F1, GP du Portugal vue d’ensemble, présentation

Posted by

Par Pirelli

Après deux courses avec la même nomination de pneus du milieu de gamme (C2, C3 et C4), la troisième manche au Portugal introduit le composé C1 le plus dur comme le P Zero White dur, tandis que le C2 est le P Zero Yellow moyen et le C3 le P Zero Red tendre. La même nomination de pneus a été faite en 2020 et ces pneus ont été choisis pour correspondre aux caractéristiques exigeantes du circuit de Portimao, qui est de retour au calendrier après avoir fait ses débuts en Formule 1 en octobre dernier.

L’année dernière, il y avait une allocation spécifique de pneus pour le Portugal (et la Turquie) avec un jeu supplémentaire de pneus durs et un jeu de softs en moins. Cette année, le Portugal revient à l’allocation standard utilisée toute la saison : huit softs, trois mediums et deux durs.

Les conditions météorologiques pourraient bien être assez chaudes à cette époque de l’année en Algarve, avec des températures ambiantes dépassant les 20 degrés centigrades, ce qui n’est pas inhabituel, surtout dans les terres où se trouve le circuit. L’année dernière, la course s’est déroulée dans des conditions fraîches et avec une légère pluie occasionnelle.

CARACTÉRISTIQUES DU CIRCUIT

Bien qu’il n’ait été inauguré qu’en 2008, Portimao ressemble un peu à un circuit de la vieille école, avec de nombreux dénivelés et un tracé impitoyable. La piste est cependant assez large, ce qui rend possible plusieurs lignes différentes et facilite les dépassements.

C’est un circuit assez varié, avec plusieurs types de virages différents – ainsi qu’une longue ligne droite – qui permettent de tester les capacités d’une voiture, en imposant des contraintes latérales et longitudinales aux pneus, avec des freinages importants. Bien qu’il n’ait fait ses débuts en course que l’année dernière, il a été utilisé pour des essais de F1 dans le passé.

L’un des virages les plus exigeants est celui de Portimao : un virage à droite à double sommet, similaire à celui d’Acque Minerali lors du précédent Grand Prix d’Imola. La majorité des virages sont aveugles à Portimao, ce qui ajoute au défi.

L’année dernière, le revêtement était tout neuf pour la course et offrait étonnamment peu d’adhérence. Cette année, l’asphalte a peut-être mûri, offrant plus d’adhérence.

La course de 2020 a été remportée avec une stratégie d’arrêt unique à mi-dur, offrant à Lewis Hamilton la 92e victoire de sa carrière. L’usure et la dégradation des pneus étaient suffisamment faibles pour permettre à Esteban Ocon de boucler 53 tours avec le pneu medium.

MARIO ISOLA – DIRECTEUR DE LA F1 ET DES COURSES AUTOMOBILES

« La gestion des pneumatiques – et l’utilisation des gommes les plus dures dans leur fenêtre de travail – était un thème important de la course de Portimao l’année dernière, pour un certain nombre de raisons. Mais cette année, avec la possibilité de conditions météorologiques différentes et une surface de piste qui pourrait avoir évolué, cela pourrait être un tout autre défi. La nouvelle construction de pneus a donné de bons résultats lors des deux premières courses de 2021 et c’est maintenant le composé le plus dur de la gamme qui fait ses débuts. Cette gamme a été sélectionnée pour faire face aux exigences uniques que ce circuit impose au pneu, exacerbées en cas de temps plus chaud. L’année dernière, les trois composés ont été utilisés pendant la course, avec une variété de stratégies et d’utilisation. Les conditions étaient fraîches et venteuses, avec une pluie légère occasionnelle, tandis que les conditions de piste ont changé tout au long du week-end. La nouvelle surface était le facteur clé déterminant la faible adhérence, tandis qu’en termes de performance des pneus, le réchauffement et le grainage étaient deux autres facteurs pertinents. »

GP du Portugal et d’Espagne par AlphaTauri

Pierre Gasly

Pierre Gasly :

 » En regardant le dernier round à Imola, il y a des points positifs à tirer de ce qui était un week-end décevant en termes de résultat. Nous étions dans le top 10 pendant toutes les séances d’essais libres et nous étions à nouveau dans le top 5 en qualification – à trois dixièmes et demi du temps de la pole – ce qui doit être l’un des meilleurs temps de qualification de l’équipe. La septième place en course reste un bon résultat, même si nous savons que nous aurions dû faire mieux. Nous allons en discuter en équipe et voir comment nous pouvons faire en sorte que cela ne se reproduise pas.

L’année dernière, j’ai fait une bonne course à Portimao, en terminant cinquième. C’est un circuit vraiment unique avec tous les changements de pente, qui monte et descend comme des montagnes russes. C’est amusant d’y piloter et très différent de ce à quoi nous sommes habitués – en tant que piste à faible adhérence, la voiture glisse beaucoup et il n’est pas facile de faire monter les pneus en température. Nous allons utiliser les pneus durs C1 et l’année dernière, surtout en FP1, ils étaient très difficiles à chauffer, mais cette fois nous avons un peu plus de connaissances et d’expérience et le temps sera certainement plus chaud cette année.  Nous allons donc être confrontés à un défi différent de celui des deux premières courses.

Après deux courses, nous sommes maintenant habitués à n’avoir qu’une heure pour chaque séance d’essais libres. Cela n’a pas changé notre programme de travail, mais cela signifie que la piste est plus occupée avec plus de voitures en même temps, donc il y a un peu plus d’action et vous passez moins de temps à attendre dans le garage. J’aime bien ça, car les séances sont plus intenses.

