19 mai 2024

Verstappen remporte le GP de Miami, la bataille intra-équipe de Red Bull passe à la vitesse supérieure

Max Verstappen a frappé un grand coup dans la course au titre 2023 en battant son coéquipier Red Bull Sergio Perez à la victoire lors du Grand Prix de Miami, remontant de la neuvième place sur la grille pour dépasser le pole-sitter dans les derniers instants d’une course intrigante et stratégique.

Perez avait réduit l’avance de Verstappen au championnat à seulement six points avec un doublé Sprint et Grand Prix en Azerbaïdjan, et une séance de qualification en dents de scie à l’Autodrome international de Miami lui a donné une occasion en or de se hisser en tête du classement.

Cependant, alors que Perez a mené la majorité de la course avec une stratégie de pneus médiums, Verstappen a étiré de manière experte son premier relais en pneus durs pour passer de la P9 à la P1 grâce à une série de belles manœuvres, et il a émergé juste derrière son coéquipier avec un nouveau train de pneus médiums à la fin de la course.

À 10 tours de la fin, Verstappen a confortablement dépassé Perez pour prendre une avance qu’il n’a pas voulu céder, ce qui signifie que le Mexicain a dû se contenter de la deuxième place et perdre une partie du terrain qu’il avait gagné dans la course au titre.

En plus d’une victoire affirmée, Verstappen a obtenu le point de bonus du tour le plus rapide pour compléter son palmarès et le prix du « Pilote du jour », les fans ayant été impressionnés par sa charge à travers le peloton.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P1. pht. Red Bull

Les Red Bull étant à nouveau dans une ligue à part, c’est Fernando Alonso et Aston Martin qui ont décroché la place de « meilleur des autres » en troisième position, ce qui fait quatre podiums en cinq courses pour le nouveau partenariat.

George Russell était la Mercedes de tête en quatrième position, en partie grâce à son coéquipier Lewis Hamilton qui s’est écarté de son chemin avec une stratégie différente plus tôt dans la course, prenant le dessus sur le pilote Ferrari Carlos Sainz dans le processus.

Sainz a écopé d’une pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse dans les stands lors de son changement de pneus, mais l’écart avec Hamilton et son coéquipier Charles Leclerc était suffisant pour qu’il conserve la cinquième position au moment du drapeau à damier.

Alpine a rebondi après son cauchemar de Bakou avec un doublé, Pierre Gasly devançant son coéquipier Esteban Ocon, tandis que le pilote Haas Kevin Magnussen a complété les positions payantes après son départ en P4.

#11, Sergio Perez, Red Bull, P2. pht. Red Bull

Yuki Tsunoda a manqué de peu un nouveau point au volant de son AlphaTauri, après avoir marqué en Australie et en Azerbaïdjan. Il s’est classé P11 devant Lance Stroll d’Aston Martin, grâce à un pilotage défensif jusqu’à la ligne d’arrivée.

Le pilote Alfa Romeo Valtteri Bottas est entré dans les points au début de la course, mais a rétrogradé à la 13e place au fur et à mesure que les différentes stratégies pneumatiques se mettaient en place, suivi par la Williams d’Alex Albon, la Haas de Nico Hulkenberg et son coéquipier Zhou Guanyu.

Race Start. pht. Red Bull

Les deux McLaren Lando Norris et Oscar Piastri ont connu des courses discrètes, se classant respectivement 17e et 19e, après avoir été les seuls pilotes à s’élancer en pneus tendres. Ils ont été séparés par l’autre AlphaTauri de Nyck de Vries, avec le favori local Logan Sargeant à l’arrière après un arrêt au stand précoce pour changer l’aileron avant.

CE QUI S’EST PASSÉ

Une séance de qualification agitée a conduit à une grille de départ hétérogène pour la course, avec Perez décrochant la pole position – lorsque l’accident de Leclerc a entraîné le drapeau rouge pour les 10 premiers – et son coéquipier Verstappen rétrogradant à la 9e place en raison d’une erreur dans son premier tour de Q3, et Hamilton revenant à la 13e place après une sortie de Q2.

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P3.

Alonso a rejoint Perez sur la première ligne, avec Sainz troisième et Magnussen assurant la meilleure position de départ de l’équipe Haas pour un Grand Prix en quatrième position, alors que Gasly, Russell, Leclerc (malgré sa chute) et Ocon se sont également glissés devant Verstappen, qui a terminé la phase finale sans temps.

Un autre rebondissement s’est produit après les qualifications, lorsque le ciel s’est levé et a emporté une bonne partie de la gomme et de l’adhérence de la surface refaite du circuit de 5,412 km, ce qui n’a fait qu’ajouter au défi qui attend les 20 pilotes lors dd GP de Miami.

#63, George Russell, Mercedes, P4. pht. Mercedes

À l’approche de la course, une cérémonie spéciale supervisée par les icônes de la musique Will.i.am et LL Cool J a enflammé la foule, chaque pilote profitant d’un moment sous le soleil de Miami avant de s’attacher à sa voiture et de se préparer à l’extinction des feux.

Lorsque ce moment est arrivé, dans des conditions sèches mais venteuses, il y avait un mélange de pneus de départ, les pilotes de tête ayant tous opté pour des pneus médiums, tandis qu’Ocon, Verstappen, Hulkenberg, Hamilton, Zhou, Tsunoda et Stroll ont choisi des pneus durs, et Norris et Piastri ont choisi des pneus tendres.

Perez a bien réagi au départ, ce qui lui a donné assez d’espace pour couper la piste et sedéfendre d’Alonso et Sainz dans le virage 1, tandis que Magnussen a chuté de la quatrième à la sixième place derrière Gasly et Russell, avant de perdre une autre position face à Leclerc au freinage du virage 11.

#55, Carlos Sainzs, Ferrari, P5. pht. Pirelli

Ocon a été un autre à endurer un tour initial médiocre, tombant à la 10e place derrière Bottas et Verstappen, tandis que Hamilton est resté là où il a commencé en P13, se faisant serrer entre Hulkenberg et Albon, et exprimant des inquiétudes sur les dommages potentiels de son aileron avant.

Sargeant a été contraint à un arrêt au stand précoce depuis le fond du peloton, en prenant un nouvel aileron avant et en échangeant ses pneus mediums pour des hards, le laissant à trois quarts de minute de la voiture de devant et faisant face à un relais solitaire.

Pendant ce temps, Verstappen était en chasse depuis sa position de départ au milieu du peloton, dépassant Bottas pour la huitième place, puis s’accrochant à l’arrière de Magnussen et Leclerc qui se chamaillaient – sautant spectaculairement les deux en une seule fois dans la ligne droite principale lorsque les trois pilotes ont roulé roue contre roue.

À ce moment-là, les images du départ montrent De Vries en train de bloquer et de toucher Norris au freinage du virage 1, un incident qui a été vérifié par les commissaires avant que le panel ne décide de ne pas prendre aucune mesures.

Sargeant a rapidement eu de la compagnie sur la liste des pitters car McLaren a boxé Norris et Piastri dans une succession rapide pour un passage aux gommes dures, leur approche alternative aux pneus tendres n’a duré que quelques tours dans le temps chaud et humide du sud de la Floride.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P6. Pht. Pirelli

En tête, Perez a contrôlé le rythme pour distancer Alonso et porter son avantage à deux secondes alors que le nombre de tours approchait les deux chiffres, tandis que Sainz a maintenu sa Ferrari dans la fenêtre DRS de l’Aston Martin, mais n’a pas pu s’approcher suffisamment pour faire un dépassement.

