24 H du Mans, Toyota vainqueur et titré chez les constructeurs

Posted by

La TS050 HYBRID N°8 du team Toyota Gazoo Racing, pilotée par Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley, a remporté la 88e édition des 24 Heures du Mans, 7ème manche du Championnat FIA WEC Saison 8.

#8 TOYOTA GAZOO RACING , TOYOTA TS050 HYBRID LMP1 HYBRID, SEBASTIEN BUEMI (CHE) KAZUKI NAKAJIMA (JPN) BRENDON HARTLEY (NZL)

Il s’agit de la troisième victoire de la Saison 8, du WEC pour la N°8, et aussi de la troisième victoire consécutive de Toyota au Mans. Le triomphe de Toyota dans la Sarthe signifie aussi que l’équipe japonaise a d’ores et déjà remporté le Championnat du Monde d’Endurance FIA 2020 catégorie LMP1, avant la manche restant à venir au Bahreïn.

DEPART

Cette année, la course du Mans s’est déroulée à huis clos et a vu un total de 11 abandons (sur 59 engagés) et quatre interventions de la voiture de sécurité durant la course. Malgré la menace de pluie à la tombée de la nuit, la course s’est déroulée entièrement sur le sec.

#8 TOYOTA GAZOO RACING / JPN / Toyota TS050 – Hybrid

La Gibson R13 N°1 du team Rebellion, pilotée par Gustavo Menezes, Bruno Senna et Norman Nato, a terminé à la deuxième place, cinq tours derrière la Toyota victorieuse (387 tours).

#1 REBELLION RACING, REBELLION R13 GIBSON LMP1, BRUNO SENNA (BRA) NORMAN NATO (FRA) GUSTAVO MENEZES (USA)

La Toyota TS050 HYBRID N°7 pilotée par Jose-Maria Lopez, Mike Conway et Kamui Kobayashi complète le podium après s’être élancée de la pole position. Le trio a dominé durant les 12 premières heures avant un arrêt de 30 minutes dans les stands pour remplacer le turbo, ramenant l’équipage derrière la voiture sœur N°8.

#7 TOYOTA GAZOO RACING, Toyota TS050 – Hybrid

La N°3, deuxième voiture engagée par le team Rebellion Racing en LMP1 et pilotée par Romain Dumas, Nathanaël Berthon et Louis Deletraz a connu des problèmes d’embrayage intermittents et termine quatrième. La dernière heure de course a été particulièrement dramatique lorsque Deletraz a heurté les barrières à Indianapolis et a dû rentrer au stand pour changer le train avant de la voiture.  L’équipe a également été pénalisée de 30 secondes en raison de cet accident. Le team suisse a pu réparer et Deletraz a pu passer la ligne d’arrivée.

#8 TOYOTA GAZOO RACING, TOYOTA TS050 HYBRID LMP1 HYBRID SEBASTIEN BUEMI (CHE) KAZUKI NAKAJIMA (JPN) BRENDON HARTLEY (NZL)

Par ailleurs, l’équipe autrichienne ByKolles Racing a abandonné dans la huitième heure de course.  La N°4 Enso CLM P1/01 avait huit tours de retard en raison d’un problème précoce d’alternateur et a rencontré d’autres soucis lorsque Bruno Spengler est sorti de piste peu après que la voiture ait perdu une aile.

Podium – 24h of Le Mans

 

 

United Autosports remporte le Trophée FIA WEC des équipes catégorie LMP2

Phil Hanson, Filipe Albuquerque et Paul Di Resta du team United Autosports remportent leur quatrième victoire consécutive en catégorie LMP2 et leur tout premier trophée au Mans après avoir remporté la catégorie au Mans aujourd’hui.

#22 UNITED AUTOSPORTS, ORECA 07 GIBSON LMP2 PHILIP HANSON (GBR) FILIPE ALBUQUERQUE (PRT) PAUL DI RESTA (GBR)

Il s’agit du tout premier titre WEC pour l’écurie privée britannique qui a obtenu suffisamment de points pour s’assurer le prestigieux titre à une manche de la fin.

