Une meilleure stratégie assure la victoire d’Hamilton en Espagne après une longue bataille avec Verstappen.

Posted by

Une bataille incroyable et tendue pendant toute la course entre Max Verstappen de Red Bull et Lewis Hamilton (Mercedes) a vu Hamilton triompher pour sa sixième victoire au Grand Prix d’Espagne, le champion du monde en titre exécutant brillamment une stratégie à deux arrêts pour remporter sa troisième victoire en quatre courses cette saison, alors que Verstappen a terminé devant la deuxième Mercedes de Valtteri Bottas.

Verstappen a mené la majorité de la course après avoir brillamment arraché la tête à Hamilton dans le virage 1 au départ, Red Bull s’engageant ensuite dans une stratégie à un arrêt autour du Circuit de Barcelona-Catalunya, alors qu’Hamilton a opté pour deux.

Verstappen a bien doublé Hamilton au départ, a mené la majeure partie du GP, mais cela n’a pas suffit. Pht. Mark Sutton/LAT Images

Mais à six tours de l’arrivée, Hamilton a utilisé les performances supérieures de ses pneus les plus récents pour dépasser le Néerlandais dans le virage 1 et s’envoler vers sa 98e victoire, et sa cinquième victoire consécutive sur ce circuit, Verstappen a finalement décidé de passer au stand pour les pneus tendres et de tenter d’obtenir le meilleur tour, qu’il a facilement obtenu.

Hamilton et Verstappen ayant été dans une classe à part en Espagne, Bottas est rentré en troisième position après avoir livré bataille avec Charles Leclerc (Ferrari) pour prendre une excellente quatrième place, tandis que Sergio Perez de Red Bull a fait une solide remontée de la P8 sur la grille pour prendre la cinquième place.

Hamilton grace à une meilleure stratégie, s’impose. Pht. LAT Images

Daniel Ricciardo de McLaren a réalisé sa meilleure course de l’année pour prendre la sixième place, devant le héros local Carlos Sainz dans la deuxième Ferrari. Lando Norris, sur la deuxième McLaren, a connu un après-midi difficile mais a tout de même réussi à se classer P8 – c’est la première fois qu’il termine en dehors du top 5 cette saison. Esteban Ocon (Alpine) et Pierre Gasly (AlphaTauri) complètent le tableau.

Mais après sa 100e pole position samedi, Hamilton a une fois de plus démontré qu’il ne lâchait rien et bien aidé par Mercedes pour la stratégie il a délogé Verstappen de la première place et prendre 14 points d’avance en tête du classement des pilotes.

Lewis Hamilton a peut-être obtenu la pole #100 samedi – mais il a admis avant la course qu’il était mal à l’aise à l’idée d’être distancé au départ de la course sur les 612 mètres de descente vers le virage 1, soit par Max Verstappen partant juste à côté de lui en P2, soit par son coéquipier Mercedes Valtteri Bottas juste derrière en P3.

Max Verstappen P2 et meilleur tour. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

Les craintes d’Hamilton se sont avérées fondées, Verstappen faisant un beau départ, si bon en fait qu’il n’a même pas eu besoin d’un slipstream, s’accrochant aux flancs d’Hamilton jusqu’au virage 1 avant de coller agressivement le nez de sa RB16B dans le virage et de forcer Hamilton à reculer et à concéder la position.

L’élan contrôlé d’Hamilton au virage 1 a ensuite eu un effet d’entraînement sur son coéquipier Bottas, qui était lent à la sortie du virage 2, permettant à Charles Leclerc d’envoyer une belle passe à l’extérieur du Finlandais au virage 3 pour prendre la troisième place.

Au moment de franchir la ligne de départ du deuxième tour, l’avantage de Verstappen était déjà de 1’’5 sur Hamilton, tandis que la fantastique P5 d’Esteban Ocon sur la grille était devenue P7 après qu’il ait été prudent dans le premier virage, Daniel Ricciardo passant de la septième à la P5, tandis que Sergio Perez de Red Bull a surmonté ses problèmes d’épaule des qualifications pour passer de la huitième à la sixième place.

