26 mai 2022

F1, vue d’ensemble du GP d’Emilie-Romagne

Par Pirelli

LES PNEUS EN PISTE

La Formule 1 revient à Imola, l’une des deux courses à domicile de Pirelli (avec Monza), avec les pneus C2, C3 et C4 nommés pour le Grand Prix d’Émilie-Romagne, respectivement P Zero White dur, P Zero Yellow moyen et P Zero Red tendre. Il s’agit de la même nomination que celle faite pour Imola l’année dernière, bien que les composés soient bien sûr différents avec la dernière génération de pneus de 18 pouces.

Les pneus sont entièrement nouveaux, mais la piste d’Imola est identique à celle de l’an dernier à la même époque, avec une sensation d’étroitesse et de vieille école. L’asphalte date de 2011, ce qui rend la surface vieille de 11 ans raisonnablement abrasive. C’est pourquoi nous ne voyons pas le même double pas entre le médium et le tendre comme en Australie il y a quelques semaines : la surface plus mature d’Imola génère plus d’adhérence et donc plus de chaleur dans les pneus, ce qui nécessite un composé tendre plus robuste.

Les forces qui agissent sur les pneus sont généralement égales entre les forces latérales et longitudinales, ce qui en fait une piste fluide où les pilotes doivent trouver un bon rythme. Il est particulièrement important d’obtenir une bonne traction dans le dernier virage de Rivazza afin d’avoir une bonne trajectoire dans la ligne droite de départ et d’arrivée avant une zone de freinage intense dans le premier virage : une opportunité clé de dépassement.

Imola marque la première session de sprint de l’année, avec des règles légèrement révisées par rapport à l’année dernière, y compris plus de points offerts. À partir de 2022, la pole position sera enregistrée comme le pilote le plus rapide lors de la séance de qualification du vendredi – et ce pilote recevra le Prix Pirelli de la Pole Position. Les règles relatives aux pneumatiques sont les mêmes que pour les épreuves de sprint de l’année dernière. Au lieu d’avoir 13 jeux de pneus pour un week-end conventionnel, il n’y aura que 12 jeux. Ceux-ci se composent de deux jeux de P Zero White dur, quatre jeux de P Zero Yellow moyen et six jeux de P Zero Red tendre. En outre, les équipes disposeront de six trains de pneus intermédiaires Cinturato Green et de trois trains de pneus Cinturato Blue full wets en cas de pluie.

 

« Imola est un circuit à l’ancienne, difficile, où les dépassements peuvent être délicats, notamment parce que le circuit est assez étroit par endroits. La stratégie sera donc probablement axée sur l’évitement du trafic, et les équipes repartent de zéro en termes de connaissance des pneumatiques – car les composés sont complètement différents cette année, et la course de l’année dernière a également commencé avec les pneus pluie, avant d’être interrompue par une longue période de drapeau rouge. D’une manière générale, Imola est une piste de sévérité moyenne pour les pneus, et c’est un site qui est utilisé assez fréquemment. Cela signifie que nous pourrions voir un peu moins d’évolution de la piste que ce à quoi nous sommes habitués sur d’autres circuits, car la piste est déjà bien rodée : la première manche du GT World Challenge équipé de Pirelli s’est déroulée à Imola le mois dernier, ce qui nous a fourni des données utiles. Ce ne sont là que quelques-uns des facteurs que les équipes devront prendre en compte pour établir la stratégie pneumatique de la première séance de sprint de l’année : une autre première pour la saison 2022. »

Ferrari

Grand Prix d’Émilie-Romagne – La Scuderia court à domicile une fois de plus devant ses fans.

pht. Scuderia Ferrari

C’est l’heure de la quatrième manche du championnat du monde de Formule 1, le Grand Prix Made in Italy e dell’Emilia-Romagna, qui se déroule sur l’Autodromo Enzo e Dino Ferrari d’Imola. Ce sera la première fois que le nouveau format Sprint sera utilisé, avec beaucoup plus de points à gagner le samedi que l’année dernière. Cette année, le vainqueur de la course de 100 kilomètres remporte huit points, soit cinq de plus que les trois proposés l’an dernier, tandis que les points sont désormais attribués aux huit premiers, et non plus seulement aux trois premiers comme en 2021. Autre changement, le livre des records indiquera que la pole position revient au pilote le plus rapide lors des qualifications du vendredi, plutôt qu’au vainqueur du Sprint. La course du samedi déterminera toujours l’ordre de la grille pour l’épreuve principale du dimanche, mais le vainqueur du samedi ne sera pas défini comme le poleman, à moins qu’il n’ait également été le plus rapide lors des qualifications du vendredi.

Un calendrier serré. Les week-ends de format Sprint sont organisés selon un calendrier beaucoup plus serré qu’un Grand Prix normal, avec moins de temps pour préparer les voitures. Le vendredi, les ingénieurs et les pilotes n’auront qu’une séance d’une heure, de 13h30 à 14h30 CET, avant que la FP2 ne soit remplacée par les qualifications à 17h00 pour déterminer la grille de départ du Sprint, qui commence à 16h30 le samedi. Cependant, avant cela, il y a une dernière heure d’essais libres, à partir de 12h30, permettant aux équipes de disposer d’un peu plus de temps pour préparer la course. Le Grand Prix commence le dimanche à 15 heures et, pour la deuxième année consécutive, il porte le nom de Grand Prix Made in Italy e dell’Emilia-Romagna.

