Dakar, Etape 8, Al Attiyah, la quarantaine conquérante

Posted by

L’œil dans l’objectif

Pht. Eric Vargiolu/DPPI

La ville du futur n’a pas encore émergé des sables et des roches, mais la région de NEOM impressionne déjà par ses créations géologiques multimillénaires. Les canyons, les falaises et les montagnes rocheuses brunes parmi lesquels les pilotes ont slalomé pendant la seconde moitié de la spéciale valaient bien les difficultés de navigation auxquelles ils ont été confrontés en quittant Sakaka. Il a aussi fallu aborder en début des spéciales des portions pierreuses qui ont bien entamé les roues des motards, comme peuvent par exemple en témoigner Toby Price et Sam Sunderland. En autos, Sébastien Loeb y a lui aussi connu des déboires en perçant son dernier pneu. Les points de vue enchanteurs, ça se mérite ! Il sera contraint à l’abandon.

L’essentiel

#301 Al-Attiyah Nasser (qat), Baumel Matthieu (fra), Toyota, Toyota Gazoo Racing. Pht. Florent Gooden/DPPI

Il a tout d’un grand ! « Nacho » Cornejo avait pris hier la tête du classement général pour une petite seconde grâce à sa 2e place sur l’étape de Sakaka. Exposé à un rôle d’ouvreur alors qu’il a rapidement rejoint son coéquipier Brabec à l’avant de la course, le Chilien est parvenu à signer le meilleur temps et porter sa marge sur Toby Price à 1’05’’, le tout dans une deuxième partie d’étape marathon… et le jeune homme ne semble pas manquer de sérénité pour aborder les quatre derniers jours dans la position de leader.

#04 Cornejo Florimo Jose Ignacio (chl), Honda, Monster Energy Honda Team. Pht. Florent Gooden/DPPI

D’un autre côté, c’est bien de la maturité qui s’est exprimé chez Nasser Al Attiyah, qui a remporté sa 40e spéciale (voir stat du jour) pour se rapprocher légèrement et continuer d’exercer une pression constante sur Stéphane Peterhansel, qu’il talonne maintenant à 4’50’’. Jusqu’ici, le pilote du Buggy X-Raid ne manque pas de sang-froid et résiste aux assauts de son rival, mais son avance ne lui accorde aucun faux-pas.

#302 Peterhansel Stephane (fra), Boulanger Edouard (fra), Mini, X-Raid Mini JCQ Team. Pht. Antonin Vincent/DPPI

Comme par exemple la mésaventure qui est arrivée à Aron Domzala, sorti de son fauteuil de leader des véhicules légers sur un problème mécanique. Austin Jones profite des déboires du Polonais pour mener la course avec 9’22’’ d’avance sur Seth Quintero et 19’42’’ sur « Chaleco » Lopez, vainqueur d’une 4e étape et déterminé à combler son retard.

#427 Austin Jones (usa), Kellon Walch (usa), Can-Am, South Racing Can-AM, SSV. Pht. Francois Flamand/DPPI

En quads, c’est entre Manuel Andujar et Alexandre Giroud que se joue le match au sommet : avantage à l’Argentin pour le moment, avec 19’43’’ d’avance sur le Français, victorieux pour la quatrième fois cette année, prologue compris.

#152 Giroud Alexandre (fra), Yamaha, Team Giroud, Quad. Pht. Florent Gooden/DPPI

En camion, tiercé réalisé sur l’étape par Kamaz, Shibalov en tête, ne bouleverse pas le trio également tout bleu du général, emmené par Dmitry Sotnikov.

