2 février 2023

Dakar, Etape 12, Loeb, gagneur en série

L’œil dans l’objectif

#201, Sébastien Loeb FRA (auto) P1. pht. Dakar, Le Floch

L’Empty Quarter continue de dévoiler son identité. L’immense désert qui représente l’essentiel des gisements pétroliers exploités en Arabie Saoudite s’affirme aussi comme un terrain d’expression particulier pour les pilotes de rallye-raid. Les étendues de dunes découvertes par le Dakar cette année ont peu d’équivalents sur la planète. Mais le programme des 185 kilomètres de spéciale ne se limitait pas à l’exercice délicat du franchissement, les traversées de chotts autorisant aussi à exploiter la pointe de vitesse des véhicules. C’est certainement par sa technique acquise dans les dunes de l’Atacama au Chili que « Nacho » Cornejo est allé chercher la victoire du jour à moto. Sébastien Loeb, auteur d’un nouveau sans-faute au cœur des montagnes de sable, a fait la différence sur sa grande force : il fonce comme personne.

L’essentiel

#211, Matthias Ekstrom SWE (auto) P2. pht. Dakar, Gooden

La pression monte d’un cran. Après un long séjour de Skyler Howes au sommet du classement général, sur un scénario qui a vu l’éphémère Mason Klein dominer lui aussi la catégorie, c’est maintenant un « vieux de la vieille » qui prend les commandes du Dakar. Toby Price n’a pas avancé si discrètement qu’il n’y parait depuis le départ, puisqu’il s’était imposé d’emblée sur le prologue du Sea Camp.

#11, Jose Ignacio Cornejo Florimo CHL (moto) P1. pht. Dakar, Soldano

Pour autant, l’Australien est resté sagement en embuscade jusqu’à sa prise de pouvoir du jour, réalisée sans tambours ni trompettes, avec le troisième temps sur la spéciale, ce qui ne devrait pas le perturber outre mesure puisqu’il s’affirme comme un vainqueur ultra-crédible à trois jours de l’arrivée. Price aura besoin de toute son expérience et de son sang-froid pour mener à bien ce rush vers Dammam, avec seulement 28’’ d’avance sur Skyler Howes et 2’40’’ sur son coéquipier Kevin Benavides.

#18, Daniel Sanders AUS (moto) P2. pht. Dakar, Gooden

Le goût de la victoire se précise pour KTM, qui n’avait plus placé une moto orange au sommet depuis… la victoire de Price en 2019. Chez Honda, on goûte la saveur du succès de Cornejo sur le chemin du retour à Shaybah, mais on encaisse probablement avec un pincement au cœur la dégringolade d’Adrien Van Beveren (5e à plus de 16 minutes), même si la 4e place provisoire est récupérée par Pablo Quintanilla, à 14’54’’ du leader.

On ne compte pas les secondes mais les dizaines de minutes chez les autos, spécialement dans la Toyota de Nasser Al Attiyah et Mathieu Baumel, dont l’acuité visuelle est irréprochable mais qui parviennent à peine à distinguer dans leur rétroviseur la silhouette d’un Hunter de BRX, chronométré à 1h27’. Sébastien Loeb a pourtant mis la manière pour aller chercher cette deuxième place du classement général (voir le chiffre du jour). Avec sa sixième victoire d’étape cette année, il dépasse comme qui rigole le Brésilien Lucas Moraes, aujourd’hui troisième du général du Dakar à sa première participation… de quoi organiser une belle soirée samba-caïpirinha à son retour à Rio s’il tient sa position jusqu’à dimanche. En T3, Austin Jones met le cap sur Dammam avec la même sérénité que Nasser Al Attiyah, puisqu’il a lui aussi plus d’une heure d’avance sur son coéquipier Seth Quintero.

#314, Mitchell Guthrie USA (T3) P1. pht. Dakar, Lopez

Alexandre Giroud roule lui aussi gentiment concentré sur la défense de son titre avec 59 minutes de marge. Il reste en revanche en T4 un match à disputer entre Eryk Goczal et Rokas Baciuska.

#405, Michal Goczal POL (T4) P1. pht. Dakar, Gooden

Le numéro un mondial lituanien a porté son avantage au général à 8 minutes, mais le dernier venu de la famille polonaise pourrait encore prendre exemple sur son tonton Michal, vainqueur de la spéciale du jour (voir la perf du jour).

#159, Marcelo Medieros BRA (quad) P1. pht. Dakar, Delfosse

En camions, le leader du classement général s’est chargé d’accroître l’écart dont il dispose sur Martin van den Brink. Dans le duel néerlandais, le pilote du Team De Rooy a peut-être marqué des points décisifs et regarde l’horizon du golfe arabique avec 33 minutes de marge.