En ce qui concerne l’Espagne, ce sera la première fois que nous ne pourrons pas comparer l’évolution de la voiture depuis les essais hivernaux. Ce n’est pas un mauvais circuit, même si nous savons que le dimanche, ce n’est pas le plus facile pour les dépassements. Cela signifie que les qualifications sont très importantes et jusqu’à présent, nous avons réussi à avoir deux très bons samedis après-midi, ce qui est encourageant. Nous devons nous concentrer pour essayer de faire en sorte que nos dimanches soient meilleurs. Le tracé de la piste a changé au niveau de l’épingle à cheveux, il sera donc intéressant de voir quel effet cela aura sur le tour. Ce que nous avons vu, c’est que la voiture a bien fonctionné lors des premières courses et on dit toujours que Barcelone fournit un bon test de ce que votre voiture est vraiment. Comme ce sera la quatrième course de la saison, nous aurons déjà une meilleure idée de ses performances sur différents types de circuits et de notre position par rapport aux autres équipes. La clé maintenant est de s’assurer que nous capitalisons sur notre bonne qualification pour courir après un plus grand nombre de points. »

Yuki Tsunoda :

« J’ai appris beaucoup de choses à Imola. C’était tout le contraire de Bahreïn qui s’était bien passé. J’avais de très grandes attentes pour Imola et l’équipe aussi. Tout s’est bien passé lors des essais libres, mais j’ai ensuite fait une énorme erreur en qualifications, ce qui signifie que la course a été très difficile. Je n’avais pas eu de mauvaise chute depuis deux ans, donc c’est une leçon que je peux tirer pour les prochaines courses. C’était aussi la première fois que je pilotais une Formule 1 sur le mouillé et l’utilisation des pneus intermédiaires était vraiment délicate, j’ai donc dû augmenter ma vitesse progressivement. Mais nous avons une voiture qui a été compétitive sur les deux premiers circuits, capable de se classer dans le top 6.

Le circuit du Portugal est nouveau pour moi. Je ne sais pas à quoi m’attendre, bien que j’aie fait quelques séances de pilotage à Portimao sur le simulateur et que j’aie regardé le Grand Prix de l’année dernière. C’est un beau circuit avec des virages intéressants comme le virage 1 et le virage 13, qui a l’air assez unique, ainsi que de nombreuses montées et descentes et des virages sans visibilité.  Je pense que cela pourrait être délicat pour les limites du circuit, mais je vais augmenter mon rythme progressivement. Ce sera une situation complètement différente des deux manches précédentes, car j’avais déjà beaucoup roulé à Bahreïn et à Imola avant le week-end de course. Pendant les essais libres, j’espère effectuer un nombre important de tours pour m’adapter à la piste le plus rapidement possible et être bien préparé pour les qualifications.

Après le Portugal, la prochaine étape sera l’Espagne. L’année dernière, j’ai terminé quatrième des deux courses de Formule 2 à Barcelone. La gestion des pneus est l’un des facteurs les plus importants sur ce circuit, même en qualifications, car vous ne voulez pas tuer les pneus dans le secteur 1 et ensuite ne pas avoir les pneus pour le secteur 3 pour obtenir un bon temps au tour. J’aime ce circuit, donc je suis impatient de le conduire pour la première fois en Formule 1. Je le connais bien, donc je suis assez confiant que je peux conduire rapidement dès la FP1. »

 

Grand Prix du Portugal et Grand Prix d’Espagne 2021 Par Alfa Romeo

Dos-à-dos ibérique

Les courses consécutives sont une arme à double tranchant : d’une part, elles représentent un défi pour toute équipe, qui doit gérer la charge logistique, mentale et physique de deux courses en l’espace de deux semaines ; d’autre part, c’est une période excitante, pleine d’adrénaline, où la concentration sur le travail à accomplir est totale et où l’on a deux chances de faire les choses bien, une opportunité immédiate de remettre les choses en ordre.

C’est d’autant plus vrai lorsque vous abordez une course avec le désir brûlant de redresser les torts : après les deux premières courses de la saison, où nous n’avons pas marqué les points que nos performances méritaient probablement, nous nous rendons au Portugal d’abord, puis en Espagne, déterminés à redresser la barre.

La confiance est grande au sein de l’équipe, qui n’est pas ébranlée par la malchance des premières courses. La chance devrait bientôt nous sourire et nous récompenser de nos progrès. En attendant, le travail et l’engagement restent inébranlables. Nous nous dirigeons vers Iberia avec une confiance tranquille, prêts à nous battre pour ramener à la maison les résultats que nous méritons.

Ils l’ont dit :

Frédéric Vasseur, Directeur de l’équipe Alfa Romeo Racing ORLEN et PDG de Sauber Motorsport : « Nous abordons ce back to back avec la confiance de pouvoir réaliser une bonne performance et la détermination de rattraper les circonstances qui nous ont empêchés de marquer des points lors des deux premières sorties de la saison. Nous savons que nous aurions pu, et dû, avoir deux voitures dans les points au mérite lors de la dernière sortie, mais ce n’est pas une consolation car seul le résultat final compte. Il est maintenant temps de transformer la performance en points : nous savons que nous avons besoin d’un week-end sans faute pour devancer les autres équipes du milieu de tableau et nous sommes déterminés à le faire. »

Kimi Räikkönen (Voiture n°7) : « Deux courses de plus signifient deux chances de plus d’obtenir un bon résultat – ce dont nous sommes passés très près lors des premières épreuves de la saison. Nous ne sommes pas loin, nous sommes en plein milieu de la bataille et nous pouvons nous battre avec n’importe qui au milieu du peloton si nous faisons notre travail correctement et si nous avons un peu de chance, ce qui nous a manqué jusqu’à présent cette saison. L’année dernière, j’ai eu un premier tour amusant au Portugal, mais je n’y penserai pas : au final, la façon dont vous commencez une course n’a pas d’importance, mais où vous la terminez et nous devons la terminer dans le top 10 pour atteindre notre objectif. »

