Hamilton remporte la victoire au Brésil après une course haletante

Posted by

Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Sao Paulo après une bataille sensationnelle avec son rival Max Verstappen lors d’un retour absolument passionnant au Brésil pour la F1. Verstappen a terminé en deuxième position devant Valtteri Bottas, auteur de la pole.

Hamilton P1, Verstappen P2. pht. LAT Images

Hamilton a bénéficié d’un départ fantastique depuis la P10 sur la grille, ses concurrents n’ont pu résister à la puissance de la Mercedes, son coéquipier Bottas a perdu la tête au profit de Verstappen au départ le britannique pointait déjà en P5 au cinquième tour. Hamilton a ensuite pris la P2 à Perez dans un duel qui a commencé au 17e tour et a culminé au 19e tour avec un dépassement au virage 4. Les premiers arrêts ont eu lieu vers le 25e tour, mais l’action est allée crescendo après que Verstappen se soit arrêté une deuxième fois au 41e tour, et Hamilton au 44e tour.

Hamilton avec son nouveau moteur n’a fait qu’une bouchée de ses adversaires, seul Verstappen a pu résister mais a du céder en fin de course ! pht. Jiri Krenek

Le pilote Mercedes s’est acharné sur Verstappen et malgré le fait qu’il ait été écarté au virage 1 – les commissaires ont noté mais n’ont pas enquêté – au 48e tour, Hamilton n’a pas abandonné, essayant à nouveau au 58e tour, mais se heurtant à une défense tenace. Un tour plus tard, il a réussi le dépassement gagnant avec le DRS dans la montée du virage 4, cette fois Verstappen n’ayant d’autre choix que de céder face à la supériorité de la Mercedes. Hamilton a fini à 10’’4 secondes devant à l’arrivée en seulement une poignée de tours, réduisant l’avance de Verstappen au championnat de 21 à 14 points.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P2. pht. Buda Mendes/Getty Images

Bottas, qui a effectué un arrêt opportuniste pendant la période de voiture de sécurité virtuelle du 30e tour et un autre au 41e tour, a terminé troisième devant Sergio Perez, parti quatrième, remonté à la deuxième place, mais qui a perdu des places au profit des deux Mercedes. Le Mexicain a toutefois remporté le meilleur tour aux dépens d’Hamilton, lors du dernier tour, après avoir effectué un pit-stop pour les softs au 70e tour.

Start of Race. pht. LAT Images

Les Ferrari ont réussi à mettre en place une stratégie à deux arrêts, permettant à Charles Leclerc de prendre la cinquième place et à Carlos Sainz – qui a perdu trois places suite à un contact avec Lando Norris (P10) au départ – la sixième. Pierre Gasly s’est détaché des Alpines après avoir effectué deux arrêts, son passage en pneus durs au 50e tour lui permettant de dépasser Esteban Ocon (P9) et Fernando Alonso (P8).

Norris a crevé au premier tour après que Sainz ait endommagé son pneu arrière gauche, mais il s’est repris pour prendre le dernier point, son arrêt au stand pendant un VSC au septième tour l’ayant laissé sur des pneus durs jusqu’à l’arrivée.

Valtteri Bottas, P3.

Sebastian Vettel a manqué les points d’une seconde à Norris, et a terminé 11e  après être parti P9, son coéquipier d’Aston Martin, Lance Stroll, ayant finalement abandonné, tout comme Daniel Ricciardo de McLaren.

Mais c’est Hamilton qui a volé la vedette ici au Brésil. Il s’est remis de sa disqualification lors des qualifications vendredi et est remonté de la dernière place à la P5 lors du Sprint samedi, avant de prendre une autre pénalité sur la grille pour un changement de moteur le jour de la course. Depuis la P10, il a effectué une remontée éclair certainement grâce à son nouveau moteur sur-vitaminé et a réussi à prendre le dessus sur son rival Verstappen pour remporter la victoire devant une foule en délire à Interlagos.

Sergio Perez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda, P4. pht. Buda Mendes/Getty Images

Ce qui s’est passé

Le Sprint de Sao Paulo a secoué la grille de départ samedi, Lewis Hamilton partant en P10 pour le Grand Prix – rétrogradé de cinq places en raison d’une pénalité moteur – tandis que Valtteri Bottas a arraché la tête à Max Verstappen pour partir en pole position devant le pilote Red Bull, Carlos Sainz prenant la P3 pour partir aux côtés de Sergio Perez sur la deuxième ligne.

Charles Leclerc, P5. pht. Scuderia Ferrari

Tout se jouait alors, Verstappen ayant 21 points d’avance sur Hamilton avant le Grand Prix, le poids des espoirs du Britannique semblait reposer sur son coéquipier Bottas, le poids des espoirs du Néerlandais sur son coéquipier Perez. Sans oublier la lutte pour le titre de constructeur, Mercedes ayant seulement deux points d’avance sur Red Bull avant le Brésil.

Carlos Sainz, P6. pht. Scuderia Ferrari

De plus, le pilote Ferrari Sainz doit tenir tête à la McLaren de Lando Norris (partant de la P5) afin de consolider l’avance de 14,5 points de la Scuderia, et Pierre Gasly d’AlphaTauri vise à battre Esteban Ocon d’Alpine – les deux pilotes partant respectivement de la P7 et de la P8 – les deux équipes étant à égalité avec 106 points. Tous les pilotes, sauf Yuki Tsunoda d’AlphaTauri, s’élanceront en pneus mediums, le rookie japonais partant en pneus softs.

