Vue d’ensemble du GP de Turquie

Posted by

Par Pirelli

POURQUOI NOUS AVONS CHOISI CES PNEUS

Pour le Grand Prix de Turquie, qui a été ajouté au calendrier pour remplacer Singapour cette année, les trois pneus du milieu de gamme ont été nominés : C2 est le P Zero White hard, C3 est le P Zero Yellow medium, et C4 est le P Zero Red doux. C’est un pas plus doux que la nomination faite pour le Grand Prix de Turquie l’année dernière, qui s’est tenu en novembre après une absence de neuf ans du calendrier.

La décision d’aller un peu plus douce est basée sur les données recueillies l’année dernière, qui ont démontré une piste avec des niveaux moyens d’abrasion et une faible adhérence, résultant en une surface extrêmement glissante qui a néanmoins montré une évolution rapide de la piste.

La piste a été entièrement réasphaltée juste avant le Grand Prix de Turquie l’année dernière. Depuis, l’ asphalte a peut-être un peu mûri et il a également été entièrement nettoyé au jet d’eau à haute pression. Ainsi, cette année, les pilotes devraient bénéficier d’une meilleure adhérence grâce à des composés plus tendres, une plus grande rugosité de l’asphalte et la probabilité de températures plus élevées par rapport à l’année dernière.

CARACTÉRISTIQUES DE LA PISTE

Le virage le plus connu d’Istanbul Park est le virage 8, qui a été décrit comme l’un des grands virages de la Formule 1. Il est très long, à 640 mètres (ou 12% du tour complet) et pris à grande vitesse, avec plusieurs des sommets qui placent des forces culminant à plus de 5g sur les voitures et les pneus.

En conséquence, la Turquie est une piste difficile pour les pneus : avec beaucoup de force à travers les pneus. Les voitures ont donc une force d’appui élevée pour aider à pousser les pneus sur le sol.

De nombreux autres virages imposent également des exigences considérables aux pneus : le virage 1 est abordé avec une descente importante avant de monter, et la ligne droite arrière contient également un virage en montée plongeant surnommé «Faux Rouge» en hommage à Spa. L’ensemble du tracé de la piste utilise abondamment l’élévation naturelle de la zone.

La météo de cette année reste un point d’interrogation, la course ayant lieu plus d’un mois plus tôt qu’en 2020. La pluie ayant dominé l’année dernière, les équipes ne disposent pas de beaucoup de données pertinentes sur les pneus, d’autant plus que le composé C4 le plus tendre n’a jamais été été emmené à Istanbul auparavant.

La stratégie gagnante l’année dernière, lors du grand prix au cours duquel Lewis Hamilton a remporté un septième titre record ainsi que la course, était un arrêt unique avec huit tours sur le Cinturato Blue entièrement mouillé suivi de 50 tours sur le Cinturato Green intermédiaire . Hamilton a été l’un des quatre seuls conducteurs à s’être arrêté une fois, la majorité s’étant arrêté deux fois.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE :

Mario Isola, Racing Manager, Pirelli Motorsport. Pht. Mark Sutton/LAT Images

« La Turquie a été l’une des courses les plus spectaculaires et imprévisibles de la saison dernière, principalement en raison d’une piste très glissante en raison de la faible adhérence du nouvel asphalte. La glissance du circuit, exacerbée par la pluie, a surpris beaucoup de gens, et c’est pourquoi cette année nous avons opté pour une nomination de pneus plus tendres, également avec la course ayant lieu plus d’un mois plus tôt, ce qui devrait entraîner des températures plus élevées. , ce qui devrait conduire à une plus grande rugosité et plus d’adhérence, il est donc également possible qu’avec des composés plus tendres, nous soyons confrontés à des niveaux d’usure plus élevés par rapport à l’année dernière. sera très utile. Parce que tout était si nouveau l’année dernière, nous avons pris l’option conservatrice de venir avec les pneus les plus durs. Aller un peu plus doux ce week-end ouvrira probablement la possibilité de quelques str différents atgies aussi.« 

 

AUTRES ACTUALITÉS PIRELLI

Le 18 octobre au Paul Ricard en France, Alpine effectuera la journée d’essais en pneus pluie intermédiaire et plein de 18 pouces initialement prévue à Magny-Cours.

Le Rallye de Finlande – la manche la plus rapide du Championnat du monde des rallyes – s’est déroulé le week-end dernier à Jyvaskyla, avec des voitures équipées de pneus Pirelli Scorpion gravel, en gommes dures et tendres.

La dernière manche du GT World Challenge équipé de Pirelli se déroule le même week-end que le Grand Prix de Turquie, à Barcelone en Espagne. Audi est actuellement en tête du classement des constructeurs avant la finale, avec ses pilotes Dries Vanthoor et Charles Weerts en tête du classement des pilotes.

Pirelli a récemment célébré ses 50 ans de fourniture de pneus à l’emblématique Lamborghini Countach. La firme italienne a équipé la voiture d’origine de 1971 de sa P7 et fournit désormais la plus récente Countach LPI 800-4 hybride 2021 (limitée à seulement 112 exemplaires) avec des pneus P Zero et P Zero Corsa sur mesure.

 

Par Alfa Romeo

En espérant des délices turcs

Pht. Xavi Bonilla/DPPI

Alfa Romeo Racing ORLEN se rend en Turquie pour la 16e manche du championnat 2021. La course de ce week-end verra l’équipe revenir sur les lieux de l’un des événements les plus spectaculaires de la saison dernière, lorsqu’une combinaison de pluie, d’un tarmac lisse comme des miroirs et d’une répartition prudente des pneus a produit l’une des courses les plus excitantes de l’année.

