19 mai 2024

Max Verstappen remporte la 17e victoire de la saison devant Norris et Alonso au Grand Prix de Sao Paulo

Max Verstappen a réalisé un pilotage assuré pour remporter une victoire dominante au Grand Prix de Sao Paulo, ce qui constitue un record pour le champion du monde 2023, qui remporte sa 17e victoire.

Une catastrophe s’est produite avant même le début de la course, lorsque Charles Leclerc est sorti de piste lors du tour de formation après avoir perdu le système hydraulique, ce qui l’a contraint à l’abandon. À l’extinction des feux, Verstappen a pris un bon départ en tête, mais une forte collision entre Alex Albon et Kevin Magnussen derrière a entraîné le lancement des drapeaux rouges.

Verstappen s’est de nouveau échappé en force au nouveau départ, résistant à Norris pour conserver la première place, avant de remporter sa deuxième victoire du week-end, après avoir été en tête du Sprint de samedi. Norris a obtenu une solide deuxième place, tandis qu’Alonso a complété le podium après avoir tenu tête à Sergio Perez dans une bataille palpitante jusqu’à la ligne d’arrivée.

Lance Stroll a ajouté au palmarès d’Aston Martin en prenant la cinquième place, devant l’unique pilote Ferrari, Carlos Sainz, sixième. Pierre Gasly a été le chef de file de l’Alpine en septième position, tandis que Lewis Hamilton a terminé une journée difficile pour Mercedes en P8. Yuki Tsunoda et Esteban Ocon complètent le top 10.

Logan Sargeant a manqué de peu de marquer des points en se classant P11 et Nico Hulkenberg a terminé 12ème, les deux pilotes roulant en solo pour leurs équipes respectives.

#1, Max Verstappen, Red Bull, P1. pht. Getty images

Daniel Ricciardo et Oscar Piastri ont été les derniers à franchir la ligne d’arrivée en P13 et P14. Les deux Australiens ont subi des dommages dans l’incident du premier virage, mais ont pu faire réparer leur voiture pendant la période de drapeau rouge.

Plusieurs abandons ont été enregistrés, George Russell ayant été contraint de rentrer au stand en raison d’un problème de température d’huile après un après-midi difficile, tandis que le duo Alfa Romeo de Valtteri Bottas et Zhou Guanyu ont tous deux enregistré un DNF en raison d’un problème technique.

#16, Charles Leclerc, Ferrari, n’a pas pu défendre ses chances, il a été victimes dans le tour de chauffe d’une panne d’hydraulique. pht. F1

Magnussen et Albon sont sortis après leur accident dans le premier tour, tandis que Leclerc a également enregistré un DNF en raison de sa sortie du tour de formation.

CE QUI S’EST PASSÉ

Après un Sprint F1 palpitant au cours duquel Verstappen a ajouté à son palmarès, tous les regards étaient désormais tournés vers la journée de dimanche à Interlagos. Le champion du monde pouvait-il réitérer son succès, ou ses rivaux pouvaient-ils bénéficier des connaissances acquises lors de la course de samedi ?

#4, Lando Norris, McLaren, P2

Russell, Ocon et Gasly ont tous été pénalisés de deux places sur la grille de départ pour avoir roulé inutilement lentement et n’avoir pas suivi les instructions du directeur de course.

Tous les pilotes, à l’exception de Sargeant, ont choisi de prendre le départ avec les pneus tendres, le pilote Williams utilisant à la place les pneus médiums. Verstappen s’est aligné en pole sur un train de pneus usagés, tandis que Leclerc et Stroll, deuxième et troisième, ont opté pour des gommes neuves.

Race Start. pht. Getty images

Avant même que les feux ne s’éteignent, Leclerc est sorti de ses gonds au virage 7 lors du tour de formation. Le Monégasque signale qu’il a perdu le système hydraulique, ce qui l’amène à s’interroger sur les raisons de sa « malchance » à la radio de l’équipe. Il a emprunté une sortie de route, ce qui l’a mis hors course.

Lorsque les choses ont commencé à bouger, Verstappen a fait une solide échappée pour conserver la tête, tandis que Norris a fait une impressionnante remontée de la P6 à la P2. Hamilton a également réalisé un bon départ pour se hisser à la troisième place, prenant l’avantage sur le duo Aston Martin. Mais derrière, un gros accrochage entre Magnussen et Albon a conduit au déploiement de la voiture de sécurité, les deux pilotes ayant lourdement chuté.