Le team United Autosports a finalement terminé la course avec 32’’831 d’avance sur les vice-champions du team JOTA (N°38) , à la poursuite de la N°22 mais dans l’impossibilité de la rejoindre Anthony Davidson ayant dû passé par les stands pour un ravitaillement de dernière minute.

#31 PANIS RACING, ORECA 07 GIBSON LMP2 JULIEN CANAL (FRA) NICOLAS JAMIN (FRA) MATTHIEU VAXIVIERE (FRA)

Le team Signatech Alpine Elf, vainqueur au Mans et vainqueur de sa catégorie au général l’année dernière, termine à la troisième place au classement WEC (et à la quatrième place au classement général, derrière la N°31 du team Panis Racing).  Le trio du team Signatech United Autosports, Phil Hanson, Filipe Albuquerque et Paul Di Resta a réalisé une superbe remontée, la N°36 ayant passé beaucoup de temps dans les stands en début de course en raison d’un problème de pression d’eau.

#38 JOTA, ORECA 07 GIBSON LMP2 ANTHONY DAVIDSON (GBR) ANTONIO FELIX DA COSTA (PRT) ROBERTO GONZALEZ (MEX)

La voiture du team Cool Racing, pilotée par Nicolas Lapierre, Antonin Borga et Alexandre Coigny, termine quatrième au classement du WEC (et septième au classement général). L’équipe basée en Suisse a réalisé une course relativement sans encombre, le seul problème de cette voiture N°42 ayant été une crevaison à l’arrière gauche.

Le team italien Cetilar Racing termine à la cinquième place au classement du Championnat du Monde d’Endurance et à la dixième place de sa catégorie. Le trio a réalisé une excellente performance tout au long des 24 Heures, notamment une lutte serrée avec l’équipage 100% féminin du Richard Mille Racing Team (N°50), qui termine finalement une place devant.

Par ailleurs, le Racing Team Nederland (N°29) a vécu une course difficile, terminant finalement sixième de la catégorie au classement WEC (et 15ème au classement général). En début de course, l’équipe néerlandaise a rencontré des difficultés suite à une surchauffe moteur. Un impact avec une voiture de la catégorie LMGTE Pro a également entraîné des soucis d’équilibrage de l’auto et plus tard dans la course, la voiture a perdu beaucoup de temps dans les stands à cause d’une conduite d’huile fissuré.

La voiture N°33 du team High Class Racing a abandonné quelques heures après le début de course en raison de problèmes persistants de boîte de vitesses.

LMP2 Podium

Tout au long de la course, les 24 représentants de la catégorie ont rencontré beaucoup de rebondissements, notamment une disqualification des leaders de la catégorie, la N°37 du team Jackie Chan DC Racing.  La voiture a écopé d’un drapeau noir après que les commissaires aient déclaré une assistance extérieure lorsque l’ORECA s’est arrêtée en piste avec Gabriel Aubry au volant.

Aston Martin Racing célèbre sa victoire au Mans en catégorie LMGTE Pro et Am.

Le drapeau du Royaume-Uni va flotter fièrement devant l’usine d’Aston Martin Racing qui a établi aujourd’hui ses meilleurs résultats aux 24 Heures du Mans.

La victoire dans les catégories LMGTE Pro et GTE Am n’aurait pu être que meilleure qu’avec la présence des fans, ce qui n’a malheureusement pas été possible cette année en raison de la situation sanitaire liée au COVID.

Les 1ère et 3ème places obtenues en LMGTE Pro permettent à Aston Martin de remporter son premier Championnat du Monde FIA des Constructeurs en Endurance dans la catégorie GTE.

