WEC, 19e victoire de Porsche aux 24 Heures du Mans (Endurance)

Posted by

Alors que la 85e édition des 24 Heures du Mans semblait être celle de la revanche de Toyota, le sort en a décidé autrement. Au terme d’une course riche en rebondissements, c’est la Porsche 919 Hybrid #2 de Bernhard/Bamber/Hartley qui s’impose, devant près de 260 000 spectateurs.
Dominatrice depuis le début de la saison du WEC (victoires à Silverstone et Spa-Francorchamps), l’équipe japonaise avait aligné trois TS050 Hybrid contre seulement deux prototypes pour son rival Porsche. Lors des qualifications, elle s’était adjugé la première ligne, la TS050 Hybrid #7 faisant même tomber le record de la piste (3’14’’791 signé par Kamui Kobayashi). Mais l’épreuve des 24 Heures du Mans répond à d’autres règles que celles de la logique. C’est même ce qui l’a élevée au rang de mythe.

Porsche s’impose pour la 19e fois au Mans. pht. Porsche

En dépit d’un début de course fidèle aux attentes, les deux TS050 Hybrid #8 et #7 dominant la Porsche 919 Hybrid #1, la nuit mancelle va rebattre les cartes et se transformer en cauchemar pour Toyota. Peu après 23 heures, alors qu’elle pointait en 3e position, la TS050 Hybrid #8 de Buemi/Davidson/Nakajima connaît des problèmes avec son système hybride, l’obligeant à s’immobiliser un long moment au stand. L’intervention des mécaniciens lui permet de reprendre la piste en 53e position.
Deux heures plus tard, le sort continue de s’acharner : la Toyota #7 de Conway/Kobayashi/Sarrazin, qui menait la course depuis le début, est contrainte à l’abandon suite à un problème d’embrayage. A peine remis de ce coup de théâtre, Toyota va voir définitivement s’envoler ses rêves de victoire avec l’abandon de la #9. Suite à un contact avec un autre concurrent, le prototype de Lapierre/Kunimoto/Lopez est victime d’une crevaison et d’un début d’incendie. C’est l’abandon.

Toyota maudit au Mans ? pht. A. Crnilleau / ACO Media

Du côté de la tête de course, tout se passe bien pour la #1 de Jani/Lotterer/Tandy jusqu’à ce que le prototype soit victime d’une brutale perte de puissance à seulement 3 h 50 de l’arrivée. Survenue au niveau du Tertre Rouge, l’avarie va forcer André Lotterer à parcourir presque la totalité du circuit au ralenti. En vain : il ne réussit pas à rallier les stands et s’immobilise définitivement dans la ligne droite des Hunaudières, peu avant Mulsanne. Les regards se tournent alors du côté de la #2 qui, après avoir pointé à la 55e position à 5 heures de course suite à des problèmes sur son système hybride, parvient à remporter cette 85e édition.
En LMP2, les Vaillante Rebellion #13 et #31 prennent rapidement le contrôle de la catégorie et s’échangent la première place au gré des arrêts au stand. Mais c’était compter sans la régularité et la fiabilité de l’Oreca 07 – Gibson #38 de l’équipage Tung/Laurent/Jarvis. Prenant l’avantage sur l’Oreca 07 – Gibson #13 à la 16e heure de course, elle profite de l’hécatombe des LMP1 pour s’afficher en tête de la course à 3 heures de l’arrivée. Elle finit l’épreuve à la deuxième place au général, juste devant la Vaillante Rebellion #13 de Piquet/Heinemeier Hansson/Beche. Deux LMP2 sur le podium, du jamais vu dans l’histoire des 24 Heures du Mans.

Victoire de l’ORECA Gibson #38 en LMP2 et 2e au général. pht. ACO Media

On s’attendait à un spectacle de haut niveau, la catégorie des LMGTE Pro n’a pas déçu. Aston Martin, Corvette, Ferrari, Ford et Porsche, ont livré une course à couteaux tirés, 12 GT se tenant dans le même tour pendant les 7 premières heures de course ! Alors qu’elles sont les plus anciennes du plateau, les Aston Martin Vantage #97 et #95 ont longtemps occupé les deux premières places, étant successivement attaquées par les Corvette, Ferrari, Ford et Porsche !

L’Aston-Martin remporte le LMGTE Pro, mais que la bataille fut belle. pht. ACO Media

Au matin, c’est la Corvette C7.R #63 qui pointe le plus souvent en tête. L’Aston Martin Vantage #97, qui profitait de la pole position, est derrière la bête américaine, alors que se profile le dernier tour. Jordan Taylor, sur la #63, commet des erreurs et endommage la partie avant. Finalement, lors de l’avant dernier passage sur la ligne, Jonny Adam met la pression et l’emporte. Aston Martin l’emporte devant la Ford GT #67, qui double la Corvette à deux virages du but. L’Américaine complète le podium, alors qu’elle avait entamé l’avant-dernier tour en tête.
En LMGTE Am, après un début de course équilibré entre les Ferrari 488 GTE, Aston Martin Vantage et Porsche 911 RSR, c’est la Ferrari 488 GTE #84 de Smith/Stevens/Vanthoor qui impose son rythme et creuse l’écart sur ses poursuivants. Après l’avoir survolé de bout en bout, elle finit cette 85e édition en tête, le podium de la catégorie étant entièrement occupé par les Ferrari.

La Ferrari 488 GTE #84 de Smith/Stevens/Vanthoor s’impose en LMGTE Am.pht. A. Goura / ACO Media

L’ACO remercie les 259 000 spectateurs, venus assister à la 85e édition des 24 Heures du Mans, 3e manche du Championnat du Monde d’Endurance de le FIA. L’Automobile Club de l’Ouest se réjouit de cette affluence, preuve de l’engouement que suscite la plus grande course d’endurance au monde!

Arrivée ici

 

Podium pht. Porsche

 

Com. ACO