#14, Fernando Alonso, Aston Martin, P3. pht. Zak Mauger

Les images montrent que Hulkenberg a été serré et qu’il est entré en contact avec Albon, ce qui a fait ricocher la Williams sur la trajectoire de Magnussen. Piastri a également été pris dans l’incident, ayant subi un aileron arrière cassé après avoir été accroché par l’arrière par le Danois. Cela semble avoir mis la McLaren hors course, tandis que Ricciardo est également rentré au stand après avoir subi des dommages à son aileron arrière, apparemment dus à une carcasse de pneu volante.

Les drapeaux rouges ayant été déployés en raison de l’importance des débris sur la piste, tout le monde s’est dirigé vers la voie des stands. L’ingénieur australien informe Piastri qu’ils vont essayer de réparer la voiture à temps pour prendre le nouveau départ.

Cette pause s’est avérée payante pour Piastri et Ricciardo qui, après avoir fait réparer leur voiture, ont pu prendre le nouveau départ depuis la voie des stands. Pendant ce temps, le reste du peloton se dirigeait vers la grille de départ pour un départ arrêté, Verstappen réussissant une nouvelle fois son lancement en P1 tandis que Norris parvenait à rester devant Hamilton.

#18, Lance Stroll, Aston Martin, P5. pht. LAT images

Hamilton a ensuite dû faire face à un Alonso en pleine charge, qui a utilisé l’aspiration pour prendre la 3e place à la Mercedes dans le virage 4. Plus loin, Stroll, le coéquipier d’Alonso, a rétrogradé à la septième place, tandis que Hulkenberg est remonté en P12.

Lorsque le DRS a été activé au 6e tour sur 71, Norris a réussi à rester à une seconde de Verstappen en tête du peloton. Le Britannique a réduit l’écart suffisamment pour envisager un mouvement possible dans le virage 1, mais il n’a pas réussi à trouver un moyen et a reculé par rapport à la Red Bull dans le tour suivant. Norris avait-il trop abusé de ses pneus ?

Alors que les trois premiers s’étaient détachés au 10e tour, Russell exprimait sa frustration d’être retenu par Hamilton dans la lutte pour la 4e place, tandis que Perez mettait la pression sur Russell pour la 5e place. Ricciardo et Piastri, quant à eux, se sont retrouvés avec un tour de retard à l’arrière, tandis que Hulkenberg a rétrogradé en P14 après avoir été dépassé par les deux Alfa Romeo.

#55, Carlos Sainz, Ferrari, P6. pht. Scuderia Ferrari

Perez a devancé Russell dans le virage 1 et, alors que ce dernier a tenté de revenir dans la ligne droite jusqu’au virage 4, Perez a finalement réussi à s’accrocher. La perte de position a incité Russell à remettre en question la tactique de son équipe à la radio, en demandant : « Est-ce qu’on travaille ensemble ici ou est-ce qu’on ne travaille pas ensemble ? « Est-ce qu’on travaille ensemble ici ou est-ce qu’on fait notre propre course ? » La réponse a été la suivante : « Nous en discutons encore : « Nous sommes toujours en train de discuter ».

Ocon a été le premier à rentrer au stand au 15e tour pour passer aux pneus moyens, suivi par Zhou peu après, qui semblait essayer de prendre le dessus sur Tsunoda. Dans le même temps, Perez chasse Hamilton pour la 4e place et s’infiltre à l’intérieur dans le virage 1, alors que Mercedes semble avoir du mal à trouver le rythme.

Hamilton rentre aux stands pour son premier arrêt au 19e tour, et ressort avec des pneus mediums en 11e position. Son coéquipier lui emboîte le pas un tour plus tard, rejoignant le peloton derrière le septuple champion du monde. Hamilton semble s’inquiéter et signale par radio un problème de direction avec son pneu avant droit.

Perez étant passé au stand peu de temps après, la sous-coupe s’est avérée payante pour Hamilton, qui a pris l’avantage lorsque le Mexicain est revenu sur la piste. Il y a une impression de déjà-vu lorsque Perez doit à nouveau se lancer à la poursuite de la Flèche d’Argent. Cette fois, il tente un dépassement par l’extérieur du virage 1, sans succès, mais une manœuvre dans la ligne droite s’avère fructueuse.

