WRC, Kalle Rovanperä leader du Rallye d’Estonie vendredi (Video)

Posted by

Le Finlandais Kalle Rovanperä s’est montré le plus rapide sur six des huit spéciales disputées vendredi pour prendre les commandes du septième rendez-vous du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Kalle Rovanpera (FIN) Jonne Halttunen (FIN) of team Toyota Gazoo Racing, P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Résident en Estonie, Kalle Rovanperä (Toyota Yaris WRC) bouclait la première étape dans son pays d’adoption avec 8 »5 d’avance sur Craig Breen (Hyundai i20 WRC) au terme d’un vendredi passionnant sur les routes de terre extrêmement rapides au sud de la deuxième plus grande ville estonienne, Tartu.

Craig Breen (IRL) Paul Nagle (IRL) of team Hyundai Shell Mobis, P2. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Les deux hommes visent leur première victoire en WRC et leur duel s’avérait tellement intense que l’expérimenté Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) et le septuple champion du monde Sébastien Ogier (Toyota Yaris WRC) pointaient à près d’une minute.

Déjà leader après la courte spéciale disputée en lever de rideau jeudi soir, le Finlandais âgé de vingt ans remportait trois des quatre tests matinaux avant de récidiver dans l’après-midi, sans pour autant parvenir à distancer son plus proche rival.

Thierry Neuville (BEL) Martijn Wydaeghe (BEL) of team Hyundai Shell Mobis, P3. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

« C’est vraiment serré, les écarts sont pratiquement nuls », confiait Kalle Rovanperä. « Craig a signé d’excellents temps tout au long de la journée, donc le combat s’annonce intense demain. Il y avait beaucoup de sauts, dont plusieurs vraiment plaisants. Pour d’autres, il faut y aller fort et c’est un peu dur pour la voiture. »

Sebastien Ogier (FRA) Julien Ingrassia (FRA) of team Toyota Gazoo Racing, P4. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Brièvement en tête ce matin, Craig Breen remportait une spéciale, cosignait le meilleur temps avec Kalle Rovanperä dans une autre et terminait deuxième sur les six autres secteurs chronométrés.

Elfyn Evans (GB) Scott Martin (GB) of team Toyota Gazoo Racing, P5. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Ce duel enflammé n’avait d’égal que les températures ambiantes s’approchant de la barre des 30°C, mais une douche froide attendait le grand favori de l’épreuve, Ott Tänak (Hyundai i20 WRC). L’enfant du pays se montrait le plus rapide dans Arula, la première spéciale du jour, pour ravir les commandes à Kalle Rovanperä avant de plonger au septième rang en raison d’une crevaison à l’avant droit dans Otepää, le chrono suivant. Le pire était toutefois à venir dans la spéciale suivante.

L’abandon d’Ott Tänak à domicile. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

« Je suis sorti large dans un virage et je me suis retrouvé dans un champ dans lequel j’ai perdu deux pneus », confiait l’Estonien, qui n’avait embarqué qu’une seule roue de secours pour la boucle. « J’ai eu deux autres crevaisons et nous n’avions évidemment plus rien pour continuer. »

En parallèle, Thierry Neuville et Sébastien Ogier bataillaient pour la troisième place. Le Belge perdait du temps avec une crevaison à l’arrière gauche tandis que le leader du championnat réalisait une belle prestation pour minimiser sa position d’ouvreur dans des spéciales sablonneuses à l’adhérence réduite pour les premiers partants.

Les deux hommes échangeaient à plusieurs reprises leurs positions avant que Thierry Neuville ne prenne l’ascendant dans l’avant-dernière spéciale pour retrouver le parc d’assistance avec 6 »0 d’avance sur le Français, mais 53 »4 de déficit sur le leader.

Teemu Suninen (FIN) Mikko Markkula (FIN) of team M-Sport, P6. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Après deux carrefours manqués, Elfyn Evans (Toyota Yaris WRC) ne parvenait à rattraper le temps perdu et terminait l’étape à 15 »7 de son équipier et près de deux minutes d’avance sur Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC), victime d’une crevaison à l’arrière gauche et d’un problème lié à la pompe à eau.

