Verstappen remporte sa deuxième victoire d’affilée au Red Bull Ring, Norris P3.

Posted by

Pour la deuxième fois en autant de semaines, Max Verstappen (Red Bull) a connu un parcours serein jusqu’à la victoire au Red Bull Ring, menant chaque tour du Grand Prix d’Autriche depuis la pole position – pour le plus grand plaisir des milliers de fans vêtus d’orange qui ont afflué pour l’encourager vers une troisième victoire consécutive.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P1.. Pht. Getty Images/Getty Images

Contrairement au Grand Prix de Styrie, Verstappen n’a pas été confronté à une réelle menace de l’arrière, et a même eu le temps de faire un arrêt aux stands supplémentaire à 10 tours de l’arrivée pour s’assurer un point supplémentaire pour le meilleur tour – et un tout premier  » week-end grand chelem « , avec la pole, le meilleur tour et la victoire, en ayant mené chaque tour.

Valtteri Bottas, Mercedes, P2. Pht. LAT Images

Derrière lui, le rival du championnat, Lewis Hamilton, s’est frayé un chemin jusqu’à la deuxième place depuis la quatrième place sur la grille de départ, avant qu’une avarie aérodynamique, causée par une collision avec des bordures de trottoir, ne ralentisse sa progression, permettant à Valtteri Bottas, son coéquipier chez Mercedes, et à Lando Norris, de McLaren, de le dépasser.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P3

Malgré la forte pression de Norris, qui a reçu les honneurs du pilote du jour, Bottas s’est maintenu en P2, et le pilote McLaren est monté sur son troisième podium de la saison en P3. Hamilton a tenu bon pour la quatrième place, mais a glissé de 18 à 32 points derrière Verstappen au classement du championnat.

Red Bull aurait pu connaître une journée encore meilleure, si Sergio Perez n’avait pas eu une course aussi mouvementée depuis la troisième place sur la grille. Après une voiture de sécurité, appelée au premier tour lorsque Esteban Ocon a été contraint de garer son Alpine avec des dommages subis en heurtant l’Alfa Romeo d’Antonio Giovinazzi au virage 3, Perez a attaqué Norris pour la P3 au virage 3.

En contournant l’extérieur, Perez a été forcé de sortir de la piste, et Norris a reçu une pénalité de cinq secondes en conséquence. Cependant, Perez a ensuite fait sortir la Ferrari de Charles Leclerc de la route exactement au même endroit et a reçu une pénalité identique, avant de refaire la même chose à Leclerc au virage 6 et de recevoir une autre pénalité.

Hamilton, P4. Pht. Steve Etherington

Perez a franchi la ligne d’arrivée en P5, mais a été classé en P6, avec Carlos Sainz de Ferrari – qui s’est propulsé dans le classement grâce à une brillante attaque en fin de course après un long relais initial, prenant la cinquième place.

Daniel Ricciardo (McLaren), Leclerc, Pierre Gasly (AlphaTauri) et Fernando Alonso (Alpine) complétaient le top 10, ce dernier prenant la dernière position à George Russell dans l’avant-dernier tour, privant le Britannique d’un premier point avec Williams.

Carlos Sainz, Ferrari, P5. Pht. Scuderia Ferrari Press

Un peu plus loin, le dernier tour a été marqué par une collision entre Kimi Raikkonen (Alfa Romeo) et Sebastian Vettel (Aston Martin), alors qu’ils se disputaient la 12e place. Mais pour la majorité des fans présents sur le circuit, tout tourne autour de l’homme qui a terminé en P1…

Ce qui s’est passé

Dans un climat chaud et nuageux, Verstappen a pris le départ de la course en tête au virage 1, alors que tous les pilotes de tête ont pris un bon départ – à l’exception de George Russell qui, cherchant à marquer des points pour la première fois pour Williams, est immédiatement passé de P8 à P12.

Cependant, à peine les pilotes avaient-ils atteint leur vitesse de croisière que la voiture de sécurité était appelée, Esteban Ocon étant contraint de garer son Alpine endommagée pour compléter un deuxième week-end consécutif à oublier. Le Français, qui a pris un départ décevant en P17, a été pris entre la Haas de Mick Schumacher et l’Alfa Romeo d’Antonio Giovinazzi à la sortie de l’épingle du virage 3, le contact de la roue arrière de ce dernier brisant instantanément sa suspension avant.