Kimi Räikkönen

Antonio Giovinazzi (Voiture #99) : « J’ai hâte d’être de retour dans la voiture pour les courses au Portugal et en Espagne. J’ai l’impression que nous n’avons pas récolté ce que nous méritions lors des deux premières manches : nous avons été terriblement malchanceux, surtout à Imola où nous aurions pu être neuvièmes ou dixièmes si nous n’avions pas eu un arrachage dans un frein. Nous devons prendre les points positifs de ces performances et les utiliser comme un stimulant pour faire encore mieux lors des prochaines courses : nous savons que nous sommes dans une lutte très serrée et nous savons que nous pouvons revenir à la maison avec de très bons résultats si les choses vont dans notre sens. »

#99 GIOVINAZZI Antonio (ita) Pht. Florent Gooden/ DPPI

Callum Ilott rejoint Alfa Romeo Racing ORLEN en tant que pilote de réserve pour 2021

Alfa Romeo Racing ORLEN accueille dans ses rangs l’une des étoiles montantes du sport automobile : Callum Ilott rejoint l’équipe en tant que deuxième pilote de réserve pour la saison 2021.

Ilott, 22 ans, rejoint une équipe qu’il connaît bien, après une première participation aux essais en 2019 et une sortie plus récente lors du test d’après-saison 2020 à Abu Dhabi. Après une saison qui l’a vu terminer deuxième du championnat de Formule 2 de la FIA, avec trois victoires et six podiums à son actif, l’intronisé à la Ferrari Driver Academy s’est forgé une réputation de pilote rapide, constant et travailleur – une attitude et des compétences qui ont fortement impressionné le personnel de l’Alfa Romeo Racing ORLEN lors de ses deux premières sorties avec l’équipe.

Le jeune Anglais partagera les fonctions de pilote de réserve avec Robert Kubica lors des événements au cours desquels le Polonais est indisponible en raison de ses engagements en course et en essais dans d’autres catégories de sport automobile. Il participera également à un certain nombre de séances FP1 tout au long de la saison, en commençant ce vendredi au Grand Prix du Portugal, ce qui renforcera son expérience croissante de la Formule 1.

Frédéric Vasseur, directeur de l’équipe Alfa Romeo Racing ORLEN et PDG de Sauber Motorsport AG : « Je suis ravi d’accueillir Callum dans notre équipe : son parcours dans les séries juniors a été impressionnant et il est sans aucun doute l’un des jeunes pilotes les plus talentueux. Il a déjà travaillé avec nous, laissant à chaque fois une impression durable grâce à son éthique de travail et à ses bons commentaires, et je ne doute pas qu’il sera un complément très positif à Robert Kubica, qui sera indisponible à diverses occasions en raison de ses autres programmes de course. Callum aura un programme chargé et nous sommes impatients de le revoir en piste ce week-end. »

Callum Ilott, pilote de réserve Alfa Romeo Racing ORLEN : « Je suis vraiment heureux de rejoindre l’équipe pour cette saison et je tiens à remercier Alfa Romeo Racing ORLEN et la Ferrari Driver Academy pour la confiance qu’ils m’ont accordée. Les deux sessions que j’ai eues avec l’équipe au cours des deux dernières années ont été extrêmement utiles pour m’habituer au fonctionnement d’une équipe de Formule 1 et je suis sûr que je peux être opérationnel dans mon nouveau rôle de pilote de réserve chez Alfa Romeo Racing ORLEN. Je suis impatient d’être dans la voiture et d’aider l’équipe à poursuivre sa progression. »

GP du Portaugal par Alpine

Alpine F1 Team présente le troisième week-end de course du Championnat du monde de Formule 1 de la FIA 2021, le Grand Prix Heineken du Portugal.

Les pilotes Esteban Ocon et Fernando Alonso et le directeur de course Davide Brivio partagent leurs réflexions avant la troisième course de la saison.

Fernando Alonso

Esteban Ocon : « Je dirais que Portimão est l’un des circuits les plus agréables à conduire. Il est très fluide et offre des combinaisons de virages très amusantes. L’année dernière, quand nous y sommes allés pour la première fois, beaucoup de gens l’ont comparé à des montagnes russes à cause de tous les changements d’altitude et des virages rapides que nous faisons. J’étais très heureux lorsque le Portugal a été annoncé sur le calendrier. Le site est fantastique en Algarve, le temps devrait être chaud, donc je suis impatient. »

Esteban Ocon (FRA) Alpine F1 Team A521.

Fernando Alonso : « Ce sera un défi totalement différent ce week-end à Portimão par rapport à Bahreïn et Imola. Le circuit est très amusant à conduire et je pense que dans ces voitures de Formule 1 modernes, ce sera très excitant, surtout avec les énormes changements de niveau. Je n’ai testé ici qu’en conditions très humides, ce sera donc un peu une courbe d’apprentissage pour commencer, mais j’aime les nouveaux défis. Nous voulons marquer plus de points ce week-end. »

Davide Brivio : « Je pense que c’est un circuit assez unique et il y a une raison pour laquelle tout le monde l’appelle les montagnes russes ! Il y a des hauts et des bas tout au long du circuit, ce qui le rend très spécial. La météo sera probablement différente de celle que nous avons eue en octobre dernier, c’est quelque chose que nous allons surveiller. La surface de la piste pourrait être améliorée par une température de l’air plus élevée et un meilleur niveau d’adhérence, ce qui sera intéressant à découvrir. C’est un nouveau circuit à apprendre pour Fernando, tandis qu’Esteban cherchera à poursuivre son expérience de l’année dernière. Nous essayons d’améliorer nos performances d’Imola et celles de l’an dernier sur ce circuit. »

Avant-première du Grand Prix du Portugal 2021 Par Aston Martin Cognizant

Après une convocation de dernière minute en 2020, la Formule 1 revient au Portugal ce week-end sur le circuit international d’Algarve. Avec des virages à grande vitesse pris à l’aveugle, des crêtes et des creux intimidants, et une surface de piste difficile, c’est un tour complet où la recherche d’une adhérence maximale à la limite peut faire ou défaire un Grand Prix.

