AER, étape 9, le suspens continue

Posted by

Une fois encore, cette étape sous forme de boucle autour de Tidjikja, aura permis aux concurrents d’en prendre plein les yeux dans cette région de Mauritanie, véritable joyau du pays. Sur le plan sportif, le tracé de 415 km constituait également un gros morceau en pilotage et navigation. Cependant, les animateurs de la course se sont neutralisés et le suspense reste entier dans toutes les catégories.

Patrick et Lucas MARTIN

Surtout, cette journée de repos pour les assistances et l’organisation, aura permis à Jérôme FROISSART, le Président de l’AMADE, une association Monégasque de protection et d’épanouissement de l’enfance dans le Monde, de distribuer des centaines de lampes solaires dans les écoles de la région de Tidjikja.

Paolo LUCCI

En moto, cette 9ème étape aurait dû être celle de l’offensive italienne. En effet, Alessandro BOTTURI et Paolo LUCCI avaient décidé de rouler ensemble et d’attaquer au maximum pour tenter, pour le premier de creuser l’écart avec Pal Anders ULLEVALSETER pour assurer son leadership. Pour le second, l’objectif était de reprendre la 3ème place du général à Lyndon POSKITT.

Alessandro BOTTURI

Hélas, les deux hommes se sont égarés au bout de 10 km, ajoutant 8 km à leur parcours. Ils ont mis 250 km à rattraper leurs adversaires et ont ensuite continué d’attaquer. Mais BOTTURI a glissé dans une partie caillouteuse. Il a alors dit à LUCCI de ne pas l’attendre et de filer vers l’arrivée. Le jeune Italien s’est exécuté et la révélation de cette 12ème édition de l’AFRICA ECO RACE remporte, sur son HUSQVARNA sa 2ème spéciale du rallye devant BOTTURI à 00:02:18, puisqu’un peu retardé lors de la remise en route de sa YAMAHA. Arrivé en même temps que les deux Italiens, Pal Anders ULLEVALSETER concède 00 :02 :03 sur BOTTURI.

L’italien Giovanni GRITTI sur HONDA termine 4ème à 00:06:56 du vainqueur, devant Lyndon POSKITT à 00:18:40 puisque le Britannique a perdu une dizaine de minutes suite à des problèmes d’alimentation en essence de sa KTM à 20 km de l’arrivée. A noter la superbe performance du jeune Polonais Konrad DABROWSKI. Âgé de seulement 18 ans, le junior de la course qui dispute son 2ème rallye tout terrain, est parti ce matin en 41ème position, complètement épuisé de la spéciale d’hier où il avait connu une journée en enfer. Malgré cela, il a navigué seul toute la journée et au guidon de sa KTM, il s’octroie un magnifique 6ème temps.

La première moto + de 450 cm3 est celle de l’Italien Franco PICCO, 13ème du jour alors que la victoire dans cette spéciale dans la catégorie MOTUL XTREME RIDER revient au Français Amaury BARATIN, 17ème, juste devant le Sénégalais Mamadou BOCOUM qui progresse chaque jour.

Patrick et Lucas MARTIN

Dans la catégorie Auto – Camion – SSV, Patrick et Lucas MARTIN imposent à nouveau aujourd’hui leur Buggy Tarek MERCEDES puisque le SCANIA de Miklos KOVACS, Laszlo ACS et Peter CZEGLEDI écope d’une pénalité de 15 minutes pour un Waypoint manqué. Les Français confortent ainsi leur première place au général sur quatre roues.

Miklos KOVACS

La 3ème place de la spéciale revient au SSV CAN AM de Patrice ETIENNE et Jean-Pierre SAINT MARTIN. Les Français, auteurs d’une jolie cabriole ont eu de la chance de pouvoir terminer la spéciale. Ils devancent Loïc FREBOURG et Franck BOULAY, également sur un CAN AM et toujours aussi performants. Yves et Jean FROMONT écopent également d’une pénalité de 15 minutes et ne finissent donc que 5ème devant Gert-jan VANDER VALK et Branco DE LANGE, des Hollandais sur un CAN AM.

Benoit FRETIN et Cédric DUPLÉ, leaders de la catégorie SSV XTREME RACE avec leur CAN AM X3, se classent 8ème devant le Belge Geoffroy NOEL de BURLIN sur POLARIS. Excepté pour FRETIN, leader du général provisoire avec près de 2 heures d’avance, rien n’est joué dans cette catégorie SSV puisque ETIENNE, FREBOURG et NOEL DE BURLIN se tiennent en moins de 12 minutes.

Les Belges Igor BOUWENS, Ulrich BOERBOOM et Frits DRIESMANS, partis également très loin ce matin après le temps perdu hier, ont bien redressé la barre en plaçant leur IVECO en 7ème position.