Pierre-Louis Loubet (FRA) Florian Haut-Labourdette (FRA), P7. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Pierre-Louis Loubet (Hyundai i20 WRC) retrouvait le parc d’assistance de Tartu en septième position devant le champion d’Europe en titre Alexey Lukyanuk (Skoda Fabia Rally2) et Andreas Mikkelsen (Skoda Fabia Rally2), respectivement en tête du WRC3 et du WRC2, tandis qu’Emil Lindholm (Skoda Fabia Rally2) complétait le top dix.

Takamoto Katsuta (Toyota Yaris WRC) était troisième avant d’abandonner, son copilote Dan Barritt se plaignant d’une douleur au dos après une compression. Gus Greensmith (Ford Fiesta WRC) écourtait également sa journée après qu’un problème mécanique affectant la puissance de son moteur ne le contraigne à plusieurs arrêts.

Samedi, le parcours proposera quatre spéciales inédites pour la plus longue étape de l’épreuve avec 132,18 kilomètres chronométrés au programme. Les concurrents affronteront deux boucles identiques au nord et au sud de Tartu le matin et l’après-midi avant de conclure leur journée avec un nouveau passage dans la courte spéciale en ville déjà disputée jeudi.

Classements du vendredi ici

 

WRC2, Andreas Mikkelsen marque son territoire

Le Norvégien Andreas Mikkelsen a profité d’un vendredi de rêve pour se construire une belle avance dans la catégorie WRC2 au Rallye d’Estonie.

Andreas Mikkelsen (NOR) Ola Floene (NOR) of team Toksport, P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Au volant de sa Škoda Fabia Rally2 préparée par Toksport WRT, Andreas Mikkelsen adoptait une approche prudente dans la boucle matinale tracée dans le sud de l’Estonie pour talonner Mads Østberg (Citroën C3 Rally2). Ce dernier perdait toutefois vingt-cinq secondes avec une crevaison à l’avant droit et son compatriote saisissait l’occasion pour s’emparer des commandes et distancer ses rivaux.

Le Norvégien rentrait au parc d’assistance de Tartu avec 36 »5 d’avance, satisfait de sa performance.

« Après les problèmes de Mads, nous avons réussi à creuser l’écart dans l’après-midi plus ou moins à chaque spéciale et j’en suis extrêmement satisfait », expliquait-il. « Je suis tellement content de la voiture, elle fait exactement ce que je veux. C’est tellement facile de piloter quand cela arrive ! »

Malgré un atterrissage brutal brisant l’une de ses fenêtres, Nikolay Gryazin (Volkswagen Polo GTI R5) continuait en limitant la perte de temps. Si son équipe réparait les dégâts à l’assistance, le Russe avait toutefois du mal à suivre le rythme du leader et bouclait le vendredi en deuxième position.

Nikolay Gryazin (Volkswagen Polo GTI R5), P2.

Mads Østberg le talonnait à 1 »8 après une journée plus animée, avec notamment un bras de suspension endommagé et une pénalité de dix secondes pour un départ anticipé dans l’ES8.

« Nous avons réalisé un bon début de rallye, mais les problèmes se sont enchaînés par la suite », détaillait-il. « Nous avons essayé de tout gérer, mais les choses n’ont pas voulu aller dans notre sens cet après-midi. Le rallye est parfois ainsi… »

Mads Ostberg (NOR) Torstein Eriksen (NOR), P3. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Protégé de M-Sport, Adrien Fourmaux (Ford Fiesta Rally2) était quatrième, six secondes plus loin et avec une demi-seconde d’avance sur Marco Bulacia (Skoda Fabia Rally2).

 

Adrien Fourmaux (FRA) Renaud Jamoul (BEL) of team M-Sport, P4. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Tom Kristensson (Ford Fiesta Rally2) terminait cette première journée complète au septième rang devant l’Estonien Georg Linnamäe (Volkswagen Polo GTI R5).

La nature des routes estoniennes ne laissait aucune marge d’erreur comme certains concurrents ont pu le constater en partant à la faute dès la première étape. Jari Huttunen (Hyundai i20 R5) partait ainsi en tonneau dans Kanepi tandis que Sean Johnston (Citroën C3 Rally2) connaissait un destin similaire dans le dernier test au programme. Enfin, Oliver Solberg (Hyundai i20 R5) devait renoncer après une surchauffe de son moteur.