Autour de la grille de départ, il y a une atmosphère de carnaval, les tribunes d’Interlagos sont remplies de fans passionnés, et l’excitation est à son comble lorsque les lumières s’éteignent. Et c’est parti : les deux premiers ont eu d’excellents départs, mais c’est Verstappen qui a pris l’intérieur dans les esses, prenant agressivement la tête dans le virage 2, tandis que Bottas est tombé dans les griffes de Perez, est sorti large au virage 4, et le Mexicain soutenait maintenant un duo Red Bull.

Pierre Gasly of France driving the (10) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P7. pht. Lars Baron/Getty Images

Hamilton a gagné trois places pour être septième au départ, et a repris une autre place à Vettel d’Aston Martin à la fin du premier tour pour être P6. Et malgré son avance sur la Ferrari, Norris de McLaren a été accroché à l’arrière ce qui a provoqué une crevaison après un contact avec le pneu avant droit de Sainz. Hamilton a pris la P5 de l’Espagnol dans le virage 1 au troisième tour, son coéquipier Charles Leclerc pour la P4 sur la ligne droite principale un tour plus tard tant la vitesse de pointe de la Mercedes était supérieure. Il n’est plus qu’à deux secondes de son coéquipier Bottas, qui a gracieusement laissé passer Hamilton au 5e tour.

Puis la voiture de sécurité est sortie au sixième tour pour des éclats de fibre de carbone et l’aileron avant de Tsunoda, qui était entré en collision dans le premier virage avec Lance Stroll d’Aston Martin au quatrième tour. « Dis à Valtteri de suivre… allons chercher ces gars-là », a déclaré Hamilton alors que le peloton se rangeait en file indienne dans la voie des stands sous Safety Car. La course a repris au 10e tour.

Esteban Ocon, Alpine, P8.

Au redémarrage, les quatre premiers ont tenu bon malgré les tentatives de Leclerc de prendre la P4 à Bottas, le Finlandais se défendant admirablement et faisant tout son possible pour protéger Hamilton devant. Verstappen avait plus d’une seconde d’avance sur son coéquipier au tour suivant, Hamilton deux secondes derrière Perez devant.

Le drapeau vert a été bref, une voiture de sécurité virtuelle est sortie au 12e tour pour nettoyer les débris de la Haas de Mick Schumacher. Le rookie a perdu son aileron avant lors d’un contact avec Kimi Raikkonen d’Alfa Romeo au 10e tour.

Fernando Alonso, Alpine, P9.

Le VSC a pris fin pour que la course reprenne correctement au 15e tour et les Red Bull ont continué comme avant, mais Hamilton était très rapide et juste derrière Perez trois tours plus tard. Le Britannique est passé à l’intérieur du Mexicain et a mené au virage 2, mais Perez lui a rendu la pareille au virage 4. Verstappen jouit maintenant d’une avance de 3’’8. Hamilton est revenu un tour plus tard sur la ligne droite principale, contournant l’extérieur de Perez dans le virage 1.

L’avance est maintenue par Verstappen mais les pneus commencent à se dégrader, Hamilton le fait savoir à son équipe à la radio alors que la fenêtre des stands approche. Hamilton a décidé de mordre le premier, s’arrêtant au 27e tour pour un changement rapide de pneus durs et sortant sixième. Verstappen a répondu un tour plus tard, son arrêt a également duré 2’’4 secondes, et le Néerlandais a émergé devant Hamilton – mais de manière cruciale, le Britannique avait dépassé Ricciardo juste avant, donc il était juste 1’’6 seconde derrière Verstappen après le premier arrêt.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P10.

Perez a été le prochain à s’arrêter, au 29e tour, émergeant en P5 pour laisser Bottas en tête avec Verstappen et Hamilton en train d’utiliser de nouvelles gommes dures.

Un autre VSC au 30e tour pour un débris de la voiture de Stroll, pendant lequel Bottas a pris la décision opportuniste de s’arrêter et de sortir bien devant Perez, en P3. L’écart entre les leaders tourne autour d’une seconde et au 40e tour, Mercedes a demandé à Hamilton, de façon inhabituelle, quels pneus il préférait pour un deuxième arrêt. Red Bull a donc répondu et a mis Verstappen pour de nouveaux composés durs au 41e tour. Puis Mercedes a pitché son pilote – Bottas – un tour plus tard. Le jeu se déroulait, mais le Finlandais avait des réserves puisqu’il a demandé : « Vous êtes sûr de ça ? » avant de prendre rapidement la P4 à Leclerc. Perez est entré au tour 42.

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR21, P11 à la porte des points.

Et Hamilton ? Le numéro 44 a pitché au tour 44, courant en deuxième position et à 1’’5 seconde du leader Verstappen, avec un meilleur tour à venir instantanément pour lui. Bottas a alors fait remarquer à la radio : « Je pense que nous venons de jeter un 1-2 facile. », connaissant certainement la supériorité de sa machine noire.

