26 mai 2022

WRC, Rovanperä arrache la victoire en Croatie

Le Finlandais Kalle Rovanperä s’est offert une superbe victoire au Rallye de Croatie dimanche après-midi sous les averses ayant bouleversé l’épreuve dans ses derniers kilomètres.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota GR Yaris Rally1, P1

Dès vendredi, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) avait pris les commandes dans les collines autour de Zagreb avant de voir son avance être annihilé sous la tempête frappant l’avant-dernière spéciale de l’épreuve.

Revenu de loin, Ott Tänak (Hyundai i20 N Rally1) voyait son pari des pneus tendres Pirelli payer pour s’emparer de la tête avec 1 »4 d’avance.

#8, Ott Tänak (EST) and Martin Järveoja (EST) Of team HYUNDAI SHELL MOBIS WORLD RALLY TEAM, « Ott Tänak a cédé les commandes dans les ultimes kilomètres ». P2. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Loin d’abdiquer, le Finlandais profitait des routes plus sèches dans la Wolf Power Stage même si la boue et la terre jonchant les quatorze derniers kilomètres restaient en faveur de son rival estonien.

Kalle Rovanperä se lançait corps et âme dans la Wolf Power Stage pour inverser la tendance et s’offrir une deuxième victoire consécutive en Championnat du Monde FIA des Rallyes pour 4 »3. Ce succès lui permet ainsi d’accroître son avance à vingt-neuf points après la troisième des treize étapes du calendrier.

#11, Thierry Neuville (BEL) and Martijn Wydaeghe (BEL) Of team HYUNDAI SHELL MOBIS WORLD RALLY TEAM, P3.  pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Avant cela, Kalle Rovanperä avait dominé les premières spéciales et comptait près d’une minute et demie d’avance avant de voir Ott Tänak revenir à un souffle après une crevaison samedi matin. S’il parvenait à recréer l’écart, le Finlandais devait ensuite composer avec un déluge mettant en place cette finale à couper le souffle.

« J’étais sûr que nous ne pouvions pas être aussi rapides avec ces pneus, mais c’est incroyable », souriait le vainqueur. « Nous avons attaqué très fort et je pense que nous méritons cette victoire ce week-end. C’est assurément la victoire la plus difficile de ma carrière. »

Malgré un résultat décevant prolongeant sa disette de victoires depuis février 2021, Ott Tänak restait philosophe : « Je n’ai pris aucun risque, mais Kalle a réalisé un beau passage de toute évidence. Nous nous battons pour la victoire, mais uniquement grâce à des décisions intelligentes et à des choix judicieux autour des pneus. »

#42, Craig Breen (IRL) and Paul Nagle (GB) of team M-Sport Ford WRT, P4. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

L’Estonien devançait son équipier Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) pour 2’16 »7sec. Le Belge avait repris l’avantage sur Craig Breen (M-Sport Ford Puma Rally1) dimanche matin pour s’offrir un podium malgré un week-end compliqué qui en aurait contraint beaucoup à l’abandon.

#33, Elfyn Evans, Toyota GR Yaris Rally1, P5.

Son copilote Martijn Wydaeghe et lui s’étaient effondrés vendredi après avoir poussé leur voiture sur 800 mètres en raison d’un problème d’alternateur. Les pénalités de temps et les amendes pour excès de vitesse les faisaient reculer encore davantage dans la hiérarchie et les deux hommes passaient tout près de l’abandon après avoir heurté un talus.

« 18, Takamoto Katsuta (JPN) and Aaron Johnston (IRL) of team TOYOTA GAZOO RACING WRT, P6. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

De son côté, Craig Breen faisait fi d’un virage manqué et d’un tête-à-queue pour prendre la quatrième place devant Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1), présent pour la première fois de l’année dans les points à l’arrivée d’un rallye. Le Gallois devançait nettement son équipier japonais Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1).

L’asphalte piégeux, allié à de fortes pluies et du brouillard, offrait toutes les conditions propices à un rallye d’attrition et le top dix était complété par des pilotes engagés en WRC2.

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes s’apprête désormais à commencer sa tournée sur les rallyes terre en commençant par le Vodafone Rally de Portugal, basé à Matosinhos du 19 au 22 mai.