C’était aussi un événement qui a marqué une étape spéciale pour l’équipe : lors de son 500e week-end de course, Alfa Romeo Racing ORLEN a enregistré la première apparition en Q3 de l’année, avec Kimi Räikkönen en 8e et Antonio Giovinazzi en 10e. Dimanche, les choses n’allaient pas s’arranger pour l’équipe – un problème technique arrêtait Antonio, alors que Kimi terminait en dehors des points – mais c’était à ce moment-là.

Nous abordons la course de cette année sur la base de notre meilleur résultat, Kimi ramenant quatre points précieux à la maison avec la 8e place à Sotchi. Dans le déluge qui s’est ouvert avec quelques tours à faire, le pilote et l’équipe ont gardé leur sang-froid pour devancer leurs adversaires et marquer le premier top dix depuis Bakou, un résultat attendu depuis longtemps qui nous avait souvent échappé pour les plus petites marges.

Les recours historiques ne sont pas un prédicteur fiable, et aucun week-end en Formule 1 n’est le résultat direct du précédent : terminer dans les points à Sotchi, cependant, est un gros coup de pouce pour le moral et la confiance de tout le monde à Hinwil et au bord de la piste. Alors qu’Alfa Romeo Racing ORLEN se dirige vers Istanbul, nous sommes déterminés à maintenir ce sentiment.

Comme ils l’ont dit

Frédéric Vasseur, Team Principal d’Alfa Romeo Racing ORLEN :

VASSEUR Frederic (fra), Team Principal of Alfa Romeo Racing ORLEN. Pht. Joao Filipe/DPPI

« Marquer des points en Russie a été un gros coup de pouce pour la confiance, rapportant enfin à la maison une récompense pour tout le travail acharné de l’équipe. Nous avons su profiter des circonstances dans les derniers tours de course : les conditions étaient difficiles, mais nous avons obtenu un bon résultat. Maintenant, nous devons maintenir ce niveau de performance, prêts à tirer le meilleur parti des chances que nous pouvons avoir. L’année dernière, nous avons très bien fait lors des qualifications à Istanbul, ce sera une base sur laquelle nous appuyer pour notre retour en Turquie dans le but d’avoir une autre course positive.

Kimi Räikkönen (Voiture n°7) :

RAIKKONEN Kimi (fin), Alfa Romeo Racing ORLEN C41. Pht. Xavi Bonilla/DPPI

« C’est toujours agréable de finir dans le top 10, surtout quand nous sommes souvent passés si près de cet objectif. Le résultat s’est produit dans des conditions très spécifiques, nous ne pouvons donc pas trop y lire en termes de performances, mais en même temps, nous avons dû faire quelques bons choix et nous l’avons fait. Nous avons gardé notre sang-froid dans les moments difficiles et nous avons pu faire de gros progrès avant le drapeau. La Turquie sera une autre course intéressante : l’année dernière, cela s’est avéré être une journée mouvementée, et nous savons que nous ne pouvons pas exclure la même chose cette fois-ci. Nous devrons être affûtés et voir comment les choses évoluent au fur et à mesure que le week-end avance. »

Antonio Giovinazzi (Car #99) :

GIOVINAZZI Antonio (ita), Alfa Romeo Racing ORLEN C41. Pht. Xavi Bonilla/DPPI

« J’ai hâte de revenir courir en Turquie. Le dernier week-end de course n’a pas été facile et je pense que nous aurions pu faire plus dans les circonstances, mais maintenant c’est du passé et j’ai hâte d’aller de l’avant. Je me souviens de notre expérience à Istanbul l’année dernière, c’était une course assez unique et, même si nous ne pouvons pas nous attendre à une répétition des conditions de faible adhérence que nous avions en 2020, nous savons que nous devons être prêts à tout ce qui peut arriver. Le bon résultat de l’équipe à Sotchi a été un coup de pouce pour nous tous et nous voulons nous appuyer sur cela ce week-end.

Par AlphaTauri

Pht. Rudy Carezzevoli/Getty Images

Pierre Gasly :

Pht. Peter Fox/Getty Images

« Nous avons raté une belle opportunité en Russie, car nous n’avons pas tiré le meilleur parti des occasions que nous avions. Nous avons travaillé depuis pour comprendre ce que nous aurions pu faire de mieux afin d’être le mieux préparés possible et de revenir près de l’avant, à partir de ce week-end en Turquie.

Depuis Sotchi, j’ai passé un peu de temps avec ma famille en France, à ne pas trop faire, principalement à me détendre car nous allons bientôt nous lancer dans une série de courses plus loin de chez nous qui impliqueront le décalage horaire, ce que nous n’avons pas eu à faire. traiter depuis longtemps. J’ai également eu pas mal d’apparitions de marketing et de sponsors qui prenaient du temps et à part ça, c’était la routine habituelle de formation et plus de formation, ainsi que de parler à mes ingénieurs pour être aussi bien préparé que possible.