Charles Leclerc (gauche) Carlos Sainz (droite)

Le circuit d’Imola n’a pas changé et nécessite un réglage d’appui maximal, même si la configuration actuelle de la piste comporte plusieurs sections à plein régime, de la sortie de Rivazza-2 jusqu’à la chicane Tamburello, la chicane Variante Bassa n’étant plus là pour ralentir les choses. La seule zone de détection DRS, le point où, si l’écart entre deux voitures est inférieur à une seconde, l’aileron arrière de la voiture suivante peut s’ouvrir, est située avant Rivazza 1. La course se déroule sur 63 tours du circuit de 4,909 kilomètres, pour une distance totale de 309,049 kilomètres. Cela en fait la deuxième plus longue course de la saison, après les 309,69 km du Grand Prix de France au Paul Ricard.

Les tifosis sont de retour. C’est la troisième année consécutive qu’Imola figure au calendrier, après de nombreuses années d’absence. Cette année, ce sera la première fois que les spectateurs seront de retour, remplissant l’Autodromo Enzo e Dino Ferrari, après que les mesures anti-Covid ont obligé la course à se dérouler à huis clos en 2020 et 2021. Ainsi, après 16 ans, l’attente est terminée et nous sommes impatients de voir les fans de retour dans les tribunes avec le rouge Ferrari comme couleur dominante.

Trois questions à…

ALESSANDRA NALDI, RESPONSABLE DES ÉVÉNEMENTS SPORTIFS ET D’ENTREPRISE :

  1. Les histoires d’Imola et de Ferrari sont inexorablement liées. Pourquoi le Grand Prix Made in Italy e dell’Emilia-Romagna est-il plus qu’une simple course à domicile pour la Scuderia ?

« Parce que le fil rouge qui relie Imola et Maranello traverse toute l’Émilie-Romagne, une région où les voitures sont une religion. Ferrari est né ici, dans une région du monde où l’on fabrique les plus belles voitures. Le lien entre Imola et la marque de Maranello est donc émotionnel. L’ampleur du soutien qu’elle reçoit ici est l’essence même des sentiments de ceux qui ont grandi dans la région et de ceux qui viennent du monde entier pour partager l’énergie, les encouragements et la passion. Bien qu’il s’agisse d’un véritable circuit de course, avec des changements de pente et des virages qui procurent aux fans des sensations fortes, il se faufile entre la verdure et les maisons situées en bordure de la ville, ce qui signifie que leurs balcons deviennent des zones d’observation haut de gamme d’où l’on peut voir le spectacle et qu’ils sont bondés pendant toutes les séances. Ensuite, il y a le bruit qui se propage dans les rues d’Imola. Je suis né et j’ai grandi dans cette petite ville et je me souviens depuis mon plus jeune âge à quel point le bruit des voitures qui résonnaient autour me faisait frissonner. Les spectateurs ici sont très exigeants et passionnés : ils sont impatients de voir les Ferrari et les autres voitures s’affronter sur un circuit aussi exigeant. »

  1. Nous courons à Imola pour la troisième fois en trois ans, mais cette année, c’est la première fois que la foule est autorisée à entrer. Qu’attendez-vous à voir dans les tribunes et les zones d’observation générale ?

« Courir à Imola une fois de plus avec nos fans pour nous soutenir, c’est comme avoir des amis à la maison après une longue absence. Nous sommes sur le circuit Enzo e Dino Ferrari, donc c’est spécial et c’est aussi une responsabilité. Je m’attends à un spectacle unique et, plus qu’une course, le GP d’Imola sera presque un rituel, beau et coloré, avec des dizaines de milliers de fans. Je suis né à Imola et je dirais que l’on peut sentir une énergie très puissante dans l’air. L’enthousiasme et la passion sont tels que, par le passé, les fans se sont souvent déversés sur la piste. Et puis il y a le rugissement de la foule à Rivazza, suffisamment fort pour être entendu par-dessus le bruit des moteurs. Non loin de là se trouve la maison où j’ai grandi et où mes parents vivent encore. J’ai donc vécu ce spectacle depuis que je suis tout petit et le redécouvrir sera incroyablement excitant ! ».

  1. Le Paddock Club d’Imola sera le théâtre du lancement du nouveau Ferrari Formula 1 Club. Qu’offre-t-il aux invités ?

« La nouvelle hospitalité, juste au-dessus du garage de la Scuderia Ferrari, sera un environnement dans lequel nos partenaires et clients pourront vivre un week-end inoubliable. Imola est le premier événement où nous mettons en place ce nouveau concept, qui sera également utilisé sur d’autres manches du calendrier. Il offrira une vue imprenable sur l’excitation du départ de la course et des arrêts aux stands, sur les tribunes bondées de l’autre côté de la piste, et c’est l’endroit idéal pour montrer le nouveau style avant-gardiste et futuriste de notre salon. Le design s’inspire des caractéristiques et de la couleur de la F1-75, avec un spectacle de lumière et des écrans LED montrant un contenu spécial créé spécialement pour nos invités. Ils pourront également y voir des interviews en direct de nos pilotes et d’acteurs clés du monde de la course, afin d’expliquer ce qui se passe dans les coulisses et d’aider les invités à bien comprendre notre sport. Les invités pourront également poser des questions et prendre plaisir à découvrir tous les détails et subtilités de ce monde fascinant. Grâce à un casque de course, ils pourront écouter les communications radio entre nos pilotes et les ingénieurs pendant les sessions, pour une expérience véritablement immersive. Les invités auront également la possibilité de descendre dans le paddock, de voir la Scuderia de près au cours du week-end de course et de passer du temps dans la voie des stands devant le garage Ferrari, d’où ils pourront observer la préparation des voitures et l’équipe s’entraîner aux arrêts au stand. Ce sera un week-end vraiment électrisant ! »

