WEC, 24 Heures du Mans, les réactions des vainqueurs (Endurance)

Posted by

Porsche remporte les 24 Heures du Mans 2017. Une première victoire ici pour Brendon Hartley, une deuxième pour Timo Bernhard (1e en 2010 avec Audi) et Earl Bamber (1e en 2015 avec Porsche). L’équipage, qui pointait à la 55e place après 5 heures de course, a réussi une « remontada » historique !

19e victoire pour Porsche. pht. ACO Media

Brendon Hartley (NZL) : La voiture marchait très bien. Dans une zone de freinage, j’ai senti un souci moteur et quelque chose a cassé. Il y avait de la fumée dans le cockpit. Nous avons pensé abandonner hier, mais les mécaniciens ont réussi l’exploit de remettre la voiture en piste en une heure, après avoir remplacé tout le train avant. Sans les mécaniciens, on ne serait pas là ! Nous avions un retard de 18 tours qui s’est transformé en victoire ! On a été très triste de voir la voiture sœur abandonner, cela a été un moment difficile. Ensuite notre remontée fantastique tient du conte de fées !
Earl Bamber (NZL) : On était persuadé, à ce moment-là, que c’était perdu pour la victoire et même pour le podium. On doit la victoire aux mécaniciens qui ont été incroyables. L’esprit d’équipe qui régnait à ce moment-là était tangible, mais il restait plus de 19 heures de course ! On était absolument concentré sur le fait d’aller le plus vite possible, sans penser pouvoir monter sur le podium. Ensuite, on a vécu des émotions contrastées : quand j’ai vu notre voiture sœur au ralenti sur le circuit, j’ai compris que le podium était possible, qu’il fallait attaquer et encore attaquer. Cela a été une sacrée lutte ! C’est le genre d’histoire tellement invraisemblable qu’on n’y croirait pas au cinéma, mais pourtant cela s’est produit ! C’est un moment particulièrement intense, dont je me souviendrai le reste de ma vie.
Timo Bernhard (DEU) : Ce n’est pas une petite émotion parce que les 24 Heures du  Mans sont la course la plus dure et la plus belle. Je les gagne pour la deuxième fois et c’est un sommet de ma carrière. On a été fort sur le plan mental, on n’a jamais renoncé. Oui, c’est vrai que j’ai pleuré et je peux vous assurer que c’est la première fois de toute ma carrière. Un grand merci à nos mécaniciens qui ont réussi un exploit en réparant aussi vite la voiture. C’est une belle récompense pour eux.
LMP2
Ho‐Pin Tung, Thomas Laurent et Oliver Jarvis remportent les 24 Heures du Mans dans la catégorie LMP2. Mieux, ils se classent 2e au classement général après avoir mené la course pendant plusieurs heures. Leur performance exceptionnelle restera dans l’histoire. Jamais un équipage engagé en LMP2 n’était parvenu à monter sur le podium au scratch depuis la création de la classe en 2004.

Jackie Chan DC Racing S’impose en LMP2 et 2e au classement général. pht. F. Timorés / ACO Media

Oliver Jarvis (GBR) : C’est incroyable ! C’est ma meilleure position à l’arrivée, en incluant mes cinq participations avec Audi. Qui aurait pensé cela au mois de novembre quand Audi a abandonné la discipline ? L’équipe m’a beaucoup impressionné. C’est comme chez Audi, mais en plus petit. C’est un rêve qui se réalise. On a même pensé qu’on pouvait gagner au classement général. Il faut se satisfaire de notre performance qui est exceptionnelle.
Thomas Laurent (FRA) : Depuis deux ans et mon titre de champion du monde de karting ici au Mans, tout a été très vite. J’ai découvert l’endurance et la discipline m’a plu. Alors j’ai décidé de poursuivre dans cette voie. Cela m’a mené ici. C’est juste extraordinaire ! J’ai fait une petite erreur au début de mon premier relais. Je me suis calmé ensuite. J’avais 100 % confiance en mes coéquipiers pour ramener la voiture aux avant-postes, puis conserver notre avantage.
Ho‐Pin Tung (NLD & CHN) : Je suis très fier de me retrouver ici sur le podium. C’est l’aboutissement d’une aventure commencée il y a cinq ans avec David Cheng (co-fondateur de l’écurie Jackie Chan DC Racing). Nous avons gravi tous les échelons jusqu’à remporter la catégorie LMP2 et finir sur le podium au classement général des 24 Heures du Mans. Notre voiture n’a pas connu le moindre problème en course. Je pense que cette performance aura un grand retentissement en Chine, car la course était diffusée en direct sur Internet.
LMGTE Pro
La dernière heure de course a donné lieu à un duel magnifique qui a tourné à l’avantage d’Aston Martin Racing, lorsque Jonny Adam a pris le meilleur sur la Corvette de Jordan Taylor. C’est la première victoire mancelle du constructeur britannique depuis la création en 2011 de la catégorie LMGTE Pro.

