GP des Amériques, Verstappen contient Hamilton pour remporter la victoire à Austin et accroit son avance au championnat

Posted by

Max Verstappen a remporté un duel spectaculaire avec son rival Lewis Hamilton lors du Grand Prix des États-Unis. Red Bull a repris du terrain sur Mercedes grâce au podium de Perez et le leader du championnat a porté son avance à 12 points.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P1. pht. Jared C. Tilton/Getty Images

Hamilton, deuxième sur la grille, a pris un excellent départ à l’extinction des feux à Austin, et malgré le fait que Verstappen l’ait pressé le plus possible à l’intérieur à l’approche du virage 1, le Britannique a pris la première place au Néerlandais pour mener dans les esses. Perez, parti troisième, a suivi et a commencé à perdre des centièmes, puis des dixièmes, sur les leaders.

Verstappen, l’espoir du championnat Red Bull, a ouvert la fenêtre des stands au 11e tour, passant des pneus mediums aux pneus durs, tandis qu’Hamilton, a suivi au 14e tour, pour ressortir deuxième derrière le pilote Red Bull. Mais il y avait un autre arrêt aux stands à venir sous le soleil brûlant du Texas.

La lutte a été rude entre Hamilton et Verstappen. pht. Andy Hone/LAT Images

La deuxième série d’arrêts a eu lieu lorsque Verstappen est entré au 29e tour pour un autre jeu de durs, son coéquipier Perez suivait, tandis qu’Hamilton est une fois de plus resté plus longtemps dehors, détenant une avance fragile de 16 secondes sur Verstappen. « Nous sommes en course pour la victoire », lui a dit le directeur d’équipe Toto Wolff.

« Laisse-moi faire, mon frère ! » a été la réponse d’Hamilton. Avec 11’’5s d’avance, il a pitché au 37e tour, s’est arrêté sur ses marques et est reparti en deuxième position avec des pneus durs neufs 8’’8s derrière Verstappen cette fois, pour une course poursuite jusqu’au drapeau à damier.

Start of Race. pht. Jared C. Tilton/Getty Images

« Tout se joue dans les trois derniers tours », a-t-on dit à Hamilton. Et en effet, ce fut le cas, puisque l’écart avec Verstappen a commencé à se réduite avant le 41e tour sur 56, lorsque le leader a rencontré des backmarkers. Avec cinq tours restants, seulement 1’’7s séparait les deux premiers, et Hamilton avait le DRS sur Verstappen dans le tout dernier tour. Mais le Néerlandais a trouvé juste assez de rythme sur ses gommes dures et usées, et a remporté la victoire avec 1’’3s d’avance, avec ce que le patron de l’équipe Christian Horner a appelé une démonstration de « classe ». Perez a pris la dernière place du podium.

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG Petronas Motorsport, P2.

Charles Leclerc a brillamment piloté jusqu’en P4 pour Ferrari après avoir tenu tête à Daniel Ricciardo (McLaren) au départ, l’Australien ayant gagné une place aux dépens de Carlos Sainz en début de course. Valtteri Bottas est donc sixième pour Mercedes devant Carlos Sainz, le pilote Ferrari ayant été doublé en fin de course par le pilote Mercedes, qui est remonté de la neuvième place sur la grille.

Sergio Perez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda, P3. pht. Chris Graythen/Getty Images

Lando Norris, le coéquipier de Ricciardo, a pris la huitième place après avoir perdu une place au profit de Bottas après la deuxième série d’arrêts aux stands. Derrière Norris se trouve Yuki Tsunoda en P9, le rookie est parti 10e en pneus tendres qu’il a géré de manière magistrale, gagnant une place alors que son coéquipier de l’équipe AlphaTauri Pierre Gasly a abandonné avec des problèmes de suspension.

Charles Leclerc, P4. pht. Scuderia Ferrari

Sebastian Vettel de l’écurie Aston Martin, parti 18e après une pénalité pour changement de moteur, est le dernier à marquer des points.

Esteban Ocon d’Alpine a été le prochain à abandonner, au 42e tour. Son coéquipier Alonso est rentré dans les stands depuis la P14 à cinq tours de la fin, en raison d’un problème d’aileron arrière.

Ce qui s’est passé

Le virage 1 au Texas a tous les ingrédients pour un grand spectacle : une large entrée et une sortie étroite ponctuée d’un apex aigu. Ajoutez à cela Max Verstappen en pole position, Lewis Hamilton partageant la première ligne devant Sergio Perez et Charles Leclerc sur la deuxième ligne, et nous étions toujours destinés à assister à un départ passionnant pour le Grand Prix des États-Unis 2021.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M, P5. pht. Glenn Dunbar/LAT Images

Ainsi, après une grande fanfare, un ciel bleu immaculé et une foule à guichets fermés au Texas agitant des drapeaux de toutes les nuances, les cinq lumières se sont allumées ; cinq lumières se sont éteintes. Et c’est Hamilton qui a pris le dessus sur Verstappen au départ de la ligne, fauchant l’intérieur du virage 1 et résistant à la tentative de son rival de lui couper la route, tandis que Verstappen est sorti large dans la zone de sortie de piste. Le Néerlandais est revenu sur la piste à côté de son coéquipier Perez, qui l’a laissé passer en P2.

