Indy, Helio Castroneves remporte les 500 miles d’Indianapolis

Posted by

Avec un sens du spectaculaire à la hauteur de sa personnalité charismatique, Helio Castroneves a rejoint le club exclusif des quadruples vainqueurs de l’Indianapolis 500 presented by Gainbridge en remportant une victoire éclatante sur l’Indianapolis Motor Speedway.

Helio Castroneves a rejoint le club exclusif des quadruples vainqueurs de l’Indianapolis 500

Castroneves a rejoint A.J. Foyt (1961, 1964, 1967, 1977), Al Unser (1970, 1971, 1978, 1987) et Rick Mears (1979, 1984, 1988, 1991) en tant que quadruple vainqueur du « plus grand spectacle de la course ». Les précédentes victoires du Brésilien remontent à 2001, 2002 et 2009, toutes en tant que pilote à plein temps de l’équipe Penske, l’équipe la plus victorieuse de l’histoire des 500 miles d’Indianapolis.

Start of Race

Mais cette fois-ci, c’était différent. Castroneves a conduit la Honda AutoNation/Sirius XM n°06 de Meyer Shank Racing à la première victoire de l’équipe à Indy et à la première victoire de la NTT INDYCAR SERIES. Castroneves, 46 ans, est également devenu le quatrième plus vieux vainqueur de l’histoire des « 500 » lors de son premier départ INDYCAR de la saison, puisqu’il n’est prévu qu’un calendrier partiel cette année.

« Ce n’est pas la fin, c’est le début », a déclaré Castroneves. « Je ne sais pas si c’est une bonne comparaison, mais Tom Brady a gagné un Super Bowl, Phil (Mickelson) a gagné le PGA, et maintenant voilà. Les anciens l’ont toujours, ils bottent les fesses des jeunes. Nous leur donnons une leçon.

« Quel grand effort d’équipe. Tout le monde était synchrone. Nous n’avons pas fait d’erreurs. Le numéro 4 – quel moment. Je suis tellement honoré de faire partie de ce groupe incroyable avec A.J. Foyt, Al Unser Sr. et Rick Mears. C’est absolument un rêve qui se réalise. »

 Castroneves vole vers la victoire

Castroneves, parti huitième, a terminé un duel passionnant avec l’Espagnol Alex Palou, 24 ans, dans les derniers tours, en dépassant Palou avec une action audacieuse à l’extérieur du virage 1 au 199e tour. Il a tenu tête à la Honda NTT DATA Chip Ganassi Racing n°10 de Palou pour s’imposer avec 0,4928 seconde d’avance.

 Alex Palou P2

L’arrivée a été le point culminant de l’Indianapolis 500 les plus rapides de l’histoire, avec une vitesse moyenne de 190,690 mph (306,885 km/h) dans une course ralentie seulement deux fois par des avertissements pour un total de 18 tours, deux records de vitesse.

 Simon Pagenaud P3

Le vainqueur de l’Indy 2019, Simon Pagenaud, a terminé troisième dans la Chevrolet Menards Team Penske n°22, à 0,5626 seconde de Castroneves. Pato O’Ward était quatrième dans la Chevrolet Arrow McLaren SP n°5, tandis qu’Ed Carpenter complétait le top 5 dans la Chevrolet SONAX n°20.

Seulement 1,2424 seconde séparait les cinq premiers malgré la dernière période d’avertissement de la course de 200 tours qui s’est terminée au 124e tour.

La célébration jubilatoire de Castroneves a enthousiasmé la foule de 135 000 fans sous un ciel ensoleillé et une température de 60°. Il a escaladé la barrière de la première ligne avec les membres de son équipe et le copropriétaire de l’équipe, Michael Shank. De nombreux pilotes actuels et passés se sont précipités pour féliciter Castroneves de son quadruple succès. Mario Andretti, vainqueur de la course Indy en 1969, l’a embrassé sur la tête en guise de béatification. Foyt a également envoyé un message de félicitations à Castroneves.

« Cette étape est absolument incroyable », a déclaré Castroneves. « J’adore Indianapolis. Les fans, ils me donnent de l’énergie ! Je suis sérieux. »

Helio Castroneves
Helio Castroneves

Castroneves a effectué son dernier arrêt au stand au 172e tour, suivi de Palou au 173e tour. Palou s’est placé devant Castroneves à sa sortie des stands, et ils ont formé un train de trois voitures avec O’Ward en tête virtuelle de la course, alors que de nombreuses voitures devant eux devaient faire un dernier arrêt avant la fin de la course.

Pagenaud, Sage Karam, Tony Kanaan et Santino Ferrucci ont quitté la tête pour leurs derniers arrêts au 180e tour, plaçant Felix Rosenqvist, JR Hildebrand et Takuma Sato dans le trio de tête, respectivement, et environ 12 secondes devant Palou, Castroneves et O’Ward.

Le public est venu en masse (ça change du cirque Européen) !