Sergio Perez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda, P6. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

La course a repris au 4ème tour, avec Perez en troisième position qui n’a pas perdu de temps pour attaquer Norris en P2. Après un premier contact avec l’extérieur au virage 1, le Mexicain a essayé de le faire à nouveau au virage 4. Cependant, Norris a tenu bon et a fait sortir Perez de la route, le pilote Red Bull se plaignant d’avoir été poussé alors qu’il revenait du gravier en P10.

Start of Race. Pht. Clive Rose/Getty Images

Au milieu de cet événement, Bottas a brièvement dépassé Hamilton pour la P3, mais le Britannique est revenu en tête avant de poursuivre Norris, dont le coéquipier Daniel Ricciardo s’est donné une bonne chance de marquer des points en passant de la P13 à la P9 sur la grille.

Au 10e tour, Verstappen avait creusé un écart de 3,6 secondes sur Norris et de 4,5 secondes sur Hamilton, alors qu’Hamilton communiquait par radio qu’il avait du mal à suivre la McLaren. Il est resté derrière jusqu’au 20e tour, quand il a finalement forcé le passage au virage 4. Norris a remarqué que les freins d’Hamilton étaient en feu quand il est passé, et Hamilton a pris le temps de dire à son équipe que Norris était un « grand pilote ».

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M, P7

Dans une double peine pour l’homme de McLaren, à peine a-t-il été dépassé par Hamilton qu’il a reçu une pénalité de cinq secondes pour l’incident avec Perez – bien que son équipe ait choisi d’attendre le 26e tour pour informer son pilote, qui était typiquement non perturbé en disant : « A quoi s’attendait-il en passant par l’extérieur ? »

Pierre Gasly of France driving the (10) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P9. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

A ce stade, tous les pilotes partis en pneus softs – les deux AlphaTauris et les deux Aston Martin – se sont arrêtés pour changer de gomme, mais Yuki Tsunoda a fait une erreur en dépassant la ligne blanche à l’entrée des stands, ce qui lui a valu une pénalité de cinq secondes. Il a répété l’erreur plus tard dans la course pour mettre fin à tout espoir de points, et sans doute se faire gronder par les dirigeants de Red Bull.

Fernando Alonso, Alpine, P10

Au 30e tour, Norris a décidé qu’il était temps de changer de pneus, et Mercedes a demandé à Valtteri Bottas, qui se trouvait derrière Norris en P4, de suivre le Britannique, sachant qu’il devrait purger sa pénalité avant de pouvoir changer ses pneus. Bottas a donc eu le temps de chausser des pneus neufs et d’en ressortir avec une avance confortable sur Norris, au grand dam du pilote McLaren.

Un tour plus tard, Hamilton a fait son arrêt pour les pneus durs, son équipe lui disant de prendre soin de sa gomme, Red Bull a arrêté Verstappen pour les mêmes pneus un tour plus tard, disant au Néerlandais que son rival pour le titre était prêt à courir jusqu’à la fin de la course.

Cela s’est avéré faux, car il est rapidement devenu évident après son arrêt qu’Hamilton luttait pour maintenir son rythme, son équipe diagnostiquant rapidement qu’il avait subi des « dommages aérodynamiques sur son fond plat arrière » en roulant sur une bordure.

Alors que Bottas et Norris sont en vue, il y a de l’action derrière avec Gasly, Ricciardo, Perez et Leclerc qui continuent leur bataille. Au 41e tour, Leclerc a plongé à l’extérieur de Perez dans le virage 4, tout comme le Mexicain avait fait à Norris au début. Le résultat, cependant, a été le même, Leclerc a roulé dans le gravier et Perez a rapidement reçu une pénalité de cinq secondes, à ajouter à son temps à la fin de la course.

George Russell (GBR) Williams Racing FW43B, a perdu le point de la P10 dans le dernier tour.