#502, Janus Van Kasteren NLD (camion) P1. pht. Dakar, Gooden

La perf’ du jour

pht. Dakar, Gooden

Avec huit victoires à eux deux l’an dernier, Marek et Michal avait déjà montré que les Goczal n’étaient pas là pour faire de la figuration. Quelques petites erreurs les ont néanmoins privés d’un podium final. Ils ont donc remis le couvert pour ce 45e Dakar avec la ferme intention de faire mieux et de succéder à Austin Jones sur le trône des SSV. Pour mettre toutes les chances de leurs côtés, ils ont enrôlé un autre membre de la famille, Eryk, le fils de Marek. Il n’a fallu que deux spéciales au petit dernier pour triompher et battre le record du plus jeune vainqueur d’étape jusqu’alors détenu par Seth Quintero. Marek s’est imposé le lendemain et les deux Polonais sont vite devenus les deux principaux adversaires de Rokas Baciuska dans la lutte pour le titre. Michal a quant à lui connu un parcours semé d’embûches. Il a joué de malchance à plusieurs occasions, mais cela n’a pas entamé sa soif de victoire puisqu’il vient enfin de décrocher son premier scratch de l’année. Il n’y a donc pas eu un, ni deux, mais trois Goczal sur la plus haute marche du podium dans ce 45e Dakar, du jamais vu. Comme quoi, vendredi 13 porte chance, même en Pologne.

Le coup dur du jour

pht. Dakar, Soldano

Mason Klein était attendu au tournant pour son deuxième Dakar. Meilleur rookie 2022 avec une 9e place finale à seulement 20 ans. Pour ses débuts en RallyGP cette année, le pilote privé de l’équipe BAS World KTM Racing couvé par les Autrichiens avait frappé les esprits en prenant les commandes du général à l’étape 1. Certains détectaient déjà sur leurs radars un ovni qui allait défier toutes les statistiques de précocité sur la course. A la journée de repos, le kid était 3e du général. Ceux qui n’avaient vu dans le phénomène qu’une comète commençaient à régler leurs télescopes. Mais l’entrée dans la deuxième semaine de la course a ramené le prodige sur terre. Littéralement. Mason chutait à deux reprises dans l’étape 9. L’entrée dans l’Empty Quarter se déroula sans encombre le lendemain. Mais depuis deux jours Mason passe par des hauts et des bas au gré de la topologie des dunes qui martyrisent sa nuque. Un contrôle radio au bivouac à l’arrivée de l’étape Marathon n’a rien révélé d’anormal chez le kid. Mais l’océan de sable a fait plonger le numéro 9 à la 42e place du jour. Klein est ce soir 10e du général. Il a pris la décision de reprendre la mer demain malgré la tempête pour rejoindre le golfe arabique. Le premier coup de frein à son ascension météorique.

La stat’ du jour : 5

pht. Dakar, Gooden

On connaissait la force de frappe de Sébastien Loeb. Difficile de rivaliser avec le nonuple champion du monde des rallyes en termes de vitesse pure. Quand tout va bien, le pilote BRX est imprenable. En revanche, le Français est aussi réputé pour ses pêchés de gourmandise qui le poussent un peu trop souvent à la faute. Quelque chose a changé cette année. Le sans-faute du duo Loeb-Lurquin s’est étalé sur cinq journées consécutives (certes entrecoupées par le repos de Riyadh), avec à la clé cinq victoires de rang : une série que seul Ari Vatanen avait réalisée parmi les autos de pointe, sur le Dakar 1989. C’est également le sixième succès du Français en 2023, le 22e au total, une collection débutée en 2016 qui le place désormais au-dessus de Pierre Lartigue. Parti en éclaireur aujourd’hui, Loeb a tout simplement déposé ses adversaires, son plus proche poursuivant étant Mattias Ekström, pointé à plus de trois minutes. Pour rejoindre l’arrivée l’équipage du Hunter # 201 a mis un tout petit peu plus de 1h56’ avec une vitesse moyenne d’environ 95 km/h, près de 9 km/h de plus que sa « proie » du jour, Lucas Moraes, à qui il dérobe la deuxième place au général.

