WRC, Sébastien Ogier s’offre un septième titre en s’imposant à Monza

Posted by

Sébastien Ogier et Julien Ingrassia ont remporté leur septième titre sur les huit dernières saisons du Championnat du Monde FIA des Rallyes en remportant l’ACI Rally Monza.

Sébastien Ogier (FRA) Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Yaris WRC Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) avait pris le départ de la dernière manche de la saison avec quatorze points de retard sur son équipier Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC).

Si le Français prenait les devants samedi matin, le rythme du Gallois lui permettait de rester au contact et idéalement placé pour remporter son premier titre mondial. Les espoirs d’Elfyn Evans s’envolaient toutefois lorsqu’il partait à la faute sur les routes montagneuses recouvertes de neige samedi après-midi.

Sebastien Ogier (FRA) Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Yaris WRC Toyota Gazoo Racing. Vainqueurs du Rallye et Champions du Monde. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sébastien Ogier n’avait alors plus qu’à gérer lors de la dernière étape pluvieuse de dimanche sur le circuit de Monza pour s’imposer avec 13 »9 d’avance et être sacré avec une marge de huit points sur son équipier. Un succès portant le capital des pilotes français à seize titres sur les dix-sept dernières années.

Après un week-end marqué par des averses incessantes à Monza et des chutes de neige dans les Alpes italiennes, Sébastien Ogier connaissait une dernière frayeur dans les ultimes kilomètres de la Wolf Power Stage puisque ses essuie-glaces ne fonctionnaient plus un temps, le laissant sans visibilité derrière son pare-brise boueux.

« C’était effrayant ! », confiait Sébastien Ogier, qui a désormais remporté le titre avec trois constructeurs différents. « Je savais qu’il restait encore de petits portails à franchir et cela aurait été difficile en ne voyant rien. Le week-end a été difficile et nous sommes bien sûr désolés pour Elfyn. Il a fait une saison très solide et régulière, et nous avons pris beaucoup de plaisir à se battre contre lui. Je suis sûr que ce sera le cas aussi l’année prochaine ! »

Le champion sortant Ott Tänak (Hyundai i20 WRC) terminait deuxième, 1 »4 devant son équipier Dani Sordo. Ce double podium permettait à Hyundai Motorsport de remporter son deuxième titre consécutif chez les constructeurs pour cinq points face à Toyota Gazoo Racing.

Ott Tanak (EST) Martin Jarveoja (EST) of team Hyundai i20 Coupe WRC Hyundai Shell Mobis, 2è. du Rallye. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Ott Tänak et Dani Sordo échangeaient leurs positions lors des trois spéciales de l’étape dominicale avant que l’Estonien ne prenne finalement l’avantage dans la Wolf Power Stage.

Dani Sordo (ESP) Carlos del Barrio (GB) of team Hyundai i20 Coupe WRC Hyundai Shell Mobis, 3è. du Rallye. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Leader vendredi matin, Esapekka Lappi (Ford Fiesta WRC) terminait quatrième pour égaler son meilleur résultat de la saison. Le Finlandais pointait à 45 »7 du vainqueur tout en comptant 21 »6 d’avance sur Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC).

Team Hyundai i20 Coupe WRC Hyundai Shell Mobis WRT celebrates the world rally manufacturers champion 2020 title. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Reparti dimanche matin après sa déception de la veille, Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) se classait finalement vingt-sixième.

Classement Rallye de Monza ici

Championnat WRC ici

HighLights WRC

Sébastien Ogier : « un titre loin d’être simple »

Selon le pilote français, ce septième titre en Championnat du Monde FIA des Rallyes était aussi difficile à remporter que ses six précédents succès.

Les annulations liées au Covid-19 ont réduit le calendrier de treize à sept manches, mais Sébastien Ogier, qui a obtenu son septième titre mondial en huit ans ce dimanche à l’arrivée de l’ACI Rally Monza, estime que l’incertitude entourant la campagne a corsé le défi de cette saison unique.

« Personne ne peut dire qu’il était facile de gagner cette année », a-t-il confié au micro de WRC TV. « Il n’y a peut-être eu que sept [manches], mais elles étaient très intenses, très compétitives et demandaient toutes un combat de chaque instant. Nous avons commencé normalement avec trois épreuves, mais il y a eu tant de pauses, tant d’inconnues… Combien de rallyes allions-nous faire ? Il était difficile d’établir une stratégie en fait. »

Le Français a surmonté un déficit de quatorze points pour reconquérir le titre qu’il avait perdu en 2019 après la sortie de son équipier et leader du championnat Elfyn Evans sur de perfides routes de montagne enneigées samedi après-midi.

Le pilote Toyota Gazoo Racing a scellé sa victoire et son titre dimanche lors de l’ultime étape de la saison sur le célèbre circuit de Monza, mais ses célébrations avec son copilote Julien Ingrassia ont été discrètes.