L’ascension de Verstappen s’est poursuivie au 9e tour sur 57, lorsqu’il s’est élancé sur Russell dans la ligne droite arrière et a effectué un mouvement propre au freinage du virage 17, répétant l’exploit sur Gasly au tour suivant – Russell ayant également sauté sur l’Alpine quelques instants plus tard.

Verstappen a illuminé les écrans de chronométrage pour se rapprocher rapidement du trio de tête composé de Perez, Alonso et Sainz, dépassant la Ferrari dans la descente entre le virage 10 et le virage 11 au 14e tour et l’Aston Martin au même endroit lors du tour suivant.

Magnussen a été le premier des 10 premiers à s’arrêter au 15e tour, donnant le coup d’envoi d’une phase intense d’arrêts aux stands, avec ceux qui sont partis en pneus mediums passant aux pneus durs pour un deuxième relais jusqu’au drapeau à damier – à condition que tout se passe comme prévu.

« Mon avant-droit commence à lâcher un peu », a déclaré Perez à propos de ses pneus mediums alors qu’il entamait le 17e tour, Verstappen – chaussé de pneus durs – ramenant l’avantage de son coéquipier à trois secondes et ouvrant la perspective d’une nouvelle lutte intrapatrimoniale alléchante.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, P7. pht. Pirelli

Sainz a quitté le groupe de tête au 19e tour, laissant Perez, Alonso et Albon (en queue de peloton) comme les seuls pilotes à s’être débarrassés de leurs pneus médiums de départ, tandis que Verstappen continuait à se rapprocher du leader de la course.

Perez est rentré aux stands deux tours après Sainz – qui a rapidement écopé d’une pénalité de cinq secondes pour excès de vitesse dans la voie des stands – pour laisser Verstappen prendre la tête, la tâche du numéro 1 étant d’étirer son premier relais aussi longtemps que possible.

Mais Verstappen n’est pas au bout de ses peines, puisqu’il signale à la radio que « les changements de vitesse ne sont pas très fluides », alors que l’écart avec Alonso – qui ne s’est pas encore arrêté – est d’un peu moins de cinq secondes, et que Perez se trouve à quelque 13 secondes.

Alonso est le prochain à s’arrêter au 25e tour, rejoignant Sainz dans sa ligne de mire. Il n’a fallu qu’une poignée de virages pour que le double champion du monde entre dans le champ d’action du DRS et mette la pression, en s’engageant dans le virage 11 deux tours après être passé au stand.

À ce stade, Verstappen comptait environ 15 secondes d’avance sur Perez, Ocon 10 secondes de plus en troisième position, suivi par Alonso, Sainz, Hamilton et Russell, qui a poursuivi son dépassement sur Gasly en devançant Hulkenberg et Tsunoda, qui se sont livrés à une belle bagarre.

#10, Pierre Gasly, Alpine, P8. pht. Pirelli

Parmi les 10 premiers, Perez, Alonso, Sainz, Russell et Gasly ont fait leurs arrêts, les autres ayant étiré leur première série de difficultés – Ocon est rapidement devenu une cible facile et a perdu des places au profit d’Alonso et de Sainz alors que la course atteignait la moitié de sa durée.

Verstappen a été informé qu’il pouvait s’appuyer un peu plus sur ses pneus au fil des tours, ce qui a rapidement permis d’enregistrer un nouveau tour le plus rapide, son ingénieur ajoutant que le retard sur Perez après son arrêt obligatoire devrait être d’environ cinq secondes.

Chez Mercedes, le travail d’équipe était le mot d’ordre, car Hamilton, qui devait encore s’arrêter, a laissé Russell passer sans se battre, ce qui a permis au jeune Britannique de se hisser en P6, peu avant que Hulkenberg ne devienne le prochain des pilotes à pneus durs à passer aux pneus médiums.

#31, Esteban Ocon, Alpine, P9. pht. Pirelli

Avec 20 tours à parcourir, et Tsunoda étant passé au stand, seuls Verstappen, Ocon, Hamilton et Stroll (qui se remettait de sa sortie de Q1) ne s’étaient pas encore arrêtés – Russell ayant reçu le feu vert pour dépasser son coéquipier, cela s’est avéré payant puisqu’il a facilement dépassé Ocon, puis Sainz, pour entrer dans le top 4.

Après avoir chuté deux fois au cours du week-end, Leclerc a pris la parole à la radio pour expliquer que sa Ferrari « sautait dans tous les sens », ce qui l’a limité à la marge des positions qui rapportent des points et à une lutte titanesque avec Magnussen pour la P9, qu’il a fini par prendre à deux mains après plusieurs échanges roue contre roue.

Hamilton et Ocon ont fait leurs arrêts pour les médiums quelques tours plus tard, le septuple champion du monde mettant rapidement ses pneus frais à profit pour dépasser Bottas en sortie de virage 17, et Ocon sortant des stands entre les deux.

#20, Kevin Magnussen, Haas, P10.

 

Alors que Verstappen continuait d’attaquer et d’user ses pneus à l’avant, Red Bull l’a informé qu’il était sur le point de transformer un delta négatif en positif, et qu’il rejoindrait probablement l’action à partir de son arrêt sur la queue de Perez.

Verstappen est donc passé au stand au 46e tour, en prenant les mediums comme prévu, et est revenu à quelques longueurs de Perez, sachant qu’il disposait de pneus beaucoup plus frais que son coéquipier, qui s’était arrêté pour les hards 25 tours plus tôt.

Au 47e tour, Verstappen a utilisé le DRS pour se glisser dans le sillage de Perez sur la longue ligne droite arrière et jeter un coup d’œil exploratoire à l’extérieur du virage 17, avant de terminer le travail sur la ligne droite de départ/arrivée.

A l’entrée du virage 1, Verstappen a placé sa voiture à la perfection pour s’assurer qu’il n’y aurait pas de retour de Perez, qui s’est rapidement éloigné de l’aileron arrière de son coéquipier.

A partir de là, Verstappen a enchaîné les tours rapides pour sceller la victoire et le point de bonus, Perez franchissant finalement la ligne d’arrivée avec plus de cinq secondes de retard, perdant huit points dans la lutte pour le championnat.

Alonso a pris la troisième place pour Aston Martin, décrochant un nouveau podium, suivi d’un groupe de Mercedes et Ferrari dans l’ordre, Russell, Sainz, Hamilton et Leclerc respectivement – la pénalité de Sainz n’ayant pas eu d’impact sur sa position à l’arrivée.

Alpine a connu un changement de jour et de nuit par rapport à ses week-ends sans points en Australie et en Azerbaïdjan avec P8 et P9 pour Gasly et Ocon, Magnussen prenant le dernier point alors que Haas a eu du mal à convertir son rythme des qualifications.

Tsunoda n’a pas réussi à marquer trois points d’affilée en terminant 11e, après avoir tenu Stroll à distance dans les derniers tours, Bottas étant 13e devant Albon, Hulkenberg et Zhou.

