ELMS, G-Drive Racing remporte les 4h du Paul Ricard

Posted by

L’Aurus 01-Gibson n°26 de G-Drive Racing a signé une victoire méritée aux 4 Heures du Castellet, qui est aussi la première de la saison pour l’équipe russe, en même temps que la première sur le Circuit Paul Ricard.

#26 Aurus 01 – Gibson / G-DRIVE RACING / Roman Rusinov / Franco Colapinto / Nyck de Vries, P1

Roman Rusinov, Franco Colapinto et Nyck de Vries ont dû batailler dur pour ce succès, de Vries a reçu le drapeau à damier avec seulement 6’’3 secondes d’avance sur l’Oreca n°22 de Tom Gamble (United Autosports).

#26 Aurus 01 – Gibson / G-DRIVE RACING / Roman Rusinov / Franco Colapinto / Nyck de Vries, première victoire de la saison

La victoire en LMP2 Pro-Am est revenu à l’Oreca n°34 de Racing Team Turkey, avec sur la ligne d’arrivée la sixième place du général pour Harry Tincknell.

#22 Oreca 07 – Gibson / UNITED AUTOSPORTS / Phil Hanson / Jonathan Aberdein / Tom Gamble, P2

Grâce à la performance de Nyck de Vries en qualifications le samedi après-midi, Roman Rusinov s’élance en tête du plateau. Le Russe doit défendre cette position face à l’Oreca n°22 de Phil Hanson (United Autosports), ce qui permet à l’Oreca n°41 de Yifei Ye (Orlen Team WRT) de prendre la tête.

Au volant de l’Oreca n°28 d’Idec Sport, Paul Lafargue réussit un bon départ, passant de la sixième à la troisième position devant l’Oreca n°37 d’Antonin Borga (Cool Racing).

#32 Oreca 07 – Gibson / UNITED AUTOSPORTS / Job Van Uitert / Nicolas Jamin / Manuel Maldonado, P3

Dans les trente première minutes de course, l’Oreca n°41 creuse un écart de dix secondes sur l’Aurus n°26, et Rusinov fait de même sur Hanson. Ce dernier est serré de près par les poursuivants du groupe de tête Paul Lafargue, Antonin Borga, ainsi que Will Stevens sur l’Oreca n°65 de Panis Racing.

Parti du fond de grille au volant de l’Aurus n°25 de G-Drive Racing, Roberto Merhi remonte en une demi-heure jusqu’en neuvième position.

#30 Oreca 07 – Gibson / DUQUEINE TEAM / Tristan Gommendy / Rene Binder / Memo Rojas, P4

Au 21e tour, Borga passe Lafargue pour le gain de la quatrième position, puis c’est au tour de Stevens de réussir la même manœuvre sur l’Oreca n°28 pour la cinquième place.

Race Start

Au 22e passage, une neutralisation Full Couse Yellow est instaurée lorsque la Ligier n°18, arrêtée sur la piste, doit être évacuée. Cinq minutes plus tard, les feux verts relancent la course non sans que la plupart des leaders en ait profité pour s’arrêter au stand, certains d’entre eux opérant même un changement de pilote.

#41 Oreca 07 – Gibson / TEAM WRT / Louis Deletraz / Robert Kubica / Yifei Ye, P5

Yifei Ye reste au volant de l’Oreca n°41 et compte dix secondes d’avance sur l’Aurus n°26, maintenant pilotée par Franco Colapinto.

Au bout d’une heure, le Safety Car est déployé à la suite de l’arrêt sur la piste de la Ligier n°13 d’Inter Europol Competition, victime d’un contact avec la Ferrari n°60 d’Iron Lynx.

Le Safety Car reste en piste pendant quatorze minutes, avant que la course ne soit relancée.

La salve suivante d’arrêts au stand voit l’Oreca n°22, aux mains de Jonathan Aberdein, s’installer en tête lorsque les leaders s’arrêtent. Le Sud-Africain reste encore en piste pendant dix minutes avant de stopper à son tour et de passer le volant à Tom Gamble.

L’Aurus n°26 perd un peu de temps au stand et quelques positions sur la tête de course.