Bottas P3 en réalisant une course anonyme. Pht. Jiri Krenek

Verstappen et Hamilton ont rapidement creusé un écart de 8’’ sur le poursuivant Leclerc, qui retenait Bottas, le Finlandais n’ayant pas été en mesure de trouver son chemin lorsque Yuki Tsunoda d’AlphaTauri s’est arrêté sur ennuis mécaniques au virage 10 au 8e tour – la course a rapidement été neutralisée sous une voiture de sécurité alors que l’AT02, dont le moteur s’était éteint, était évacuée par une grue.

Antonio Giovinazzi a profité de l’occasion pour plonger dans les stands, mais une crevaison sur le jeu de pneus préparés de l’Italien a forcé les mécaniciens d’Alfa Romeo à garder Giovinazzi pendant 35’’ – tandis que Williams a également profité de l’occasion pour Russell et Latifi et les mettre en mediums.

La course a repris au 11e tour, Verstappen faisant un travail brillant pour résister à être lui-même dépassé par Hamilton dans le virage 1, Hamilton devant en fait garder l’œil sur ses rétroviseurs pour éviter une attaque de Leclerc derrière. Plus loin derrière, Lance Stroll d’Aston Martin a réussi une belle manœuvre sur Fernando Alonso d’Alpine, s’accrochant à l’extérieur du virage 4 pour prendre la P10 au héros local – un dépassement dont Stroll peut être fier à juste titre.

Charles Leclerc P4. Pht. Scuderia Ferrari

Verstappen et Hamilton se sont rapidement remis à creuser l’écart sur Leclerc – le pilote Ferrari parvenant toujours à tenir Bottas à distance – mais des inquiétudes sont apparues dans le cockpit d’Hamilton lorsqu’il a signalé par radio au 18e tour sur 66 que ses pneus étaient en train de lâcher, son pneu arrière droit montrant notamment des signes de cloquage.

Du coup, c’est Verstappen qui a en premier effectué son arrêt au 24e tour – mais un arrêt inhabituellement lent pour Red Bull a vu Verstappen arrêté pendant 4’’2 avec le pneu arrière gauche qui n’allait pas bien. Il a émergé en P5, mais a été rapidement déplacé devant son coéquipier Perez devant, car Hamilton a choisi de prolonger son relais maintenant, et par magie il n’y avait plus de problèmes.

Leclerc a été une épine dans le pied de Bottas pendant une grande partie de la course.

Hamilton a changé ses pneus quatre tours après Verstappen au 28e tour – mais alors que l’arrêt de Mercedes a été plus rapide que celui de Red Bull, Verstappen a poussé fort et Hamilton sortant avec 6’’ de retard sur le pilote néerlandais. Bottas, pendant ce temps, avait fait son propre undercutting, s’arrêtant au 23e tour contre le 28e tour pour Leclerc, et en faisant assez pour sauter le Monégasque dans les arrêts aux stands et revenir à la troisième place, bien qu’à 8’’ de la lutte de tête – tandis que Sainz avait également dépassé Ocon pour la P7.

Hamilton tourne à une vitesse incroyable sur le circuit de Barcelona, augmentant la pression sur Verstappen et réduisant l’écart à environ une seconde, mais sans que le Britannique puisse s’approcher suffisamment pour tenter un dépassement.

Perrez P5, a du battailler ferme contre Ricciardo P6.. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

Puis, au 41e tour, Hamilton a lancé les dés, entrant dans les stands et chaussant un jeu de pneus mediums usés, pour revenir en troisième position. Verstappen était en tête – mais il avait déjà été dans cette position auparavant, et son ingénieur GianPiero Lambiase l’a averti que « cela pourrait être la Hongrie une fois de plus » – faisant référence à la course de 2019 au Hungaroring, où Mercedes avait surclassé Red Bull pour permettre à Hamilton de gagner. Cela s’avérerait être un appel prémonitoire du mur des stands de Red Bull….

Avec 15 tours à faire, Verstappen avait 9’’ d’avance sur Bottas, avec Hamilton à 2’’, et Leclerc quatrième – tandis que Perez a dépassé Ricciardo pour s’emparer de la P5 avec une belle manœuvre à l’extérieur du virage 1.