Lance Stroll

Points de discussion

Lance Strol

« Nous nous rendons au Portugal avec le sentiment que nous progressons dans l’exploitation du potentiel de l’AMR21. Il y a une bataille passionnante au sein du peloton de milieu de peloton, et notre objectif est de rivaliser à l’avant – un autre week-end propre, et la perspective de plus de points, nous assurera de maintenir notre élan. »

Sebastian Vettel

« Je pense que Portimão est un bon endroit pour viser un week-end propre – le circuit est un autodrome à grande vitesse ; très lisse, et avec beaucoup de pente. C’est amusant à conduire, et je pense que ce sera un bon endroit pour mieux appréhender les limites de l’AMR21. Je sais que je dois encore tirer le maximum de la voiture – mais le fait que nous comprenions cela est une autre bonne raison de continuer à pousser. »

Sébastian Vettel

Le week-end de course, simplifié par Cognizant

Avec un tracé en dents de scie et des données limitées sur lesquelles s’appuyer, le Grand Prix du Portugal promet d’être à la fois mouvementé et imprévisible. Nos ingénieurs en stratégie ont analysé les données historiques et les performances plus récentes des voitures afin de prédire les facteurs clés qui pourraient déterminer le résultat dimanche – présentés ici en partenariat avec notre partenaire titre Cognizant.

Dépassements : C’est généralement l’un des circuits les plus faciles du calendrier pour les dépassements, en particulier dans la longue descente vers le premier virage. En fait, 49 des 55 dépassements (89%) effectués lors du Grand Prix de l’année dernière ont eu lieu au premier virage.

DRS : Il joue un rôle vital ici, mais des changements ont été apportés pour la course de cette année. La zone DRS de la ligne de départ/arrivée est réduite de 165m, ce qui pourrait avoir un impact sur les dépassements dans le premier virage. Mais une zone secondaire a été ajoutée sur la ligne droite entre les virages quatre et cinq, ce dernier virage étant déjà un point chaud pour les dépassements.

Run-off : Portimão est à l’opposé d’Imola en ce qui concerne les limites de la piste – il y a de grandes étendues de run-off. Si Imola est particulièrement punitif, Portimão l’est aussi – sauf que ce sont les commissaires qui ont tendance à être occupés. En 2020, 194 tours ont été supprimés pour des infractions, contre 63 à Imola la dernière fois.

Bien qu’il n’y ait pas eu de voitures de sécurité lors de la course de l’année dernière, il y a eu trois drapeaux rouges lors des essais et la surface à faible adhérence a créé un départ surprenant pour le Grand Prix, les pilotes luttant pour la traction à partir de la ligne. Attendez-vous à des incidents !

La stratégie : Il est probable que la course se déroule en un seul arrêt en raison de la faible dégradation des pneus. L’année dernière, la plupart des pilotes ont choisi de ne s’arrêter qu’une seule fois – les seules exceptions étant ceux qui étaient affectés par un problème ou frappés d’une pénalité. Pirelli apporte ses pneus C1, C2 et C3 ce week-end, la gamme la plus dure disponible.

Déverrouiller le tour – avec SentinelOne

Un tour de Portimão demande de l’engagement, qu’il s’agisse d’aborder des crêtes aveugles à grande vitesse, de trouver les limites dans les longs virages ou d’atteindre la vitesse maximale dans les longues lignes droites.

Notre partenaire officiel en matière de cybersécurité, SentinelOne, présente les faits et statistiques techniques clés qui se cachent derrière un seul tour de piste.

La plus grande partie de la ligne de départ/arrivée de 969 mètres ouvre le tour de Portimão, avec des pilotes transportant une vitesse significative dans un virage droit délicat, en forme de bol, au premier virage. Avec beaucoup d’opportunités d’aspiration, c’est l’endroit clé pour doubler – mais aussi très facile de rouler large et de recevoir un avertissement des commissaires.

Il est facile de suivre le virage à plat du deuxième virage en prenant le large dans le troisième virage, Lagos. C’est le virage le plus lent du circuit – et il est inhabituellement large pour un arrêt aussi important. Les deuxième et troisième secteurs, serrés et techniques, signifient que la plupart des batailles sont généralement résolues au cinquième virage.

Portimão est remarquable pour ses piqués et ses plongeons. En moyenne, les pistes présentent des changements de pente d’environ 8 % – la pente la plus raide à Portimão est une descente de 16 %, avec la piste qui descend abruptement entre les virages huit et neuf et 11 et 12.

Le virage de Sagres (virage 14) nécessite une entrée tardive suivie d’une sortie large, ce qui est essentiel pour les pilotes qui s’engagent dans le dernier virage, Galp. Ce virage commence en aveugle, mais les pilotes peuvent prendre de la vitesse dans l’apex jusqu’à la ligne d’arrivée. Il faut aussi de la précision pour exceller ici sur un tour intérieur – avec l’entrée aux stands placée dans un angle délicat.

Attendez-vous à des vitesses de pointe de plus de 352 km/h sur la ligne droite principale.

En chiffres :

Nombre de tours 66

Longueur du tour 4,653 km

Nombre de virages 15

Distance de la course 306,826 km

Record du tour 1:18.750 (Lewis Hamilton, 2020)

Record du tour de qualification 1:16.652 (Lewis Hamilton, 2020)

Téléchargement des données :

0,5 : Le nombre de points qui a décidé du championnat du monde de Formule 1 de 1984 en faveur de Niki Lauda, malgré la victoire d’Alain Prost au Grand Prix du Portugal.

4 : Portimão est le quatrième site du Grand Prix du Portugal à accueillir une course du championnat du monde après Boavista, Monsanto et Est.

7 : Le nombre de mois qu’il a fallu pour construire le circuit international d’Algarve, qui a ouvert ses portes en 2008.