Pendant ce temps, les Ferrari et les McLaren se battaient en peloton, de Leclerc en P4 à Lando Norris en P7 au premier tour. Norris a fait une course ambitieuse pour la quatrième place, mais s’est bloqué dans la longue ligne droite arrière du virage 12, laissant Leclerc en P4, Ricciardo cinquième et Sainz, qui est brièvement sorti large dans le virage, en P6. L’ancien coéquipier de Norris, Sainz, a ensuite été contraint de rendre la place, ce qu’il a fait, et a repris la sixième place peu après.

Valtteri Bottas, Mercedes-AMG Petronas Motorsport, P6.

Les protagonistes du titre ont pris la tête tandis que Perez perdait quelques dixièmes à chaque tour, le Mexicain ayant du mal à suivre le rythme. Bottas de Mercedes a eu du mal à partir de la P9, d’où il est parti à cause d’une pénalité de cinq places sur la grille, et a été contraint de céder la P10 à Pierre Gasly après avoir effectué un dépassement hors-piste sur le Français au départ.

« Les pneus sont vraiment chauds, et je ne pense pas que nous soyons particulièrement rapides », a déclaré Verstappen avant de passer aux composés durs au 11e tour pour laisser Hamilton vulnérable à l’undercut. Le pilote Red Bull a émergé en cinquième position derrière Ricciardo et n’a fait qu’une bouchée de la P4, se dirigeant vers la P3 lorsque Leclerc s’est arrêté avec Perez, qui a opté pour une stratégie à contre-courant, en s’équipant en mediums plutôt qu’en durs au 12e tour.

Carlos Sainz, P7. pht. Scuderia Ferrari

L’attaque a fonctionné ; Hamilton, qui était en tête, s’est finalement arrêté au 14e tour et est sorti en pneus durs, mais avec plus de six secondes de retard sur Verstappen, le Néerlandais reprenant la première place sous les acclamations !!! Mais avec le soleil et les pneus qui souffrent, il y avait un autre arrêt au stand et Verstappen a pris le sien avant Hamilton une fois de plus, s’arrêtant de la tête pour des pneus durs au 29e tour.

Hamilton a poursuivi sa route et ne s’est arrêté qu’au 37e tour, son avance de 11’’5 secondes s’est transformée en un déficit de 8’’8 secondes en deuxième position. « Tout se joue dans les trois derniers tours », lui a-t-on dit, mais l’écart avec Verstappen a commencé à se réduire à 15 tours de la fin lorsque le Néerlandais a rencontré des cloques avec ses pneus.

Lando Norris, McLaren MCL35M, P8.

À 10 tours de la fin, seulement trois secondes séparaient les leaders ; à cinq tours de la fin, c’était 1’’7s. Mais Verstappen a gardé son sang-froid, même si les cloques ont mis sa patience à l’épreuve, et a trouvé un changement de rythme en fin de course, pour finalement devancer Hamilton de 1’’3 seconde sous le drapeau à damier. Ses pneus en ont dit plus long, cloqués, brûlés et abîmés. C’était un spectacle digne de la tête du championnat.

Perez, à 42’’2 secondes de Verstappen à la fin, a pris la dernière place sur le podium avec un deuxième relais rapide en pneus mediums pour donner à Red Bull des points précieux contre Mercedes dans leur chasse au championnat des constructeurs.

Yuki Tsunoda of Japan driving the (22) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P9. pht. Chris Graythen/Getty Images

En quatrième position, on retrouve un Leclerc rapide, à seulement 10 secondes de Perez, alors que le pilote Ferrari est parti en P4 et a pitché presque en même temps que le Mexicain, bien qu’avec une stratégie medium-hard-hard, pour prendre la tête du milieu de peloton.

Ricciardo complète le top 5. L’Australien, en pneus medium, a gagné du terrain sur Carlos Sainz en pneus tendres au début de la course et a résisté à la tentative de Sainz au 29e tour en passant aux stands juste après lui. Mais il s’en est fallu de peu : les deux hommes se sont accrochés au 43e tour, laissant le pilote Ferrari frustré avec des dégâts.

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR21, P10.

