WRC, Sordo s’impose dans les derniers instants en Sardaigne

Posted by

Dani Sordo a décroché la seconde victoire de sa carrière, au Rally Italia Sardegna, suite à l’agonie du large leader Ott Tänak.

L’Espagnol a célébré son second succès en 164 départs dans le Championnat du Monde FIA des Rallyes quand un problème de direction dans la cassante dernière spéciale a privé Tänak d’un troisième succès consécutif cette saison.

Dani Sordo, Carlos del CarlosBarrio, Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Tänak menait ce chaud et poussiéreux rallye depuis le samedi matin avec sa Toyota Yaris. Il a entamé la Wolf Power Stage concluant celui-ci avec une demi-minute d’avance sur Sordo et sa Hyundai i20, avant de vivre un cauchemar.

Une direction endommagée a causé un tête-à-queue et il a terminé au ralenti, perdant deux minutes et plongeant à la cinquième place finale. Sa seule consolation a été de prendre quand même la tête au championnat avant le break de mi-saison, avec un avantage de quatre points sur Sébastien Ogier.

Teemu Suninen, Jarmo Lehtinen, M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Sordo, qui avait signé sa précédente victoire au Rallye d’Allemagne 2013, a été comblé par ce rebondissement tardif.

“C’est incroyable. Je n’ai pas de mots pour décrire cela, je suis vraiment choqué. C’est fabuleux de gagner mais je suis désolé pour Ott, il était plus rapide que moi dans certains endroits ce week-end”, a-t-il réagi.

Le désespoir de Tänak pour son centième départ en mondial a fait le bonheur de Teemu Suninen. Le Finlandais a décroché son meilleur résultat avec une deuxième place pour son premier rallye avec son nouveau copilote Jarmo Lehtinen. Pilotant une Ford Fiesta, il a fini à 13 »7 de Sordo.

Andreas Mikkelsen, Anders J?ger, Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

La deuxième place de Teemu Suninen est le meilleur résultat de sa carrière

Andreas Mikkelsen a remporté les quatre spéciales du dimanche pour monter finalement sur le podium avec une autre i20, 18 »9 plus loin.

Le Norvégien a pris l’avantage sur Elfyn Evans pour 0 »9 dans la dernière spéciale, une tâche pourtant rendue plus ardue quand le Gallois s’était vu crédité de sept secondes le matin pour avoir été retardé samedi après-midi dans la poussière de Kris Meeke.

Evans a terminé près d’une minute devant Tänak, et Thierry Neuville a complété le top 6. Ce week-end a été une déception pour le Belge, qui fêtait son 31e anniversaire aujourd’hui, mais les soucis de Tänak lui permettent de rester fermement dans la course au titre – à sept points de la tête.

Esappekka Lappi a fini septième sur une Citroën C3 devant Meeke. Le vainqueur du WRC2 Pro, Kalle Rovanperä, et son coéquipier Jan Kopecký ont complété le top 10.

Ogier a connu un rallye à ennuis. Par deux fois il a heurté une pierre en bordure de route et cassé la suspension de sa C3, mais est il revenu chercher quatre points de bonus dans la Power Stage.

Podium. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Le championnat reprendra sur les routes en terre du Neste Rally Finland, basé à Jyväskylä, du 1er au 4 août.

RÉACTIONS DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

 » On a parfois des weekends sans en sport automobile, celui-ci en était clairement un, et il est maintenant temps de se concentrer sur l’avenir. En partant devant, on pouvait sans doute malgré tout espérer finir autour de la cinquième place, donc mes erreurs nous coûtent quelques points. Mais tout reste hyper serré au championnat, même si je ne suis pas du style à me réjouir des malheurs des autres, en particulier lorsqu’il s’agit d’Ott. Je vais désormais prendre des vacances, me ressourcer et on reviendra en Finlande en essayant de faire bien mieux. « 

Sebastien Ogier, Julien Ingrassia, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

 » Ce n’est évidemment pas le résultat que nous espérions. Notre première journée mal négociée a grandement conditionné le reste de notre week-end. Elle nous a empêché de disposer ensuite d’un ordre de départs permettant de nous mettre en valeur et de remonter sur ce terrain qui évolue énormément de voiture en voiture. D’autant que nous avons aussi fait un mauvais choix de pneus le samedi matin. Mais au moins voyons-nous l’arrivée et nous allons dès à présent nous remettre au travail pour revenir plus forts à domicile en Finlande. « 

Esapekka Lappi, Janne Ferm, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

DEUX QUESTIONS À PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Quelle analyse faites-vous de ce week-end de course en Sardaigne ?

