WEC, entrée en matière réussie pour Toyota à Silverstone (Endurance)

Posted by

A Silverstone, Toyota Gazoo Racing a remporté une victoire sous haute tension dans la première manche du Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC) 2017.

Au volant de la TS050 HYBRID n°8, Kazuki Nakajima, Sébastien Buemi et Anthony Davidson ont offert au constructeur japonais son 11e succès en WEC après une bagarre frénétique, dont les multiples rebondissements ont tenu les 50200 spectateurs présents en haleine tout au long des six heures de course.

Toyota s’impose à Silverstone pht. Francois Flamand / DPPI Michelin

Buemi a pris le meilleur sur Brendon Hartley (Porsche 919 Hybrid n°2) à seulement 12 minutes du terme de ces 6 Heures de Silverstone. Cette victoire permet au Suisse ainsi qu’à ses deux coéquipiers Anthony Davidson et Kazuki Nakajima de remporter également le légendaire Tourist Trophy, le trophée le plus ancien de l’histoire du sport automobile.
Cette onzième victoire aura sans doute été la plus dure à décrocher, avec deux neutralisations « Full Course Yellow » et une intervention de la voiture de sécurité suite de l’accident de la seconde Toyota TS050 HYBRID de Jose Maria Lopez dans le virage de Copse.
Partie en pole position, la Toyota TS050 HYBRID n°7 pointe en tête pendant les deux premières heures de course. Mais après l’une des nombreuses averses qui se sont abattues sur le circuit de Silverstone, le nouveau venu argentin du WEC Jose Maria Lopez part en glissade et percute le mur de pneus. Malgré la violence du choc, la voiture parvient à regagner les stands et à repartir, pour finir quatrième de la catégorie LMP1. Jose Maria Lopez a été conduit à l’hôpital pour des examens de contrôle. Il en ressortira rapidement sur avis favorable des médecins.

Porsche a mené une dure bataille. pht. Porsche

Porsche a donné une belle réplique à Toyota en terminant deuxième et troisième et en restant à l’affût d’une victoire surprise tout au long de cet après-midi de course. Timo Bernhard, Brendon Hartley et Earl Bamber (Porsche 919 Hybrid n°2) terminent deuxièmes, après avoir tenté de tirer le meilleur parti de leur configuration aérodynamique à faible appui, désavantagé par rapport à celui du constructeur japonais, qui générait plus d’appui.
Mais Toyota était trop fort : lorsque Buemi est ressorti des stands avec des pneus Michelin frais à une demi-heure du drapeau à damier, rattraper puis dépasser Brendon Hartley n’est (presque) plus qu’une formalité.
Nick Tandy, Neel Jani et André Lotterer (Porsche 919 Hybrid n°1) montent sur la troisième marche du podium, après avoir été à la lutte pour la victoire pendant les trois quarts de la course.

La catégorie LMP2 voit la victoire du team fraîchement rebaptisé Jackie Chan DC Racing. Ses pilotes Oliver Jarvis, Thomas Laurent et Ho-pin Tung signent le premier succès WEC de la nouvelle génération des prototypes LMP2, pour une ère nouvelle et passionnante avec des voitures plus puissantes.
C’est lorsque les classements ont été bouleversés par les neutralisations et la sortie de la voiture de sécurité que Jackie Chan DC Racing, dont les voitures sont exploitées par JOTA Sport, est devenu la première équipe basée sur le territoire chinois victorieuse en WEC.
Le team a profité de cette situation pour s’imposer avec une avance de 20 secondes sur Bruno Senna, Nicolas Prost et Julien Canal (Vaillante Rebellion).
Lauréate 2016 du Trophée Endurance FIA des Equipes et des Pilotes LMP2, Signatech Alpine et ses pilotes Nicolas Lapierre, Matt Rao et Gustavo Menezes ont couvert dans cette catégorie le plus grand nombre de tours en tête, mais terminent finalement quatrièmes derrière l’ORECA 07 de Matthieu Vaxivière, Emmanuel Collard et François Perrodo (TDS Racing).
50 200 spectateurs n’ont pas perdu une seconde de la belle visite du WEC à Silverstone ce week-end. Maintenant, la compétition a rendez-vous en Belgique pour les WEC 6 Heures de Spa-Francorchamps, deuxième manche 2017.

