Verstappen s’impose devant Hamilton lors d’un GP de France palpitant

Posted by

Red Bull a remporté sa troisième victoire consécutive de la saison au Grand Prix de France grâce à Max Verstappen, qui a dépassé Lewis Hamilton à deux tours de l’arrivée pour remporter la treizième victoire de sa carrière. Hamilton a terminé deuxième, tandis que la deuxième Red Bull de Sergio Perez a complété le podium.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P1. Pht. Peter Fox/Getty Images

Dans le miroir du Grand Prix d’Espagne, où Mercedes a surpassé Red Bull pour remporter la victoire, Verstappen s’est arrêté deux fois alors qu’Hamilton n’a fait qu’un seul arrêt. Le Néerlandais a ensuite utilisé ses pneus les plus frais pour se rapprocher de la Mercedes, la dépassant au 52e tour sur 53 pour remporter sa troisième victoire de l’année.

Verstappen parti depuis la pole position au départ de la course, remporte la victoire ainsi que le point supplémentaire pour le meilleur tour. Ce résultat marque également la première fois que Red Bull remporte trois courses consécutives dans l’ère du turbo-hybride.

Derrière, Valtteri Bottas a fini quatrième, mécontent, derrière Perez, après s’être plaint à Mercedes d’avoir été ignoré lorsqu’il leur a conseillé de passer à un arrêt double, comme Red Bull l’a fait avec Verstappen.

Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda, P1. Pht. Clive Rose/Getty Images

Derrière le quatuor de tête, une superbe journée pour McLaren a vu Lando Norris terminer à une belle cinquième place, devant son coéquipier Daniel Ricciardo, qui a réalisé sans doute sa meilleure course de l’année pour prendre la sixième place.

Pierre Gasly, de l’écurie AlphaTauri, a fait preuve d’un bon rythme de course pour obtenir sa meilleure place dans son Grand Prix national en terminant P7, devant l’Alpine de Fernando Alonso.

Hamilton, P2. Pht. LAT Images

Sebastian Vettel a fait un long premier relais pour prendre sa troisième fois consécutive dans les points avec la neuvième place, tandis que son coéquipier Lance Stroll a complété le top 10 grâce à un dépassement sur la Ferrari de Carlos Sainz. Cette journée a été mauvaise pour la Scuderia, qui a manqué de rythme de course au Paul Ricard, Sainz terminant 11e tandis que Leclerc ne pouvait faire mieux que P16.

Mais après un Grand Prix de France passionnant, tout tourne autour de Verstappen, qui a pris une décision décisive au début du premier triple tour de ce qui est en train de devenir une saison 2021 phénoménale, portant son avance sur Hamilton à 12 points au classement des pilotes.

The start of the F1 Grand Prix of France at Circuit Paul Ricard. Pht. Clive Rose/Getty Images

Comment cela s’est passé

Avec les rivaux pour le titre Verstappen et Hamilton côte à côte sur la première ligne lorsque les cinq lumières se sont éteintes, la question clé du premier tour était : qui des deux allait prendre l’avantage ? Verstappen l’a fait, mais le pilote Red Bull a eu du survirage à la sortie du virage 1 et a été forcé de plonger hors de la piste, et Hamilton passait en tête.

Derrière, Valtteri Bottas et Sergio Perez conservent leurs troisième et quatrième places, un bon départ de Daniel Ricciardo de McLaren depuis la P10 lui a permis de passer devant son coéquipier Lando Norris à l’extérieur du virage 1, Norris étant également dépassé par l’Alpine de Fernando Alonso alors que l’Espagnol s’emparait de la P8 – Norris a ensuite brièvement dépassé Ricciardo avant de sortir de la piste un tour plus tard et de céder la P9 à l’Australien.

Au deuxième tour, Sebastian Vettel est à l’œuvre, il se rapproche de l’Alpine d’Esteban Ocon pour la P11 à la chicane du virage 8. Ricciardo s’intéresse également à l’Alpine, Ricciardo se faufile dans les rétroviseurs de son vieil adversaire Fernando Alonso pendant les 10 premiers tours, mais ne parvient pas à passer.