Statistiques Ferrari :

  • GP inscrits 1033
  • Saisons en F1 73
  • Débuts Monaco 1950 (A. Ascari 2ème ; R. Sommer 4ème ; L. Villoresi ret.)
  • Victoires 240 (23,23%)
  • Pole positions 232 (23,46%)
  • Tours les plus rapides 257 (24,88%)
  • Total des podiums 783 (25,27%)

Stats Ferrari @Imola dans les courses du Championnat du Monde :

  • GP inscrits 29
  • Début 1980, GP d’Italie (J. Scheckter 8ème ; G. Villeneuve ret.)
  • Victoires 8 (27,59%)
  • Pole positions 6 (20,69%)
  • Tours les plus rapides 10 (34,48%)
  • Total des podiums 24 (27,59%)

Made in Italy e dell’Emilia-Romagna GP : faits et chiffres :

 

  1. Les secteurs commerciaux dans lesquels la marque Made in Italy est prééminente sur la scène mondiale. Connues sous le nom de « Les quatre A » parce qu’en italien elles sont abbigliamento, alimentare, arredamento, automazione (habillement, alimentation, ameublement, automatisation), les marques Made In Italy sont protégées par des règles spécifiques depuis 1967 et, selon les dernières estimations, elles valent plus de 2 100 milliards d’euros.

 

  1. C’est le nombre moyen de dépassements dans les courses du championnat du monde disputées à Imola. Lorsque Nigel Mansell (Williams) a gagné en 1987, il y a eu pas moins de 47 changements de position, tandis que l’édition 2006, remportée par Michael Schumacher au volant de la Ferrari 248 F1, a été la plus ennuyeuse du point de vue de Ferrari : il n’y a eu qu’un seul dépassement, lorsque Tiago Monteiro a dépassé Takuma Sato au 20e tour pour prendre la 18e place.

 

  1. Le rôle du « Made in Italy » en Formule 1. La catégorie a vu 83 pilotes italiens, 24 constructeurs, 16 fournisseurs de moteurs et un fabricant de pneumatiques participer à au moins un Grand Prix. Les courses de F1 se sont déroulées sur quatre circuits italiens : Monza, Imola, Mugello (propriété de Ferrari) et Pescara.

 

  1. C’est la longueur en kilomètres de l’actuelle Via Emilia, qui s’étend de Rimini à San Giuliano Milanese, tout en passant par Imola. Elle tire son nom de l’ancienne Via Aemilia, construite en 189 après J.-C. par le commandant militaire Marco Emilio Lepido, et constitue la principale artère de la région d’Émilie-Romagne, qui en tire en partie son nom. Elle est également connue sous le nom de Strada Stradale 9 (SS9) et, parallèlement à celle-ci, circulent l’autoroute A1 et la ligne ferroviaire Milan-Bergame, ancienne et à grande vitesse, ainsi que l’autoroute A14 Adriatica, qui part de Bologne et traverse la Romagne, puis toute la région avant de se diriger vers les Pouilles.

 

  1. L’année de la première course de Formule 1 organisée à Imola. L’épreuve, qui ne fait pas partie du championnat, est remportée par Jim Clark sur une Lotus. La Scuderia Ferrari n’y participe pas et la meilleure performance pour un Italien revient à Carlo Maria Abate, cinquième sur une Cooper de la Scuderia Centro Sud. 16 ans plus tard, Imola a accueilli une autre course de Formule 1 hors championnat, le Grand Prix Dino Ferrari. Niki Lauda a gagné dans une Brabham-Alfa Romeo et Jody Scheckter a terminé troisième dans une Ferrari 312 T4. En 1980, le circuit a accueilli le championnat du Grand Prix d’Italie et, à partir de l’année suivante, il a figuré au calendrier jusqu’en 2006, sous le nom de Grand Prix de Saint-Marin. En 2020, il est devenu le Grand Prix d’Émilie-Romagne, avant de prendre son nom actuel l’année suivante.

Chez Ferrari, il y a 75 ans

Les débuts de la course sur le circuit de Plaisance approchent à grands pas : Enzo Ferrari a choisi les pilotes qui représenteront la Scuderia au volant des Ferrari 125S. Ces deux pilotes sont originaires du Piémont : Franco Cortese et Emilio Giuseppe « Nino » Farina. Cortese a commencé sa carrière au volant d’une Itala en 1926, et a couru avec Alfa Romeo, Maserati et Bugatti. En 1938, il remporte le championnat italien des voitures de sport et en 1937, il fonde la Scuderia Ambrosiana avec Giovanni Lurani, Luigi Villoresi et Eugenio Minetti. Il est le premier à tester la 125 S. Farina est un pilote bien établi, ayant participé à sa première course en 1925 et ayant piloté pour Maserati dans les années 30. En 1936, il reçoit l’appel d’Enzo Ferrari pour piloter les Alfa Romeo de la Scuderia et se classe deuxième au Mille Miglia, avant de remporter sa première victoire le 25 avril 1937 au Grand Prix de Naples au volant d’une Alfa Romeo 12C. En 1939, toujours avec la marque italienne, il remporte le Grand Prix de Suisse. Après la guerre, « Nino » reprend la compétition et remporte en 1946 le Grand Prix des Nations sur une Alfa Romeo 158.