Hamilton a allumé les afterburners et au 48e tour, il s’est rapproché de Verstappen, essayant de passer à l’extérieur de la Red Bull au virage 4 – mais Verstappen l’a écarté, hors de la piste, et a gardé la tête. Les commissaires l’ont noté, tandis qu’Hamilton a continué à moins d’une seconde alors que la lutte se poursuivait. Et bientôt, nous avons eu le message : aucune enquête nécessaire.

« Bien sûr, mec, bien sûr », a répondu Hamilton à la radio. Donc la bataille de tête a continué. Un peu moins d’une seconde. De nouveau, au virage 4, au 58e tour, Hamilton a tenté une manœuvre sur Verstappen, mais le Néerlandais a opposé une défense stoïque. Un autre essai, tour 59, Hamilton était à moins d’une seconde de Verstappen et avait le DRS dans la course au virage 4. Il n’a pas pris de risques et a fait le mouvement autour de l’extérieur sur la ligne droite tandis que son rival a reçu un drapeau noir et blanc.

Ainsi, de dernier dans le Sprint le samedi, Hamilton était premier le dimanche après-midi. Il l’a fait en gagnant finalement par 10’’4 secondes. Après le dépassement d’Hamilton, Toto Wolff a dit à Bottas de prendre la P2 de Verstappen, mais ce message s’est avéré ambitieux ; le Finlandais a terminé troisième et juste trois derrière la Red Bull au drapeau. Cela a laissé Perez là où il a commencé, en P4, mais un arrêt au 70e tour pour les softs lui a donné le meilleur tour. Il l’a arraché à Hamilton dans le dernier des 71 tours.

Les Ferrari étaient cinquième et sixième – Leclerc devant Sainz, qui avait perdu trois places après un contact avec Norris au départ – après avoir mis en place une stratégie à deux arrêts pour terminer la course en pneus durs après deux relais en pneus moyens.

La stratégie à deux arrêts de Pierre Gasly (moyen-dur-dur) lui a permis de sortir avec des pneus plus récents au 50e tour. Il a pris la 7e place après avoir dépassé Esteban Ocon puis Fernando Alonso dans les derniers tours. Ocon a terminé huitième et Alonso neuvième, ce qui a permis à Alpine de marquer deux points.

Norris a évité le contact avec Sainz dans le premier tour pour prendre le dernier point en P10, après avoir pitché pendant la voiture de sécurité pour soigner son deuxième jeu de pneus durs pendant plus de 60 tours.

Sebastian Vettel a perdu deux places par rapport à son départ P9, mais un arrêt tardif pour les pneus mediums lui a donné une chance de prendre le dernier point. Il a manqué la P10 de Norris de 1’’2 seconde et a terminé 11e pour Aston Martin. Pendant ce temps, son coéquipier Stroll a abandonné au 50e tour, avec des dommages causés par le contact de Tsunoda (15e ) avec lui au 4e tour. Le pilote japonais a pris une pénalité de 10 secondes pour ses problèmes.

Raikkonen, d’Alfa Romeo, a suivi la stratégie de Vettel et a terminé 12e  – gagnant huit places en partant de la voie des stands – devant George Russell, qui a gagné quatre places en P13 et a terminé devant l’autre Alfa Romeo d’Antonio Giovinazzi, P14, dont le deuxième train de pneus medium a lâché vers la fin.

Nicholas Latifi a terminé à la 16e place après avoir pitché juste après la fin du premier VSC, et a maintenu Nikita Mazepin de Haas à près de 42 secondes, le Russe terminant 17e . Schumacher a terminé 18e après avoir eu un contact avec Raikkonen plus tôt, tandis que Ricciardo de McLaren a abandonné au 51e tour avec un problème de moteur.

Podium, Max Verstappen, P2, Lewis Hamilton, P1, Valtteri Bottas, P3

Course ici

Les meilleurs tours ici

Les Pit-Stops ici

Championnat pilotes ici

Championnat Constructeurs ici

Citation clé

« Tout d’abord, je sais, je pense que je ressens ce que c’était pour toi ici avec tout le soutien en 2007 avec ton incroyable pays », a déclaré Lewis Hamilton à l’ex-pilote de F1 Felipe Massa.

« Et oui, j’ai dit ‘Obrigado, Brasil’ – je suis tellement, tellement reconnaissant. Quelle course, l’équipe a fait un travail incroyable, Valtteri a fait un excellent travail aujourd’hui pour obtenir autant de points que possible. Je poussais aussi fort que je le pouvais, mais à partir de la dernière place sur la grille et d’une autre pénalité de cinq places, c’était, je pense, le week-end le plus difficile que j’ai eu.

« Je veux dire, en arrivant dans ce week-end, je n’ai jamais, jamais pensé que nous serions en mesure de combler l’écart comme nous l’avons fait aujourd’hui. Et puis ces choses qui n’ont cessé de jouer contre nous. Mais je pense que ça montre vraiment, juste pour tout le monde, qu’il ne faut jamais abandonner, peu importe ce que vous affrontez…

« Ça ressemble à une première, parce que je n’ai pas eu l’impression d’avoir gagné depuis longtemps. »

Quelle est la suite ?