Daniel Ricciardo, McLaren MCL35M P6

Bottas a reçu l’ordre de Mercedes de ne pas retarder Hamilton – mais il se pourrait que des mots aient été prononcés dans le casque d’Hamilton, car Bottas n’a pas exactement rendu la vie facile à son coéquipier, Hamilton a finalement été forcé de plonger devant le Finlandais dans le virage 10 au 52e tour, Bottas a ensuite fait un ravitaillement en pneus tendres et est passé derrière Leclerc pour être quatrième, avant de dépasser la Ferrari à nouveau au 57e tour.

Verstappen impuissant face à la stratégie de Mercedes et Hamilton. Pht. Bryn Lennon/Getty Images

C’était donc Verstappen contre Hamilton, un arrêt contre deux arrêts et Verstappen s’inquiétait naturellement de la charge de Hamilton, qui tournait en moyenne 1’’5 par tour plus vite.

Verstappen a admis après la course qu’il avait été une « cible facile », car Hamilton, qui a joué la patience tout au long du Grand Prix, a finalement été en mesure de passer le Néerlandais dans le virage 1 au 60e tour.

Esteban Ocon (FRA) Alpine F1 Team A521. P9

Et comme ça, c’était fini, Hamilton a pu s’échapper facilement avec ses gomme plus fraîche, franchissant la ligne à la fin du 66e tour pour étendre sa série de victoires à cinq Grand Prix d’Espagne consécutifs et six sur le site au total, tandis que Verstappen s’est arrété à quelques tours de la fin, pour prendre ce qui était en fait un arrêt gratuit, chaussant des pneus tendres et remportant le point de bonus du meilleur tour.

Un arrêt éclair pour Max, chausser les tendres et meilleur tour à la clé. Pht. Peter Fox/Getty Images

Mais cela n’aura été qu’une maigre consolation lors d’une journée où Red Bull a été dépassé par Mercedes une fois de plus, Hamilton ayant désormais trois victoires contre une pour Verstappen cette saison. Bottas n’a jamais vraiment été dans la lutte à l’avant, rentrant à la maison en troisième position, tandis qu’il y avait probablement des mots forts de la direction de Mercedes au sujet de son interaction moins qu’utile sur la piste avec son coéquipier….

Pierre Gasly of France and Scuderia AlphaTauri, P10. Pht. Peter Fox/Getty Images

Leclerc a finalement pu aligner son rythme de course sur son rythme de qualification, terminant dans la P4 dont il était parti, et confortablement devant Sergio Perez, qui a peut-être bien récupéré de sa huitième place en qualification, mais qui était néanmoins à plus d’une minute de Hamilton au drapeau.

Ricciardo a réussi à être le pilote McLaren le plus rapide ce dimanche pour la première fois de la saison, prenant la sixième place avec seulement 0’’9 d’avance sur Sainz, Norris et Ocon terminant P8 et P9, tandis qu’une fantastique bagarre pour le dernier point de la journée a été remportée par Pierre Gasly, qui s’est imposé après une courageuse manœuvre tardive sur l’Aston Martin de Lance Stroll.

Esteban Ocon :

C’était une course difficile. Nous devons revoir certains sujets comme nous n’étions pas aussi rapides que les Ferrari ou les McLaren en course. Parmi les points positifs, nous repartons de ce circuit avec deux points contre aucun l’an dernier. Ce résultat est loin d’être idéal après les qualifications, mais nous l’acceptions et nous tournons vers le prochain rendez-vous. Il nous reste du travail sur le rythme de course et, comme toujours, des choses dont nous devons discuter ensemble pour progresser. Nous verrons où nous situerons à Monaco. C’est génial d’y retourner et nous serons déterminés à obtenir un meilleur résultat.

Stroll a donc pris la 11e place devant l’Alfa Romeo de Kimi Raikkonen, le seul pilote à avoir pris le départ de la course avec les pneus mediums et Vettel la 13e, les deux Aston Martin n’ayant pas réussi à marquer pour la deuxième course consécutive, bien que Stroll et Vettel aient été équipés de la dernière mise à jour de l’équipe. George Russell, qui s’est approché des points pendant une bonne partie de l’après-midi, a dégringolé en fin de course pour se retrouver 14e.

