20 avril 2024

WRC, après une dure journée au Portugal, Rovanperä leader

Le Finlandais Kalle Rovanperä est sorti en tête d’une étape intense et brutale pour devancer Dani Sordo au Vodafone Rally de Portugal, vendredi.

Après un combat passionnant dans la matinée, la survie prévalait dans l’après-midi avec la chaleur, la poussière et les routes rocailleuses faisant des ravages lors de la cinquième manche du calendrier du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

#69, Kalle Rovanperä, Toyota, P1. pht. Red Bull

Si plusieurs de ses adversaires craquaient, Kalle Rovanperä (Toyota GR Yaris Rally1) remportait trois des huit spéciales du jour pour prendre 10 »7 d’avance sur Dani Sordo (Hyundai i20 N Rally1) après plus de 120 kilomètres d’action marqués par trois leaders différents.

Dani Sordo, Hyundai, occupe le deuxième rang malgré un tête-à-queue. pht. Red Bull

D’abord confronté à du sous-virage excessif lors des deux premières spéciales, le Finlandais faisait les ajustements nécessaires pour hausser la cadence et prendre l’ascendant sur Dani Sordo, promu en tête après la crevaison d’Ott Tänak (M-Sport Ford Puma Rally1) dans Lousã 2. Le tenant du titre augmentait ensuite son avance lorsque l’Espagnol manquait un croisement dans l’avant-dernier test de la journée.

« C’était une excellente journée », confiait Kalle Rovanperä. « Il y avait beaucoup de balayage, mais nous avons quand même été réguliers tout au long de la journée. Nous étions rapides, mais nous avons aussi su ménager la voiture et les pneumatiques. »

#11, Thierry Neuville, Hyundai, P3. pht. Red Bull

Équipier de Dani Sordo, Thierry Neuville (Hyundai i20 N Rally1) s’installait au troisième rang, 15 »2 plus loin. Le Belge s’emparait de la dernière marche du podium provisoire dans la super-spéciale de Figueira da Foz, aux dépens d’Esapekka Lappi (Hyundai i20 N Rally1) et de Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford Puma Rally1).

#7, Pierre-Louis Loubet, Ford, P4. pht. Red Bull

Les trois hommes se tenaient toutefois en 1 »3 seulement et le Français passait devant le Finlandais dans l’ultime secteur chronométré du vendredi pour trois dixièmes de seconde. Pierre-Louis Loubet pouvait ainsi se féliciter de son retour après avoir frôlé l’abandon lorsque sa voiture avait pris feu sur la ligne d’arrivée d’Arganil 1. Son copilote Nicolas Gilsoul et lui reprenaient leur chemin après avoir éteint les flammes, causées par un défaut d’échappement.

Esapekka Lappi vise un deuxième podium avec Hyundai

« La voiture a commencé à prendre feu un kilomètre avant la fin de la spéciale », racontait Pierre-Louis Loubet. « C’est fou ce manque de chance cette année… »

Son équipier Ott Tänak reprenait aussi des couleurs pour terminer la journée en sixième position, devant de nombreux concurrents engagés en WRC2 : Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2), Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2), Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) et Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2).

Leader du championnat avant l’épreuve, Elfyn Evans (Toyota GR Yaris Rally1) était contraint à l’abandon après une sortie dans Mortágua. Takamoto Katsuta (Toyota GR Yaris Rally1) avait également dû écourter sa journée plus tôt en raison d’une panne d’alternateur.

Si ce vendredi s’est avéré difficile, l’étape de samedi s’annonce tout aussi redoutable. Près de 150 kilomètres regroupés en deux boucles de trois spéciales attendent les concurrents, qui pourront souffler un bref instant au parc d’assistance à mi-parcours. Une super-spéciale à Lousada complètera le programme de la journée.

Les classements ici

WRC2

Solberg impressionne lors d’un vendredi mouvementé

Le Suédois Oliver Solberg s’est installé aux commandes du WRC2 avec près d’une minute d’avance lors d’une première étape décimant le peloton ce vendredi au Vodafone Rally de Portugal.

#21, Oliver Solberg, Skoda, P1. pht. Red Bull

Le mot survie était à l’ordre du jour sur le terrain accidenté et cassant des collines portugaises. Malgré les avertissements, celles-ci éliminaient plusieurs prétendants aux avant-postes, mais Oliver Solberg (Škoda Fabia RS Rally2) parvenait à éviter les problèmes pour se construire un avantage de 50 »2 sur Gus Greensmith (Škoda Fabia RS Rally2).

Le Suédois avait pris les commandes après l’arrêt d’Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2) pour changer une roue dans Góis 1 et son avance bénéficiait ensuite des soucis similaires rencontrés par Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2).

#20, Gus Greensmith,Škoda , P2. pht. WRC

« C’était une très bonne journée, mais c’était vraiment difficile aussi », admettait Oliver Solberg. « C’était tellement cassant avec autant de pierres et de faits de course. Nous avons réussi à connaître une journée propre. Rapide, mais au moins sans problème. »

Vainqueur de la manche précédente sur terre au Mexique, Gus Greensmith devançait Yohan Rossel (Citroën C3 Rally2) pour dix secondes au moment de retrouver le parc d’assistance vendredi soir. Le Français avait cependant d’autres problèmes, un problème technique lui ayant valu quarante secondes de pénalité pour avoir pointé en retard au départ de l’ES7.

« Ma roue était complètement cassée », révélait Yohan Rossel. « Je ne sais pas pourquoi, peut-être parce que la spéciale d’avant était vraiment cassante. C’est comme ça. C’est mon premier souci technique depuis un an, donc il n’y a pas de problème. »

#26, Yohan Rossel, Citroën, P3. pht. Red Bull

Pour son retour dans le championnat, Andreas Mikkelsen (Škoda Fabia RS Rally2) se plaçait au quatrième rang malgré un changement de roue. Derrière lui, on retrouvait son équipier chez Toksport WRT, Marco Bulacia (Škoda Fabia RS Rally2), tandis que Teemu Suninen (Hyundai i20 N Rally2) prenait la sixième place.

En parallèle, Kris Meeke (Hyundai i20 N Rally2) devait s’arrêter en début d’après-midi après un souci d’amortisseur. Parti en tonneau dans la première spéciale du jour, Grégoire Munster (Ford Fiesta Rally2) figurait également parmi les abandons ayant rythmé la journée.

Communiqué WRC