L’année dernière, c’était la première fois que je conduisais à Istanbul Park. C’est une mise en page que j’ai beaucoup aimé. C’est assez unique avec des virages intéressants, une piste très technique, compliquée au niveau du pilotage et j’ai beaucoup apprécié l’année dernière. C’est exigeant physiquement, avec des virages comme le triple gauche au virage 8 qui n’en finit pas. En qualifications, vous le prenez à plat et c’est vraiment très rapide. Je pense que vous êtes proche de 270 à 280 km/h depuis un bon moment et que vous vous approchez de la 5G à travers elle. L’année dernière, il y avait très peu d’adhérence de la surface de la piste, ce qui a rendu extrêmement difficile le réglage de la voiture comme je le voulais, mais sur le sec nous avons trouvé un bon réglage, même si c’était plus compliqué sur le mouillé. Cela devrait aller mieux ce week-end, je pense qu’ils ont traité le tarmac pour essayer d’améliorer la situation. Il faudra voir ce que c’est. Je suis impatient d’y être, car c’était une piste vraiment cool à piloter avec plusieurs tracés différents et intéressants à parcourir dans les virages, alors j’espère que nous pourrons être compétitifs et réduire l’écart avec Alpine, qui est actuellement devant nous. . « 

Yuki Tsunoda :

Pht. Peter Fox/Getty Images

« La Russie a été une course décevante pour moi. Jusqu’aux chronos, tout s’était bien passé et j’avais bien progressé comme d’habitude. J’ai senti que, par rapport au week-end de Spa par exemple, j’avais fait un pas en avant en termes de pilotage en pneus intermédiaires en qualifications, donc c’était frustrant de rater le passage en Q3 samedi après-midi de seulement quelques dixièmes. En course, j’ai perdu trop de places dans le premier tour, alors que je n’avais plus du tout d’adhérence et ensuite j’étais coincé dans de l’air sale la plupart du temps.

Depuis, j’ai passé du temps à l’usine, à revoir la dernière course, à me préparer pour la Turquie et à m’entraîner comme d’habitude. J’ai maintenant un simulateur à domicile que je peux utiliser, donc j’ai fait beaucoup de tours ! Bien sûr, ce n’est pas tout à fait la même chose que d’être dans la simulation à grande échelle chez Red Bull, qui n’est pas comme la vraie chose, mais c’est la plus réaliste que j’ai jamais utilisée. Le principal avantage de la simulation est d’apprendre la piste et d’affiner ma conduite. Je peux aussi revoir quelque chose qui s’est passé lors de la course précédente ou je peux m’entraîner à un pilotage particulier. Avoir le simulateur à la maison maintenant est utile et je peux également discuter de ce que je fais dessus avec mon ingénieur et simuler un week-end de course de la FP1 aux qualifications, sur la base des plans élaborés par l’ingénieur pour que je puisse l’utiliser, afin que nous puissions travailler dessus. ensemble.

Il n’y a pas eu de course de F2 en Turquie l’année dernière, ce sera donc la première fois que je piloterai le circuit d’Istanbul Park. J’ai regardé la course de F1 de l’année dernière et les conditions étaient très glissantes. A part la pluie, c’était aussi à cause d’une nouvelle surface goudronnée, donc ça pourrait être mieux ce week-end. J’espere. Je vais suivre mon programme habituel pour une nouvelle piste, en prenant progressivement de la vitesse. Les cinq dernières courses, j’étais assez régulier, mais les performances et le rythme n’étaient pas si bons, donc ce week-end, je pense que je vais essayer d’améliorer un peu plus pour être plus compétitif. En supposant qu’il soit sec, cela ressemble à une piste exigeante physiquement avec des virages comme le virage 8. Donc, ce sera difficile, mais j’ai hâte d’y être.

 

Par Red Bull Racing

The Red Bull Racing team launch a special livery to say Thank You to their engine supplier Honda during previews ahead of the F1 Grand Prix of Turkey. Pht. Mark Thompson/Getty Images

MAX VERSTAPPEN QUESTIONS & REPONSES :

Ce week-end, nous célébrons ce qui aurait été la dernière course à domicile de Honda au Japon, qu’est-ce qui vous manquera le plus du GP du Japon ?

J’aime beaucoup le Grand Prix du Japon donc c’est dommage qu’il nous manque. Les fans me manqueront le plus, c’est toujours très amusant de voir les fans au Japon car ils sont tellement passionnés par la Formule 1. J’espère aussi qu’ils aimeront la nouvelle livrée que nous avons sur la voiture ce week-end.

Vous courrez dans une livrée et une combinaison de course uniques ce week-end, êtes-vous ravi de voir la voiture et est-ce que cela vous semble spécial de courir dans une livrée de course unique ?

C’est toujours spécial de courir pour Honda, même sans la livrée spéciale. Pour nous en tant qu’équipe et pour Honda, rater le GP du Japon est une honte, mais c’est bien que nous puissions faire quelque chose en Turquie à la place pour célébrer. Je suis ravi de la voir et c’est vraiment spécial d’avoir une voiture différente pour une course, donc j’attends ça avec impatience.

Quels sont vos meilleurs souvenirs de course avec Honda ?

Mes meilleurs souvenirs avec Honda sont bien sûr les victoires, en particulier ma première victoire avec eux, c’était très émouvant. Travailler avec Honda a été un tel plaisir et ils sont super motivés à chaque course et ils sont super passionnés pour fournir le meilleur possible tout le temps. Cela a donc été très agréable de travailler avec eux.

Le GP de Turquie de l’année dernière était à oublier, comment vous sentez-vous à l’approche de ce week-end de course ?

Le GP de Turquie de l’année dernière n’était bien sûr pas le meilleur week-end pour nous en tant qu’équipe, mais je pense que les circonstances seront assez différentes cette année, j’espère que le tarmac sera un peu plus adhérent. Je pense que ce sera un tout nouveau week-end en général pour tout le monde, il y aura beaucoup à apprendre donc j’ai hâte de voir à quel point nous sommes compétitifs là-bas.

SERGIO PEREZ QUESTIONS & REPONSES :

Vous avez eu une course solide en Russie, menant plusieurs tours, cela vous a-t-il donné la confiance nécessaire pour les sept dernières courses ?