« J’ai des sentiments mitigés à propos d’aujourd’hui, a déclaré Pierre Gasly (AlphaTauri), je pense que j’ai bien récupéré en course, mais nous manquons vraiment de rythme par rapport aux deux premières manches, ce qui est frustrant. Je m’en veux d’avoir fait une erreur sur la grille, c’est une pénalité très bête à recevoir et cela m’a rendu la vie plus difficile. Cela dit, j’ai eu quelques bonnes batailles en course et j’ai réussi à dépasser quelques voitures pour arriver à la 10e place. La voiture a définitivement du potentiel, mais nous ne l’avons pas encore fait fonctionner de façon constante dans tous les virages du circuit. Nous allons travailler dur maintenant avant Monaco et je fais confiance à l’équipe pour faire quelques pas en avant lors des prochaines courses. »

Giovinazzi et Latifi étaient 15ème et 16ème, Alonso a également chuté dans les derniers tours pour finir 17ème, tandis que les deux Haas de Mick Schumacher et Nikita Mazepin ont terminé deux tours plus loin en 18ème et 19ème, Tsunoda étant le seul abandon de la course.

Mick Schumacher, Haas VF-21, P18. Pht. Glenn Dunbar/LAT Images

Mais pour le troisième week-end de course sur quatre cette saison, la bataille entre Hamilton et Verstappen a tourné à l’avantage du britannique. Red Bull espère sûrement frapper fort à Monaco dans deux semaines.

La citation clé de Lewis Hamilton

« Tout le week-end, nous avions prévu de nous assurer que nous avions deux pneus mediums pour pouvoir faire un double arrêt. Même si un arrêt unique semblait plus intéressant, je sais par expérience qu’un arrêt unique est très, très difficile à réaliser.

« J’étais sur le point, je pense, d’avoir une chance de dépasser [Max] avant de m’arrêter juste à la fin et j’étais vraiment en conflit, comme, est-ce que je rentre ou est-ce que j’ignore l’appel et reste dehors ? L’équipe m’a demandé et c’est naturellement parce qu’il y a une grande confiance entre nous, mais c’est un travail remarquable de tout le monde dans cette équipe, de bout en bout. Quelle journée ! »

Les Pit-Stops du GP
Meilleurs tours dans les différentes monte de pneus

Classement GP d’Espagne ici

Les meilleurs tours ici

Les pit-stops summary ici

Championnat pilotes ici

Championnat constructeurs ici

Quelle est la prochaine étape ?

Prochain arrêt : Monte-Carlo, où nous retournerons dans la Principauté pour la première fois depuis deux ans pour le Grand Prix de Monaco 2021. C’est la course que tout le monde veut gagner, mais qui pourra triompher lors de l’épreuve reine cette année ?

Podium. Pht. Mark Thompson/Getty Images

Communiqué F1

English Information

Late pass secures Hamilton victory in Spain after race-long battle with Verstappen

An incredible, tense race-long battle between Red Bull’s Max Verstappen and Mercedes’ Lewis Hamilton saw Hamilton triumph for his sixth Spanish Grand Prix win, the reigning world champion brilliantly executing a two-stop strategy to claim his third win in four races this season, as Verstappen finished ahead of the second Mercedes of Valtteri Bottas.

Verstappen led the majority of the race after brilliantly snatching the lead from Hamilton into Turn 1 at the start, with Red Bull then committing to a one-stop strategy around the Circuit de Barcelona-Catalunya, as Hamilton opted for two.

But with six laps to go, Hamilton used the superior performance of his newer tyres to pass the Dutchman into Turn 1 and check out for his 98th victory, and fifth straight win at the circuit – Verstappen ultimately deciding to pit for softs once Hamilton was past and go for a consolation fastest lap, which he duly got.

With Hamilton and Verstappen having been in a class of their own in Spain, Bottas came home a distant third after his own race-long battle with Ferrari’s Charles Leclerc, who overcame Ferrari’s 2021 race pace woes to take an excellent fourth, while Red Bull’s Sergio Perez put in a solid recovery drive from P8 on the grid to take fifth.

McLaren’s Daniel Ricciardo drove arguably his strongest race of the year to take sixth, ahead of home hero Carlos Sainz in the second Ferrari. Lando Norris in the second McLaren had an off-key afternoon but still managed P8 – the first time he’s finished outside of the top five this season – with Alpine’s Esteban Ocon and AlphaTauri’s Pierre Gasly rounding out the final points-paying positions.