Sergio Perez of Mexico driving the (11) Red Bull Racing RB16B Honda, P3. Pht. Rudy Carezzevoli/Getty Images

En tête, l’écart entre Hamilton et Verstappen se maintenait autour de 1‘’5-2’’0, avec un top 10 au 10e tour de Hamilton, Verstappen, Bottas, Perez, puis Carlos Sainz en P5, de Pierre Gasly, Charles Leclerc, Alonso, Ricciardo et Norris.

Un tour plus tard, les McLaren se sont jetées sur Alonso, Ricciardo a finalement réussi a passer le double champion pour la P8, tandis que Norris a réalisé une brillante manœuvre opportuniste sur le même pilote trois virages plus tard, dépassant l’Alpine au Beausset pour prendre la neuvième place – tandis que Vettel a passé Alonso deux tours plus tard à la chicane également.

Tir groupé des McLaren, Daniel Ricciardo P6, Lando Norris, P5.

Au 15e tour, Ricciardo était également passé devant Leclerc pour la P7, Ferrari décidant de l’appeller immédiatement dans les stands pour le premier arrêt de la journée, le Monégasque passant de ses mediums à des durs – Ricciardo lui emboîtant le pas un tour plus tard.

Ricciardo doublant Gasly et Sainz lors des arrêts aux stands après que ces deux pilotes soient entrés un tour plus tard – bien que Leclerc ait également réussi à doubler Ricciardo dans les stands.

Bottas s’étant arrêté au 17e tour, le moment critique n°2 de la journée est survenu au 18e tour lorsque Red Bull a décidé de faire entrer Verstappen dans les stands. Est-ce que l’undercut fonctionnerait ici, avec Hamilton ayant réussi à établir un écart de 3’’ sur le Néerlandais ?

C’est le cas. Verstappen a fait un tour rapide et avec Hamilton appelé un tour plus tard, alors que la Mercedes sortait des stands, Verstappen est passé devant Hamilton avec Perez en tête du peloton qui ne s’était pas encore arrêté.

L’ingénieur d’Hamilton, Pete Bonnington, a immédiatement pris la radio pour s’excuser, et Hamilton a dit à son équipe, exaspéré : « Allez les gars. » La puissance de l’undercut avait également mis Bottas juste derrière son coéquipier, avec le côté du garage du Finlandais voulant soutenir leur homme, disant : « Nous apprécions ça Valtteri. »

Bottas hors du podium. Pht. LAT Images

Perez a finalement été amené au 24e tour (en même temps que la McLaren de Norris), de devoir passer par les stands, l’ordre est désormais, Verstappen, Hamilton et Bottas – les trois premières voitures courant dans les trois secondes les unes des autres – avec Perez environ 15’’ de retard lorsqu’il est sorti des stands.

Verstappen était donc en tête, mais lui et les deux Mercedes ne cachaient pas leurs doutes quant à leur capacité à aller jusqu’au bout avec leurs pneus. Et donc, avec le souvenir de leur défaite à Barcelone contre Mercedes, dans leur mémoire, quand Hamilton a fait un arrêt surprise pour s’assurer la victoire sur Verstappen à Barcelone, Red Bull a fait entrer Verstappen pour un deuxième arrêt au 32e tour (un prêté pour un rendu ?), le Néerlandais passant en pneus mediums et tombant en P4 derrière Perez.

Le pilote néerlandais avait maintenant 20 tours pour se hisser jusqu’à Hamilton et Bottas et essayer de trouver un moyen de les dépasser.

À 10 tours de l’arrivée, l’ordre était le suivant : Hamilton et Bottas, avec Verstappen à un peu plus de cinq secondes d’Hamilton puis Perez, Norris en P5 (le Britannique ayant dépassé Ricciardo au 34e tour) avec Ricciardo sixième devant Gasly, Alonso, Sainz et Vettel, le pilote Aston Martin étant resté en pneus durs jusqu’au 37e tour. Leclerc, quant à lui, est tombé en P16 après avoir opté pour un nouveau ravitaillement, les Ferrari ayant une journée horrible en termes de rythme de course.