Un quatrième abandon a eu lieu au 24e tour lorsque Zhou a été contraint de s’arrêter pour un problème technique. Entre-temps, Stroll est passé au stand et est revenu en piste derrière Russell, mais l’Aston Martin n’a pas tardé à doubler le Britannique pour s’emparer de la 9e place.

#10, Pierre Gasly, Alpine, P7

Alonso est le premier des trois premiers pilotes à s’arrêter et remonte en sixième position après avoir chaussé le pneu médium. Piastri, toujours en dernière position, est également passé par les stands pour changer de gomme, après s’être plaint de la gomme medium à la radio.

Alors que d’autres pilotes passent au stand, Verstappen et Norris s’arrêtent tous les deux avant de repartir dans les mêmes positions, respectivement P1 et P2. Il y a eu un peu d’action dans la voie des stands pour certains, Sainz étant libéré de son arrêt juste au moment où Tsunoda remontait la voie des stands. Après avoir été côte à côte, les deux pilotes ont finalement cédé.

Alors que les trois voitures de tête conservent leur position, Perez semble réduire l’écart avec Alonso, troisième, au 31e tour sur 71. Stroll était à quatre secondes de la Red Bull en P5, mais la bataille pour la sixième place devenait intrigante, avec Russell sur l’arrière d’Hamilton.

#44, Lewis Hamilton, Mercedes, P8. pht. Steve Etherington

Plus loin, Bottas semblait vouloir marquer un point en tant que seule Alfa Romeo encore en course. Gasly l’a dépassé pour la 9e place, mais le Finlandais a réussi à conserver la 10e place. Ailleurs, Sainz s’est considérablement rapproché de la bataille des Mercedes, la Ferrari n’étant plus qu’à une demi-seconde de Russell.

« Je commence à avoir du mal avec les pneus », a déclaré Hamilton au 35e tour. Quelques instants plus tard, Sainz prenait Russell pour la septième place – les Flèches d’argent devraient-elles envisager une stratégie à trois arrêts ? Devant, Perez continue de creuser l’écart avec Alonso dans la course à la troisième place.

Alors que le Grand Prix arrive à mi-parcours, Tsunoda dépasse Bottas pour la 10e place dans ce qui pourrait être un mouvement crucial compte tenu de la bataille des constructeurs entre leurs équipes respectives, AlphaTauri et Alfa Romeo. Le pilote japonais n’était pas le seul à faire des progrès, Sainz prenant l’avantage sur Hamilton dans le virage 4.

En tête, Norris et Verstappen semblaient s’échanger les meilleurs temps, mais le Néerlandais conservait cinq secondes d’avance sur le premier. Alonso était à 12 secondes en troisième position et semblait rester calme quant au défi potentiel de Perez, le pilote mexicain semblant perdre du terrain.

La catastrophe est arrivée pour Alfa Romeo lorsque Bottas a dû abandonner sa voiture au 41e tour en raison d’un problème mécanique, ce qui signifie que les deux pilotes de l’équipe sont hors course. Russell, à qui l’on a demandé de lever le pied et de rouler en roue libre, a vu l’Alpine de Gasly se rapprocher de lui dans une lutte pour la huitième place.

#22, Yuki Tsunoda, Alphatauri. pht. Getty images

Gasly est passé dans le virage 1 au 43e tour, repoussant Russell à la 9e place et potentiellement dans les griffes d’un Tsunoda rapide. Les caméras ont montré le patron de Mercedes, Toto Wolff, qui n’était pas très content dans le garage car les difficultés semblaient continuer pour ses voitures.

Bien qu’il se soit hissé en P8, Gasly a expliqué qu’il avait un problème avec ses freins, tandis qu’Hamilton a déclaré que sa voiture se sentait « mal dans l’air ». Entre-temps, la deuxième série d’arrêts aux stands a commencé, Russell mettant en place des pneus souples usagés, tandis qu’Hamilton suivait le même chemin.

Perez a dépassé Tsunoda après le ravitaillement, et Hamilton s’est rapproché d’Ocon pour se hisser en P8. Le Britannique ne semblait pas satisfait de ses pneus tendres, ayant dit à son ingénieur : « Nous aurions dû opter pour les pneus durs : « Nous aurions dû opter pour les pneus durs ».

Alpine a choisi d’intervertir Gasly et Ocon, ce qui a permis à Gasly de s’envoler vers la neuvième place et de se retrouver à nouveau sur la route d’Hamilton. Une fois de plus, le Français est passé en trombe dans le virage 1, laissant Hamilton se demander pourquoi il ne pouvait toujours pas le rattraper avec le DRS.