But after his 100th pole position on Saturday, it was Hamilton who once again demonstrated his class in Catalunya to deny Verstappen once again, and move 14 points clear at the top of the drivers’ standings.

It’s another victory for Lewis Hamilton after a titanic fight with Verstappen

Lewis Hamilton may have secured pole #100 on Saturday – but he admitted ahead of the race that he was uneasy about the prospect of being outdragged at the race start on the 612-metre run down to Turn 1 at the Circuit de Barcelona-Catalunya, either by Max Verstappen starting just alongside him in P2, or his Mercedes team mate Valtteri Bottas just behind in P3.

Hamilton’s fears proved well-founded, with Verstappen making a beautiful launch – so good in fact that he didn’t even need a slipstream, hanging onto Hamilton’s flanks down to Turn 1 before aggressively sticking the nose of his RB16B into the corner and forcing Hamilton to back out and concede the position.

Hamilton’s checked momentum at Turn 1 then had a knock-on effect on his team mate Bottas, who was slow out of Turn 2, allowing Charles Leclerc to send a beautiful pass around the outside of the Finn at Turn 3 to take third place.

By the time he crossed the line to start Lap 2, Verstappen’s advantage was already 1.5s over Hamilton, while Esteban Ocon’s fantastic P5 on the grid had become P7 after he was cautious into Turn 1, Daniel Ricciardo jumping up from seventh to P5, as Red Bull’s Sergio Perez overcame his shoulder issues from qualifying to move from eighth into sixth.

2021 Spanish Grand Prix: Verstappen overtakes Hamilton at race start

Verstappen and Hamilton quickly built up an 8s cushion over the chasing Leclerc, who was holding up Bottas, the Finn having been unable to find his way through when AlphaTauri’s Yuki Tsunoda ground to a halt at Turn 10 on Lap 8 – with the race quickly neutralised under a Safety Car as the AT02, whose engine had turned itself off, was craned away.

Antonio Giovinazzi took the opportunity to dive into the pits, but a puncture on the Italian’s prepared tyre set forced the Alfa Romeo mechanics into a change over, keeping Giovinazzi stopped for 35s – while Williams also took the opportunity to doble stack Russell and Latifi and put them on mediums.

Racing resumed on Lap 11, Verstappen doing a brilliant job to resist being outdragged himself by Hamilton into Turn 1, Hamilton actually having to keep his eye on his mirrors instead to prevent an attack from Leclerc behind. Further back, and Aston Martin’s Lance Stroll pulled off a sweet move on Alpine’s Fernando Alonso, holding on around the outside of Turn 4 to claim P10 from the home hero – a pass of which Stroll could be rightly proud.

Verstappen and Hamilton quickly set about building their cushion over Leclerc again – the Ferrari driver still managing to keep Bottas at bay – but there were worries in Hamilton’s cockpit as he radioed in on Lap 18 of 66 that his tyres were going off, his right-rear especially showing signs of blistering.

Despite that, it was Verstappen who blinked first and pitted on Lap 24 – but an uncharacteristically slow stop for Red Bull saw Verstappen stopped for 4.2s with the left-rear tyre not going on smartly. He emerged in P5, but was quickly moved ahead of team mate Perez in front, as Hamilton opted to extend his stint at the front.

Hamilton was brought in four laps after Verstappen on Lap 28 – but while Mercedes’ stop was quicker than Red Bull’s, Verstappen had used the undercut to good effect, with Hamilton exiting a full 6s back from the Dutch driver. Bottas, meanwhile, had been doing his own undercutting, pitting on Lap 23 to Leclerc’s Lap 28, and doing enough to jump the Monegasque in the pit stops and make it back to third, albeit 8s off the fight at the front – while Sainz had also moved past Ocon for P7.

Hamilton was lapping incredible rapidly around the Circuit de Barcelona-Catalunya, cranking the pressure up on Verstappen as he quickly reduced the gap down to around a second – but with the Briton unable to get close enough to try an overtake.