LMGTE : Ford, la victoire envers et contre tout
Ford Chip Ganassi Racing Team UK a signé contre toute attente une superbe victoire en catégorie LMGTE Pro, grâce à la Ford GT n°67 d’Andy Priaulx, Harry Tincknell et Pipo Derani.

La GT américaine a surmonté bien des péripéties, d’une portière récalcitrante à un pneu se dégonflant, pour décrocher les points de la victoire.

Ford remport le LMGTE. pht.Francois Flamand / DPPI/ Michelin

La Ford GT aura été tout au long du week-end la plus rapide des LMGTE Pro, et la n°67 victorieuse comme la n°66 ont occupé la tête de la catégorie pendant l’essentiel de ces 6 Heures de Silverstone 2017.
Après avoir gagné un arrêt supplémentaire au stand à la suite de la neutralisation sous voiture de sécurité de la quatrième heure, Harry Tincknell est revenu en boulet de canon sur la tête de la course, délogeant la Ferrari 488 GTE n°51 du leadership LMGTE Pro.

Même le « retour » en fin de course du problème de portière n’a pas suffi à arrêter la marche victorieuse de Tincknell, qui s’impose avec 15 secondes d’avance sur la Ferrari de James Calado/Alessandro Pier Guidi.

Grâce à la troisième place de la Porsche 911 RSR n°91 de Frédéric Makowiecki/Richard Lietz, on retrouve trois constructeurs différents sur le podium. La nouvelle version à moteur central du modèle emblématique de Porsche a effectué des débuts encourageants en WEC, mais le second exemplaire de Kevin Estre/Michael Christensen est contraint à l’abandon sur incendie pendant la troisième heure.

Sur la Ford GT n°66, Stefan Mücke, Olivier Pla et Billy Johnson terminent quatrièmes. Retardée après que Sam Bird ait été pénalisé à la suite d’une collision avec l’ORECA de Mathias Beche (Vaillante Rebellion), la Ferrari 488 GTE n°71 complète le top 5.

LMGTE Am : la victoire dans les derniers mètres
Pour ses débuts en WEC, Clearwater Racing remporte une victoire inattendue à la suite de ce qui est sans doute le final le plus mémorable de l’histoire du WEC.
L’équipe de Singapour entame le dernier tour de course en troisième position… Lorsqu’une collision entre l’Aston Martin n°98 de Pedro Lamy, alors leader de la catégorie, et la Ferrari n°54 de Miguel Molina (Spirit of Race), ouvre à Matt Griffin une voie royale pour la victoire.

Victoire surprise de la Ferrari 488 GTE team Clearwater Racing. pht. Clement Luck/DPPI/WEC

Un peu plus tôt dans cette dernière heure, ce dernier était revenu sur Lamy et l’avait délogé du commandement, mais avait dû repasser au stand pour un ravitaillement essence éclair. On semblait alors se diriger vers une victoire de l’Aston Martin n°98.
Leaders pendant l’essentiel de ces 6 Heures de Silverstone, Lamy et ses coéquipiers Paul Dalla Lana et Mathias Lauda ont vu leur avantage réduit à néant par l’entrée en piste de la voiture de sécurité. Mais le trio de l’Aston Martin n°98 a pu repartir après sa mésaventure du dernier tour pour terminer deuxième.
La Porsche 911 RSR de Dempsey-Proton Racing s’adjuge la troisième marche du podium, avec le trio Christian Ried/Matteo Cairoli/Marvin Dienst.

Le départ. Francois Flamand / DPPI/Michelin

Vidéo : FIA WEC

Classement Silverstone ici

 

Leave a Reply