WRC, Finlande, Ott Tänak surgit en tête, samedi

Posted by

Ott Tänak mène le Neste Rally Finland après qu’une pierre mette un terme prématuré à une somptueuse bataille à trois en tête de la manche la plus rapide du Championnat du Monde FIA des Rallyes.

Déjà leader du championnat, Ott Tänak (Toyota Yaris WRC) bouclait l’avant-dernière étape avec 16 »4 d’avance sur Esapekka Lappi (Citroën C3 WRC), lui-même suivi à 12 »4 de Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris WRC).

Ott Tanak, Martin J arveoja. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Après un vendredi mené tambour battant, l’étape de samedi était marquée du sceau de la vitesse lorsque les trois Toyota Yaris WRC de Jari-Matti Latvala, Ott Tänak et Kris Meeke se tenaient en six dixièmes de secondes seulement dans une épreuve jusqu’ici dominée par l’équipe Toyota Gazoo Racing.

Esapekka Lappi, Janne Ferm, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

La neuvième étape du calendrier basculait toutefois dans la spéciale ultra-rapide de Kakaristo, où Jari-Matti Latvala crevait à l’arrière gauche juste après que Kris Meeke renonce, suspension arrière gauche cassée. Tous les deux venaient d’être victimes de la même pierre, située peu avant la moitié du parcours…

« C’est arrivé dans un virage à droite d’une petite route », racontait Jari-Matti Latvala. « Il y avait du béton l’an dernier. J’avais noté qu’ils l’avaient enlevé, donc j’ai préparé un passage un peu plus rapide. C’était ma faute. Je suis allé un peu dans le fossé et il y avait une pierre de la taille d’une tête. »

Après avoir perdu, puis regagné la première place face à Ott Tänak dans les deux spéciales précédentes, Jari-Matti Latvala lâchait plus de quatorze secondes dans l’opération. Assez pour permettre à son équipier estonien pour gérer sur les ornières dans l’après-midi.

Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

« C’était une journée propre », confiait Ott Tänak, vainqueur de trois spéciales ce samedi. « Nous avons commencé par une grosse attaque avant un après-midi plus sage. C’est bien de pouvoir respirer un peu après une journée et demi où les intervalles étaient inférieurs à la seconde. »

Vainqueur de deux spéciales, Esapekka Lappi est désormais deuxième.

Alors qu’il semblait d’abord distancé, Esapekka Lappi haussait le rythme pour signer deux scratches et ravir la deuxième place à un Jari-Matti Latvala conscient que toute nouvelle erreur pourrait coûter cher aux ambitions de titre pour Toyota.

Sebastien Ogier, Julien Ingrassia, Citroen Total. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Pendant qu’une bataille s’achevait, une autre s’intensifiait entre Andreas Mikkelsen (Hyundai i20 WRC), Craig Breen (Hyundai i20 WRC) et Sébastien Ogier (Citroën C3 WRC), malade toute la nuit.

Les trois hommes faisaient le chassé-croisé toute la journée, chacun menant un temps le trio de chasse. Au terme des 133 kilomètres chronométrés du jour, Andreas Mikkelsen conservait l’avantage comptait 2 »6 d’avance sur le Champion du Monde en titre, lui-même 6 »0 devant l’Irlandais au retour à Jyväskylä.

Prétendant au titre, Thierry Neuville (Hyundai i20 WRC) ne parvenait pas à rattraper le temps perdu vendredi. Le Belge pointait au septième rang devant le duo M-Sport Ford Teemu Suninen et Gus Greensmith (Ford Fiesta WRC). Leader du WRC 2 Pro, Kalle Rovanperä (Skoda Fabia R5 Evo) complétait le top dix.

Dimanche, deux passages dans Laukaa (11,75 km) et les grandes bosses de Ruuhimäki (11,12 km) formeront la dernière étape du rallye avec 45,74 kilomètres d’action. La répétition de Ruuhimäki fera office de Wolf Power Stage et attribuera des points bonus aux cinq pilotes les plus rapides.

WRC 2, Rovanperä intouchable

Kalle Rovanperä a poursuivi son sans faute en WRC 2 Pro en remportant les huit spéciales du samedi.

Déjà vainqueur des onze premières spéciales disputées jeudi et vendredi, Kalle Rovanperä (Skoda Fabia R5 Evo) poursuivait sa démonstration samedi sur les routes forestières ultra-rapides près de Jyväskylä pour porter son avance à 4’14 »2 avant la dernière étape dimanche.

Kalle Rovanpera, Skoda Motorsport. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Si le Finlandais luttait pour trouver l’adhérence dans la matinée, son rythme ne flanchait pas puisqu’il doublait presque son avance sur Éric Camilli (Ford Fiesta R5) pour faire un grand pas vers un succès qui serait sa quatrième victoire consécutive dans la catégorie.

En WRC 2, Nikolay Gryazin (Skoda Fabia R5) menait les débats après une dernière spéciale cruelle pour Pierre-Louis Loubet (Skoda Fabia R5 Evo), leader de la catégorie depuis vendredi matin.

Pierre-Louis Loubet perdait la tête en sortant dans la dernière spéciale du samedi.

Le Français avait porté son avance à plus d’une minute avant de gérer pour s’assurer une troisième victoire d’affilée. Dans Leustu, la dernière spéciale du jour, il interprétait mal une note et voyait l’arrière de sa voiture se dérober et s’écraser contre un arbre.

Pierre-Louis Loubet, Vincent Landais. Pht. Jaanus Ree/Red Bull Content Pool

Aidé par les spectateurs, il perdait plus de six minutes et demie et rétrogradait au quatrième rang.

Deuxième au petit matin, Nikolay Gryazin cédait du temps toute la matinée face à Jari Huttunen (Hyundai i20 R5). Le Finlandais prenait même la tête dans la dernière spéciale avant le passage à l’assistance, mais le Russe répliquait dès la reprise pour conclure l’étape avec un avantage de 12 »1.

Johan Kristoffersson (Volkswagen Polo GTI R5) était troisième à plus de deux minutes et avec quatre de marge sur Pierre-Louis Loubet. Henning Solberg (Skoda Fabia R5 Evo) et Paulo Nobre (Skoda Fabia R5) suivaient dans cet ordre. En revanche, les espoirs de podium de Takamoto Katsuta (Ford Fiesta R5) s’envolaient dès la première spéciale du jour lorsque le Japonais tapait un bloc de béton et abandonnait.