MAX :

« Je suis impatient de courir à nouveau ce week-end à Imola, c’est évidemment la première course de vitesse de l’année, il est donc important de tirer le meilleur parti de la première séance d’essais, afin que nous ayons une bonne compréhension de ce que doivent être les réglages pour les qualifications de vendredi. L’équipe sur la piste et à l’usine de Milton Keynes travaille incroyablement dur, j’espère que nous aurons un week-end simple et que nous marquerons quelques bons points en tant qu’équipe. Pour l’instant, nous allons prendre les choses course par course et nous verrons où nous en sommes. »

CHECO :

« Je suis impatient de remonter dans la voiture ce week-end. Ces quelques jours en Australie ont été mitigés pour l’équipe, mais j’ai réussi à être régulier ce week-end, après ma pole et ma quatrième place à Jeddah. Je suis satisfait de mes performances jusqu’à présent et monter sur le podium pour la première fois de la saison à Melbourne était un pas dans la bonne direction, mais je ne vais pas m’arrêter là, j’ai besoin et je veux être là chaque semaine pour l’équipe et pour moi-même. Nous reprenons le format sprint ce week-end et je vais essayer d’engranger le plus de points possibles. Tout cela vient d’une bonne performance en qualification vendredi, et j’espère l’accrocher à nouveau en Italie. Il semble qu’il puisse pleuvoir ce week-end, donc cela jouera un rôle et je veux tirer les leçons de la performance que j’ai réalisée à Imola sur le mouillé la saison dernière et continuer à m’améliorer dans tous les domaines. »

  • Après les trois premières courses de la saison, Oracle Red Bull Racing et Ferrari sont les seules équipes à avoir placé leurs deux voitures en Q3 à chaque manche jusqu’à présent. Max a maintenant la plus longue série continue d’apparitions en Q3, une série de dix d’affilée.
  • Checo a mis fin à la plus longue attente pour une première ligne en se qualifiant en deuxième position sur la grille de départ du Grand Prix d’Émilie-Romagne 2021 avec Red Bull Racing, sa 193e course.
  • Max était le co-meilleur marqueur des qualifications sprint la saison dernière avec 7 points, à égalité avec Valtteri Bottas.  Avec le système de notation élargi de cette année, il y a plus de points que ceux disponibles pour gagner la qualification du sprint (8 points).
  • Le mercredi suivant cette course sera le 79e anniversaire du Dr Helmut Marko.  Il a fait ses débuts en F1 lors du GP d’Autriche 1971 – la même course que son compatriote Niki Lauda, qu’il a surclassé – et a participé à neuf Grands Prix avant qu’une blessure ne mette prématurément fin à sa carrière de pilote.
  • L’Émilie-Romagne n’a pas seulement son propre Grand Prix, elle a aussi sa propre langue, l’émilien-romagnol, considérée comme un parent du lombard, du piémontais et du ligure parmi les langues gallo-italiennes.  Elle figure dans l’Atlas des langues en danger dans le monde de l’UNESCO.
  • Sergio ‘Checo’ Perez s’est lancé dans un road trip pas comme les autres, pour préparer ses premiers tours de piste du Grand Prix de Miami.
pht. Clive Mason/Getty Images

La saison 2022 de Formule 1 est en cours, et l’attente continue de croître autour d’une toute nouvelle course au programme, le GP de Miami. Dans « Race to Miami », l’excitation de Checo pour la course à venir (ainsi qu’un peu de bruit de rue à Manhattan) provoque un malentendu entre lui et le directeur de l’équipe et PDG, Christian Horner, envoyant Checo en mission pour aller de New York à Miami en une seule journée.

Crédits pht. Chris Tedesco / Red Bull Content Pool

 

 

AlphaTauri

pht. Robert Cianflone/Getty Images

Pierre Gasly :

pht. Mark Thompson/Getty Images

« C’était un peu un long voyage en Australie juste pour quelques jours, mais cela en valait la peine, car j’ai encore marqué des points. C’était un week-end qui s’est bien terminé malgré des complications en début de course et qui était certainement moins simple que les deux premières manches en termes de vitesse pure. Mais à la fin, nous sommes restés concentrés et nous avons obtenu un résultat, même si j’ai eu la malchance de rentrer aux stands juste avant la voiture de sécurité, ce qui m’a coûté cinq places. Mais j’ai baissé la tête et, au final, nous avons réussi à prendre deux points supplémentaires. Ce n’est pas beaucoup, mais c’est important d’être dans les points dès que possible.

Nous savons que nous avons encore du travail à faire, nous devons apporter plus de performance au package et c’est le plan pour Imola cette semaine. Ensuite, en regardant les autres équipes, nous avons vu que McLaren et Alpine étaient très rapides, de sorte qu’avec les trois meilleures équipes en tête, nous nous sommes retrouvés 11e en qualification. C’est très serré au milieu du peloton, mais nous n’avons pas besoin de trouver beaucoup de performance pour pouvoir nous améliorer.

Ce serait bien si nous pouvions faire un pas en avant à Imola. C’est un circuit que j’aime beaucoup, d’abord parce qu’il est très proche de l’usine, donc tout le monde veut faire vraiment bien car nous avons plus de soutien du public que d’habitude, et il y a une atmosphère très spéciale. En dehors de cela, je trouve aussi que le circuit est techniquement très intéressant avec beaucoup de virages uniques, certains très rapides, d’autres atypiques. Je suis toujours heureux d’y conduire, j’ai eu quelques bonnes performances en qualifications, notamment en 2020, où j’étais quatrième sur la grille, et ce serait bien si nous pouvions obtenir notre meilleur résultat de la saison ce dimanche.