Bottas a terminé sixième en partant de la neuvième place, sa remontée a été retardée par Yuki Tsunoda au début, et Sainz à la fin, mais une décision d’aller plus longtemps que les Ferrari et McLaren l’a vu émerger devant Norris au 34e tour. Il était à quelques dixièmes de la P6 à la fin et a dûment dépassé Sainz (P7) pour des points qui pourraient bien aider Mercedes à obtenir un huitième championnat des constructeurs.

Norris a donc terminé huitième en partant de la septième place sur la grille, devant Tsunoda d’AlphaTauri, qui est passé de la P10 à la P9 après l’abandon de son coéquipier Pierre Gasly en raison d’un problème de suspension au 15e tour. Le pilote japonais s’est élancé avec des pneus tendres, puis s’est arrêté au 8e tour pour passer aux pneus durs, puis au 32e tour, pour prendre deux points.

Déception dans le camp Alpine

Kimi Raikkonen a failli remporter le dernier point grâce à un excellent début de course, mais il est sorti de la piste au virage 6 à trois tours de la fin, donnant à Sebastian Vettel, pénalisé par une pénalité moteur, une improbable P10 pour Aston Martin à partir de la P18, grâce à une stratégie moyenne-moyenne-dure.

Antonio Giovinazzi se dirigeait vers la P12 mais a pris la P11 grâce à l’erreur de son coéquipier d’Alfa Romeo, tandis que Lance Stroll a gagné une place improbable à la fin, après avoir été endommagé par le contact de Nicholas Latifi de Williams au départ et a gagné une place au total pour terminer 12e devant Raikkonen.

George Russell a terminé 14e devant son coéquipier de l’écurie Williams, Latifi, qui a heurté l’Aston Martin de son compatriote au virage 1 au premier tour, et a terminé 15e après un changement d’aileron avant.

Avec Gasly (suspension), son compatriote Esteban Ocon et son coéquipier de l’écurie Alpine Fernando Alonso (aileron arrière) les trois abandons, Mick Schumacher a pris la 16e place devant son coéquipier de l’écurie Haas Nikita Mazepin en P17 lors de la course à domicile de leur équipe.

Race winner Max Verstappen of Netherlands and Red Bull Racing, second placed Lewis Hamilton of Great Britain and Mercedes GP, third placed Sergio Perez of Mexico and Red Bull Racing and Masashi Yamamoto of Honda celebrate on the podium during the F1 Grand Prix of USA at Circuit of The Americas. pht. Chris Graythen/Getty Images

Citation clé

« Nous avons perdu le départ, donc nous avons dû essayer de faire autre chose, mais l’usure des pneus est assez élevée sur ce circuit, donc nous avons été agressifs et je n’étais pas sûr que ça allait marcher, mais oui, les derniers tours étaient amusants. Un peu sur le côté dans les virages à grande vitesse, mais je suis super content, bien sûr, de m’accrocher.

« Ils [les fans] ont été incroyables et c’est d’abord incroyable d’être ici, et ensuite de vous voir si nombreux sur la piste. J’espère que nous pourrons faire cela pendant de nombreuses années. «  – Max Verstappen, Red Bull

Classement course ici

Les meilleurs tours ici

Les Pit-Stop ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Quelle est la prochaine étape ?

Sergio Perez a peut-être reçu un accueil enthousiaste ici, mais ce n’est pas tout, puisque sa course nationale, le Grand Prix du Mexique, suit. Red Bull a obtenu son 200e podium et sa 73e victoire en Grand Prix à COTA grâce à Max Verstappen. Le Néerlandais devance Lewis Hamliton de 12 points au championnat des pilotes avant d’arriver à Mexico.

Max Verstappen élu Driver of the Day pour sa conduite agressive

Max Verstappen – 22,7%

Lewis Hamilton – 17,1%

Daniel Ricciardo – 8,7%

Sergio Pérez – 8,2%

Charles Leclerc – 7,2%

Communiqué par  la F1

Moments clés vus par Pirelli

Max Verstappen de Red Bull a remporté une course intensément tactique avec une stratégie à deux arrêts, étant parti de la pole position. Après avoir perdu la tête face au pilote Mercedes Lewis Hamilton au départ, Verstappen a effectué son premier arrêt au stand de P Zero Yellow medium à P Zero White dur au 11e tour, avec un « undercut » réussi pour prendre l’avantage sur son rival, qui s’est arrêté trois tours plus tard.

Lors de la deuxième ronde d’arrêts aux stands, le Néerlandais s’est à nouveau arrêté avant Hamilton : qui a fait huit tours de plus pour avoir des pneus durs beaucoup plus frais à l’arrivée et a mené le pilote Red Bull durement dans les derniers tours, se rapprochant de moins d’une seconde au drapeau.