Robert Kubica est maintenant en tête sur l’Oreca n°41, devant l’Oreca n°30 de Rene Binder (Duqueine Team) et Julien Canal sur l’Oreca n°65. Nico Jamin et Tom Gamble sont respectivement quatrième et cinquième sur les Oreca n°32 et 22 de United Autosports.

Ces positions restent figées lors des vingt minutes qui suivent, lorsque Gamble remonte en troisième position puis en tête à la faveur des arrêts au stand suivants.

Gamble est leader devant l’Oreca n°32 de Job van Uitert et l’Aurus n°26 de Nyck de Vries, qui ressortent des stands l’une derrière l’autre, précédant l’Oreca n°41 de Louis Deletraz.

Quand Tom Gamble s’arrête, van Uitert passe en tête mais est rattrapé par de Vries. Les deux Néerlandais sont à la lutte plusieurs tours durant, mais van Uitert ne parvient pas à retenir très longtemps de Vries, qui s’installe au commandement.

Deletraz doit observer cinq secondes d’arrêt supplémentaires lors de son passage suivant au stand. L’équipe leader du classement général rétrograde alors en cinquième position.

Sur l’Oreca n°34 de Racing Team Turkey, Charlie Eastwood progresse dans la hiérarchie. A cinquante minutes de l’arrivée, il prend le meilleur sur l’Oreca n°37 de Cool Racing pour la tête du classement Pro-Am (sixième du général). Harry Tincknell le relaie au volant et conserve jusqu’au drapeau à damier cette position synonyme de victoire en Pro-Am.

#65 Oreca 07 – Gibson / PANIS RACING / Julien Canal / William Stevens / James Allen, P8

A 45 minutes de l’arrivée, un deuxième Full Course Yellow est instauré à la suite d’un incendie sur la Ligier n°20 de Team Virage. De Vries et Gamble en profitent pour passer au stand. De Vries en ressort avec 0’’9 d’avance sur Gamble. S’ensuit alors une bataille entre les deux voitures pour la tête de course.

De Vries parvient à distancer Gamble et reçoit finalement le drapeau à damier avec 6’’3 secondes de marge. Troisième, Job van Uitert franchit la ligne d’arrivée à 14 secondes de son compagnon d’écurie, offrant ainsi un deuxième podium à United Autosports sur cette course. Duqueine Team termine quatrième devant Orlen Team WRT, qui complète ce top 5.

Avant de se rendre à Monza, Robert Kubica, Yifei Ye et Louis Deletraz restent leaders du classement général avec 60 points, mais ne comptent que trois unités d’avance sur Roman Rusinov, Franco Colapinto et Nyck de Vries, le trio de l’Aurus 01 n°26 de G-Drive Racing.

#26 Aurus 01 – Gibson / G-DRIVE RACING / Roman Rusinov / Franco Colapinto / Nyck de Vries

Quatrième manche de l’European Le Mans Series 2021, les 4 Heures de Monza auront lieu le dimanche 11 juillet.

Race HighLights

Les classements ici

LMP3, DKR Engineering inaugure son palmarès en ELMS

La victoire LMP3 est revenue à la Duqueine-Nissan n°4 de DKR Engineering, partie depuis la pole position.

#4 Duqueine M30 – D08 – Nissan / DKR ENGINEERING / Laurents Horr / Jean-Philippe Dayraut, P1

Champion en titre de la catégorie en Michelin Le Mans Cup, Laurents Hörr s’est imposé avec 24’’2 secondes d’avance sur la Ligier n°19 de Matt Bell (Cool Racing), leader du classement général. Rejoint sur la plus haute marche du podium par son coéquipier Jean-Philippe Dayraut, l’Allemand offre à DKR Engineering sa première victoire LMP3 en ELMS.

Au départ, Jean-Philippe Dayraut emmène le plateau LMP3 mais est doublé lors du premier tour par la Ligier n°2 du champion en titre Rob Wheldon (United Autosports) et la Ligier n°8 d’Eric Trouillet (Graff).

#2 Ligier JS P320 – Nissan / UNITED AUTOSPORTS / Wayne Boyd / Robert Wheldon / Edouard Cauhaupe, P3

Dayraut reste dans le rythme de Trouillet et prend le meilleur sur la Ligier Graff au sixième tour. Il se lance alors à la poursuite de Wheldon, qui compte neuf secondes d’avance.