Je suis très confiant dans cette voiture, je pense que ces derniers temps, nous avons montré de bons signes de rythme, mais je suis conscient que nous devons tout mettre en nous là où nous voulons être dans le championnat, à la fin de la saison.

Vous avez travaillé dur à l’usine avec votre équipe depuis le GP de Russie. À quel point cela a-t-il été bénéfique ?

Oui, nous avons beaucoup travaillé après la Russie pour analyser ce qui s’est mal passé et ce qui s’est bien passé et où nous pouvons chercher à nous améliorer. J’ai également passé un peu plus de temps sur la simulation avant la Turquie, nous avons donc fait des devoirs assez intenses pour ce week-end. J’attends avec impatience les sept dernières courses maintenant et je suis sûr que notre chance va tourner, nous sommes bien en piste mais maintenant nous devons montrer qu’avec nos résultats un dimanche, je veux être de retour sur le podium ce week-end.

Nous aurions couru au Japon ce week-end, qu’est-ce qui va vous manquer du GP du Japon ?

Je suis très triste de ne pas courir au Japon ce week-end, ça allait être quelque chose de très spécial de courir là-bas avec un moteur Honda, mais au lieu de cela, nous viserons à livrer les fans qui regardent au Japon, un excellent résultat ce week-end, en leur honneur.

Ce week-end, nous célébrons ce qui aurait été la dernière course à domicile de Honda au Japon. Quelle est votre expérience de Honda jusqu’à présent ?

J’ai été très impressionné par Honda et je suis très fier de faire partie d’une marque aussi historique. J’aime la culture japonaise et le fonctionnement de l’équipe Honda, dès que vous parlez à quelqu’un là-bas, il commence immédiatement à travailler sur vos idées. C’est une organisation inspirante avec laquelle travailler.

La deuxième place de Max dans le Grand Prix de Russie n’était que le deuxième podium jamais inscrit par un Red Bull en partant en dehors du top 18 sur la grille. L’autre événement a eu lieu au GP d’Abou Dhabi 2012, lorsque Sebastian Vettel a terminé troisième après être parti de la voie des stands.

Le tour de course le plus rapide jamais réalisé par Red Bull sur le circuit d’Istanbul Park appartient toujours à Christian Klien, qui a réalisé un temps de 1:26.374 lors de la course 2005, l’année où le GP de Turquie et l’équipe Red Bull Racing ont fait leurs débuts en Formule 1

L’âge moyen de la population turque est de 28,5 ans. C’est presque identique à l’âge moyen de la grille de Formule 1 2021 (28,2 ans)

Istanbul a régulièrement été gentil avec Red Bull Racing au fil des ans. Aucune voiture Red Bull ne s’est qualifiée en dehors du top quatre sur cette piste depuis 2008

Checo est l’un des cinq seuls pilotes de la grille à avoir couru sur cette piste lors de son premier passage au calendrier F1, en 2011. Les autres pilotes sont Lewis Hamilton, Sebastian Vettel, Fernando Alonso et Kimi Raikkonen.

DEVENIR JAPONAIS POUR HONDA

Lors du Grand Prix de Turquie de ce week-end, Red Bull Racing Honda courra avec une livrée unique pour célébrer l’alliance gagnante des équipes avec le fournisseur de groupes motopropulseurs Honda et pour donner aux fans du constructeur au Japon une chance de dire au revoir à l’entreprise, sur ce qui devrait ont été l’occasion de sa dernière course à domicile à Suzuka.

 

Par Aston Martin

 

Points de discussion

Sébastien :


Sebastian Vettel, Aston Martin

« L’un des défis les plus gratifiants d’Istanbul Park est d’essayer de prendre le virage huit à plat. C’est un virage à 260 km/h, avec beaucoup de bosses et une entrée aveugle – donc c’est toujours amusant. J’ai vraiment apprécié ma course en Turquie l’année dernière, et je vais m’efforcer de me battre encore une fois au milieu de terrain ce week-end.

Lance :


Lance Stroll, Aston Martin

« Ma première expérience en Turquie l’an dernier m’a donné l’un des meilleurs moments de ma carrière lorsque j’ai pris la pole position avant de mener les tours dimanche. Ces expériences ont montré à quel point la piste peut être difficile. L’adhérence peut être difficile à trouver, mais c’est un défi constant. J’ai hâte d’y retourner et de viser des points.

Les clés de la course de Cognizant

La bataille pour le premier point de freinage en Turquie contraste fortement avec la Russie. Après une course de 950 m jusqu’au virage 2 à Sotchi, il y a une explosion de type Spa à 220 m dans le virage 1 en tenaille de la Turquie, il y aura donc moins d’efforts d’aspiration et plus d’efforts pour gagner des places au freinage.

Istanbul offrira également un retour à la limite de vitesse de 80 km/h dans la voie des stands, c’est donc un retour à une perte de temps plus conventionnelle de 20 secondes par arrêt au stand. Les stratégies à arrêts multiples dans des conditions de course conventionnelles sont donc plus viables que la dernière fois. Avec les pneus Pirelli C2, C3 et C4 en main, c’est un pas plus souple que l’an dernier et pourrait aider à la divergence de stratégie.

Le week-end du Grand Prix de Turquie de l’année dernière s’est déroulé dans des conditions largement humides, ce qui signifie que les équipes de Formule 1 disposent encore de données limitées par temps sec. Attendez-vous à des séances d’essais particulièrement chargées vendredi et samedi, et des inconnues – telles que la faisabilité d’un dépassement – deviendront plus claires au fur et à mesure que le week-end avance.