Verstappen et Hamilton ont tous deux adopté la même stratégie moyen-dur-dur, tandis que Sergio Perez de Red Bull, troisième (qui n’avait qu’un seul nouvel ensemble de disques disponibles) a effectué deux relais sur le moyen suivi d’un seul sur le dur.

L’usure et la dégradation étaient assez élevées et aux mêmes niveaux significatifs que ceux observés lors des essais libres sur la piste exigeante de COTA : remarquable pour ses bosses, ses surfaces agressives et son premier secteur très rapide.

Malgré un peu de bruine plus tôt dans la journée, les conditions étaient chaudes et sèches pour la course, mais avec un peu de vent aussi. La course a commencé avec une température ambiante de 31 degrés Celsius et une température de piste de 39 degrés.

Tous les pilotes ont débuté la course en P Zero Yellow medium, à l’exception de Carlos Sainz de Ferrari et Yuki Tsunoda d’AlphaTauri sur le P Zero Red soft (avec lequel ils avaient signé leur meilleur temps en Q2 samedi).

Comme prévu, c’était une stratégie à deux arrêts pour tout le monde, avec seulement deux pilotes s’arrêtant trois fois.

COMMENT CHAQUE PNEU PERFORME

HARD C2 : Le principal composé utilisé pendant la course, la majorité des pilotes effectuant deux relais sur le pneu blanc et gérant sa dégradation relativement mineure dans ces conditions de course exigeantes. Le dernier relais de Verstappen sur ce composé a duré 27 tours, tandis que Hamilton l’a utilisé pour remporter le point de championnat supplémentaire pour le tour le plus rapide.

MEDIUM C3 : Choisi par presque tout le monde au départ. Lance Stroll d’Aston Martin a effectué le premier relais le plus long sur ces derniers, avec 18 tours, tandis que son coéquipier Sebastian Vettel a effectué le plus long relais intermédiaire sur les médiums : 21 tours. Comme prévu, ce pneu avait besoin de plus de gestion en conditions de course.

SOFT C4 : Conformément aux attentes, le pilote Ferrari Carlos Sainz a bouclé un relais de 11 tours au début de la course sur ce composé, ayant été l’un des deux seuls pilotes à prendre le départ. Lui et Tsunoda ont tous deux terminé dans les points après un court relais d’ouverture suivi de deux relais plus longs sur le dur.

analysis of the best rounds

MARIO ISOLA – RESPONSABLE F1 ET COURSE AUTOMOBILE :

Mario Isola, Racing Manager, Pirelli Motorsport, in the team principals. pht. Mark Sutton/LAT Images

« L’usure des pneus était élevée comme nous l’avions prévu sur ce circuit chaud et abrasif, ce qui a conduit presque tout le monde à choisir le moyen de départ de la course, puis à se concentrer sur le dur comme pneu de course principal. Cela a extrêmement bien répondu aux exigences qui lui étaient imposées. , avec quelques longs relais qui ont contribué à mettre en place une finale passionnante entre les protagonistes du championnat. Max Verstappen et Lewis Hamilton avaient exactement la même allocation de pneus avant la course mais l’ont utilisé de manière très différente, Hamilton en faisant le plus de ses pneus plus jeunes à la fin, et Verstappen capitalisant sur la position de piste acquise par ses « undercuts ». Le résultat a été un fantastique duel stratégique qui a conduit à une finale passionnante entre deux pilotes absolument au sommet de leur art, gérant parfaitement leurs pneus. « 

Ils ont dit :

Yuki Tsunoda :

pht. Peter Fox/Getty Images

« C’était une bonne journée, j’ai réussi à marquer des points importants pour l’équipe au championnat, donc je suis vraiment content de ça. C’était vraiment dur là-bas car il faisait si chaud ! Ce n’était pas facile de démarrer en pneus tendres, car j’avais une stratégie différente de celle de tout le monde autour de moi, mais cela signifiait que j’avais l’avantage dans le premier tour et j’ai essayé d’en tirer le meilleur parti. Le rythme d’aujourd’hui était assez bon, donc je suis content de repartir avec des points.

Pierre Gasly :

pht. Jared C. Tilton/Getty Images

« Malheureusement, nous avons eu un problème de suspension aujourd’hui, ce qui nous a obligé à abandonner la voiture. Pour le moment, nous ne connaissons pas la vraie cause, nous devrons donc partir et enquêter sur cela. C’est très frustrant car nous savons que chaque point compte à ce stade de notre combat au milieu de terrain. Ça aurait été vraiment bien d’aller jusqu’au bout de cette course, car l’ambiance a été incroyable ce week-end, dès le début, donc c’est dommage de ne pas voir le drapeau à damier.