Au 44e tour, Verstappen a fait un mouvement crucial sur Bottas, deuxième, en tentant et en échouant dans la chicane, mais en le faisant tenir à l’intérieur à travers Signes, il a doublé le finlandais, Bottas criant rageusement à Mercedes : « Pourquoi **** personne ne m’a écouté quand j’ai dit qu’il y aurait deux arrêts ? »

Stupeur dans le clan Mercedes, eux qui étaient habitués a ne laisser que des miettes aux autres depuis leur domination sans partage depuis l’ère hybride depuis 2014 ! Pht. Steve Etherington

Cela a laissé Verstappen avec seulement une poignée de tours pour revenir sur Hamilton – et le dépasser. Puis au 52e tour, c’est arrivé. Après avoir rattrapé son rival avec une série de tours fulgurants, Verstappen dans la descente de la ligne droite du Mistral s’est glissé facilement dans le virage 8, alors que les 15 000 spectateurs se sont levés.

Fernando Alonso, Alpine, P8

L’ingénieur de course de Verstappen, GianPiero Lambiase, a résumé les efforts de son homme en ces termes : « Tout simplement charmant », et c’est difficile à contredire, puisque Verstappen a pu remporter sa troisième victoire de la saison, égalant le score d’Hamilton, qui était P2. Verstappen a également remporté le point de bonus pour le tour le plus rapide, ainsi que les honneurs du pilote du jour.

C’est Perez qui s’est emparé de la P3, dépassant Bottas à quatre tours de l’arrivée pour aggraver le malheur du Finlandais, qui a terminé quatrième, réussissant au moins à marquer ses premiers points depuis le Grand Prix d’Espagne, tandis que Perez a réalisé le premier double podium de Red Bull de la saison.

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR21, P9

Lando Norris semblait avoir reçu une stratégie difficile de McLaren à première vue, se frayant un chemin à travers le peloton jusqu’à la cinquième place, terminant juste devant son coéquipier Ricciardo. McLaren est revenu de manière décisive devant Ferrari pour la troisième place du classement, après que la Scuderia ait été privée de points, ayant souffert d’un mauvais rythme de course, Sainz et Leclerc terminant P11 et P16.

Pierre Gasly of France driving the (10) Scuderia AlphaTauri AT02 Honda, P7. Pht. Rudy Carezzevoli/Getty Images

Une excellente course à domicile pour Pierre Gasly lui a donné la septième place, devant Alonso et les deux Aston Martin de Sebastian Vettel et Lance Stroll – l’équipe en vert a suivi le podium de Vettel à Bakou et a complété le top 10 ici en France.

Après Sainz, George Russell a pris la 12e place pour son meilleur résultat de l’année pour Williams, devant Yuki Tsunoda, qui s’est bien remis d’un départ dans la voie des stands après un changement de plancher et de boîte de vitesses pour prendre la 13e place devant l’Alpine d’Esteban Ocon, à une décevante 14e place à domicile.

George Russell (GBR) Williams Racing FW43B, P12

Antonio Giovinazzi, (Alfa Romeo), a terminé 15e, devant un Leclerc probablement déconcerté, tandis que Kimi Raikkonen, Nicholas Latifi et les deux Haas de Mick Schumacher et Nikita Mazepin complétaient le plateau sans abandon.

Course a oublier pour Ferrari, Sainz P11, Leclerc P16. Pht. Scuderia Ferrari

C’est donc Verstappen qui a porté un grand coup dans la lutte pour le championnat contre Mercedes au Circuit Paul Ricard, traditionnellement le plus heureux des terrains de chasse pour les voitures noires après leurs victoires ici en 2018 et 2019. Mais Red Bull pourra-t-il conserver son avantage sur son propre circuit, le Red Bull Ring, dans une semaine ?

Lewis Hamilton, Mercedes, 2nd position, Gianpiero Lambiase, Race Engineer, Red Bull Racing, Max Verstappen, Red Bull Racing, 1st position, and Sergio Perez, Red Bull Racing, 3rd position, on the podium. Pht.Zak Mauger/LAT Images

La citation clé

« Une fois que nous avons fait le premier arrêt au stand, alors vous pouviez clairement voir sur les pneus durs [les Mercedes] me poussaient fort par derrière. Mais une fois que nous avons pris la décision de faire un double arrêt, heureusement à la fin ça a payé. Nous avons dû travailler dur pour cela, mais bien sûr, c’est très gratifiant.

« C’était difficile parce qu’il y avait beaucoup de retardataires à passer. Mais heureusement, ils se sont tous bien écartés et nous avons pu nous battre jusqu’à la fin » – Max Verstappen, Red Bull

GP de France ici

Les meilleurs tours ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

 

analysis of the best laps
Max Verstappen of the Netherlands driving the (33) Red Bull Racing RB16B Honda leads Lewis Hamilton of Great Britain driving the (44) Mercedes AMG Petronas F1 Team Mercedes W12. Pht. Clive Rose/Getty Images

Quelle sera la prochaine étape ?

