WEC, Super Saison 2018-2019: Revue de détail des quatre catégories (Endurance)

Posted by

· Toyota emmène un plateau de 10 prototypes LMP1
· Avec l’arrivée de BMW, 10 concurrents pour le titre de Champion du Monde GT
· LMP2 : trois constructeurs face à face
· LMGTE Am : un plateau multi-marques porté à 9 concurrents

Toyota emmène un plateau de 10 prototypes LMP1
Il y a six mois, peu auraient imaginé que l’on retrouverait 10 LMP1 pour le début de la Super Saison 2018-2019, qui plus est avec un double Champion du Monde de Formule 1 parmi les pilotes !

L’engagement de Toyota Gazoo Racing dans le développement de la technologie hybride et sa volonté de produire des voitures de route utilisant les techniques et l’expérience issues du WEC, voient le constructeur japonais poursuive son implication dans le Championnat du Monde d’Endurance FIA (WEC) pour toute la durée de la Super Saison.
Toyota a annoncé dernièrement que Fernando Alonso allait rejoindre son équipe, ce qui va permettre au champion espagnol de concrétiser son désir de tenter de s’adjuger la Triple Couronne du sport automobile. Sa présence au sein de l’équipage existant, international et très talentueux, attirera sans aucun doute de nouveaux fans et suscitera un gros intérêt médiatique.

Fernando Alonso sera présent dans le Wec et au Mans

Face à la puissance de Toyota, les adversaires viendront de Suisse, d’Autriche, de Chine, des Etats-Unis et de Russie. Parmi ces équipes privées, on retrouve Rebellion Racing. Lauréat 2017 du Trophée Endurance FIA LMP2, le team helvétique fait son retour dans la catégorie reine avec une Rebellion R13 construite par ORECA, aux mains d’une impressionnante équipe de pilotes, dont André Lotterer, Neel Jani et d’autres pilotes titrés du WEC.
Dans les mois qui ont suivi sa dernière apparition en WEC, ByKolles Racing Team a travaillé très dur pour améliorer et développer sa ENSO CLM P1/01, et se voit rejointe par CEFC TRSM Racing (anciennement Manor), qui arrive en LMP1 avec deux nouveaux prototypes Ginetta G60-LT-P1, et des équipages dont les noms seront révélés prochainement. Parmi eux, Oliver Rowland, jeune talent britannique.
Le plateau LMP1 de la Super Saison WEC 2018-2019 présentera pas moins de trois BR1 de BR Engineering. Deux seront engagées par SMP Racing propulsées par AER et revenant en WEC pour la première fois depuis 2016 – le team russe avait disputé la saison ELMS l’an passé – et une, propulsée par un moteur Gibson pour la nouvelle venue DragonSpeed, elle aussi en provenance de la « petite sœur européenne » du WEC. Les pilotes russes vedettes Mikhail Aleshin et Vitaly Petrov représenteront leur pays sur les voitures de SMP Racing, tandis que DragonSpeed aligne un équipage affamé de victoire, et qui bénéficie de l’expérience de pilotes comme Renger van der Zande et Ben Hanley.
Pour cette Super Saison, tous les prototypes LMP1 seront chaussés de pneus Michelin, et utiliseront cinq motorisations différentes. Toyota, Gibson, Nismo, Mecachrome et AER seront tous de la partie, avec pour objectif le titre de Champion du Monde FIA des Equipes LMP.

Avec l’arrivée de BMW, 10 concurrents pour le titre de Champion du Monde GT
Encore rehaussée par l’attribution d’un titre de Champion du Monde d’Endurance FIA pour les pilotes et constructeurs GTE, la compétition en catégorie LMGTE Pro sera plus chaude et plus serrée que jamais, avec l’arrivée de BMW.