MAX VERSTAPPEN :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« C’était une course passionnante et c’est incroyable de gagner ici devant tous les fans. La pression était forte pendant toute la course et je ne savais pas à quelle vitesse Lewis rattraperait son retard. En fait, je pensais avoir pris un bon départ, mais Lewis en a eu un encore meilleur. Nous avons donc opté pour une stratégie agressive après avoir perdu la tête dans le premier virage et nous nous sommes arrêtés au début du premier relais. Ensuite, pour le relais intermédiaire, nous étions dans cette plage de dégagement, nous avons donc dû réagir et nous avons opté pour une position sur la piste, ce qui a rendu le dernier relais très long, surtout dans cette manche. Les deux derniers tours étaient décidément difficiles pour les pneus, il n’y avait plus beaucoup d’adhérence. Mais ensuite à deux tours de l’arrivée, j’avais la Haas devant moi et j’ai pu bénéficier du DRS, donc on a réussi à s’accrocher au final. Nous avons vraiment tout donné aujourd’hui en tant qu’équipe et c’était génial d’avoir Checo avec moi sur le podium.

CHRISTIAN HORNER, Team Principal Red Bull :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« Quelle incroyable victoire et double podium pour le Team ! C’est notre première victoire en GP des États-Unis depuis 2013 et quelle façon de le faire. Au début de la course, nous avions un très bon rythme sur les médiums et Max a pu mettre la pression sur Lewis, mais nous savons qu’il est si fort à la fin de la course et il a été long, ce qui lui a procuré un avantage. Nous sommes donc allés chercher une position sur la piste et Max a tenu bon et a superbement géré la course, surtout son dernier relais en pneus durs pour avoir assez de temps pour garder son avance à la fin. Ce fut une course difficile pour Checo sans système de boissons, mais encore une fois, la façon dont il a géré la course était fantastique et vous pouvez le voir gagner en confiance avec son deuxième podium lors de courses consécutives. Il a produit une conduite phénoménale et avec sa course à domicile qui approche, il retrouve sa forme, ce qui est crucial pour nous à cette période de l’année. Il reste cinq courses et nous savons qu’il y a quelques courses où Mercedes aura l’avantage et quelques courses où nous serons forts, donc le reste de la saison va être très serré.

Esteban Ocon :

« C’était une journée difficile pour l’ensemble de l’équipe avec l’abandon de Fernando et le mien. Nous suspections un problème à l’arrière de la monoplace, d’où notre arrêt définitif. Notre après-midi a été compromis d’entrée avec ce contact avec une Alfa Romeo dans le premier secteur du premier tour. La voiture semblait bien, mais nous avons dû nous arrêter en raison des dégâts sur l’aileron avant. La course s’annonçait dès lors compliquée. C’est dur à digérer, mais le plus important est de faire le point et de rebondir ensemble. L’objectif est de revenir plus forts pour la prochaine série de courses. »

Fernando Alonso :

« C’est dommage de finir ainsi ce week-end difficile dans l’ensemble. Notre course était plutôt bonne vu notre départ en fond de grille. Un top dix était possible après nos batailles avec les Alfa Romeo et les Aston Martin. Il y a eu des incidents que nous devons peut-être analyser. Deux d’entre eux ont été pénalisés, un autre ne l’a pas été. Dans notre ultime offensive, l’aileron arrière s’est cassé dans l’avant-dernier virage. J’ai vu dans le rétroviseur qu’il était passablement endommagé et nous avons donc dû rentrer définitivement au garage. Nous devons étudier cela comme nous ne savons pas pour le moment pourquoi cela s’est produit. »

Marcin Budkowski, directeur exécutif Alpine :

« En résumé, il s’agit d’une course à oublier. Presque tout ce qui pouvait mal tourner s’est produit ce week-end. Esteban partait onzième en médiums et les points semblaient un objectif tout à fait réalisable. Il a malheureusement été percuté par Giovinazzi au premier tour, d’où un aileron avant endommagé que nous avons dû remplacer. Sa course était dès lors fortement compromise. Il n’y avait pas grand-chose à faire et nous avons décidé de le faire rentrer par mesure de précaution comme nous soupçonnions un problème sur sa monoplace. Fernando a effectué une course courageuse depuis le fond de grille et nous avons tout essayé pour nous hisser dans le top dix avec une stratégie offensive pour obtenir un avantage au niveau des pneumatiques dans les derniers tours. Nous nous rapprochions rapidement des voitures devant avant un souci sur son aileron arrière nous privant d’un sprint final excitant. Nous repartons sans la moindre unité au compteur et cela met donc fin à notre série de quinze arrivées consécutives dans les points. Nous avons beaucoup de choses à analyser et à améliorer après ce week-end et nous travaillerons dur en prévision des prochaines échéances. »

Lewis Hamilton :

 

