5 décembre 2022

WRC : Tänak tient tête à Lappi en Finlande vendredi (video)

L’Estonien Ott Tänak a su conserver son sang-froid malgré la pression croissante d’Esapekka Lappi pour conserver les commandes du Secto Rally Finland après une première étape menée à toute allure vendredi.

Double vainqueur en Finlande, Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) ravissait la première place à son équipier et premier leader Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) dès la première spéciale du vendredi et s’y accrochait tout au long de la journée.

#8, Ott Tänak, Hyundai, P1. pht. Red Bull

Malgré quelques frustrations liées à ses réglages et mettant à mal sa confiance pendant la première moitié de l’étape au nord de la ville hôte de Jyväskylä, l’Estonien réalisait une superbe prestation sur les routes ultra-rapides sur terre pour maintenir son rythme et reléguer Esapekka Lappi (Toyota GR Yaris Rally1) à 6 »2 à mi-parcours.

Esapekka Lappi, lui aussi ancien vainqueur en Finlande, lui répondait en faisant monter la pression dans l’après-midi. Le Finlandais remportait trois spéciales dans la deuxième boucle pour réduire son déficit, sans toutefois parvenir à ravir les commandes à son rival.

#4, Esapekka Lappi (P2) a haussé le rythme en fin de journée. pht. Toyota

 

Au moment de retrouver le parc d’assistance, Ott Tänak avait conservé un avantage s’élevant à 3 »8.

« C’est clairement mieux que ce à quoi nous nous attendions », déclarait le leader. « Nous ne nous attendions pas vraiment à être dans le match, donc c’est vraiment positif de terminer la journée à cette position. Les autres ont été un peu lents à se réveiller, mais il semble que les Toyota arrivent petit à petit à leur niveau. Nous verrons demain. La météo va probablement changer un peu aussi, mais je dirais que j’étais à la limite dès le premier virage de la première spéciale. »

#33, Elfyn Evans, Toyota, P3. pht. Red Bull

Après un début de journée prudent, Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) conservait la troisième place avec 12 »2 de retard sur Esapekka Lappi et 1 »7 devant un autre de ses équipiers, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1). Leader du championnat, ce dernier avait la délicate mission d’ouvrir la route vendredi et avait du mal à trouver toute la motricité nécessaire dans les sections les plus tendres. Malgré quelques frayeurs, le pilote âgé de vingt-et-un ans attaquera la deuxième étape avec une position plus favorable dans l’ordre des départs et il a d’ores et déjà promis d’attaquer dans les spéciales de son pays.

Cinquième, Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1) pointait à plus d’une demi-minute de la tête. Le leader du M-Sport Ford World Rally Team avait surmonté un problème d’intercom dans l’ES2 avant de se montrer dubitatif sur son rythme ne lui permettant pas de se battre pour des scratches. Le Japonais Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) en profitait également pour revenir à 3 »9 seulement.

#69, Kalle Rovanperä (P4) a souffert de sa position de départ

 

Frustré par sa septième place à l’issue de la journée, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) n’était pas satisfait de ses réglages – comme Ott Tänak – et semblait en difficulté pour maîtriser l’arrière de sa voiture.

#42, Craig Breen (P5) M-Sport Ford Puma Rally1. pht. Red Bull

Jeunes protégés du M-Sport Ford World Rally Team, Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1) et Gus Greensmith (M-Sport Ford Puma Rally1) se classaient respectivement huitième et neuvième tandis que Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) complétait le top dix tout en menant les débats en WRC2.

Les débuts dans l’élite de Jari Huttunen (M-Sport Ford Puma Rally1) tournaient au vinaigre lorsque le Finlandais était victime d’un problème de pression d’essence le faisant chuter dans la hiérarchie en fin de journée. Son équipier Adrien Fourmaux (M-Sport Ford Puma Rally1) était également en difficulté après avoir endommagé un arbre de transmission, puis connu une panne de direction assistée lui coûtant près de vingt minutes dans la matinée.

Oliver Solberg (Hyundai i20 N Rally1) était la principale victime du vendredi après un tonneau dans le premier virage de la première spéciale du jour. L’arceau de sécurité étant endommagé, le Suédois ne repartira ni samedi, ni dimanche.