32 : c’est le nombre de configurations du circuit international d’Algarve, qui comprend des conceptions sur mesure pour les courses de voitures et de motos dans toute une gamme de vitesses.

92 : Lewis Hamilton a remporté sa 92e victoire en Grand Prix lors du Grand Prix du Portugal 2020, battant ainsi le record de Michael Schumacher pour le plus grand nombre de victoires en Championnat du monde. 

GP du Portugal par Williams

Le Grand Prix du Portugal 2021 débute ce week-end sur le circuit international de l’Algarve à Portimão. Ce circuit techniquement difficile et ultra-rapide revient au calendrier de cette année pour sa deuxième épreuve du championnat du monde de Formule 1 seulement, après avoir rejoint le programme au milieu de la saison 2020 remaniée.

Le changement d’élévation est la clé de ce tour de 4,6 km, avec des montagnes russes de montées aveugles et de descentes rapides à affronter, suivies d’une zone DRS unique et longue située le long de la ligne droite des stands.

Dave Robson, responsable des performances des véhicules : Le résultat à Imola a été décevant et a demandé un gros effort à l’usine pour récupérer notre stock de pièces. Heureusement, il y avait aussi beaucoup de bonnes choses dans ce week-end et nous sommes maintenant au Portugal, impatients de poursuivre les progrès réalisés la dernière fois.

Portimão est un excellent circuit, rapide et fluide avec beaucoup de dénivelés. Le dernier virage étant très rapide, la ligne droite est longue et rapide, surtout avec le DRS. Le circuit avait été récemment resurfacé lorsque nous étions ici l’année dernière et cela a rendu les conditions difficiles pour les pneus. Pirelli a apporté les mêmes composés que l’année dernière – les plus durs de leur gamme – mais la maturation du tarmac devrait améliorer la performance globale.

L’année dernière, nous avons eu un week-end assez réussi et les deux pilotes ont apprécié le défi du circuit. Nous espérons que la FW43B fonctionnera bien ici, nous permettant de construire sur la performance que nous avons montré à Imola. Nous avons beaucoup de travail à faire vendredi, en nous concentrant principalement sur les pneus, mais nous sommes impatients de relever le défi.

George Russell : J’aime Portimão parce que le circuit est très fluide et ondulé. Les types de virages vous permettent aussi de faire des lignes très différentes car ils sont assez larges à l’entrée, il n’y a pas une ligne spécifique à suivre pour passer le virage le plus vite. Cela aide vraiment à la course, car à presque chaque virage vous pouvez prendre une ligne différente pour sortir de l’air sale. Vous arrivez dans certains virages à plat et à l’aveugle, sans pouvoir voir ce qui se trouve 200 mètres devant vous, mais je pense que c’est ce qui ajoute au plaisir du circuit. C’est un endroit fantastique et j’ai hâte d’y courir à nouveau.

George Russell (GBR) Williams Racing FW43B.

Nicholas Latifi : Chaque fois que vous avez eu une mauvaise course, cela vous donne plus d’excitation et de motivation pour la prochaine. Cela nous donne une chance de réinitialiser et de repartir à zéro, et c’est ce que je cherche à faire en allant à Portimão. C’est un circuit qui, peut-être sur le papier, ne convient pas à notre voiture aussi bien qu’à Imola, et nous avons eu un peu de mal au Portugal l’année dernière. Cependant, je sens que nous avons amélioré la voiture dans certains domaines, ce qui était évident à Imola, donc je suis curieux et optimiste de voir comment nous allons nous en sortir cette fois-ci. Par-dessus tout, j’espère simplement une course propre.

Nicholas Latifi (CDN) Williams Racing FW43B.

Horaires du GP du Portugal (heure du Portugal)

Vendredi 30 avril :

F1 – Essais libres 1 à 12h30 – 12h30

F1 – Essais libres 2 à 16h – 17h

Samedi 1er mai :

F1 – Essais libres 3 à 13h – 14h

F1 – Qualifications à 15h – 16h

Dimanche 2 mai :

F1 – Le Grand Prix du Portugal à 15h

 

English Information

WHY WE’VE CHOSEN THE TYRES

After two races with the same tyre nomination from the middle of the range (C2, C3, and C4) round three in Portugal introduces the hardest C1 compound as the P Zero White hard, while the C2 is the P Zero Yellow medium and the C3 is the P Zero Red soft. The same tyre nomination was made in 2020 and these tyres have been chosen to match the demanding characteristics of the Portimao circuit, which is back on the calendar at reasonably short notice this year after making its Formula 1 debut last October.

Last year, there was a specific tyre allocation for Portugal (and Turkey) with an extra set of hard tyres and one less set of softs. This year, Portugal reverts to the standard allocation used all season: eight softs, three mediums and two hards.

Weather conditions could well be quite warm at this time of year in the Algarve, with ambient temperatures in excess of 20 degrees centigrade not unusual, especially inland where the circuit is located. Last year the race was run in cool conditions and with occasional light rain.

TRACK CHARACTERISTICS

Although it was only inaugurated in 2008, Portimao feels a bit like an old-school track, with plenty of elevation changes and an unforgiving layout. The track is quite wide though, which makes several different lines possible and also helps overtaking.

It’s quite a varied circuit, with several different types of corner – as well as a long straight – that provide a good all-round test of a car’s abilities, placing both lateral and longitudinal demands on the tyres, with heavy braking. Although it only made its race debut last year, it has been used for F1 testing in the past.

One of the most demanding turns is Portimao corner: a double apex right-hander that is similar to Acque Minerali at the previous grand prix in Imola. The majority of the corners are blind in Portimao, adding to the challenge.

The surface was brand new for the race last year and it delivered surprisingly little grip. This year, the asphalt may have matured, providing more grip.

The 2020 race was won with a one-stop medium-hard strategy, giving Lewis Hamilton a record-breaking 92nd career win. Tyre wear and degradation was sufficiently low to allow Esteban Ocon to complete 53 laps on the medium tyre.