Pendant ce temps, Castroneves et Palou se disputaient la position derrière le trio de tête, sachant qu’ils avaient suffisamment de carburant pour atteindre le 200e tour et conscients qu’ils deviendraient le peloton de tête en raison des arrêts aux stands nécessaires aux voitures assoiffées de carburant de Rosenqvist, Hildebrand et Sato si un drapeau jaune n’était pas agité en fin de course.

 Ed Carpenter P5

Ce drapeau n’est jamais arrivé. Rosenqvist s’est arrêté en tête au 192e tour dans la Chevrolet Arrow McLaren SP n°7, et Sato a été contraint de plonger pour faire le plein au 193e tour dans la Honda Panasonic/PeopleReady n°30.

Castroneves a hérité de la tête au tour 194, mais Palou a dépassé Castroneves pour prendre la tête dans le premier virage au tour 196, rappelant le mouvement décisif de Rick Mears contre Michael Andretti en 1991 qui a mené à sa quatrième victoire.

O’Ward P4

Mais Castroneves s’est repris et a placé sa voiture dans le sillage de Palou sur la première ligne droite, alors qu’ils passaient devant le stand au début du 199e tour. Puis Castroneves a rendu la pareille à Palou, dans le premier virage pour prendre la tête.

Dans les derniers tours, le trafic des retardés a posé un problème à Castroneves, mais il a utilisé la sagesse acquise au cours de ses 20 départs précédents aux « 500 » pour tenir tête à Palou, qui a montré des compétences au-delà de son âge pour son deuxième départ seulement.

« Je suis super fier de finir deuxième », a déclaré Palou. « Ça fait très mal, mais c’était une bonne bataille avec Helio, et c’est mieux quand on perd contre le meilleur ».

Un avertissement au 33e tour a fait basculer la course très tôt. Stefan Wilson a bloqué ses freins et est parti en tête-à-queue en entrant dans la voie des stands au volant de la Honda n°25 de LOHLA SPORT/Cusick Motorsports, heurtant le mur extérieur des stands avec le côté droit de sa voiture.

La magie des 500 miles

Dixon, lauréat du prix NTT P1, faisait partie d’un groupe de voitures qui n’avaient pas fait le plein avant l’avertissement, mais ces voitures ont commencé à tomber en panne sèche parce que les stands ont été fermés pendant que l’équipe de sécurité AMR INDYCAR enlevait la voiture endommagée de Wilson. Dixon était en tête lorsque lui, Alexander Rossi, vainqueur de l’Indy 500 2016, et cinq autres pilotes ont effectué des arrêts d’urgence au tour 36 ou 37 pour du carburant. Les voitures de Dixon et Rossi n’ont pas voulu redémarrer, et ils avaient un tour de retard lorsque la course a repris au 46e tour.

Dixon est revenu sur le tour de tête au volant de la Honda PNC Bank Grow Up Great n°9, mais il a fini en 17ème position. Rossi, vainqueur de l’Indy 500 en 2016, a terminé 29e sur la Honda NAPA AUTO PARTS/AutoNation n°27, avec deux tours de retard.

Palou a pris la tête du championnat NTT INDYCAR SERIES dans cette course à double points, construisant une avance de 248-212 sur Dixon, six fois et champion en titre de la série.

Castroneves rentre dans l’histoire

Les 500 miles ici

Le championnat ici

HighLights 500 Miles d’Indianapolis

Les prochaines courses de la NTT INDYCAR SERIES sont les deux courses du Chevrolet Dual in Detroit, les courses phares du Grand Prix Chevrolet de Detroit présenté par Lear, les 12 et 13 juin sur Belle Isle à Detroit.

 Le traditionnel défilé des légendes, ici Mario Andretti

Communiqué IndyCar

Pht. video : IndyCar

English Information

Helio Joins Exclusive Club with Fourth Indianapolis 500 Victory

In a flair for the dramatic that matched his charismatic personality, Helio Castroneves joined the exclusive club of four-time Indianapolis 500 presented by Gainbridge winners with a stunning victory Sunday at Indianapolis Motor Speedway.

Castroneves joined A.J. Foyt (1961, 1964, 1967, 1977), Al Unser (1970, 1971, 1978, 1987) and Rick Mears (1979, 1984, 1988, 1991) as four-time winners of “The Greatest Spectacle in Racing.” The Brazilian’s previous victories came in 2001, 2002 and 2009, all as a full-time driver with Team Penske, the winningest team in Indianapolis 500 history.

But this one was different. Castroneves drove the No. 06 AutoNation/Sirius XM Honda of Meyer Shank Racing to the team’s first Indy win and first NTT INDYCAR SERIES victory. Castroneves, 46, also became the fourth-oldest winner in “500” history in his first INDYCAR start of the season, as he is scheduled to run only a partial schedule this year.

“It’s not the end; it’s the beginning,” Castroneves said. “I don’t know if it’s a good comparison, but Tom Brady won a Super Bowl, Phil (Mickelson) won the PGA, and now here you go. The old guys still got it, kicking the young guys’ butts. We’re teaching them a lesson.