« Je suis bien sûr heureux, mais je ne saute pas en l’air, ce n’est pas le moment pour ça », a-t-il ajouté. « Je pense que le monde entier est dans une situation difficile, beaucoup de gens souffrent en ce moment, donc il faut savoir rester décent. J’apprécie que nous ayons plutôt bien fait notre travail, mais j’espère que nous pourrons bientôt célébrer davantage. »

Au moment de faire le bilan de sa première saison avec sa nouvelle équipe, Sébastien Ogier a ciblé le Rallye de Turquie et, sans surprise, Monza comme les points clés de sa campagne.

« La première partie de saison était assez serrée », a-t-il admis. « Le plus gros bas est survenu en Turquie, où nous avons dû abandonner le dernier jour et perdre la tête du championnat en repartant bredouilles. L’autre tournant s’est produit ce week-end à Monza avec la sortie de route d’Elfyn. Nous avons repris notre joker, mais il fallait encore aller jusqu’à la fin dans ces conditions extrêmement délicates. C’était loin d’être facile. »

Après avoir initialement prévu de quitter le WRC fin 2020, Sébastien Ogier s’est engagé le mois dernier pour une autre année chez le constructeur japonais, avec qui il a rapidement retrouvé ses marques après son départ de Citroën l’an passé.

« Nous sommes privilégiés d’avoir la chance de travailler avec une équipe différente, une équipe solide », a-t-il conclu. « Cette année marquait le début d’une nouvelle aventure et je pense qu’en venant chez Toyota nous savions que nous aurions une bonne voiture et une bonne équipe autour de nous. L’objectif principal était d’essayer de s’adapter le plus rapidement possible. Ce n’était pas le plus simple, non pas que la voiture soit difficile à conduire puisque je dirais qu’elle est facile à ressentir, mais nous avons eu si peu de roulage. Il n’était pas facile de savoir comment régler la voiture parfaitement à mon goût à chaque épreuve. Je suis donc très content du travail que nous avons fait avec Julien. Sur les sept rallyes, nous n’avons pas fait de véritable erreur de pilotage. Notre seul abandon était dû un problème technique, hormis cela, la voiture a parfaitement fonctionné. »

Sébastien Ogier – Julien Ingrassia World Champions

WRC2, l’année de Mads Østberg

Mads Østberg est devenu Champion du Monde pour la première fois de sa carrière en s’imposant dans la catégorie WRC2 à l’ACI Rally Monza.

Mads Ostberg – Torstein Erikden World Champions WRC2

Mads Østberg (Citroën C3 R5) avait toutefois connu un début de rallye difficile. En difficulté avec ses réglages, le Norvégien avait bouclé la première étape au troisième rang seulement.

La tendance s’inversait cependant samedi lorsque le leader Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2) était victime d’une crevaison dans Costa Valle Imagna. À cet instant, Mads Østberg avait déjà repris le dessus sur son rival Pontus Tidemand (Skoda Fabia Rally2) et héritait alors des commandes alors que l’ultime journée se profilait.

Mads ostberg (NOR) Torstein Eriksen (NOR) of team Citro?n C3 R5 PH Sport.  Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Adoptant une approche conservatrice dimanche, Mads Østberg s’imposait finalement avec 25 »6 d’avance pour s’offrir un titre mondial qu’il avait manqué de justesse l’an passé.

« C’est incroyable et je suis vraiment heureux », souriait Mads Østberg à l’arrivée. « C’était un week-end tellement difficile avec beaucoup de hauts et de bas tout au long de la saison. Nous remportons le championnat en tant qu’outsiders et nous avons développé la voiture au fil de l’année. L’équipe a tout simplement réalisé un travail incroyable pour en arriver là. »

Déçu de laisser échapper le titre, Pontis Tidemand restait positif malgré une crevaison à l’avant droit dans la Wolf Power Stage en fin de rallye.

« Nous avons fait tout ce que nous avons pu », confiait le Suédois. « Je pense que la performance était là, mais nous avons fait de mauvais choix de pneus. Je suis content de voir l’arrivée et c’était vraiment amusant. »

Deuxième à l’arrivée, Pontus Tidemand prend également la deuxième place du championnat

Pontus Tidemand (SWE) Patrik Barth (SWE) of team Skoda Fabia Rally2 evo Toksport. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

À l’issue d’un week-end frustrant, Jan Kopecky (Skoda Fabia Rally2) complétait le podium à 57 »8 de son équipier tandis qu’Adrien Fourmaux fermait la marche au quatrième rang.

Fourmaux Adrien (FRA). Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le Français avait affiché un rythme impressionnant le plaçant parmi les prétendants à la victoire vendredi, mais des dégâts sur sa suspension après sa crevaison de samedi mettaient fin à ses espoirs en le reléguant à 29’20 »4 du vainqueur.

Championnat WRC2 ici

HighLights WRC2

WRC3, Andreas Mikkelsen vainqueur, le titre pour Jari Huttunen

Jari Huttunen a réalisé une prestation solide sur l’asphalte, la neige et le verglas de l’ACI Rally Monza pour remporter le titre en WRC3.