MARIO ISOLA – HEAD OF F1 AND CAR RACING

« Tyre management – and getting the harder compounds into their working windows – was an important theme of the Portimao race last year, for a number of reasons. But this year, with the possibility of different weather conditions and a track surface that might have evolved, it could be another challenge entirely. The new tyre construction has performed well during the first two races of 2021 and now the hardest compound in the range makes its debut. This range has been selected to cope with the unique demands that this circuit puts through the tyre, exacerbated in the event of warmer weather. Last year all three compounds were used during the race, with a variety of strategies and usage. Conditions were cool and windy, with occasional light rain, while track conditions changed throughout the weekend. The new surface was the key factor determining low grip while in terms of tyre performance, warm-up and graining were two other relevant factors. »

2021 PORTUGUESE & SPANISH GRANDS PRIXVIEW ALPHATAURI

Pierre Gasly : “Looking back at the last round in Imola, there are some positives to take away from what was a disappointing weekend in terms of the result. We were in the top ten for all free practice sessions and were again in the top five in Qualifying – three and a half tenths off the pole time – which must be one of the best Qualifying times for the team. Seventh in the race is still a good result, even if we know we should have done better. We’ll discuss it as a team and see how we can make sure it doesn’t happen again.

Last year I had a good race in Portimao, finishing fifth. It’s a really unique circuit with all the gradient changes, going up and down like a rollercoaster. It’s fun driving there and very different to what we’re used to – as a low grip track, the car slides a lot and it’s not easy to get the tyres up to temperature. We will be running the C1 hard tyres and last year, especially in FP1 they were very hard to warm up, but this time we have a bit more knowledge and experience and the weather will certainly be warmer this year.  So, we will face a different challenge to the ones from the first two races.

After two races, we are now used to only having an hour for each free practice session. It hasn’t changed our work programme, but it does mean the track is busier with more cars out at the same time, so there is a bit more action and you spend less time waiting in the garage. I quite like it, as the sessions are more intense.

Moving on to Spain, it will be the first time that we won’t be comparing how the car has evolved since winter testing there. It’s not a bad track, even if we know that on Sunday, it’s not the easiest for overtaking. It means that Qualifying is very important and so far, we have managed to have a couple of very good Saturday afternoons, which is encouraging. We must concentrate on trying to ensure our Sundays are better. The track layout has changed at the hairpin, so it will be interesting to see what effect that has on the lap. What we have seen, is that the car has worked well at the first races and they always say that Barcelona provides a good test of what your car is really like. As it will be the fourth race of the season, we will already have a better idea of how it performs at various types of tracks and where we stand compared to the other teams. The key now is to ensure we capitalise on our good Qualis to chase a bigger points score.”

Yuki Tsunoda : “I learned a lot of lessons in Imola. It was quite the opposite to Bahrain which had gone well. I had very high expectations for Imola and so had the team. Everything had gone smoothly in free practice but then I made a huge mistake in Qualifying, which meant I had a very tough race. I had not had a bad crash for two years, so this was a lesson which I can learn from going into the next races. The race was also the first time I had driven a Formula 1 car in the wet and using the intermediate tyres was really tricky, so I had to build up my speed gradually. But we have a car that has been competitive at the first two tracks, capable of running in the top six.

The track in Portugal is new to me. I don’t know what to expect, although I have done a couple of sessions driving Portimao on the simulator and I’ve watched last year’s Grand Prix. It is a beautiful circuit with interesting corners like Turn 1 and the off-camber Turn 13 which looks quite unique, as well as so many up and down sections and blind corners.  I think it could be tricky for track limits, but I will build up my pace gradually. It will be a completely different situation to the previous two rounds, as I had already driven a lot in Bahrain and Imola before the race weekend. During free practice I hope to complete a significant number of laps to adapt to the track as soon as possible and hopefully be well prepared for Qualifying.

After Portugal, next stop is Spain. Last year, I finished fourth in both Formula 2 races in Barcelona. Tyre management is one of the most important factors at this track, even in Qualifying, because you don’t want to kill the tyres in Sector 1 and then not have the tyres for Sector 3 to get a good lap time. I like this track, so I am looking forward to driving it for the first time in a Formula 1 car. I know it well, so I am pretty confident that I can drive fast right from FP1.”

2021 Portuguese Grand Prix and Spanish Grand Prix, Preview ALFA ROMEO

Iberian back-to-back

Hinwil, 27 April 2021 – Back-to-back races are a double-edged sword: on the one hand, they’re a challenge for any team, which is tasked with managing the logistical, mental and physical burdens of two race events within two weeks; on the other, it’s an exciting, adrenaline-filled time in which the focus on the job at hand is total and one is given two chances to get things right, an immediate opportunity to set things right.

This is even more so when you’re approaching a race with the burning desire to right some wrongs: after the first two races of the season, where we did not score the points our performances probably deserved, we head to Portugal first and then Spain determined to get our tally off the mark.

Confidence is high within the team, which is unshaken by the bad luck of the opening races. The swings of fortune are bound to favour us soon, and with them should come the just rewards for our improved form. In the meantime, hard work and commitment remain unwavering. We head to Iberia with quiet confidence, ready to put up a fight to bring home the results we deserve.

As they said it

Frédéric Vasseur, Team Principal of Alfa Romeo Racing ORLEN and CEO Sauber Motorsport : “We approach this back to back with the confidence of being able to have a good performance and the determination to make up for the circumstances that prevented us from scoring in the first two outings of the season. We know we could have, and should have, had two cars in the points on merit last time out, but that is no consolation as the final result is all that matters. It is now time to turn performance into points: we know we need a spotless weekend to edge out the other teams in the midfield and we are determined to do just that.”