“What a great team effort. Everyone was in sync. We didn’t make any mistakes. No. 4 – what a moment. I’m just so honored to be a part of this amazing group with A.J. Foyt, Al Unser Sr. and Rick Mears. This is absolutely a dream come true.”

Castroneves, who started eighth, finished a stirring duel with 24-year-old Spaniard Alex Palou over the closing laps by passing Palou with a daring outside move in Turn 1 on Lap 199. He held off Palou’s No. 10 NTT DATA Chip Ganassi Racing Honda to win by .4928 of a second.

The scintillating finish was the climax to the fastest Indianapolis 500 in history, with an average speed of 190.690 mph in a race slowed only twice by cautions for a total of 18 laps, both race-record lows.

2019 Indy winner Simon Pagenaud finished third in the No. 22 Menards Team Penske Chevrolet, .5626 of a second behind Castroneves. Pato O’Ward was fourth in the No. 5 Arrow McLaren SP Chevrolet, while Ed Carpenter rounded out the top five in the No. 20 SONAX Chevrolet.

Just 1.2424 seconds separated the top five despite the last caution period of the 200-lap race ending on Lap 124.

Castroneves’ jubilant celebration thrilled the crowd of 135,000 fans under sun-splashed skies and temperatures in the high 60s. He climbed the frontstretch fence along with crew members and team co-owner Michael Shank. Many current and past drivers rushed to congratulate Castroneves on becoming a four-time winner, with 1969 Indy winner Mario Andretti kissing him on the head in beatification. Foyt also sent Castroneves a message of congratulations.

“This stage is absolutely incredible,” Castroneves said. “I love Indianapolis. The fans, they give me energy! I’m serious.”

Castroneves made his final pit stop on Lap 172, followed by Palou on Lap 173. Palou slotted in front of Castroneves when he exited the pits, and they formed a three-car train with O’Ward in the virtual lead of the race, as numerous cars in front of them needed to make one final stop before the race ended.

Pagenaud, Sage Karam, Tony Kanaan and Santino Ferrucci peeled off from the lead for their final stops by Lap 180, putting Felix Rosenqvist, JR Hildebrand and Takuma Sato in the top three, respectively, and about 12 seconds ahead of Palou, Castroneves and O’Ward.

Meanwhile, Castroneves and Palou diced for position behind that lead trio, knowing they had plenty of fuel to reach Lap 200 and cognizant they would become the lead pack due to pit stops needed by the fuel-thirsty cars of Rosenqvist, Hildebrand and Sato if a caution flag didn’t fly late in the race.

That caution never came. Rosenqvist pitted from the lead on Lap 192 in the No. 7 Arrow McLaren SP Chevrolet, and Sato was forced to dive in for a splash of fuel from the lead on Lap 193 in the No. 30 Panasonic/PeopleReady Honda.

Castroneves inherited the lead on Lap 194, but Palou blasted past Castroneves for the lead in Turn 1 on Lap 196, reminiscent of Rick Mears’ decisive move against Michael Andretti in 1991 that led to his fourth win.

But Castroneves collected himself and placed his car in Palou’s draft on the front straightaway as they rocketed past the flag stand to start Lap 199. Then Castroneves returned the favor to Palou, using an identical outside move in Turn 1 to seize the lead.

Lapped traffic ahead over the closing laps posed a possible problem for Castroneves, but he used the wisdom gained over 20 previous “500” starts to hold off Palou, who showed skills beyond his years in just his second start.

“I’m super proud of finishing second,” Palou said. “It hurts a lot, but it was a good battle with Helio, and it’s better when you lose against the best.”

A caution on Lap 33 turned the race on its head early. Stefan Wilson locked his brakes and spun entering pit road in the No. 25 LOHLA SPORT/Cusick Motorsports Honda, hitting the outside pit wall with the right side of his car.

NTT P1 Award winner Dixon was among a group of cars that had not pitted before the caution, but those cars started to run out of fuel because the pits were closed while the AMR INDYCAR Safety Team removed Wilson’s damaged car. Dixon was leading when he, 2016 Indy 500 winner Alexander Rossi and five other drivers made emergency stops on Laps 36 or 37 for fuel. Dixon and Rossi’s cars would not refire, and they were a lap down when racing resumed on Lap 46.

Dixon raced back to the lead lap in the No. 9 PNC Bank Grow Up Great Honda, but he ended up finishing 17th. 2016 Indy 500 winner Rossi finished 29th in the No. 27 NAPA AUTO PARTS/AutoNation Honda, two laps down.

Palou took the NTT INDYCAR SERIES championship lead in this double-points race, building a 248-212 lead over six-time and reigning series champion Dixon.

The next NTT INDYCAR SERIES races are the Chevrolet Dual in Detroit doubleheader, the headline races of the Chevrolet Detroit Grand Prix presented by Lear on June 12-13 on Belle Isle in Detroit.