Accrochez-vous car les F1 reprendront la piste pour les essais du vendredi au Grand Prix de Styrie le 25 juin, pour la deuxième partie du premier triplé de l’année. Mais Red Bull pourra-t-il remporter quatre victoires consécutives lors du retour de la Formule 1 sur son propre circuit, le pittoresque Red Bull Ring ? Rendez-vous le week-end prochain pour le savoir…

MARIO ISOLA – RESPONSABLE PIRELLI DE LA F1 ET DES COURSES AUTOMOBILES :

Mario Isola, Racing Manager, Pirelli Motorsport.

« Cette course s’est transformée en une bataille stratégique intense et passionnante, avec un certain nombre de facteurs inconnus tels que des températures de piste plus fraîches, la pluie de ce matin qui a réinitialisé la piste, et le vent qui a continué à surprendre quelques pilotes, tous jouant un rôle. Ces aspects ont également contribué à l’augmentation du grainage de l’avant gauche, ce qui était essentiel aujourd’hui. En conséquence, bien que l’on s’attendait à un arrêt unique, il y avait aussi la possibilité d’un double arrêt, que Red Bull et Max Verstappen ont choisi de manière décisive. Les marges étaient très finement équilibrées, comme tout le monde pouvait le voir, entre un deux-stoppeurs et un-stoppeur, et il a fallu beaucoup d’engagement pour que l’une ou l’autre stratégie fonctionne. Félicitations à Max Verstappen et à Red Bull pour une masterclass stratégique aujourd’hui, qui a laissé tout le monde deviner jusqu’au dernier tour. »

MAX VERSTAPPEN :

Race winner Max Verstappen of Netherlands and Red Bull Racing and third placed Sergio Perez of Mexico and Red Bull Racing celebrate in parc ferme. Pht. Mark Thompson/Getty Images

« Gagner cette course a été un incroyable effort d’équipe et avoir un double podium sur un circuit comme celui-ci montre vraiment le dur travail que tout le monde fait ici et à Milton Keynes dans notre usine et chez Honda. Bien sûr, j’aurais aimé pouvoir m’éloigner et prendre la tête tout seul, mais cela ne se passe pas souvent comme ça en Formule 1 et nous avons dû travailler pour cela aujourd’hui. Vous pouvez voir à quel point les deux équipes sont proches l’une de l’autre et gagner de la sorte grâce à une stratégie à deux tours de l’arrivée est très gratifiant. Ce n’était certainement pas une course facile et je me suis fait surprendre au premier virage et j’ai perdu l’arrière, ce qui m’a obligé à sortir de la piste et à perdre une position au profit de Lewis. J’étais bien sûr contrarié sur le moment mais je savais qu’il y avait une longue course devant nous et que je devais me concentrer. Dans le premier relais, je n’avais pas vraiment le rythme pour me battre avec Lewis, nous avons donc pris le risque de rentrer aux stands en premier et, pour être honnête, je ne m’attendais pas à ce que l’undercut fonctionne si bien et que je sorte en tête. Ils ont poussé fort pour essayer de me dépasser, mais heureusement j’ai pu rester devant et je savais que je ne pouvais pas faire d’erreur. Nous avons décidé d’opter pour une stratégie à deux arrêts, ce qui a bien fonctionné car notre voiture s’est adaptée aux conditions vers la fin de la course, lorsque le vent s’est calmé et que la piste s’est gommée. Au final, nous avons pris les bonnes décisions pour les deux voitures et c’est génial d’être sur le podium avec Checo. Nous devrions tous en profiter pendant quelques jours jusqu’à ce que nous arrivions en Autriche et que nous recommencions. »