Anton Shibalov (RUS) for KAMAZ Master. Pht. Flavien Duhamel/Red Bull Content Pool

La perf’ du jour

#310 Al Qassimi Sheikh Khalid (are), Panseri Xavier (fra), Peugeot, PH Sport, Abu Dhabi Racing. Pht. Eric Vargiolu/DPPI

Le team Abu Dhabi Racing est monté en puissance avec les duos Cyril Despres-Mike Horn et Sheikh Khalid Al Qassimi-Xavier Panseri. Lors de la première étape, Al Qassimi avait établi le cinquième temps. Il s’est ensuite approché de ce résultat sans l’égaler avant aujourd’hui. Assisté par son copilote français, l’Émirati, parti 11e, s’est hissé dans la hiérarchie jusqu’à la 4e position à un peu plus de sept minutes. Avant le départ de la spéciale du jour, Cyril Despres, qui profite de ce Dakar pour collecter un maximum de données pour le développement d’un véhicule à hydrogène, venait déjà de signer son meilleur résultat de l’année avec le 6e chrono du dimanche. Mais le quintuple vainqueur au Dakar à moto entendait bien ne pas en rester là ! Au cours de la spéciale, il s’est même hissé jusqu’à la 4e place avant d’être battu par son coéquipier dans les derniers kilomètres. Deux performances prometteuses pour les pilotes des deux Peugeot, déterminés à faire aussi bien si ce n’est mieux d’ici le retour de la caravane à Jeddah.

 Le coup dur du jour

#425 Domzala Maciej (pol), Marton Rafal (pol), Can-Am, Domzala, SSV. Pht. Frederic Le Floc’h/DPPI

Les années passent et se ressemblent, à quelques détails près, pour Aron Domzala. Assisté par Maciej Marton, le Polonais s’est montré régulier en terminant parmi les cinq premiers sur cinq des sept étapes disputées jusqu’à aujourd’hui. Un peu à l’image de l’an dernier lorsqu’il avait toutefois dû faire une croix sur une victoire finale beaucoup plus prématurément… en lâchant 4h le 2e jour après avoir gagné l’étape d’ouverture. Le duo embarqué dans un Can-Am a de nouveau gagné une spéciale en 2021 et roulait en tête du général mais a une fois de plus joué de malchance, victime d’un problème mécanique. Domzala a laissé plus d’une demi-heure sur l’incident, qui lui fait perdre les commandes du général et compromet sensiblement ses plans. Pour gagner, à quatre jours de l’arrivée à Jeddah, aucune erreur n’est permise.

La stat’ du jour : 40

Nasser Al-Attiyah (QAT) for Toyota Gazoo Racing Team. Pht. Flavien Duhamel/Red Bull Content Pool

En 2007, Nasser Al Attiyah passait surtout pour un fonceur peu précautionneux lorsqu’il a remporté sa première spéciale à Nema, en compagnie d’Alain Guéhennec au volant d’une BMW du team X-Raid. Depuis, il ne s’est plus passé aucun Dakar sans qu’il s’impose sur au moins une étape, ce qu’aucun pilote n’est parvenu à faire pendant 14 éditions consécutives dans l’histoire du rallye. Sur la route de NEOM, le pilote qatarien a ainsi remporté la 40e spéciale de sa carrière et se trouve toujours en 3e position des collectionneurs de scratchs en auto, avec en point de mire Stéphane Peterhansel (47) et Ari Vatanen (50).

Sur un air de Classic

Le Volkswagen Iltis piloté par l’Espagnol Ignacio Corcuera date de 1980 et a été restauré en respectant exactement les caractéristiques de celui qui avait remporté la catégorie autos cette année-là, dans les mains de Freddy Kotulinski. Dans la course de régularité qui se joue cette année, il est pour l’instant 21e du classement toujours dominé par Marc Douton sur un Buggy Sunhill.

#216 Revuelta Kilian (esp), Sanchez Hernandez Oscar (esp), Toyota, Naturhouse, Dakar Classic. Remporte l’étape 8. Pht. Gustavo Epifanio/A.S.O

Le pilote français accidenté reste en soins intensifs

Pierre Cherpin

Après sa grosse chute dimanche matin lors de la septième étape du Dakar 2021, Pierre Cherpin, pilote de moto amateur français, est toujours en soins intensifs à l’hôpital de la ville de Sakaka, au nord-ouest de l’Arabie Saoudite. Selon nos informations, celui-ci est toujours dans le coma mais ses constantes sont bonnes. Les 24-48 prochaines heures permettront d’en savoir plus sur l’évolution de son état de santé.