Hamilton a un déficit de 14 points sur Verstappen, avec le Grand Prix inaugural du Qatar, du 19 au 21 novembre prochain. Mercedes a 11 points d’avance sur Red Bull après cet inoubliable Grand Prix de São Paulo.

Communiqué la F1

DRIVER OF THE DAY : Lewis Hamilton

Quel week-end Lewis Hamilton a eu à Sao Paulo – disqualifié des qualifications, une pénalité de cinq places sur la grille pour un changement de moteur, mais s’est ensuite battu d’une manière ou d’une autre pour remporter la course pour Mercedes et garder son défi pour le titre. Voici comment les chiffres se sont décomposés…

Lewis Hamilton – 36,8%

Max Verstappen – 21,6%

Lando Norris – 6,4%

Nikita Mazepin – 5,3%

Pierre Gasly – 3,4%

KEY MOMENTS BY PIRELLI

Le pilote Mercedes Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix du Brésil avec une stratégie à deux arrêts moyen-dur-dur : la même tactique utilisée par les trois meilleurs pilotes.

Hamilton est parti de la 10e place sur la grille et s’est frayé un chemin à travers le peloton, réalisant son premier arrêt au stand un tour avant le leader de la course Max Verstappen (Red Bull) mais son deuxième arrêt trois tours plus tard. Il a ensuite dépassé Verstappen pour remporter la course et réduire l’écart au championnat.

La plupart des pilotes se sont arrêtés deux fois, mais il y avait aussi trois stratégies à un arrêt et deux stratégies à trois arrêts vues pendant la course, avec sept combinaisons différentes de composés. Cela souligne la variété des tactiques mises en œuvre.

Tous les pilotes ont pris le départ de la course sur le pneu P Zero Yellow medium C3 (avec libre choix autorisé, suivant les règles des Qualifications Sprint). La seule exception était Yuki Tsunoda d’AlphaTauri, qui a opté pour le soft P Zero Red. Sergio Perez de Red Bull a été le seul autre pilote à utiliser le soft pendant la course, l’installant dans l’avant-dernier tour pour remporter le point du meilleur tour à la fin.

Le grand prix a commencé par des températures ambiantes chaudes de 24 degrés et des températures de piste de 50 degrés : environ 20 degrés de plus que les températures de piste fraîches observées hier (et similaires à FP2 samedi matin). Les températures sont restées assez constantes tout au long de la course.

Au cours des 15 premiers tours, il y a eu une période de voiture de sécurité, suivie de deux autres voitures de sécurité virtuelles dans la première moitié de la course, aidant à minimiser l’usure des pneus à un moment crucial avec les voitures pleines de carburant.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

 

HARD C2 : C’était la clé de la course : utilisé par tous les pilotes, avec les premiers qui couraient deux nouveaux sets bien qu’ils ne les aient pas pilotés à aucun autre moment du week-end. À ces températures élevées, ce composé s’est extrêmement bien comporté, étant très rapide et assez constant. Il a également été en mesure d’offrir une bonne flexibilité en termes de fenêtre d’arrêt aux stands.

MEDIUM C3 : Presque tous les pilotes ont choisi ce pneu pour débuter la course. La première voiture de sécurité suivie de deux voitures de sécurité virtuelles a permis un relais initial plus long sur ce composé, donnant plus d’options aux pilotes pour les relais suivants.

SOFT C4 : Pas beaucoup vu pendant la course aujourd’hui, avec les températures élevées signifiant que le composé le plus tendre (largement utilisé en qualifications Sprint) n’était pas adapté pour des relais plus longs. Perez a signé le tour le plus rapide avec ce composé à la fin, terminant quatrième.

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE

« La stratégie était au premier plan de ce grand prix finement équilibré, avec des performances similaires entre les pilotes de tête et un certain nombre de stratégies qui étaient sur le papier très proches les unes des autres. La température de la piste a eu la plus grande influence sur la stratégie aujourd’hui, avec des températures supérieures d’environ 20 degrés à celles des qualifications Sprint d’hier, ce qui a fait pencher la balance des gommes les plus tendres vers les gommes les plus dures. Le dur a été le pneu principal de la course, avec des temps au tour impressionnants dans ces conditions difficiles. Le premier relais a duré un peu plus longtemps en raison des voitures de sécurité, ce qui a permis aux pilotes de gagner en flexibilité pour le second relais. Il y a eu une bataille tactique claire concernant l’undercut, en particulier parmi les pilotes de tête, et c’est la raison pour laquelle le relais central sur le pneu dur a été si court pour certains des meilleurs pilotes. Lewis Hamilton a fait un travail très impressionnant ce week-end : du fond de la grille lors des qualifications Sprint jusqu’à la plus haute marche du podium d’un grand prix. »

MAX VERSTAPPEN :

pht. Buda Mendes/Getty Images

«Je savais qu’aujourd’hui serait difficile, mais j’ai fait tout ce que j’ai pu, il nous manquait juste un petit peu. Au moins, c’était une course amusante, bien sûr j’aurais aimé gagner mais de façon réaliste, je pense que c’était un bon résultat. Lewis et moi nous sommes battus pour la position à plusieurs reprises, je pense que c’était une course difficile mais une bonne course et c’est comme ça que ça devrait être. J’espérais un peu plus de performances mais ce résultat est définitivement le maximum que nous puissions faire. En ce qui concerne la vitesse de pointe, c’était difficile à défendre, vous pouvez clairement voir quand ils prennent un nouveau moteur que cela leur donne un peu plus de puissance, donc j’espère que cela va disparaître au cours des prochaines courses. Il y a trois courses à venir qui seront encore complètement différentes, alors nous verrons comment ça se passe.