Norris et De Vries étaient les derniers pilotes sur le tour de tête, avec Piastri et Sargeant – incapable de faire une impression lors de son premier week-end de Grand Prix à domicile – terminant la journée avec un tour de retard sur les pilotes de tête.

GP de Miami ici

Les meilleurs tours ici

Les Pit-Stop ici

Classement pilotes ici

Classement constructeurs ici

CITATION CLÉ :

« C’était une bonne course », a déclaré Verstappen, vainqueur de la course. « J’ai évité les ennuis au début et j’ai fait une course propre, en éliminant les voitures une à une. Ensuite, j’ai pu rester très longtemps sur les pneus durs et c’est là où je pense que nous avons fait la différence aujourd’hui.

« J’ai eu une bonne petite bataille avec Checo à la fin. Nous sommes restés propres et c’est le plus important – c’est une belle victoire aujourd’hui. Hier, il y a eu un petit contretemps, mais aujourd’hui, nous avons gardé notre calme, nous sommes restés propres, et gagner une course en partant de la 9e place est toujours très satisfaisant.

Communiqué la F1

QU’EST-CE QUE LA PROCHAINE ?

La F1 quittera les États-Unis pour l’Europe à l’occasion du Grand Prix d’Émilie-Romagne qui se déroulera à l’Autodromo Internazionale Enzo e Dino Ferrari, autrement dit Imola, du 19 au 21 mai.

Analyse par les Teams et Pilotes

Pirelli

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DU SPORT AUTOMOBILE :

 » La course de l’autodrome de Miami a été intense, Red Bull remportant une cinquième victoire consécutive depuis le début de la saison. Les pneus Pirelli ont joué un rôle important dans le duel entre Max Verstappen et Sergio Perez dès le départ, avec des choix de pneus différents de la part des deux coéquipiers : Perez a opté pour le médium attendu depuis la pole position tandis que Verstappen, en milieu de grille, a opté pour le dur. Au drapeau à damier, Verstappen a devancé Perez de cinq secondes, soulignant comment la gamme de composés apportée à Miami a permis des stratégies différentes qui étaient néanmoins assez proches en termes de temps de course global. Ce n’est pas une coïncidence si sept équipes sur dix ont choisi de répartir les choix de pneus entre leurs deux pilotes. Le pneu dur (C2) ne s’est pratiquement pas dégradé, ce qui a permis aux pilotes de pousser à fond jusqu’à la fin de longs relais très disputés. Verstappen en a fait la démonstration avec brio, en effectuant 45 tours sur le pneu dur – avec de nombreux dépassements – avant de s’arrêter pour passer au pneu médium. Le pneu médium a également bien fonctionné, notamment en termes de grainage, qui n’a pas été un facteur aussi limitant que prévu, notamment en raison de la pluie qui est tombée pendant la nuit. Le long relais initial de 24 tours de Fernando Alonso sur cette gomme, par exemple, a été l’une des clés de son quatrième podium en cinq courses ».

LA COURSE DU POINT DE VUE DES PNEUS

  • Max Verstappen, de Red Bull, a remporté son deuxième Grand Prix de Miami consécutif, devant son coéquipier Sergio Perez, parti en pole position. Le pilote d’Aston Martin Fernando Alonso, qui s’était élancé depuis la P2 sur la grille, complète le podium. Perez et Alonso ont commencé la course avec des pneus P Zero Yellow moyens, qu’ils ont échangés pour des P Zero White durs aux tours 20 et 24 respectivement. Verstappen est parti en dur et a réussi à prendre la tête avant de s’arrêter au 45e tour. Il a bouclé les 12 derniers tours en pneus medium, dépassant son coéquipier à quelques virages de son tour final, pour reprendre la tête.
  • Toutes les équipes ont adopté une stratégie à un seul arrêt, mais sept d’entre elles ont réparti les stratégies entre leurs pilotes en partant sur des composés différents. Ferrari et Williams ont décidé de faire partir leurs deux pilotes sur les mediums, tandis que McLaren a été la seule équipe à prendre les tendres au départ, espérant s’arrêter tôt pour se conformer au règlement qui prévoit l’utilisation de deux composés slicks pendant la course.
  • Logan Sargeant, pilote de Williams, a effectué le plus grand nombre de tours avec les pneus durs. Il les a chaussés au deuxième tour et les a conservés jusqu’à l’arrivée : 54 tours au total. Guanyu Zhou, d’Alfa Romeo, a effectué le plus grand nombre de tours (26) sur les mediums, tandis qu’Oscar Piastri, de McLaren, a été le plus prolifique sur les tendres pendant cinq tours au début de la course.
  • Vers la moitié de la course, tous les pilotes étaient sur le dur pendant sept tours. Parmi les pilotes qui ont commencé la course sur les mediums et les tendres, le dernier pilote à s’être arrêté est Alonso au 24e tour. Le premier pilote à passer du dur au médium a été Zhou au 31e tour.
  • Alonso a réalisé le tour le plus rapide sur le pneu dur (1m30.519s) tandis que Verstappen a réalisé le tour le plus rapide au total avec un temps de 1m29.708s sur le médium. Lando Norris a réalisé le meilleur temps des deux pilotes sur le tendre : 1m33.869s.
  • Après la pluie de la nuit, le temps était nuageux pour la course d’aujourd’hui avec des températures qui ont culminé à 30 degrés centigrades, tandis que les températures de l’asphalte sont restées entre 35 et 43 degrés.

QUELLE EST LA PROCHAINE ÉTAPE ?

La prochaine manche du championnat du monde de Formule 1 sera le Gran Premio del Made in Italy e dell’Emilia Romagna à Imola du 19 au 21 mai : la première course européenne de la saison. Les nouvelles règles d’allocation alternative des pneus seront testées lors des qualifications, chaque séance se déroulant exclusivement sur des pneus durs, moyens et tendres. Les nouveaux pneus Cinturato Blue Full Wet, qui n’utilisent pas de couvertures, feront également leurs débuts. Le Grand Prix de Monaco et le Grand Prix d’Espagne auront lieu les deux week-ends suivants.

Red Bull

Max Verstappen, #1, P1 :

J’avais bien sûr l’avantage avec les nouveaux pneus, mais je pense que c’est ce que nous aimons voir, nous sommes libres de courir.

« Aujourd’hui, c’était une bonne journée, je n’ai pas eu de problèmes au début et j’ai eu une course fluide, j’ai pris les voitures une par une. J’ai fait un bon relais avec les pneus durs, ce qui a contribué à ma victoire aujourd’hui. J’ai également eu une bonne bataille avec Checo vers la fin de la course. J’avais bien sûr l’avantage avec les pneus neufs, mais je pense que c’est ce que nous aimons voir, nous sommes libres de courir. Hier, c’était un peu un revers, aujourd’hui nous avons gardé notre calme et nous avons gagné la course depuis la 9e place, ce qui est très satisfaisant.

Sergio Perez, #11, P2 :

Je pense que la performance dont Max a fait preuve aujourd’hui n’était pas à ma portée, alors je dois comprendre pourquoi.

