Chantilly Arts & Elégance Richard Mille, les barquettes et berlinettes Ecceterini à l’honneur (Anciennes)

Posted by

Parmi les classes du Concours d’Etat de la 4ème édition de Chantilly Arts & Elegance Richard Mille, celles dédiées aux barquettes et berlinettes Ecceterini donneront l’occasion aux visiteurs de découvrir quelques-uns des plus beaux exemplaires de la production des petits constructeurs italiens du siècle dernier. Moretti, Goldmanini, Siata, Osca, Cisitalia, Intermeccanica… sont autant de marques méconnues du grand public qui donnèrent naissance à de véritables joyaux automobiles. Une dizaine de ces rarissimes pièces de collection, dont certaines sont des exemplaires uniques, sera exposée le 10 septembre dans l’écrin des pelouses Le Nôtre pour constituer une rétrospective unique en son genre.

 

Quatrième édition en vue et déjà de nombreuses distinctions parmi les plus flatteuses…
A commencer par le Historic Motoring Event Award of the Year décerné dès la première année de Chantilly Arts & Elegance Richard Mille par Octane, le magazine britannique de référence qui confirmera de nouveau l’attribution de ce titre l’année suivante, et encore une nomination pour 2016. Ensuite, depuis 2015, le très honorifique parrainage du Ministère de la Culture et de la Communication… Enfin, plus récemment, la nomination par le Comité des Peninsula Classics Best of the Best Award pour 2016, 2017 et 2018.
Autant de récompenses pour couronner le concept de cet évènement qui ressuscite les Concours d’Elégance dont la France fût le berceau dans les années 20 et célèbre l’Art de vivre à la Française, cette inestimable richesse dont notre pays peut s’enorgueillir.

Fort de ce succès, mais toujours en quête des bonifications nécessaires pour porter un tel rendez-vous vers l’excellence, Peter Auto ajuste et peaufine son concours pour le rendre toujours plus enchanteur et captivant aux yeux de son public et de ses partenaires.

Les classes de l’édition 2017
Les voitures de course et de sport à transmission par chaînes
Les Bugatti 57 S
Les « Woodies »
Un grand carrossier français : Pourtout
Les Alfa Romeo à carrosserie spéciale d’avant-guerre
Les Alfa Romeo à carrosserie spéciale d’après-guerre
Les Ferrari des 24 Heures du Mans de 1950 à nos jours (4 classes)
Les Ferrari Daytona Groupe IV ex Le Mans
Petites & Grandes : les voitures d’enfant, à pédales ou à moteur, et leur modèle à l’échelle 1
Les barquettes Ecceterini : Siata, Stanguellini, Ermini, Osca, Cisitalia, Nardi, Bandini, Moretti, …
Les berlinettes Ecceterini : Siata, Stanguellini, Ermini, Osca, Cisitalia, Nardi, Bandini, Moretti, …
Les voitures des grands musiciens
Un siècle de voitures électriques

Les barquettes et berlinettes Ecceterini

Moretti 1200 Spider Michelotti (1955) (châssis 5007) Cette barquette est l’une des plus emblématiques, voire la plus belle réalisée par Giovanni Moretti. Produite à seulement deux exemplaires, elle a bénéficié de l’original et élégant coup de crayon du designer Giovanni Michelotti, l’un des maîtres italiens en son domaine. Révélé au salon de Bruxelles en 1955, ce spider est équipé d’un quatre cylindres double arbre développant plus de 60 chevaux pour un poids réduit.

 

Goldmanini Barchetta (1954/1955) (châssis 205064S) On retrouve le dessin de Giovanni Michelotti sur cet exemplaire unique baptisé Barchetta Goldmanini. Son châssis tubulaire conçu par Gilco (dont l’un des principaux clients n’était autre que Ferrari) est habillé d’une carrosserie aluminium façonnée par Motto à Turin. L’ensemble fut envoyé aux Etats-Unis en 1954 pour être assemblé chez son propriétaire : le pilote américain Max Goldman qui lui donna son nom. Cette barquette est équipée d’un moteur Fiat 1100 préparé par Paul Farago, pilote et constructeur italien émigré à Détroit. Signalons que Guy Berryman, le bassiste du groupe Coldplay, en est aujourd’hui l’heureux propriétaire.

 

Siata 500 Record (1946)(châssis 049535) Autre modèle unique, cette barquette construite par Siata (Societa Italiana Auto Trasformazioni Accessori) sur la base du châssis de la Fiat 500 Topolino, habillée d’une carrosserie aérodynamique réalisée par Motto, avait pour vocation de s’attaquer au record du monde de vitesse dans la classe 500 cc détenu par le Comte Gianni Lurani avec la Nibbio. Jamais cette tentative ne se concrétisa, mais la Siata 500 participa à plusieurs courses dont la Coppa del Mare.

 

Osca MT4 LM (1952)(châssis 1120) O.S.C.A. (Officine Specializzate Costruzione Automobili) a été fondé en 1947 dans la banlieue de Bologne par trois des frères Maserati : Bindo, Ettore et Ernesto. Constructeur de voitures de sport et de course, Osca s’engagera en championnat du monde de F1 sans le moindre succès. Les 24 Heures du Mans seront davantage source de satisfaction avec cette unique version MT4 LM, carrossée par Alfredo Vignale et motorisée par un quatre cylindres Fiat Osca de 1100 cc, qui remporta sa classe en 1952.

 

Cisitalia 202 MM Aerodynamica Berlinetta Cassone (1947)(châssis MM001) Créée en 1944 à Turin, la Compagnia Industriale Sportiva Italia a d’abord construit une monoplace – la D46 – qui s’est illustrée dans les Grands Prix d’après-guerre. Puis, durant l’année 1946, le constructeur travaillera sur une petite GT baptisée 202 déclinée en plusieurs versions dont cette 202 MM Aerodinamica Cassone carrossée par Alfredo Vignale et motorisée par un quatre cylindres Fiat de 1089 cc. Cet exemplaire unique se fit notamment remarquer en se classant 3ème des fameuses Mille Miglia en 1947 avec l’équipage Bernabei/Pacini.

 

Siata 140 S Daina Sport (1952) (châssis SL0330R) Parmi les nombreux modèles de sport élaborés par le constructeur turinois figure la série Daina produite à 230 exemplaires. La compétitivité de cette GT fut confirmée d’emblée par sa victoire de classe et sa 3e place au classement général de la première édition des célèbres 12 heures de Sebring en 1952. L’exemplaire présenté à Chantilly est le dernier produit. Il s’agit de l’un des deux seuls modèles équipés du moteur quatre cylindres porté à 92 chevaux et l’un des six dont la carrosserie fut dessinée par Bertone.