 

Sectors and turns

 

DRS zone

Par Alpine F1 Team

 

Alpine F1 Team présente en avant-première le seizième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2021, le Grand Prix de Turquie.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur exécutif Marcin Budkowski partagent leurs réflexions sur la Turquie.

Esteban Ocon :

Pht. Moy / XPB Images

« J’aime Istanbul Park car c’est un circuit vraiment cool. C’était la première fois que j’y courais l’ année dernière, comme c’était le cas pour beaucoup de pilotes sur la grille, et il a vraiment répondu aux attentes. Quand il a été annoncé que nous serions à nouveau en train de courir en Turquie, j’étais assez content car j’ai l’impression d’avoir une sorte d’affaire inachevée là-bas. C’était un week-end intéressant l’année dernière pour de nombreuses raisons. La piste avait été refaite et au début c’était difficile de trouver le Puis, alors que la piste commençait à craquer, il a plu samedi pour les qualifications et c’était probablement les conditions les plus difficiles dans lesquelles j’ai jamais roulé. Nous avons fait nos devoirs, tout le monde travaille dur et je ne peux pas attendez d’aller à Istanbul. »

Fernando Alonso :

Pht. Charniaux / XPB Images

« J’ai de bons souvenirs du Grand Prix de Turquie. C’est un circuit avec un bon mélange de virages à grande vitesse et d’opportunités de dépassement. Le virage 8 est un défi unique et j’ai hâte d’aborder ce virage dans un temps moderne. Voiture de Formule 1. J’ai eu une bataille amusante avec Michael [Schumacher] là-bas en 2006. Il était juste derrière ma boîte de vitesses à la sortie du dernier virage dans le dernier tour. Ce n’était qu’une des nombreuses batailles sur piste que nous avons eues cette saison. Nous « J’ai fait de bonnes courses cette année et surtout nous avons été constants. Nous devons maintenir cette cohérence et marquer plus de points pour que l’équipe termine la saison en beauté. »

Marcin Budkowski :

« Bien que nous ne soyons pas exactement là où nous voulons être en termes de compétitivité, le fait que nous ayons pu marquer des points dans quatorze courses d’affilée est un excellent indicateur de la façon dont, en tant qu’équipe, nous parvenons à tirer le meilleur parti de notre package en toutes circonstances et des progrès que nous avons réalisés cette année en termes de fiabilité. Il nous faut maintenant conforter davantage notre position au Championnat et étendre notre avance sur Alpha Tauri et Aston Martin, et cela ne peut être que possible grâce à des points constants et à être prêt à saisir n’importe quelle opportunité, surtout lorsque de gros points sont sur la table – nous avons vu que tout peut arriver cette année ! »

FICHE D’INFORMATION DU GRAND PRIX DE TURQUIE DE FORMULE 1 2021

Alpine F1 Team est à Istanbul pour la seizième course du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2021, le Grand Prix de Turquie.

Le circuit

  • Le Grand Prix de Turquie 2020 a été la première course de Formule 1 jamais affectée par la pluie à Istanbul Park.
  • Le détroit du Bosphore a gelé en 1954, bloquant partiellement la voie navigable de 31 km. Les pilotes boucleront cette distance en un peu moins de six tours d’Istanbul Park.
  • Alpine F1 Team conduira plus que toute la largeur de la Turquie (environ 800 km) pendant le week-end du Grand Prix de Turquie. En moyenne cette année, l’équipe a parcouru plus de 1000 km lors d’un week-end de course.

Informations sur le pilote/l’équipe

  • Fernando Alonso est monté sur le podium en Turquie plus que tout autre pilote de Formule 1 (2005, 2006, 2007, 2011).
  • Esteban Ocon a fait sa première apparition à Istanbul Park l’année dernière. Il s’est qualifié septième et a terminé la course en onzième position.
  • Alpine F1 Team a désormais marqué des points dans quatorze courses consécutives cette saison. La course remonte au Grand Prix d’Émilie-Romagne en avril.
  • Renault compte une victoire (Red Bull, 2011) et sept podiums au Grand Prix de Turquie.

Par Williams

 

De retour au calendrier la saison dernière après neuf ans d’absence, l’équipe se dirige une nouvelle fois vers les rives du Bosphore pour le Grand Prix de Turquie ce week-end. Situé dans le quartier de Tuzla de la ville emblématique et historique d’Istanbul, le circuit d’Istanbul Park de 5,338 km offre un test exigeant pour la voiture et le conducteur, en particulier le virage huit à plusieurs sommets, tandis que son tracé dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ajoute également au défi.

Accueillant son premier Grand Prix depuis 2011, l’édition 2020 de la course s’est avérée l’une des plus excitantes de la saison avec le récent resurfaçage de la piste et des conditions pluvieuses créant des conditions de faible adhérence qui étaient difficiles pour tous. Avec le retour de la fraternité F1 pour 2021, nous sommes sûrs d’être dans un autre épisode dramatique du Grand Prix de Turquie cette année.

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

Dave Robson (GBR) Williams Racing Head of Vehicle Performance.

Le tracé du circuit d’Istanbul Park est l’un des meilleurs des circuits de Formule 1 modernes. extrêmement difficile. Cette année, les prévisions météo sont raisonnables, la surface a mûri et a été traitée, et Pirelli apporte une gamme de composés plus doux. Tout cela devrait améliorer considérablement les performances des voitures, augmenter la confiance des pilotes et conduire à une course passionnante.

Bien que le virage huit soit le virage emblématique du circuit, c’est la séquence précédente de virages ondulants rapides qui constitue vraiment le défi. Ils exigent beaucoup des voitures ainsi que du courage et de l’engagement de la part des pilotes. Le mélange de virages et de lignes droites bien placées devrait faciliter les dépassements et augmenter les options stratégiques dimanche.