Kimi Räikkönen (Car #7) : “Two more races mean two more chances to have a good result – something we went really close to in the opening events of the season. We are not miles off, we are right in the middle of this scrap and we can fight with anyone in the midfield if we do our job properly and we have a little luck, which we missed so far this season. Last year I had a fun first lap in Portugal, but it’s not going to be on my mind: in the end, it doesn’t really matter how you start a race, but where you finish it and we need to finish it in the top ten to achieve our objective.”

Antonio Giovinazzi (Car #99): “I can’t wait to be back in the car for the races in Portugal and Spain. I feel we definitely haven’t reaped what we deserved in the first two rounds: we have been terribly unlucky, especially in Imola where we would have been on course for ninth or tenth if it hadn’t been for a tear-off stuck in a brake. We need to take the positives of those performances and use them as a spur to go one better in the next races: we know we are in a very close fight and we know we can come home with some really good results if things go our way.”

Callum Ilott joins Alfa Romeo Racing ORLEN as Reserve Driver for 2021

Hinwil, 27th April 2021 – Alfa Romeo Racing ORLEN will welcome one of motorsport’s rising stars to its ranks as Callum Ilott joins the team as second Reserve Driver for the 2021 season.

Ilott, 22, joins a team he knows well, following a first testing appearance in 2019 and a more recent outing at the 2020 post-season test in Abu Dhabi. Fresh from a season that saw him finish runner-up in the FIA Formula 2 championship with three wins and six podiums to his name, the Ferrari Driver Academy inductee has built a reputation as a quick, consistent and hard-working driver – an attitude and a skillset that greatly impressed the Alfa Romeo Racing ORLEN personnel in his first two outings with the team.

The young Englishman will share reserve driver duties with Robert Kubica in events during which the Pole is unavailable due to his racing and testing commitments in other motorsport categories. He will also take part in a number of FP1 sessions throughout the season, starting this Friday at the Portuguese Grand Prix, further enhancing his growing Formula One experience.

Frédéric Vasseur, Team Principal Alfa Romeo Racing ORLEN and CEO Sauber Motorsport AG: “I am delighted to welcome Callum to our team: his journey through the junior series has been an impressive one and he is without doubt one of the most talented young drivers coming through the ranks. He has worked with us before, each time leaving a lasting impression thanks to his work ethic and good feedback, and I have no doubt he will be a very positive addition to Robert Kubica, who will be unavailable on various occasions due to his other racing programmes. Callum will have a busy programme and we can’t wait to see him on track again this weekend.”

Callum Ilott, Reserve Driver Alfa Romeo Racing ORLEN: “I am really happy to be joining the team for this season and I’d like to thank Alfa Romeo Racing ORLEN and the Ferrari Driver Academy for the trust they have put in me. The two sessions I had with the team in the last two years have been extremely useful in getting me accustomed to the way a Formula One team works and I am confident I can hit the ground running in my new role as one of the reserve drivers at Alfa Romeo Racing ORLEN. I can’t wait to be in the car and help the team continue its progress.”

2021 FORMULA 1 HEINEKEN PORTUGUESE GRAND PRIX PREVIEW WILLIAMS

Alpine F1 Team previews the third race weekend of the 2021 FIA Formula 1 World Championship, the Heineken Portuguese Grand Prix.

Drivers Esteban Ocon and Fernando Alonso and Racing Director Davide Brivio share their thoughts ahead of the third race of the season.

Esteban Ocon: « I’d say Portimão is one of the most enjoyable circuits to drive. It flows really well and has some really fun corner combinations. Last year, when we were there for the first time, a lot of people compared it to a rollercoaster because of all the elevation changes and quick turns we make. I was very happy when Portugal was announced on the calendar. The venue is fantastic in the Algarve, the weather should be warm, so I’m looking forward to it. »

Fernando Alonso: « It will be a totally different challenge this weekend in Portimão compared to Bahrain and Imola. The circuit is very fun to drive and I think in these modern Formula 1 cars it will be very exciting, especially with the huge elevation changes. I’ve only tested here before in very wet conditions, so it will be a bit of a learning curve to begin with, but I love new challenges. We want to score more points this weekend. »

Davide Brivio: « I think it’s quite a unique circuit and there’s a reason why everyone calls it a rollercoaster! It’s quite up and down throughout, which makes it very special. The weather is likely to be different to what we had there last October, so that’s something we’ll keep an eye on. The track surface might have some improvements with the higher air temperature and better, overall grip levels, and that will be interesting to find out. It’s a new circuit for Fernando to learn, while for Esteban, he’ll aim to carry on his experience from last year. We’re looking at trying to improve our performance from Imola and also improve our performance from last year at this track. »

2021 Portuguese Grand Prix Race Preview, Presented by Cognizant

After a last-minute call up in 2020, Formula One returns to Portugal this weekend as it takes on the rollercoaster Algarve International Circuit. With high-speed corners taken blind, daunting crests and dips, and a challenging track surface, this is an all-out lap where the search for maximum grip on the limit can make or break a Grand Prix.

Talking Points

Lance Strol

“We head to Portugal feeling positive that we’re making progress in unlocking the full potential of the AMR21. There’s an exciting battle within the midfield pack, and our aim is to compete at the front of it – another clean weekend, and the prospect of more points, will ensure we maintain our momentum.”

Sebastian Vettel

“I think Portimão is a good place to aim for a clean weekend – the circuit is a high-speed autodrome; very smooth, and with plenty of gradient. It’s fun to drive, and I think it’ll be a good place to get a better handle on the limits of the AMR21. I know I’m yet to get the maximum from the car – but the fact that we understand that is another good reason to keep pushing.”

Race Weekend, Streamlined by Cognizant

With a rollercoaster layout and limited data to pull upon, the Portuguese Grand Prix promises to be both eventful and unpredictable. Our strategy engineers have analysed historic data and more recent car performance to predict the key factors that could determine the result on Sunday – presented here in partnership with our Title Partner Cognizant.

