Dakar, E1, le jour des collectionneurs

Posted by

L’œil dans l’objectif

Pisco n’est pas seulement la ville qui a donné son nom au Pisco Sour, le cocktail qui fait la fierté du pays et occasionne également une gentille querelle de paternité et de nombreux débats avec les voisins chiliens. C’est aussi devenu depuis 2012 et la première visite du Dakar l’une des « classiques » du rallye. Sur cette première étape, les pilotes et équipages ont évolué dans des massifs dunaires sur près de 70 % de la distance. Au nord de la région d’Ica, cette zone géographique précise a été baptisée California !

Dakar, étape 1

L’essentiel

Joan Barreda affole les chronos sur l’étape d’ouverture du Dakar en mettant une distance raisonnable pour une si courte distance (84 km) entre lui et son premier poursuivant Pablo Quintanilla : 1’34’’. Il s’agit de la 23ème victoire de sa carrière sur le rallye, tandis que l’Argentin Nicolas Cavigliasso creuse un écart encore plus important, près de 4 minutes, sur son compatriote Jeremias Gonzalez Ferioli.

 Joan BARREDA BORT s’impose dans la première étape. Photo DPPI/Dakar

En autos, Nasser Al-Attiyah s’impose comme l’année dernière sur la spéciale intitulée Lima-Pisco, et fait monter son compteur à 32 victoires, une hauteur où il se trouve désormais seul derrière Ari Vatanen (50) et Stéphane Peterhansel (41). Le pilote qatarien attaquera la deuxième étape avec un avantage de 1’59’’ sur Carlos Sainz. Chez les SxS, c’est le champion en titre qui a rappelé aux nouveaux venus qui était le patron de la catégorie avec la victoire d’étape de Reinaldo Varela devant Chaleco Lopez. Une attitude imitée par Eduard Nikolaev en camion avec la victoire d’étape du pilote Kamaz pour seulement 18 secondes face au Hollandais Ton Van Genugten.

 Nasser Al-Attiyah vainqueur de l’étape une. pht. DPPI/Dakar

La perf du jour

Après une édition 2018 particulièrement frustrante pour le pilote Honda, Joan Barreda attaque 2019 de la meilleure manière possible. L’Espagnol poursuit sa collection de victoires d’étapes pour revenir à une unité seulement d’un certain Hubert Auriol et prendre les commandes du classement général. Souvent malchanceux sur le Dakar, Barreda prouve surtout une nouvelle fois qu’il reste l’un des pilotes les plus rapides en piste avec des écarts impressionnants en si peu de kilomètres… Xavier de Soultrait, qui ferme le Top 10 de la hiérarchie provisoire, pointe à près de 6 minutes du leader.

Le coup dur du jour

Axel Dutrie pouvait difficilement imaginer un début de rallye plus compliqué. En panne avec son quad après 18 kilomètres seulement, le Français a longtemps tenté de repartir avant de se résoudre à revenir au départ de la spéciale pour réparer son Yamaha. Le Français, qui participe à son troisième Dakar, cède plus de 4 heures au vainqueur du jour et abandonne sans doute toute chance de victoire à Lima, après avoir pourtant fait forte impression sur ses deux premières participations, respectivement terminées en 5e et en 9e position.

Carlos SAINZ (300) and Nasser AL-ATTIYAH (301) la bagarre. Pht. @World / ASO / Charly Lopez

La statistique du jour

Avec plus de 6 minutes de lâchées sur Nasser Al-Attiyah en seulement 84 kilomètres, Sébastien Loeb a connu une première étape difficile. Il faut dire que l’Alsacien ne revient pas sur le Dakar dans les mêmes conditions que ces trois dernières années puisqu’il pilote désormais une Peugeot 3008 de 2017 engagée par la structure privée PH Sport. L’ex-champion WRC n’a surtout jamais été un afficionado du sable et des dunes, qui composeront l’essentiel du parcours 2019…

Sébastien Loeb.  Photo DPPI/Dakar

  La réaction du jour

Adrian Van Beveren : « Je ne me suis pas super lâché, je ne me suis pas super amusé, je n’osais pas attaquer à bloc pour être sincère. Il y avait quand même des dunes un peu cassées, avec du danger. On est aussi passé dans un rio qui ne m’a pas rappelé que de bons souvenirs. Mais bon je suis content, les chevaux sont lâchés comme on dit. Maintenant, je vais rester concentré jour après jour et ça va bien se passer. »

Eduard Nikolaev (RUS) en tête des camions. Pht. Marcelo Maragni/Red Bull Content Pool

Tous les classements ici