#31, Esteban Ocon, Alpine, P10. pht. LAT images

Au 53e tour sur 71, Perez a repris une seconde d’avance à Alonso dans la lutte pour la troisième place. L’autre Aston Martin de Stroll, quant à elle, a connu un arrêt aux stands un peu lent et est ressortie en P6 devant Sainz.

Ocon est repassé par les stands pour chausser des pneus tendres et a rapidement signé le meilleur tour en course, son équipe précisant que Russell – 14 secondes devant lui en P10 – était l’objectif. Devant, la bagarre entre Perez et Alonso s’est considérablement intensifiée alors que la course entrait dans les 15 derniers tours, Perez étant à moins d’une seconde de son rival pour la dernière place sur le podium.

Verstappen a effectué son deuxième arrêt au stand au tour 58 pour chausser un train de pneus tendres, ce qui a donné la tête à Norris avec un écart de 11 secondes. Pendant ce temps, Perez bénéficiait du DRS mais ne parvenait toujours pas à dépasser Alonso.

Peu après, Russell a mis fin à ce qui avait été un après-midi difficile lorsqu’il a été contraint de retirer sa W14 de la course, l’équipe déclarant que c’était en raison d’une « température d’huile élevée et qui s’aggrave ».

En tête, Norris est rentré aux stands pour chausser des pneus softs usagés. Le Britannique est revenu sur le circuit en P2, tandis qu’Alonso continuait à tenir tête à Perez dans leur lutte pour la troisième place. Le pilote Red Bull pourrait-il trouver une solution à 10 tours de la fin ?

Norris semblait rapide, ayant signé un nouveau meilleur tour alors qu’il était à neuf secondes de Verstappen. Ailleurs, Sainz semble avoir perdu du terrain sur Stroll, le Canadien conservant la P5 face à l’unique pilote Ferrari, sixième.

Tous les regards se tournent alors vers le duel entre Alonso et Perez. Perez semble avoir du mal avec ses pneus tandis qu’Alonso profite de l’air frais devant lui, avec 28 secondes de retard sur Norris. La position de Sainz semblait soudainement moins sûre, après avoir déclaré ne pas avoir eu de rétrogradage.

Alors que la course entame ses deux derniers tours, Perez plonge finalement sur Alonso à l’intérieur du virage 1. L’Espagnol n’abandonne pas sans combattre et tente de jeter un coup d’œil dans le virage 4, en vain, tandis qu’une autre tentative dans le tour suivant ne fonctionne pas. Ce n’est pas fini, cependant, car Alonso revient à la troisième place dans le virage 4.

La bagarre se poursuit jusqu’au drapeau à damier, où Alonso s’accroche pour moins d’un dixième de seconde dans une fin de course incroyable. Devant, Verstappen a franchi la ligne d’arrivée pour remporter la 17e victoire de la saison, Norris restant invaincu à la deuxième place.

Stroll a renforcé les points d’Aston Martin pour la journée en terminant cinquième, tandis que Sainz a réussi à conserver sa sixième place malgré ses problèmes de rétrogradage. Gasly et Ocon ont tous deux marqué des points pour Alpine en septième et dixième respectivement, tandis que Hamilton et Tsunoda les séparent en huitième et neuvième position.

Sargeant et Hulkenberg suivaient en P11 et P12, et Ricciardo et Piastri étaient les derniers du peloton à terminer la course après les dégâts qu’ils avaient subis dans la mêlée du premier tour.

Podium. pht. Getty images

Classement course ici

Citation clé :

« Les départs étaient très importants aujourd’hui, les deux étaient très bons », a déclaré Verstappen. « Ensuite, toute la course s’est jouée sur la gestion des pneus. Nous étions bons sur n’importe quel pneu, mais je pense qu’en particulier dans le relais du milieu, nous pouvions créer un peu d’écart, donc j’ai pensé que c’était très fort.

« Tout semblait bien se passer, mais avec la dégradation élevée ici, vous deviez constamment corriger la voiture, donc vous deviez toujours vous concentrer là-dessus, mais heureusement cela a très bien fonctionné aujourd’hui.

La suite :

Il ne reste plus que deux courses au calendrier 2023 de la F1, la première étant le Grand Prix inaugural de Las Vegas, qui se déroulera du 17 au 19 novembre.

Communiqué La F1

Les réactions des pilotes et des Teams a suivre lors d’un prochain article sur flashinfoauto.com