La nouvelle M8 GTE de BMW sera aux mains d’équipages ayant déjà goûté aux joies de la victoire, mais sans expérience préalable du WEC. La GT du constructeur bavarois a fait ses débuts en compétition voici à peine deux semaines et se retrouvera à partir du Prologue (Circuit Paul Ricard, 6-7 avril) en piste face aux plus prestigieuses marques de luxe du monde.
Parmi elles figure la toute nouvelle Aston Martin Vantage AMR, aux mains du désormais bien rôdé duo danois – également connu sous le sobriquet de « Dane Train » – et aussi de deux nouveaux venus dans la famille des pilotes du constructeur britannique, Alex Lynn et Maxime Martin. Vu ces derniers temps en LMP2, le premier fera ses débuts en LMGTE Pro, tandis que le second rejoint Aston Martin Racing en provenance de BMW Motorsport.
On retrouvera une nouvelle fois dans la course au titre les deux Ferrari 488 GTE de AF Corse, avec pour objectif de rééditer les succès de ces dernières saisons avec des équipages inchangés, dont les Champions du Monde GT 2017 James Calado et Alessandro Pier Guidi.
Les deux Ford GT de Ford Chip Ganassi Racing Team UK ont signé de nombreuses victoires lors de leurs deux premières saisons en WEC, et seront candidates aux titres mondiaux avec des équipages inscrits dans la continuité. Avec déjà 12 mois d’expérience en compétition, la nouvelle mouture de la Porsche 911 RSR abordera la Super Saison avec un enthousiasme et une détermination renouvelée, et bénéficiera notamment du retour en WEC de Gianmaria Bruni, deux fois lauréat du Trophée Endurance FIA des Pilotes GT.

LMP2 : trois constructeurs face à face, des habitués de la catégorie et des nouveaux venus
La catégorie LMP2 comprend sept engagés, mais à la différence de la saison dernière, on retrouvera en piste trois manufacturiers de châssis différents : l’ORECA 07, la Dallara P217 et la Ligier JS P217 – l’A470 de Signatech Alpine étant basée sur l’ORECA 07. La nouvelle réglementation LMP2 instaurée en 2017 avait offert aux équipes clientes une augmentation de puissance conséquente, qui a abouti à une compétition serrée et passionnante tout au long de la saison – et que l’on va retrouver à coup sûr au fil de la Super Saison.

Les écuries françaises Signatech Alpine Matmut (titrée en LMP2 en 2016) et TDS Racing restent fidèles au WEC, tout comme Jackie Chan DC Racing, dauphine de Rebellion en 2017. L’équipe chinoise, dont les voitures sont exploitées par une structure britannique, confirme ses ambitions de victoire en WEC en étant la seule à engager deux voitures.
Le WEC accueille en outre deux teams en provenance de l’ELMS : DragonSpeed – également inscrit en LMP1 – et Racing Team Nederland, avec notamment l’ancien pilote de Formule 1 et WEC Giedo van der Garde. Ecurie familière de longue date de l’endurance et du WEC, Larbre Compétition fait son retour en Championnat du Monde après une année d’absence en 2017.

LMGTE Am : un plateau multimarques porté à 9 concurrents
Parmi les neuf concurrents engagés en LMGTE Am – une augmentation significative par rapport aux saisons précédentes – on compte trois marques différentes.
Titré dans cette catégorie en 2017, le trio d’Aston Martin Racing Paul Dalla Lana/Pedro Lamy/Mathias Lauda sera une nouvelle fois présent, ainsi qu’une deuxième Vantage engagée par l’équipe TF Sport, débutante en WEC.

Les Ferrari 488 GTE seront aux mains de l’équipe de Singapour Clearwater Racing, des Suisses de Spirit of Race – deux teams victorieux en 2017 – et aussi d’une nouvelle venue, MR Racing. Pilote du team japonais, Ishikawa Motoaki a participé de manière convaincante au Rookie Test 2017 à Bahreïn, ce qui a renforcé son désir de courir sur la scène mondiale.
Aux côtés des Aston Martin et des Ferrari, figureront pas moins de quatre Porsche 911 RSR, dont deux sous la bannière de Dempsey-Proton Racing, l’un des plus coriaces adversaires d’Aston Martin Racing en 2017, une pour Gulf Racing, et une pour Team Project 1, autre nouveau nom sur la liste des engagés.

Communiqué WEC – Fiona Miller

Pht.WEC, Toyota