Wheldon parvient à augmenter cet écart, tandis que Martin Hippe et la Ligier n°13 d’Inter Europol Competition s’installent en troisième position, juste derrière la Duqueine.

Une neutralisation Full Course Yellow est instaurée lorsque la Ligier d’Alessandro Bressan (1Aim Villorba Corse) est arrêtée sur la piste. Dayraut peut ainsi effectuer un arrêt anticipé pour passer une première fois le volant à Laurents Hörr.

#8 Ligier JS P320 – Nissan / GRAFF / Eric Trouillet / Sebastien Page / David Droux, P7

A la relance, Wheldon est solidement installé en tête avec une avance de 34 secondes qu’il continue d’augmenter.

La Ligier n°2 est sur le point de s’arrêter quand le Safety Car est déployé, afin d’évacuer la Ligier n°13 arrêtée sur la piste. Au bord de la panne sèche, Wheldon doit s’arrêter en urgence sous Safety Car. Mais il doit rester en attente au feu rouge de la sortie de la voie des stands, alors que tout le reste du plateau passe en piste. Il doit effectuer son arrêt complet au stand quand la course est relancée, après trois tours derrière le Safety Car.

A la relance, Laurents Hörr est en tête devant la Ligier n°14 de Mattia Pasini (Inter Europol Competition) et la Ligier n°9 de Rory Penttinen (Graff).

Pendant les dix tours qui suivent, Hörr creuse un écart de vingt secondes, tandis que la Ligier n°19 de Niklas Kruetten remonte au classement. Ce dernier s’installe en deuxième position à 90 minutes de l’arrivée, en doublant la Ligier n°9 dans le dernier virage.

Les malheurs s’acharnent sur la Ligier n°9, qui perd une roue dans le virage 5 et rentre éclopée au stand sur trois roues.

Kruetten réduit l’écart sur la Duqueine n°4, dont Dayraut a repris le volant. Le Français parvient à conserver un avantage de cinq secondes avant d’être relayé une nouvelle fois par Laurents Hörr. Kruetten s’arrête également pour passer le volant à Matt Bell.

Un dernier Full Course Yellow est déclaré à 45 minutes du drapeau à damier lorsque la Ligier n°20 de Charles Crews (Team Virage) s’arrête hors-piste avec des flammes s’échappant du compartiment moteur. L’Américain a le réflexe immédiat de se saisir d’un extincteur en bord de piste pour maîtriser la situation avant que le véhicule d’intervention ne lui prête main forte pour éteindre cet incendie. Leur intervention rapide permet à la course de reprendre après seulement neuf minutes de Full Course Yellow.

Lorsque la course est relancée, Hörr se construit une confortable avance sur Bell, et les choses en resteront là jusqu’au drapeau à damier. Wayne Boyd assure quant à lui la troisième marche du podium pour la Ligier n°2 de United Autosports.

Leur deuxième place permet à Nicolas Maulini, Niklas Kruetten et Matt Bell, le trio de la Ligier n°19 de Cool Racing, de conserver la tête du classement général avec 68 points. Les duettistes de la Duqueine n°4 de DKR Engineering Laurents Hörr et Jean-Philippe Dayraut sont désormais deuxièmes avec 41 points.

LMGTE, Iron Lynx creuse l’écart au classement général

Le début de course a vu l’Aston Martin n°95 d’Ollie Hancock (TF Sport) donner le ton, mais la Ferrari n°80 d’Iron Lynx leader du classement général est bien revenue pour signer sa deuxième victoire.

#80 Ferrari F488 GTE EVO / IRON LYNX / Matteo Cressoni / Rino Mastronardi / Miguel Molina, P1. Pht. Ferrari

Miguel Molina a franchi la ligne d’arrivée avec 14 secondes d’avance sur la Ferrari n°55 de Matt Griffin (Spirit of Race).

L’Aston Martin n°95 de TF Sport emmène la catégorie dans le virage 1 mais se voit délogée par la Porsche n°77 de Christian Ried (Proton Competition). L’allemand est passé en tête en coupant deux virages pour éviter des accidents avec des LMP3 en perdition. Ried doit alors rendre la position dans la ligne droite du Mistral.