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Repartir avec les deuxième et quatrième places aujourd’hui, ainsi que le tour le plus rapide était la limitation des dégâts ce week-end. Nous avons marqué 20 points pour Max ce week-end contre 25 pour Lewis dans le championnat des pilotes, nous allons donc prendre cela. Nous avons mis en place une défense aussi bonne que possible, Max a fait de son mieux et a couru dur, et Checo a fait passer deux passes à Lewis, et il est revenu avec un excellent mouvement pour récupérer la place après le premier effort de Lewis. Mais nous avons vu Mercedes accélérer à partir de vendredi, puis à nouveau hier, donc aujourd’hui n’était pas trop une surprise. Ils ont fait du bon travail et Lewis a fait une belle course aujourd’hui, alors bravo à eux. Nous avons du rattrapage à faire cette semaine. Il reste encore beaucoup de courses à faire, alors nous allons nous brosser les dents et revenir nous battre à Doha. »

Esteban Ocon :

Je suis content d’être de retour dans les points après une course très animée. C’était surtout une question de travail d’équipe entre nous tous aujourd’hui. Nous avons essayé de tout maximiser du mieux possible et nous avons tout poussé à la limite tant sur le plan des performances que d’un point de vue tactique. Quand Gasly est rentré une deuxième fois aux stands, j’ai cédé ma place à Fernando pour voir si son aspiration pouvait nous aider à le maintenir derrière nous. Cela a fonctionné quelques tours, mais cela n’a finalement pas suffi et Fernando m’a rendu la position. Finir huitième et neuvième nous offre six unités et c’est un résultat collectif important pour le Championnat Constructeurs. C’est toujours serré, nous allons nous rendre sur deux circuits inconnus et nous continuerons de tout donner pour conserver notre position.

Fernando Alonso :

Je suis content de notre résultat aujourd’hui après un samedi difficile. Le départ et la relance n’ont pas joué en notre faveur, mais notre rythme était excellent dès que les choses se sont calmées. Nous avons été un peu malchanceux avec le timing de la voiture de sécurité virtuelle comme nous n’avons pas pu en profiter pour aller aux stands, ce qui nous a coûté du temps. Notre rythme était soutenu après notre arrêt et nous avons choisi de ne plus rentrer. Malgré notre travail d’équipe pour essayer d’arrêter Pierre (Gasly), nous n’avons pas pu le retenir. C’est bien de revoir les deux voitures dans les points et nous sommes toujours à égalité avec Alpha Tauri pour la cinquième place avant le Qatar le week-end prochain, où nous tenterons de prolonger cette dynamique.

Laurent Rossi, CEO d’Alpine :

Nous sommes ravis d’avoir nos deux voitures dans les points pour la première fois depuis le Grand Prix d’Italie. Cela signifie non seulement que nous restons cinquièmes au Championnat Constructeurs, mais cela confirme également notre retour à un bon niveau de compétitivité après une série de courses nous faisant poser certaines questions. C’était une course divertissante et c’était bien d’offrir un tel spectacle devant un public brésilien en ferveur. En tant qu’équipe, nous pouvons être fiers de notre travail aujourd’hui, comme l’ont démontré Esteban et Fernando en piste. Après le deuxième pit-stop de Gasly, nous avons choisi de rester sur une stratégie à un seul arrêt et de nous défendre du mieux possible. Esteban a d’abord laissé passer Fernando afin de profiter de son aspiration pour maintenir Gasly derrière. Si cela a fonctionné une poignée de tours, son avantage au niveau de la longévité des pneus ne nous a pas permis de tenir. Fernando a rendu la position à Esteban dans le tour final, soulignant l’incroyable esprit collectif entre nos deux pilotes pour s’entraider et faire avancer l’écurie. Notre attention se tourne directement vers le Qatar pour la troisième et dernière étape de cette triplette. Nous voyageons vers l’inconnu, mais il s’agit d’un défi passionnant que nous avons hâte de relever.

Pierre Gasly :

pht. Peter Fox/Getty Images

« Je suis vraiment content, ça a été une course très intense, mais je pense que nous pouvons être satisfaits d’aujourd’hui. Il y a eu de très belles bagarres, avec Daniel et Seb, puis en fin de course avec les Alpine. C’était tellement amusant de courir avec eux, car nous n’avons pas souvent l’occasion de le faire en F1. C’était bien sûr difficile, mais aujourd’hui nous avons terminé dans la meilleure position possible, derrière les trois premières équipes, et c’est le plus important, alors que nous poursuivons notre combat pour la cinquième place.

Charles Leclerc #16 :

pht. Scuderia Ferrari

« La course d’aujourd’hui était bonne. Nous n’étions pas satisfaits après les qualifications Sprint d’hier, nous avons donc travaillé dur le soir pour analyser où nous pouvions nous améliorer. Aujourd’hui, nous avons mis en pratique ce que nous avions étudié et je suis très content de ma performance.