A peine cette pénalité émise, et après que Gasly soit retourné au stand, Perez s’aligne pour une autre pénalité, cette fois pour avoir fait sortir Leclerc au virage 7.

Alors que la course entrait dans sa phase finale, Bottas et Norris sont arrivés à l’arrière de la voiture d’Hamilton, Bottas a d’abord été prié de rester en place et en bon deuxième pilote au service de son leader, il a obtempéré. Mais craignant la menace de Norris, Mercedes n’a pas eu d’autre choix que de laisser Bottas attaquer Hamilton, avec une instruction d' »inverser les positions » peu après et Bottas passant devant au 52e tour. Un tour plus tard, Norris était également passé, Hamilton s’est arrêté pour changer de gomme peu de temps après et s’est concentré sur le maintien de la quatrième place et la limitation des dommages au championnat.

Charles Leclerc, P8. Pht. Scuderia Ferrari Press

En tête, Verstappen n’a pas eu de problèmes, il avait tellement de marge qu’il a pu se permettre de s’arrêter une deuxième fois et de sortir 7’’2 devant Bottas, avec les pneus neufs nécessaires pour garantir le meilleur tour.

Mais l’action n’était pas terminée. Après être parti en pneus durs et avoir été le dernier à s’arrêter, Sainz était à la manœuvre avec ses pneus médiums frais. Il s’est rapidement mis à l’arrière de son coéquipier Leclerc et l’a dépassé, avant de prendre Ricciardo pour la P6 à un tour de la fin.

Lando Norris, McLaren MCL35M Driver on the Day. Pht. Sam Bloxham/LAT Images

L’autre Espagnol sur la grille, Fernando Alonso, était sur une action similaire, dépassant George Russell pour la P10 en fin de course pour étendre sa série de points à quatre courses et priver le pilote Williams d’un premier point bien mérité. N’ayant pas l’intention de perdre d’autres places, Russell a ensuite tenu tête à Raikkonen, qui avait également effectué un long relais en début de course. Le Finlandais s’est ensuite retrouvé impliqué avec son ancien coéquipier Sebastian Vettel à la sortie du virage 4 dans le dernier tour.

Le duo s’est heurté aux roues et les deux ont terminé dans le gravier.

Mais la journée a appartenu à Verstappen, qui a déclaré que sa victoire était « encore meilleure que la semaine dernière » et a affirmé son statut de favori du championnat.

Valtteri Bottas, Mercedes, 2nd position, Toyoharu Tanabe, F1 Technical Director, Honda,Max Verstappen, Red Bull Racing , 1st position, and Lando Norris, McLaren, 3rd position, on the podium. Pht. Charles Coates/LAT Images

La citation clé

« C’est incroyable pour être honnête. La voiture était sur des rails. Je veux dire que sur chaque jeu de pneus que nous avons mis, c’était vraiment agréable à conduire. Je suis un peu étonné moi-même de la façon dont la journée s’est déroulée ; je ne m’attendais pas à ce que ce soit comme ça. C’est un travail incroyable de la part de tout le monde de faire quelque chose comme ça. Bien sûr, quand vous commencez le week-end, tout le monde vous voit comme le favori, mais ce n’est jamais facile de toujours livrer réellement ce que nous avons fait aujourd’hui. «  – Max Verstappen, Red Bull

 

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P1. Pht. Getty Images/Getty Images

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE PIRELLI

« Nous sommes heureux que notre décision de varier les nominations pour l’Autriche ait abouti à deux courses distinctes, le deuxième Grand Prix ayant un rythme et un caractère très rapides par rapport au premier. Les températures de la piste aujourd’hui étaient considérablement plus fraîches qu’elles ne l’avaient été pendant les qualifications, ce qui a évidemment eu un effet sur l’usure et la dégradation des pneus, en favorisant les composés plus tendres et en prolongeant les relais. En conséquence, nous avons vu un bon mélange de stratégies à un et deux arrêts ; avec un seul arrêt nécessitant toujours un certain degré de gestion des pneus pour maintenir performance sur la durée de chaque relais, tandis qu’un double arrêt était la stratégie gagnante. Félicitations à Max Verstappen et Red Bull pour une course stratégique parfaite aujourd’hui, où leur rythme leur a permis de s’arrêter deux fois sans jamais perdre la tête. Maintenant, nous restons à le Red Bull Ring pour une troisième semaine pour poursuivre le programme d’essais de pneus 18 pouces 2022 pendant deux jours avec AlphaTauri mardi et mercredi.