« Bravo à Max, il a fait une course extraordinaire et méritait de gagner, je suis vraiment heureux pour lui. Ce n’est pas toujours agréable de mener la course et de finir deuxième. Je n’avais certainement pas le rythme de Max et c’est quelque chose que nous allons analyser pour voir comment nous pouvons faire mieux. Quand j’ai vu la force de Max dans le peloton et que j’ai eu un peu de mal, je me suis dit que ça n’allait pas très bien. Partir de la pole position avec le pneu dur aurait été un pari stratégique. Bien sûr, je voulais gagner, mais je savais dès le début que la course s’annonçait délicate pour nous. C’est une leçon à tirer car Max avait clairement le rythme le plus rapide. Je pense que la performance dont Max a fait preuve aujourd’hui n’était pas à ma portée, alors je dois comprendre pourquoi. Je pense qu’une partie était liée aux pneus, mais dans l’ensemble, il était le meilleur pilote aujourd’hui. Nous aurions peut-être pu faire un peu plus ; c’est un peu dommage, mais en général, dans un week-end difficile, P2 n’est pas un mauvais résultat. Nous allons faire le point sur le week-end. Je veux revenir fort pour Imola et retrouver notre niveau normal.

Christian Horner :

Ils ont tous les deux donné le meilleur d’eux-mêmes, comme tout le monde ici et à Milton Keynes. C’était un effort d’équipe fantastique.

« Une nouvelle performance fantastique de l’équipe. C’est une grande victoire pour la deuxième fois ici à Miami, notre cinquième victoire et notre quatrième doublé de l’année – tout cela en partant de la première et de la neuvième place sur la grille – une énorme performance. Le départ de Max sur le pneu dur était un risque. Nos simulateurs nous disaient que la course serait plus lente qu’avec les pneus médiums. Il a voulu tenter sa chance et il l’a fait, en particulier du 20e au 42e tour. Son rythme sur ce pneu usé était supérieur. Il a été capable d’égaler et parfois de surpasser le rythme de Checo. Sergio a fait une course brillante et il savait que 19,8 était le chiffre magique pour garder Max derrière, mais quand Max est passé aux softs, avec l’adhérence supplémentaire et le rythme phénoménal qu’il a eu tout le week-end, il était à l’écart. Les deux pilotes ont fait une course acharnée et loyale, ce qui est ce que nous leur avons demandé. Ils ont tous les deux donné le meilleur d’eux-mêmes, comme tout le monde ici et à Milton Keynes. C’était un fantastique effort d’équipe.

Aston Martin

« Lance et Fernando ont tous deux piloté de manière irréprochable et ont exploité au maximum toutes les possibilités qui s’offraient à eux.

Fernando Alonso, #14, P3 :

« J’ai eu un après-midi un peu solitaire, mais j’ai apprécié ma course. Il n’y avait rien que je puisse vraiment faire contre Max [Verstappen] et Sergio [Perez] mais, heureusement, il n’y avait pas de pression aujourd’hui de l’arrière, donc nous prenons ce résultat. Nous avons décroché quatre podiums lors des cinq premières courses – et n’avons manqué le podium à Bakou que pour huit dixièmes de seconde – c’est donc un début de saison fantastique. Un jour, lorsque l’occasion de gagner se présentera, nous devrons nous assurer d’être dans la meilleure position possible pour en profiter. Et c’est exactement ce que nous faisons en ce moment ».

Lance Stroll, #18, P12 :

« La course a été difficile aujourd’hui et nous avons eu du mal à progresser depuis la 18e place sur la grille. La voiture se sentait bien, mais j’étais coincé dans un train de DRS avec beaucoup de trafic autour de moi. Nous avons opté pour un long relais en pneus durs et nous les avons bien gérés ; il s’agissait ensuite de décider quand rentrer au stand pour s’assurer qu’il restait assez de tours pour maximiser le rythme des pneus moyens. Je me suis amusé à doubler Alex [Albon] dans le premier virage mais, avec le recul, nous aurions pu faire un box quelques tours plus tôt pour essayer de rattraper la 10e position. C’est un week-end dont il faut tirer les leçons – ce que nous ferons – et j’ai hâte de retourner à Imola.

Tom McCullough, Directeur de la performance :

« C’était une course délicate à gérer. Lance et Fernando ont tous deux conduit de manière irréprochable et maximisé chaque opportunité – pour Fernando, cela s’est traduit par une troisième place et des points précieux ; pour Lance, il était difficile d’essayer de se frayer un chemin dans le trafic, mais il a réussi quelques dépassements fantastiques. Il était frustrant de ne pas pouvoir marquer de points à la fin de la course. La course de Fernando s’est résumée à gérer la stratégie du pneu moyen au pneu dur. Cela a bien fonctionné pour lui : Ferrari a tenté une attaque avec Carlos [Sainz], mais nous avons choisi d’équilibrer les relais et de le dépasser en piste. Après cela, Fernando a pu consolider sa troisième place et s’éloigner confortablement des voitures qui le suivaient. En l’absence de DNF et de Safety Cars, il était difficile pour Lance de progresser dans le peloton. Si l’on ajoute la faible dégradation des pneus, la situation devient encore plus délicate, car de nombreuses voitures peuvent rouler à un rythme similaire. Mais il a très bien géré sa course, s’est montré courageux sur les freins et a gagné beaucoup de places pour terminer 12ème. Nous concluons cette double confrontation en ayant marqué 37 points et en conservant la deuxième place du championnat des constructeurs. Un grand merci à toute l’équipe pour les efforts incroyables qu’elle a déployés ces dernières semaines. Nous allons nous ressaisir et revenir aussi forts pour la triple confrontation, qui débutera plus tard dans le mois.

Mercedes

Les performances acharnées des deux pilotes maximisent le résultat et permettent à l’équipe d’engranger de solides points dans le sud de la Floride.

  • George Russell a terminé quatrième et Lewis Hamilton sixième du Grand Prix de Miami 2023.
  • Sixième et treizième respectivement, George et Lewis ont adopté des stratégies différentes, George s’élançant avec le pneu médium et Lewis avec le pneu dur. Dans leurs premiers relais, les deux pilotes progressent régulièrement tout en se concentrant sur la conservation de la durée de vie des pneus.
  • Au 17ème tour, George s’arrête pour prendre le pneu dur. Tout en rejoignant l’avant de certains pilotes, il dépasse Esteban Ocon et se rapproche de la Ferrari de Carlos Sainz, le dépassant au 38e tour pour prendre la 4e place.
  • Lewis, quant à lui, attend son heure avec le pneu dur, tout en aidant la course de son coéquipier en le laissant passer pour attaquer les voitures qui le précèdent. Il est passé au pneu médium au 37ème tour et après avoir rejoint la P13, il a utilisé des gommes plus fraîches et une vitesse impressionnante pour se frayer un chemin jusqu’à la P6 au drapeau.
  • Avec une solide récolte de points, l’équipe réduit à six points l’écart qui la sépare d’Aston Martin, deuxième au championnat des constructeurs.

George Russell, #63, P4 :

C’était une course vraiment satisfaisante pour nous aujourd’hui. Après les difficultés rencontrées lors des qualifications, nous avons eu l’impression de vivre une journée plus normale. Terminer P4 au mérite et devant les Ferrari était le maximum que nous pouvions faire. La bataille avec Carlos (Sainz) a été très agréable. J’ai fait un bon mouvement qui a nécessité beaucoup d’engagement car la piste est très sale en dehors de la ligne. Merci à Lewis de m’avoir laissé passer et de m’avoir permis de poursuivre ma course, car nous étions dans des batailles différentes aujourd’hui. Nous avons une très bonne relation et nous ne voulons que le meilleur pour l’équipe. C’est ce à quoi nous travaillons.