Tout d’abord, félicitations à Max, il a fait un travail brillant aujourd’hui. Et aussi, un grand merci à la foule incroyable que nous avons eue à Austin tout le week-end, jouer devant des tribunes aussi bondées et des fans passionnés a été un véritable honneur. J’ai vraiment pensé pendant une seconde que nous pourrions gagner, j’ai absolument tout donné là-bas. C’était une course tellement difficile, mais malheureusement, nous n’avons pas pu la convertir. Red Bull avait juste le dessus, et nous ne pouvions pas les égaler. Il semblait qu’ils avaient une partie arrière meilleure et plus stable sur leur voiture, avec moins de glissement. Le départ était évidemment excellent et a réduit l’écart vers la fin, mais je suis entré dans l’air sale et les pneus ont surchauffé dans les derniers tours. Merci à l’équipe pour les arrêts aux stands incroyables et le travail acharné au cours du week-end. Nous n’avons pas tout à fait compris cette fois, mais nous allons passer à la suivante.

Toto Wolff Team Principal Mercedes :

pht. Jiri Krenek

C’était vraiment une course de jeux stratégiques intéressants et de grandes batailles. Nous pensions avoir reniflé la victoire avec Lewis et il a lancé une brillante charge dans les derniers tours, mais au final cela n’a pas suffi. Dans le premier relais, la voiture n’était pas assez rapide sur le Medium puis Red Bull a fait un premier arrêt super agressif, avant de le couvrir une deuxième fois. Nous pensions que notre stratégie de décalage, en allant plus longtemps, serait suffisante à la fin pour les obtenir, mais dès que vous vous rapprochez de la voiture de devant, il est très difficile de bouger. Au final, nous étions proches, mais pas assez, donc Red Bull méritait de gagner aujourd’hui. Pour Valtteri, il a également eu du mal à dépasser et à se déplacer dans le peloton, mais nous avons utilisé les relais plus longs pour regagner quelques places et il a fait un gros coup sur Sainz dans l’avant-dernier tour pour prendre la sixième place. Ce n’est pas le week-end que nous espérions, mais nous savons qu’il y a encore de nombreuses opportunités à venir. Nous sommes là, nous sommes dans le combat et nous apprécions la bataille. Alors, voyons ce que le prochain apporte.

Charles Leclerc #16 :

pht.Scuderia Ferrari

Quelle course c’était ! Certainement l’une des plus difficiles de ma carrière d’un point de vue physique. L’arrière de la voiture a beaucoup bougé et les températures étaient très élevées. Je suis satisfait de ma performance, j’ai tout donné du début à la fin, en poussant à chaque tour.

Notre rythme de course a été surprenant et, même si nous nous concentrons principalement sur 2022, les petites mises à jour que nous avons faites au cours de la saison nous ont permis de faire des pas en avant importants. Pour cela, je tiens à remercier tous les gars qui travaillent dans l’usine de Maranello ainsi que ceux sur la piste pour l’effort qu’ils ont fourni. Je pense que ce week-end a vu le résultat de tout ce travail.

Revenir aux États-Unis a été fantastique et ce fut un réel plaisir de pouvoir à nouveau courir sur cette piste. C’est maintenant au Mexique, un autre match tant attendu pour moi. La piste devrait être tout à fait adaptée à notre SF21 et nous souhaitons continuer sur la lancée des bons résultats de cette dernière période.

Carlos Sainz # 55 :

pht. Scuderia Ferrari

C’était une course frustrante pour moi car nous avions le potentiel pour finir cinquième mais les choses ne se sont pas bien passées. Dans le premier tour, je me suis retrouvé à me battre avec les McLaren : c’était une bataille intense et à la fin j’ai cédé la place à Ricciardo parce que je pensais que c’était Lando.

Dans le deuxième relais j’étais coincé derrière Daniel et nous avons tenté l’undercut contre lui : vu les temps, l’opération aurait réussi sans trop de problèmes et cela nous aurait permis d’avoir une piste claire derrière Charles. Malheureusement, nous avons eu un arrêt au stand lent et je me suis donc retrouvé derrière Ricciardo. Je les ai tous essayés pour le dépasser et ce faisant, j’ai endommagé les pneus, ce qui a permis à Bottas de me dépasser en finale.

Je suis frustré car le résultat d’aujourd’hui n’était pas à la hauteur de notre potentiel. Nous espérons que notre chance tournera après deux courses consécutives avec des problèmes au moment du ravitaillement. En ce qui concerne les aspects positifs, le feeling avec la voiture était bon et cela nous permet d’envisager le prochain triplé avec confiance.