Sur la Ferrari n°55 de Spirit of Race, Duncan Cameron progresse rapidement dans la hiérarchie pendant le premier tour, grimpant de la huitième à la troisième place, puis à la deuxième au troisième passage lorsqu’il prend le meilleur sur Ried.

#55 Ferrari F488 GTE EVO / SPIRIT OF RACE / Duncan Cameron / Matthew Griffin / David Perel, P2.

Hancock creuse un gros écart, intercalant plusieurs LMP3 entre lui et le peloton des LMGTE emmené par Cameron.

Rino Mastronardi et sa Ferrari n°80 (Iron Lynx) gagnent eux aussi des positions, doublant au neuvième tour la Ferrari n°55 au virage 5 pour le gain de la deuxième place.

La Ferrari n°83 de Manuela Gostner (Iron Lynx) et la Porsche n°93 de Michael Fassbender (Proton Competition) sont à la lutte pour la sixième place.

#88 Ferrari F488 GTE EVO / AF CORSE / Francois Perrodo / Alessio Rovera / Emmanuel Collard, P3. Pht. Ferrari

La première neutralisation Full Course Yellow pendant la première heure de course dure cinq minutes, quand la Ligier n°18 (catégorie LMP3) est arrêtée sur la piste.

A la relance, Cooper MacNeil, sur la Porsche n°77, est à la lutte avec la Ferrari de Cameron pour la troisième place. Il faut quatre tours à l’Américain pour prendre l’avantage sur le Britannique.

En fin de première heure, le Safety Car est déployé pour évacuer la Ligier n°13 (catégorie LMP3). La course reprend ses droits quatorze minutes plus tard. Ollie Hancock est toujours leader mais avec un écart moindre, alors que Mastronardi est poursuivi par MacNeil.

#77 Porsche 911 RSR – 19 / PROTON COMPETITION / Christian Ried / Cooper MacNeil / Gianmaria Bruni, P4.

La bataille de début de course entre Manuela Gostner et Michael Fassbender s’achève sur une déconvenue pour les deux voitures. La Porsche tente une manœuvre audacieuse à l’intérieur, sur la Ferrari, mais une touchette envoie Gostner en tête-à-queue sur la trajectoire de Fassbender. En conséquence de ce choc plus sérieux, les deux voitures éclopées rentrent au stand. Suspension endommagée, la Ferrari est contrainte à l’abandon et la Porsche reprend la piste après une longue réparation. Fassbender reçoit un avertissement pour avoir causé cette collision.

L’Aston Martin n°95 s’arrête au stand et reprend la piste avec John Hartshorne à son volant, ce qui permet à la Ferrari de Rino Mastronardi de prendre la tête, tandis que la Porsche n°77 retrouve la deuxième place.

David Perel prend le volant de la Ferrari n°55 de Spirit of Race. Le Sud-Africain revient aux avant-postes, devant la Ferrari n°80 de Matteo Cressoni.

Cressoni reprend la tête quand Perel s’arrête au stand en stratégie décalée. La Ferrari n°88 d’Emmanuel Collard (AF Corse) est alors deuxième, tandis que Perel reprend la piste en troisième position.

La dernière heure de course voit une lutte à trois Ferrari. La 488 n°80 de Miguel Molina est rattrapée par la n°55 de Matt Griffin, mais l’Espagnol compte vingt secondes d’avance et Griffin ne lui reprend que quelques dixièmes au tour. Mais l’effort de la Ferrari n°55 est contrarié par une touchette avec une Oreca de United Autosports. Griffin parvient à repartir mais laisse échapper quelques secondes au profit de Molina.

Sous le drapeau à damier, Miguel Molina s’impose avec 14’’6 secondes d’avance sur Matt Griffin. La 488 n°88 d’Alessio Rovera est troisième à 17’’9 secondes de la n°55.

Matteo Cressoni, Rino Mastronardi et Miguel Molina se rendront à Monza avec 14 points d’avance sur David Perel, Duncan Cameron et Matt Griffin, qui en comptent 51.

Communiqué ELMS