World rally-raid Championship

#200, Al-Attiyah en tête du général avec 1h 27’10 » d’avance sur Sébastien Loeb à seulement 2 spéciales de l’arrivée… pht. Red Bull

Sébastien Loeb égale aujourd’hui le record de victoires d’étapes consécutives d’Ari Vatanen (voir le chiffre du jour), de quoi faire diversion sur le fait qu’au classement W2RC il est virtuellement à 1 point de Nasser Al Attiyah… alors qu’il reste encore deux étapes. Demain, le Français pourrait battre le record du Finlandais et rentrer un peu plus dans l’histoire du Dakar. Ce qui serait aussi une manière pour le Français de régler en cuisine les comptes qu’il entretient avec Nasser Al Attiyah au championnat du monde. « Rien ne sert de courir, il faut partir à point » dit le dicton extrait de la fable de Jean de la Fontaine apprise à tous les enfants dans les écoles françaises. Loeb s’apprête à appliquer sa leçon à la lettre, et peut-être même en faisant une entorse à l’orthographe en mettant un S à point !

#8, Toby Price AUS (moto) prend la tête du général avec 28 » d’avance sur Skyler Howes ! pht. Red Bull

Sur un air de Classic

#750, Urbano Alfonso Gherardo Clerici CHE (classic) P1. pht. Dakar, Viala

En 1984, pour la 5e édition du Paris-Dakar, Porsche était le premier constructeur a développer spécialement une voiture pour la gagne. La mythique 911 type 953. Trois véhicules étaient engagés. Deux pour la victoire remis à Ickx et Metge et un troisième en assistance rapide en piste à l’ingénieur Roland Kussmaul. Sur le Dakar Classic, une réplique de la Porsche victorieuse est engagée au sein de l’équipe Logistic Rallye. Une seconde Porsche inspirée de la Martini des années East Safari, la matrice historique de la 953 justement, est à ses côtés. Une Peugeot 504, une Cox et un buggy Strakit aussi. Le point commun de l’équipe ? Les deux roues motrices ! Comme à la grande époque, Rudy Verdaguer à la tête de la structure française s’est lui-même engagé au volant d’un véhicule d’assistance rapide. Un 4×4 pour venir en aide si besoin aux naufragés sur deux pattes. Mais pas n’importe lequel. Un VW Transporter T3, communément appelé « Combi », histoire de rester dans l’esprit de son équipe et de ses goûts personnels. La coqueluche des « beatniks » de l’époque des premiers Paris-Dakar est devenue celle de cette 3e édition du Dakar Classic. Capital sympathie maxi !

La réaction du jour

Toby Price : « Demain je vais essayer d’attaquer fort »

pht. Red Bull

Parti 3e dans la spéciale du jour, Price termine à cette position à l’arrivée, aidé par les bonus. Il réalise le coup du jour en prenant les commandes du Dakar pour seulement 28’’ sur Howes et 2’40’’ sur Benavides.

« L’Empty Quarter est comme on s’y attendait. Beaucoup de sable et plein de rien ! L’un dans l’autre je pense que c’était une bonne journée pour moi. Je pense qu’à ce stade de la course il n’est toujours pas possible d’avoir une stratégie, tout reste ouvert avec Skyler et Kevin, on va juste tenter de rester sur nos roues. Demain je vais essayer d’attaquer fort car on part dans l’ordre inverse du classement dans la dernière étape. Je vais essayer de faire un bon temps demain mais là encore je ne vais pas faire de folie au risque de me blesser ou de sortir de la course aussi près de la ligne d’arrivée. »

Réactions :

Janus Van Kasteren : « J’ai fait le trou ! »

pht. Dakar

Janus Van Kasteren a remporté la douzième étape du rallye avec un boulevard d’avance sur Mitchel Van Den Brink. Il profite par ailleurs des contretemps de ses adversaires pour s’offrir un peu d’air au classement général. À deux jours de l’arrivée, le Néerlandais affiche désormais 33 minutes d’avance sur Martin Van Den Brink et plus de 1 heure et 20 minutes sur Martin Macik.

« Je suis heureux ! Je me suis mis beaucoup de pression ce matin après les 21 minutes perdues hier. Quand j’ai doublé Martin j’avais une minute d’avance, je vois qu’il n’est toujours pas à l’arrivée… Je suis content… Il reste deux jours, j’ai fait le trou, on va pouvoir gérer… Demain nous allons pouvoir changer nos pneus… L’équipe fait du super boulot, Darek qui a fait seize Dakar et en a gagné deux m’a bien aidé dans les dunes… »

Rokas Baciuska : « Plus que deux étapes ! »

pht. Red Bull

Deuxième de l’étape du jour entre Michal et Marek Goczal, Rokas Baciuska a augmenté de trois bonnes minutes son avance au classement général sur Eryk, le benjamin polonais qui a dû pour sa part se contenter de la quatrième place de la spéciale.