CHRISTIAN HORNER, Directeur de l’équipe

Pht. Peter Fox/Getty Images

« Je suis très fier de toute l’équipe qui a remporté deux victoires consécutives et qui est montée deux fois sur le podium, ce qui accroît notre avance dans les deux championnats. Max a pris un bon départ mais a perdu la tête après une sortie de piste à laquelle nous avons réussi à survivre et, après un tour de sortie de piste époustouflant après son premier arrêt au stand, il a récupéré la position de piste. Nous ne voulions pas nous retrouver dans la même position qu’à Barcelone, alors nous avons appuyé sur la gâchette et opté pour le double arrêt, qui a heureusement porté ses fruits aujourd’hui. C’est toujours difficile d’effectuer un pit-stop depuis la tête de la course à 21 tours de l’arrivée, mais nous n’avons pas peur du risque et nous l’avons fait. Du côté de Checo, nous avons divisé la stratégie avec un arrêt unique, ce qu’il a fait en rentrant à la maison en troisième place. Vous pouvez voir à quel point les deux équipes sont proches, il y a très peu d’écart entre les voitures, donc nous devons juste continuer à pousser et à chercher plus de performance. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir dans ce championnat, donc rien n’est jamais acquis, mais nous allons maintenant profiter de cet élan pour nous rendre en Autriche pour le premier des deux Grands Prix à domicile de l’équipe. »

Pierre Gasly :

Pierre Gasly of Scuderia AlphaTauri. Pht. Peter Fox/Getty Images

 » Je pense qu’objectivement, c’était une bonne course, nous avons terminé derrière des concurrents forts et nous ne pouvons pas être trop mécontents de cela. Évidemment, au fond de moi, j’aurais aimé finir encore plus haut sur la grille devant mon public, mais c’était une course difficile et je pense que nous avons fait du mieux que nous pouvions aujourd’hui. Nous avons perdu deux positions lors de l’arrêt au stand, Ricciardo et Charles ayant tous deux pris le contre-pied, et cela nous a coûté un peu. Nous allons devoir examiner les données et voir si nous aurions pu faire quelque chose de différent. J’ai donné tout ce que je pouvais aujourd’hui, et nous avons eu de belles bagarres, donc je dois être satisfait de cela. À la fin de la journée, je pense que finir P7 est encore une bonne course pour nous et nous ramenons quelques bons points. »

Fernando Alonso :

Nous sommes partis neuvièmes et nous avons fini huitièmes et nous avons exécuté la course comme nous le voulions dans l’ensemble, donc je suis content du résultat d’aujourd’hui. Nous ne nous attendions pas à ce que les pneus se dégradent autant et nos médiums n’ont pas duré très longtemps. J’étais un peu inquiet, mais nous avons affiché un bon rythme avec les durs et cela s’est poursuivi jusqu’à l’arrivée puisque Gasly et Ricciardo semblaient à notre portée dans les derniers tours. Nous avons connu des performances similaires le samedi et le dimanche sur quelques circuits maintenant, donc je pense que nous pouvons être un peu plus détendus car il s’agit de notre vraie position contrairement à Monaco.

Marcin Budkowski, directeur exécutif

C’était une course dominée par la gestion des pneus et le grainage, mais les choses ont été très différentes entre nos deux voitures. Nous avons essayé une stratégie inversée avec Esteban et il a subi beaucoup de graining dans son premier relais. Sa course était déjà compromise au moment de son arrêt. Fernando a pris un bon départ et il s’est battu dans le top dix pendant toute la course. Il a également eu du fil à retordre, mais il a bien géré les durs dans son deuxième relais et il a pu mettre Gasly et Ricciardo sous pression dans la lutte pour la sixième place. C’est agréable de retrouver nos rivaux en piste après deux rendez-vous difficiles même si nous pensons que nous aurions pu inscrire plus de points ce week-end. Nous attendons avec impatience des batailles plus excitantes dès dimanche prochain.

 

English Information

Verstappen triumphs over Hamilton after late pass in scintillating French Grand Prix

Red Bull took their third consecutive win of the season at a cracking French Grand Prix courtesy of Max Verstappen, who passed Lewis Hamilton with two laps to go to claim the thirteenth victory of his career, Hamilton finishing second as the second Red Bull of Sergio Perez completed the podium.

In a mirror of the Spanish Grand Prix – when Mercedes out-strategised Red Bull to claim the victory – Verstappen stopped twice to Hamilton’s one-stop, with the Dutchman then using his fresher tyres to close up to the Mercedes, passing on Lap 52 of 53 to check out for his third win of the year.

It more than made up for Verstappen losing out to Hamilton from pole at the race start, Verstappen taking the win as well as the extra point for fastest lap – with the result also marking the first time Red Bull have won three races on the bounce in the turbo-hybrid era.