LMGTE Pro

La catégorie LMGTE Pro a permis à Ferrari et Aston Martin de s’affronter sans relâche pendant les 24 heures de course. Cette année, la course s’est déroulée pour la première fois à huis clos, ce qui n’a pas empêché l’action en piste. 

C’est l’Aston Martin Vantage AMR N°97 d’Alex Lynn, Maxime Martin et Harry Tincknell qui a remporté la victoire en passant le drapeau à damier.  Il s’agit de la deuxième victoire de l’association Martin/Lynn après celle de Spa 2019 la saison dernière, et c’est aussi la 10ème victoire en WEC pour la N°97. Tincknell a fêté sa victoire à l’occasion de ses débuts avec le constructeur.

#97 ASTON MARTIN RACING, ASTON MARTIN VANTAGE AMR LM GTE PRO MAXIME MARTIN (BEL) ALEX LYNN (GBR) HARRY TINCKNELL (GBR)

Les vainqueurs de la catégorie GTE Pro au Mans l’an dernier, Alessandro Pier Guidi, James Calado et Daniel Serra au volant de la Ferrari 488 GTE Evo N° 51 du team AF Corse, ont terminé à la deuxième place, à 1’33’’ après 24 heures d’une course acharnée. Le trio a tout donné et mené durant de nombreux relais grâce à différentes stratégies de pit-stop, mais la balance a penché en faveur d’Aston Martin pour l’édition 2020. 

En troisième position de la catégorie, on retrouve la voiture sœur Aston Martin Vantage N°95 pilotée par Nicki Thiim, Marco Sørensen et Richard Westbrook, qui a terminé à 3 tours après quelques retards cumulés. Ces points les maintiennent en tête du Championnat du Monde FIA des pilotes GTE, une course au titre qui sera réglée au Bahreïn.

#51 AF CORSE, FERRARI 488 GTE EVO LM GTE PRO ALESSANDRO PIER GUIDI I(TA) JAMES CALADO (GBR) DANIEL SERRA (BRA)

Jusqu’au dernier tour, la quatrième place semblait assurée pour la Ferrari N°71 du team AF Corse pilotée par Davide Rigon, Miguel Molina et Sam Bird, de retour sur Ferrari. Mais une défaillance de la boîte de vitesse dans le dernier tour ne leur aura pas permis de passer le drapeau à damier, ni de figurer au classement. La Ferrari N°82 du team Risi Competizione s’empare de la 4ème place.

Le Porsche GT Team ne gardera pas un bon souvenir de cette édition, les deux voitures n’arrivant pas à suivre le rythme imposé des Aston Martin et des Ferrari, et toutes deux souffrant de problèmes de direction assistée qui leur ont valu un retard en raison d’un passage au stand avant de pouvoir reprendre la piste. La voiture N° 91 termine 5ème et la N°92 en 6ème position.

LMGTE Am

La journée exceptionnelle d’Aston Martin a été également couronnée par la victoire du team client TF Sport en catégorie Am, le premier podium de la marque dans cette catégorie depuis 2014. 

#90 TF SPORT, ASTON MARTIN VANTAGE AMR LM GTE AM SALIH YOLUC (TUR) CHARLES EASTWOOD (IRL) JONATHAN ADAM (GBR)

L’Aston Martin Vantage AMR N°90 pilotée par Salih Yoluc, Charlie Eastwood et Jonny Adam a terminé avec 49’’ d’avance sur la Porsche N°77 du team Dempsey Proton Racing après un parcours sans faute tout au long de la course.  Le pilote d’usine Jonny Adam devient le premier vainqueur au Mans dans les deux catégories GTE du WEC et Salih Yoluc devient le premier vainqueur turc au Mans.  

Pendant une grande partie de la course, l’Aston Martin TF Sport a dû batailler ferme avec l’Aston Martin Racing N°98 pilotée par Augusto Farfus, Ross Gunn et Paul Dalla Lana jusqu’à ce que leur voiture rencontre des problèmes de suspension arrière à huit heures de l’arrivée.  Bien qu’étant hors-jeu, elle a récupéré du terrain dans les dernières heures pour terminer 8ème de sa catégorie.