« Plus que deux étapes ! Aujourd’hui nous avions encore de grosses dunes au programme. C’était amusant… Je n’avais encore jamais roulé dans ce Empty Quarter et je dois dire que j’ai beaucoup aimé. Je n’ai pas trop forcé car la priorité était de ramener l’auto au bivouac. L’équipe va pouvoir s’en occuper et tout vérifier avant les deux dernières journées où il faudra attaquer… Il peut se passer encore beaucoup de choses en deux jours… Je préfèrerais avoir une heure d’avance comme Nasser, la pression est là, mais cela fait partie de la compétition et j’aime ça. »

Guerlain Chicherit : « Du mal à voir et à rester concentré »

pht. Dakar

Bien qu’il ait terminé quatrième, au pied du podium de l’étape du jour, Guerlain Chicherit avait du mal à sortir de sa voiture à la fin de la seconde spéciale de l’étape marathon. Toujours pas remis du choc encaissé avant la journée de repos, le pilote GCK Motorsport a souffert pour sortir des dunes de l’Empty Quarter.

« C’était une journée de dunes où on ne voit rien… Le soleil tapait droit dessus et il n’y avait pas de visibilité. Le mal a la tête m’a repris, j’avais du mal à voir et à rester concentré… Je ne sais pas si c’est le choc que j’ai pris l’autre jour ou le relief de ces dunes qui est difficile à lire… L’important c’est qu’on soit à l’arrivée en un seul morceau… »

Nasser Al Attiyah : « dans le Top 5 chaque jour cela me va bien »

pht. Red Bull

3e de l’étape du jour, Nasser Al Attiyah gère sa course en bon père de famille jusqu’à Dammam tout en pensant déjà aux prochaines échéances de la saison de W2RC en limitant la perte de points au quotidien face à Loeb.

« C’est bon de finir l’étape marathon et de ramener la voiture en bon état. Si on finit dans le Top 5 chaque jour cela me va bien, nous avons suffisamment d’avance. Je suis content de notre journée, continuer ainsi serait bien. On se battra plus à la prochaine course si Dieu veut ! »

Sébastien Loeb : « Zéro erreur, zéro calage, zéro demi-tour »

pht. Red Bull

Le pilote BRX devient après Ari Vatanen le deuxième de l’histoire du Dakar à réaliser une série de cinq victoires d’étapes consécutives. Il prend aussi la 2e place du classement général, à 1h27’ d’Al Attiyah.

« Une journée parfaite : zéro erreur, zéro calage, zéro demi-tour. On a bien roulé, la voiture marche bien pas de souci. La deuxième place c’est l’objectif, c’est bien pour ça qu’on attaque. Je préfère être dans la situation actuelle que dans la première semaine. On revient de loin, on fait un beau rallye dans l’ensemble mais on n’a pas eu de bol, c’est comme ça. Je n’imaginais pas remonter jusque-là. Je pensais que je pouvais aller chercher la cinquième place, mais trois intouchable comme Carlos, Stéphane et Yazeed sont sortis du jeu. Donc à partir de ce moment, je vise la deuxième place »

Skyler Howes : « vraiment pas ma meilleure journée »

pht. Red Bull

Howes ne réalise pas une super opération aujourd’hui. Parti 5e, il n’a pas pris de bonus en spéciale comme Price et il termine 6e de la spéciale à près de 3 mn du scratch. Il cède sa place au général à Price mais reste à moins de 30 secondes du nouveau leader.

« Ce n’a pas été ma meilleure étape, je me suis manqué sur quelques dunes, ce qui est vraiment frustrant. J’ai dû m’arrêter au CP pour mettre un tracker dans ma veste. L’un dans l’autre ce ne sont que quelques secondes mais ce n’était vraiment pas ma meilleure journée. Mais je n’ai pas commis d’erreur de navigation, il reste encore deux jours. Chaque seconde compte à ce stade, c’est fou d’être aussi proche en tête de la course après autant d’heures, mais c’est sympa même si frustrant pour moi aujourd’hui. Demain c’est encore une étape de dunes et il va falloir attaquer pour être le mieux placé le lendemain où l’on part à l’envers. Je pense que je vais bénéficier de traces demain et que je pourrais attaquer fort, c’est ce que je vais faire pour être bien placer dans la dernière avant de rentrer à la maison. »

Etape 13

SHAYBAH > AL-HOFUF

14/01/2023 – Étape 13

Liaison > 521 km – Spéciale > 154 km

 

Haut du site