WRC, Sardaigne, grand chelem pour Tänak samedi.

Posted by

Ott Tänak a atteint la perfection en gagnant les six spéciales du jour et prenant solidement la tête au Rally Sardegna samedi.

Au volant de sa Toyota Yaris, il a terminé la plus longue et éprouvante des quatre journées sur l’île de la Méditerranée avec un avantage de 25 »9 sur le précédent leader Dani Sordo. Teemu Suninen est 17 secondes plus loin, en troisième position, avec sa Ford Fiesta.

Ott Tanak, Martin Jarveoja, Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Troisième la veille au soir, l’Estonien a pris la tête après la dernière des trois spéciales de la matinée, puis a porté son avance de 6 »4 à près d’une demi-minute quand les spéciales ont été parcourues une seconde fois cet après-midi.

Ni Sordo ni Suninen n’a été en mesure de suivre son rythme. L’Espagnol a fini deuxième des trois spéciales du matin, et Suninen l’a fait a deux reprises l’après-midi.

Dani Sordo, Carlos del CarlosBarrio, Hyundai Shell Mobis. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Pistes abrasives et températures élevées ont représenté un défi un sérieux pour les voitures, les pilotes et les pneus. Le mélange matinal de Tänak entre gomme medium et dure, suivi par des durs plus résistants l’après-midi, a payé.

Teemu Suninen, Jarmo Lehtinen, M-Sport Ford. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Gagner toutes les spéciales est génial mais ma principale priorité est de gagner le rallye, les victoires en spéciale ne font pas de différence”, a dit Tänak. “La lutte a été belle aujourd’hui, Dani attaquait fort et a fait du très bon boulot. J’ai essayé d’être prudent cet après-midi mais c’était très cassant par endroits.”

Sordo a perdu des secondes cruciales le matin, sa Hyundai i20 chaussée de pneus durs souffrant de trop patiner. Suninen s’est réjoui de sa performance, mêlant prudence et vitesse tout en bénéficiant pour la première fois de la présence à ses côtés du très expérimenté copilote Jarmo Lehtinen.

Elfyn Evans et Andreas Mikkelsen ont lutté bec et ongles pour la quatrième place. Ils ont échangé leurs positions après chaque spéciale le matin et l’écart n’a jamais excédé 2 »6 avant la dernière spéciale, dans laquelle Mikkelsen a concédé du temps avec des pneus détruits sur sa i20. Evans et sa Fiesta ont conclu la journée avec 7 »9 d’avance.

Tous deux sont restés dans le viseur de Kris Meeke jusqu’à ce que le Britannique ne doive s’arrêter pour remplacer une roue crevée de sa Yaris dans la dernière spéciale. Il a rétrogradé à la huitième place.

La perte de temps qui en a résulté a promu Thierry Neuville en sixième position, à près d’une minute de son équipier Mikkelsen. Le Belge a fait un mauvais choix de pneus le matin et a eu du mal à trouver le rythme avec sa i20, malgré un changement de set-up à l’assistance de la mi-journée.

Esapekka Lappi est septième alors que derrière Meeke, Juho Hänninen et Kalle Rovanperä complètent le top 10.

Sébastien Ogier a connu une nouvelle journée frustrante. De retour après son accident de vendredi, le Français a encore une fois heurté une pierre et cassé un bras de suspension arrière de sa C3. Il a réparé sur le bord de la route avant de rouler au ralenti jusqu’à l’arrivée de la spéciale suivante puis au parc d’assistance d’Alghero.

La dernière étape de dimanche est la plus courte du week-end avec 41,90 km. Deux boucles identiques de deux spéciales culmineront avec la Wolf Power Stage au décor de carte postale le long de la côte ouest, qui offrira des points de bonus aux cinq pilotes les plus rapides.

RÉACTIONS DE…

Pierre Budar, Directeur de Citroën Racing

 » Les conditions de roulage du jour n’étaient pas suffisamment favorables pour permettre à Esapekka et Janne d’exprimer leur plein potentiel, il n’empêche qu’ils ont par moments pu montrer une vitesse intéressante à bord de C3 WRC, tout en faisant preuve d’une approche intelligente. C’est évidemment dommage que Sébastien et Julien aient commis une faute mais cela ne nous a pas empêchés de mener à bien certains essais de réglages que nous avions planifié depuis que nous sommes hors du coup pour les gros points. « 

Sebastien Ogier, Julien Ingrassia, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