Behind, Valtteri Bottas ended up a disgruntled fourth behind Perez, having complained to Mercedes that he was ignored when he advised them to switch to a two-stop, as Red Bull did with Verstappen.

Behind the leading four, a superb day for McLaren saw Lando Norris finish a fine fifth, ahead of team mate Daniel Ricciardo, who enjoyed arguably his best race of the year to take sixth.

AlphaTauri’s Pierre Gasly demonstrated strong race pace to take his best ever finish in his home Grand Prix with P7, ahead of the Alpine of Fernando Alonso.

Sebastian Vettel made a long first stint work to take his third consecutive points finish with ninth, while team mate Lance Stroll completed the top 10 thanks to a late pass on the Ferrari of Carlos Sainz – capping off a bad day for the Scuderia, who lacked race pace at Paul Ricard, with Sainz ending up 11th as Leclerc could do no better than P16.

But after a thriller of a French Grand Prix, it was all about Verstappen, who took an decisive strike at the start of the first triple header of what’s turning into a phenomenal 2021 season, extending his lead over Hamilton in the drivers’ standings to 12 points.

AS IT HAPPENED

With title rivals Verstappen and Hamilton side by side on the front row as the five lights went out, the key question for Lap 1 was: would one of them blink? In the event, Verstappen did, the Red Bull driver getting a snap of oversteer on the exit of Turn 1 and being forced to dive off the track into the run-off, rejoining in second as Hamilton swept through into the lead.

Behind, Valtteri Bottas and Sergio Perez held onto their third and fourth places, while further down the order, a smart start from McLaren’s Daniel Ricciardo from P10 saw him move ahead of his team mate Lando Norris around the outside of Turn 1, with Norris also passed by the Alpine of Fernando Alonso as the Spaniard claimed P8 – with Norris then briefly repassing Ricciardo before running off track a lap later and ceding P9 to the Australian.

Lap 2 and Sebastian Vettel was on the move, making a neat move on the Alpine of Esteban Ocon for P11 at the Turn 8 chicane. Ricciardo was also getting interested in an Alpine, Ricciardo sharking in his old adversary Fernando Alonso’s mirrors across the first 10 laps, but unable to make his way past.

At the front, the gap between Hamilton and Verstappen was lingering around the 1.5s-2.0s mark, with the top 10 on Lap 10 of 53 Hamilton from Verstappen, Bottas, Perez, then Carlos Sainz in P5, from Pierre Gasly, Charles Leclerc, Alonso, Ricciardo and Norris.

A lap later and the McLarens pounced on the struggling Alonso, Ricciardo finally getting the two-time champion into the Turn 8 chicane for P8, while Norris then put in a brilliant, opportunistic move on the same driver three corners later, nipping past the Alpine into Le Beausset to claim ninth – while Vettel was through on Alonso two laps later at the chicane too.

By Lap 15, Ricciardo was also past Leclerc for P7, with Ferrari deciding to call their man immediately into the pits for the first stop of the day, as the Monegasque switched from his mediums to hards – with Ricciardo following suit a lap later as McLaren tried to undercut him ahead of sixth-placed Gasly.

They did better than that, with Ricciardo passing both Gasly and Sainz in the pit stops after those two drivers came in a lap later – although Leclerc had also managed to repass Ricciardo in the pits too.

With Bottas having pitted on Lap 17, crunch time #2 of the day came on Lap 18 when Red Bull decided to bring Verstappen into the pits. Would the undercut work here, with Hamilton having managed to establish a 3s cushion over the Dutchman?

It would. Verstappen put in a blistering out-lap – and with Hamilton called in a lap later, as the Mercedes exited the pits, Verstappen flashed past and back into the net lead, with Perez actually heading the field having not yet stopped.

Hamilton’s engineer Pete Bonnington was straight on the radio to apologise, with Hamilton telling his team exasperatedly: “Come on guys.” The power of the undercut had also put Bottas right on the tail of his team mate, with the Finn’s side of the garage willing on their man, saying: “We’re enjoying this Valtteri.”

Perez was eventually brought in on Lap 24 (along with the McLaren of Norris), making the order Verstappen from Hamilton and Bottas – the top three cars running within three seconds of one another – with Perez around 15s adrift when he emerged from the pits.