Mattia Binotto Team Principal :

pht. Scuderia Ferrari

Nous quittons Austin avec la conscience d’avoir montré, aussi bien en qualifications qu’en course, avoir progressé même sur une piste sur papier qui n’est pas particulièrement adaptée à notre voiture. Cependant, il y a un regret de ne pas avoir pu récupérer ce qui était dans nos possibilités : l’erreur dans le deuxième ravitaillement de Carlos nous a coûté deux places. Nous avons toujours dit que nous devions utiliser cette saison pour grandir car ce n’est qu’en étant parfaits dans tous les domaines que nous pouvons aspirer aux objectifs les plus élevés et aujourd’hui encore, nous en avons la confirmation : un seul grain de beauté dans une bonne semaine globale nous a fait perdre de précieux points.

Aujourd’hui, Charles et Carlos ont été très bons et, dans cette partie du championnat, la SF21 s’est améliorée en termes de performances également grâce à l’introduction du nouveau système hybride. Je suis convaincu que nous jouerons jusqu’au bout la lutte pour la troisième place et que nous avons tous les atouts pour la remporter.

English Information

Verstappen brilliantly holds off Hamilton to seal victory at COTA and extend championship lead

Max Verstappen won a spectacular duel with title rival Lewis Hamilton in the 2021 United States Grand Prix, with Red Bull gaining ground on Mercedes thanks to Perez’s podium finish – and the championship leader extending his lead to 12 points.

From second on the grid Hamilton enjoyed a stellar start off the line as the lights went out in Austin, and despite Verstappen squeezing him as far as possible down the inside to the run-up to Turn 1, the Briton gained P1 from the Dutchman to lead going into the esses. Perez, starting third, followed and began to lose hundredths, then tenths, to the leaders.

Red Bull championship hopeful Verstappen opened the pit window on Lap 11, pitting from medium tyres to hards, while Mercedes’ reigning champion Hamilton followed in on Lap 14 only to emerge second behind the under-cutting Red Bull driver. But there was another pit stop to come under the scorching Texas sun.

The second set of stops came when Verstappen came in on Lap 29 for another set of hards, his team mate Perez following – while Hamilton once again stayed out longer, holding a fragile 16-second lead over Verstappen. “We are racing for the win,” he was told by Team Principal Toto Wolff.

“Leave me to it, bro!” came Hamilton’s response. With an 11.5s lead, he pitted on Lap 37, stopped on his marks and was back out in second on new hard tyres – 8.8s behind Verstappen this time, for a chase to the chequered flag.

“It’s all about the last three laps,” Hamilton was told. And indeed, it was, as the gap to Verstappen didn’t start tumbling until Lap 41 of 56 when the leader encountered backmarkers. With five laps remaining, just 1.7s split the front two, and Hamilton had DRS on Verstappen on the very last lap. But the Dutchman found just enough pace on his worn, hard compounds, and took victory – by 1.3s – with what team boss Christian Horner called a « classy » display. Perez took the final podium spot.

Charles Leclerc drove brilliantly to P4 for Ferrari having held off Daniel Ricciardo of McLaren at the start, the Australian having made up one place at the expense of Carlos Sainz early on. That left Valtteri Bottas sixth for Mercedes ahead of Carlos Sainz, the Ferrari driver passed for the place late on by the Mercedes man who recovered from ninth on the grid.

Ricciardo’s team mate Lando Norris took eighth having lost a place to Bottas after the second set of pit stops. Behind Norris was Yuki Tsunoda in P9, the rookie having started 10th on soft tyres but handled the fragile compounds masterfully, gaining a place as AlphaTauri team mate Pierre Gasly retired with suspension issues.

In the final point-paying spot was Aston Martin’s Sebastian Vettel, who started 18th after a engine change penalty.

Esteban Ocon of Alpine was the next retiree, on Lap 42. His Alpine team mate Alonso followed into the pits from P14 with five laps remaining, citing a rear wing issue.

As it happened

Turn 1 at Texas has all the ingredients for high drama: a wide run-in and a narrow run-off punctuated by a sharp apex. Add in Max Verstappen on pole position, Lewis Hamilton sharing the front row ahead of Sergio Perez and Charles Leclerc on row two, and we were always destined to witness an enthralling start to the 2021 United States Grand Prix.

So, after much fanfare, immaculate blue skies overlooking a sell-out crowd at Texas waving flags of every shade, five lights turned on; five lights went out. And it was Hamilton who got the better of Verstappen off the line, scything down the inside of Turn 1 and resisting his rival’s attempt to cut him off, while Verstappen went wide at the run-off area. The Dutchman came back onto the track next to team mate Perez, who duly let him back past for P2.

Meanwhile, the Ferraris and McLarens battled in a pack from Leclerc in P4 to Lando Norris in P7 on Lap 1. Norris made an ambitious run for fourth but locked up down the long back straight into Turn 12, leaving Leclerc in P4, Ricciardo fifth and Sainz, who briefly went wide at the corner, in P6. Norris’s former team mate Sainz was later forced to give the place back, did so, and regained sixth soon after.