Analyse des meilleurs tours

 

Classement GP d’Autriche ici

Les meilleurs tours ici

Pit Stop Summary ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Ils ont dit :

MAX VERSTAPPEN :

Pht. Mark Sutton/LAT Images

« Gagner à nouveau à domicile au Red Bull Ring est tout simplement incroyable. Je m’attendais à ce que ce soit bien, mais pas aussi bien, et la voiture était sur rails. C’était vraiment agréable à piloter et le rythme était incroyable sur les deux composés de pneus. Je pourrais pousser et aussi m’occuper des pneus, ce qui est exactement ce que vous voulez qu’il soit et je pourrais augmenter mon écart tour après tour. Comme tout le monde, nous avons appris du week-end dernier et nous avons encore optimisé la voiture en améliorant les réglages. C’est en fait difficile à exprimer car c’était tellement agréable à piloter et le week-end a été le meilleur possible, alors espérons que nous pourrons continuer de la même manière. C’est une belle récompense pour tout le monde dans l’équipe et c’était aussi très agréable d’avoir Honda représenté sur le podium par Tanabe. Les fans ont également été incroyables tout le week-end, tellement orange dans les tribunes et c’est tout simplement génial de revoir les gens et de profiter de la Formule 1 sur la piste. Il y a bien sûr beaucoup de courses difficiles à venir et Silverstone sera intéressant avec la Sprint Race pour mélanger les choses. Mais pour l’instant, je suis vraiment content de la façon dont s’est déroulée toute la course et on n’a pas souvent ce type de course, donc nous devons tous en profiter.

Pierre Gasly :

Pht. Peter Fox/Getty Images

« Je pense qu’aujourd’hui a été plus difficile que nous ne l’avions imaginé, mais la bonne chose est que nous marquons régulièrement des points. Nous pensions que nous profiterions davantage de la stratégie à deux arrêts, mais nous avons eu plus de difficultés que prévu sur les Softs en début de course. Il y a cependant des points positifs à retenir et nous avons quand même montré un bon rythme là-bas. Nous continuons à nous battre en haut du milieu de terrain mais c’est décevant de ne pas finir plus haut sur la grille aujourd’hui. Nous examinerons toutes les données ce soir, puis nous attendrons avec impatience Silverstone, qui est une piste que j’adore.

Yuki Tsunoda :

Pht. Bryn Lennon/Getty Images

«Ça a été une journée difficile pour moi. J’ai eu du mal avec le rythme pendant la course et la gestion des pneus était vraiment délicate. Ma qualification était bonne hier, donc c’est frustrant, mais nous devons partir et revoir les problèmes d’aujourd’hui, afin de ne pas refaire les mêmes erreurs la prochaine fois à Silverstone.

Frédéric Vasseur, Team Principal Alfa Romeo Racing ORLEN :

VASSEUR Frederic (fra), Team Principal of Alfa Romeo Racing ORLEN. Pht. Florent Gooden/DPPI

« Bien sûr, c’est décevant de quitter l’Autriche sans points après deux courses où notre rythme était bon. Nous avons payé le prix d’un mauvais samedi, car partir du 15 au 16 nous a rendu la vie inutilement difficile. Les deux voitures avaient le rythme, comme Kimi l’a montré vers la fin de la course, mais le travail à accomplir était tout simplement trop important à la fin. Nous pouvons bien sûr nous appuyer sur les points positifs, mais nous devrons nous attaquer aux points faibles alors que nous tentons de franchir la dernière étape vers le top dix en Grande-Bretagne. »

Esteban Ocon :

Nous avons joué de malchance en devant nous arrêter prématurément aujourd’hui. Je ne pouvais pas faire grand-chose en étant pris en sandwich entre Mick [Schumacher] et Antonio [Giovinazzi] au troisième virage. C’était un incident de course et ce genre de choses arrive quand on s’élance du fond de grille. Il y a toujours des opportunités de se battre, mais cela expose davantage aux contacts et aux ennuis. C’est comme si l’équipe et moi n’avions absolument aucun répit en ce moment. Nous allons remettre les compteurs à zéro et nous préparer en vue de Silverstone. Nous ne pouvons qu’aller de l’avant.