Aujourd’hui mon premier objectif était un bon départ et le sprint était excellent, pour le reste c’était une course entièrement basée sur la gestion des pneus en maintenant l’écart avec les voitures derrière moi.

Il est également important que nous ayons augmenté l’avantage sur nos rivaux directs en championnat et cela rend le bilan du week-end très positif ».

Mattia Binotto,  chef d’équipe Ferrari :

pht. Scuderia Ferrari

« Un bon résultat au niveau du championnat, car il nous permet de doubler l’avantage sur les plus proches concurrents au classement Constructeurs. Cela dit, ces 31,5 points ne nous font certainement pas croire que la partie est finie, loin de là. Nous savons que les choses peuvent changer rapidement et que nos adversaires directs sont très forts.

Au cours d’un week-end intense, l’équipe, sur la piste et à Maranello, a travaillé avec beaucoup d’engagement et de précision, affrontant toutes les difficultés avec la bonne approche. Aujourd’hui, toutes les étapes de la course ont été bien gérées – stratégie, gestion des pneus, arrêts aux stands – et les pilotes ont conduit très proprement et efficacement.

Il reste trois courses et nous devons continuer sur cette voie pour atteindre ce qui est devenu l’objectif de cette finale de saison « .

Lewis Hamilton :

pht. LAT Images

Je suis tellement, tellement reconnaissant pour le soutien incroyable que j’ai eu ce week-end de la part des Brésiliens – je n’ai pas eu ce genre de soutien depuis Silverstone ! Entendre la foule tout au long du week-end a été vraiment une leçon d’humilité. Je viens de dire ‘Obrigado Brasil’ tout le week-end. Quelle course ! L’équipe ici et à l’usine a fait un travail incroyable, et Valtteri a fait un excellent travail aujourd’hui pour obtenir autant de points que possible.

J’ai poussé aussi fort que possible depuis le dernier sur la grille hier, puis avec une autre pénalité de 5 places aujourd’hui. Ce fut, je pense, le week-end le plus difficile que j’aie eu. Mais mon père m’a dit « tu m’as rappelé 2004 » quand j’étais en Formule 3 à Bahreïn – j’ai commencé dernier et j’ai terminé 10e puis j’ai terminé 1er donc, celui-ci est pour mon père.

Avant ce week-end, je n’aurais jamais pensé que nous serions capables de réduire l’écart comme nous l’avons fait aujourd’hui. Et puis les choses ont continué à aller contre nous, mais je pense que ça se voit vraiment, n’abandonnez jamais. Quoi que vous affrontiez, vous devez continuer à pousser, continuer à dégringoler, continuer à vous battre. Ne jamais, jamais arrêter de se battre. C’est comme ça que j’ai abordé ce week-end. C’est comme une première parce que je n’ai pas l’impression d’avoir gagné depuis longtemps.

Toto Wolff Team Principal Mercedes :

pht. Jiri Krenek

Quel week-end de cette équipe. Nous avons commencé le week-end sur le dos avec notre pénalité moteur auto-infligée, nous avons été disqualifiés hier, ce qui était dur, et puis aujourd’hui en course, les choses ont aussi tourné contre nous. Cette équipe a toujours été ensemble, mais ces décisions nous ont rapprochés. C’était comme si tout était contre nous et je pense que c’est ce que Lewis a ressenti toute sa vie et nous le ressentons maintenant ensemble en tant qu’équipe et nous allons nous battre – c’est l’émotion que nous ressentons dans le garage en ce moment.

Hier, Lewis a produit l’un des meilleurs disques que nous ayons jamais vus. Je ne sais pas combien de dépassements il y a eu au cours du week-end, mais Lewis était à gauche, à droite et sur eux. Et aujourd’hui, sa conduite était impeccable. Max l’a forcé à quitter la route au virage 4 et Lewis a été très intelligent pour éviter le contact. C’était génial de voir ces pilotes incroyables mais de ne pas leur infliger une pénalité de 5 secondes ? Allez !

Valtteri a accumulé des points cruciaux pour l’équipe aujourd’hui et son pilotage a été de premier ordre tout le week-end, un très bon podium pour lui aujourd’hui après sa victoire en Sprint hier. Cette saison continue de livrer et vous pouvez voir à quelle vitesse les marées changent – le week-end dernier, nous sommes partis battus au Mexique, cette semaine nous avons eu le package le plus rapide. Red Bull pourrait être très fort au Qatar la semaine prochaine et c’est normal. Que le plus fort gagne. Le week-end dernier c’était eux, ce week-end c’était nous – nous nous battrons jusqu’au bout.

English Information

Hamilton takes victory in Brazil after stunning drive from P10 and pass on title rival Verstappen

Lewis Hamilton won the Sao Paulo Grand Prix after a sensational battle with his rival Max Verstappen in an absolutely enthralling return to Brazil for F1. Verstappen finished runner-up ahead of pole-sitter Valtteri Bottas.

Hamilton enjoyed a terrific start from P10 on the grid and was clearly on the charge, team mate Bottas – who lost the lead to Verstappen at the start – letting him for P5 by on Lap 5. Hamilton then took P2 off Perez in a duel that began on Lap 17 and culminated in a Lap 19 pass at Turn 4. The first stops took place around Lap 25 but the action built up to a terrific crescendo after Verstappen took a second stop on Lap 41, Hamilton on Lap 44.