Nous savons où nous en sommes pour le moment, et la voiture est toujours aussi difficile à conduire. Nous espérons avoir des mises à jour sur la voiture à Imola ; elles ne vont pas changer le monde pour nous, mais nous espérons que ce sera un pas dans la bonne direction. Malgré les points positifs d’aujourd’hui, nous savons que nous avons encore beaucoup de travail à faire et que nous devons apporter des améliorations significatives pour réduire l’écart avec Red Bull.

Lewis Hamilton, #44, P6 :

La course d’aujourd’hui a été bonne et je suis heureux que nous ayons progressé. Samedi a été difficile, mais j’essaie toujours de transformer le négatif en positif. Passer de P13 à P6 est satisfaisant et j’ai pris beaucoup de plaisir à me frayer un chemin ; c’était bien d’avoir plusieurs batailles, donc j’ai apprécié. Le départ n’a pas été spectaculaire car nous étions coincés dans un train de DRS et nous avions du mal à doubler. J’ai dû attendre mon heure, puis j’ai pu commencer à attaquer. La voiture était bien meilleure avec le pneu médium et s’est animée à la mi-course.

Ce sont de bons points pour l’équipe et je veux dire un grand merci à chacun d’entre eux. Ils gardent la tête baissée et travaillent dur pour s’améliorer. Nous ne sommes pas encore là où nous voulons être, mais le moral est toujours au beau fixe.

Toto Wolff, directeur de l’équipe et PDG :

Il y a deux ans, nous n’aurions pas été aussi satisfaits d’une P4 et d’une P6 qu’aujourd’hui. Nous savons que nous avons une voiture difficile et il est clair que les qualifications ont été un véritable défi. La voiture s’est améliorée en course et nous avons pu obtenir un résultat solide. Les deux pilotes se sont superbement comportés aujourd’hui. Il est difficile de dépasser si vous partez en P13 et que vous avez la même stratégie que tout le monde, alors nous avons choisi de faire partir Lewis avec le pneu dur. D’autres devant ont choisi de faire de même et, après n’avoir pas gagné de positions au départ, il semblait que cela pourrait être légèrement diminué. Mais nous avons fini par y arriver et nous avons maximisé le résultat. C’était également fantastique de voir la façon dont George et lui ont travaillé ensemble. Ce sont tous deux des pilotes incroyables, mais avec eux, c’est tellement simple. C’est une bonne chose pour nous dans cette période difficile.

Nous nous rendons maintenant à Imola et j’espère que nous ferons un pas de plus dans notre compréhension de la voiture. Nous sommes des gens qui voient le verre à moitié vide ici chez Mercedes ; je ne crois pas que nous irons là-bas et que nous serons au milieu de la lutte pour la victoire. Nous nous concentrons sur la compréhension des améliorations que nous apportons et sur l’établissement d’une bonne base.

Andrew Shovlin, directeur de l’ingénierie de piste :

Nous pouvons être satisfaits du résultat obtenu aujourd’hui compte tenu de nos positions de départ. Notre performance en qualification hier signifiait que les places sur le podium étaient hors de portée pour George, et Lewis avait une véritable montagne à gravir à partir de la 13e place. Néanmoins, grâce à d’excellents dépassements et à un bon travail d’équipe, Lewis permettant à George d’attaquer les voitures qui le précèdent, nous avons maximisé notre performance et nos points. Nous avons donc eu une journée décente au championnat ; nous sommes dans une lutte serrée avec Aston Martin et Ferrari et nous avons gagné du terrain.

Nous savons que nous ne sommes pas encore assez rapides et nous travaillons dur pour y remédier aussi vite que possible. Nous allons repartir d’ici et essayer de comprendre pourquoi nos performances sur un seul tour ont été si difficiles.

Ferrari

Un après-midi loin d’être facile

Ce ne fut pas le dimanche le plus facile pour la Scuderia Ferrari, qui revient des Etats-Unis avec une cinquième place pour Carlos Sainz et une septième pour Charles Leclerc au terme d’un Grand Prix de Miami où les limites de la SF-23 en configuration course ont été évidentes, alors que les deux pilotes s’étaient battus pour la pole position hier.

La course. Carlos s’est bien tiré d’affaire pour conserver la troisième place, mais il a rapidement dû céder sa place à Max Verstappen qui remontait à toute allure dans la hiérarchie. Après être passé des pneus Medium aux pneus Hard, Carlos a trouvé sa SF-23 difficile à conduire, ce qui signifiait que son rythme était irrégulier et dans le dernier tiers de la course, il a également perdu face à George Russell et a terminé cinquième. La course de Charles s’est déroulée de la même manière. Après être parti de la septième place, il est passé des pneus moyens aux pneus durs un tour avant son coéquipier, ce qui l’a fait sortir du top 10. Il a connu les mêmes problèmes de rythme, mais s’est finalement battu pour terminer là où il avait commencé.

En route pour Imola. Entre ce soir et demain, l’équipe retournera à Maranello pour commencer immédiatement à préparer le Grand Prix Made in Italy e dell’Emilia-Romagna, qui aura lieu le 21 mai, date à laquelle de nouvelles mises à jour sont prévues pour la SF-23. La détermination de l’équipe et des pilotes à bien faire va de soi, d’autant plus que les fans italiens seront présents en force à Imola.

Carlos Sainz, #55, P5 :

La course a été difficile pour nous. Mon premier relais sur les mediums était bon, mais nous avons essayé d’attaquer Fernando tôt et j’ai dû pousser les Hards trop fort immédiatement après la sortie des stands afin de traverser le trafic. Je pense que nous en avons un peu payé le prix, mais en général, nous avons clairement du mal avec le rythme de course. C’est frustrant, mais nous allons continuer à travailler pour trouver une solution et je suis confiant que nous pouvons progresser en tant qu’équipe pour les prochaines courses.

Charles Leclerc, #16, P7 :

J’ai eu du mal avec la voiture qui s’enfonçait à grande vitesse, ce que je n’avais pas connu depuis le début du week-end. J’ai dû me concentrer pour ramener la voiture à la maison, donc dans l’ensemble ce n’était pas une bonne course. Nous devons nous efforcer de comprendre pourquoi nous sommes si compétitifs en qualifications et si peu performants en course. Nous allons continuer à travailler et j’espère qu’avec les améliorations que nous allons apporter, nous pourrons faire un pas en avant.

Frédéric Vasseur Directeur de l’équipe :

Une fois de plus aujourd’hui, la différence significative entre le niveau de performance de la SF-23 en qualification et en course était évidente. Carlos et Charles ont tous deux trouvé la voiture difficile à conduire et cela se reflète dans le résultat. Carlos a été compétitif dans le premier relais, mais a ensuite eu beaucoup de mal à maintenir un rythme régulier après être passé sur les Hards, tandis que Charles a eu des difficultés sur les Mediums dans les premiers tours et n’a trouvé un bon rythme que dans les derniers tours.