So Verstappen was leading – but both he, and the two Mercedes, were being vocal over their doubts about whether they could make it to the end with their tyres. And so, with memories of their Barcelona beating by Mercedes presumably fresh in their minds – when Hamilton went for a surprise two-stop to ensure himself victory over Verstappen in the Spanish Grand Prix – Red Bull pulled Verstappen in for a second stop on Lap 32, the Dutchman bolting on mediums and dropping to P4 behind Perez.

The Dutch driver now had 20 laps to haul himself up to Hamilton and Bottas and try and find a way past.

With 10 laps to go the order was Hamilton from Bottas, with Verstappen just over five seconds behind Hamilton – then Perez, from Norris in P5 (the Briton having passed Ricciardo on Lap 34) with Ricciardo sixth from Gasly, Alonso, Sainz and Vettel – the Aston Martin driver having stayed out on hards until Lap 37. Leclerc meanwhile, had fallen to P16 after opting to pit again, the Ferraris having a horrible day on race pace.

Lap 44 and Verstappen made a crucial move on second-placed Bottas, attempting and failing a pass into the chicane, but then making it stick on the inside through Les Signes – Bottas angrily shouting at Mercedes: “Why the **** did no one listen to me when I said it would be a two-stop?”

That left Verstappen with just a handful of laps to get up to Hamilton – and get past. Then on Lap 52 it happened. Having edged up to his rival with a series of searing laps, Verstappen DRS-ed his way onto the rear wing of Hamilton on the blast down the Mistral Straight begore slipping easily through into Turn 8, as the crowd of 15,000 were brought to their feet.

“Simply lovely,” was how Verstappen’s race engineer GianPiero Lambiase summed up his man’s efforts, and it was hard to argue, with Verstappen then able to check out for his third win of the season, matching the tally of Hamilton, who held P2 – with Verstappen also claiming the bonus point for fastest lap, as well as Driver of the Day plaudits.

It was Perez who claimed P3, passing Bottas with four laps to go to compound the Finn’s unhappiness, as Bottas finished fourth – at least managing to claim his first points since the Spanish Grand Prix, as Perez made it Red Bull’s first double podium of the season.

Lando Norris looked to have been handed a difficult strategy from McLaren on first sight after being left out until Lap 24. But he made it work to perfection, slicing his way through the field and up to fifth, finishing just ahead of team mate Ricciardo – McLaren moving decisively back ahead of Ferrari for P3 in the standings, after the Scuderia went point-less, having suffered from poor race pace, Sainz and Leclerc winding up P11 and P16.

A great home race for Pierre Gasly gave him seventh, ahead of Alonso and the two Aston Martins of Sebastian Vettel and Lance Stroll – the team in green following up Vettel’s podium in Baku as they rounded out the top 10 here in France.

After Sainz, George Russell took 12th for his best finish this year for Williams, ahead of Yuki Tsunoda – recovering well from a pit lane start from a change of floor and gearbox to take 13th – with the second Alpine of Esteban Ocon a disappointing 14th at home.

Alfa Romeo’s Antonio Giovinazzi was 15th, ahead of a presumably bewildered Leclerc, with Kimi Raikkonen, Nicholas Latifi and the two Haas cars of Mick Schumacher and Nikita Mazepin rounding out the retirement-free field.

So, it’s Verstappen who landed a big blow in the championship fight against Mercedes at the Circuit Paul Ricard – traditionally the happiest of hunting grounds for the Silver Arrows after their wins here in 2018 and 2019. But can Red Bull maintain their advantage at their home track, the Red Bull Ring, in just a week’s time ?

The key quote

“Once we made the first pit stop, then you could clearly see on the hard tyres [the Mercedes] were pushing me hard from behind. But once we made the call to do a two-stopper, luckily at the end that paid off. We had to work hard for it, but of course, very rewarding.

“It was difficult because there were quite a lot of backmarkers to go through. But luckily they all did well and we could have a good fight to the end” – Max Verstappen, Red Bull

What’s next ?

Hold onto your hats because F1 cars will be back on track for Friday practice at the Styrian Grand Prix on June 25, for part two of the first triple header of the year. But can Red Bull make it four wins on the trot as Formula 1 returns to their home track, the picturesque Red Bull Ring? Tune in next weekend to find out…