Jari Huttunen – Mikko Lukka, World Champions WRC3

Après avoir rapidement pris les commandes jeudi soir, Jari Huttunen (Hyundai i20 R5) avait choisi de ne pas se laisser entraîner dans le match pour la victoire.

Le Finlandais préférait alors doser son effort tout au long du week-end pour rallier l’arrivée au troisième rang, à 1’19 »2 du vainqueur Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2). Un résultat suffisant pour lui permettre d’empocher le titre en WRC3 à l’issue d’une saison âprement disputée.

Andreas Mkkelsen (NOR) premier du Rallye. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Jari Huttunen semblait presque chercher ses mots à l’arrivée de la Wolf Power Stage de Serraglio : « C’est incroyable, merci à mon équipe, mes partenaires et tous ceux m’ayant aidé… Je suis tellement heureux que je ne sais pas vraiment que dire de plus. »

Pour son retour en compétition en mondial, Andreas Mikkelsen réalisait l’une des grosses performances du rallye en menant sa Skoda Fabia Rally2 evo à plusieurs victoires de spéciale pour s’imposer dans la catégorie tout en terminant sixième du classement général.

Oliver Solberg (Skoda Fabia Rally2) n’avait pas à rougir non plus de sa prestation en tenant la dragée haute au pilote norvégien, qui ne le devançait que de 15 »9 à l’arrivée.

Jari Huttunen (FIN) celebrates the WRC 3 category world champion 2020 title. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Derrière Jari Huttunen, son compatriote Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) prenait la quatrième place à 38 »6 du podium en dépit d’une crevaison samedi. Le Polonais Kajetan Kajetanowicz (Skoda Fabia Rally2) complétait le top cinq, 1’40 »5 plus loin, pour terminer la saison au troisième rang du championnat.

Marco Bulacia (BOL). Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Malgré sa faible expérience sur l’asphalte, le jeune espoir bolivien Marco Bulacia (Citroën C3 R5) terminait l’épreuve en sixième position à 4’51 »6 des vainqueurs pour sceller sa deuxième place du championnat.

Championnat WRC3 ici

HighLights WRC3

Pour ses débuts, Josh McErlean (Hyundai i20 R5) affichait un rythme impressionnant pour finir à seulement 16 »5 de Marco Bulacia.

Parmi les autres têtes d’affiche, Yohan Rossel (Citroën C3 R5) rattrapait une partie du terrain perdu par sa roue arrachée vendredi matin en terminant dixième tandis que Grégoire Munster (Hyundai i20 R5) était contraint à l’abandon en partant en tonneau dans la dernière spéciale.

Junior WRC, Tom Kristensson couronné

Le Suédois a guidé sa Ford Fiesta Rally4 en toute sécurité vers l’arrivée de l’ACI Rally Monza pour devenir le Champion du Monde FIA Junior des Rallyes 2020.

Tom Kristensson – Joakim Sjöberg world Champions Junior WRC

L’ultime étape du calendrier s’était ouverte avec trois prétendants en lice pour le titre : Tom Kristensson, Sami Pajari et Martins Sesks.

L’ACI Rally Monza allait toutefois se montrer extrêmement sélectif et Sami Pajari partait à la faute vendredi matin avant que Martins Sesks ne connaisse un sort similaire le lendemain. Libéré de toute pression, Tom Kristensson pouvait dès lors gérer dans les trois dernières spéciales du dimanche pour remporter le rallye et le championnat.

Le Suédois se verra offrir une nouvelle M-Sport Ford Fiesta R5 MkII au moteur EcoBoost ainsi qu’une dotation de 200 pneumatiques Pirelli à utiliser tout au long de la saison 2021.

« C’est clairement le meilleur jour de ma vie », s’exclamait Tom Kristensson, au bord des larmes. « Cette saison était vraiment difficile et c’est incroyable de devenir champion du monde ! »

Kristensson Tom (SWE) celebrates the JWRC category world champion 2020 title. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Deuxième à 11’21 »2 du vainqueur, Fabrizio Zaldivar égalait son meilleur résultat en Junior WRC tandis que Ruairi Bell complétait le podium à 27 »9 du Paraguayen.

Reparti après son abandon vendredi, Sami Pajari remportait quatre spéciales pour se classer quatrième à 44’46 »6 de son rival.

Malgré sa spectaculaire sortie de route dans la première spéciale du samedi, Martins Sesks parvenait à terminer deuxième du championnat. L’Italien Fabio Andolfi ne voyait pas non plus l’arrivée après avoir endommagé son moteur dans un accident vendredi après-midi.

Championnat Junior WRC ici

R-GT, Rallye Abarth 124, remporte le titre pour la troisième fois, avec Andrea Mebellini

Andrea Mebellini, Fiat Abarth 124 Rally

Avec la 2e place de l’ACI #rallymonza, Mabellini remporte la #fiargtcup, en pratique le «championnat du monde» Gran Turismo

Ragues Pierre (FRA) Alpine. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Communiqué WRC-FIA, Pht. Red Bull Content Pool, WRC-FIA, Video Youtube WRC-FIA