Fernando Alonso :

Les points étaient difficiles à aller chercher aujourd’hui et nous le savions en partant d’aussi loin. Nous sommes satisfaits de ce point même si nous méritions plus ce week-end. Nous avons connu une bataille intense avec George [Russell] cet après-midi et nous avions de meilleurs pneus sur la fin pour parvenir à le dépasser. Parmi les points positifs, nous avons vu de beaux progrès de la part de l’équipe et la voiture offrait de bonnes sensations tout au long des trois jours. Je me sens plus en confiance avec la voiture et les pneus, avant de me rendre à Silverstone et j’aime le fait d’être plus compétitif.

Marcin Budkowski, directeur exécutif d’Alpine :

Compte tenu des circonstances, cette dixième place est un résultat correct tant cela s’annonçait difficile de marquer des points en partant quatorzième et dix-septième. Esteban a été pris en sandwich au troisième virage dès le premier tour et la casse de sa suspension l’a contraint à l’abandon. Nous avons très bien exécuté la stratégie à un seul arrêt avec un pit-stop parfaitement exécuté et deux bons relais de Fernando. C’était frustrant de ne pas pouvoir tirer profit de son bon rythme aujourd’hui en raison des qualifications d’hier. Nous avons hâte d’être à Silverstone pour notre deuxième course à domicile et de retrouver la position qui devrait être la nôtre avec nos deux voitures.

Sebastian Vettel :

« Ce n’était pas une course facile aujourd’hui, qui s’est terminée par un voyage dans les graviers à cause du malentendu avec Kimi [Räikkönen]. Je suppose qu’il ne m’a pas vu devant lui. La première chose que j’ai su, c’est le contact que j’ai ressenti à l’arrière gauche. J’avais fait une bonne sortie du quatrième virage et je devançais Kimi sur la droite à l’approche du cinquième virage. Je ne pense pas qu’il y avait une intention de la part de Kimi. Même avant ça, nous n’avions pas la vitesse pour nous battre pour les points aujourd’hui. L’équilibre à l’intérieur de la voiture était bon, mais les voitures chaussées de pneus Medium avaient de meilleures performances dans le premier relais lorsque j’étais coincé dans le trafic sans air propre. C’est décevant de ne pas marquer de points, mais nous allons travailler dur pour comprendre où nous pouvons nous améliorer avant d’arriver à la prochaine course à Silverstone. »

Valtteri Bottas :

 

J’espérais me battre pour la pole mais aujourd’hui c’était hors de portée. Il semble que nous ayons un peu reculé par rapport au week-end dernier ou que d’autres aient gagné plus que nous. Je dirais qu’il nous manque peut-être un dixième ou deux de ce que nous aurions dû être et il est clair que McLaren a trouvé quelque chose avec le composé C5 ce week-end, il semble bien fonctionner avec leur voiture.

Je pense qu’en termes de rythme de course, nous devrions être en meilleure forme – tout le développement que nous avons fait avec la configuration de la voiture vise un peu plus le rythme de course, donc nous devons apprendre d’aujourd’hui et ensuite je suis sûr que nous pouvons obtenir un bon résultat pour l’équipe demain. Je m’attends toujours à une grosse bagarre avec Red Bull en course.

LE PILOTE DU JOUR : Norris obtient le vote en Autriche grâce à sa conduite intrépide jusqu’à la troisième place.

Il est peut-être parti de la première ligne, mais il ne s’attendait pas à finir devant les Red Bull et les Mercedes en course. En fin de compte, Lando Norris de McLaren a battu l’une d’entre elles avec une conduite spectaculaire, malgré une pénalité de temps dans une bataille roue contre roue au premier tour. Voici comment les votes se sont répartis…

Lando Norris – 31,6

Kimi Raikkonen – 15,7 %.

