est arrêté et il m’a donné de l’essence. Si je suis encore premier, c’est grâce à lui. Je peux vraiment lui dire merci.

Benoit FRETIN – CAN AM N°250 – TEAM B2F COMPÉTITION

Cela fait déjà deux jours que nous regardons un petit peu ce qui se passe devant. On les laisse jouer tout en réussissant à garder nos deux heures d’avance. On fait quand même des chronos, mais oui on essaie de ne rien casser. On est beaucoup plus précautionneux avec le matériel. J’ai un co-pilote quoi a dû me dire 472 fois ATTENTION et 14 fois PRUDENCE. Et si on finit bien, ce sera grâce à lui parce qu’il a encore fait un sans-faute aujourd’hui. Rien ne sert de courir, il faut partir correctement et quand on ne se trompe pas, on finit dans les premiers.

Patrick MARTIN – MERCEDES Tarek N°204 – TEAM MMO

Aujourd’hui, nous avons roulé sans prendre de risque. Être en tête la veille de l’arrivée, c’est toujours un peu de pression. On va essayer de faire la dernière spéciale à notre rythme. L’idée, c’est vraiment d’arriver. On connaît cette spéciale. On l’a fait depuis plusieurs années. Elle est très rapide. C’est fait pour les Buggies. Je ne suis pas trop inquiet car sauf ennuis mécaniques, on ne devrait pas finir trop loin. Mais ça, on n’y peut rien et normalement, ça devrait bien le faire.

Miklos KOVACS – SCANIA N°420 – TEAM QUALISPORT RACING

 

Il y a des moments dans la carrière d’un sportif ou d’une équipe où tout se passe bien. C’est le cas cette année au sein de notre team. Nous n’avons pas connu de gros problème sur le SCANIA. Dans le camion, l’ambiance est excellente. Chacun fait son boulot au mieux. Aujourd’hui, un petit problème technique nous a fait perdre un peu de temps. Mais nous avons suffisamment d’avance pour garder le sourire car nous n’avons jamais été aussi près d’une deuxième victoire sur l’AFRICA ECO RACE®. Vivement demain !

 

Demain, samedi 18 janvier, l’AFRICA ECO RACE® arrivera à Saint Louis, au Sénégal. Avant cela, les concurrents auront participé à la dernière spéciale de 187 km entre Idini et Teverit, toujours en Mauritanie.

Au programme, de la navigation, des pistes sablonneuses et encore quelques franchissements de dunes. De quoi perdre du temps tout de même. Il faudra donc, aux différents animateurs de la course, rester concentrer jusqu’au bout pour espérer inscrire leurs noms au palmarès de l’AFRICA ECO RACE.

18 JANVIER 2020 : ETAPE 11 IDINI / ST LOUIS : 473,65 km

Comme chaque année, la dernière spéciale mauritanienne sera plutôt courte mais il faudra rester concentré jusqu’au bout. Le tracé de 187 km, en partie nouveau, sera relativement rapide avec quelques franchissements de dunes mais pas de difficultés majeures. Au bout, la délivrance puisque le Rallye sera quasiment terminé. La dernière longue liaison par la route avec le passage de la digue et de la frontière Sénégalaise pour rejoindre le bivouac installé sur l’ancien aérodrome de Saint Louis sera le dernier gros exercice de cette 12ème édition de l’AFRICA ECO RACE. Mais au bout, les amis et familles seront présents pour passer une dernière belle soirée africaine.