Les dépassements sont assez délicats, car la piste est étroite, il sera donc important de se concentrer sur les Qualifications vendredi, avant de faire face au défi supplémentaire de la Course Sprint samedi, qui cette année est une autre opportunité de marquer des points. »

Yuki Tsunoda :

pht. Clive Mason/Getty Images

« J’ai aimé visiter l’Australie, l’atmosphère était très agréable avec son emplacement près de la mer, mais sur la piste, c’était un week-end difficile et nous avons lutté plus que prévu, en particulier sur les longs runs. De mon côté, je suis assez satisfait de ma progression au cours de la semaine, étant donné que c’était un nouveau circuit pour moi. Dès la FP1, je me suis senti en confiance mais en course, moi et l’équipe avons eu beaucoup de mal. Nous connaissions déjà les domaines que nous devions améliorer et nous avons travaillé dur pour être meilleurs à temps pour Imola.

Ce sera un week-end intéressant sur ce qui est un circuit à domicile pour nous, et nous aurons également le format Sprint pour la première fois cette saison. L’année dernière, j’étais inquiet pour les qualifications Sprint, car je n’avais qu’une seule séance d’essais avant les qualifications, mais cette saison, je me sens beaucoup plus confiant, notamment parce qu’Imola est un circuit que je connais bien, car j’y ai fait beaucoup de tours. De plus, je sais maintenant comment aborder les week-ends Sprint et j’espère que cela se terminera par des points pour nous.

Le circuit est légèrement plus étroit que les précédents sur lesquels nous avons couru cette année, et il sera intéressant de voir comment ces nouvelles voitures se comportent. J’imagine que la façon dont vous pouvez rouler sur les trottoirs sera différente cette année et nous verrons comment la voiture se comporte lors de la FP1, puis nous nous adapterons rapidement pour les qualifications. Je pense que je suis bien préparé avec la conduite que j’ai faite là-bas dans le passé et la session de simulateur que j’ai faite la semaine dernière. J’habite en Italie depuis un certain temps maintenant, donc cette course sera vraiment comme une course à domicile, d’autant plus que je peux rester dans ma propre maison chaque nuit, ce qui est proche de la piste et plus agréable que d’être dans un hôtel. Ce sera un peu étrange, mais je pense que ce sera un arrangement plus confortable me permettant de me concentrer sur la course. »

 

Aston Martin

Points de discussion

Lance :

« C’était cool de voir Imola non seulement revenir au calendrier de la F1, mais aussi de s’établir à nouveau comme l’un des circuits classiques que nous visitons. Peu de circuits sont aussi vieux jeu : il y a si peu d’espace libre et vous devez faire des compromis pour un tour rapide et fluide, donc il faut être courageux et trouver les limites aussi rapidement et régulièrement que possible. Il sera intéressant de voir comment les changements apportés à la F1 Sprint vont animer le week-end de course, également. »

Sebastian :

« Imola est un véritable test pour le pilote et la machine, et c’est ce que devrait être chaque circuit de F1. Il est difficile d’imaginer que l’on puisse un jour courir autour d’Imola dans des voitures à effet de sol – c’est vraiment quelque chose de spécial, et un peu un retour aux années 1980, ce qui est cool. J’ai hâte de remonter dans la voiture et de me mettre au diapason. Imola n’a jamais accueilli de course Sprint auparavant, alors je suis également impatient de voir comment cela va se passer. »

 

Perspicacité et rapidité avec Cognizant

  • Arrêts au stand : Les équipes et les pilotes veulent en faire le moins possible car Imola présente la plus longue perte de temps de la saison dans la voie des stands, soit 28s. Si l’on ajoute à cela une dégradation des pneus historiquement faible, il est peu probable que les équipes fassent plus d’un arrêt en course.
  • Dépassements : Bien que les voitures 2022 semblent faciliter les dépassements, ceux-ci restent délicats à Imola. Des lignes droites courtes, des virages à grande vitesse et une zone DRS ont contribué à seulement 12 dépassements après le premier tour en 2021 – tous sauf un nécessitant le DRS. La longue course entre la grille et le deuxième virage au départ est la meilleure chance de rattraper du terrain.
  • Temps d’entraînement : Le retour du format Sprint signifie que les essais sont très importants car les équipes cherchent à affiner les réglages et l’équilibre et à comprendre le comportement des pneus. Avec les nouvelles voitures de 2022, chaque minute compte lors des séances FP1 et FP2, et le moindre contretemps ou coup de théâtre pourrait bouleverser l’ordre des courses dimanche.
  • Le paddock fait sa première apparition européenne de la saison cette semaine, alors que l’Italie accueille la quatrième manche du Championnat du monde de Formule 1 FIA 2022 : le Grand Prix d’Émilie-Romagne. Traversant un magnifique parc, le circuit offre douze virages à gauche et neuf virages à droite, situé au cœur de la région d’Émilie-Romagne. Le circuit bosselé d’Imola est étroit par endroits, ce qui rend les dépassements à la fois difficiles et risqués, la stratégie est donc essentielle.
  • Imola sera également la première épreuve de la saison à se dérouler le samedi, les qualifications ayant lieu le vendredi après-midi.

Williams

Dave Robson, responsable des performances des véhicules :

 

Nous avons apprécié nos récents voyages sur ce grand circuit pour le Grand Prix d’Émilie-Romagne, et nous attendons avec impatience un autre bon week-end cette année, surtout après un résultat encourageant à Melbourne. Le format inhabituel de deux jours ici en 2020 nous permet de comprendre comment l’épreuve du Sprint va se dérouler ce week-end ; obtenir les bons réglages lors d’une seule séance d’essais libres avant de passer directement aux qualifications n’est pas facile, mais c’est un grand défi et une opportunité.