#97 ASTON MARTIN RACING gagne en LMGTE Pro.

Jonny AdamLa Corvette était très rapide tout au long du dernier relais et la clé de la victoire a été de maintenir notre objectif. Notre voiture a été formidable tout le week-end, ce qui nous a permis de ne jamais cesser de nous battre pour la victoire. Pour moi, c’est un rêve qui se réalise. Mon rêve, c’est de courir au Mans depuis que j’ai commencé à faire du GT. Je suis fier de partager ce succès avec des coéquipiers qui sont aussi des amis.
Darren TurnerLe dernier relais de Jonny a été exceptionnel. Il a maintenu jusqu’au bout la pression sur la Corvette. C’est la plus incroyable course GT que j’aie jamais faite. En ce qui concerne la météo et la chaleur, ce fut une course bien sûr très chaude, pas autant que celle de 2005 mais aussi épique. Cette victoire, combinée avec le prix Spirit of Le Mans décerné à David Richards, montre véritablement ce qui fait l’esprit Aston Martin. Ce fut une belle bataille avec Corvette et maintenant, nous pouvons fêter la dernière saison de la Vantage.
Daniel Serra : Je suis impliqué en essais de pneumatiques depuis deux ans et demi et je suis très reconnaissant à Aston Martin de m’avoir offert cette opportunité. Je cours au Brésil, personne ne me connaît ici. Les gens me disaient ‘félicitations Daniel’. Puis ils regardaient ma combinaison et disaient ‘Serra !’ Je voudrais également remercier l’équipe qui m’a aidé à comprendre Le Mans.
LMGTE Am
Après avoir remporté la catégorie LMGTE Am sur la Ferrari 488 GTE #84, les pilotes de l’équipe JMW Motorsport confient leur analyse de la course.
Robert Smith (GBR) : Je n’arrive pas à croire que nous soyons là ! En début de nuit, on n’avait pas eu de pépin. L’objectif était de rester sur la piste et de ne pas passer trop de temps au stand. JMW a fait un très gros travail de préparation et n’a commis aucune erreur. En tant qu’amateur, j’ai trouvé que le trafic était difficile à gérer. Il faut comprendre la vitesse à laquelle arrivent les LMP1 et LMP2. J’ai laissé beaucoup de place pour être sûr ne pas les gêner ! Je suis très fier d’avoir couru avec deux coéquipiers aussi rapides et j’aimerais beaucoup revenir l’année prochaine.

la Ferrari 488 GTE #84 de l’équipe JMW Motorsport s’impose en LMGTE Am. pht. A. Cornilleau / ACO Media

William Stevens (GBR) : Je voulais revenir dans un environnement compétitif et JMW m’a offert la chance de courir sur une voiture usine. Il fallait apprendre très vite car la 488 GTE est entièrement nouvelle mais c’est une voiture que j’ai pilotée avec beaucoup de plaisir. C’est une grande victoire pour JMW mais également pour moi. Je pense avoir prouvé ce que je suis capable de faire au volant d’une GTE. J’espère que cette victoire m’ouvrira des opportunités.
Dries Vanthoor (BEL) : Gagner cette course à 19 ans, c’est quelque chose de très spécial. J’espère que ça me donnera d’autres opportunités en WEC ou avec Ferrari. Mais c’est encore très tôt. Je tiens à remercier mon ami Will qui voulait un pilote Argent : je suis content qu’il m’ait choisi. C’est un championnat très dur avec des pilotes de très haut niveau. On a fait une belle course sans erreur. Ça a été une semaine extraordinaire pour moi.