Then on Lap 41, Hamilton rolled the dice, sweeping into the pits and putting on a set of scrubbed medium tyres and rejoining in third. Verstappen was out in front – but he’d been in this position before, with his engineer GianPiero Lambiase warning Verstappen “it could be Hungary all over again” – referring to the 2019 Hungaroring race, where Mercedes out-strategied Red Bull to allow Hamilton to win. It would prove to be a prescient call from the Red Bull pit wall…

With 15 laps to go, Verstappen was 9s clear of Bottas, with Hamilton a further 2s back, and Leclerc fourth – while Perez moved past Ricciardo to claim P5 with a lovely move around the outside of Turn 1.

Bottas was instructed by Mercedes not to hold Hamilton up – but there might have been some choice words being uttered in Hamilton’s helmet, as Bottas didn’t exactly make life easy for his team mate, Hamilton eventually being forced to dive past the Finn into Turn 10 on Lap 52, Bottas then pitting for softs and dropping behind Leclerc to fourth, before passing the Ferrari again on Lap 57.

So it was now Verstappen vs Hamilton, one-stop plays two-stop – and with Verstappen understandably worried about the charging Hamilton, who was lapping at an average of 1.5s a lap quicker.

On his fresher rubber, Hamilton was quickly on the Red Bull’s tail – Verstappen admitting after the race that he’d been a “sitting duck”, as Hamilton, having played the patience game throughout the Grand Prix, was finally able to unleash the pass on the Dutchman into Turn 1 on Lap 60.

And just like that, it was game over, Hamilton able to pull away easily on his fresher rubber, crossing the line at the end of Lap 66 to extend his winning streak to five consecutive Spanish Grand Prix victories – and six at the venue in total – while Verstappen disconsolately ducked into the pits a few laps from the end, to take what was effectively a free pit stop, bolting on soft tyres and claiming the fastest lap bonus point.

That will have been scant consolation, however, on a day when Red Bull were outmanoeuvred by Mercedes once again, Hamilton now with three wins to Verstappen’s one this season. Bottas had never really been in the fight at the front, coming home third – while there were likely to be strong words from Mercedes management about his less-than-helpful on-track interaction with his team mate…

Verstappen said he’d been a « sitting duck »

Leclerc was finally able to match his race pace to his qualifying pace, finishing in the P4 he’d started in, and comfortably ahead of Sergio Perez, who may have recovered well from his eighth place in qualifying – but who was nonetheless over a minute behind Hamilton at the flag.

Ricciardo managed to be the quickest McLaren driver on a Sunday for the first time this season, taking sixth by just 0.9s from Sainz, Norris and Ocon finishing P8 and P9 – while a fantastic scrap for the final point of the day went the way of Pierre Gasly, who won out after a brave late move on Lance Stroll’s Aston Martin.

Stroll thus took 11th from Alfa Romeo’s Kimi Raikkonen – the only driver to start the race on the medium tyres – with Vettel 13th, as both Aston Martins failed to score for the second race in succession, despite Stroll and Vettel being kitted out with the team’s latest upgrade. George Russell had been sharking around the near the points for much of the afternoon but endured a late tumble down the order to 14th.

Giovinazzi and Latifi were 15th and 16th, with Alonso also falling down the order in the latter stages to finish 17th – while the two Haas cars of Mick Schumacher and Nikita Mazepin finished two laps down in 18th and 19th, as Tsunoda registered as the race’s only retiree.

But for the third race weekend out of four this season, a battle between Hamilton and Verstappen went the way of the seven-time champion – with Red Bull surely hoping to strike back hard at Monaco in two weeks’ time.

The key quote

“It had been the plan all weekend for us to make sure we had two mediums to be able to do a two-stop. Even though a one-stop potentially looked better, I know from experience here that a one-stop is very, very hard to pull off.

“I was about to kind of, I think, have a shot at getting past [Max] before I pitted right at the end and I was really conflicted, like, do I come in or do ignore the call and stay out? The team asked and naturally that’s because there’s a great trust between us but it’s a remarkable job by everyone in this team, through and through. What a day” – Lewis Hamilton, Mercedes

What’s next?

Next stop is Monte Carlo, as we return to the Principality for the first time in two years for the 2021 Monaco Grand Prix. It’s the race that everybody wants to win – but who can triumph at the blue riband event this year? Tune into our coverage on May 20-23 to find out.