Kalle Rovanperä et son copilote Jonne Halttunen célèbrent leur incroyable victoire. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Classements Rallye de Croatie ici

Kalle Rovanperä (Pilote voiture 69) :

« C’est la meilleure victoire pour moi jusqu’à présent. C’était un week-end tellement difficile, les conditions étaient incroyablement difficiles et je pense que tout le monde a eu des problèmes ou des moments à un moment donné. Aujourd’hui, c’était encore très difficile. Il semblait que ça allait être trop difficile pour nous de gagner avec la façon dont la météo a tourné. Nous avons perdu beaucoup de temps sous la pluie et nous ne pensions pas que le choix des pneus serait très bon pour la dernière étape avec toute la boue qu’il y avait. Mais nous avons décidé d’y aller et de pousser fort et le temps était excellent. Il y aura des rallyes plus difficiles à venir en ouvrant la route sur du gravier, ce qui sera une nouvelle expérience pour moi, mais pour l’instant je suis heureux bien sûr : Le rythme est vraiment bon et tout se passe bien. »

 

Championnats pilotes ici

 

WRC2

Premier succès en WRC2 pour Rossel

Le Français Yohan Rossel s’est offert sa première victoire en WRC2 après avoir mené le Rallye de Croatie du départ à l’arrivée.

#21, Yohan Rossel (FRA) and Benjamin Boulloud (FRA) of team PH SPORT, P1. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Dès le départ du rallye, Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) dictait son rythme pour se construire une belle avance alors que plusieurs de ses adversaires rencontraient des problèmes vendredi.

Champion WRC3 en titre, le Français poursuivait sur sa lancée lors d’un samedi marqué par de fortes pluies, des cordes boueuses et de gros risques de crevaison. Faisant fi des difficultés, Yohan Rossel abordait la dernière étape avec un avantage de 35 »1 sur Nikolay Gryazin (Skoda Fabia Rally2).

Après l’abandon du pilote russe en raison d’un mauvais choix de pneus sous la pluie torrentielle de l’ES19, Yohan Rossel n’avait plus qu’à assurer dans la Wolf Power Stage pour sceller son premier succès en WRC2 avec plus d’une minute d’avance.

« Après le Monte-Carlo, j’ai travaillé très dur avec l’équipe [PH Sport] et je leur dédie cette victoire », se réjouissait le vainqueur. « Je pense que le plus important était de gagner ici. L’objectif est bien sûr d’essayer de remporter le titre, mais le chemin est encore long. C’est déjà parfait de s’imposer dès notre deuxième rallye. »

Il y avait un sentiment de déjà-vu à l’arrivée puisque Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) terminait deuxième, tout comme l’an dernier en WRC3. Tout comme son rival, le Polonais connaissait un rallye limpide et prenait l’avantage sur Nikolay Gryazin dans l’avant-dernière spéciale.

Kajetan Kajetanowicz était le meilleur des autres derrière Yohan Rossel

Après un début de rallye poussif en raison de problèmes de radio vendredi matin, Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) parvenait à remonter dans la hiérarchie pour compléter le podium, 10 »7 derrière Kajetan Kajetanowicz. Le Finlandais s’imposait ainsi en WRC2 Junior tout en se classant deuxième au scratch dans l’ES19.

Déconfit, Nikolay Gryazin ralliait l’arrivée 36 »6 plus loin, suivi par Chris Ingram (Skoda Fabia Rally2). Également présent dans le top trois absolu dans l’ES19, le Britannique accusait un déficit de 45 »2 sur Nikolay Gryazin après des crevaisons et un problème de turbo vendredi.

#23, Nikolay Gryazin (RAF) and Konstantin Aleksandrov (RAF) Of team TOKSPORT WRT 2, P4. pht. Jaanus Ree / Red Bull Content Pool

Stéphane Lefebvre (Citroën C3 Rally2) prenait l’avantage sur son compatriote Éric Camilli (Citroën C3 Rally2) pour lui ravir la sixième place. Les pilotes français avaient le rythme pour monter sur le podium, mais tous deux perdaient énormément de temps avec des crevaisons samedi.