Etape 9

Dans le top 10 du jour, on retrouve à nouveau le camion MERCEDES des Hollandais Johan ELFRINK et Dirk SANDERS.

Version française

English version

Les classements ici

ILS ONT DIT

Patrice ETIENNE – CAN AM N°266 – TEAM B2F COMPETITION

La spéciale était un régal pour les yeux et pour le pilotage. Nous avons fait une navigation parfaite et nous avions beaucoup d’avance. Au kilomètre 260 nous avons passé deux dunettes, sans doute un peu trop vite. Il y avait également une souche à gauche qui nous a déséquilibré. Nous sommes partis en tonneau par l’avant mais sans que le toit ne touche le sol. Nous avons juste abimé le train arrière et le triangle avant. A partir de là, la journée est devenue très très dure. J’ai des crampes dans les mains parce que c’est terrible de conduire dans ces conditions. J’avais l’impression d’avoir un camion sans direction assistée. Je n’avais jamais conduit une voiture dans ces conditions-là. Ça a été long, long pour finir, mais ça valait la peine de souffrir. Je suis très heureux de cette première victoire de spéciale. C’est mon premier rallye tout terrain et je me régale.

Alessandro BOTTURI – YAMAHA N° 101 – TEAM BOTTURI

J’avais décidé d’attaquer aujourd’hui et de rouler avec Paolo LUCCI qui est un pilote très rapide qui navigue très bien. Hélas, nous nous somme perdus 10 km après le départ. Nous avons fait 8 km aller et retour pour retrouver la bonne trace et nous avons ensuite mis 250 km pour rattraper les autres. Nous avons continué d’attaquer mais je suis tombé et j’ai dit à LUCCI de continuer. J’ai eu du mal à redémarrer ma moto car la commande d’embrayage était tordue. Je n’ai cependant pas perdu trop de temps et finalement je reprends 2 minutes à Pal Anders ULLEVALSETER. Tout va se jouer entre lui et moi dans les deux dernières étapes. Je vais bien sûr tout faire pour conserver le titre.

Yves FROMONT – TAREK MERCEDES N°200 – TEAM MMO

C’était une magnifique spéciale dans des paysages de toute beauté. Au niveau pilotage, il y avait matière à faire des bêtises. Le sable était également très mou. Donc nous avons fait attention. Depuis notre abandon sur la première étape mauritanienne, nous ne jouons plus rien au classement général. Nous essayons juste de nous faire plaisir tout en performant. Et puis, si nous avons moyen de donner un coup de main à Patrick et Lucas MARTIN, nos co-équipiers du Team MMO, pour gagner le rallye, nous serons là.

Amaury BARATIN – KTM N°195 – TEAM HORIZON MOTO 95

Je viens de la moto sur circuit et l’AFRICA ECO RACE ® est mon deuxième rallye tout terrain. J’ai trouvé exactement ce que je suis venu chercher. Même si hier soir, j’avoue que j’étais un peu émoussé par une étape très difficile. Aujourd’hui, la spéciale était très variée et très sympa avec des portions roulantes, des dunes et des pistes techniques. L’assistance des malles moto est top. Ce rallye est loin d’être une épreuve au rabais. C’est un vrai Dakar et il faut être très bien préparé pour aller au bout. Ce que je compte bien faire pour voir le Lac Rose qui m’a toujours fait rêver.

ETAPE N° 10 Tidjijka / Idini : 600.59 km

Demain, vendredi 17 janvier, la caravane de l’AFRICA ECO RACE ® prendra la direction d’Idini pour l’avant dernière étape mauritanienne. Ce sera la plus longue spéciale de cette 12ème édition avec 600 km à parcourir sur un tracé comportant 90% de sable. Autant dire que cette 10ème étape s’annonce capitale.

Après la liaison de 77 km, dont 50 km sur piste, les concurrents de l’AFRICA ECO RACE aborderont la plus longue spéciale de cette édition 2020. Les paysages seront encore une fois à couper le souffle et les deux tiers du parcours du jour seront inédits. Le sable sera présent à 90% puisque le tracé évoluera entre des cordons de dunes dont certains seront à franchir. La navigation sera omniprésente et il faudra être vigilant et bien suivre les caps du road-book pour ne pas partir sur de mauvaises traces souvent synonymes de beaucoup de temps perdu. Heureusement, la seconde moitié de spéciale, après le ravitaillement Moto et SSV, sera rapide avec peu de navigation mais il faudra être attentif dans les grands virages entre les dunettes. Il y aura encore une petite liaison sur la route de l’espoir avant un repos mérité.