Max Verstappen – 9,2

Daniel Ricciardo – 8,5

George Russell – 7,7%__

Quelle est la suite ?

Après un triple événement intense, les équipes et les pilotes ont maintenant un temps d’arrêt bien mérité avant le Grand Prix de Grande-Bretagne 2021 à Silverstone, du 16 au 18 juillet.

Communiqué F1

English Information

Verstappen waltzes to second win in a row at Red Bull Ring, as Bottas beats Norris to P2

For the second time is as many weeks, Red Bull’s Max Verstappen enjoyed a serene drive to victory at the Red Bull Ring, leading every lap of the Austrian Grand Prix from pole position – much to the delight of the thousands of orange clad fans who flocked to cheer him to a third victory in a row.

In contrast to the Styrian Grand Prix, Verstappen faced no real threat from behind, even having enough time to take an extra pit stop with 10 laps to go to ensure an extra point for fastest lap – and a first ever ‘grand slam weekend’, with pole, fastest lap and victory, having led every lap.

Behind him, championship rival Lewis Hamilton worked his way up to second place from P4 on the grid before aerodynamic damage, picked up by running over exit kerbs, slowed his progress, allowing both Mercedes team mate Valtteri Bottas and McLaren’s Lando Norris to get past.

Despite heavy pressure from Norris, who was awarded Driver Of The Day honours, Bottas held on for P2, with the McLaren driver taking a third podium finish of the season in P3. Hamilton held on for fourth, but slipped from 18 to 32 points behind Verstappen in the championship standings.

Red Bull might have had an even better day, had Sergio Perez not had such an eventful race from third on the grid. After an early safety car, called on Lap 1 when Esteban Ocon was forced to park his Alpine with damage sustained bumping Antonio Giovinazzi’s Alfa Romeo at Turn 3, Perez attacked Norris for P3 at Turn 3.

Going around the outside, Perez was forced off track, with Norris given a five-second penalty as a result. However, Perez would later ease Charles Leclerc’s Ferrari off the road at exactly the same place and pick up an identical penalty, before doing the same thing to Leclerc at Turn 6 and getting one further time penalty.

That meant that while Perez crossed the line in P5, he was classified in P6, with Ferrari’s Carlos Sainz – who propelled himself up the order with a brilliant late charge after running a long opening stint – taking fifth.

McLaren’s Daniel Ricciardo, Leclerc, AlphaTauri’s Pierre Gasly and Alpine’s Fernando Alonso completed the top 10, the latter taking the final points-paying position from George Russell on the penultimate lap, denying the Briton a first point with Williams.

Further back there was drama on the last lap as Alfa Romeo’s Kimi Raikkonen collided with Aston Martin’s Sebastian Vettel as they disputed P12. But for the majority of fans around the track, it was all about the man who finished in P1…

As it happened

Amid warm temperatures and cloudy conditions, the race got underway with Verstappen leading into Turn 1 as all the front runners got a clean start – that is apart from George Russell who, seeking a first points finish for Williams, immediately dropped from P8 to P12.

However, no sooner had the drivers got up to speed than the Safety Car was called, with Esteban Ocon forced to park his Alpine with damage to complete a second successive weekend to forget. The Frenchman, who started a disappointing P17, was caught between Mick Schumacher’s Haas and Antonio Giovinazzi’s Alfa Romeo as the pack exited the Turn 3 hairpin, with contact from the latter’s rear wheel instantly breaking his front suspension.

Racing got back underway on Lap 4, with Perez in third wasting no time in attacking Norris for P2. After an initial look around the outside at Turn 1, the Mexican tried his hand around the outside again at Turn 4. However, Norris held his ground and eased Perez off the road, the Red Bull driver complaining he’d been pushed off as he returned from the gravel down in P10.

Amidst the drama, Bottas briefly passed Hamilton for P3, but the Briton pushed his way back ahead before setting after Norris, whose team mate Daniel Ricciardo had given himself a great chance of a haul of points by jumping up to P9 from P13 on the grid.