The Mercedes driver bore down on Verstappen and despite being shoved wide at Turn 1 – the stewards noting but not investigating – on Lap 48, Hamilton didn’t give up, trying it again on Lap 58 only to meet a stubborn defence. A lap later came the winning pass with DRS on the run up to Turn 4, this time Verstappen having no choice but to concede. Hamilton ended up 10.4 seconds up the road in first place at the flag, cutting Verstappen’s championship lead from 21 points to 14 points.

Bottas, who took an opportunistic stop during the Lap 30 Virtual Safety Car period and another on Lap 41, finished third ahead of Sergio Perez, who started fourth, was up to second, but lost places to the two Mercedes. The Mexican however took fastest lap at the expense of Hamilton, on the final tour having pitted for softs on Lap 70.

The Ferraris pulled off a two-stop strategy to see Charles Leclerc home in fifth and Carlos Sainz – who lost three places amid contact with Lando Norris (P10) at the start – in sixth. Pierre Gasly picked off the Alpines after pitting twice, his Lap 50 change to hard tyres heling him pass Esteban Ocon (P9) and Fernando Alonso (P8).

Norris picked up a puncture on Lap 1 after Sainz nicked his rear-left tyre, but recovered from there to take the final point, his pitstop during a Lap 7 VSC leaving him on hard compounds right until the finish.

Sebastian Vettel missed out on points by a second to Norris ahead, and finished 11th having started P9, his Aston Martin team mate Lance Stroll eventually retiring – as did McLaren’s Daniel Ricciardo.

But it was Hamilton who stole the show here in Brazil – recovering from his disqualification from qualifying on Friday and clawing his way back up to P5 from dead last in Saturday’s Sprint, before he took another grid penalty for an engine change on race day. From P10 he put in the drive of his life – and pulled off an impressive move on his title rival Verstappen to seal the victory in front of an ecstatic crowd at Interlagos.

As it happened

The Sao Paulo Sprint shook up the grid on Saturday with Lewis Hamilton given a P10 start for the Grand Prix – demoted five places due to an engine penalty – while Valtteri Bottas swiped the lead off Max Verstappen to start on pole position ahead of the Red Bull driver, Carlos Sainz taking P3 to start alongside Sergio Perez on the second row.

It was all to play for then as Verstappen held a 21-point lead over Hamilton going into the Grand Prix, the weight of the Briton’s hopes seemed to rest on his team mate Bottas; the weight of the Dutchman’s hopes on team mate Perez. Not to forget the constructors’ fight with Mercedes just two points ahead of Red Bull going into Brazil.

Moreover, Ferrari driver Sainz had the McLaren of Lando Norris (starting P5) to hold off in order to consolidate the Scuderia’s 14.5-point lead, and AlphaTauri’s Pierre Gasly was aiming to outscore Alpine’s Esteban Ocon – the pair starting P7 and P8 respectively – with those two teams level on 106 points. And all but AlphaTauri’s Yuki Tsunoda would start on medium tyres, the Japanese rookie starting instead on softs.

Surrounding the starting grid there was a carnival atmosphere, Interlagos’s grandstands heaving with passionate fans, with excitement at fever pitch as the lights went out. And away they went: the front two had great starts but it was Verstappen who had the inside into the esses, aggressively grabbing the lead into Turn 2 while Bottas fell into the clutches of Perez, ran wide at Turn 4, and the Mexican was now backing up a Red Bull one-two.

Hamilton made up three places to seventh at the start, taking another place off Aston Martin’s Vettel at the end of Lap 1 for P6. And despite getting ahead of the Ferrari, McLaren’s Norris fell to the back with a puncture after contact with Sainz’s front-right tyre. Hamilton took P5 off the Spaniard into Turn 1 on Lap 3, his team mate Charles Leclerc for P4 on the main straight one lap later. He was now just two seconds off team mate Bottas, who graciously let Hamilton through on Lap 5.

Then the Safety Car came out on Lap 6 for shards of carbon fibre and the front wing of Tsunoda, who had collided into Turn 1 with Aston Martin’s Lance Stroll on Lap 4. “Tell Valtteri to follow… let’s get these guys,” said Hamilton as the field filed single-file through the pit lane under caution. The race would resume on Lap 10.

On the restart, the front four held station despite Leclerc’s attempts to take P4 off Bottas, the Finn defending admirably and doing his utmost not to jeopardise Hamilton ahead. Verstappen was over a second ahead of his team mate by the next lap, Hamilton two seconds behind Perez ahead.

The green-flag action was brief, a Virtual Safety Car coming out on Lap 12 to clean up debris from Mick Schumacher’s Haas. The rookie lost his front wing in contact with Alfa Romeo’s Kimi Raikkonen in the Lap 10 restart.

The VSC ended for the race to resume properly on Lap 15 and the Red Bulls continued as before, but Hamilton was rapid and right on Perez’s tail three laps later. The Briton went into the inside of the Mexican and led through Turn 2, but Perez returned the favour on the run up to Turn 4. Verstappen was now enjoying a 3.8 lead. Hamilton came back a lap later on the main straight, around the outside of Perez into Turn 1.