Le circuit conserve de nombreux éléments qui en ont fait un circuit de course si redoutable et si excitant, notamment sa nature rapide et sa direction inhabituelle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Les célèbres virages de Piratella, Acque Minerali et Rivazza sont tous aussi exigeants qu’ils l’ont toujours été et la course de la deuxième partie de Rivazza à la chicane de Tamburello est maintenant à plat en passant par le nouveau complexe des stands. Il y a eu quelques changements mineurs dans la zone DRS pour 2022, ce qui pourrait affecter la course.

Les gommes des pneus sont les mêmes qu’en Arabie Saoudite et constituent un bon compromis pour ce circuit, surtout si l’on tient compte de la session Sprint de samedi.

Après l’intensité des premières courses de la saison, il a été bon de ramener les voitures à l’usine et de les rafraîchir pour la prochaine série d’événements. Nous sommes tous impatients de participer à une course européenne et de relever le défi du format de qualification sprint.

Nicholas Latifi :

 

Je suis très excité de prendre la piste à Imola. C’est le premier événement Sprint de l’année, donc je suis impatient de découvrir ce format et les opportunités qu’il offre. C’est aussi un défi supplémentaire pour les équipes, ce qui sera encore plus intéressant alors que nous apprenons encore à connaître ces nouvelles voitures. Le circuit d’Émilie-Romagne est un circuit qui a eu tendance à convenir à notre voiture au cours des années précédentes et c’est certainement un circuit que j’aime conduire ; un vrai circuit à l’ancienne avec beaucoup de virages et de courbes. J’ai hâte d’y être !

Alex Albon :

 

C’est la première fois que je participe à une épreuve Sprint, donc j’ai hâte d’avoir une approche légèrement différente du week-end, avec les défis et les opportunités que cela représente. Historiquement, l’équipe s’est bien comportée à Imola, alors nous allons nous concentrer et voir ce que nous pouvons faire. Nous avons fait une belle course à Melbourne et l’équipe a fait un travail incroyable avec la stratégie, alors j’espère que nous pourrons utiliser cet élan pour continuer à pousser ce week-end.

Mercedes

La Formule 1 se rend à Imola pour la 4e manche de la saison 2022, le Grand Prix d’Émilie-Romagne.

 

Toto parle d’Imola :

pht. LAT

Melbourne a été un grand week-end pour la Formule 1, l’atmosphère était incroyable, et c’était merveilleux d’être de retour en Australie devant tant de fans. Pour nous, la course s’est déroulée mieux que prévu, surtout après un vendredi difficile.

George et Lewis ont tous deux été en grande forme tout le week-end et ont permis à l’équipe d’engranger des points utiles. Nous avons beaucoup appris et avons vraiment maximisé les opportunités disponibles, et c’est ce que nous devons continuer à faire.

Nous savons que nous n’avons pas le rythme des Ferrari et Red Bull en ce moment. Mais nous travaillons dur pour réduire leur avantage, et c’est génial de voir que tout le monde dans les usines se serre les coudes pour y arriver.

Il y a eu beaucoup de travail pendant le week-end de Pâques à l’usine pour apporter des améliorations à la voiture et la préparer pour la prochaine course, et cela montre le dévouement de l’équipe pour renverser la situation. Bien sûr, nous devons être réalistes, il faudra du temps pour faire les gains que nous voulons, mais nous apprenons autant que possible de chaque course et trouvons des pistes pour nous faire avancer.

Nous nous tournons maintenant vers Imola et le premier événement Sprint de la saison. C’est un circuit historique, à l’ancienne, avec un tracé difficile que les pilotes apprécient beaucoup. Les qualifications sont importantes en raison de l’étroitesse de la piste, tandis que son caractère sinueux met vraiment les voitures à l’épreuve. Nous sommes impatients de voir comment les machines de 2022 vont s’attaquer à Imola.