Par conséquent, trouver une certaine régularité dans les performances de la voiture doit être notre priorité numéro un, en particulier en termes de gestion des pneus, afin que la confiance que les pilotes ont en qualifications puisse être reproduite en course.

Nous allons maintenant continuer à travailler sans relâche à Maranello sur le développement de mises à jour ainsi que sur l’optimisation de l’ensemble de la voiture, dans le but d’en tirer davantage lors de la prochaine course devant nos tifosi à Imola.

Alpine

Double points pour BWT Alpine F1 Team alors que Pierre termine huitième et Esteban neuvième à Miami

BWT Alpine F1 Team a marqué six points lors du Grand Prix de Miami d’aujourd’hui avec Pierre Gasly terminant huitième et Esteban Ocon neuvième dans une course très disputée dominée par la stratégie au Hard Rock Stadium.

Pierre a pris un départ brillant depuis la cinquième place sur la grille pour prendre la quatrième place au virage 1 – poursuivant son début de saison à 100% avec des gains au premier tour à chaque course – avec Esteban qui conserve également une place dans le top dix. Avec Pierre sur une stratégie moyennement difficile, il a cherché à repousser Charles Leclerc de Ferrari et Lewis Hamilton de Mercedes et a failli rester devant la paire de tête dans les phases finales.

Sur un plan difficile à moyen à un arrêt, la dernière étape de la course était celle où Esteban cherchait à gagner des places. Après un premier relais impressionnant où il a couru jusqu’à la troisième place, le Français s’est contenté de la neuvième place avec une course sans incident jusqu’à la ligne après son arrêt tardif pour les médiums.

Esteban Ocon, #31, P9 :

« C’est bien d’être de retour dans les points avec les deux voitures après une course décente pour l’équipe aujourd’hui. Nous avons opté pour la stratégie la plus agressive en optant pour une position longue en pneus durs dans le premier relais et cela n’a pas tout à fait payé à la fin. Nous avons eu de bonnes batailles avec Ferrari et Mercedes avec quelques bons dépassements tout au long. Notre rythme était soutenu, ce qui est encourageant pour la suite. Nous sommes satisfaits de notre travail aujourd’hui car je ne pense pas que nous aurions pu faire beaucoup plus. Bien sûr, il y a des choses que nous devons revoir et améliorer, mais c’est une longue saison et j’attends avec impatience le prochain triplé en Europe où nous devons enchaîner trois courses positives.

Pierre Gasly, #10, P8 :

« Je suis très satisfait du résultat de la course d’aujourd’hui, même si nous avons perdu notre position sur la grille. Cela allait toujours être une tâche difficile de rester derrière certaines des voitures les plus rapides comme Max [Verstappen] et Charles [Leclerc] mais se battre avec la Ferrari et la Mercedes jusqu’à la fin de la course est vraiment encourageant. Nous avons dû économiser un peu de carburant dans la seconde moitié de la course, donc le fait que nous soyons si proches de ce top six est un pas dans la bonne direction. Après deux courses difficiles pour l’équipe, il était important pour nous de marquer le double de points, alors félicitons tout le monde pour ce résultat ici à Miami. Nous allons tout analyser, voir où nous pouvons nous améliorer et arriver à Imola prêts à continuer à nous battre et à réduire l’écart avec nos rivaux devant nous.

Otmar Szafnauer, Team Principal :

« Nous pouvons tirer une certaine satisfaction de notre performance du week-end ici à Miami, culminant avec un doublé après deux belles courses de Pierre et Esteban. Notre rythme de course semblait solide, nous avons bien géré les pneus pour nous battre avec les voitures autour de nous et nous repartons d’ici avec des points au tableau. Il est clair que nous avons gagné sur certaines équipes rivales de la saison dernière avec Pierre près de tenir la Ferrari et la Mercedes à la fin et Esteban long sur son premier relais très bien sur le rythme de certaines des voitures de tête. Cela dit, la course d’aujourd’hui a également mis en évidence les domaines où nous devons apporter des améliorations immédiates. Ce sont des gains continus que nous devons trouver et avec quelques améliorations supplémentaires en cours pour Imola et les courses suivantes, nous pouvons nous attendre à mener ce combat à nos concurrents immédiats. Les deux semaines ont été chargées pour l’équipe et nous avons hâte de retourner à Viry et Enstone où nous analyserons les deux dernières courses avant de nous concentrer sur la triple tête.

Haas

Les pilotes de MoneyGram Haas F1 Team Kevin Magnussen et Nico Hulkenberg ont terminé respectivement 10e et 15e du Grand Prix de Miami, 5e manche du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2023, qui s’est déroulé dimanche à l’Autodrome international de Miami.

Magnussen s’est élancé en quatrième position sur les pneus Pirelli P Zero Yellow medium et a émergé en sixième position lors d’un premier tour disputé. Le Danois a été dépassé par le champion du monde Max Verstappen, qui n’était pas en position, avant de rentrer aux stands au 14e tour pour chausser des pneus durs blancs, complétant ainsi son arrêt obligatoire.

Après une bataille palpitante pendant plusieurs tours, Magnussen a finalement été dépassé par le pilote de la Scuderia Ferrari Charles Leclerc, tandis que Lewis Hamilton, de Mercedes, et Esteban Ocon, d’Alpine, ont profité de la stratégie alternative pour prendre également de l’avance. Magnussen a néanmoins fait preuve de suffisamment de vitesse pour compléter le top 10, offrant à MoneyGram Haas F1 Team son troisième résultat dans les points en cinq courses en 2023.

Hulkenberg s’est élancé de la 12e place en pneus durs et a prolongé son premier relais au cœur de l’action du milieu de peloton. L’Allemand est rentré aux stands au 33e tour, chaussant des pneus moyens, qu’il a conservés jusqu’au drapeau à damier, terminant en 15e position d’une course dans laquelle les 20 partants ont été classés.

MoneyGram Haas F1 Team conserve la septième place du championnat des constructeurs avec huit points.

En tête, Max Verstappen a mené Sergio Perez à la maison pour un 1-2 de Red Bull Racing, avec Fernando Alonso d’Aston Martin en troisième position.

Kevin Magnussen, #20, P10 :

« Je rêvais d’un peu plus d’un point, mais nous sommes venus ici pour marquer des points et terminer dans le top 10. Je ne pense pas que ce fut une course facile pour marquer des points parce que toutes les grandes équipes ont terminé là et P10 est plus ou moins le mieux que nous pouvions espérer en termes de rythme. Je pense que le rythme était bon, mais nous avons eu un peu plus de dégradation que le reste du peloton. C’était un bon week-end, en apportant quelque chose de bon à la voiture et en obtenant un point à la maison.

Nico Hulkenberg, #27, P15 :

« C’était une course délicate et difficile, qui ne s’est pas déroulée comme nous le souhaitions. Le départ était bon, mais je pense que nous avons eu des difficultés dans le trafic. Lorsque nous sommes entourés par d’autres voitures, nous luttons pour la cohérence et l’adhérence, ce qui a rendu les choses difficiles pour moi aujourd’hui. Cela se traduit également par une dégradation plus importante, donc ce n’est peut-être pas une bonne journée, mais je pense que nous avons tiré des leçons précieuses et que nous avons recueilli de bonnes données.