WRC3, Alexey Lukyanuk prend les devants

Le Russe Alexey Lukyanuk a idéalement commencé son Rallye d’Estonie en remportant toutes les spéciales du vendredi dans la catégorie WRC3.

Alexey Lukyanuk (RUS) Yaroslav Fedorov (RUS), P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Pour son quatrième départ seulement en Championnat du Monde FIA des Rallyes, Alexey Lukyanuk (Škoda Fabia Rally2) mettait à profit sa connaissance du terrain estonien en ne commettant aucune erreur et en accentuant progressivement son avance à chaque spéciale.

Le Russe terminait ainsi l’étape avec 44 »6 d’avance sur Emil Lindholm (Škoda Fabia Rally2), mais aussi au septième rang du classement général toutes catégories confondues.

« J’ai été Champion d’Estonie… Il y a sept ans, mais mes mains savent toujours tenir un volant ! », souriait-il. « Les routes, la voiture, les notes… Tout est fantastique jusqu’ici. »

À domicile, Egon Kaur (Volkswagen Polo GTI R5) réalisait un bon début de rallye en restant proche d’Emil Lindholm. L’écart entre les deux hommes s’élevait à 5 »9 au terme de la journée.

Egon Kaur est actuellement troisième sur ses terres

Kajetan Kajetanowicz (Škoda Fabia Rally2) pointait 7 »2 plus loin. Actuellement deuxième du championnat, le Polonais confessait une approche prudente dans les bosses pour éviter d’endommager sa voiture sur les phases d’atterrissages.

Pepe López (Škoda Fabia Rally2) et Mikko Heikkilä (Škoda Fabia Rally2) bataillaient pour la cinquième place en se rendant coup sur coup, mais l’Espagnol prenait finalement le dessus pour deux secondes seulement face à son rival.

Sur ses terres, Priit Koik (Ford Fiesta Rally2) connaissait un début de rallye décevant en abandonnant au passage à l’assistance tandis que Rakan Al-Rashed (Volkswagen Polo GTI R5) partait en tonneau dans Kambja.

Junior WRC, Sami Pajari s’échappe

Le Finlandais Sami Pajari a imposé son autorité en FIA Junior WRC lors de la première étape du Rallye d’Estonie vendredi.

Sami Pajari (FIN) Marko Salminen (FIN), P1. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Déjà le plus rapide lors du court test disputé en lever de rideau de cette troisième manche du FIA Junior WRC, Sami Pajari signait ce vendredi six meilleurs temps consécutifs sur les spéciales ultrarapides dessinées près de Tartu.

Si Jon Armstrong parvenait à grignoter quelques secondes dans les deux derniers secteurs chronométrés de la journée, le Finlandais conservait 12 »9 d’avance au volant de sa Ford Fiesta Rally4.

« Nous avons essayé de connaître une journée parfaite en roulant à notre aise », confiait Sami Pajari. « Le rythme est vraiment élevé, donc il n’y a pas beaucoup de place à l’erreur et nous avons su les éviter jusqu’ici. Je pense que nous devons regarder le résultat dans son ensemble, et non spéciale après spéciale. Je crois que le combat sera intense ces deux prochains jours. Jon n’est pas loin, donc ce samedi s’annonce très intéressant. »

Jon Armstrong s’est hissé à la deuxième place derrière Sami Pajari

Jon Armstrong se hissait aux avant-postes au fur et à mesure de la journée. Après avoir pris le dessus sur Martin Koči, le Britannique distançait le Slovaque pour le reléguer à 23 »4. Leader du championnat, Martins Sesks terminait la journée au quatrième rang à 13 »6 de Martin Koči.

Près d’une minute plus loin, on retrouvait Lauri Joona, victime d’une crevaison lui ayant fait perdre quarante secondes dans l’ES7. Le Finlandais gardait toutefois l’avantage sur le Roumain Raul Badiu et l’Irlandais Will Creighton.

Robert Virves était le seul pilote à devoir abandonner ce vendredi. Sur ses terres, l’Estonien était troisième avant que la casse d’un arbre de transmission dans Otepää n’écourte sa journée dès l’ES3.