Jari Huttunen (M-Sport Ford Fiesta Rally2) revenait bredouille après sa sortie de route samedi soir tandis que Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5) avait abandonné la veille. Seul pilote engagé sur une Hyundai i20 N Rally2, Grégoire Munster connaissait également un week-end difficile avec un dimanche prématurément interrompu.

Yohan Rossel figure désormais parmi les prétendants au titre

 

WRC3

Victoire surprise pour László

Le Hongrois Zoltán László a su profiter des malheurs du leader Sami Pajari pour s’offrir une victoire surprise au Rallye de Croatie.

Au moment d’aborder la dernière étape du Rallye de Croatie, Zoltán László semblait destiné à prendre la deuxième place en WRC3 avec un déficit de 22’27 »1 sur Sami Pajari.

Le Finlandais partait cependant à la faute sous la pluie torrentielle dans Zagorska Sela – Kumrovec, permettant à Zoltán László de prendre les commandes.

Propre dans les deux dernières spéciales, le Hongrois scellait son succès avec 35 »6 d’avance sur Enrico Brazzoli dans une catégorie monopolisée par les Ford Fiesta Rally3.

L’Italien quittait Zagreb sur des sentiments partagés puisqu’il aurait pu s’imposer sans une pénalité de quarante secondes pour un pointage tardif samedi.

Sur ses terres, le Croate Ivica Siladić complétait le podium près de cinq minutes derrière Enrico Brazzoli tandis que William Creighton complétait le classement malgré son accident vendredi.

Enfin, Mcrae Kimathi était bien parti pour s’offrir un nouveau top cinq, mais le Kenyan rejoignait Sami Pajari parmi les abandons en raison de dégâts consécutifs à une sortie de route dans l’ES19.

Les malheurs de Sami Pajari ont fait le bonheur de Zoltán László

 

JUNIOR WRC

Joona souffle la victoire

Le Finlandais Lauri Joona s’est offert sa première victoire en FIA Junior WRC après avoir vu ses rivaux Sami Pajari et Robert Virves rencontrer des problèmes dans la dernière étape du Rallye de Croatie.

Longtemps troisième de l’épreuve, Lauri Joona voyait ses adversaires Sami Pajari et Robert Virves se rendre coups pour coups pour la première place du plateau intégralement composé de Ford Fiesta Rally3 préparées à l’identique par M-Sport Poland.

Robert Virves avait bouclé la première étape avec sept dixièmes d’avance sur le Champion FIA Junior WRC en titre, mais ce dernier reprenait l’avantage dans l’ES10 avant de profiter d’une crevaison de son rival pour aborder l’étape décisive avec un avantage de 49 »1.

Dimanche matin, Robert Virves pensait toutefois tenir sa revanche en voyant Sami Pajari glissait hors de la route au neuvième kilomètre dans Zagorska Sela – Kumrovec.

Robert Virves, P2

La victoire était presque garantie pour l’Estonien, mais une pénalité de quatre minutes pour s’être présenté trop tôt lors du regroupement avant la Wolf Power Stage lui ôtait tout espoir.

La régularité de Lauri Joona était alors récompensée et le Finlandais s’empare des commandes du championnat grâce à sa victoire.

« Je ne trouve pas les mots », confiait le vainqueur. « C’était un très bon week-end pour nous. Dommage pour les autres qui ont connu des problèmes, mais nous avons roulé de manière raisonnable tout au long du week-end et cela nous vaut notre première victoire, donc je suis vraiment content. »

Robert Virves pouvait se consolder avec la deuxième place, à 4’07 »7 du vainqueur. Pour son retour en mondial, Jean-Baptiste Franceschi complétait le podium, 1’20 »9 plus loin.

Leader vendredi matin, Jon Armstrong connaissait un week-end difficile avant de remonter au quatrième rang. Reparti après son accident vendredi et une fuite d’essence samedi, le Britannique remportait cinq spéciales durant l’épreuve.

William Creighton terminait cinquième. Comme Jon Armstrong, l’Irlandais voyait tout espoir de victoire s’envoler vendredi après une sortie de route. Mcrae Kimathi rejoignait également Sami Pajari sur la liste des abandons après avoir endommagé sa voiture dans l’avant-dernier test du parcours.

 

Haut du site