Guenther Steiner, directeur de l’équipe :

« Nous avons encore marqué des points, trois fois sur cinq cette année, et c’est bien, mais c’est un public difficile. Nous sommes là ou à peu près et si rien ne se passe à l’avant, nous nous battons pour les derniers points qui restent, et nous les avons obtenus ce week-end après une très bonne qualification. La course a très bien commencé, nous avons un peu reculé au milieu de la course, mais nous avons ramené un point à la maison. Dans l’ensemble, le bilan reste positif. C’est difficile et chaque point compte cette année, et nous devons être là quand il y a de gros points à distribuer. Je pense que nous sommes toujours là, donc ce jour viendra, mais nous avons tiré quelque chose de notre première course à domicile.

AlphaTauri

Yuki Tsunoda, #22, P11 :

« C’était une bonne course, un bon effort et une bonne récupération de la part de l’équipe et de moi-même. J’ai eu l’impression de pouvoir tirer le maximum de la voiture. C’est dommage de ne pas avoir pu marquer de points, j’ai tout donné, mais je suis content de ma performance. C’était une course difficile mentalement, il n’y avait pas beaucoup d’échappatoires parce qu’il y avait toujours quelqu’un devant ou derrière moi. Je ne m’attendais pas à ce que notre rythme de course soit aussi élevé, mais c’est encourageant pour les courses à venir. Je me suis senti en confiance avec les freins, c’est pourquoi j’ai pu faire beaucoup de dépassements en envoyant la voiture dans le virage. Nous avons apporté des améliorations à Imola, et nous espérons qu’elles nous permettront de marquer des points de manière régulière.

Nyck de Vries, #21, P18 :

« Après le premier tour, j’étais sur le reculoir. C’était une erreur de ma part, j’ai bloqué et Norris et moi nous sommes touchés. Cela a un peu compromis notre premier relais car il y avait beaucoup de vibrations à l’avant droit, ce qui a affecté notre rythme. Quand vous êtes si loin et hors de portée du DRS, vous perdez tellement de temps dans les lignes droites qu’il est difficile de vous rattraper. J’étais à l’arrière, seul, donc c’est naturellement plus facile quand vous ne vous battez pas aussi durement qu’au milieu du peloton, quand chaque moment compte. Le week-end s’est déroulé en dents de scie et a commencé difficilement ; hier, nous avons eu une meilleure journée et aujourd’hui, il est dommage que nous ayons perdu autant de positions dès le premier tour. Nous apportons des mises à jour à Imola, donc nous espérons que nous pourrons nous améliorer et repartir de l’avant.

Guillaume Dezoteux (Responsable de la performance des véhicules) :

« Nous pouvons être très satisfaits de la onzième position de Yuki. Il a terminé à seulement 1,3 seconde de Magnussen, qui s’est élancé de la deuxième ligne, et il a réussi à maintenir Stroll derrière lui jusqu’au drapeau à damier. Évidemment, nous aurions aimé marquer un point pour récompenser une course aussi solide, mais comme tout le monde a terminé la course, nous savions qu’à partir de la 17e place sur la grille, cela aurait été extrêmement difficile. Dans le premier relais en pneus durs, Yuki a été constant et patient, et sa bonne gestion des pneus lui a permis de faire de longues sorties. Après le ravitaillement au 37e tour, il s’est retrouvé devant Hulkenberg et a effectué de belles manœuvres de dépassement sur Albon et Bottas.

« La course de Nyck a été plus difficile. Après un gros blocage avant au départ, il a eu beaucoup de vibrations de ses pneus, ce qui a affecté son rythme. En passant aux pneus durs, l’équilibre et la performance se sont améliorés, ce qui lui a permis de dépasser Piastri en piste après de nombreux tours à se battre avec lui.

« Cette course est encourageante pour l’équipe. La voiture s’améliore de course en course, mais le milieu de terrain reste serré, ce qui rend difficile de finir dans les points. Nous avons une autre mise à jour importante de l’aérodynamique à Imola et nous espérons qu’elle nous aidera à nous améliorer encore, pour devenir des pilotes réguliers dans les points. »

Franz Tost (Directeur de l’équipe) :

« Je voudrais tout d’abord remercier les organisateurs pour ce lieu et cet événement fantastiques, ainsi que tous les fans qui sont venus nous voir. Je pense qu’ils ont vu une course intéressante, en particulier avec Max Verstappen qui a commencé hors de la position et s’est battu pour revenir, pour une nouvelle victoire impressionnante.

 » En ce qui concerne notre week-end de course, nous avons eu des difficultés depuis le début et nous nous sommes qualifiés seulement P15 avec Nyck et P17 avec Yuki. Nous avons choisi deux stratégies différentes pour cette course : Yuki est parti avec le pneu dur et Nyck avec le pneu médium. Yuki a pris un bon départ et a dépassé quelques voitures au premier tour, puis il a fait une très bonne course, très compétitive. Il a dépassé Albon à deux reprises, Hulkenberg et Bottas et a terminé en P11, à seulement 1,3 seconde de Magnussen. Yuki s’est également bien défendu contre Stroll dans les derniers tours, et je dois dire que notre voiture s’est montrée bien plus performante en course qu’en qualifications. Nous devons maintenant analyser ce que nous pouvons faire pour optimiser notre rythme de qualification. Nyck a pris un bon départ, mais dans le premier virage, il a percuté Norris en cassant un peu trop tard, ce qui a provoqué un méplat sur ses pneus et des vibrations. Nous l’avons fait rentrer pour passer du pneu médium au pneu dur, et le reste de l’après-midi s’est bien passé pour lui, mais il a perdu sa course à cause du contact au début. Les deux pilotes ont eu une bonne gestion des pneus, ce qui était également important pour la performance globale de la voiture.

Alfa Romeo

L’Alfa Romeo F1 Team Stake s’est battu lors du Grand Prix de Miami 2023, les deux voitures étant impliquées dans l’action des feux au drapeau. Malgré une performance fougueuse et un premier relais solide, Valtteri Bottas a terminé en dehors des points en 13e position, tandis que son coéquipier, Zhou Guanyu, a terminé sa performance en 16e position.

L’équipe rentre chez elle après deux semaines de course éprouvantes, et se concentre sur les améliorations à apporter pour le prochain événement – le Grand Prix d’Émilie-Romagne à Imola, dans quinze jours.

Alessandro Alunni Bravi, représentant de l’équipe :

« Nous avons vu de réels signes d’amélioration ce week-end, en particulier en qualification, qui avait été un point faible au début de la saison. Nous prenons cela comme un encouragement et une incitation à continuer à travailler dur. Nous n’avons peut-être pas marqué de points aujourd’hui, mais nous disposons d’une base sur laquelle nous pouvons construire – à partir de ce soir, à Hinwil, où l’équipe est déjà au travail, analysant la course d’aujourd’hui et produisant les améliorations qui feront leurs débuts à Imola. La course d’aujourd’hui nous a permis de nous battre pour une place dans le top 10 pendant une grande partie de l’après-midi : dans une course sans abandon, nous ne pouvions pas aller plus loin. La saison est encore longue, et nous sommes motivés pour faire un nouveau pas en avant la prochaine fois : tout le monde pousse pour cela et je suis confiant que nous continuerons à avancer dans la bonne direction. »

Valtteri Bottas, #77, P13 :

« Il y a quelques points positifs à retenir de ce week-end, même s’il y a encore beaucoup de travail à faire pour se battre dans le top 10. Le début de ma course a été plutôt bon : nous avons gagné quelques places et nous étions bien dans les points. J’ai fait de mon mieux pour continuer à me battre et défendre ma position ; malheureusement, nous n’avons pas eu le rythme que nous avions montré hier, lorsque nous avions réussi à être compétitifs sur un seul tour. Je pense que notre position finale reflète notre situation actuelle et nous devons continuer à travailler pour nous améliorer. Notre objectif principal doit maintenant être de faire ce pas en avant pour être à nouveau compétitifs. Nous apporterons de nouvelles pièces à Imola, et j’espère qu’elles nous permettront de progresser et de revenir dans la lutte pour les points. Je suis confiant dans le travail que nous faisons en tant qu’équipe et j’attends avec impatience les prochaines courses.