Fiche d’information : Grand Prix d’Émilie-Romagne

  • La construction de l’Autodromo Internazionale Enzo e Dino Ferrari a commencé en 1950 et le circuit a accueilli sa première course en 1953.
  • Le circuit a accueilli des courses de F1 sous trois noms différents : le Grand Prix de Saint-Marin, le Grand Prix d’Italie et le Grand Prix d’Émilie-Romagne.
  • Il s’agit du premier des trois événements Sprint prévus au cours de la saison 2022 de la F1, les autres étant l’Autriche et le Brésil. Cela signifie que les qualifications se dérouleront le vendredi après-midi, après la FP1, pour déterminer la grille de départ d’une course Sprint de 100 km le samedi après-midi, qui aura lieu après la FP2. Le résultat de la course Sprint détermine la grille de départ de la course principale du dimanche.
  • Le format de l’épreuve Sprint a été modifié pour 2022, la pole position étant désormais officiellement attribuée dans les livres d’histoire au pilote le plus rapide lors de la séance de qualification du vendredi – par rapport au format précédent, qui attribuait la pole au vainqueur du Sprint.
  • Imola étant un circuit ancien, sa largeur est assez étroite par rapport aux circuits modernes. Cela rend les dépassements plus difficiles et met l’accent sur la stratégie pour gagner des places.
  • Imola possède l’une des plus longues voies de stands de tous les circuits de F1 du calendrier 2022, mesurant 549 mètres. Cela se traduit par l’un des temps les plus longs de la voie des stands, avec 24,7 secondes. C’est un facteur stratégique intéressant, car vous perdez plus de temps lors d’un arrêt aux stands par rapport aux autres courses.
  • Il y a un tronçon de 575 mètres entre la pole et la première zone de freinage, ce qui est l’un des plus longs du calendrier et signifie que nous voyons souvent des changements de position au départ.
  • 71% du temps au tour est réalisé à plein régime, ce qui est assez élevé par rapport à la plupart des 2022 autres circuits de F1. Cela inclut 15 secondes de temps au sol entre la sortie du dernier virage et la zone de freinage du virage 2.
  • Imola a une vitesse moyenne à l’apex de 205 km/h, la troisième plus élevée du calendrier de la F1 2022, derrière Silverstone et Suzuka.
  • Il y a une grande variété de types de virages et de vitesses à Imola, ce qui nécessite une voiture avec une fenêtre de fonctionnement plus large – tout le contraire d’un circuit comme Monaco, par exemple, qui a une fenêtre de vitesse de virage beaucoup plus étroite axée sur les virages à basse vitesse.
  • En raison de la fenêtre de vitesse de virage plus large à Imola, il faut faire plus de compromis sur les détails de réglage de la voiture, pour lui permettre d’être plus performante dans ce mélange varié de types de virages. Un équilibre doit également être trouvé entre la conduite sur la piste bosselée et la configuration aéro pour une performance aéro maximale.
  • Imola présente les accélérations les plus élevées de toute l’année en sortie de virage (ce que nous appelons les forces gLong), en raison de l’adhérence très élevée mesurée sur le tarmac du circuit et des lignes de sortie de virage très droites – contrairement aux sorties longues et sinueuses que l’on voit sur d’autres sites de F1 comme Silverstone. L’accélération longitudinale moyenne en sortie de virage à Imola est de 1,5 g.
  • L’ingénieur de course de George, Riccardo Musconi, est originaire d’Imola et son école primaire donnait sur le circuit d’Imola. Il n’est donc pas surprenant qu’il ait fini par travailler dans le sport automobile !

Alpine

BWT Alpine F1 Team présente le quatrième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2022, le Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur technique Pat Fry partagent leurs réflexions sur la quatrième course de la saison à Imola.

 

Pat Fry :

 

« Imola est un circuit classique de Formule 1. En fait, j’y vais depuis 30 ans, donc il a certainement vu beaucoup de voitures de Formule 1 différentes au cours de cette période ! Je pense qu’il sera intéressant de voir comment les voitures de cette année peuvent courir sur un circuit comme Imola et j’espère que nous serons capables de faire le spectacle. Comme tout le monde, nous essayons de développer la voiture aussi rapidement que possible. Nous nous efforçons d’apporter des éléments permettant de gagner du poids à la voiture quand et où nous le pouvons. Bien que ce soit un week-end de course Sprint, nous avons encore une nouvelle amélioration du plancher que nous allons tester, donc nous verrons comment cela se passe lors de la seule séance d’essais du vendredi. C’est un pas dans la bonne direction et il sera intéressant de voir comment il se comporte en piste. »

Esteban Ocon :

 

« Trois courses terminant dans les points est évidemment un bon résultat pour moi, donc je suis pour sûr heureux de la façon dont la nouvelle saison a commencé. Personnellement, c’est bien de faire preuve de constance avec des performances solides en ce début de saison, mais il y a de la place pour l’amélioration dans de nombreux domaines. En tant qu’équipe, nous avons eu des résultats mitigés et le fait de ne pas être satisfaits de notre situation actuelle témoigne des progrès que nous avons réalisés au cours des derniers mois. Ce sera agréable de courir à nouveau en Europe, on a l’impression que cela fait longtemps ! En ce qui concerne les qualifications Sprint, je suis tout à fait favorable à l’évolution de ce sport et à tout ce que nous pouvons faire pour le rendre plus excitant pour les fans. Personnellement, j’aime ce format et je suis impatient d’y aller et d’essayer de marquer autant de points que possible pour l’équipe. »

Fernando Alonso :

« Je pense que sur le plan de la performance, nous semblons assez réguliers sur trois circuits différents jusqu’à présent, ce qui est un signe positif. Nous savons que ce sera une grande bataille de développement cette année. Il reste vingt courses à disputer, donc il y a beaucoup de temps pour récupérer quelques points au classement. En ce qui concerne les qualifications sprint, je pense qu’il est bon de les mélanger et nous avons vu l’année dernière que ce format a bien fonctionné sur certaines courses. Si je regarde en arrière, Silverstone a été particulièrement agréable pour moi. La Formule 1 a apporté quelques changements au format pour cette saison, nous verrons si cela a porté ses fruits. C’est un circuit difficile mais pas impossible à doubler, donc j’espère que nous verrons de l’action samedi et dimanche. Il y a beaucoup de points disponibles sur trois samedis cette année. J’espère que nous pourrons repartir avec des points ce week-end. »

Fiche technique du Grand Prix d’Émilie-Romagne 2022 :

  • Esteban Ocon a terminé à la septième place en Australie, enregistrant des points pour la septième course consécutive et poursuivant son meilleur début de saison en Formule 1.
  • Esteban a déjà marqué plus d’un quart de son total de points pour 2021 en seulement trois courses cette saison.
  • Fernando Alonso est toujours à 18 points de la barre des 2 000 points en Formule 1. Il n’est devancé que par Lewis Hamilton et Sebastian Vettel.
  • Imola voit le retour des qualifications sprint. Fernando a réalisé une performance étonnante lors des qualifications du Sprint au Grand Prix de Grande-Bretagne 2021. Fernando est passé de la onzième à la cinquième place au premier tour à Silverstone.
  • Les voitures à moteur Renault ont obtenu huit pole positions, 16 podiums, huit victoires et 178 points à Imola.
  • Jack Doohan cherche à poursuivre sur sa lancée à Djeddah. L’Australien s’est qualifié en troisième position avant d’être disqualifié. Jack a également réalisé le tour le plus rapide de la course principale.
  • Olli Caldwell est monté quatre fois sur le podium à Imola au cours de sa carrière de junior, dont une victoire lors du championnat européen de Formule Régionale.
  • Victor Martins a pour objectif de réitérer sa victoire à Bahreïn à Imola. Victor est l’actuel leader du championnat de Formule 3.
  • Caio Collet tentera d’imiter sa victoire en 2020 en Formula Renault Eurocup à Imola. C’était l’une des cinq victoires du Brésilien cette saison-là, ce qui lui a permis d’obtenir la deuxième place au championnat.