Le résultat n’est évidemment pas celui escompté, même si nous savions qu’en partant premiers sur cette manche où le balayage est massif, Sébastien et Julien n’auraient pas la partie facile. On ne peut pas les blâmer pour leurs erreurs tant ils sont d’ordinaire irréprochables. D’autant qu’ils se sont bien repris en faisant preuve d’une sacrée pugnacité dans la Power Stage. La première journée en demi-teinte d’Esapekka et Janne a malheureusement eu des conséquences sur la suite de leur week-end, en les contraignant à faire la trace pour les suivants. En Sardaigne, c’est un handicap quasi insurmontable. Mais ils ont intelligemment su composer avec la frustration générée pour accumuler des kilomètres à bord de C3 WRC, voir l’arrivée et repartir du bon pied en vue de la Finlande, où on sait qu’ils ont clairement le potentiel pour faire de très belles choses.

Avec un championnat aussi serré, la trêve estivale s’annonce studieuse…

En effet, la combativité de Sébastien et Julien, associée à l’issue rocambolesque de cette épreuve, font que tout reste ouvert au championnat. Cela ne change en rien la manière dont nous appréhendons notre campagne en WRC, nous allons continuer à mettre toutes nos forces dans la bataille ! Nous sommes en essais dès la semaine prochaine, et vous pouvez compter sur nous pour redoubler d’efforts afin d’offrir à nos pilotes la meilleure arme possible pour la deuxième partie de saison.

Rallye de Sardaigne ici

WRC 2, triplé pour Kalle en Pro

Kalle Rovanperä a augmenté son avance en tête du championnat WRC 2 Pro, grâce à une troisième victoire consécutive, dimanche.

Le Finlandais a mesuré son rythme dans les quatre dernières spéciales chaudes et poussiéreuses au nord de l’île méditerranéenne pour devancer son équipier chez Skoda, Jan Kopecký, de 24 »6.

Kalle Rovanpera, Jonne Halttunen, Skoda Motorsport. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Cette victoire lui a permis de porter son avance à 13 points sur Mads Østberg à la pause de la mi-saison. Østberg a terminé troisième, à près de neuf minutes, après qu’un dégât de suspension a mis un terme à ses espoirs de victoire dès la première étape de vendredi.

“C’est une des épreuves les plus difficiles que j’aie disputées et la plus difficile que j’aie gagnée”, a dit Rovanperä. “Il y a quelques très bonnes choses que nous avons apprises sur le pilotage, les notes et aussi la voiture.”

Pour la seconde journée consécutive, Østberg a remporté toutes les spéciales avec sa Citroën C3. Gus Greensmith a fini quatrième sur une Ford Fiesta, bien qu’ayant abîmé sa roue avant droite dans une compression.

Pierre-Louis Loubet a signé une seconde victoire consécutive en WRC 2, sur une Fabia, après une dernière étape mouvementée.

Pierre-Louis Loubet, Vincent Landais. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Ses chances paraissaient sapées samedi soir quand une crevaison lui a coûté le commandement, qu’il occupait depuis le vendredi matin, et a promu Takamoto Katsuta en tête.

Les espoirs de… l’espoir japonais ont été douchés après la première spéciale du jour quand une fuite d’huile moteur sur l’échappement de sa Fiesta a causé un incendie. Même si celui-ci a été maîtrisé avec un extincteur, Katsuta n’a pu continuer.

Loubet était de retour à l’avant mais le Français n’a pas eu une fin de course facile pour gagner avec 41 »7 d’avance.“Ça a été une matinée difficile parce que nous avons eu beaucoup de problèmes avec les différentiels – et après les épingles, je n’avais que deux roues motrices. C’était beaucoup de stress”, a-t-il déclaré.

Kajetan Kajetanowicz a fini deuxième, 12 »9 devant Simone Tempestini, et Marquito Bulacia en quatrième position.

Ole Christian Veiby a gagné trois spéciales aujourd’hui pour prendre la cinquième place après un week-end à ennuis sur sa Volkswagen Polo. Guillaume de Mevius a terminé sixième après que Nil Solans a abandonné.

Classement Championnat Pilotes après la Sardaigne