By lap 10, Verstappen had opened his lead to 3.6s over Norris and 4.5s over Hamilton, as the seven-time world champion radioed to say he was struggling to follow the McLaren. He’d remain behind until lap 20 when he finally forced his way past at Turn 4, Norris remarking that Hamilton’s brakes were on fire as he drove past, with Hamilton taking the time to tell his team what a “great driver” Norris was.

In a double whammy for the McLaren man, no sooner was he passed by Hamilton than he was handed a five-second penalty for the Perez incident – though his team chose to wait until lap 26 to inform their driver, who was typically nonplussed saying: “what did the guy expect going around the outside?”

By this stage, all the drivers who had started on softs – both AlphaTauris and both Aston Martins – had stopped for fresh rubber, though Yuki Tsunoda blotted his copybook by straying over the white line in the pit entry and earning himself a five-second penalty. He’d repeat the mistake later in the race to end any hope of points, and no doubt earn himself a telling off from Red Bull top brass.

On lap 30, Norris decided it was time for fresh rubber, with Mercedes instructing Valtteri Bottas – running behind Norris on the road in P4 – to follow the Briton in, knowing he’d have to serve his time penalty before his tyres could be changed. Bottas thus had time to take on new tyres and emerge ahead comfortably ahead of Norris – much to the McLaren driver’s chagrin.

A lap later and Hamilton made his stop for hard tyres, his team telling him to look after his rubber, with Red Bull – who stopped Verstappen for the same tyres a lap later – telling the Dutchman that his title rival was set to run to the end of the race.

That would prove a fallacy as it soon became apparent after his stop that Hamilton was struggling for pace, his team quickly diagnosing that he’d suffered “damage to rear aero surfaces” running over an exit kerb.

As Bottas and Norris homed into view, it was all action behind as Gasly, Ricciardo, Perez and Leclerc continued their running battle. On lap 41 Leclerc dived around the outside of Perez into Turn 4, much as the Mexican had done to Norris in the early stages. The result, however, was the same, with Leclerc running into the gravel and Perez quickly handed a five-second penalty, to be added to his time at the end of the race.

No sooner had that been issued, and Gasly had pit again, Perez lined himself up for another penalty – this time for running Leclerc off the road at Turn 7.

As the race moved into the final stages, Bottas and Norris arrived at the rear of Hamilton’s car, with Bottas initially told to hold station. But fearing the threat of Norris, Mercedes had no choice but to let Bottas attack Hamilton, with an instruction to ‘invert the positions’ coming soon after and Bottas moving ahead on lap 52. A lap later and Norris was also by, Hamilton stopping for fresh rubber shortly afterwards as he focused on holding onto fourth and limiting his championship damage.

Up front, there were no such issues for Verstappen, who had so much margin in hand he could afford to stop for a second time and emerge 7.2s ahead of Bottas, with the fresh tyres needed to guarantee fastest lap.

The action wasn’t over though. Having started on hard tyres and been the last to stop, Sainz was on a charge on fresh mediums. He quickly got onto the back of team mate Leclerc and was ushered past, before taking Ricciardo for P6 on the road with one lap to go.

The other Spaniard on the grid, Fernando Alonso, was on a similar charge, passing George Russell for P10 late on to extend his points scoring run to four races and deny the Williams man a first point. In no mood to lose any further places, Russell then held off Raikkonen, who had similarly run a long opening stint, with the Finn then getting involved with former team mate Sebastian Vettel as they exited Turn 4 on the final lap.

The duo clashed wheels and both ran across the gravel, with the stewards announcing an immediate investigation.

But the day belonged to Verstappen, who declared his victory “even better than last week” and affirmed his status as championship favourite.

The key quote

“It’s incredible to be honest. The car was on rails. I mean on every tyre set we put on, it was really enjoyable to drive. I’m a bit amazed myself how today went; I didn’t expect it to be like this. Incredible job by everyone to deliver something like this. Of course, when you go into the weekend everybody sees you as the favourite, but it’s never easy to actually always deliver what we did today. » – Max Verstappen, Red Bull

What’s next?

After an intense triple header, the teams and drivers now have some well earned downtime before the the 2021 British Grand Prix at Silverstone on July 16-18.