Alfa Romeo

En terrain connu

pht. Antonin Vincent / DPPI

Alfa Romeo F1 Team ORLEN se rend en terrain connu pour la quatrième manche du Championnat du Monde de Formule 1 2022, qui se tiendra à Imola ce week-end. Après avoir terminé dans les points à Melbourne, l’équipe cherche à remporter de nouveaux succès dans l’une de ses courses nationales, le Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Imola est l’un des circuits sacrés de ce sport. C’est un lieu historique qui a vu s’écrire certaines des pages les plus mémorables de la course automobile – pour de bonnes et de tristes raisons. Mais c’est aussi une course qui incarne la passion italienne et, à ce titre, c’est l’endroit idéal pour une équipe portant le légendaire logo d’Alfa Romeo.

Ayrton Senna memorial during the Formula 1 Grand Premio del Made in Italy e dell’Emilia-Romagna 2022. pht. Joao Filipe / DPPI

Du Biscione – le serpent iconique qui est l’emblème de la marque depuis sa création – au drapeau italien fièrement arboré sur l’aile arrière de la C42, de nombreux éléments font qu’Alfa Romeo F1 Team ORLEN se sent chez lui à Imola. Et quand on court à domicile, il est encore plus important de bien faire.

Nous abordons Imola avec confiance : trois voitures dans les points lors des trois premières courses donnent à l’équipe l’assurance d’en demander plus, de poursuivre cette série positive. L’ambiance est bonne, l’équipe est prête – il est temps de faire valoir notre avantage à domicile.

Frédéric Vasseur, Team Principal :

pht. Antonin Vincent / DPPI

« Imola est une course très importante pour notre saison : c’est, évidemment, l’une de nos courses à domicile et un événement de grande importance pour Alfa Romeo, nous sommes donc particulièrement désireux de bien faire ici. C’est également la première course européenne de la saison, et c’est la première occasion d’apporter des améliorations significatives à la voiture. Nous avons un nouveau package qui fait ses débuts ici, des mises à jour du plancher, et nous sommes convaincus qu’elles peuvent nous aider à faire un nouveau pas en avant : en même temps, nous savons que tout le monde est en train de se développer et il sera intéressant de voir à quoi ressemblera la hiérarchie quand nous entrerons en piste – surtout avec le format de qualification sprint qui réduit les temps d’essais. Ce sera un week-end passionnant et j’ai hâte que nous livrions une performance fougueuse devant l’incroyable public d’Imola. »

Valtteri Bottas (Voiture 77) :

pht. Joao Filipe / DPPI

 » Il y a définitivement un grand sentiment au sein de l’équipe : lorsque vous savez que vous abordez chaque week-end de course en sachant que vous pouvez vous battre à l’avant du milieu de terrain et être dans le mélange pour quelques gros points, c’est une dynamique puissante et cela remplit tout le monde de confiance. Nous avons vu en Australie que nous pouvons être vraiment compétitifs et que nous avons ce qu’il faut pour être juste derrière les voitures de tête : mais nous avons aussi vu à quel point toutes les marges sont petites et comment chaque détail – la préparation des qualifications, le timing d’une voiture de sécurité – peut avoir un grand impact sur le résultat final. C’est pourquoi nous devons être totalement concentrés et exécuter chaque étape du week-end au mieux. Imola est une grande chance pour nous : c’est un circuit passionnant, où nous pouvons nous battre, surtout avec ces voitures, et je suis sûr que nous pouvons obtenir un bon résultat. Je suis impatient d’être sur la piste et de montrer ce que nous pouvons faire dans l’une des courses à domicile de l’équipe. »

Zhou Guanyu (Voiture 24) :

pht. Germain Hazard / DPPI

 » Je suis vraiment impatient de participer à la course de ce week-end à Imola. C’est l’un des sites historiques de la Formule 1 et je suis vraiment excité à l’idée de voir cet endroit rempli de fans passionnés. Je pense que le week-end va être spectaculaire et aborder certains de ces virages dans une voiture de Formule 1 sera une expérience incroyable. Je n’ai couru ici qu’en F3, donc ce n’est pas un circuit complètement nouveau pour moi, mais bien sûr le faire dans la C42 sera un processus intéressant. C’est aussi mon premier week-end de qualification en sprint, je vais donc devoir me mettre rapidement dans le bain lors de la FP1, mais je ne suis pas inquiet : nous sommes bien préparés et nous serons prêts. J’ai eu un début de saison solide et je suis fier du travail que nous avons fait jusqu’à présent, mais je veux plus et je continue à travailler dur avec l’équipe pour avancer de plus en plus à chaque course. Je sens que nous faisons de réels progrès et je suis sûr que nous aurons une autre chance de nous battre pour la Q3 et une place dans le top 10 ici à Imola. »

Retour sur ce GP des qualifications Sprint.

Horaires heure de Paris :

 

Haut du site