Disparition de Gérard Welter (DV)

Posted by

L’automobile pleure aujourd’hui la disparition de Gérard Welter, créatif sans limite, décédé le 31 janvier 2018 à l’âge de 75 ans. Père de la Peugeot 205, il s’était illustré en compétition avec son équipe WM au Mans, notamment avec le record de vitesse dans les Hunaudières en 1988 (405 km/h).

Gérard Welter pht. Peugeot

Fidèle, il était resté plus de 47 ans chez Peugeot, au design. Fidèle au sport automobile, il n’avait jamais pris sa retraite, continuant avec son équipe WM (W pour Welter et M pour Michel Meunier, autre designer du constructeur français) puis WR (pour Welter Racing) de créer, de courir, d’avancer vers de nouvelles technologies. Gerard Welter, passionné sans limite, est décédé le 31 janvier 2018, à l’âge de 75 ans. Son style aura marqué l’automobile française, se déclinant dans les rues et sur les routes, avec des sacrés numéros ! 304, 604, 305, 405..406 entre autres mais aussi et surtout la 205 sont quelques unes de ses ‘’œuvres’’. Sa dernière collaboration chez Peugeot : la RCZ.

Gérard Welter était le père de la 205. pht. Peugeot

En compétition, il fonde d’abord WM, et participe de 1976 à 1989 aux 24 Heures du Mans. Lors de l’édition de 1988, au volant de la WM P88 à moteur Peugeot, Roger Dorchy établit un record de vitesse (inégalé) : 407 km/h dans les Hunaudières.

Premières WM. pht. Claude Molinier

En effet l’idée de décrocher le record de vitesse hante la petite équipe WM qui vise officiellement cet objectif pour l’édition des 24 heures du Mans 1988, gagner la course n’est qu’une illusion, la terminer serait déjà un exploit. Le « projet 400″ est lancé, WM fait appel à son sponsor Heuliez pour devenir un véritable partenaire dans cet exploit, le carrossier devient acteur dans les développements de la voiture en ouvrant son centre de recherches. Heuliez travailla sur les flux internes afin d’assurer un bon refroidissement de la mécanique tout en évacuant ses flux d’air de façon optimale pour assurer une meilleure stabilité à la voiture. Heuliez finança même des tests en soufflerie pour la WM P88 afin de retenir les meilleures solutions à haute vitesse. La carrosserie est une chose, mais pour battre le record de vitesse, il faut aussi de la puissance : la WM P88 s’équipe d’un V6 PRV de trois litres de cylindrée, équipée de deux turbos portent la puissance à 910Cv

La fameuse P88. pht. Claude Molinier

L’équipe aligne une P87 et une P88 aux 24 heures du Mans 1988. Dans leurs tentatives de record, la WM P87 abandonne à la cinquième heure de course, la P88 reste en course et signe, le samedi soir à 20h46, un 407km/h dans la ligne droite des Hunaudières avec Roger Dorchy à son bord. WM réussi son exploit de réaliser la plus haute vitesse atteinte au Mans, mais ce record s’est fait au détriment de la fiabilité, la WM P88 abandonnant dans la nuit… Après cet exploit médiatique repris par Peugeot dans sa communication avec l’abaissement volontaire de la vitesse à 405km/h pour soutenir la nouvelle berline du Lion. WM revient au Mans en 1989 pour une dernière chevauchée, mettant un terme à l’aventure de ce constructeur.

Record de vitesse 408 km-h dans les Hunaudières, Peugeot pour raison publicitaire retiendra 405. pht. ACO

A la tête ensuite de WR Gérad Welter poursuit son engagement en endurance et aux 24 Heures du Mans. Toujours précurseur, il présente des projets toujours plus novateurs, est candidat notamment au garage 56, l’engagement dévolu par l’Automobile Club de l’Ouest à une machine, hors règlement technique, qui teste et développe des technologies « d’après-demain ». Gérard Welter était ainsi encore complètement impliqué dans le prototype roulant au biométhane, gaz issu de la biomasse, qu’il aurait aimé présenter en garage 56.

Peugeot revendique 405 pour promouvoir son modèle de série 405

Pierre Fillon, président de l’Automobile Club de l’Ouest, tient à rendre hommage « à cet homme, cette intelligence, totalement dédiés à l’automobile et au sport automobile, avec un état d’esprit enthousiasmant et générateur d’énergie positive. Gerard Welter était un élément moteur, véritablement. C’est une bien triste nouvelle pour nous, pour l’ACO et pour l’Automobile. Au nom de l’Automobile Club de l’Ouest, j’adresse mes pensées émues et chaleureuses à la famille et aux proches de Gérard Welter. »

Communiqué ACO