Communiqué WRC

Pht. WRC – Red Bull Content Pool

WRC Youtube video

English Information

KING KALLE KEEPS BREEN AT BAY IN ESTONIA DUEL

Kalle Rovanperä laid early claim to Estonia’s king of speed title on Friday by winning six of the eight special stages to lead the country’s FIA World Rally Championship encounter.

The 20-year-old Finn, who now lives in the Baltic country, ended Rally Estonia’s first full day with an 8.5sec advantage over Craig Breen after enthralling action over blisteringly fast gravel roads south of second city Tartu.

Both men are hunting their maiden WRC win and such was the ferocity of their duel that the experienced Thierry Neuville and seven-time world champion Sébastien Ogier were trailing almost a minute adrift.

Rovanperä, who led after Thursday night’s short curtain-raising test, won three of this morning’s stages in his Toyota Yaris. He added three more fastest times this afternoon, but could not break free from Breen’s shackles.

“It’s tight – the gap is virtually nothing,” explained Rovanperä. “Craig has been doing really nice times the whole day, so tomorrow will be a big fight. There were many jumps and many of them you can really enjoy. Some you have to go quite big and it’s a bit harsh in the car.”

Breen led briefly this morning. He won one stage, tied with Rovanperä in another and was second in six tests in his Hyundai i20.

The heat of the battle was matched by air temperatures hovering just below 30°C, but pre-event favourite and Estonian hero Ott Tänak was left feeling cold.

He won the opening Arula test to relegate Rovanperä from top spot but plunged to seventh after a front right puncture in the following Otepää. Worse was to come in the next stage.

Tänak retires on Friday

“I went wide in a corner and basically I went on the field and during that I knocked off two tyres. I had another two punctures and obviously we had no spares anymore and it was not possible to continue,” explained Tänak, who began the loop with just one spare wheel.

Neuville and Ogier were left to scrap over third. Neuville lost time with a rear left puncture while the championship leader drove superbly to minimise the handicap of opening the soft and sandy roads, where grip was reduced compared to those further back.

They traded positions before Neuville moved ahead in the penultimate stage to finish 6.0sec in front and 53.4sec off the lead.

Elfyn Evans twice overshot junctions. He never recovered the time lost to end 15.7sec adrift of team-mate Ogier and nearly two minutes clear of Teemu Suninen’s Ford Fiesta. A rear left puncture and a suspected water pump issue delayed the Finn.

ierre-Louis Loubet was seventh in an i20, with WRC3 leader and reigning European champion Alexey Lukyanuk, WRC2 pace-setter Andreas Mikkelsen and Emil Lindholm completing the leaderboard.

Takamoto Katsuta retired his Yaris from third after co-driver Dan Barritt suffered a back injury after a heavy landing over jump. Gus Greensmith exited after stopping several times with a technical issue which affected the power from his Fiesta’s engine.

Saturday brings four challenging new stages for the longest leg of the event, containing 132.18km of action. Identical loops north and south of Tartu are driven morning and afternoon before the day wraps up with an evening re-run of Thursday’s short city test.

WRC2: MIKKELSEN MAKES HIS MARK

Andreas Mikkelsen enjoyed a dream Friday at Rally Estonia to open up a healthy advantage in the hotly-contested WRC2 category.

Mikkelsen, driving a Toksport-prepared Škoda Fabia Rally2, took a sensible approach to the morning loop in south Estonia and found himself right on the tail of early leader Mads Østberg.

When a front right puncture on Østberg’s Citroën C3 Rally2 cost around 25sec, Mikkelsen had the perfect opportunity to snatch the lead and pull clear. And that’s exactly what he did.

Arriving back at the Tartu service park with a 36.5sec advantage, the Norwegian was pleased with his performance.

“After Mads hit trouble, we managed to increase the gap in the afternoon more or less on every stage, so I am happy with that,” explained Mikkelsen.

“I am so happy with the car – it’s doing exactly what I want. When that is happening, it’s so easy to drive,” he added.

A heavy landing over one of the many jumps smashed a window in Nikolay Gryazin’s Volkswagen Polo GTI R5, but he was able to continue with minimal time loss.