Après la stupeur et la frayeur, les nouvelles se veulent un peu plus rassurantes sur l’état de santé de Pierre Cherpin. Le pilote amateur français avait été victime d’un grave accident dimanche au kilomètre 178 de la spéciale entre Ha’il et Sakaka (Arabie Saoudite), qui lui a causé un important traumatisme crânien. Il avait été évacué d’urgence vers l’hôpital de Sakaka.

D’après nos dernières informations, Pierre Cherpin a été pris en charge très rapidement et a été opéré avec succès. Il est toujours en soins intensif et maintenu dans le coma. Ses constantes sont bonnes et les prochaines 24-48 heures permettront aux médecins d’en savoir plus sur la possibilité d’un éventuel rapatriement en France.

Pour rappel, le pilote français dispute le Dakar pour la quatrième fois depuis sa première participation, en 2009.

Mauvaise journée pour Sébastien Loeb, contraint à l’abandon

#305 Loeb Sebastien (fra), Elena Daniel (mco), Hunter, Bahrain Raid Xtreme, ont jeté l’éponge ! Pht. Florent Gooden/DPPI

Sébastien Loeb et Daniel Elena ont, une nouvelle fois, été malchanceux lors de cette étape. Après avoir terminé à plus d’1h50 de la tête de la course la veille, le sort s’est de nouveau acharné sur le duo BRX. Partis 32e, ils avaient pourtant réalisé un excellent début de spéciale pour rejoindre le premier intermédiaire en neuvième position à seulement 2’18’’ du leader Nasser Al-Attiyah. Mais aux alentours du km 81, le duo a connu, une fois de plus, un problème mécanique avec une double crevaison les immobilisant sans roue de secours à disposition.

 La réaction du jour

Toby Price : « Pas facile après ma chute d’hier »

Le 2e du classement général a perdu un peu de temps sur « Nacho » Cornejo, mais reste à 1’05’’.

« C’était vraiment dur aujourd’hui. Je me suis bien contré sur le roadbook, ce qui n’était pas facile après ma chute d’hier. Je suis content d’être à l’arrivée, ma moto et moi en bon état, j’ai juste un léger mal de crâne. Mon menton va mieux, je me suis fait poser des points de suture, tout va bien. »

Cyril Desprès : « Il nous manque du roulage à haute vitesse »

Cyril Despres et Mike Horn signent leur premier top 5 entre Sakaka et Neom. L’équipage de la Peugeot du team Abu Dhabi Racing occupe la onzième place du classement général à 4 heures et 9 minutes du leader.

« On est dans le lot des pilotes où Mike et moi nous devrions régulièrement figurer. On n’a pas pu s’entraîner normalement cette année, il nous manque du roulage à haute vitesse. Mais on est là pour autre chose, pour préparer la voiture de l’avenir et récolter un maximum de datas. »

Francisco « Chaleco » Lopez : « J’attaque chaque jour »

Vainqueur d’une 4e étape, le Chilien reste offensif pour tenter de combler son retard d’une vingtaine de minutes sur Austin Jones, nouveau leader du classement général.

« L’étape marathon est terminée. Hier je me suis arrêté pour assister un motard accidenté et c’était une journée difficile. Mais aujourd’hui c’était bien, très rapide. J’attaque chaque jour, mon copilote fait un bon travail et la voiture marche très bien. Tout est bien ».

Stéphane Peterhansel : « On n’a pas fait la spéciale parfaite »

Le leader du classement général a toujours 4’50’’ d’avance sur Nasser Al Attiyah, avec qui le duel se poursuit.

