WRC, Australie, énorme ! la passe de six pour Ogier, Latvala gagne le Rallye

Posted by

Sébastien Ogier a décroché son sixième titre consécutif en Championnat du Monde FIA des Rallyes, après une dernière manche chaotique en Australie.

Un pilotage tout en retenue vers la cinquième place dans une finale à rebondissements sur le Kennards Hire Rally Australia a été plus que suffisant pour le pilote français de la Ford Fiesta, après que la dernière journée de ses rivaux Ott Tänak et Thierry Neuville a pris fin.

 Sebastien Ogier et Julien Ingrassia titrés pour la sixième fois consécutive. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Tänak a abandonné dans l’avant-dernière spéciale, sa Toyota Yaris ayant heurté un arbre. Peu avant, Neuville avait heurté un talus et arraché la roue arrière gauche de sa Hyundai i20.

Jari-Matti Latvala a remporté le rallye sur une autre Yaris avec 32 »5 d’avance sur une autre Hyundai, pilotée par Hayden Paddon, assurant le titre des constructeurs à Toyota Gazoo Racing. Mads Østberg a fini troisième avec une Citroën C3, 19 »7 plus loin.

Latvala (Toyota) s’impose dans le Rallye. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Un pilotage mesuré jusqu’à la cinquième place du Kennards Hire Rally Australia a contrasté avec le déchirement dont ont souffert Thierry Neuville et Ott Tänak, tous deux sortis de la route en essayant de sauver leurs espoirs de titre.

 Hayden Paddon (Hyndai) 2e du Rallye. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le calme d’Ogier a brillé après qu’une forte pluie a transformé les routes de terre forestières en un vrai bourbier. Il a fait un sans-faute quand Neuville et Tänak, leader samedi soir, ont rendu visite au décor des trois premières spéciales de la matinée.

Le pire était à venir. Neuville a garé sa Hyundai i20 dans l’antépénultième secteur chronométré après avoir accroché un talus et arraché la roue arrière gauche de sa Hyundai i20. Une spéciale plus tard, Tänak a percuté un arbre et la Toyota Yaris n’est pas repartie.

Ostberg (Citroën) sur le podium. Pht. Citroën Racing

Ogier a pu se permettre de fêter ça dans la Power Stage finale, sachant qu’il avait le championnat en poche, pour sa dernière apparition dans une Ford Fiesta de M-Sport avant de rejoindre Citroën l’année prochaine.

Latvala s’est assuré sa première victoire depuis la Suède 2017.

« Quelle saison incroyable ! Ça a été très serré, avec des hauts et des bas. Il n’y a pas si longtemps, on se disait que le titre serait dur à remporter, mais on n’a jamais baissé les bras. Au final, on le gagne pratiquement dans la dernière spéciale. C’est une émotion très forte ! », a déclaré Ogier. « Cette saison a été si dur et tout s’est décanté en deux spéciales. Bravo à l’équipe, ce sont les meilleurs ! J’ai voulu me faire plaisir dans les derniers kilomètres avec la Ford, mais j’espère qu’elle ne me manquera pas ! On s’est dit à un moment que ce serait dur de décrocher ce titre, mais nous n’avons jamais abandonné. Un merci tout particulier à Malcolm Wilson, je suis très fier de lui », a déclaré le futur pilote Citroën à l’arrivée de l’épreuve qui s’est en prime offert le scratch dans la Power Stage.

Sébastien Ogier célèbre son nouveau titre. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

La première erreur de Tänak avait donné le commandement du rallye à son coéquipier Jari-Matti Latvala, et l’abandon de l’Estonien a entériné la première victoire du Finlandais depuis février 2017. Celui-ci préserve également son record d’une victoire au moins par saison du WRC depuis 2008.

Ce succès a également assuré le titre des constructeurs à Toyota Gazoo Racing, pour sa seconde saison en WRC après 17 ans d’absence.

« Cela a été trop long, presque deux très longues années. Je perdais l’espoir que je pourrais gagner un rallye mais ces conditions piégeuses sont allées dans mon sens », a dit Latvala, qui a triomphé avec 32 »5 d’avance.

Toyota Champion du Monde des Rallyes. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

La quête du titre par Neuville s’est terminée par une roue arrachée dans l’ES22

Hayden Paddon a survécu au carnage de ce dimanche pour prendre la deuxième place sur sa i20, et le leader au soir de la première étape, Mads Østberg, a complété le podium avec une Citroën C3 – bien qu’ayant heurté un arbre et presque perdu le panneau de portière arrière droit. Le Norvégien a fini 19 »7 plus loin.

« C’était un sacré week-end, avec des hauts, en particulier vendredi lorsque nous avons crânement occupé la tête, mais aussi quelques bas, notamment hier où nous étions un peu moins à l’aise.  A déclaré Mads Ostberg. Ce n’était pas facile de revenir après une telle pause depuis la Grande-Bretagne. Mais nous n’avons jamais renoncé et continué aujourd’hui à mettre la pression sur nos rivaux. Ce résultat vient récompenser notre solidité du jour, sur des spéciales extrêmement glissantes ! »

Esapekka Lappi s’est classé quatrième sur une autre Yaris, Elfyn Evans compétant le top 6 derrière son équipier Ogier.

Craig Breen a visité les bas-côtés pas moins de cinq fois en six spéciales, mais il a terminé septième, Teemu Suninen s’étant retiré avant la dernière spéciale en raison d’un impact sur sa Fiesta contracté dans la précédente.

Podium du Rallye d’Australie. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le vainqueur du WRC 2 Alberto Heller, le champion d’Australie Steve Glenney et Jourdan Serderidis ont clôturé le top 10.

Rallye d’Australie ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Video Red Bull Media House