Après avoir bien géré les conditions mitigées en Russie, nous devons maintenant nous recentrer sur la maximisation des performances sur sol sec de la FW43B. Nous tenons à vérifier que les pneus fonctionnent bien sur la surface traitée. Une fois que nous sommes convaincus que c’est le cas, nous pouvons commencer à régler les réglages de la voiture et comprendre comment nous pouvons nous mettre dans la meilleure position possible dimanche.

George Russell :

 

J’attends vraiment avec impatience la Turquie. Lorsque nous avons couru là-bas en 2020, c’était en quelque sorte une patinoire, ce qui offrait beaucoup d’opportunités ! Je ne pense pas que ce sera la même chose cette année, mais nous serons prêts à faire face à toutes les conditions. J’espère que nous pourrons prendre le virage huit à fond car ce sera une grande expérience dans la génération actuelle de voitures. Nous avons maintenant marqué des points dans quatre des cinq dernières courses, nous abordons donc ce week-end pleins de confiance et nous espérons pouvoir obtenir un autre bon résultat.

Nicolas Latifi :

 

Je suis ravi de prendre la piste en Turquie ! Ce fut une expérience unique pour tout le monde en 2020 en raison de la pluie et des niveaux d’adhérence très faibles, mais j’espère que les choses sont légèrement différentes cette fois-ci. Cela peut être un circuit difficile, en particulier avec la séquence du virage huit à trois sommets et les changements d’altitude de la piste, mais je pense que nous sommes dans une bien meilleure position pour relever ce défi cette année. Nous avons été sur une très bonne série de courses avec de bonnes performances récemment, donc je suis heureux et j’ai hâte de poursuivre cette tendance à Istanbul Park.

Par Mercedes

La 16e manche de la saison 2021 de F1 se déroule à Istanbul Park, pour le Grand Prix de Turquie

 
  • Toto parle de la Turquie
  • Fonctionnalité vidéo : qu’est-ce que la simulation F1 ?
  • Dossier d’information : Grand Prix de Turquie
  • Attaque de statistiques : la Turquie et au-delà

Toto parle de la Turquie :

 

Il y a eu un buzz brillant dans l’équipe au cours de la dernière semaine. Revenir sur la plus haute marche du podium était un sentiment incroyable pour nous tous, et particulièrement après un week-end de course aussi dramatique.

C’était évidemment encore plus spécial en étant la 100e victoire de Lewis en Formule 1. Pour le moment, des jalons comme celui-ci sont exceptionnels, mais je pense qu’il nous faudra du temps pour réaliser à quel point cette période est remarquable et à quel point nous sommes privilégiés de faire partie de ce voyage avec lui.

Les derniers instants de la dernière course en Russie ont prouvé que tout peut arriver en F1 et que les fortunes peuvent changer en un clin d’œil. Cette saison nous garde tous sur nos gardes et c’est quelque chose que nous apprécions énormément, mais cela signifie également que nous devons être agressifs dans notre approche de la saison, afin de maximiser les points disponibles.

C’est notre objectif pour la Turquie et au-delà. Je sais que Lewis, Valtteri et toute l’équipe sont motivés pour la bataille qui les attend, et nous sommes prêts pour une autre course passionnante ce week-end à Istanbul Park, où il y a encore de nombreuses inconnues pour nous en raison de la surface de la piste et des conditions météorologiques en 2020.

C’est un tracé de piste passionnant et bon pour la course, donc je pense que nous aurons une autre tournure spectaculaire dans cette brillante saison de F1.

Fonctionnalité vidéo : qu’est-ce que la simulation F1 ?

Cette semaine, nous abordons le thème de la simulation et les différents outils utilisés par les équipes de F1. La vidéo présente des entretiens avec Ivo Marlais (responsable de la simulation VDG), Matt Wilkin (responsable de l’ingénierie VDG), Joseph McMillan (ingénieur principal en stratégie de course) et Valtteri Bottas (pilote de la voiture n°77).

 

Dossier d’information : Grand Prix de Turquie

La course de la pole position à la première zone de freinage à Istanbul Park est l’une des plus courtes du calendrier F1, mesurant seulement 170 mètres. La piste que nous venons de parcourir, l’Autodrom de Sotchi, est la plus longue avec un tronçon de 891 mètres.

Les pilotes ne passent pas autant de temps à plein régime autour d’Istanbul Park par rapport à la plupart des pistes du programme F1 2021, avec seulement 59 % du temps au tour et 72 % de la distance parcourue à plein régime.

Le virage emblématique à quatre sommets de la piste n’est plus aussi difficile pour les voitures et les pilotes qu’auparavant, lorsque la F1 a couru en Turquie de 2005 à 2011. En raison des niveaux d’appui accrus des voitures. Cependant, il reste la force g latérale la plus élevée ressentie par les pilotes au cours du tour, mesurant 4,6 g.

Parce qu’Istanbul Park n’est pas aussi fréquemment utilisé que d’autres sites de F1 et qu’il a été refait avant l’événement de l’année dernière, l’évolution de la piste est élevée – ce qui signifie que la piste commence le week-end plus fraîche (ou « plus verte ») et développe plus d’adhérence au fur et à mesure que plus les tours sont terminés et plus de caoutchouc est posé.

