WRC, sixième victoire d’affilée pour Sébastien Ogier à Monte-Carlo et la 100ème de Citroën

Posted by

Au bout du suspense, Sébastien Ogier a triomphé pour remporter son sixième succès consécutif au Rallye de Monte-Carlo au terme d’une épreuve où tout s’est joué dans la dernière spéciale.

Ogier s’impose à Monte-Carlo, la 100è de Citroën. Pht. Citroën Tacing

Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC) terminait le rallye avec 2 »2 d’avance sur Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC), soit l’arrivée la plus serrée de l’histoire du Monte-Carlo.

Quelle que soit sa monture, Ogier reste le maître.  Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Riche en symboles, cette victoire était la centième de Citroën en mondial et elle ouvrait en beauté le nouveau chapitre dans la carrière du sextuple champion du monde en titre, de retour chez le constructeur français cette année.

Victime d’un capteur défectueux sur son accélérateur, Sébastien Ogier n’avait pas connu une quatrième et dernière étape de tout repos dans les montagnes surplombant la Principauté de Monaco. Thierry Neuville en profitait alors pour réduire son déficit de 4 »3 à 4/10e de seconde avant le départ de la Power Stage.

Virtuellement débordé par le Belge à mi-parcours, le Français n’abdiquait pas, inversait la tendance et creusait même l’écart pour remporter le septième Monte-Carlo de sa carrière avec un quatrième constructeur différent.

« C’est le rallye que je veux le plus gagner pendant la saison », déclarait le vainqueur, originaire de la région gapoise qui a accueilli les trois premières étapes de l’épreuve. « Je suis vraiment très heureux ! Cela a été difficile avec ce problème d’accélérateur. Il continuait d’accélérer quand je freinais. Six victoires de suite avec trois voitures différentes… Pas mal ! »

Thierry Neuville 2è d’un fil. Pht. Ivo Kivistik / Red Bull Content Pool

 

Thierry Neuville restait songeur vis-à-vis de son virage manqué lui ayant coûté une quinzaine de secondes vendredi, et sûrement la victoire ce dimanche : « C’était serré, mais nous lui avons fait un beau cadeau en commettant une erreur lui donnant la tête. »

Entre la neige, le verglas et l’asphalte sec, les deux hommes optaient souvent pour des choix de pneus différents dans les Alpes. Cependant, l’écart les séparant ne s’élevait qu’à une poignée de secondes tout au long des quatre jours d’action.

Ott Tänak sur le podium. Pht. Ivo Kivistik / Red Bull Content Pool

Auteur d’un grand chelem sur les quatre spéciales du samedi, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) récidivait dans les deux premiers tests dominicaux pour passer du cinquième rang à la dernière marche du podium.

Si l’Estonien pouvait nourir quelques regrets après avoir perdu près de deux minutes et demie pour changer une roue cassée vendredi, il prenait ainsi le dessus sur Sébastien Loeb (Hyundai i20 WRC) et Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC), séparés par 1 »7 seulement. Sixième, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) engrangeait un maximum de points bonus en signant le scratch dans la Wolf Power Stage.

Victorieux dans la catégorie WRC 2 Pro, Gus Greensmith (Ford Fiesta R5) se classait septième devant Yoann Bonato (Citroën C3 R5), leader en WRC 2. Stéphane Sarrazin (Hyundai i20 R5) et Adrien Fourmaux (Ford Fiesta R5) complétaient le top dix.

Sébastien Loeb termine au pied du podium. Pht. Ivo Kivistik / Red Bull Content Pool

 

En parallèle, Kris Meeke (Toyota Yaris WRC) remportait la Wolf Power Stage et cinq points bonus. Sébastien Ogier en prenait quatre, contre trois pour Thierry Neuville. Ott Tänak et Teemu Suninen (Ford Fiesta WRC) empochaient les derniers points en jeu.

 

Sebastien Ogier (FRA) Julien Ingrassia (FRA). Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Cette prestation hors norme est aussi le centième succès de Citroën Racing en championnat du monde des rallyes, près de vingt ans après le premier remporté, sur la Xsara Kit-Car au rallye de Catalogne 1999, par le regretté Philippe Bugalski et Jean-Paul Chiaroni, devenu depuis coordinateur reconnaissances et météo au sein de l’équipe. Une performance historique qui témoigne d’une longévité au plus haut niveau dont peu de constructeurs peuvent se targuer.

RÉACTION DE…

Sébastien Ogier, Pilote du Citroën Total WRT

 » Ce n’était pas gagné d’avance, cette dernière étape a notamment été particulièrement stressante et difficile avec notre petit souci, qui faisait que la voiture continuait à accélérer, même en phase de freinage. Mais bien conseillés par l’équipe, nous avons réussi à effectuer une réparation de fortune et nous nous sommes battus sans relâche, avec succès finalement. Nous avons vécu un week-end hyper intense, avec une victoire conquise au terme d’une bagarre de tous les instants. Elle nous rend forcément fiers, pour notre première course avec la C3 WRC, d’autant plus que, comme je l’ai souvent dit, ce rallye est celui qui me tient le plus à cœur, puis elle nous permet aussi de célébrer avec la manière le centenaire de Citroën. Autant dire que l’on ne pouvait rêver meilleurs débuts pour nos retrouvailles ! « 

PIERRE BUDAR, DIRECTEUR DE CITROËN RACING

Quel est votre sentiment au soir de cette victoire historique ?

C’est effectivement une victoire sensationnelle, c’est un symbole fort et extrêmement important pour nous que d’arriver à accrocher ce centième succès en WRC dès la première course de la saison, qui plus est sur une épreuve aussi mythique que le Monte-Carlo, qui se court de surcroit majoritairement sur notre territoire. C’est également une vraie satisfaction d’ajouter une huitième victoire à notre palmarès commun avec Sébastien et Julien, en cette année de centenaire de Citroën. En nous retrouvant cette année, nous nourrissions l’espoir d’écrire ensemble de nouvelles pages de l’histoire de la discipline et notre première course ne pouvait pas connaître meilleur dénouement.

Comment décririez-vous la performance de Sébastien et Julien ?

Dans un rallye aussi fou que celui-ci, avec des choix de pneus encore très difficiles, des conditions de route particulièrement piégeuses, ils se sont tout simplement montrés impériaux. Impériaux de maîtrise et de sérénité. C’est très intéressant de travailler avec eux, car ils vont droit au but et savent pertinemment sur quoi nous devons nous concentrer. Ils nous permettent de progresser vite et il va d’ailleurs nous falloir continuer à travailler sans relâche car cette première manche laisse clairement présager d’une saison encore plus disputée que jamais. Au-delà de Sébastien et Julien, qui ont évidemment été exceptionnels, je te tiens à saluer la performance de tous les membres de l’équipe. Ils ne se sont jamais démobilisés, même dans nos quelques moments de doute de l’an passé, et n’ont pas compté leurs heures pour parvenir à lancer aussi idéalement notre campagne 2019. Ce succès, c’est aussi clairement le leur !

Rallye de Monte-Carlo ici

HighLights Monte-Carlo, Video Red Bull Media House

Le Championnat du Monde FIA des Rallyes prend désormais la direction de Torsby pour le Rally Sweden (14-17 février), deuxième manche de la saison et seul rendez-vous 100 % hivernal du calendrier.