The lead was held steady by Verstappen but the tyres were beginning to fall off, Hamilton making his team aware of that fact on the radio as the pit window approached. Hamilton decided to bite first, pitting on Lap 27 for a swift change to hard tyres to emerge sixth. Verstappen responded one lap later, his stop also lasting 2.4 seconds, and the Dutchman emerged ahead of Hamilton – but crucially, the Briton had passed Ricciardo just before that, so he was just 1.6 seconds behind Verstappen after the first stop.

Perez was next to pit, on Lap 29, emerging in P5 to leave Bottas in the lead with Verstappen and Hamilton bearing down on new hard compounds.

Cue another VSC on Lap 30 for debris off Stroll’s car, during which Bottas took the lucrative decision to stop and emerge well ahead of Perez, in P3. The gap between the leaders hovered around a second and on Lap 40, Mercedes unusually asked Hamilton which tyres he would prefer for a second stop. So Red Bull responded and put Verstappen in for new hard compounds on Lap 41. Then Mercedes pitted their driver – Bottas – a lap later. The game was unfolding, but the Finn had reservations as he asked: “Are you sure about this?” before he quickly took P4 off Leclerc. Perez went in on Lap 42.

And Hamilton? Number 44 pitted on Lap 44, running second and 1.5 seconds behind leader Verstappen with a fastest lap instantly coming for him. Bottas then remarked on the radio: “I think we just threw away an easy 1-2.”

Hamilton turned on the afterburners and on Lap 48 he closed in on Verstappen, trying to move around the outside of the Red Bull at Turn 4 – but Verstappen pushed him wide, off the track, and kept the lead. The stewards noted it, while Hamilton continued within a second as the fight continued. And soon we had the message: no investigation necessary.

“Of course, man, of course,” responded Hamilton on the radio. So the lead battle continued. Just under a second in it. Again, at Turn 4, on Lap 58, Hamilton attempted a move on Verstappen but the Dutchman put up a stoic defence. Another go. Lap 59, Hamilton was within a second of Verstappen and had DRS on the run up to Turn 4. He took no chances and made the move stick around the outside on the straight while his rival was given a black-and-white flag for weaving.

So from last in the Sprint on Saturday, Hamilton was up to first on Sunday afternoon. He made it count, ultimately winning by 10.4 seconds. After Hamilton made the winning pass, Bottas was told by Toto Wolff to take P2 off Verstappen but that proved an ambitious message; the Finn finished third and just three behind the Red Bull by the flag. That left Perez where he started, in P4, but a Lap 70 stop for softs gave him fastest lap. He took it away from Hamilton on the last of the 71 laps.

The Ferraris were fifth and sixth – Leclerc ahead of Sainz, who had fallen three places after contact with Norris at the start – having pulled off a two-stop strategy to end the race on hard tyres after two medium-shod stints.

Pierre Gasly’s two-stop strategy (medium-hard-hard) saw him emerge on newer tyres on Lap 50 and he took P7 having passed Esteban Ocon then Fernando Alonso in the closing stages. Ocon finished eighth, Alonso ninth, in a double-points showing for Alpine.

Norris shrugged off opening lap contact with Sainz to take the final point in P10, having pitted during the early Safety Car to nurse his second set of hard tyres to the end for more than 60 laps.

Sebastian Vettel lost two places from his P9 start, but a late stop for medium tyres gave him a chance at taking the final point. He missed out on Norris’s P10 by 1.2 seconds and finished 11th for Aston Martin. Meanwhile, team mate Stroll retired on Lap 50, carrying damage from when Tsunoda (15th) made contact with him on Lap 4. The Japanese driver took a 10-second penalty for his troubles.

Alfa Romeo’s Raikkonen mirrored Vettel’s strategy and finished 12th – making up eight places as he started from the pit lane – ahead of George Russell, who gained four places to P13 and finished ahead of the other Alfa Romeo of Antonio Giovinazzi, P14, whose second set of medium tyres dropped off towards the end.

Nicholas Latifi finished 16th having pitted just after the first VSC ended, and kept Nikita Mazepin of Haas away by nearly 42 seconds as the Russian finished 17th. Schumacher finished 18th having made contact with Raikkonen earlier on while McLaren’s Ricciardo retired on Lap 51 with an engine issue.

Key Quote

« Firstly, I know, I think I feel what it was like for you here with all the support in 2007 with your amazing country, » said Lewis Hamilton to ex-F1 driver Felipe Massa.

« And yes, I’ve been saying ‘Obrigado, Brasil’ – I’m so, so grateful. What a race, the team did an amazing job, Valtteri did a great job today to get as many points as possible. I was pushing as hard as I could, but from last on the grid and again another five-place penalty, it was I think, the hardest weekend I have had.

« I mean, coming into this weekend, I never, ever thought that we’d be able to close the gap like we have today. And then these things that just kept going against us. But I think it really shows, just for everyone, just never give up whatever you’re facing…

« It feels like the first, because I don’t feel like I’ve had a win for a long time. »

What’s next?

Hamilton has a 14-point deficit to Verstappen with the inaugural Qatar Grand Prix up next on November 19-21. Mercedes are 11 points ahead of Red Bull after this unforgettable Sao Paulo Grand Prix.