WRC, Tänak tient les commandes, samedi

Posted by

Ott Tänak est en lice pour une troisième victoire consécutive à l’ADAC Rallye Deutschland, emmenant un triplé Toyota Gazoo Racing en tête samedi soir.

L’Estonien, qui veut augmenter son avance au Championnat du Monde FIA des Rallyes avec sa Yaris, a conclu la plus longue étape de ce rendez-vous asphalte, d’une durée de quatre jours, avec une avance de 32 »4 sur Kris Meeke.

Ott Tanak, Martin Jarveoja, Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Jari-Matti Latvala a surmonté une matinée compliquée pour prendre la troisième place, 9 »4 plus loin après une journée de rêve pour le constructeur japonais.

La satisfaction de Tänak contrastait avec la déception de son rival Thierry Neuville. Comme la veille, le duo a lutté en haut du classement, jamais séparé par plus d’une poignée de secondes sur les quatre spéciales tracées dans la campagne de la Sarre.

Kris Meeke, Sebastian Marshall, Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Bien qu’ayant brièvement calé son moteur, Neuville a atteint l’assistance de la mi-journée avec 5 »0 de retard après avoir gagné deux spéciales.

Thierry Neuville, Nicolas Gilsoul, Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Les effrayantes routes du camp d’entraînement militaire de Baumholder, aux surfaces multiples, étaient perçues comme cruciales et elles l’ont été. Neuville a crevé au début des 41,17 kilomètres de Panzerplatte et perdu près d’une minute et demie à changer la roue.

“On a eu une crevaison à l’arrière gauche. C’est une loterie et on a été très malchanceux. On était au milieu de la route, alors je ne sais pas d’où c’est venu”, a dit le Belge.

La pression écartée, Tänak a assuré lors des seconds passages dans Baumholder, où s’est présentée la première occasion pour lui de se détendre.

“Thierry était plus rapide que moi ce matin et je n’ai pas voulu prendre de risques. Hélas, il a eu des problèmes et on a maintenant une avance confortable. Baumholder, c’est très, très piégeur et je pense qu’il faut y avoir un peu de chance quand on attaque pour s’en sortir sans une crevaison.”

Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Kris Meeke a récupéré une étonnante deuxième place après les spéciales du samedi.

Meeke et Latvala n’ont pu dépasser Sébastien Ogier, qui continuait à souffrir de sous-virage sur sa Citroën C3, pour la troisième place avant le premier passage dans Panzerplatte. Tous deux y ont pris le dessus sur le Français, puis Meeke a creusé l’écart avec son coéquipier dans la dernière spéciale.

Dani Sordo, del Carlos Barrio, Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Dani Sordo est bien revenu après son problème de boîte de vitesses du vendredi soir, pour prendre la quatrième place sur sa i20. Il a près de 25 secondes d’avance sur Neuville, qui a encore perdu du temps dans la dernière spéciale quand il a fait un tête-à-queue et désactivé par inadvertance le système de changement de rapport en touchant un bouton.

Esapekka Lappi, Janne Ferm, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Neuville a quand même dépassé son autre équipier Andreas Mikkelsen, qui a fini la journée à 2 »1 de lui bien qu’ayant glissé deux fois hors de la route. Esapekka Lappi est septième, malgré un tête-à-queue et une lourde réception qui a craquelé le pare-brise de sa C3.

La journée d’Ogier est allée de mal en pis quand il a dû s’arrêter pour remplacer une roue crevée dans la dernière spéciale, perdant une minute et demie et se retrouvant huitième. Gus Greensmith et Takamoto Katsuta ont perdu près de trois minutes en touchant un arbre.

Sebastien Ogier, Julien Ingrassia, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

La dernière étape de dimanche retrouvera les vignes de Moselle. Deux passages dans Grafshaft (28,06 km) et Dhrontal (11,69 km) représenteront un total de 79,5 km, le second passage dans Dhrontal servant de Wolf Power Stage qui rapportera des points de bonus.

WRC 2, Kopecky prend la tête en Pro

Une crevaison dans la dernière spéciale du jour n’a pas empêché Jan Kopecky de conserver la tête du WRC 2 Pro.

Le Tchèque avait une confortable avance de plus d’une minute avant la dernière spéciale marathon sur les intimidantes routes du camp militaire de Baumholder. Cependant, il a atteint l’arrivée de ces 41,17 km avec une crevaison à l’arrière droit.

Jan Kopecky, Pavel Dresler, Skoda Motorsportis seen racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

“Je suis assez dégoûté parce que la route était complètement détruite sur un point de freinage”, a réagi Kopecky, qui a conclu la journée avec une avance réduite à 30 »4 – sur Éric Camilli et sa Ford Fiesta – dans sa quête d’une seconde victoire consécutive en Allemagne.

Eric Camilli, Benjamin Veillas, M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Son équipier Kalle Rovanperä, en tête vendredi soir, avait perdu le commandement en sortant deux fois de la route dans les spéciales de la Sarre, le matin. Il a fini la journée en troisième position à près de trois minutes et demie de l’autre Skoda officielle.

Un Mads Østberg frustré est quatrième avec sa Citroën C3. Le Norvégien était un solide deuxième avant de s’arrêter pour remplacer une roue crevée lors des deux passages dans la longue spéciale de Panzerplatte.

Fabian Kreim et Marijan Griebel, tous deux sur Fabia, sont lancés dans un duel 100% germanique pour la victoire en WRC 2. Kreim compte un avantage de 16 »9 sur un Griebel offensif qui était à 50 secondes en début d’après-midi.

Fabian Kreim emmène un doublé allemand en WRC 2.

Leader vendredi soir, Stéphane Lefebvre est sorti de la route avec sa Volkswagen Polo alors qu’il était mis sous une pression intense par son coéquipier Nicolas Ciamin. Après lui avoir succédé en tête, celui-ci est sorti à son tour dans la spéciale suivante, laissant la première place à Kreim.

Kajetan Kajetanowicz a occupé brièvement la deuxième place avec une autre Polo, mais n’a pas été en mesure de contenir Griebel et se retrouve troisième à 8 »5 de celui-ci.

Derrière, un écart énorme dépassant les 3’30 sépare Fabio Andolfi, quatrième à 14 »1 du Polonais, de Nikolay Gryazin alors que Dominik Dinkel complète le top 6 sur une Hyundai i20.

Guillaume de Mevius et Sébastien Bedoret ont tous deux abandonné ce samedi.