After repairing the damage in service, Gryazin struggled to match the leading pace and ended the day second.

Østberg was just 1.8sec back from Gryazin, but had more problems to contend with, including a damaged suspension arm and a 10sec penalty for a jump start on SS8.

“We had a good start to the rally and the problems kept coming. We tried to manage with everything, but it didn’t seem to go our way this afternoon. It’s just like that sometimes,” he said.

M-Sport Ford Fiesta Rally2 star Adrien Fourmaux was 6.0sec behind in fourth, but had a miniscule buffer of just 0.5sec to Fabia hotshot Marco Bulacia.

Fourmaux’s team-mate Tom Kristensson was seventh in his similar car, whilst local driver Georg Linnamäe completed the standings in another Volkswagen.

The nature of Estonia’s roads left no margin for error, and a number of high-profile drivers were caught out on the opening day.

Jari Huttunen rolled his Hyundai i20 R5 on the Kanepi speed test, with Citroën man Sean Johnston suffering a similar fate on the final stage of the day. Oliver Solberg was another non-finisher after the engine on his Hyundai overheated.

WRC3: LUKYANUK LAUNCHES INTO FRIDAY LEAD

Alexey Lukyanuk made the dream start to Rally Estonia by claiming a clean sweep of WRC3 stage wins during the first full day.

Competing in the FIA World Rally Championship for only the fourth time in his career, the Škoda Fabia Rally2 star put previous knowledge of Estonian roads to good use.

He made no mistakes and built his advantage with each stage that passed to round out the leg with a comfortable 44.6sec lead over Emil Lindholm’s similar car. His performance was good enough to place him seventh in the overall standings.

“I am the champion of Estonia, actually. It was seven years ago, but still my hands know how to drive it!” smiled Lukyanuk. “The roads, the car, my pace notes – everything now is fantastic,” he added.

Egon Kaur made a good start on home soil and had Lindholm in his sights. Driving a Volkswagen Polo GTI R5, he trailed the Finn by just 5.9sec at close of play.

Popular Pole Kajetan Kajetanowicz was a mere 7.2sec down on Kaur in another Škoda. Kajetanowicz, who is currently second in the championship standings, admitted to taking a careful approach to jumps in a bid to prevent damaging the car on heavy landings.

Fabia duo Pepe López and Mikko Heikkilä were locked into a battle for fifth. They swapped times on every stage, but it was López who had the upper-hand. The Spaniard arrived back to Tartu with a 2.0sec lead over his rival.

Local star Priit Koik had a disappointing start to the rally after retiring his Ford Fiesta Rally2 in service, whilst Rakan Al-Rashed rolled his Polo in the Kambja test.

DOMINANT PAJARI DARTS CLEAR IN ESTONIA JUNIOR CLASH

Flying Finn Sami Pajari stamped his authority on the FIA Junior WRC category at Rally Estonia in Friday’s opening leg.

He rattled off six consecutive fastest times on the super-quick gravel speed tests near Tartu to add to a first in Thursday night’s short curtain-raising test.

Jon Armstrong nibbled a few seconds back in the closing two stages of the first full day of action but Pajari ended with a strong 12.9sec advantage in his Ford Fiesta Rally4 at this third round of the series for the sport’s young hotshots.

“We tried to do a perfect day with a pace that feels comfortable,” said Pajari. “The pace is really high so there is not a lot of margin for any mistakes and so far we haven’t made any.

“I think we need to look at the overall results, not just stage by stage, and I think there is still a good fight. Jon is quite close to us so it will be a really interesting day for us tomorrow.”

Northern Irishman Armstrong eased into the fight at the front. After overhauling Martin Koči, he eased clear of the Slovakian to close the day 23.4sec clear. Championship leader Martins Sesks held fourth, 13.6sec adrift of Koči.

Almost a minute further back in fifth was Lauri Joona, who dropped a place after losing 40sec with a puncture in SS7. Romania’s Raul Badiu completed the top six, with Ireland’s Will Creighton in seventh.

The day’s only casualty was home driver Robert Virves. The Estonian was lying third when a broken driveshaft curtailed his day in SS3 at Otepää.