#77 DEMPSEY-PROTON RACING, PORSCHE 911 RSR LM GTE AM CHRISTIAN RIED (DEU) RICCARDO PERA (ITA) MATT CAMPBELL (AUS)

L’écart entre les leaders et le reste du peloton de la catégorie GTE Am s’est creusé jusqu’à ce qu’une voiture de sécurité intervienne durant la dernière heure, la quatrième intervention de la course, venant combler l’écart.  Lorsque la course a pu être relancée, le team TF Sport a assuré son avance, mais l’action a été très serrée à l’arrière pour les 2ième et 3ième places du podium.  Christian Ried, Riccardo Pera et Matt Campbell, qui se sont battus toute la nuit, en ont profité pour s’emparer de la deuxième place avec la Porsche 911 RSR N°77 du team Dempsey Proton Racing.

#83 AF CORSE, FERRARI 488 GTE EVO LM GTE AM FRANCOIS PERRODO (FRA) EMMANUEL COLLARD (FRA) NICKLAS NIELSEN (DNK)

La Ferrari 488 GTE EVO N°83 du team AF Corse pilotée par François Perrodo, Emmanuel Collard et Nicklas Nielsen, termine 3ème de sa catégorie à seulement 3 secondes d’écart. La quatrième place est revenue à la Porsche N°56 du team Project 1, l’équipe allemande ayant vécu des 24 Heures du Mans peu satisfaisantes.

Classements ici

LES RÉACTIONS DES VAINQUEURS DE LA 88E ÉDITION DES 24 HEURES DU MANS

Retrouvez les réactions de Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley, les pilotes de la Toyota TS050 Hybrid #8 de Toyota Gazoo Racing et vainqueurs de la 88e édition des 24 Heures du Mans. Ils permettent au constructeur japonais de remporter la classique mancelle une troisième fois d’affilée et ainsi de conserver définitivement le trophée de l’épreuve.

Sébastien Buemi : « C’est un sentiment assez exceptionnel de se dire que nous avons remporté les 24 Heures du Mans pour la troisième fois. C’est vrai que nous sommes passés par toutes les émotions durant cette course. Elle a mal démarré pour nous car nous avons d’abord été victimes d’une crevaison puis de problèmes de freins. Nous avons perdu deux tours en changeant les pièces défectueuses. À ce moment-là, nous avons cru que nous avions perdu toutes nos chances de victoire. Puis quelques heures plus tard, les choses ont tourné en notre faveur. Nous nous sommes retrouvés en tête puis nous avons remporté la course. C’est la preuve qu’aux 24 Heures du Mans rien n’est acquis. »

Brendon Hartley : « Je suis fier de mes coéquipiers et de toute l’équipe. Sébastien et Kazuki m’ont aidé à me mettre au niveau de cette voiture. Ce n’est pas la même émotion car il manquait les fans. Toutefois, remporter les 24 Heures du Mans pour la deuxième fois, c’est fantastique et malgré les problèmes mécaniques que nous avons rencontrés. »

Kazuki Nakajima : « C’était génial d’être dans la voiture pour le dernier relais et cette troisième victoire d’affilée aux 24 Heures du Mans avec la TS050 Hybrid. Comme mes coéquipiers l’ont expliqué, cette course a été un véritable ascenseur émotionnel. Cependant, je pense que tout les membres de l’équipe ont effectué un superbe travail. Je suis fier de faire partie de cette écurie. Après que la #7 ai connu, elle aussi, des problèmes mécaniques, la course a été plus simple pour nous. »

24 HEURES DU MANS – RÉACTIONS DES VAINQUEURS DE LA CATÉGORIE LMP2

Au l’issue d’une course particulièrement intense et âprement disputée en catégorie LMP2, c’est finalement l’équipage de l’Oreca 07-Gibson United Autosports qui l’emporte.