Zhou Guanyu, #24, P16 :

« Nous avons fait un pas en avant ce week-end, en particulier en qualifications, mais nous devons encore travailler dur pour revenir dans le top 10 dimanche. Aujourd’hui, il a été très difficile de briser le train du DRS et ce n’est qu’au fur et à mesure de la course que j’ai trouvé un peu plus de vitesse et d’espace. Nous prenons le positif de samedi et nous regardons vers l’avenir : Je sais que tout le monde travaille dur à la base pour progresser. J’attends avec impatience les améliorations que nous aurons à Imola, ainsi que les courses sur un circuit permanent, qui semble mieux convenir à notre package pour le moment. Nous gardons la tête haute et nous continuons à travailler dur.

Williams

Dave Robson, responsable de la performance des véhicules :

Nous n’avions pas le rythme nécessaire aujourd’hui pour nous battre avec les dix premiers. Nous pensions avoir passé une bonne journée hier et nous avons probablement commencé la course avec Alex quelques places plus haut que le rythme naturel de la FW45. Dans une course rare, sans abandon, sans pluie, sans drapeau ni voiture de sécurité, nous n’avons pas été en mesure de conserver notre position. Néanmoins, Alex a fait une bonne course avec Valtteri et Nico et pendant un moment, il a semblé qu’il allait les battre tous les deux. Alex a bien conduit et a poussé la voiture à fond en essayant de garder sa position, ce qui a conduit à une certaine dégradation des pneus.

Logan a été ambitieux dans le premier tour et a endommagé son aileron avant lors d’un contact mineur avec Lance. Nous avons profité de l’occasion pour le faire rentrer au stand, changer son aileron et prendre de l’air. Il a eu une course solitaire à partir de ce moment-là, mais il a tout de même fait preuve d’un bon rythme, malgré quelques dégâts au sol, pendant un très long relais sur le pneu dur. Il peut encore tirer beaucoup d’enseignements de cette journée et les mettre à profit pour un triple rendez-vous délicat, à commencer par Imola dans deux semaines.

Alex Albon, #23, P14 :

C’était une course assez délicate, nous n’avions tout simplement pas le rythme aujourd’hui. Je pense que nous étions partis en pensant que nous étions la neuvième voiture la plus rapide et aujourd’hui nous l’étions probablement. Nous gérions les pneus avant et arrière, mais je n’avais pas vraiment d’adhérence et je glissais. Les circuits à venir n’ont pas tendance à convenir à notre voiture et il y a quelques améliorations apportées par d’autres équipes, donc nous devons juste être au top pour qu’ils ne nous distancent pas. Il y a des points positifs à retenir de ce week-end, mais des courses comme celle d’aujourd’hui nous exposent un peu et nous montrent où nous en sommes vraiment.

Logan Sargeant, #2, P20 :

J’ai mis la voiture dans un endroit où je n’aurais pas dû au premier tour et j’ai arraché mon aileron avant. A partir de là, l’après-midi a été difficile. Je m’excuse auprès de l’équipe pour mon erreur. Une fois que nous sommes repartis pour un long relais en pneus durs, j’ai eu l’impression de bien gérer la situation. Les pneus étaient en difficulté à la fin, mais c’était prévisible. Avec une stratégie normale, notre rythme aurait été plutôt solide, tout compte fait. Malgré tout, j’ai adoré ce week-end.

McLaren

« NOUS RETOURNERONS AU MTC, NOUS NOUS REMETTRONS À ZÉRO ET NOUS CONTINUERONS À TRAVAILLER DUR POUR OBTENIR UN MEILLEUR RÉSULTAT LORS DE LA PROCHAINE ÉDITION ».

Ce qui s’est passé :

– Lando et Oscar ont tous deux pris le départ de la course avec le pneu Soft.

– De Vries a bloqué au premier virage et a percuté l’arrière de la voiture de Lando, qui a rétrogradé à la 19e place.

– Oscar prend un bon départ, gagnant cinq places pour atteindre la 14e position.

– Lando et Oscar s’arrêtent consécutivement au début de la course pour échanger leurs pneus tendres contre des pneus durs neufs.

– Après la première série d’arrêts au stand, Lando est 16e et Oscar 18e, deux places plus loin.

– Lando est dépassé par Albon, qui rétrograde à la 17e place.

– Piastri est dépassé par De Vries pour la 18ème place.

Lando Norris, #4, P17 :

« Une journée difficile. Nous avons eu du mal à trouver le rythme. J’ai pris un bon départ, mais nous avons été percutés par l’arrière dans le premier virage, ce qui nous a relégués à l’arrière. Nous avions essayé une stratégie différente, qui nécessitait que quelque chose d’excitant se produise pendant la course, mais cela n’a pas fonctionné. Nous allons retourner au MTC, nous réinitialiser et continuer à travailler dur pour obtenir un meilleur résultat lors de la prochaine course.

Oscar Piastri, #81, P19 :

« J’ai eu beaucoup de problèmes avec la voiture pendant la course. Nous avons eu une panne au bout de six ou sept tours sur le système de freinage électrique. J’ai géré beaucoup de problèmes par la suite. J’ai fait un très bon premier tour, où j’ai réussi à doubler cinq voitures, ce qui a été le point fort du week-end. Pour le reste, c’était un après-midi frustrant, à essayer de contourner tous les problèmes.  Nous allons maintenant baisser la tête et nous concentrer sur un meilleur week-end à Imola.

Andrea Stella :

« Compte tenu de nos positions sur la grille, nous avions besoin d’un bon départ, d’une course mouvementée et d’une forte dégradation des pneus pour entrer dans les points. Malheureusement, aucune de ces conditions ne s’est matérialisée et la course a été une sorte de procession à l’arrière pour nous. Au premier virage, Lando a été percuté par l’arrière après avoir gagné quelques positions, ce qui lui a coûté 2 à 3 dixièmes par tour et l’a relégué à l’arrière. Oscar a eu un problème de freinage par câble pendant toute la course et a fait un travail incroyable pour y faire face en minimisant les conséquences et en gardant un rythme décent. 

« Le principal enseignement que nous pouvons tirer de Miami est que nous n’avons pas été assez rapides ce week-end. Après avoir marqué des points à Bakou, ce week-end est un test de réalité sur la quantité de travail qui nous attend. Le plan ne change pas : nous avons de bons développements à venir, nous gardons la tête baissée, nous nous regroupons et nous repartons à Imola. »