Overtaking: Usually one of the easiest circuits on the calendar for overtaking, particularly on the long run down to Turn One. In fact, 49 of the 55 overtakes (89%) made in last year’s Grand Prix came at the opening corner.

DRS: It plays a vital role here, but changes have been made for this year’s race. The start/finish line’s DRS zone is reduced by 165m, which could impact passing into Turn One. But a secondary zone has been added on the straight between Turns Four and Turn Five, with the latter corner already a hotspot for overtaking.

Run-off: Portimão is the opposite of Imola when it comes to track limits – it has sweeping expanses of smooth run-off. While Imola is particularly punishing, so is Portimão – except it’s the stewards who tend to be kept busy. In 2020, 194 laps were deleted for infringements – that compares to 63 in Imola last time out.

While there were no Safety Cars in last year’s race, there were three red flags in practice and the low-grip surface created a surprising start to the Grand Prix as drivers struggled for traction away from the line. Expect incidents !

Strategy: It’s likely to be a uniform one-stopper due to low tyre degradation. Last year, most drivers chose to pit just once – the only exceptions being those affected by an issue or hit with a penalty. Pirelli is bringing its C1, C2 and C3 tyres this weekend, the hardest range available.

Unlocking the Lap – with SentinelOne

A lap of Portimão requires commitment, whether it’s approaching high-speed blind crests, finding the limits in long-sweeping corners, or carrying maximum speeds into the long straights.

Our official Cyber Security Partner SentinelOne presents the key technical facts and stats behind a single lap of the track.

The majority of the 969m start/finish line opens the lap at Portimão, with drivers carrying significant speed into a tricky, bowl-shaped right-hander at Turn One. With plenty of opportunity for slipstreaming, it’s the key place to overtake – but also very easy to run wide and pick up a stewards’ warning.

It’s simple to follow Turn Two’s flat-out kink by going wide into Turn Three, Lagos. It’s the slowest corner on the track – and is unusually wide for such a big stop. The tight and technical second and third sectors mean most battles are usually resolved by Turn Five.

Portimão is notable for its swoops and dives. On average, tracks feature gradient changes of around 8 per cent – the steepest gradient at Portimão is a 16 per cent downhill slope, with the track sweeping steeply downhill between Turns Eight and Nine and 11 and 12.

Sagres corner (Turn 14) requires a late turn-in followed by a wide exit is key as drivers sweep into the final corner, Galp. This turn starts off blind, but drivers can gather speed through the apex all the way through to the finish line. It also takes precision to excel here on an in-lap – with the pit entry placed at a tricky angle.

Expect top speeds of over 352km/h (219mph) on the main straight.

In Numbers

Number of laps           66

Lap length       4.653km

Number of corners     15

Race distance 306.826km

Lap record      1:18.750 (Lewis Hamilton, 2020)

Qualifying lap record  1:16.652 (Lewis Hamilton, 2020)

Data Download

0.5: The number of points that decided the 1984 Formula One World Championship in favour of Niki Lauda, despite Alain Prost’s victory in the Portuguese Grand Prix.

4: Portimão is the fourth Portuguese Grand Prix venue to host a World Championship race after Boavista, Monsanto and Estoril.

7: The number of months it took to build the Algarve International Circuit, which opened in 2008.

32: The number of circuit configurations at the Algarve International Circuit, which includes bespoke designs for both car and bike racing across a spectrum of speed ranges.

92: Lewis Hamilton took his 92nd Grand Prix win in the 2020 Portuguese Grand Prix, breaking Michael Schumacher’s long-held record for the most amount of World Championship wins.

PORTUGUESE GRAND PRIX PREVIEW

30 APRIL – 2 MAY 2021

AUTODROMO INTERNACIONAL DO ALGARVE

ROUND 3

The 2021 Portuguese Grand Prix gets underway this weekend at the Algarve International Circuit in Portimão. The technically challenging and super-fast track returns to this year’s calendar for only its second Formula One World Championship event, having joined the schedule amidst the reshuffled 2020 season.

Elevation change is key to the 4.6km lap, with a rollercoaster-ride of blind swooping climbs and swift plunges to contend with, followed by a singular, lengthy DRS zone situated along the pit straight.

Dave Robson, Head of Vehicle Performance: The result in Imola was disappointing and has required a big effort from the factory to recover our stock of parts. Fortunately, there were a lot of good things from the weekend too and we are now in Portugal looking forward to building on the progress made last time out.

Portimão is an excellent circuit, fast and flowing with a lot of elevation change. With the final corner being very quick, the straight is long and fast, especially with DRS. The circuit had been recently resurfaced when we were here last year and that made conditions difficult for the tyres. Pirelli have brought the same compounds as last year – the hardest of their range – but the maturing of the tarmac should improve the overall performance.

Last year we had a reasonably successful weekend and both drivers enjoyed the challenge of the circuit. We hope that the FW43B will work well here, allowing us to build on the performance that we showed in Imola. We have plenty of work to get through on Friday, primarily focussing on the tyres, but we are looking forward to the challenge.

George Russell: I love Portimão because the circuit is very flowing and undulating. The corner types also allow you to do very different lines as they’re quite wide on the entries, there’s not one specific line to drive to go around the corner fastest. That really helps for racing as at almost every corner you can take a different line to get out of the dirty air. You arrive through some corners flat out and blind, not being able to see what is 200 metres ahead, but I think that’s what adds to the thrill of the circuit. It’s a fantastic place and I can’t wait to go racing there again.

Nicholas Latifi: Whenever you’ve had a bad race it gives you more excitement and motivation going into the next one. It gives us a chance to reset and start fresh, which is what I’m looking to do as we head to Portimão. This is a track that, maybe on paper, doesn’t suit our car as well as Imola, and it was a bit of a struggle in Portugal last year. However, I do feel that we’ve improved the car in certain areas, which was evident in Imola, so I’m curious and optimistic to see how we’ll fair this time around. Above all else I’m just hoping for a clean race.