Dakar, étape 1, Price s’affirme, Zala se révèle

Posted by

L’œil dans l’objectif

Stephane Peterhansel  and Paulo Fiuza, JCW X-Raid Mini Team. Pht. Flavien Duhamel/Red Bull Content Pool

Les cartes peuvent parfois trahir ceux qui ne prennent pas le temps de zoomer en détail. Le parcours quasiment côtier qui semblait proposé aux pilotes du Dakar pour la première étape réservait en réalité une variété de terrains inattendue. Les deux derniers vainqueurs du Dakar, Nasser-Al Attiyah et Carlos Sainz, tout comme le tenant du titre en SSV Chaleco Lopez, ont eux-mêmes été surpris par les portions rocailleuses de la fin d’étape, où ils ont laissé quelques minutes sur crevaison. Ce n’est qu’avec le trajet de liaison menant à Al Wajh que les concurrents ont pu retrouver le vent du littoral. Rafraichissant pour les premiers rentrés, il pourrait se faire glaçant pour les retardataires attendus en soirée… voire dans la nuit.

Zala la surprise de la 1er étape. Pht. Julien Delfosse / DPPI

L’essentiel

En débutant 2020 comme il avait terminé 2019, par une victoire d’étape, Toby Price ne pouvait envoyer message plus clair à ses adversaires. L’Australien porte fièrement la plaque de n°1 et sera difficile à aller chercher en Arabie Saoudite. Ricky Brabec, pointé à 2 minutes, semble tout de même avoir les moyens de bousculer l’hégémonie de KTM, à moins que Matthias Walkner (3e du jour) ne prenne son tour au palmarès du Dakar. Une édition qui pourrait bien sourire au revenant chez les quads Ignacio Casale qui a immédiatement retrouvé sa vitesse tandis que les gros bras de la catégorie autos se sont eux fait surprendre par un étonnant Vaidotas Zala.

Zala Vaidotas, Jurgelenas Saulius, Mini, Agrorodeo, Auto, Car. Pht. Eric Vargiolu / DPPI

Stéphane Peterhansel, Carlos Sainz et Nasser Al-Attiyah jouent tout de même placés, au contraire de Jakub Przygonski qui se voit éliminé de la course au général dès les premiers kilomètres. Le classement provisoire SSV est mené par le surprenant Aron Domzala, auteur de son premier succès sur le Dakar à Al Wajh.

Toby Price, Red Bull KTM Factory. Pht. Marcelo Maragni/Red Bull Content Pool

Côté camion, le nombre fait la force pour Kamaz qui place Anton Shibalov en tant que premier leader du rallye.

Anton Shibalov, Team KAMAZ-Master. Pht. Marcelo Maragni/Red Bull Content Pool

 La perf’ du jour

Plus qu’un gros coup, c’est une véritable performance qu’a offert Vaidotas Zala pour ses débuts en Arabie Saoudite. Une première étape au terrain varié et à la navigation difficile censée favoriser les ténors habituels de la discipline, mais qui a finalement permis de révéler le récent champion de Lituanie de rallye au grand public. Au volant de sa Mini préparée par X-Raid, le pilote de 32 ans inscrit son nom sur la liste des vainqueurs d’étapes sur le Dakar et confirme que sa prometteuse 12e place sur l’édition 2019 n’était pas qu’un feu de paille.

Le coup dur du jour

Dumas Romain, Winocq Alexandre, RD Limited. Pht. Frederic Le Floc’h / DPPI

Romain Dumas attendait sans aucun doute beaucoup plus de sa troisième participation au Dakar. Après une édition 2017 prometteuse pour le triple vainqueur des 24 Heures du Mans (8e), l’Alésien avait beaucoup travaillé pour rendre sa RD Limited compétitive et viser encore plus haut en Arabie saoudite. Mais c’est justement sa mécanique qui l’a trahi puisque sa DXX inspirée de la Peugeot 2008 DKR a pris feu après 65 km de spéciale seulement. Rageant !

La stat’ du jour : 20

Ignacio Casale. Pht. Marcelo Maragni/Red Bull Content Pool

Soit le nombre de victoires d’étapes à mettre à l’actif d’Ignacio Casale qui devient le premier à atteindre ce chiffre chez les quads. Le Chilien signe ainsi un retour gagnant dans une catégorie qu’il avait quittée en 2018… par une victoire ! C’est ce qu’on appelle reprendre les choses là où on les avait laissées.

La réaction du jour

Price Toby. Pht. Charly Lopez / ASO

Toby Price : « Mon road-book a eu un problème après une quinzaine de kilomètres, donc c’était assez étrange. Dans un sens j’ai été un peu chanceux, parce que j’ai réussi à m’en sortir en roulant dans la poussière des autres. Mais quand on est sans road-book, on roule en aveugle. Sur le papier cela semble bien pour le moment, mais il se peut que je prenne une pénalité. Ce n’est pas la meilleure façon de commencer, mais la route est longue. En tout cas je me suis bien senti sur ma moto, on est à l’arrivée sans avoir eu de problèmes, il y a de quoi être heureux. »

Les classements ici

Pht. Eric Vargiolu / DPPI