« Ça se joue à la minute. On s’est retrouvé en première voiture assez rapidement et dans la dernière partie, j’ai loupé quelques notes d’Edouard et on a fait des demi-tours, on a perdu un tout petit peu de temps. On n’a pas fait la spéciale parfaite. On avait cassé un triangle hier, mais on avait un camion d’assistance rapide qui nous a changé ça et nous sommes partis comme si de rien n’était. Ça reste intense, un peu comme l’année dernière, et il ne faut rien lâcher, chaque minute est importante. Ne pas faire d’erreur du tout, est quasiment impossible, mais il ne faut pas faire de grosses erreurs. »

Carlos Sainz : « Pas trop mal »

Le tenant du titre a signé le 2e temps du jour mais reste 3e du général, à 38 minutes de « Peter ».

« Pas trop mal. Nous avons juste eu une crevaison sur un endroit assez difficile, mais le reste s’est bien passé. Je suis content »

Nasser Al Attiyah : « On essaiera tous les jours »

Vainqueur de la 40e spéciale de sa carrière sur le Dakar, le pilote Qatarien se rapproche à 4’50’’ de Stéphane Peterhansel.

« On a essayé de faire notre mieux, l’étape marathon n’est jamais facile mais je suis content de ces deux journées, la voiture et intacte. Elle est maintenant finie et nous avons repris trois minutes à Stéphane. Il nous reste quatre jours, ce ne sera pas facile mais on essaiera tous les jours. Je pense que les buggys sont avantagés avec leurs grosses roues, ils ont moins de crevaisons, j’en ai eu huit de mon côté. Mais je ne veux pas me chercher d’excuses, on fera de notre mieux ».

Ignacio Cornejo : « Nous n’avons fait aucune erreur »

Le pilote chilien n’a pas subi sa position d’ouvreur en compagnie de son coéquipier Ricky Brabec. Il remporte l’étape du jour et augmente son avance sur Toby Price en tête du classement général.

« J’arrive juste derrière Ricky, nous avons vraiment gardé une bonne vitesse aujourd’hui. Je l’ai rattrapé juste avant le ravitaillement, nous n’avons fait aucune erreur, nous nous sommes relayés pour faire la navigation. Sur la fin il y a eu vraiment de magnifiques…magnifiques paysages, je suis heureux de rouler ici. Aller le plus vite que je peux, ne pas me perdre, ne pas chuter. Si je reste dans le même état de concentration que ces derniers jours, je peux faire quelque chose de bien ».

 

HighLights Stage 8

Video : Red Bull Media House – Montage : FlashInfoAuto

Les classements ici

Information in English

Focus

The city of the future has not yet emerged from the sand and rocks, but the region of Neom can already boast some impressive creations: those of its ancient geological formations. The canyons, cliffs and mountains of brown rock through which the riders and drivers wound during the second half of the special were worth the price of the navigational difficulties they had to tackle on leaving Sakaka. At the start of the special, they also had to get to grips with stony portions which were not particularly kind to the wheels of the bikers, as Toby Price and Sam Sunderland could testify. In the car race, Sébastien Loeb also encountered misfortune, puncturing his last tyre. Such enchanting views demand tough sacrifices !

Outline

Just like a champion! “Nacho” Cornejo took the lead in the general standings yesterday by just one second thanks to his 2nd place on the stage at Sakaka. Exposed to the role of opener after quickly catching his team-mate Ricky Brabec at the front of the race, the Chilean managed to post the best time and increase his lead over Toby Price to 1’05’’, all on the second half of a marathon stage. What’s more, the young man does not seem perturbed at having to approach the last four days of the rally in the position of leader. In the car race, maturity was in evidence, as Nasser Al-Attiyah won his 40th special (see stat of the day) to close in and continue to exert constant pressure on Stéphane Peterhansel, who he now trails by 4’50’’. So far, the X-Raid buggy driver has been a picture of composure and has withstood his Qatari rival’s attacks, but the size of his lead forbids him from making any missteps. An example of such misadventure happened to Aron Domżała, ejected from the leader’s position in the lightweight vehicle category due to a mechanical problem. Austin Jones took advantage of the Polish driver’s misfortune to reach the summit of the general standings with a lead of 9’22’’ over Seth Quintero and 19’42’’ over “Chaleco” López, the winner of a fourth stage this year and determined to make up the time gap. In the quad category, the battle for the top is now between Manuel Andújar and Alexandre Giroud, with advantage to the Argentinean for the moment thanks to a lead of 19’43’’ over the Frenchman, victorious for the fourth time this year including the prologue. In the truck race, the one-two-three finish accomplished on the stage by Kamaz, led by Shibalov, did not alter the top three in the general standings, also entirely blue, headed by Dmitry Sotnikov.