La nouvelle surface de la piste, les températures très froides et le temps humide samedi et dimanche du Grand Prix de Turquie de l’année dernière ont rendu les conditions incroyablement difficiles pour les pilotes, manquant d’adhérence tout au long du week-end. Nous avons connu les deuxièmes températures les plus froides de la saison, après le Grand Prix de l’Eifel au Nürburgring, avec une température moyenne de l’air de 13°C et une température moyenne de piste de 15°C.

Sebastian Vettel détient toujours le record du tour du GP de Turquie avec son 1:25.049 de 2011. L’année dernière, nous avions prédit que les voitures modernes seraient environ quatre secondes plus rapides en qualifications, mais en raison de la météo et des conditions, les meilleurs temps au tour étaient à la fin des années 40. Même avec la marche à sec vendredi, la nouvelle surface glissante de la piste signifiait que le meilleur tour était un 1:28.330 de Max Verstappen.

Istanbul Park est l’un des sept tracés de piste dans le sens inverse des aiguilles d’une montre du calendrier F1 2021, les autres étant : Imola, Interlagos, Bakou, COTA, Jeddah et Yas Marina. Ces dispositions augmentent la tension sur le côté opposé du cou du conducteur, qui n’est pas habitué à subir ces forces en raison du nombre plus important de circuits dans le sens des aiguilles d’une montre.

La dégradation des pneus était traditionnellement assez élevée en Turquie, mais en raison des conditions inhabituelles de l’année dernière, il était difficile d’obtenir une lecture sur la dégradation et l’usure des pneus. Dans tous les cas, vous pouvez utiliser les pneus avec une gomme très faible à Istanbul Park en raison du nouveau tarmac lisse.

En termes de configuration de la voiture, la Turquie est ce que les ingénieurs appellent « le milieu du peloton », car la plupart de ses caractéristiques sont assez moyennes, donc pas à chaque extrémité du spectre en termes d’appui et de sensibilité à la puissance.

Cependant, avec quelques virages lents, des zones de traction et de longues lignes droites, le seul élément sur lequel il est un peu plus élevé est la consommation de carburant, ce sera donc une considération au cours du week-end.

Nous nous attendons à ce que la surface de la piste soit plus adhérente ce week-end. La surface a été traitée, et elle aurait dû vieillir naturellement aussi. De plus, le bitume fraîchement posé (comme l’année dernière) est gras, et ces huiles devraient se dissiper maintenant avec le vieillissement climatique normal de la surface.

La Turquie est l’un des meilleurs circuits de F1 pour les dépassements, car il y a plusieurs grandes zones de freinage et des virages menant à des lignes droites plus longues qui offrent plusieurs lignes différentes.

2021 Turkish Grand Prix, Thursday, Lewis Hamilton. LAT Images

 

Les stats Mercedes en Turquie

Par Ferrari

GRAND PRIX DE TURQUIE – EN COMPÉTITION ENTRE L’EUROPE ET L’ASIE

Pht. Scuderia Ferrari

La Formule 1 ravive les moteurs de la course numéro 16 de la saison. Il se déroule à Istanbul Park, en Turquie, à la périphérie de la partie asiatique de la métropole. Le circuit mesure 5 338 mètres et comporte 14 virages, six à droite et huit à gauche. Cette usine était sortie du tour de Formule 1 après 2011, mais en 2020 elle est revenue pour accueillir un Grand Prix après la perturbation du calendrier due à la pandémie de Covid-19.

Points clés.  Istanbul Park est un circuit très apprécié des pilotes pour ses changements de pente continus et ses virages difficiles : parmi les plus intéressants se trouve le premier, qui descend en pente raide vers la gauche immédiatement après la ligne droite d’arrivée, et le désormais emblématique virage 8, avec quatre points de corde. Cette étape est compliquée pour les pilotes, spectaculaire pour les spectateurs et très stressante pour les pneus qui sont mis à rude épreuve pendant environ six secondes consécutives. Il y a deux zones DRS : sur la ligne droite et sur l’autre, juste avant les virages 11 à 12. Il y a 58 tours à couvrir, soit 309,396 km. L’année dernière, la piste était caractérisée par une adhérence particulièrement faible, mais en vue de la course de cette année, la piste a été refaite.

Pht. Scuderia Ferrari

Courir Carlos.  Comme cela est arrivé à Charles Leclerc en Russie, Carlos Sainz en Turquie disposera d’un tout nouveau groupe motopropulseur, équipé du nouveau système hybride : il devra donc partir du fond de la grille en vue d’une course de récupération dans laquelle frapper les points.

Chef d’équipe de Maranello.  Mattia Binotto ne sera pas physiquement présent au Grand Prix de Turquie. Comme cela s’est déjà produit à plusieurs reprises l’année dernière, le Team Principal restera au siège de Maranello pour se concentrer sur le travail de développement de la voiture pour la saison prochaine mais suivra toutes les séances et la course depuis le Remote Garage, en lien permanent avec le équipe au ‘Istanbul Park.

Programme.  Les voitures prendront la piste pour la première fois vendredi à 11h30 heure locale (10h30 CET) pour la première séance d’essais libres, tandis que la seconde est prévue à 15h (14h CET). La troisième est prévue samedi matin à 12h00 (11h00 CET), tandis que les positions sur la grille seront définies à partir de 15h00 (14h00 CET). Le neuvième Grand Prix de Turquie débutera le dimanche 10 octobre à 15h (14h CET).

Charles Leclerc. Pht. Scuderia Ferrari

 

 

Statistiques Ferrari :

GPs disputés 1023

Saisons en F1 72

Débuts à Monaco 1950 (A. Ascari 2e ; R. Sommer 4e ; L. Villoresi ret.)