Au terme d’une course riche en rebondissements, c’est la voiture #22 de l’équipe United Autosports qui s’impose en catégorie LMP2 avec le trio Phil Hanson/Filipe Albuquerque/Paul Di Resta devant la voiture #38 Jota et la voiture #31 Panis Racing. L’équipe remporte également le Trophée Endurance FIA des équipes et pilotes LMP2.

Phil Hanson, jeune pilote britannique de 21 ans qui compte 3 participations aux 24 Heures du Mans, indique : « Je suis très heureux d’avoir décroché cette victoire. La fin de course a été tendue parce qu’on ne savait pas si JOTA allait s’arrêter ou non, cela nous a obligé à attaquer jusqu’à la fin ! Ce ne sont pas les mêmes émotions que quand on n’a qu’à dérouler pour aller jusqu’à la ligne »

Filipe Albuquerque, habitué au circuit avec 6 participations à la course, livre son sentiment : « Nous avons participé à cette course à plusieurs reprises, c’est d’ailleurs ma septième venue au Mans, et nous aurions pu jouer la victoire mais à chaque fois nous avons rencontré un imprévu nous empêchant d’y parvenir. L’entrée en piste de la voiture de sécurité à plusieurs reprises a joué tantôt en faveur de JOTA tantôt pour nous. Même à dix minutes de la fin de la course, la victoire n’était pas acquise. Nous avions 50 secondes d’avance sur l’équipe JOTA et nous devions marquer un arrêt au stand pour faire le plein de carburant, nous étions donc dans l’incertitude. Ce n’est pas vous qui choisissez Le Mans, c’est Le Mans qui vous choisit et c’est la quatrième victoire de l’équipe en Championnat d’Endurance FIA WEC! J’attendais avec impatience que ce jour arrive et j’ai tout fait pour y parvenir. La catégorie LMP2 est très disputée avec des pilotes de bon niveau et très compétitifs. »

Paul Di Resta, qui a déjà participé aux éditions 2018 et 2019, raconte : « Pour moi cette victoire est exceptionnelle, gagner Le Mans est quelque chose d’unique. Nous savions que nous étions en position pour jouer la victoire. Je pense que la catégorie LMP2 a été la classe la plus difficile à gagner. Donc nous allons fêter cette victoire cet après-midi et l’important c’est vraiment de saluer le travail de toute l’équipe. Elle n’a pas ménagé ses efforts pour préparer la voiture et la rendre la plus compétitive possible. »

RÉACTIONS DES VAINQUEURS LMGTE AM

A l’issue de cette 88e édition, le triomphe d’Aston Martin dans les deux catégories LMGTE est total. En LMGTE Am, la victoire a récompensé l’un des équipages les plus compétitifs de ces dernières années. Déjà victorieux à plusieurs reprises en Championnat du Monde d’Endurance, Salih Yoluc, Charlie Eastwood et Jonny Adam signent leur plus beau succès commun.

Jonny Adam avait déjà connu les joies de la victoire en 2017. C’était en catégorie LMGTE Pro, à l’issue d’un duel époustouflant avec Corvette Racing qui s’était conclu dans l’avant-dernier tour de course. Il s’agit en revanche d’une première pour Charlie Eastwood, et plus encore pour Salih Yoluc, premier pilote turc vainqueur dans la Sarthe. Et aussi une magnifique récompense pour l’un des équipages les plus rapides et homogènes issus ces dernières années de la pyramide de l’endurance, de l’European Le Mans Series aux 24 Heures du Mans, en passant par le Championnat du Monde d’Endurance FIA.

Les 8 Heures de Bahreïn, dernière manche du Championnat du Monde FIA d’Endurance 2020, auront lieu le 14 novembre.

Communiqué WEC, Catherine Vatteoni

Pht. : Wec et ACO