The title protagonists led away while Perez dropped a couple of tenths every lap, the Mexican struggling to keep pace. Mercedes’ Bottas struggled from P9, where he started thanks to a five-place grid penalty, and was forced to give up P10 to Pierre Gasly after making an off-track pass on the Frenchman at the start.

“Tyres are really hot, and I don’t think we are particularly quick,” said Verstappen before pitting for hard compounds on Lap 11 to leave Hamilton vulnerable to the undercut. The Red Bull driver emerged fifth behind Ricciardo and made light work of P4, heading into P3 as Leclerc stopped with Perez – who went on a contrarian strategy, pitting for mediums rather than hards – on Lap 12.

The undercut worked; from the lead, Hamilton finally pitted on Lap 14 and emerged on hard tyres – but over six seconds behind Verstappen as the Dutchman retook P1 to huge cheers. But with the sun bearing down and the tyres screaming out, there was another pitstop in the works and Verstappen took his before Hamilton once again, pitting from the lead for hards on Lap 29.

Hamilton would continue on and only pit on Lap 37, his 11.5s lead turning into an 8.8s deficit when he emerged in second place. “It’s all about the last three laps,” he was told, but the gap to Verstappen began to shrink with 15 laps remaining when the Dutchman encountered backmarkers.

With 10 laps left, only three seconds split the leaders; with five laps left it was 1.7s. But Verstappen kept his cool, even as backmarkers tested his patience, and found a late turn of pace – eventually holding the defending champion off by 1.3 seconds at the chequered flag. His tyres told more of the story, blistered, burned, and battered. It was a display worthy of the championship lead.

Perez, 42.2s off Verstappen at the end, took the final podium place with a rapid second stint on medium tyres to give Red Bull valuable points against Mercedes in their hunt for the constructors’ championship.

In fourth was a rapid Leclerc, just 10 seconds behind Perez, as the Ferrari driver started in P4 and pitted almost in sequence with the Mexican albeit on a medium-hard-hard strategy, to head the midfield.

That left Ricciardo to round out the top five, the medium-shod Australian gaining from soft-tyred Carlos Sainz at the start of the race and resisting Sainz’s attempted Lap 29 undercut by pitting just after him. But it was a close call – the two banging wheels on Lap 43 to leave the frustrated Ferrari driver with damage.

Bottas finished sixth from ninth, his recovery drive held up by Yuki Tsunoda at the start, and Sainz at the end – but a decision to go longer than the Ferraris and McLarens saw him emerge ahead of Norris on Lap 34. He was within tenths of P6 at the end and duly passed Sainz (P7) for points that could well help Mercedes secure an eighth constructors’ championship.

Norris therefore finished eighth from seventh on the grid, ahead of AlphaTauri’s Tsunoda, who took P9 from P10 as team mate Pierre Gasly retired with a suspension issue on Lap 15. The Japanese driver started on softs, pitted on Lap 8 for hards and again on Lap 32, to take two points in a solid showing.

Kimi Raikkonen nearly took the final point thanks to a stellar start to the race but spun off the track at Turn 6 with three laps remaining, giving engine penalty-hit Sebastian Vettel an unlikely P10 for Aston Martin from P18 as he pulled off a medium-medium-hard strategy.

Antonio Giovinazzi was heading for P12 but took P11 thanks to his Alfa Romeo team mate’s late mistake, while Lance Stroll gained an unlikely place at the end too – after taking damage thanks to contact from Williams’ Nicholas Latifi at the start – and gained one place overall to finish 12th ahead of Raikkonen.

George Russell finished 14th ahead of Williams team mate Latifi, who hit his compatriot’s Aston Martin at Turn 1 on Lap 1, and finished 15th after a front wing change.

With Gasly (suspension), fellow Frenchman Esteban Ocon and his Alpine team mate Fernando Alonso (rear wing) the three retirees, Mick Schumacher took 16th ahead of Haas team mate Nikita Mazepin in P17 at their team’s home race.

Key quote

« We lost out in the start so we had to try and do something else, but the tyre wear is quite high around this track so we did go aggressive and I was not sure it was going to work, but yes, the last few laps were fun. A bit sideways through the high-speed corners but super happy, of course, to hang on.

« They’ve [the fans have] been incredible and it’s amazing first of all to be here, and second to see so many of you around the track. Hopefully we can do this for many years to come. » – Max Verstappen, Red Bull

What’s next ?

Sergio Perez may have had a rapturous welcome here but there’s more in store as his home race, the Mexican Grand Prix follows – with Red Bull having gained their 200th podium and their 73rd Grand Prix win at COTA thanks to Max Verstappen. The Dutchman leads Lewis Hamliton by 12 points in the drivers’ championship heading to Mexico City.