Classements vendredi ici

Samedi, la deuxième étape du Secto Rally Finland sera disputée autour de Jämsä avec 150,30 km d’action au programme, soit près de la moitié de la distance compétitive du rallye.

 

WRC2

Suninen prend les rênes

Le Finlandais Teemu Suninen a réalisé une belle démonstration devant ses fans et compatriotes pour terminer la première étape du Secto Rally Finland avec une confortable avance en WRC2.

En quête d’une première victoire cette saison dans l’antichambre de la catégorie reine, Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) exprimait clairement ses intentions lors de la première journée complète d’action dans les forêts finlandaises.

#21, Teemu Suninen, Hyundai, P1

Le Finlandais signait le temps de référence sur sept des neuf spéciales ultra-rapides du jour et retrouvait le parc d’assistance de Jyväskylä avec 19 »4 d’avance sur son plus proche poursuivant, Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2), et la dixième place au général.

Emil Lindholm (P2) a sorti la grosse attaque

 

« C’était une bonne journée », confiait le leader. « Nous avons beaucoup attaqué et nos adversaires nous mettent un peu sous pression. Un samedi difficile nous attend avec de longues spéciales et de grosses bosses, mais nous continuerons surtout de faire ce que nous avons fait aujourd’hui. »

En parallèle, Emil Lindholm menait la catégorie WRC2 Junior et estimait ne pas pouvoir attaquer plus. Il profitait toutefois de son offensive pour prendre l’ascendant sur Mikko Heikkilä (Škoda Fabia Rally2) dans le dernier test du jour, Sahloinen-Moksi, pour trois dixièmes de seconde seulement.

Sami Pajari (Škoda Fabia Rally2) faisait encore forte impression pour son deuxième départ en WRC2. Le pilote âgé de vingt ans affichait régulièrement un rythme digne du podium et ne pointait qu’à 6 »8 de Mikko Heikkilä en fin de journée.

Mikko Heikkilä a cédé une place dans la dernière spéciale du jour

 

Malgré une grosse chaleur à haute vitesse dans l’ES9, Egon Kaur (Volkswagen Polo GTI R5) complétait le top cinq à 46 »7 du leader et 5 »0 devant Hayden Paddon (Hyundai i20 N Rally2), déterminé à remonter dans la hiérarchie samedi.

Dans le même temps, Gaurav Gill (Škoda Fabia Rally2) abandonnait dans la première spéciale, tout comme Josh McErlean (Hyundai i20 N Rally2), trahi par sa direction endommagée après avoir tapé une pierre.

WRC3

Joona s’échappe en tête malgré ses soucis

Le Finlandais Lauri Joona a su surmonter des problèmes de direction dans la boucle matinale du vendredi pour prendre 45 »1 d’avance en tête du WRC3 au Secto Rally Finland.

Lauri Joona, P1

Bien connu du FIA Junior WRC, Lauri Joona faisait part d’une sensation étrange au volant de sa Ford Fiesta Rally3 lors de la première boucle, mais cela n’empêchait pas le Finlandais de retrouver le parc d’assistance avec 12 »7 d’avance sur le débutant Toni Herranen à mi-journée.

En repartant de Jyväskylä avec une nouvelle crémaillère de direction, Lauri Joona creusait l’écart et portait son avantage à 17 »0 avant une dernière boucle pluvieuse où il enfonçait le clou en portant sa série à quatre scratches consécutifs pour finir la journée.

« Le problème de direction assistée était dû à la casse d’un support, mais nous l’avons trouvé et nous sommes toujours là fort heureusement », confiait le leader à WRC.com. « Le reste de la journée s’est plutôt bien passé. Nous n’avons commis aucune erreur et nous avons trouvé de bons réglages pour la voiture. »

Toni Herranen occupe la deuxième place pour ses débuts en WRC3

 

Ayant lui aussi remporté une spéciale ce vendredi, Jan Černý complétait le trio de tête monopolisé par les Ford Fiesta Rally3, mais le pilote tchèque pointait déjà à 1’10 »9 du leader.

Henri Timonen fermait la marche tandis que Tommi Heino était contraint à l’abandon en raison de dégâts à l’avant causés par une sortie dans l’ES3.

 

Haut du site