Performance of the day

The Abu Dhabi Racing team is ramping up its performance with the duos of Cyril Despres/Mike Horn and Sheikh Khalid Al-Qassimi/Xavier Panseri. On the first stage, Al-Qassimi achieved the fifth best time. He has since then come close to this result without emulating it before today. Assisted by his French co-pilot, the Emirati, who was the eleventh driver to start, climbed up the stage standings to fourth position, a little more than seven minutes behind the winner. Before the start of the day’s special, Cyril Despres, who is taking advantage of this Dakar to collect as much data possible for the development of a hydrogen fuel cell powered vehicle, was coming off the back of his best result this year, with the sixth best time on Sunday. However, the five times winner of the Dakar on a bike went one better today! During the special, he even managed to move into fourth place, before being pipped at the post in the last few kilometres by his team-mate. These two promising performances by the Peugeot drivers will no doubt fuel their determination to do as well if not better on the rally’s return route to Jeddah.

A crushing blow

One year is much like another, except for a few details, for Aron Domżała. Assisted by Maciej Marton, the Polish driver displayed consistency by finishing in the top five in five out of the seven stages contested before today, not unlike last year when nonetheless he had to wave goodbye to hopes of overall victory much more prematurely, losing four hours on the second day after winning the opening stage. The duo behind the wheel of a Can-Am has again won a special in 2021 and was in the lead in the general standings. However, bad luck struck again, this time in the guise of a mechanical problem. Domżała lost more than half an hour due to the incident, robbing him of first place in the general standings and considerably compromising his plans. With four days left before the finish in Jeddah, if he still has any hopes of winning, he must avoid any mistakes at all costs.

Stat of the day : 40

In 2007, Nasser Al-Attiyah was especially perceived as a hot-headed chancer when he won his first special in Nema, accompanied by Alain Guéhennec behind the wheel of an X-Raid team BMW. Since then, there has not been a single Dakar where he has not tasted victory on at least one stage, a feat which no other driver has achieved over 14 consecutive editions in the history of the rally. On the way to Neom, the Qatari driver picked up the 40th stage victory of his career and is now in 3rd position on the roll of honour for stage wins, with Stéphane Peterhansel (47) and Ari Vatanen (50) in his sights.

The makings of a Classic

The Volkswagen Iltis driven by Spaniard Ignacio Corcuera dates from 1980 and has been faithfully restored in keeping with the characteristics of the vehicle that won the car category that year, with Freddy Kotulinsky behind the wheel. In the race for consistency taking place this year, he is currently 21st in the Dakar Classic standings, which are still dominated by Marc Douton in a Sunhill Buggy.

Quote of the day

Toby Price: “I struggled with focusing”

The 2nd placed rider in the general standings lost a small amount of time to “Nacho” Cornejo, but is only 1’05’’ behind.

“It was really tough for me today. I struggled with focusing a lot this morning with the road-book. I was a little bit tired from yesterday’s crash. It was good to make it to the finishing line with me, myself and the bike. I’m glad I’m here and we’ll fix everything up tonight, then get ready for the last few days. The chin’s alright, it’s just a little bit hard to eat. It’s a little bit swollen and I’ve got a bit of a headache, but it’s not too bad – there are no bones broken or anything, I just got some stitches in the cut. It’s all good, it’s fine ».