Victoires 238 (23,26 %)

Pole position 230 (22,48 %)

Meilleurs tours 254 (24,83 %)

Podiums totaux 777 (25,32 %)

Stats Ferrari GP de Turquie :

GPs disputés 8

débuts 2005 (R. Barrichello 10e; M. Schumacher ret.)

Victoires 3 (37,50 %)

Pole position 3 (37,50 %)

Meilleurs tours 3 (37,50 %)

Podiums totaux 8 (33 , 33 %)

Carlos Sainz. Pht. Scuderia Ferrari

 

Grand Prix de Turquie : chiffres et curiosités :

  • La position la plus en arrière sur la grille de départ à partir de laquelle le Grand Prix de Turquie a été remporté. C’est Lewis Hamilton l’an dernier qui a réussi. Aux sept autres occasions, l’un des deux pilotes partis de la première ligne a toujours triomphé. Même le retour le plus important est enregistré en 2020 et c’est Sebastian Vettel avec le SF1000 qui l’a marqué. L’Allemand est parti onzième et a terminé troisième, conquérant ainsi son 55e et dernier podium avec la Scuderia Ferrari.
  • Le nombre moyen de dépassements dans le Grand Prix de Turquie. L’édition la plus mouvementée a été celle de 2011 avec 79 changements de position, alors que l’année dernière il y en avait 32. 2009 a vu le nombre minimum de dépassements, avec neuf.
  • Les tours bouclés en tête du Parc d’Istanbul par la Scuderia Ferrari. C’est un record étant donné que la deuxième équipe de ce classement est Red Bull avec 97, puis McLaren avec 93. Pas moins de 151 tours de tête ont été bouclés par Felipe Massa, le spécialiste de cette piste avec ses trois victoires consécutives de 2006 à 2008.
  • Les tasses de thé bues en moyenne en Turquie par chaque habitant chaque année, équivalent à environ trois kilogrammes par habitant. C’est la boisson la plus consommée du pays, souvent aussi offerte par les commerçants à leurs clients, servie dans de petits verres en verre.
  • Le périmètre de la Turquie en km. Le pays situé entre l’Europe et l’Asie est principalement entouré par la mer – la Méditerranée, l’Égée et la Noire – qui baigne 6077 km de côtes. Pour le reste, la Turquie borde la Grèce, la Bulgarie, la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, l’Iran, l’Irak et la Syrie.

 

Cette semaine dans notre histoire :

 

  • 6/10. En 1918, Max De Terra est né à Zurich. On ne se souvient certainement pas du pilote suisse comme d’un champion, mais il a joué un rôle dans l’histoire de Ferrari. En effet, il fut parmi les fondateurs de l’Ecurie Espadon avec ses compatriotes Peter Hirt et Rudolf Fischer. Cette équipe a été parmi les premiers clients de la société Maranello avec Peter Whitehead et Fischer avec la 500 F2 a également obtenu d’excellents résultats tels que des troisièmes places aux Grands Prix de Suisse et d’Allemagne lors de la saison 1952.

 

  • 7/10. En 2007, le Grand Prix de Chine a eu lieu sur le circuit international de Shanghai. La course a été remportée par la Ferrari F2007 de Kimi Räikkönen qui a profité de l’erreur de son rival pour le titre Lewis Hamilton. Le pilote McLaren court longtemps dans la voie d’évacuation de la voie des stands et y termine sa course. Grâce à ces résultats, Kimi est de retour en lice pour le championnat qui voit désormais Hamilton en tête avec 107 points d’avance sur son coéquipier Fernando Alonso avec 103 et le Finlandais avec 100. La dernière course audacieuse au Brésil verra Kimi renverser la fortune de le classement et remporter la Coupe du monde.

 

  • 8/10.En 2000, l’avant-dernière course de la saison, le GP du Japon, s’est déroulée à Suzuka. La course voit un beau tête-à-tête entre la Ferrari de Michael Schumacher et le Finlandais de McLaren, Mika Häkkinen, qui parvient à prendre la tête au départ. La situation reste inchangée même après le premier arrêt au stand, tandis qu’au 37e tour, la McLaren revient pour son deuxième ravitaillement et changement de pneus. Schumacher a du carburant pour rester en piste pendant encore trois tours au cours desquels il réalise des temps incroyables qui lui permettent de sortir des stands devant son rival. Le Finlandais escorte l’Allemand jusqu’à la ligne d’arrivée mais ne parvient pas à le mettre en difficulté. Michael Schumacher est champion du monde, pour lui c’est le troisième titre mais c’est le premier avec la Scuderia qui revient remporter un championnat du monde des pilotes après celui remporté en 1979 avec Jody Scheckter. En Italie, il n’est que sept heures du matin, mais à Maranello, le trafic semble être une heure de pointe. Tous les fans sont en fête, les cloches sonnent, c’est une aube teintée de rouge, la couleur de Ferrari.

 

  • 9/10. En 2017, les célébrations du 70e anniversaire de Ferrari se clôturent à la Bourse de New York. Un week-end se termine au cours duquel les voitures les plus représentatives de la société Maranello ont été protagonistes dans divers quartiers de la ville et évidemment aussi devant le célèbre bâtiment NYSE.

 

  • 10/10. En 2004, Michael Schumacher a remporté le Grand Prix du Japon, l’avant-dernière course du championnat. Pour Ferrari, qui alignait l’extraordinaire F2004, c’est le 15e succès de la saison qui lui permet d’égaler les records de la McLaren MP4/4 de 1988 et de la Ferrari F2002 de 2002. Pour la Scuderia c’est la victoire numéro 182, tandis que pour l’Allemande , qu’en Belgique, en août, il avait remporté son septième titre mondial, c’est le 64e triomphe.