 » Notre erreur de ce matin est décevante, car elle nous a ensuite empêché de nous mesurer véritablement à nos adversaires sur le deuxième tour. Nous avons essayé de faire notre possible, mais sans avoir parcouru les spéciales à vitesse de course au premier passage, ce n’était clairement pas possible de faire des temps l’après-midi. L’ES 13 est la seule où j’ai essayé, puisque nous l’avions disputée dans des conditions normales au tour initial, et le temps était correct. Vous pouvez évidemment compter sur moi pour tenter d’aller grappiller des points dans la Power Stage, même si cela ressemble à une mission impossible. Comme elle est cassante, peut-être certains ne prendront pas tous les risques, nous si. « 

Esapekka Lappi, Pilote du Citroën Total WRT

Esapekka Lappi, Janne Ferm, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

 » À part sur une spéciale où nous avons perdu un peu de terrain, nous avons évolué aujourd’hui à peu près à la même vitesse que Neuville qui partait derrière nous, ce qui est plutôt satisfaisant. J’étais à l’aise avec C3 WRC mais nous ne pouvions pas espérer beaucoup mieux avec notre position sur la piste. « 

WRC2, Rovanperä s’échappe en Pro.

Détenteur d’une fine avance en tête du WRC2 Pro vendredi, Kalle Rovanperä a relégué la concurrence à près d’une demi-minute après l’éprouvante étape de samedi.

Kalle Rovanperä (Skoda Fabia R5) ne comptait que 6/10e d’avance sur son équipier Jan Kopecký (Skoda Fabia R5) après leur chassé-croisé de vendredi, mais le jeune finlandais a imposé son autorité dans l’antichambre du WRC en portant l’écart à 26 »1.

Kalle Rovanpera, Jonne Halttunen, Skoda Motorsport. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

« C’était une bonne journée », a-t-il confié en retrouvant le parc d’assistance d’Alghero après une journée chaude et poussiéreuse sur l’île méditerranéenne. « Nous avons fait le plein de nouvelles expériences et la deuxième boucle n’était pas aussi mauvaise que nous ne le pensions. C’était vraiment plaisant aujourd’hui ! »

Troisième, Mads Østberg (Citroën C3 R5) pointe à près de dix minutes après ses problèmes de suspension essuyés vendredi. Le Norvégien a toutefois démontré le potentiel de sa voiture en signant le meilleur temps de chacune des six spéciales.

Sorti de route la veille, Gus Greensmith (Ford Fiesta R5) a repris la route pour un court instant, une suspension cassant dès la deuxième spéciale du jour.

Takamoto Katsuta (ci-dessus) a bénéficié du coup de théâtre subi par Pierre-Louis Loubet (Skoda Fabia R5) dans la dernière spéciale pour hisser sa Ford Fiesta R5 au sommet de la catégorie WRC 2.

Pierre-Louis Loubet menait les débats depuis vendredi matin et s’était ménagé une avance d’un peu plus d’une minute ce samedi avant que la malchance ne frappe le Corse sous la forme d’une crevaison. Il est désormais deuxième à 18 »6 du leader.

Pour son premier rallye au volant d’une Skoda Fabia R5, Kajetan Kajetanowicz est troisième à près de trente secondes du Français. Le Polonais a relégué Simone Tempestini (Hyundai i20 WRC) à 38 »5 tandis que Marco Bulacia (Skoda Fabia R5) est cinquième devant Nil Solans (Ford Fiesta R5), qui perdait du temps dans les dernières deux spéciales.

Nikolay Gryazin (Skoda Fabia R5) était deuxième lorsqu’il a dû s’arrêter après avoir tapé une pierre arrachant sa roue avant droite dans la première spéciale du jour.

CLASSEMENT JOUR 2 :

Tänak / Järveoja (Toyota Yaris WRC) 3h04’10’’3

Sordo / Del Barrio (Hyundai i20 WRC) +25’’9

Suninen / Lehtinen (Ford Fiesta WRC) +42’’9

Evans / Martin (Ford Fiesta WRC) +1’25’’4

Mikkelsen / Jaeger (Hyundai i20 WRC) +1’33’’3

Neuville / Gilsoul (Hyundai i20 WRC) +2’32’’4

Lappi / Ferm (Citroën C3 WRC) +2’58’’3

Meeke / Marshall (Toyota Yaris WRC) +3’53’’3

Hänninen / Tuominen (Toyota Yaris WRC) +7’23’’2

  1. Ogier / Ingrassia (Citroën C3 WRC) +1h19’20’’6